La grande salle de lecture de la Bibliothèque nationale en 1880

Imités des périodiques illustrés britanniques comme The Penny Magazine (1832), l’Illustrated London News (1842) ou son rival The Graphic (1869), leurs équivalents français comme le Magasin pittoresque (1833), l’Illustration (1843), Le Monde illustré (1857) ou le Tour du monde (1860) sont bien connus de l’historiographie1 comme d’une large part de la population française d’un certain âge qui a vu, dans ses greniers ou les vide-greniers, des volumes dépareillés ou des fascicules de l’Illustration.

Faisant la part belle aux illustrations gravées, ce phénomène éditorial des périodiques illustrés et des magazines visait à rendre compte des progrès de l’exploration du monde, liés aux opérations de conquête territoriale des pays occidentaux, ainsi que des découvertes scientifiques et des inventions techniques consécutives de la révolution industrielle.

Il fut par conséquent international2 même si les études comparatives restent le plus souvent nationales3, ce qui induit en France une certaine méconnaissance de titres espagnols comme le Semanario Pintoresco Español (1836), El Museo Universal (1857)4, le Museo de las Familias (1843) ou des titres allemands comme Die Gartenlaube (1853), Daheim (1864) ou Die Illustrirte Welt (1873).

Il n’est donc pas étonnant que le périodique El viajero ilustrado hispanoamericano5, créé en 1878 à Barcelone par l’écrivain Leopoldo Bremón (1837-1914) soit peu connu, bien que diffusé jusqu’aux Philippines. Malgré son sous-titre laissant à penser qu’il se consacre exclusivement aux découvertes en Amérique latine, le périodique couvre le monde entier, publiant des descriptions de voyages, d’explorations, de découvertes, d’inventions de régions reculées du monde, mais aussi de pays et de villes d’Europe. D’ailleurs, en 1880, il prend pour sous-titre : « revista universal de viajes ».

El viajero ilustrado hispanoamericano, 1880

En septembre de la même année, dans sa 18e livraison, le périodique consacre un article à la grande salle de Travail de la Bibliothèque nationale.

« Gran salon de la Biblioteca nacional de Paris », El viajero ilustrado hispanoamericano, 30 setiembre de 1880, n° 18, p. 7.

GRAN SALON
DE LA BIBLIOTECA NACIONAL DE PARIS
La gran sala de la Biblioteca Nacional, reservada á los lectores que trabajan, tiene una superficie de 1155 metros cuadrados, dentro de la cual se cuentan 344 puestos con sendos sillones. Si á este número se añade el de las personas que trabajan de pié ante pupitres ad hoc, resultan más de cuatro-cientas que pueden cómodamente dedicarse á su ocupación en tan espacioso recinto.
Es de construcción moderna, cuadrado, distinguiéndose un hemiciclo frente á lu puerta de entrada. Está cubierto por nueve cúpulas de loza tan dura como resistente, y el decorado es muy uniforme.
Estas cúpulas descansan sobre una serie de elegantes arcos de hierro de diez metros de altura, y tan finas, que no detienen la vista. Penetra la luz á través de nueve claraboyas, combinada en términos que el sol no puede molestar nunca durante las horas de trabajo y de lectura.
Todo convida allí al estudio, á concentrar y elevar el espíritu ; y en cuanto á otros detalles, las mesas son espaciosas, los escritorios se hallan surtidos de cuanto se necesita, y los concurrentes pueden circular con comodidad completa6.

« Gran salon de la Biblioteca nacional de Paris », El viajero ilustrado hispanoamericano, 30 setiembre de 1880, n° 18, p. 7. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/PResE0161880/page/n277/mode/1up>.

L’article est illustré d’une gravure de la salle de Travail, reproduite en pleine page, portant les signatures d’Ernest-Philippe Boetzel (1830-1913), Auguste Deroy (1823-1906) et Philippe Jules Joseph Ryckebusch (1831-18..?) :

« Gran salon de la Biblioteca nacional de Paris », El viajero ilustrado hispanoamericano, 30 setiembre de 1880, n° 18, p. 9.
« Gran salon de la Biblioteca nacional de Paris », El viajero ilustrado hispanoamericano, 30 setiembre de 1880, n° 18, p. 9.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 20 décembre). La grande salle de lecture de la Bibliothèque nationale en 1880. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tt

  1. Aurenche, Marie-Laure, « L’invention des magazines illustrés au XIXe siècle, d’après la Correspondance générale d’Édouard Charton (1824-1890) », Médias 19, 14 septembre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://www.medias19.org/publications/la-lettre-et-la-presse-poetique-de-lintime-et-culture-mediatique/linvention-des-magazines-illustres-au-xixe-siecle-dapres-la-correspondance-generale-dedouard-charton-1824-1890> ; Hohnsbein, Axel, La Science en mouvement : la presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903), [S. l.] : Épistémocritique, 2021, 1 vol. (425 p.). Disponible sur Internet, url : <https://epistemocritique.org/wp-content/uploads/2021/10/Hohnsbein_La-Science-en-mouvement_Epistemocritique_2021.pdf> ; Bacot, Jean-Pierre, La Presse illustrée au XIXe siècle : une histoire oubliée, Limoges : PULIM, 2005, 1 vol. (243 p.-[14] p. de pl.). []
  2. Bacot, Jean-Pierre, « Trois générations de presse illustrée au XIXe siècle. Une recherche en patternité [sic] », Réseaux, 2002, vol. 1, n° 111, p. 216-234. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2002-1-page-216.htm> ; Kaenel, Philippe (éd.), Les périodiques illustrés, 1890-1940 : écrivains, artistes, photographes, Gollion (Suisse) ; [Paris] : Infolio, 2011, 1 vol. (251 p.-[16] p. de pl.) ; Smits, Thomas, The european illustrated press and the emergence of a transnational visual culture of the news, 1842-1870, Abingdon, Oxon ; New York : Routledge, 2020, 1 vol. (VI, 240 p.). []
  3. Béguet, Bruno, « Lectures de vulgarisation scientifique au XIXe siècle », dans : Bernadette Bensaude-Vincent (éd.), La science populaire dans la presse et l’édition. XIXe et XXe siècles, Paris : CNRS Éditions, 1997, p. 51-68. DOI : 10.3917/cnrs.bensa.1997.01.0051. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/la-science-populaire-dans-la-presse-et-l-edition–9782271054760-page-51.htm> ; Watelet, Jean, La presse illustrée en France : 1814-1914, Paris : J. Watelet, 1998, 11 vol. (1115 p.), Thèse pour le doctorat d’État : Sciences politiques : Paris 2 : 1998 ; La prensa ilustrada en España : las “Ilustraciones”, 1850-1920 : coloquio internacional, Rennes, [13-15 de febrero de 1992], Montpellier : “Iris”, Université Paul-Valéry, 1996, 1 vol. (350 p.) ; Patterson, Cynthia, Art for the middle classes : America’s illustrated magazines of the 1840, Jackson (Miss.) : University press of Mississippi, 2010, 1 vol. (XII-210 p.) ; Sánchez Vigil, Juan Miguel, Revistas ilustradas en España : del Romanticismo a la guerra civil, Gijón : Trea, 2008, 1 vol. (317 p.-XVI p. de pl.) ; Hemels, Joan ; Vegt, Renée, Het geïllustreerde tijdschrift in Nederland. Deel 1, 1840-1945 : bron van kennis en vermaak, lust voor het oog : bibliografie, Amsterdam : O. Cramwinckel, 1993, 1 vol. (453 p.) ; Frisken, Amanda, Graphic news : how sensational images transformed nineteenth-century journalism, Urbana : University of Illinois press, 2020, 1 vol. (IX, 273 p.) ; Haver, Gianni, La presse illustrée : une histoire romande, Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 2018, 1 vol. (172 p.) ; Reading Victorian illustration, 1855-1875 : spoils of the lumber room, Farnham, Surrey ; Burlington, VT : Ashgate, 2012, 1 vol. (224 p.). []
  4. Dont le titre fut repris en France par D. Montgredien pour Le Musée universel (1894). []
  5. « El Viagero ilustrado hispano-americano (Barcelona) », Hemeroteca Digital, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://hemerotecadigital.bne.es/hd/card?oid=0004190475>. []
  6. GRAND SALON
    DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE PARIS
    La grande salle de la Bibliothèque nationale, réservée aux lecteurs en activité, couvre une superficie de 1 155 mètres carrés et contient 344 sièges avec des fauteuils. Si l’on ajoute à ce nombre les personnes qui travaillent debout sur des pupitres spéciaux, ce sont plus de quatre cents personnes qui peuvent se consacrer confortablement à leur travail dans une salle aussi spacieuse.
    Elle est de construction moderne, carrée, avec un hémicycle devant la porte d’entrée. Elle est recouverte de neuf dômes de faïence aussi dure que résistante, et la décoration est très uniforme.
    Ces coupoles reposent sur une série d’élégants arcs en fer, hauts de dix mètres, et si fins qu’ils n’obstruent pas la vue. La lumière pénètre par neuf puits de lumière, combinés de telle sorte que le soleil ne puisse jamais déranger pendant les heures de travail et de lecture.
    Tout ici invite à l’étude, à la concentration et à l’élévation de l’esprit. Quant aux autres détails, les tables sont spacieuses, les pupitres sont pourvus de tout le nécessaire et les impétrants peuvent circuler en tout confort. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search