La Conquête féministe de la Bibliothèque nationale, citadelle masculine

En 1908, le quotidien Messidor, voisin de la Bibliothèque nationale et du musée du Louvre, puisque son siège se situait au 50 de la rue Notre-Dame-des-Victoires, publiait une enquête sur l’emploi des femmes gardiennes dans les musées et les bibliothèques.

Une de Messidor, 26 février 1908, n° 390
Une de Messidor, 26 février 1908, n° 390.
La Foncière, 48-50 rue Notre-Dame-des-Victoires
La Foncière, 48-50 rue Notre-Dame-des-Victoires

L’article, intitulé la Conquête féministe, fait un parallèle entre la situation de la Bibliothèque nationale et celle du musée du Louvre1 :

« La Conquête féministe », Messidor, 26 février 1908, n° 390, p. [1].

La Conquête féministe

Les femmes gardiennes des musées et des bibliothèques. — Notre enquête.

A la suite d’une pétition du groupe féminin l’Entente, le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts2 vient d’autoriser les femmes à poser leur candidature de surveillante des musées et bibliothèques.

A la Bibliothèque Nationale

A la bibliothèque Nationale, le secrétaire général3 veut bien se prêter à l’interview.
— J’ignorais, nous dit-il d’abord, la nouvelle que vous m’annoncez. Elle me semble concerner surtout les musées et bibliothèques de province. Pour ce qui serait d’introduire un personnel féminin ici, la chose me paraît à peu près impossible.
D’abord nos gardiens, anciens sous-officiers, sont présentés par le ministre de la Guerre ; pourrait-on prendre, ne fût-ce que quelques-unes, de leurs places ? Il faudrait, en tout cas, remanier les décrets qui régissent notre organisation. Au point de vue matériel, nos salles, avec leurs grillages, leurs passages étroits, ne sont pas faites pour recevoir des femmes — sans parler des inconvénients autres d’un personnel des deux sexes.
« Les femmes dans les bibliothèques ne pourraient être que concierges ou conservateurs, encore pour ces derniers postes devraient-elles justifier des mêmes titres que les concurrents masculins, savoir les langues mortes, posséder des grades universitaires4, etc…
« Enfin, il n’apparaît pas impossible qu’une femme de lettres, qu’une femme artiste ne puisse remplir très bien pareille fonction. »

Au Louvre

Même règle pour les gardiens de musées, postes réservés aux anciens militaires, particulièrement les gradés.
Au Louvre on n’est pas plus informé des candidatures féminines possibles et l’on se montre sceptique à leur endroit.
Nous avons interrogé un des hauts fonctionnaires de la Maison qui ne croit pas que des gardiens-femmes puissent rivaliser avec Argus5.
Il y a aussi la question d’uniforme !
— Voyez-vous des gardiennes en bicorne et en redingote — comme Mme Dieulafoi6 — circulant dans les salles. Espère-t-on qu’elles feraient peur aux malfaiteurs ?
Enfin on a bien pensé, un instant, à faire garder le musée par des toutous7.

Rue de Valois

Au sous-secrétariat des Beaux-Arts nous rencontrons le secrétaire particulier de M. Dujardin-Beaumetz8.
Il nous déclare qu’il est question, en effet, d’examiner les candidatures féminines aux emplois de surveillance dans les musées et bibliothèques ; mais que pratiquement la question est encore à l’étude et que seul le ministre est qualifié pour donner son avis.

« La Conquête féministe », Messidor, 26 février 1908, n° 390, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7645177d/f1>.

De fait, au tournant du siècle, la Bibliothèque nationale restait une citadelle masculine. En 1897, l’auteur Charles de Vitis (1848-19..), dans Le roman de l’ouvrière, met en scène un abbé Martinot qui fait la leçon à Germaine, fille unique du commandant de Venne d’Orchamps, qui doit subvenir à ses moyens puisqu’après le décès de son père elle découvrit qu’il avait dilapidé sa fortune, la laissant sans le sou. Quand elle détaille les différents métiers auxquels elle peut prétendre, l’abbé se lance dans un discours féministe, évoquant la place des femmes dans les bibliothèques :

Partout, pour un travail égal et même supérieur, en chambre ou en atelier, dans un emploi public ou dans une famille, les femmes sont moins rétribuées que les hommes. Et que de carrières leur sont fermées ! Vit-on jamais une femme gardienne d’un musée ou d’une bibliothèque ? La police parisienne permettrait-elle à une fille du peuple d’exercer la profession de décrotteur au coin des rues, quand même elle aurait des bras robustes et des enfants à nourrir ?

Vitis, Charles de, Le roman de l’ouvrière, Tours : A. Mame et fils, 1897, p. 65. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687803n/f73>.

Les acteurs en présence

L’article de Messidor fait référence à une pétition parue dans L’Entente, soit le périodique du “Groupe français d’études féministes et des droits civils des femmes”. Né en avril 1905, le périodique est sous-titré « journal féministe, organe mensuel des intérêts, du mouvement et des groupes féminins, et en particulier du Groupe français d’études féministes » ; sa direction était assurée par Héra Mirtel, pseudonyme de la militante féministe Marie Louise Victoire Grouès (1868-1931).

Héra Mirtel (1868-1931).
Héra Mirtel (1868-1931), Murderpedia, Public domain, via Wikimedia Commons

Le journal Messidor, qui menait l’enquête sur l’emploi de gardiennes, était dirigé par Gérault-Richard (1860-1911), député de la Guadeloupe de 1902 à 1911.

M. Gérault-Richard. Directeur de la "Petite République" : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar]
M. Gérault-Richard. Directeur de la “Petite République” : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53215901n#

Dans un propos faussement ironique et misogyne, le repoussoir des « gardiennes en bicorne et en redingote », mentionné par le journal Messidor, est la figure de Jane Dieulafoy (1851-1916), qui porta « l’uniforme de franc-tireur pour accompagner son mari qui participe à la guerre de 1870 en qualité de capitaine du génie »9 et se vêtait en homme pour se joindre à son mari archéologue dans les pays islamiques10 :

La pétition

Le journal l’Entente suivait de près l’actualité parlementaire, n’ayant de cesse de formuler des requêtes pour l’égalité entre les sexes. Ainsi, dès son 1er numéro d’avril 1905, il faisait part d’une de ses pétitions pour la création d’un « concours d’admission aux études médicales pour les femmes des classes pauvres »11.

La pétition en faveur des gardiennes, probablement de la main de Héra Mirtel, n’a pas été retrouvée dans les numéros de l’Entente conservés à la BnF. En revanche, le n° 48 de janvier 1908 indique :

Notre première initiative a bénéficié du meilleur accueil dans les trois ministères et auprès du groupe féministe de la Chambre auxquels nous nous sommes adressés pour obtenir l’entrée des femmes dans les postes de surveillance, des musées et bibliothèques publiques.

« Première Etape », L’Entente, 1908, janvier, n° 48, p. 36-38.

Suit une reproduction partielle d’un article de Pierre Baudin (1863-1917)12 démontrant « l’urgence d’un accroissement du personnel de surveillance dans les monuments qui abritent les trésors que nous a légués le passé » et dressant un tableau catastrophique de l’état des musées de province13, seuls mentionnés : aucune bibliothèque ni le Louvre ou la BN ne sont cités. Même si la pétition concernait aussi les bibliothèques, l’article ne liste que des musées de province ; celui de L’Entente s’achève par un encart annonçant le succès de la pétition :

L'Entente, 1908, janvier, n° 48, p. 38.

Nous avons reçu du ministère de l’Intérieur une note en réponse à notre pétition pour l’entrée des femmes comme surveillantes dans les musées et bibliothèques. On nous informe que les candidates à ces postes doivent se faire inscrire à la préfecture de la région où elles ont des chances de bénéficier des emplois qui vont être créés.

L’Entente, 1908, janvier, n° 48, p. 38.
L'Entente, 1908, février, n° 49.
L’Entente, 1908, février, n° 49.

Du coup, le n° 49 du journal L’Entente, de février 1908, fournit à ses lectrices un modèle de lettre à adresser aux préfets pour postuler aux postes de surveillantes des bibliothèques et des musées :

L'Entente, 1908, février, n° 49, p. 35.

Formule de lettre adressée par les postulantes aux emplois de surveillance des museies [sic] et bibliothèques publics au préfet du département où elles veulent être inscrites.

Monsieur le Préfet,

J’ai l’honneur de m’inscrire pour un des postes de surveillance qui vont être créés dans les musées et bibliothèques de votre département à la suite des faits portés à la Chambre sur les vols et l’état d’abandon dont certains monuments publics subissent le préjudice.
Le Comité d’initiative de l’Entente dont nous faisons partie a adressé une pétition aux ministères compétents pour l’admission des femmes à ces emplois. En réponse à cette pétition les femmes ont été autorisées à se faire inscrire dans les préfectures.
Agréez etc.

Doivent suivre le nom et l’adresse.

L’Entente, 1908, février, n° 49, p. 35.

Acte manqué, la coquille du typographe que se trompe de lettres et met des poinçons “ei” à la place d’un “é”, ne manque de piquant puisque le lecteur est tenté de lire le mot “muscles” en lieu et place des “musées”, alors même que l’argument de la force physique du héros Argus est avancé par la presse masculine pour souligner l’incapacité des femmes à devenir gardiennes.

Le Journal des femmes de la militante féministe Maria Martin (1839-1910) nous apprend que Héra Mirtel avait fait part de la pétition lors de la réunion du 12 février 1908 de l’Union fraternelle des femmes, union dont cette dernière assure la vice-présidence depuis 1905 :

Parrhisia, « Union fraternelle des femmes », Le Journal des femmes, mars 1908, n° 183, p. [2] : extrait
Parrhisia, « Union fraternelle des femmes », Le Journal des femmes, mars 1908, n° 183, p. [2] : extrait
Parrhisia, « Union fraternelle des femmes », Le Journal des femmes, mars 1908, n° 183, p. [2].
Parrhisia, « Union fraternelle des femmes », Le Journal des femmes, mars 1908, n° 183, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k23715321/f2>.
« Pétition du Groupe français d'études féministes », Le Journal des femmes, mars 1908, n° 183, p. [2].

Le même numéro du journal reproduit une autre pétition du Groupe français d’études féministes, adressée aux députés et sénateurs, ce qui fait montre de l’activisme féministe antérieur à la Première Guerre mondiale14 :

PÉTITION
DU GROUPE FRANÇAIS D’ÉTUDES FÉMINISTES
Au Sénat et à la Chambre des Députés

Messieurs les Sénateurs,
Messieurs les Députés,
Nous pensons, et peut-être penserez-vous avec nous, que les dots minimes des paysannes, des ouvrières, des femmes de la petite bourgeoisie, sont tout aussi dignes d’intérêt et de protection que le salaire des travailleuses industrielles et des domestiques, sauvegardé par une loi récente ;
Qu’il convient donc de les protéger, sans diminuer la part de l’épouse dans les acquisitions communes auxquelles elle concourt par son labeur ménager et agricole, par l’aide qu’elle apporte à son mari de toutes manières, par son épargne ;
Que, d’ailleurs, l’assujettissement de la femme dans le mariage ne correspond plus, ni à l’instruction qu’elle reçoit, ni à l’importance de son rôle familial et social, qu’il la déprécie aux yeux de ses enfants.
Nous avons donc l’honneur de vous prier d’employer la force de la loi, dont vous disposez, à l’organisation d’un état de choses plus juste, plus en rapport avec la vie moderne, en décidant :
1° Que l’incapacité légale de la femme mariée sera abolie ;
2° Que le régime légal de communauté sera remplacé par un régime légal de séparation de biens , avec communauté d’acquêts
.
Nous ajoutons que ces desiderata sont conformes aux vœux de la presque unanimité des groupes et Congrès féministes, notamment à ceux du Congrès de 1900.
Agréez, etc.
(Suivent les signatures).

« Pétition du Groupe français d’études féministes », Le Journal des femmes, mars 1908, n° 183, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k23715321/f2>.

Adoption de la mesure relayée dans la presse

La pétition et son adoption furent mentionnées dans d’autres titres de presse, comme par exemple L’Éclair, ou, singulièrement, les journaux d’Algérie, comme La Dépêche algérienne ou le journal de l’arrondissement d’Orléansville :

L'Éclair, 25 février 1908, n° 7029, p. [2].

DIVERS
Les femmes surveillantes des musées. — A la suite d’une pétition adressée par L’Entente — organe de la renaissance féminine — aux ministères compétents pour l’admission des femmes dans les postes de surveillance des musées et bibliothèques, il a été répondu du ministère des beaux arts que les femmes qui postulent, pour ces emplois n’ont qu’à se faire inscrire dans les préfectures des départements, où elles désirent êtres employées.

L’Éclair, 25 février 1908, n° 7029, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2704663w/f2.item>.
La Dépêche algérienne, 27 février 1908, n° 8247, p. [1].

A la suite d’une pétition du groupe féminin « L’Entente », le ministre de l’instruction publique et des beaux-arts vient d’autoriser les femmes à poser leur candidature aux postes de surveillances des musées et bibliothèques.

La Dépêche algérienne, 27 février 1908, n° 8247, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t537283b/f1>.
Le Progrès, 27 février 1908, n° 685, p. [1].

Succès féministe.
Les féministes viennent de remporter un nouveau succès, l’admission des femmes aux postes de surveillance des musées et bibliothèques publics.
M. Clémenceau15 vient de leur donner avis de cette admission en spécifiant que les femmes qui postulent pour ces emplois n’ont qu’à se faire inscrire dans les Préfectures des départements où elles désirent être employées.

Le Progrès, 27 février 1908, n° 685, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7157543p/f1>.

Entre ironie, sarcasme et misogynie

Après que la mesure ait été adoptée par le ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts, une partie de la presse n’en reste pas au ton factuel mais s’en fait l’écho en s’adonnant à la misogynie la plus abjecte. Qu’on en juge avec les quelques exemples qui suivent !

Même Le Journal, dirigé par Georges Clemenceau lui-même, président du Conseil qui a adopté la mesure, en rend compte dans un odieux parallèle avec les chiens16 :

« Gardiennes », Le Journal, 28 février 1908, p. [1].

GARDIENNES
Les vols dans les musées suscitent des projets bizarres.
On sait qu’il fut récemment question de les faire garder par des chiens. Maintenant on parle de les faire garder par des femmes.
On annonce qu’à la suite d’une pétition d’un groupe féministe le ministre de l’instruction publique et des beaux-arts vient d’autoriser les femmes à poser leur candidature aux postes de surveillante des musées et bibliothèques.
Ajoutons que, dans les milieux officiels, on se montre un peu sceptique sur l’application de cette mesure. Un fonctionnaire du Louvre a dit à un de nos confrères :
– Voyez-vous des gardiennes en bicorne et en redingote — comme Mme Dieulafoi [sic] — circulant dans les salles. Espère-t-on qu’elles ferraient peur aux malfaiteurs ?

« Gardiennes », Le Journal, 28 février 1908, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k827602n/f1>.

Le périodique illustré Le Fin de siècle17, qui se voulait ouvertement salace, se distingue dans l’infâme, par la plume de celui qui se cache sous le pseudonyme Jane de Saint-Simon, dans sa rubrique “La Semaine du Fin de Siècle” :

« Du féminisme », Le Fin de siècle, 1er mars 1908, n° 1769, p. [1]-2.

MERCREDI. — Du féminisme. — Voici une idée qui gagne chaque jour du ch[e]min. Les femmes accèdent doucement [à] des emplois de mâles. C’est charmant, je souhaite à ces femmes de ne pas y perdre leur grâce, à supposer qu’elles en aient, car il y a des femmes sans grâce comme il y a des hommes sans agrément. C’est affaire de chance.
M. Clemenceau qui est notre roi — Allah est Dieu et Clemenceau son prophète — vient de décider qu’à l’avenir les femmes seront admises aux emplois de gardiens de musées et de bibliothèques.
Cela vaudra mieux, certes, que d’être cochère. J’en voyais une sur son siège, l’autre jour, elle avait bien mauvaise mine.
En somme, à la longue, le siège doit fatiguer. Ça fatigue, le siège. Et ce siège-là, elles ne peuvent le lever ou le faire lever. Aussi, vu les difficultés du siège, quelques cochères ont déjà rendu… la main à Cocotte et remisé le diable et son train.
Savez-vous que c’est une cochère qui a le fiacre 69 ?
Gardienne de musée ou de bibliothèque, la femme sera a [sic] sa place ou du moins à l’abri. Et les femmes sont comme les fleurs. Etre mouillées ne leur convient pas. Une femme n’est à peu près bien sous la pluie qu’à la condition qu’il pleuve peu et qu’elle soit retroussée. Alors, il y a la jambe… Ah ! La jambe !
Seulement, M. Clemenceau, je vous avertis qu’il y aura quelquefois dans vos [texte manquant] grabuge amoureux. La jolie [texte manquant] [e]xcitera le flair du vieux rat de [texte manquant] ou même du jeune rat. Et [texte manquant] n’ont pas eeur [sic] des chats. Au contraire il s’entendent comme larrons en foire.
Sous prétexte de recherches, les musées ont des coins d’ombre, un visiteur visitera ce qu’il n’aurait pas cru voir. J’entends d’ici les banquettes soupirer, tendre leurs ressorts, les détendre, les plier, les soulever…
Parce que M. le ministre, partout où il y a de la femme, il passe un air d’amour, air de flûte ou solo de violon. Et si les gardiennes sont vieilles, elles ne pourront plus marcher pour guetter les voleurs. Il le faut donc jeunes.
J’avoue que ce serait charmant pour un homme qui admirerait quelque Watteau de se voir surveillé et même serré de près par une jolie midinette.
Ah ! mes enfants ! Comme il embarquerait ! Comme il embarquerait pour Cythère.

Jane de Saint-Simon, « Du féminisme », Le Fin de siècle, 1er mars 1908, n° 1769, p. [1]-2.

La féminisation des bibliothèques et musées

La pétition, ses relais dans la presse et la mesure édictée par le ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts, sont l’occasion d’évoquer la féminisation des emplois dans les institutions patrimoniales, plus particulièrement les bibliothèques et les musées.

Son étude n’a eu de cesse de se développer, notamment de la part de conservatrices depuis la note de synthèse de Maggy Pezeril-Toullec et Caroline Rives, datant de 197718 et qui étudiaient la profession des bibliothécaires à partir des guides des carrières féminines, de 1890 à 1946, fournissant ainsi un historique de la féminisation de la profession. Les débuts de la féminisation de la profession furent aussi retracés dans The role of women in librarianship, 1876-197619.

Des travaux plus récents ont comparé la France et l’Afrique de l’Ouest20 ou étudié l’accès par les femmes aux hautes fonctions dans les bibliothèques21.

Cependant, il reste à étudier l’histoire de ces pionnières qui ont répondu à l’invitation de L’Entente à écrire à leur préfet et recenser le nombre de celles qui furent recrutées dans les bibliothèques et musées comme gardiennes avant la Première Guerre mondiale22. En effet, rares sont les études sur les premières femmes à accéder à des emplois dans les bibliothèques, la plupart mentionnent surtout des bibliothécaires ayant entamé leur carrière dans les années 1920. Comme le rappelle Mary Niles Maack :

In the United States, women first became librarians in the 1850s, made up two-thirds of the practitioners in 1878, and accounted for over 78 percent by 1910. Feminization of librarianship in France was also rapid and dramatic, but it did not begin until after World War I23.

Maack, Mary Niles, « Women librarians in France : the first generation », Journal of Library History, 1983, vol. 18, n° 4, p. 407-449. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.jstor.org/stable/25541456>.

Le manque de femmes possédant les « grades universitaires » requis par Théodore Mortreuil pour entrer à la Nationale, ou de femmes archivistes-paléographes, s’explique en partie par le développement tardif de l’enseignement pour les filles.

Ce n’est qu’en 1861 à Lyon que la première femme — Julie-Victoire Daubié (1824-1874) — obtient le diplôme du Baccalauréat. Madeleine Bres (1842-1921), autre bachelière, ne put entreprendre ses études de médecine en 1868 qu’à la condition de continuer à travailler seule, à domicile, puisque faute de mixité, elle n’a pas l’autorisation de fréquenter les lieux d’études réservés aux hommes24. Le régime de l’enseignement pour les filles ne se libéralisa qu’après le 21 décembre 1880, avec la loi du député Camille Sée (1847-1919) qui leur ouvre l’accès à un enseignement secondaire public.

Puis vint Marie Pellechet

Si l’on en croit l’étude internationale sur la féminisation des bibliothèques menée pour le Congrès international des femmes de 1899, tenu à Londres du 26 juin au 27 juillet, aucune femme n’est recensée dans les bibliothèques françaises à cette date :

In France there appears to be no record of the employment of women, but every one knows of the finished work of Mlle. Pellichet [sic pour Pellechet], of 30, Bue Blanche, Paris, as a cataloguer of the incunabula in the National Library of France. She is now travelling all over France obtaining data for a catalogue of further collections25.

James, Miss M. S. B., « Women and their Future in Library Work », dans : Women in professions, being the professional section of the international Congress of women, London, July, 1899, London : T. Fisher Unwin, 1900, p. 222-223. – (The International congress of women of 1899 ; IV). Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/internationalco05womegoog/page/n239/mode/2up>.

Le propos est affirmé par celle qui mena l’enquête, soit Minnie Stewart Rhodes James (1865-1903)26. Lors de l’enquête, elle est bibliothécaire au Library Bureau de Boston (États-Unis) de 1897 à 190327, soit la société fondée par le bibliothécaire Melvil Dewey (1851-1931)28 pour commercialiser du matériel standardisé pour les bibliothèques.

Il est quelque peu singulier de nommer Marie Pellechet (1840-1900) comme l’incunabuliste attitrée de la Bibliothèque Nationale car en réalité elle ne fut pas employée par l’institution… Ce n’est qu’en vertu d’un arrêté ministériel du ministre de l’Instruction publique Alfred Rambaud (1842-1905), en date du 6 décembre 1899, qu’elle fut nommée « bibliothécaire honoraire de la Bibliothèque nationale », titre uniquement honorifique attribué en quelque sorte « pour services rendus » à la cause bibliographique. En effet, au moment de lui remettre l’arrêté le 9 décembre 1899, Léopold Delisle dit :

Je me fais un plaisir d’ajouter aux considérations de cet arrêté l’expression de toutes mes félicitations pour un titre qui est bien justifié par les services que vous avez rendus.

Ingold, Auguste-Marie-Pierre (1852-1923), Notice sur la vie et les ouvrages de Marie Pellechet, Paris : Alphonse Picard et fils, 1902, p. 126. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k320866w/f138>.

La presse ne manqua de rendre compte de cette nomination tardive de l’infatigable bibliographe :

L’administration, appréciant l’importance de l’œuvre de ce collaborateur féminin, nomma Mlle Marie Pellechet bibliothécaire honoraire.
Aucune autre femme n’a porté ce titre honorifique si bien gagné, si justifié par le premier volume publié après tant d’années d’efforts et de recherches.

Furetières, « Les ennemis du livre », Le Soleil, 14 juin 1901, n° 165, p. [1].

Bien qu’honorifique, le titre est rappelé dans l’annonce de son décès, avant son autre décoration29 :

Mlle Marie Pellechet, bibliothécaire honoraire à la Bibliothèque nationale, officier de l’Instruction publique.

La Croix, 15 décembre 1900, n° 5421, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219281v/f2>.

Marie Pellechet a attiré l’attention des premières bibliothécaires nord-américaines, comme Mary Wright Plummer (1856-1916), célèbre bibliothécaire américaine, deuxième femme à accéder au poste de présidente de l’American Library Association. Cette dernière fit plusieurs voyages d’études en Europe et rédigea l’une des premières biographies de la bibliographe française30.

En 1915, quand la bibliothécaire Mizpah Gilbert entend « summarise the position of women in public libraries to-day »31, c’est encore le nom de Marie Pellechet qui est évoqué, sa renommée invisibilisant toutes les autres bibliothécaires en activité, si tant est qu’il y en eut en France :

In Sweden, Austria, and Belgium women are employed as assistants. I have not been able to glean any information regarding the libraries of France, but the name of Mademoiselle Pellechet, who was the cataloguer of the Incunabula of the National Library of France, will ever be remembered as that of a great librarian.

Gilbert, Mizpah, « The Position of Women in Public Libraries », Library World, 1915, October, n° XVIII, p. 100-105. Disponible sur Internet, url : <https://www.emerald.com/insight/content/doi/10.1108/eb008995/full/pdf?title=the-library-world-volume-18-issue-4>.

Selon la chercheuse américaine Mary Niles Maack, qui a mené des études comparatives sur la première génération de femmes bibliothécaires en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis32 :

The only woman associated with the national library before World War I was Marie Pellechet.

Maack, Mary Niles, « Women librarians in France : the first generation », The Journal of Library History, 1983, Fall, vol. 18, n° 4, Women in Library History: Liberating Our Past, p. 407-449. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.jstor.org/stable/25541456>.

Comme l’indiquait Théodore Mortreuil, la mesure en faveur de l’emploi de gardiennes dans les musées et bibliothèques semble bien avoir surtout concerné les bibliothèques territoriales et non la Nationale. Les archives administratives de cette dernière ne semblent pas faire mention de la décision du ministre ni de l’emploi de femmes qui lui aurait été consécutif. Les recherches menées dans la presse dans les mois qui suivent l’adoption de la mesure, courant 1908 et 1909, ne font état que de la nomination de gardiens mâles, anciens militaires, bénéficiant de la loi du 21 mars 1905 sur les emplois dits réservés « aux militaires engagés et rengagés » :

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 19 décembre). La Conquête féministe de la Bibliothèque nationale, citadelle masculine. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3ts

  1. Dans les transcriptions qui suivent, les notes sont de notre fait. Les coquilles dans les documents originaux sont signalées d’un [sic]. []
  2. Du 4 janvier 1908 au 2 novembre 1910, le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts fut Gaston Doumergue (1863-1937). []
  3. Soit, en 1908, Théodore Mortreuil (1850-1937), entré à la Bibliothèque en 1870 et qui fut secrétaire-trésorier de 1885 à 1925. La fonction de secrétaire général ne fut créée qu’avec la loi de finances de 1939. []
  4. Rappelons que l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses fut créée en 1880, celle de Sèvres en 1881. Sachant que les femmes n’ont jamais été exclues du concours d’entrée à l’École des chartes, rien n’interdisait qu’une femme possédât le titre d’archiviste-paléographe et intégrât la Bibliothèque nationale. Las, une seule femme fut diplômée de l’École avant la Première Guerre mondiale, en la personne de Geneviève Aclocque (1884-1967), entrée en 1906 et diplômée en 1910, mais elle n’embrassa pas la carrière de bibliothécaire ni d’archiviste. []
  5. On ne peut que sourire de l’argument de la force prodigieuse avancé pour refuser un emploi de gardiennes aux femmes. []
  6. Sic pour Jane Dieulafoy (1851-1916). []
  7. L’emploi de chiens pour le gardiennage fut mis en œuvre au Louvre. Voir à ce sujet : Lebée, Thomas, « Les chiens de garde du Louvre », Histoire de l’égyptologie en formation, 25 juillet 2019. Disponible sur Internet, url : <https://hef.hypotheses.org/586>. Il le fut également à la Bibliothèque nationale en 1924. Voir : Jacquot, Olivier, « Surtout pas de chien à la Bibliothèque nationale !… », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 11 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21797>. []
  8. L’artiste peintre Étienne Dujardin-Beaumetz (1852-1913) fut sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts du 25 janvier 1905 au 14 janvier 1912. []
  9. « Jane Dieulafoy », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 23 octobre 2022. Disponible sur Internet, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Jane_Dieulafoy&oldid=198057557>. []
  10. Voir : Gran-Aymerich, Eve, « Jane Dieulafoy (1851-1916) », BnF Bibliothèques d’Orient, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://heritage.bnf.fr/bibliothequesorient/fr/dieulafoy-art> ; « Figures du Louvre : Jane et Marcel Dieulafoy », Louvre, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.louvre.fr/louvreplus/video-figures-du-louvre-jane-et-marcel-dieulafoy>. []
  11. « Nos pétitions », L’Entente, 1905, avril, n° 1, p. [8]. []
  12. Moisan, Michel, Pierre Baudin (1863-1917) : un radical-socialiste à la Belle Epoque, Orléans : Université d’Orléans, 2009, 1 vol. (607 p.). – (Thèse de doctorat : Histoire : Université d’Orléans : 2009). Disponible sur Internet, url : <https://theses.hal.science/tel-00461257>. []
  13. L’article initial était paru dans : Baudin, Pierre, « Les Musées des Villes », Le Journal, 2 janvier 1908, n° 5572, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76269419/f3>. []
  14. Ripa, Yannick, « Chapitre 7 – L’évolution de la condition féminine de 1870 à 1914 », dans : Les femmes, actrices de l’histoire France, de 1789 à nos jours, Paris : Armand Colin, 2010, p. 67-85. DOI : 10.3917/arco.ripa.2010.01.0067. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.cairn.info/les-femmes-actrices-histoire-de-france–9782200246549-page-67.htm>. []
  15. En 1908, Georges Clemenceau (1841-1920) est à la fois Président du Conseil et ministre de l’Intérieur. []
  16. Notons que le même article fut repris à l’identique dans nombre de titres : Le Signal [de G. Chastand, 19 Bd. Monstmartre], 27 février 1908, n° 4278, p. [1] ; Le Petit Caporal [de Charles Faure-Biguet, 3 rue Taitbout], 28 février 1908, n° 59, p. [1] ; L’Estafette [de René Cliquet, 3 rue Taitbout], 28 février 1908, n° 59, p. [1] ; Le Voltaire [6 rue Monsigny], 28 février 1908, p. [1] ; La Justice [20 rue de Grammont], 28 février 1908, p. [1] ; Le Public [de H. Arnaud-Moulin, 117 rue Réaumur], 28 février 1908, p. [1] ; Le Petit moniteur [3 rue Taitbout], 29 février 1908, n° 60, p. [1]. []
  17. Fondé fin 1890 par François Mainguy et René Émery (1861-19..). []
  18. Pezeril-Toullec, Maggy ; Rives, Caroline ; Wagner, Madame (dir.), La féminisation des emplois dans les bibliothèques, Villeurbanne : ENSB, 1977, 1 vol. (108-XXV f.) ; 30 cm. (Note de synthèse : ENSB : 1977 ; 51). []
  19. Weibel, Kathleen ; Heim, Kathleen M. ; Ellsworth, Dianne J., The role of women in librarianship, 1876-1976 : the entry, advancement and struggle for equalization in one profession, Phoenix, Oryx Press, Phoenix : Oryx Press ; London : Mansell, 1979, 1 vol. (xxxix-510 p.) ; 23 cm. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/roleofwomeninlib0000unse>. Nous ne sommes pas parvenus à consulter : Maack, Mary Niles, « Au service des lecteurs: l’action des premières bibliothécaires françaises », Bulletin d’Information de l’Association des Diplômés de l’École de Bibliothécaires Documentalistes, 1983, novembre, numéro spécial Femmes Bibliothécaires, vol. 22, p. 3-16. []
  20. Kinane, Gnotoua Jean-Baptiste ; Merland, Michel (dir.), La carrière de bibliothécaires et de documentalistes en France et en Afrique francophone de l’ouest dans les documents d’orientation professionnelle : guide des carrières etc., recensement de la documentation, étude critique, Villeurbanne : ENSB, 1981, 1 vol. (71 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/63086-carriere-de-bibliothecaires-et-de-documentalistes-en-france-et-en-afrique-francophone-de-l-ouest-dans-les-documents-d-orientation-professionnelle-guide-des-carrieres-etc-recensemement-de-la-documentation-etude-critique.pdf>. []
  21. Forlani, Séverine ; Bertrand, Anne-Marie, Femmes, pouvoir et bibliothèques : l’accès aux hautes fonctions dans les bibliothèques françaises : mémoire d’études, [Villeurbanne] : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2009, 1 vol. (98 p.) : ill. – (Diplôme de conservateur de bibliothèque : enssib : 2009). Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48195-femmes-pouvoir-et-bibliotheques.pdf>. []
  22. Join-Lambert, Odile, « Les gardiens vus à travers les archives de la Direction des musées de France (1900-1970) », dans : Mairesse, François (dir.) ; Monjaret, Anne (dir.), Accueillir et surveiller : les métiers du gardien de musée, Paris : la Documentation française, DL 2017, p. 187-206. []
  23. Aux États-Unis, les femmes ont commencé à devenir bibliothécaires dans les années 1850, elles représentaient les deux tiers des praticiens/professionnels en 1878 et plus de 78 % en 1910. La féminisation de la profession de bibliothécaire en France a également été rapide et spectaculaire, mais elle n’a commencé qu’après la Première Guerre mondiale. []
  24. Pezeu, Geneviève, « Une histoire de la mixité », Cahiers pédagogiques, 14 février 2011. Disponible sur Internet, url : <https://www.cahiers-pedagogiques.com/une-histoire-de-la-mixite/> et Rogers, Rebecca (dir.), La mixité dans l’éducation : enjeux passés et présents, Lyon : ENS Éditions, 2004, 1 vol. (240 p.). DOI : https://doi.org/10.4000/books.enseditions.1796. Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/enseditions/1796>. []
  25. En France, il semble qu’il n’y ait aucune trace de l’emploi des femmes, mais tout le monde connaît le travail achevé de Mlle Pellichet [sic pour Pellechet], du 30, Bue Blanche, Paris, en tant que catalogueuse des incunables de la Bibliothèque Nationale de France. Elle voyage actuellement dans toute la France pour obtenir des données pour un catalogue d’autres collections. []
  26. Voir son portrait dans : « Minnie Stewart Rhodes James, People’s Palace Librarian », Women at Queen Mary Online: a virtual exhibition, 2008. Disponible sur Internet, url : <http://www.women.qmul.ac.uk/virtual/women/atoz/james.htm>. []
  27. Ahern Mary E., « Editorial », Public Libraries, 1903, July, vol. 8, n° 7, p. 314. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/sim_libraries_1903-07_8_7/page/314/mode/2up> ; M. W. P., « M. S. R. James [: nécrologie] », Public Libraries, 1903, July, vol. 8, n° 7, p. 330. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/sim_libraries_1903-07_8_7/page/330/mode/2up>. L’article est signé des initiales M.W.P. qui se rapportent à Mary Wright Plummer (1856-1916) ; Flanzraich, Gerri, « The Library Bureau and Office Technology », Libraries & Culture, 1993, vol. 28, n° 4, p. 403-429. Disponible sur Internet (payant), url : <http://www.jstor.org/stable/25542593>. []
  28. The story of Library bureau, Boston : Library bureau, 1909, 1 vol. (2-50 p.) : front., ill. ; 18 cm. Disponible sur Internet, url : <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=njp.32101074713577&view=1up&seq=9>. []
  29. Marie Pellechet fut faite Officier d’académie le 10 juillet 1888, puis Officier de l’instruction publique le 15 janvier 1894. []
  30. Wright Plummer, Mary, « Some eminent librarians : Mlle. Marie Pellechet », The Pratt Institute Monthly, november 1900 – june 1901, vol. IX, p. 43-44. Disponible sur Internet, url : <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=mdp.39015033943591&>. []
  31. « résumer la position des femmes dans les bibliothèques publiques aujourd’hui » []
  32. Voir sa bibliographie en ligne, url : <https://pages.gseis.ucla.edu/faculty/maack/CV.htm>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search