La Bibliothèque nationale, Élysée des reclus, reste à l’ombre

Demandez à tout bon Français qui lit tous les jours son journal dans son estaminet ce qu’il entend par progrès, il répondra que c’est la vapeur, l’électricité et l’éclairage au gaz, miracles inconnus aux Romains, et que ces découvertes témoignent pleinement de notre supériorité sur les anciens

Baudelaire, Charles, « Exposition universelle, 1855, Beaux-arts », dans : Curiosités esthétiques, 1868.

Installée à la Bibliothèque Sainte-Geneviève1 par son architecte Henri Labrouste (1801-1875), dès son ouverture, en 1851, l’électricité au gaz d’hydrogène ne fut pas pareillement déployée à la Bibliothèque Nationale dont il devint pourtant l’architecte le 16 février 18542. Remplaçant Louis Visconti (1791-1853) comme architecte de la Bibliothèque impériale, Henri Labrouste préféra l’éclairage naturel à l’éclairage artificiel, notamment dans la grande salle de lecture réalisée entre 1861 et 1868.

Ce « miracle inconnu aux Romains », selon Charles Baudelaire, le resta longtemps des lecteurs de la Bibliothèque, au point qu’il constitua un motif récurrent de réclamations, de plaintes, de pétitions relayées dans la presse, notamment en hiver, quand en raison du faible éclairage naturel, la Bibliothèque fermait ses portes à 16 heures3.

Les quelques exemples qui suivent et qui ne prétendent nullement à l’exhaustivité, montrent la permanence de cette attente de la part ceux que l’on nomme aujourd’hui les « usagers », les lecteurs de la Bibliothèque, mais aussi de la part de journaux de tous bords politiques. Les notes sont de notre fait. Les coquilles originales sont signalées d’un [sic].


1888, Le Petit journal

Depuis plusieurs mois les journaux parlent d’une future inauguration de l’électricité à la Bibliothèque nationale.
Or, il n’a jamais été question, jusqu’à ce jour, d’électricité à la Bibliothèque.
Du reste, pour qui connaît les différentes salles de travail et les magasins de notre Bibliothèque nationale, il est évident qu’une installation complète de l’électricité y serait impossible et une installation partielle très coûteuse.
Le nombre très restreint des employés devrait être augmenté, des aménagements spéciaux préparés ; bref, il faudrait de l’argent, beaucoup d’argent et le budget de l’instruction publique a d’autres dépenses à faire.
Puisque nous sommes à la Bibliothèque nationale, annonçons qu’à partir du 15 septembre, la salle de travail sera fermée à cinq heures du soir.

Le Petit journal, 1er septembre 1888, n° 9381, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k609875g/f1>.

1890, Paris-Capital

Paris-Capital, 1er octobre 1890, p. [3].

Pendant que quelques-uns de nos confrères réclament pour la Bibliothèque nationale l’installation de l’électricité, à l’instar des bibliothèques des grandes villes européennes, nous nous plaindrons, une fois de plus, du temps invraisemblable qu’il faut pour délivrer les livres aux lecteurs.

Constatons, tout d’abord, qu’il s’écoule en moyenne trois quarts d’heure entre la remise du bulletin à l’employé et celle du livre au signataire de ce bulletin. Nous pensions que c’était le système bibliographique et le mode de recherches qui étaient défectueux.

Mais des renseignements que nous avons pris il ressort que ce système est excellent et que les employés ont en main tout ce qu’il faut pour compléter les indications du bulletin, en cas de recherches difficiles.

C’est dans l’insuffisance du personnel — huissiers et employés — qu’il faut chercher les causes de cette longueur de temps. On communique journellement, en effet, mille à quinze cents livres ; on comprendra que ce n’est pas avec un pareil chiffre de demandes que peut suffire la demi-douzaine de fonctionnaires employés à la Bibliothèque nationale.

Nous transmettons à qui de droit cette réclamation, qui nous paraît des mieux fondées.

Paris-Capital, 1er octobre 1890, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5763018z/f3>.

1897, La Justice

Dans le journal de Georges Clémenceau, La Justice, à la faveur d’un article sur la destruction programmée de certaines maisons d’arrêt parisiennes, un pique est lancée à l’encontre de la Bibliothèque nationale :

Déportements et Villégiatures

Nos prisons partent en villégiature : Mazas, Sainte-Pélagie, l’Infirmerie centrale et la Grande Roquette vont disparaître. Le département de la Seine fait construire à Fresnes des bâtiments qui remplaceront ces asiles hospitaliers.
Les prisons suivent le mouvement : elles se syndiquent.
Dans la dernière session, le conseil général a voté sans marchander de larges subsides. Il faut l’en féliciter : Mazas et la Grande-Roquette elle-même donnent peu de gaieté à Paris et peu da bénéfices à sa municipalité :
à leur place seront bâties sans doute des maisons de rapport ; la Ville en tirera plus de profits que de ses anciennes prisons dont les locataires ne paient pas même de mine.
D’ailleurs on n’épargnera rien pour rendre les nouvelles maisons dignes des hôtes qu’elles devront héberger et les architectes nous donnent déjà sur leurs projets les renseignements les plus véridiques, l’équerre sur la main.
Sur les prés fleuris qu’arrose la Bièvre, s’élèveront cinq pavillons ; l’infirmerie, placée ingénieusement en avant, réjouira tout d’abord le regard qui pourra se promener ensuite tout à son aise sur les autres bâtiments, installés conformément à toutes les règles de l’hygiène et de l’élégance modernes : ils auront l’électricité que convoite vainement la Bibliothèque Nationale ; les cellules, où l’on fabriquera des chaussons de lisière à talons rouges, meublées avec un goût exquis et fermées de portes à petits carreaux, seront peintes en jaune clair — couleur qui s’harmonisant avec la teinte des haricots ne fatiguera pas la vue des prisonniers.
Je voudrais tenter de ce charmant séjour une description plus complète ; mais plusieurs points restent à l’ombre : on ne sait pas par exemple encore si la décoration de l’établissement sera confiée à Puvis de Chavannes4 ou à Forain5.
Mais il paraît dès maintenant certain que les prisons de Fresnes seront aussi luxueuses et moins instables que la villa de M[.] Bamberger.
On ménera [sic] la vie la plus douce dans cet Elysée des reclus.
Aujourd’hui ces dames de Saint-Lazare n’ont avec ces messieurs de la Roquette que des rapports difficiles ; à Fresnes les distances seront rapprochées, la vie mondaine se créera : on ne recevra pas seulement comme des princes, messeigneurs, les amis qui viendront de Paris le dimanche ; on se réunira en semaine, entre soi ; tout se passera fort convenablement dans ces maisons, qui seront alors justement nommée maisons de correction[.]
E[t] tandis que les Parisiens s’étioleront dans l’air vicié de la cité, irrespirable parfois, nous disaient cette semaine les chimistes officiels6, les détenus en villégiature se muniront dans leurs camisoles de forces nouvelles.

« Déportements et villégiatures », La Justice, 17 janvier 1897, n° 6207, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k824371x/f3>.

Le texte fait référence au banquier Henri Bamberger (1826-1908) dont la villa Belle-Vue (ou Bellevue selon les sources) disparut dans l’éboulement d’un pan de la falaise ouest de Dieppe, dans la nuit du 7 décembre 18967.

1899, La Fronde

En septembre 1899, c’est au tour du journal dirigé par Marguerite Durand (1864-1936) de railler la Bibliothèque nationale, « habituée à contempler les reliques du Passé ».

« L'électricité à la Bibliothèque nationale », La Fronde, 14 septembre 1899, n° 645, p. [2]

L’ÉLECTRICITÉ ET LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE

La Bibliothèque Nationale. peut-être parce qu’elle est habituée à contempler les reliques du Passé, ou plus simplement, parce qu’elle fait partie de l’Etat, ne sympathise guère avec le progrès.
C’est ainsi qu’elle n’a pas cru devoir faire un usage abusif de l’électricité, tel que d’éclairer pleinement ses salles, et de permettre à ses lecteurs assidus de continuer à travailler après le coucher du soleil.
Pendant la belle saison, personne ne réclame, mais voici l’hiver… et on nous annonce qu’à partir du 16 de ce mois, les salles fermeront à 5 heures, et le 16 octobre à 4 heures, comme tous les ans, d ‘ailleurs.
Nous sera-t-il permis de remarquer que les journées de travail sont ainsi bien diminuées et de demander instamment… que l’électricité soit admise à la Bibliothèque nationale.

« L’électricité à la Bibliothèque nationale », La Fronde, 14 septembre 1899, n° 645, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k67037645/f2>.

1902, Le Journal

En 1902, Le Journal fondé par Fernand Xau (1852-1899)8, voisin de la Bibliothèque nationale, puisqu’il logeait au 100 rue de Richelieu, profite d’un article sur l’installation de l’électricité à la bibliothèque de Newark pour lancer une pique à la Bibliothèque.

Le Journal, 2 janvier 1902, n° 3381, p. [1].

Une bibliothèque publique installée électriquement.
C’est aux Etats-Unis — naturellement — que la chose se passe.
La nouvelle bibliothèque de la ville de Newark possède une installation électrique complète, destinée à assurer l’éclairage, le chauffage et le fonctionnement des ascenseurs et des monte-charges.
L’éclairage électrique comprend 2,250 lampes à incandescence et un certain nombre de lampes à arc ; le chauffage est produit par des radiateurs disposés le long des murs entre les fenêtres. Les ascenseurs et monte-charges sont
affectés au service des lecteurs et à la manutention des livres.
Cinq groupes électrogènes, actionnés par de puissantes machines à vapeur, fournissent le courant nécessaire.
Cet exemple yankee ne décidera pas nos gouvernants à éclairer à l’électricité notre Bibliothèque nationale.

Le Journal, 2 janvier 1902, n° 3381, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7626563h/f1>.

1903, L’Univers

Il était question, depuis longtemps, d’éclairer à l’électricité la Bibliothèque nationale.
Mais la catastrophe du Métropolitain a fait définitivement trancher la question par la négative.
La canalisation, que l’architecte venait d’établir, ne servira donc pas. On ne veut point — et avec raison peut-être — qu’un nouveau calife Omar, sous le nom de court-circuit, vienne anéantir les quatre millions de volumes et les trois cent mille manuscrits qui composent le trésor intellectuel de cet établissement.
Le revers de la médaille, c’est que la Bibliothèque ne sera pas éclairée du tout, et que, dans les après-midi d’hiver, les travailleurs devront, comme par le passé, s’arrêter avant quatre heures, parfois même avant, comme il arrive lorsque le temps n’est pas clair.
Toutefois une commission va être nommée pour étudier, une fois de plus, la question de savoir s’il y a moyen de doter la Bibliothèque d’un éclairage inoffensif.

L’Univers, 16-17 août 1903, n° 12941, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k711531w/f1>.

En 1903, les journaux évoquent l’incendie du 10 août 1903 dans le métro de Paris, provoqué par un court-circuit d’une motrice, et qui causa la mort de 84 personnes.

Osvaldo Tofani, La catastrophe du métro Couronnes, le 10 août 1903, à Paris, L'Actualité, n°187, 16 août 1903
Osvaldo Tofani, La catastrophe du métro Couronnes, le 10 août 1903, à Paris, L’Actualité, n°187, 16 août 1903, Public domain, via Wikimedia Commons

1903, Le Troyen hebdomadaire

« L'Électricité en quarantaine », Le Troyen hebdomadaire, 30 août 1903, n° 391, p. [1]

L’Électricité en quarantaine

Décidément, la Bibliothèque nationale ne sera pas éclairée à l’électricité.
A bas l’électricité ! tel est depuis l’accident du Métro le cri de tous les architectes.
Il avait été question dès les agrandissements de la Bibliothèque nationale terminée, d’installer l’électricité partout. M. Pascal9, l’architecte, avait même achevé les travaux de canalisation nécessaires.
Mais l’administration ne voit plus que courts-circuits partout et incendies.
Pensez quel désastre, si les quatre millions de volumes imprimés, les trous cents mille manuscrits, les richesses incalculables des médailles étaient la proie des flammes !
On va nommer une commission qui comprendra des architectes, des érudits, des conservateurs de bibliothèques, des gazistes, des électriciens, etc.
Elle se réunira et après de sérieux conciliabules, elle décidera que le gaz, dont les nombreux méfaits sont pour le moment oubliés, sera vainqueur de l’électricité à moins qu’on ne revienne à la bonne vieille lampe à l’huile de nos aïeux ; la lampe carcel qui fume, file et charbonne, mais n’explose jamais. Mais, avant de rien conclure, la commission fera bien d’attendre le résultat des expériences de M. Georges Magrady10, qui vient de découvrir la « lumière éternelle » qui éclaire sans brûler.

« L’Électricité en quarantaine », Le Troyen hebdomadaire, 30 août 1903, n° 391, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4323230t/f5>.

1906, L’Intransigeant

L'Intransigeant, 20 décembre 1906, p. [4]

Quand se décidera-t-on à éclairer la Bibliothèque Nationale ?

Par les journées sombres comme l’était celle d’hier, on ne délivre plus aucun ouvrage à partir de deux heures, car il est exact qu’on ne saurait les chercher dans l’obscurité.

Quoi qu’il en soit, les travailleurs de la rue de Richelieu se plaignent à bon escient :

— Que n’installe-t-on l’électricité ? disent-ils. Parce que l’on craint le feu ? Il y a pourtant dans les bâtiments de la Bibliothèque Nationale un restaurant dont les fourneaux constituent un foyer d’incendie bien plus dangereux…

L’Intransigeant, 20 décembre 1906, p. [4]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k784364z/f4>.

1922, Le Petit Parisien

L’ELECTRICITE RESTE PROSCRITE DE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE
Un député en demandait l’installation pour faciliter aux chercheurs le travail de la soirée, mais l’administration la refuse par crainte d’incendie

Tous les chercheurs qui fréquentent les salles de travail de la Bibliothèque nationale déplorent l’absence de l’éclairage électrique dans ce monument. Un député de la Seine, M. Léon Barbé, s’est fait l’écho de leurs doléances, signalant la gêne qui en résulte pour eux, notamment dans les courtes journées d’hiver ; il a invoqué l’exemple du British Museum qui, pourvu de l’éclairage électrique, reste ouvert dans la soirée aux travailleurs, et a fait observer que le chauffage des locaux, la présence d’un personnel logé et la cuisine du restaurant compromettent bien plus la sécurité des collections que quelques lampes électriques.
Tel n’est point l’avis de l’administration des palais nationaux qui reste hostile à tout éclairage artificiel de notre grande bibliothèque et oppose tout particulièrement une résistance opiniâtre à l’installation de l’électricité dans ses salles. Pourquoi ? Voici la réponse qui vient d’être faite aux questions de M. Léon Barbé :
Le département de l’Instruction publique n’a jamais perdu de vue l’intérêt qu’il y aurait pouvoir ouvrir aux travailleurs jusque dix-huit heures, et même le soir, la salle de travail de la Bibliothèque nationale ; à plusieurs reprises, il a étudié les moyens d’assurer un éclairage convenable de cette salle, mais il a toujours dû réserver sa décision devant les graves difficultés de l’opération et la dépense considérable qu’elle entrainerait. L’installation de lampes électriques dans un vieux bâtiment qui n’a pas été construit en vue de ce mode d’éclairage, présenterait de redoutables dangers la commission technique spéciale, qui avait été instituée en vue de l’examen de cette question, a formellement déclaré, en effet, que « de quelque façon que l’on procède, et malgré les systèmes de contrôle les plus perfectionnés, il sera impossible d’écarter complètement de graves dangers d’incendie ». Une canalisation électrique se ramifiant de tous les côtés et logée nécessairement dans des parties du bâtiment difficiles à surveiller ferait courir aux collections de bien plus grands risques que les appareils de chauffage et d’éclairage installés en quelques points de la Bibliothèque nationale, et qui sont bien isolés et constamment surveillés.

« L’électricité reste proscrite de la Bibliothèque nationale », Le Petit Parisien, 16 avril 1922, n° 16483, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6049906/f2>.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 16 décembre). La Bibliothèque nationale, Élysée des reclus, reste à l’ombre. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tp

  1. « A la bibliothèque Sainte-Geneviève », Le Figaro, 3 novembre 1903, n° 307, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2864129/f2> : « L’éclairage électrique est réclamé depuis longtemps dans nos grandes bibliothèques publiques. Mais la Commission compétente craignait le feu.
    M. Henri Beau, l’auteur de tant de progrès dans l’industrie et l’art du luminaire électrique, lui proposa des dispositions si ingénieuses que la Commission en décida l’application, et l’on commence par la bibliothèque Sainte-Geneviève.
    M. Henri Beau ne tenant un procédé connue bon que lorsqu’il est, en outre, économique, l’architecte si distingué de la bibliothèque, M. Dufrasse [sic pour Defrasse], réalise sur son budget une grosse économie qui lui permet de terminer les nouveaux rayons si curieux de la salle du plan de Rome. ». Sur Henri Beau, voir : Lubliner-Mattatia, Sabine, « Henri Beau, pionnier de l’éclairage électrique (1855-1937) », Bulletin de la Sabix, 2011, n° 48, p. 24-29. Disponible sur Internet, url : <https://journals.openedition.org/sabix/991>. Pour « Defrasse, Alphonse », AGORHA, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : AGORHA, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://agorha.inha.fr/ark:/54721/f8d94c41-bc77-443f-bb86-8843b512fe72>. N’étant pas l’architecte de la bibliothèque Sainte-Geneviève, le journal le mentionne-t-il en tant qu’architecte des bâtiments civils et palais nationaux ? []
  2. Voir : « Henri Labrouste (1801-1875) », [Sélection] Gallica, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/images/henri-labrouste-1801-1875>. []
  3. Au lieu de 18 heures, son horaire de fermeture habituel. Elle fermait à 16h en janvier, 16h30 en février, 18h du 15 mars au 15 septembre, à 17h30, 17h, 16h30, et 16h heures du 1er novembre au 1er janvier, au gré de la diminution de l’éclairage naturel dispensé par ses coupoles et verrières. []
  4. Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898) qui a bénéficié d’un certain nombre de commandes publiques : au palais Longchamp à Marseille (1867-1869), à l’hôtel de ville de Poitiers (1870-1875), au musée des beaux-arts de Lyon (1884-1886), à l’hôtel de ville de Paris (1887-1894), à l’amphithéâtre de la Sorbonne à Paris (1886-1889) et au Panthéon de Paris (en 1874-1878 et de 1893 à sa mort). []
  5. Jean-Louis Forain (1852-1931) qui, en 1894, fit l’objet d’une commande pour la façade du Café Riche de décors devant être exécutés par le mosaïste Giandomenico Facchina (1826-1903). []
  6. L’air fut analysé en février 1897 : Cailletet, Louis Paul, « Sur les appareils employés pour recueillir l’air à grande hauteur, dans l’ascension de l’aérophile du 18 février 1897. Analyse de l’air recueilli », L’Aéronaute : moniteur de la Société générale d’aérostation et d’automotion aériennes, 1897, avril, 30e année, n° 4, p. 77-79. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56992168/f7.item>.
    Une « Commission des « Odeurs de Paris », [fut] créée en exécution d’une délibération du Conseil général de la Seine, en date du 8 juillet [1897]. Cette Commission administrative a pour mission d’étudier les causes des odeurs qui se répandent dans Paris et les moyens d’y remédier. Elle s’est réunie pour la première fois à la Préfecture de police, le 18 juillet 1895, et a tenu depuis douze autres séances, au cours desquelles elle a étudié et adopté divers rapports, notamment sur « les causes des émanations odorantes de Paris et de la banlieue » et sur la « réorganisation du service d’Inspection des Etablissements classés », Rapport… / Conseil municipal de Paris, 1897, p. 36. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6424610d/f36>.
    Dans le même ordre d’idée, l’eau de la Bièvre fut analysée en 1896-1897, cf. : Pouchet, Gabriel ; Bonjean, Edmond, « Contribution à l’analyse des eaux potables », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1897, série 3, n° 37, p. 148-167. Selon : Brochet, A., « Contribution à l’analyse des eaux potables », Revue de physique et de chimie, 1896-1897, n° 6, p. 303 : « Ce travail est l’exposé des méthodes employées au laboratoire du Comité consultatif d’Hygiène publique pour l’examen bactériologique des eaux potables. On y trouve une série d’expériences systématiques faites sur un certain nombre d’échantillons d’eau. Ces expériences comportent : 1° numération des germes aérobies ; 2° spécification des germes ; 3° recherches des espèces pathogènes et des associations dangereuses ; 4° recherche spéciale et séparation du Bacille coli et du Bacille typhique. Un certain nombre de tableaux donne le détail de quelques expériences. ». []
  7. Voir Le Figaro du 8 décembre 1896 ; Féron, Claude, « Mardi 8 décembre 1896, à Dieppe, une villa à la mer », Connaissance de Dieppe et de sa région, 2001, avril, n° 197 ; Duteurtre, Maurice, « Villa Bellevue », Les Amys du vieux Dieppe, 2016, n° 128. La presse française s’en fit également l’écho, montrant la villa avant sa destruction :

    « La villa Bellevue à Dieppe », Le Monde illustré, 12 décembre 1896, p. 377.
    « La villa Bellevue à Dieppe », Le Monde illustré, 12 décembre 1896, p. 377. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64391071/f5>.

    La maison détruite illustra la presse britannique avec une impressionnante gravure de Charles Joseph Staniland (1838-1916) d’après une photographie d’E. Engammare-Bunel :

    « The Landslip at Dieppe : all that is left of the Villa Bellevue », The Graphic, 19 December 1896, vol. LIV, n° 1412, p. 775
    « The Landslip at Dieppe : all that is left of the Villa Bellevue », The Graphic, 19 December 1896, vol. LIV, n° 1412, p. 775. []
  8. Michel, Pierre, « XAU, Fernand », Dictionnaire Octave Mirbeau, 2016. Disponible sur Internet, url : <http://mirbeau.asso.fr/dicomirbeau/index.php?option=com_glossary&id=840>. []
  9. Jean-Louis Pascal (4 juin 1837 – 16 mai 1920), architecte de la Bibliothèque nationale de 1875 à 1912. []
  10. « Lumière éternelle ! — Un inventeur de Chicago, Georges Magrady aurait découvert, d’après les journaux américains qui nous en donnent la nouvelle, le moyen de fabriquer une lampe de trente-six bougies qui ne peut jamais s’éteindre.
    En faisant, il y a quatre ans, des expériences avec des produits chimiques qu’il voulait appliquer à l’art photographique, Magrady remarqua, une nuit, une faible lueur produite par une matière qu’il avait renfermée dans un globe. Cette observation fut le point de départ d’une série de longues recherches qui vont enfin aboutir, car une Compagnie vient de se former pour exploiter cette merveilleuse découverte. », La Démocratie algérienne, 27 novembre 1901, n° 4973, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5033553m/f3>. La presse mentionne Georges Magrady mais ce pourrait être Georges McGrady. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search