Une richesse sous le boisseau

Visitant la Bibliothèque du British Museum en 18571, l’architecte Henri Labrouste (1801–1875)2 est marqué par l’effet conjugué de la lumière et de l’espace.

« The new reading room, British Museum », The illustrated London news, 9 mai 1857, p. 430.
« The new reading room, British Museum », The illustrated London news, 9 mai 1857, p. 430. Disponible sur Internet, url : <https://www.bl.uk/collection-items/the-reading-room>.
Salle de lecture du British Museum, Diliff
Salle de lecture du British Museum, Diliff, https://en.wikipedia.org/wiki/File:British_Museum_Reading_Room_Panorama_Feb_2006.jpg

Grâce à l’utilisation du fer et de la fonte, matériaux encore nouveaux en architecture quand il construit la bibliothèque Sainte-Geneviève3 puis la grande salle de lecture de la Bibliothèque nationale, ses deux constructions phares mettent en application les solutions vues à Londres : elles associent une structure monumentale et la lumière qu’il fait entrer par de larges baies vitrées et des puits de lumière.

A la bibliothèque Sainte-Geneviève, Henri Labrouste ajoute également l’éclairage artificiel puisqu’il la dote d’un éclairage au gaz dès la construction. Las, à la Bibliothèque Nationale, l’introduction de l’éclairage au gaz fut proscrite et l’électricité introduite qu’au XXe siècle, non sans que le public de la bibliothèque et les autorités s’en émeuvent, comme en témoigne un article de Robert Dubard4, paru en 19225 paru dans La Lanterne, le journal créé par Henri Rochefort (1831-1913) et un temps dirigé par Marcel Sembat (1862-1922)6, et que nous reproduisons ci-après.

Dans la transcription qui suit de l’article, les notes sont de notre fait.


La Bibliothèque nationale n’est pas éclairée faute des crédits nécessaires

Qui ne connaît la grande salle studieuse de la Bibliothèque nationale, les tables aux places numérotées, le fauteuil accueillant. Il n’est pas un Parisien, ami des lettres, qui n’a fait de longues stations dans ce temple du livre, qui n’aime sa calme et douce atmosphère ? Il n’est pas un de ceux-là non plus, qui ne déplore la brièveté des heures d’ouverture, l’heure de la retraite qui sonne prématurément.

En hiver, la Bibliothèque nationale ferme à 3 heures de l’après-midi. Le temps nécessaire à la demande et à la recherche des ouvrages ne laisse à l’intéressé que la possibilité d’un travail beaucoup trop bref. La salle de lecture, en effet, n’est pas éclairée, et la longueur du jour fixe l’heure de sa fermeture.

Plusieurs fois, la question a été posée, de savoir si on ne pourrait pas éclairer, soit au gaz, soit à [l]’électricité, la Bibliothèque nationale, comme le sont presque toutes les autres bibliothèques. M. Léon Barbé, député7, se faisant l’interprète des habitués du square Louvois, vient de saisir le ministre de l’Instruction publique, de la question.

M. Léon Bérard8 se contente de répondre par les arguments émis déjà par ses prédécesseurs. On n’éclaire pas la salle de lecture de la Bibliothèque nationale parce que l’installation de l’éclairage présente de graves difficultés et des menaces d’incendie, ensuite et surtout, parce que cela nécessiterait des dépenses considérables.

Que valent ces deux arguments ?

Il n’est pas aussi difficile, que paraît le croire le ministre, de l’avis même des techniciens, de doter la Bibliothèque nationale de l’éclairage électrique. Les dangers d’incendie peuvent, avec des précautions, être réduits au minimum.

Les grandes bibliothèques de Londres9 sont éclairées à l’électricité et n’ont jamais eu d’incendie. A Paris, la bibliothèque Sainte-Geneviève est éclairée au gaz10 ; d’autre part, les ministères et surtout les grands magasins11, qui sont éclairés « à giorno », sont plus inflammables encore que peut l’être la Bibliothèque nationale. Le meilleur argument de M. Bérard, le seul qui soit à retenir, est : « les frais considérables que nécessiterait l’installation ». Le ministère de l’instruction publique n’a pas les crédits suffisants pour doter les établissements dont il a la haute administration, des améliorations, nécessaires parfois indispensables. Nous nous en doutions bien un peu ; mais l’aveu du ministre n’est pas inutile.

On sait la misère de nos laboratoires d’Etat. L’Observatoire lui-même, le grand Observatoire, a un budget si maigre, que son directeur12 en est réduit à mesurer la cire aux garçons de salle ; la Bibliothèque nationale ferme sa porte avec la chute du jour pour ne pas brûler de chandelle. Voilà la vraie raison. Les travailleurs intellectuels en sont les victimes !

L’Etat, depuis quelques années soutient très heureusement l’effort sportif. Les sociétés obtiennent des subventions, l’organisation des Jeux olympiques sera dotée de plusieurs millions13.

Le sport est une nécessité pour la race, la vie intellectuelle en est une autre. L’un ne doit pas faire oublier l’autre. Le gouvernement, la Ville de Paris se doivent de créer des stades publics aux portes même de la capitale, ils doivent aussi, pour la France intellectuelle, qui est un des plus beaux rayons, n’est-il pas le plus beau de notre gloire nationale, d’éclairer une des plus riches bibliothèques du monde.

Robert DUBARD14.


L’article fait référence à une question écrite adressée au gouvernement lors des sessions parlementaires. Demandant l’ouverture de la salle de travail jusqu’à 18h alors qu’elle ferme à la chute du jour faute d’installation de la lumière, la question n° 9260 fut publiée dans le Journal officiel du 31 mai 192115. La réponse est fournie dans le Journal officiel du 14 juin 192116 :

Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, 14 juin 1921, p. 2709.

9260. — M. Léon Barbé, député, demande à M. le ministre de l’instruction publique s’il ne serait pas possible de laisser en toute saison la salle de travail de la Bibliothèque nationale ouverte jusqu’à dix-huit-heures, et ajoute que cette salle, manquant actuellement de tout appareil d’éclairage, ferme ses portes à la chute du jour, seize heures en janvier, seize heures trente en février, etc., dix-huit heures du 15 mars au 15 septembre pour retomber à dix-sept heures trente, dix-sept heures, seize heures trente et seize heures du 1er novembre au 1er janvier, que l’apport des livres pourrait cesser à la chute du jour, par mesure de sécurité, mais que les lecteurs pourraient continuer à travailler jusqu’à dix-huit heures sur les ouvrages à eux confiés avant la nuit. (Question du 31 mai 1921.)

Réponse. — L’ouverture de la salle de travail de la Bibliothèque nationale jusqu’à dix-huit heures, pendant la saison d’hiver, même en arrêtant la communication des livres à la chute du jour, est subordonnée à l’introduction de la lumière dans ladite salle. Cette question qui a été soulevée à différentes reprises, a toujours été ajournée en raison des difficultés et du danger de cette installation fort coûteuse, à proximité des collections uniques au monde.

« Instruction publique et beaux-arts [: question] 9260 », Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, 14 juin 1921, p. 2709.

Comme nous nous proposons de le montrer dans de futurs billets de ce carnet, les demandes du public et du député allaient être satisfaites quelques années plus tard.

Robert Dubard
Robert Dubard

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 10 décembre). Une richesse sous le boisseau. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tj

  1. Construit en fer, le nouveau bâtiment de la bibliothèque du British Museum fut conçu par Sydney Smirke (1798-1877) et construit entre 1854 et 1857. []
  2. Labrouste, 1801-1875, architecte : la structure mise en lumière : [exposition, Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 11 octobre 2012-7 janvier 2013], [Paris] : N. Chaudun : Cité de l’architecture et du patrimoine ; [New-York] : the Museum of modern art [etc.], impr. 2012, 1 vol. (270 p.). []
  3. Le Saux, Annie, « Henri Labrouste et la bibliothèque Sainte-Geneviève : histoire et actualité », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2002, n° 2, p. 106-107. Disponible sur Internet, url : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-02-0106-004>. []
  4. En 1931, aux côtés de Jean Fabry, Robert Dubard est nommé rédacteur en chef de L’Intransigeant, en replacement de Fernand Divoire. Il prend en charge les informations politiques Il y était entré en 1915 occupant successivement les fonctions de secrétaire de rédaction et chef du secrétariat rédactionnel. Il fut radié du syndicat des journalistes en 1927 pour non paiement de cotisation. Marié à Raymonde Glaenzer, leur fils François-Noël Dubard nacquit en 1932. En 1935 il est envoyé permanent de L’Intransigeant en Europe centrale et rend compte de la montée du fascisme, par exemple en interviewant, en 1935, Franz Seldte (1882-1947), le chef des « casques d’acier ». Le ministre de l’Intérieur lui octroya la légion d’honneur. Absent du World Biographical Information System Online (WBIS).

    « Paris editor awarded legion of honor », The New York Herald, 27 mai 1934, n° 17038, p. 2
    « Paris editor awarded legion of honor », The New York Herald, 27 mai 1934, n° 17038, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t517120r/f2>. []
  5. Dubard, Robert, « Une richesse sous le boisseau », La Lanterne, 23 avril 1922, n° 16338, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7512722h/f1>. []
  6. En 1922, il est dirigé par Félix Hautfort, absent du World Biographical Information System Online (WBIS). Il est l’auteur de Au Pays des palmes. Biskra…, Paris : P. Ollendorff, 1897, 1 vol. (VII-149 p.). []
  7. Jean-Baptiste Barbé Léon (1863-1934), député de la Seine de 1919 à 1924. Voir : Léon, Jean-Baptiste Barbé, Base de données des députés français depuis 1789, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/382>. []
  8. Bérard, Léon (1876-1960), ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts de novembre 1919 à janvier 1920 et de janvier 1921 à mars 1924. []
  9. La lumière électrique fut introduite dans la salle de lecture du British Museum — qui faisait office de salle de lecture de la British Library — le 28 octobre 1879. Voir : A Electricity Supply in the United Kingdom A Chronology from the beginnings of the industry to 31st December 1985, London : The Council, 1985, p. 13. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/electricitysuppl0000unse_k9f7>. []
  10. Lors de la construction de la bibliothèque Sainte-Geneviève par Henri Labrouste, celui-ci intégra l’éclairage par lampes à gaz à son projet. Voir : Miribel, Marielle de, « 6. Le confort de la lumière », dans : Miribel, Marielle de (éd.), Veiller au confort des lecteurs. Du bon usage des cinq sens en bibliothèque. Paris : Éditions du Cercle de la Librairie, 2015, p. 79-96. DOI : 10.3917/elec.mirib.2015.01.0079. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.cairn.info/veiller-au-confort-des-lecteurs–9782765414490-page-79.htm> []
  11. Voir : Tissaoui, Leila, « Électricité et environnement des grands magasins parisiens au XIXe siècle », Ambiances in action / Ambiances en acte(s) – International Congress on Ambiances, Montreal 2012, Septembre 2012, Montréal, Canada, p.531-536. Disponible sur Internet, url : <https://shs.hal.science/halshs-00745939/>. Daumas, Jean-Claude, « Les grands magasins et la modernisation du commerce de détail au XIXe siècle », dans : Les révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle, Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 2020, p. 93-112. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pufc.20239. Disponible sur Internet, url : <https://books.openedition.org/pufc/20239>. Beltran, Alain, « La difficile conquête d’une capitale : l’énergie électrique à Paris entre 1878 et 1907 », Histoire, économie et société, 1985, 4ᵉ année, n° 3, p. 369-395. DOI : https://doi.org/10.3406/hes.1985.1402. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1985_num_4_3_1402>. []
  12. En 1922, l’Observatoire de Paris était présidé par Benjamin Baillaud (1848-1934) qui succéda à Maurice Loewy (1833-1907) en 1908. Voir : « Histoire de la Bibliothèque [de l’Obersavtoire] », L’Observatoire de Paris, 12 avril 2022. Disponible sur Internet, url : <https://www.observatoiredeparis.psl.eu/histoire-de-la-bibliotheque.html>. []
  13. Les jeux olympiques d’été de 1924, qui eurent lieu à Paris du 5 au 27 juillet 1924. Le Comité exécutif d’organisation fut nommé en 1922 et reçu un budget de 30 millions de francs. []
  14. Dubard, Robert, « Une richesse sous le boisseau », La Lanterne, 23 avril 1922, n° 16338, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7512722h/f1> []
  15. « Instruction publique [: question] 9260 », Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, 31 mai 1921, p. 2473. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63531277/f29>. Les archives administratives de la BnF la datent par erreur du 1er juin 1921, 2005/028/484, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc1245121/cN68391>. []
  16. Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, 14 juin 1921, p. 2709. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6353133z/f31>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search