Les nocturnes à la BN et au Louvre

Dans les médias, il est commun de comparer voire d’opposer la Bibliothèque nationale de France et le Musée du Louvre dès lors qu’il s’agit d’évoquer leur taille et le coût de leurs maintenance et entretien. Cette ficelle visant à remettre en cause les services publics par le montant de leur budget de fonctionnement n’est pas récente.

Un exemple est fourni en 1924 par L’Intransigeant, « le plus fort tirage des journaux du soir », comme l’indique l’en-tête de sa Une, dans un article qui suit de quelques semaines la mise en place de l’éclairage électrique à la Bibliothèque Nationale. Celle-ci fut en effet mise en place pendant la période de fermeture annuelle du 15 septembre au 30 septembre et donc proposée à la découverte des usagers de la grande salle de travail — la salle Labrouste —, à partir du mercredi 1er octobre 1924.

« A travers bibliothèques et musées », L’Intransigeant, 21 décembre 1924, n° 16209, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7909537/f1>.

A travers bibliothèques et musées

“Ouvert la nuit”

La Nationale s’est modernisée

Autrefois la salle de travail fermait ses portes à la tombée du jour. Nul espoir de lire ou d’écrire à la lumière. L’unique lumignon déversait sur les tables une lueur de cave. Nul espoir aussi d’obtenir immédiatement le volume qu’on désirait étudier.

Tout est changé. Dès neuf heures vous êtes le bienvenu dans le Conservatoire aux livres. Une salle chaude à souhait vous offre une hospitalité studieuse. Le bibliothécaire a préparé les ouvrages qui vous font besoin si vous avez eu soin de les réclamer la veille à l’aide d’un joli bulletin rose. Plus de perte de temps… Au lieu de remettre les livres sur les rayons, à l’heure de la fermeture, vous pouvez les faire réserver. Mieux ! vous pouvez garder votre place… Il suffira que vous exigiez de l’employé une plaquette de carton.

Mais l’heure du déjeuner sonne. Sans quitter l’immeuble de la rue de Richelieu vous pouvez vous nourrir et à fort bon compte. Le menu est varié : les prix modestes. Le couvert et la serviette ne vous sont comptés que trente centimes. Le ragoût et la choucroute garnie deux francs et le bifteck 1 fr. 80.

Moyennant 4 fr. 20, j’ai parfaitement déjeune [sic]. Vous pouvez en faire autant.

Après le repas économique, vous pouvez retourner à vos affaires ou à vos travaux d’érudition jusqu’à six heures du soir. Le silence le plus propice à l’élaboration des grandes œuvres règne autour de vous. La lumière électrique rayonne du haut en bas de la vieille maison. Et l’on m’a assuré qu’elle en avait à tout jamais chassé les araignées fileuses et les rats. — B. V.

“Fermé la nuit”

Le Louvre garde ses traditions

Les Parisiens qui éprouvent parfois le désir de visiter les musées du Louvre sont, pour la plupart, occupés à gagner leur pain quotidien jusqu’à la nuit venue, sauf le dimanche, jour des caravanes.

Pourquoi le Louvres [sic] et généralement tous les musées ne sont-ils pas visibles le soir avant dîner, voire après dîner ? Parce que le soleil, à ces heures, est couché et qu’ils n’ont pas d’autre éclairage. Pourquoi ne leur donnerait-on pas l’électricité ?

Réponse des Beaux-Arts :

Premièrement, le risque d’incendie. Nous avons tout fait et continuons à tout faire pour exclure du Louvre le Ministère des Finances dont l’éclairage et le chauffage nous empêchent de dormir. Si singulier que cela paraisse, il est à peu près impossible, à l’heure actuelle, d’installer, où que ce soit, une électricité absolument inoffensive. Voyez la Bibliothèque nationale : l’éclairage de la salle de travail — on n’a pas osé davantage — est une véritable audace ; encore a-t-on pris des précautions presque invraisemblables, extrêmement coûteuses et qui ne vont pas sans d’énormes inconvénients : les fils sont enveloppés de telles canalisations que, pour repérer et localiser la moindre panne, ce sera toute une affaire.

Ensuite il y a le service de veille : le personnel insuffisant déjà et surmené.

— Augmentez l’effectif ; n’est-ce pas pour cela surtout que vous demandez au Parlement la permission de doubler le prix d’entrée ?

— Doubler ? Cela vous plaît à dire. Le gardiennage des Musées de Paris et de la région de Paris, jusqu’à Maisons-Laffitte et Fontainebleau, nous coûte 1.400.000 francs par an. Que nous rapporteraient les entrées du soir, avec la concurrence du cinéma et du café-concert ? Mettez 100.000 entrées… 200.000 francs, pour couvrir 1.400.000 francs de gardiens supplémentaires.

Et quand je dis 100.000 entrées !… Croyez-vous que certains soirs, quand vous verrez deux personnes se promener dans le Louvre, vers dix heures… dans le Louvre éclairé comme il aura fallu l’éclairer pour éviter
les vols et pour montrer convenablement la peinture ; vous même, l’Intransigeant, vous ne regretterez pas les 800 ou 1.000 francs d’électricité déployée pour ces quatre francs de visiteurs ?

— On dit pourtant qu’à l’étranger, en Angleterre par exemple… ?

— Les musées éclairés la nuit ? Ce n’est pas vrai, monsieur. C’est si peu vrai qu’il arrive qu’un conservateur de là-bas, précisément, nous demande, s’il arrivait qu’un inventeur nous propose un système d’éclairage sans danger de lui en faire part, à titre confraternel : car le projet est à l’étude, en Angleterre, mais l’étude n’avance pas.

Voulez-vous que je vous dise ? Eh bien, pour ce qui est seulement du système de lampes isolées destiné à faciliter la surveillance nocturne jugée indispensable à la suite du vol des tapisseries de Versailles, nous avons soumis à l’état-major des pompiers le système le plus sûr et naturellement le plus coûteux. On a exigé de nous un tel luxe de sécurités complémentaires que le devis le plus serré est à donner le vertige… ». — J. L.

Au musée du Louvre, des nocturnes — dont l’histoire reste à écrire — furent proposés à plusieurs époques. Au début du XXe siècle, les salles de sculpture grecque, du Moyen Age, de la Renaissance et du XVIIe siècle étaient ouvertes les lundi, mercredi et samedi soir. Les salles de sculpture Égyptienne l’étaient le samedi soir seulement. Au XXIe siècle les nocturnes furent mis en place à partir du 5 janvier 20191.

Le Louvre la nuit : 60 photographies

Entre les deux, il y eut l’époque d’Henri Verne (1880-1949)2 et de l’Exposition internationale des arts et techniques de la vie moderne de 1937 qui consacra « la Fée électricité » et qui furent l’occasion de faire entrer l’électricité, mais aussi le téléphone et le chauffage au musée du Louvre.

Merveilles à exalter
Fausse joie… Ce n’est que le 19 mai, peut-être même seulement le 20, qu’aura lieu la solennelle inauguration du « Louvre lumineux ».
En attendant, les ouvriers s’activent, les ingénieurs calculent et les architectes mettent la dernière main à leurs derniers projets.
Tout sera prêt.
Ainsi, dans le monde le plus conservateur qui soit, et conservateur est le mot juste, va se produire, bientôt, une révolution.
Le Louvre, le Louvre silencieux et grave, sera ouvert la nuit, comme les cinémas, comme les théâtres, et il est déjà évident que la nouveauté et la classe de ce spectacle feront courir tout Paris.
C’est là une phase décisive de la bataille que les techniciens de l’électricité livrent sans relâche à la nuit.
Déjà l’Arc de Triomphe, lumineux dès le crépuscule, prend chaque soir, sous le jeu des projecteurs multipliés, une valeur nouvelle.
Déjà l’Obélisque millénaire pointe vers le ciel, éclairé plus qu’il ne le fut jamais par le soleil d’Egypte.
Le Musée du Louvre suit naturellement cette voie, et bientôt nos autres richesses artistiques, sans doute, profiteront à leur tour des dernières découvertes en matière d’éclairage.

Deux théories s’affrontaient, également bien défendues, car les artistes ne changent pas facilement d’opinion.
Les uns disaient, représentants de la vieille école :
— Les chefs-d’œuvre ne sont visibles qu’en plein jour. »
Les autres n’étaient pas hostiles à une innovation.
Tous deux ont raison. Les chefs-d’œuvre, sous la lumière artificielle, prendront une valeur, autre que celle qu’ils sont en plein jour.
Et, chose à considérer, le visiteur du Louvre nocturne pourra faire la comparaison, car, bien entendu, le Musée des musées conserve ses heures normales d’ouverture.

Hier, on procédait, comme chaque soir, à des essais et c’est ainsi que quelques rares curieux purent voir tout à coup les vastes baies de l’une des salles de sculpture gréco-romaine s’illuminer.
Les curieux s’approchèrent et purent constater que les statues semblaient animées d’un génie nouveau. Les ombres étaient plus crues, peut-être, mais le but poursuivi était atteint : les sculptures prenaient leur entière valeur, peut-être leur véritable valeur. La lumière grise de Paris n’était, pas la lumière convenable. Peut-être l’électricité, fée moderne, donne-t-elle aux statues l’illusion de la lumière pure de la Grèce.
M. Michon, conservateur du département « gréco-romain » du Musée du Louvre, a voulu, faisant foin des traditions archaïques, « mettre en scène » les beautés dont il a la garde.
La Victoire de Samothrace, qui pèse cinquante mille kilos, a été surélevée. Maintenant le spectateur, du bas de l’escalier Denon, la voit entière, au lieu de la voir coupée par le premier plan de la galerie qui lui sert de socle.
La lumière artificielle éclairera les ailes et le torse de l’impérissable chef-d’œuvre. La victoire paraîtra prendre son essor, et cet éclairage par en bas — inusité — a un effet extraordinaire.
La Venus de Milo, M. Michon l’a voulu, sera seule dans une salle nouvelle avec les fragments de bras retrouvés dans l’île de Milo.

Les anciens musées étaient tapissés de damas cuit par le temps, et les statues en rang d’oignons, pleuraient, semblait-il, leur ciel d’origine.
Le Musée du Louvre avec ses nouvelles parois claires, ses marbres, et ses bronzes isolés, mis en valeur par ce modernisme de bon goût et, cet isolement, perd de sa solennité.
Cette solennité écartait les curieux. La lumière les attirera.

« Merveilles à exalter », Le Petit journal, 12 mai 1936, n° 26780, p. VIII. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6343368/f8.item>.

Les nocturnes du Louvre furent diversement appréciées par le public comme en témoigne la charge publiée dans La Vue intellectuelle en 1937 :

Ce musée, le seul de Paris, avec le Musée Grevin, qui ait une clientèle, serait à peu près aussi désert que le musée Henner ou le musée Gustave-Moreau, s’il n’y avait pas l’agence Cook, les voyages Lubin, des collégiens en Angleterre et des Américaines. Pendant le temps qu’ils vivent à Paris, les gens cultivés ont ordinairement autre chose à faire qu’à aller au musée. Quand ils ont des loisirs, ils s’empressent de quitter la ville, et s’ils fréquentent des musées, ce sont ceux de province. La vie moderne a transformé Paris en une ville où les Parisiens ne vivent que par nécessité de
travail, en une ville qu’ils fuient dès qu’ils le peuvent.
Quant aux non-intellectuels (j’emploie cette désignation vague pour ne pas écrire « le peuple »), qu’iraient-ils faire au Louvre ? Ces immenses collections sont-elles accessibles directement ? Sont-elles présentées pour des fins culturelles ? Nul ne peut le prétendre. Une visite fructueuse du Louvre nécessite des connaissances étendues et un goût déjà éduqué. Pour le mettre à la portée des « travailleurs », il est vain de l’ouvrir le soir. Cette attraction n’attire que les « bourgeois » Encore ne viennent-ils pas voir des œuvres sculptées, mais des éclairages, et leur curiosité est rapidement satisfaite. Les gens partent de là un peu troublés, un peu ébahis, comme s’ils étaient venus au théâtre et qu’on leur eût montré un beau décor savamment éclairé, mais point de pièce. Les visiteurs nocturnes du Louvre sont venus en spectateurs et il ne s’est rien passé.
D’ailleurs, on a éclairé les salles de sculpture sans doute parce que, du point de vue de l’art de l’éclairage, il était aisé d’y réaliser quelque chose de curieux. Du point de vue de la sculpture, les résultats sont singulièrement moins heureux. Les effets d’éclairage s’obtiennent le plus souvent aux dépens des œuvres. Tous les arts, dans un désordre effarant, sont représentés dans ce musée : il était normal, d’un certain point de vue, que l’art de l’éclairage y figurât.
Si on avait voulu servir utilement les œuvres exposées, c’était les salles de peinture qu’il fallait éclairer. Il est sans doute des toiles pour lesquelles c’eût été une révélation. Je pense à certains tableaux qu’on a proprement découverts lorsqu’on les a sortis du Louvre pour l’exposition d’art italien. Je pense à la galerie du bord de l’eau qui serait une piste bien agréable pour faire du patin à roulettes, mais où il est pratiquement impossible de contempler la peinture.

Villoteau, Pierre, « L’arche de Noé », La Vie intellectuelle, 10 mars 1937, t. XLVIII, n° 2, p. 332-333. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42209925/f340.item>.

A côté de ce point de vue hostile, La Liberté de Jacques Doriot se montre élogieuse.

Magie de la lumière au Musée du Louvre

Voici plus d’un an qu’ont été inaugurées les installations d’éclairage, qui permettent au public de venir contempler le soir les chefs-d’œuvre des salles de sculpture du Louvre. Dès le premier jour, le public avait témoigné son intérêt pour une pareille innovation. Cet intérêt ne s’est pas ralenti depuis, et, pendant toute la durée de l’Exposition, les visites nocturnes du Louvre ont attiré des foules nombreuses.
Le public a rendu aux dirigeants de nos musées et aux techniciens de l’éclairage électrique l’hommage qu’ils méritaient. Car éclairer un musée n’est pas chose facile ; il faut tenir compte de nombreux éléments, tels que la forme, les dimensions, la couleur et même l’origine des œuvres exposées.
Avant tout, il a fallu reclasser complètement les collections et aménager de nouvelles salles. Il a fallu ensuite choisir les appareils d’éclairage, et éviter l’emploi de réflecteurs et diffuseurs de série, dont les lignes ne s’harmonisent que fort peu avec les lambris des anciens salons de réception de Louis XIV.
Dans la plupart des salles, on a combiné, de façon très heureuse, l’éclairage indirect avec l’éclairage direct. Des corniches, contenant des réflecteurs en verre argenté, dirigent la lumière sur le plafond qui la réfléchit ensuite, dans les salles.
Mais il ne s’agit là que d’un éclairage général, d’un éclairage d’ambiance, qui de ne saurait donner des impressions de relief suffisantes, dans les salles de sculpture.
Aussi, a-t-on souligné la voussure au-dessus de chaque fenêtre par un large bandeau en verre opalin, dissimulant des lampes électriques.
On s’est particulièrement attaché à mettre bien en valeur certaines œuvres qui font la gloire du Musée du Louvre : la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace, la Vénus d’Arles, etc… On les a éclairées au moyen de petits projecteurs d’un système nouveau, dont le faisceau lumineux peut être limité, avec précision, aux contours mêmes des statues.
Un système d’éclairage, aussi complet et aussi important, a rendu nécessaire une installation spéciale, et d’autant plus perfectionnée qu’une sécurité quasi absolue est ici indispensable. Aussi, toutes les canalisations sous basse tension sont-elles logées dans un tube métallique isolé par de la magnésie comprimée.
La distribution de courant, pour l’ensemble du palais, est assurée par une cabine à haute tension d’une puissance totale de 800 kil. A divers endroits, des postes secondaires abaissent la tension du courant jusqu’à la valeur normale d’utilisation.
Tous ceux qui ont visité de nuit les galeries de sculpture du Louvre ont pu constater la perfection de cette installation, qui nous révèle un aspect tout nouveau des chefs-d’œuvre du Louvre, et souvent un aspect plus émouvant que celui que procure la lumière du jour.
Après avoir révolutionné la technique industrielle et la vie ménagère, l’électricité conquiert un nouveau domaine, l’art. Dans ce domaine, comme ailleurs, elle est le symbole même du progrès.

« Magie de la lumière au Musée du Louvre », La Liberté, 1er décembre 1937, n+ 162, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4104726x/f3.item>.
« Les visites nocturnes au Louvre », Le Petit Parisien, 3 juillet 1938, n° 22404, p. 7.
« Les visites nocturnes au Louvre », Le Petit Parisien, 3 juillet 1938, n° 22404, p. 7. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k664605h/f7>.
« Les nocturnes du Louvre », L'Aurore, 20 septembre 1949, n° 1562, p. 2.
« Les nocturnes du Louvre », L’Aurore, 20 septembre 1949, n° 1562, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4126719z/f2>.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 17 octobre). Les nocturnes à la BN et au Louvre. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m40e

  1. « La Nocturne du samedi : un nouveau rendez-vous gratuit et festif », Louvre, 5 janvier 2019. Disponible sur Internet, url : <https://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fpresse.louvre.fr%2Fla-nocturne-du-samedi%2F>. []
  2. Verne, Henri (1880-1949) ; Albin Guillot, Laure (1879-1962) (ill.), Le Louvre la nuit : 60 photographies de Laure Albin-Guillot. Guide du visiteur par Jean Vergnet-Ruiz,… Grenoble : B. Arthaud, 1937, 1 vol. (116 p.) : ill., plan, couv. ill. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search