L’Electricité à la Bibliothèque Nationale

A l’été 1924, « le plus ancien, le plus parisien, le plus répandu des journaux du soir » faisait état d’une importante évolution dans l’offre de services de la Bibliothèque Nationale (BN) : l’introduction de l’électricité1, prévue pour la réouverture de la Bibliothèque en octobre, après sa période de fermeture annuelle de la fin septembre2.

Les lecteurs de la Bibliothèque Nationale, d’autant plus les étrangers, « plus nombreux que les Français » si l’on en croit les propos de l’Administrateur général de la BN, Pierre-René Roland-Marcel (1883-1939), interviewé pour l’occasion3, durent donc attendre quarante cinq ans pour bénéficier d’une offre installée dès 1879 à la British library4.

Les lecteurs parisiens habitués de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (BSG), construite par Henri Labrouste, l’architecte de la salle de travail de la BN, attendirent 73 ans, puisqu’il dota Sainte-Geneviève d’un éclairage au gaz d’hydrogène dès sa construction, menée de 1838 à 18515. Cela permettait à la BSG de proposer des séances nocturnes de 18h à 22 heures6.


L’Electricité à la Bibliothèque Nationale

L’électricité va être enfin installée à la Bibliothèque Nationale.

C’est après bien des hésitations, des délibérations, que cette nouveauté a été décidée. Mais les avantages sont certains. Les nombreux habitués, pourront ainsi travailler sans interruption pendant tout l’hiver, qui est la période de l’année la plus active pour les étudiants.

Au Secrétariat général

Avec beaucoup d’amabilité, M. le secrétaire général7 veut bien nous recevoir et nous faire part de tous les avantages de la nouvelle installation.

La Bibliothèque Nationale ferme ses portes, tous les ans, au 15 septembre au 30 septembre. C’est pendant ces quinze jours que nous espérons faire tous les travaux nécessaires. D’après les calculs de notre architecte ce laps de temps sera suffisant. Je compte sur la courtoisie de nos habitués pour pouvoir achever les quelques dernières petites choses, au cas où tout ne serait pas terminé pour la réouverture du 1er octobre. Peut-être alors, y aura-t-il, pour un jour ou deux, une table sur laquelle on ne pourra travailler ! Mai[s] ce serait pour si peu de temps ! En tous les cas nous ferons tous nos efforts pour que tout soit prêt à la rentrée. Toutes les mesures sont déjà prises, les gros travaux de conduite achevés ou presque.

Toute l’année, la journée d’été

C’est après bien des hésitations et bien des délibérations que cette décision a été prise. Mais il fallait réellement régulariser le temps de travail pendant l’hiver. Pensez-donc que nous étions obligés de fermer à 4 heures de l’après-midi, quelquefois même à 2 h. 1/2, et il arrivait parfois, par les journées de brouillard, que le travail était impossible, même dans la matinée.

Nous avons donc décidé d’éclairer le grand hall qui comporte la salle de travail, l’hémicycle, où se trouve le bureau des recherches et les bureaux du catalogue où travaillent les conservateurs. L’éclairage sera fait par de petites lampes posées sur les tailles de travail. La grande verrière n’était pas faite pour recevoir des lustres et d’ailleurs la hauteur de la salle aurait rendu la lumière inefficace.

Les salles de conservation des livres ne peuvent être éclairées. Ce sont de petites pièces bien cloisonnées et séparées les unes des autres. Dans ces conditions, l’installation de l’électricité était impossible. D’un autre côté, il y aurait eu trop de danger et nous ne pouvons mettre tant de richesses à la merci d’un court-circuit. Le cabinet des estampes ne sera pas non plus éclairé, les lecteurs seront donc priés de bien vouloir faire leurs demandes avant la nuit. Du reste, le grand hall possède 12.000 volumes dont nous allons rajeunir le choix, de sorte que les livres de première nécessité pourront être donnés jusqu’à l’heure de la fermeture.

Le travail de nuit

Nous avions songé à permettre le travail jusqu’à une heure plus avancée de la nuit. Mais, pour l’instant, nous avons dû remettre ce projet. Ce qui est important c’est la durée de continuité de travail. Or, de toute façon, il eût fallu fermer pendant le temps du dîner. A Paris, les gens dînent tard, personne ne serait revenu avant 9 heures. Il faut rendre les livres avant de partir, il aurait fallu les redemander à 9 heures, d’où longue perte de temps8. Pour travailler seulement une heure, ou une heure et, demie, ce n’était pas intéressant. D’autre part, nous n’avons pas assez de personnel pour avoir deux équipes, et nos garçons de salle habitent pour la plupart « extra muros ; ils n’auraient pas eu le temps de revenir. Devant tant de difficultés nous y avons renoncé !

— « Et vous-même, M. le secrétaire général, aurez-vous l’électricité ? Car vous n’avez aucun appareil d’éclairage dans votre bureau !

— « Oui, on va m’installer l’électricité, car avec la prolongation des heures de travail nous serons obligés à des heures de présence en plus. J’en suis heureux car nous n’avions que de vieilles lampes à pétrole et le travail était plutôt pénible dans ces conditions.

Il est impossible de mettre la lumière dans tous les bureaux, aussi ceux d’entre nous qui devrons travailler pour les besoins du service, seront priés de se groupes [sic] dans les salles électrifiées. »

En somme, tout le monde profitera de la modernisation de la vieille maison. Mais le principal intérêt est cette sorte d’heure d’été qui, pendant toute l’année, permettra un travail régulier et dont les résultats seront infiniment précieux pour les étudiants.

« L’Electricité à la Bibliothèque Nationale », La Presse, 11 août 1924, n° 3474, p. 2.


Théodore  Mortreuil (1850-1937)
Théodore Mortreuil (1850-1937)

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 13 décembre). L’Electricité à la Bibliothèque Nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tm

  1. En 110 volts il va de soi. En 2002, 60% du site Richelieu de la Bibliothèque Nationale restaient encore en 110 volts malgré la généralisation du 200 volts depuis les années 1950 en France et le restèrent jusqu’à la restructuration générale du quadrilatère conduite de 2011 à 2022 par Virginie Brégal et Bruno Gaudin. []
  2. « L’Electricité à la Bibliothèque Nationale », La Presse, 11 août 1924, n° 3474, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6015548/f2>. []
  3. Valbelle, Roger, « D’importantes améliorations sont apportées à la bibliothèque », Excelsior, 16 septembre 1924, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46041351/f1>. []
  4. La lumière électrique fut introduite dans la salle de lecture du British Museum le 28 octobre 1879. []
  5. Voir : Bibliothèque Sainte-Geneviève, Cité de l’architecture et du patrimoine, [s. d.], 6 p. Disponible sur Internet, url : <https://www.citedelarchitecture.fr/sites/default/files/documents/2017-09/fo_bibliothequesaintegenevieve_def.pdf>. []
  6. Bressani, Martin ; Grignon, Marc, « L’architecture comme expérience totale : autour d’une restitution informatique de la salle de lecture de la Bibliothèque Sainte-Geneviève d’Henri Labrouste », RACAR: Revue d’art Canadienne / Canadian Art Review, 2013, vol. 38, n° 1, p. 30–44. Disponible sur Internet (payant), url : <http://www.jstor.org/stable/42630879>. []
  7. A la date de publication de l’article, cette fonction n’existe pas encore sous cette dénomination : en vertu de l’ordonnance du 22 février 1839, la Bibliothèque nationale est dotée d’un « secrétaire-trésorier » auprès de l’Administrateur. Le poste de secrétaire-trésorier fut occupé, de 1885 à 1925, par Théodore Mortreuil (1850-1937), entré à la Bibliothèque en 1870. Il fut le secrétaire-trésorier de Léopold Delisle, puis Henry Marcel, Théophile Homolle et enfin Pierre-René Roland-Marcel. Même si cette fonction est entendue comme un secrétariat général par la presse, ce n’est qu’avec la loi de finances de 1939 que la fonction de secrétaire-trésorier disparaît au profit de celle de secrétaire général. []
  8. L’évocation de ces deux périodes d’ouverture dans la journée, ne peut manquer de se référer à la pratique de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, ouverte au « public tous les jours, le dimanche excepté, de 10 h. du matin à 3 h., et de 6 h. du soir à 10 h. » selon Paris illustré : nouveau guide de l’étranger et du Parisien / par Adolphe Joanne, Paris : Hachette, 1867, p. 792. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6585227h/f930>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search