État des lieux des travaux d’Henri Labrouste à la Bibliothèque impériale en 1863

En 1854, Henri Labrouste succède à Louis Visconti (1791-1853), précédent architecte de la Bibliothèque, depuis 1828. En 1857, une commission présidée par Prosper Mérimée renonce aux projets de déplacement de la Bibliothèque saturée par les collections saisies pendant la période révolutionnaire. Maintenue à son emplacement actuel, dans ce qui est désormais désigné le « quadrilatère Richelieu », le nouvel architecte engage de vastes travaux de destructions des bâtiments construits aux XVIIe et XVIIIe siècles et de constructions selon les standards les plus modernes de l’époque.

En juillet 1863, le quotidien La Presse, lancé en 1836 par Émile de Girardin, publie un état des lieux des travaux menés par l’architecte à la Bibliothèque impériale. C’est ce document que nous transcrivons ci-après avec ses coquilles signalées d’un [sic] et des notes ajoutées par notre soin.

Bibliothèques.

Lᴀ Bɪʙʟɪᴏᴛʜᴇ̀ǫᴜᴇ ɪᴍᴘᴇ́ʀɪᴀʟᴇ. — La reconstruction du gros-œuvre de la Bibliothèque impériale, quelque temps arrêtée par les déménagements de livres, est reprise activement depuis plusieurs mois. La grande salle de travail, située au sud de la cour d’honneur, est arrivée à hauteur des combles1. Les divers dépôts de la Bibliothèque, qui occupent de vastes galeries perpendiculaires à la rue Neuve-des-Petits-Champs, sont composés dans chaque galerie de deux étages superposées que séparent des planchers de fer à claire-voie2 ; on communique d’un étage à l’autre par des escaliers égatement [sic] en fer. Le plus considérable de ces magagasins [sic] de livres s’étend parallèlement aux bâtiments neufs de la rue Richelieu pour venir rejoindre la salle de lecture. Il se composera des galeries superposées depuis le sous-sol jusqu’aux combles ; il sera couvert par un vitrail supporté par des fermes métalliques dont quelques-unes sont à pied d’œuvre3. Les bâtiments en bordure de la rue Neuve-des-Petits-Champs sont en partie appropriés et donnent une idée de la physionomie qu’aura la future Bibliothèque ; ils sont destinés aux manuscrits. La salle de travail de ce département est une longue pièce pourvue de deux rangées de tables très targes. Le dépôt des manuscrits est une longue galerie garnie du haut en bas de casiers en fer clos par des grilles, et pourtournée à moitié de sa hauteur par un balcon en fer ; elle est recouverte d’un plafond en tôle que supportent des poutres en métal4. A l’est des bâtiments neufs, et au sud du cabinet de lecture actuel, s’étend la magnifique galerie Mazarine, l’une des merveilles du dix-septième siècle : elle a cinquante mètres de long, et son plafond voûté est orné de fresques de Romanelli. Cette pièce, quoique lézardée en maints endroits, pourra, croit-on, être conservée en y faisant toutes les réparations, nécessaires. Chacune des baies y est surmontée d’une énorme coquille dorée et s’ouvre dans une embrasure peinte à fresque ; en face, ces baies sont répétées par des travées exactement semblables et où des glaces tenaient lieu de fenêtres, mais ces dernières ont été depuis longtemps condamnées par des casiers de livres. Après la restauration projetée, ces casiers disparaîtront afin de rendre à cette galerie sa véritable physionomie d’autrefois. La Bibliothèque, lorsqu’elle sera complètement reconstruite, aura deux salles de lecture : l’une destinée aux travailleurs habitués, c’est celle qu’on est en train de bâtir à droite de la grande cour, et l’autre destinée aux lecteurs passagers5 ; celle-ci s’ouvrira sur la rue de Richelieu6.

La Presse, 29 juillet 1863, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k479866s/f2>.
La Presse, 29 juillet 1863, p. [2].

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 21 décembre). État des lieux des travaux d’Henri Labrouste à la Bibliothèque impériale en 1863. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tu

  1. Il s’agit de la grande salle de Travail – aujourd’hui salle Labrouste –, réalisée entre 1861 et 1868. []
  2. Expérimenté pour son précédent projet architectural, la bibliothèque Sainte-Geneviève, Henri Labrouste reprit le principe d’une structure métallique pour sa salle de lecture comme pour les magasins attenants. []
  3. Reposant sur 16 colonnes de fonte, la salle de Travail est couverte de neuf coupoles, revêtues de carreaux de faïence blancs, maintenus par des arcs en fer ajourés. Le magasin central, comprenant 5 étages, était éclairé par un plafond vitré, seul éclairage zénithal de l’ensemble des magasins puisque la lumière au gaz ou à l’électricité fut proscrite jusqu’en 1924 : la lumière pénétrait jusqu’au rez-de-chaussée grâce au caillebotis, les « planchers de fer à claire-voie », qui servaient d’argument pour refuser l’emploi de femmes à la Bibliothèque. Si la salle de Travail reste visible dans la configuration voulue par Labrouste, le magasin central fut surélevé de 5 étages par Michel Roux-Spitz, en 1954-1955. []
  4. La salle de lecture des manuscrits était placée à l’extrémité sud de la galerie Mazarine, elle-même servant de magasins pour les manuscrits entreposés sur des tablettes qui y avaient été rajoutées à cet effet. L’actuelle salle de lecture du département des manuscrits fut créé en 1886 par l’architecte Jean-Louis Pascal, lors de la rénovation de l’aile créée par Robert de Cotte en 1735. []
  5. Outre la grande salle de Travail dont il a été question, l’article mentionne la deuxième salle de lecture des imprimés de la Bibliothèque, la salle B ou « salle publique de lecture », sise au premier étage de l’aile est de la cour d’honneur, aile construite en 1833 par l’architecte Louis Visconti (1791-1853). []
  6. L’adresse de la Bibliothèque impériale, dans les annuaires-almanachs de l’époque est déjà au 58 rue Richelieu. L’accès de la « salle publique de lecture » se faisait quant à lui depuis le n° 3 de la rue Colbert. L’École impériale spéciale des langues orientales vivantes, sise à la Bibliothèque, au 58 rue Richelieu, donnait des cours dont l’accès se faisait par le 14 rue Neuve des-Petits-Champs en 1857 et par le n° 8 en 1864. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search