La lente électrification de la Bibliothèque nationale

C’est en 1888 que le Conseil Municipal de Paris décide la création d’un réseau de distribution d’électricité — notamment dans la perspective de l’Exposition universelle de 18891 —, confié à six sociétés privées qui se fédérèrent en 1907 sous le nom de « l’Union des Secteurs », avant que ne soit créée la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE)2, le 1er janvier 1914, pour mettre fin au régime des concessions3. L’électrification de la Bibliothèque Nationale ne débute que dix années après cette création puisqu’elle eut lieu en 1924.

Si la création d’un réseau de distribution d’électricité à Paris résultait de la pression de l’opinion publique, il en fut de même à la Bibliothèque Nationale où l’électrification fut réclamée par les lecteurs.

Pétition des lecteurs

En Une de son édition du 18 janvier 1914, Le Figaro faisait état de la signature d’une pétition des lecteurs — les liseurs — de la Bibliothèque nationale, en vue de réclamer l’électrification des salles de lecture afin d’élargir l’amplitude horaire de la Bibliothèque au-delà de 16 heures.

Une pétition.

Les liseurs de la Bibliothèque nationale sont des gens paisibles. Cependant ils viennent de formuler et de signer avec entrain une pétition. Ils demandent à pouvoir lire plus tard que quatre heures. A quatre heures, dans cette saison, chacun sait qu’ « on ferme ». On ferme, parce qu’il fait nuit, ou presque nuit. Les liseurs demandent qu’on allume.

C’est le danger de l’incendie, qui a toujours empêché l’installation d’un éclairage quelconque à la Bibliothèque nationale. Sage prudence : il serait désolant que les précieuses merveilles de la rue Richelieu fussent anéanties.

Pourtant, aux Archives, dès que la nuit tombe, des employés diligents vous apportent des lampes, des bonnes vieilles lampes à huile, surannées et qui répandent des lueurs très suffisantes.

A la Bibliothèque nationale, il faudrait trop de lampes. Il faudrait deux ou trois cents lampes ! Mais les pétitionnaires pensent qu’on pourrait installer, avec mille et mille précautions, l’électricité ; avec tant de précautions que le danger serait, ou peu s’en faut, réduit à rien.

Ils disent qu’il y a déjà le calorifère, après tout ! Et ils signent avec entrain leur pétition.

Mais si jamais, leur cause ayant triomphé, le feu prenait en un coin de la Bibliothèque comme ils auraient horreur de ces signatures, mises au-bas de ce papier.

Le Figaro, 18 janvier 1914, n° 18, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k290199c/f1>.

L’article rappelle la mise en place d’un calorifère à la Bibliothèque, soit un système de chauffage de la salle de travail, installé lors de la construction de la salle de lecture par l’architecte Henri Labrouste.

Les archives de la Bibliothèque conservent des dessins de l’architecte de cette installation, dont des dits calorifères en fonte.

Rappelons que ceux de la salle Ovale avaient été proposés à l’adoption à des mécènes, au moment de l’opération « Adoptez la salle Ovale ! » visant à récolter des fonds pour aider à la restauration de cette seconde salle de lecture4.

Calorifère – Salle Ovale – Richelieu © David Paul Carr / BnF
Calorifère – Salle Ovale – Richelieu © David Paul Carr / BnF

Les effets du calorifère ont été soulignés par le conservateur adjoint Alexandre Pillon (1792-1876) dans ses Plaintes de la Bibliothèque nationale au peuple français et à ses représentants où il croquait les lecteurs estivaux comme hivernaux :

[…]
D’érudits empressés, à peine un petit nombre
Venait sous mes lambris, dans l’été, chercher l’ombre ;
Et, moins nombreux encor, bravant les cruels froids,
Occupés tout entiers à souffler dans leurs doigts,
Ils n’osaient accuser la rigueur de leurs pères,
Qui ne connaissaient point les doux calorifères.
[…]

Wagneur, Jean-Didier, « Les Plaintes d’Alexandre », Revue de la BnF, 2009, vol. 2, n° 32, p. 42-49. DOI : 10.3917/rbnf.032.0042. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2009-2-page-42.htm>.

Cette pétition de 1914, comme les réclamations réitérées diffusées par voie de presse5, fut sans effet immédiat puisqu’il fallut dix ans pour que la Bibliothèque Nationale accepte de faire entrer la fée électricité dans ses emprises. La presse ne manqua pas de rendre compte de ces projets d’électrification notamment par la voix de l’Administrateur général Roland Marcel6, interviewé lors d’un reportage mené à la Bibliothèque par le journaliste Roger Valbelle7 pour l’Excelsior8, dont le texte répond étrangement aux arguments avancés par la pétition de 1914 :

D’IMPORTANTES AMÉLIORATIONS SONT APPORTÉES À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE
L’électricité sera installée dans une salle de lecture, mais toutes précautions sont prises pour éviter l’incendie.
D’autres améliorations seront réalisées, mais, dès le 1er octobre, on pourra travailler deux heures de plus chaque jour.
ᴇᴛ ʟ’ᴏɴ ᴠᴇʀʀᴀ ᴅ’ɪɴᴛᴇ́ʀᴇssᴀɴᴛᴇs ᴇxᴘᴏsɪᴛɪᴏɴs ᴅᴏɴᴛ ʟᴀ ᴘʀᴇᴍɪᴇ̀ʀᴇ sᴇʀᴀ ʟ’ᴇxᴘᴏsɪᴛɪᴏɴ ʀᴏɴsᴀʀᴅ
La grande salle de la Bibliothèque nationale est plus silencieuse et plus fermée qu’un temple. Là, tout, n’est qu’ordre, recueillement, calme, travail et l’on y respire une atmosphère de sérénité que l’on ne trouve nulle part. Au delà du murmure, le son des voix y est profanation.
Or, depuis leur retour de vacances, les habitués constatent qu’il s’y passe de grandes choses insolites. L’ordre des fauteuils a été dérangé ; on entend de sacrilèges et mystérieux coups de marteau dans le plancher ; des ouvriers y règnent le plus discrètement qu’il se peut et leurs sil-

ᴍ. ʀᴏʟᴀɴᴅ ᴍᴀʀᴄᴇʟ
(Phot. Henri Manuel.)

houettes plantent à l’extrémité de chaque table spacieuse des accessoires singuliers. On installe l’électricité à la Bibliothèque nationale !
Sans doute, ces mots ne révèlent rien au profane. La chose est pourtant un événement. Il a coulé des flots d’encre sur cette question : l’éclairage de ce temple qui ne se peut comparer à aucun autre.
— Nous sommes à la veille de notre fermeture annuelle, nous a-t-on dit, hier, et nous espérons bien que tout sera fini pour le 10 octobre. Cette salle magnifique sera alors régulièrement ouverte aux porteurs de cartes de 9 heures à 18 heures. Vous savez que, par manque de lumière, lorsque le jour était mauvais, les lecteurs étaient obligés de partir vers 14 heures.
(Suite 1re colonne page 3)

Valbelle, Roger, « D’importantes améliorations sont apportées à la bibliothèque », Excelsior, 16 septembre 1924, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46041351/f1>.

(Suite de la 7e colonne page 1)
La salle, seule, sera éclairée, la lumière n’ira pas jusqu’aux magasins. Il va sans dire que l’on s’est entouré de toutes les garanties que tout le monde peut souhaiter pour que ces richesses ne subissent aucun risque.
— J’ai vu que tous les fils seront isolés dans des tubes d’acier.
— L’installation est surveillée par une commission et nous avons provoqué des expertises. Aucun danger d’incendie ne peut naître de ce côté.
— On l’a toujours redouté, mais vous aviez la cuisine de votre petit restaurant.
— Elle est isolée dans le vestibule, mais il y avait le calorifère qui distribue la chaleur dans, cette salle. Les conditions de travail seront améliorées sans que la sécurité générale en soit diminuée le moins du monde.
» Les rondes de nuit commençaient à 16 heures. Elles ne deviendront utiles qu’à partir de 18 heures dans cette salle, la surveillance étant assurée par le personnel ordinaire jusqu’à la fermeture.
— Vos rondes de nuit sont maintenant, accompagnées par des gardiens à quatre pattes9.
— Oui, il peut y avoir des rats.
— Et même quelque rat de bibliothèque ; en l’espèce et par exception, assimilable au rat d’hôtel. Les Amis de la Bibliothèque nationale10 nous ont doté d’un plan sur table qui permet aux nouveaux venus de s’orienter11. Rendez-vous aussi plus facile la consultation du catalogue ?
— Nous avons l’intention de publier l’an prochain cinq volumes de celui-ci12 et de rattraper un peu le retard causé par la guerre. Nous arrivons à la lettre L, qui est très chargée. Le milieu de cette lettre doit correspondre à la moitié de l’alphabet. Nous aurons à la fin de l’année prochaine soixante-quinze volumes. Il faudrait cent cinquante pour être à jour13.
» Nous nous organisons pour diminuer la période d’attente des volumes demandés et descendre la moyenne à trente minutes. C’est malaisé, à cause de l’éloignement des collections, de l’insuffisance du personnel et du matériel. Nous avons des mutilés14 qui doivent avancer avec précaution dans les magasins, qui ont des grilles à la place du plancher. Et notre machinerie n’est plus en rapport avec les besoins et les moyens modernes. Il y a bien quelques monte-charges à air comprimé ou hydrauliques15 : on pourrait, avoir beaucoup mieux. Les chariots vont lentement, le tapis roulant reliant les magasins à la salle rendrait de grands services, mais l’installation coûte cher.
» La distribution des livres sera améliorée cet hiver par le seul fait que la séance sera plus longue et que les demandes s’espaceront sur neuf heures au lieu de sept.
— Combien avez-vous de lecteurs, approximativement ?
— Nous délivrons en moyenne vingt ou vingt-cinq cartes par jour. Les étrangers sont nombreux, plus nombreux que les Français, nous leur dormons une carte sur la recommandation de leur légation16. A côté des cartes permanentes beaucoup sont pour la journée.
— Et que faites-vous de la grande salle nouvelle dont il fut tant parlé lorsqu’on la commença ?
— La salle ovale ? Le gros œuvre est achevé, mais la moindre question n’est pas celle de l’ameublement.
» On avait dit qu’elle deviendrait une salle des périodiques17, mais tout projet qui dure se modifie. On s’est demandé s’il serait bien commode de quitter la salle de travail pour aller dans l’autre consulter un journal, une revue. Sa destination a été plusieurs fois changée18. Voulez-vous que nous la visitions ?… On a résolu ici un problème architectural des plus complexes : celui d’une salle de cette dimension sans colonnes de milieu. Ce plafond pourrait être lumineux. C’est grand, mais songez que tous les vingt ans la bibliothèque est doublée, car il s’y ajoute un grand tiers… Nous avons aussi l’intention de faire des expositions. Les richesses de la Bibliothèque nationale ne sont pas assez connues du public. Nous aurons une exposition Ronsard dans quelques mois.
— Et votre salle publique19 ?
— Elle reçoit moins de monde depuis que les bibliothèques des mairies en reçoivent davantage et font le prêt de livres. Elle n’est pas éclairée et l’installation actuelle se limite à celle de travail20.
On pourra donc travailler deux heures de plus à la Bibliothèque nationale à partir du 1er octobre. —
ʀᴏɢᴇʀ ᴠᴀʟʙᴇʟʟᴇ.

Valbelle, Roger, « D’importantes améliorations sont apportées à la bibliothèque », Excelsior, 16 septembre 1924, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46041351/f3>.

Effets de la 1ère guerre mondiale

La pétition de janvier 1914 ne pouvait anticiper l’entrée en guerre du pays et le long et difficile relèvement qui s’ensuivit. Les effets de l’entrée en guerre se firent sentir dès la première année du conflit, comme en témoigne le rapport d’activité de l’Administrateur de cette année21 :

Les tableaux joints à mon rapport de décembre le début de la guerre, le personnel a été, pour chacune de ces deux catégories [fonctionnaires et agents], diminués respectivement de un tiers et de plus de deux tiers. Le chiffre n’a pas beaucoup varié pour les agents, les nouveaux appels ayant été souvent compensés par des rentrées ; il s’est notablement accru pour les fonctionnaires et paraît devoir grossir encore. La guerre a donc augmenté les charges de ceux qu’elle ne nous a pas enlevés. […]

Boinet, Amédée, « Courrier de France : Bibliothèque nationale. Rapport annuel de l’administrateur général (année 1914) », La Bibliofilía, 1915, Luglio-Settembre, vol. 17, n° 4/6, p. 219. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.jstor.org/stable/26208229>.

Pour les acquisitions étrangères, l’Administrateur indique que « la guerre vint tout arrêté », « les relations furent rompues à partir du 1er août avec les fournisseurs originaires des Etats belligérants et toute acquisition suspendue en pays ennemi, tout paiement même ajourné ».

La publication de catalogues se trouva également affectée :

Le troisième volume du catalogue tibétain était imprimé en entier et revisé [sic] presque au complet, quand la guerre appela le docteur Cordier dans les ambulances de l’armée, où il devait si tôt trouver la mort.

Ibid., p. 221.

Les chantiers architecturaux subirent des retards. La construction destinée à recevoir la collection Smith-Lesouëff dans le parc de Nogent-sur-Marne ne vit pas le jour. Les aménagements de la Bibliothèque sur son site parisien sont touchés :

Faute de main-d’œuvre et faute de matériaux, la maçonnerie a été arrêtée dans les bâtiments neufs du quadrilatère Colbert. L’usine de la chaufferie centrale n’a pu être commencée et la fouille même du terrain destiné à la recevoir a été suspendue.

Ibid., p. 222.

Dans l’état des lieux des effets de la guerre sur les bibliothèques que publie La Bibliofilía, pour ce qui est de la Bibliothèque Nationale :

62 personnes ont été mobilisées, dont 33 fonctionnaires et 29 gardiens. Aucune modification cependant n’a été apportée dans la durée des séances. Tous les travaux supplémentaires ont été supprimés, mais les travaux de catalogue n’ont pas été interrompus et deux nouveaux volumes du Catalogue général des livres imprimés ont paru au début de 1915.

Boinet, Amédée, « Courrier de France : Les bibliothèques et la guerre », La Bibliofilía, 1915, Luglio-Settembre, vol. 17, n° 4/6, p. 224.

Électrification de 1924

L’article de l’Excelsior annonce l’imminence de l’électrification : l’Administrateur la programme pour octobre 1924, soit après la réouverture de la Bibliothèque après sa période de fermeture annuelle de la fin du mois de septembre. Le rapport annuel de la Bibliothèque de 1925 nous renseigne sur l’électrification enfin finalisée :

Les soins pris par l’administration des beaux-arts, nous ont permis d’effectuer, rue Richelieu, cette année encore, les travaux les plus indispensables. L’installation définitive de l’éclairage électrique dans la salle de travail et notre secrétariat, ont constitué un utile progrès. Toutes nos sections sont maintenant reliées entre elles par le téléphone. Un réseau de sonneries d’alarme nous assure les garanties qui nous manquaient. […]
En ce qui concerte spécialement la Bibliothèque nationale, je souhaiterais tout d’abord que notre salle de travail fût maintenue ouverte plus tard, dans la soirée. Sans doute, depuis janvier dernier, nous ne la fermons plus qu’à dix-huit heures ; l’éclairage électrique rend ainsi aux lecteurs les plus grands services. Mais trop nombreux sont encore ceux de nos concitoyens à qui leur profession ne laisse aucun loisir avant la fin de la journée. Privés jusqu’ici des bénéfices que l’usage de nos collections leur procurerait, ils méritent une bienveillance particulière. Dans un temps où les soucis pratiques risquent de réduire le nombre des esprits cultivés, il n’est pas de moyen négligeable pour réagir contre une telle menace. En ne vous demandant aucun crédit supplémentaire de personnel, de chauffage et de lumière, je puis, pendant six mois par an, prolonger nos séances de deux heures en moyenne. Mais nos disponibilités ne m’autorisent point à aller au delà. La minime dépense accessoire qu’entraînerait là mesure dont je vous propose l’adoption22 serait largement récupérée, si l’on mesure le bien dont vous seraient redevables des travailleurs spécialement dignes de votre sollicitude.

« Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1925 », Journal officiel de la République française : annexe, 20 novembre 1925, p. 768. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4976137/f4>.

La presse se fit l’écho de cette petite révolution affectant la sérénissime Bibliothèque :

L’électricité à la Bibliothèque Nationale

Et nous, quand y serons-nous ?
C’est hier que l’éclairage électrique a commencé à fonctionner à la Bibliothèque nationale, qui s’est décidée à suivre l’exemple récent donné par l’Institut23.
« Tout se modernise », disent les journaux bourgeois.
Pour nous, l’intérêt de cette tardive innovation n’est pas de l’ordre de cette banalité.
Grâce à l’éclairage électrique, les séances de lecture sont maintenant prolongées de deux heures : la Bibliothèque ferme désormais à 18 heures.
Nous espérons bien qu’elle aura bientôt ses séances du soir, de 20 à 22 heures, comme la Bibliothèque de la Sorbonne et plusieurs autres non moins importantes.
En effet, à ces séances du soir, et à elles seules, pourrait prendre part l’élite de nos militants ouvriers, lesquels ont le droit, comme tout le monde de puiser aux sources publiques du savoir.
Il est de toute évidence qu’il faudra augmenter le nombre des employés de la Bibliothèque.
Nous ne voulons pas surcharger leur travail, déjà, considérable, d’un fardeau supplémentaire. Tout le monde sait que ce n’est pas dans nos habitudes.

« L’électricité à la Bibliothèque Nationale », L’Humanité, 24 novembre 1924, n° 7682, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k401533s/f2>.

D’abord limitée à la salle de travail et à quelques espaces internes, l’électrification allait évidemment s’étendre à d’autres services. Dès 1926, l’Administrateur réclamai son extension à d’autres services obligés de cesser leur activité faute de lumière à la basse saison :

Il importerait aussi que l’éclairage électrique fût installé au cabinet des estampes plongé, tout l’hiver, dans une demi-obscurité, ainsi qu’à la section des entrées, où son défaut interrompt souvent le travail des fonctionnaires. En outre, les grands magasins d’imprimés ne sont pas chauffés d’une manière suffisante et les basses températures qui y règnent, pendant plusieurs mois, éprouvent la santé de nos gardiens mutilés ou anciens gazés24. Un remède s’impose donc sur ce point tant par humanité que pas souci de régularisé le service des communications au public.

Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1926, Paris, 1927, p. 25. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k497614m/f24>.

Suzanne Briet (1894-1989), entrée à la Bibliothèque l’année de son électrification, s’en souvient dans ses mémoires :

A la B. N., j’ai assisté à la naissance de la lumière électrique. L’ancien Secrétaire-trésorier redoutait les incendies. A cette époque, il y avait cependant des moyens de s’en préserver, et d’autres bibliothèques nationales s’en étaient avisées. Dans la mauvaise saison, par temps couvert, tout travail était impossible à trois heures de l’après-midi, dans les salles et dans les bureaux. On cessait toute communication, et les bibliothécaires se rendaient les visites de l’hiver précédent. Ce fut un spectacle inoubliable de voir fleurir les lampes vertes sur les tables.

Briet, Suzanne, Entre Aisne et Meuse… et au-delà : souvenirs, Charleville-Mézières (23, îlot du Château d’Eau, 08000) : Éditions de la Société des écrivains ardennais, 1976, p. 66.

Quelques années après son installation, l’électricité apparaît comme un véritable service au public assuré par la Bibliothèque, selon l’ éditeur-libraire Édouard Champion (1882-1938), dans un article paru dans Revue des deux mondes :

Champion, Édouard, « Le livre aux États-Unis : II, le livre français », Revue des deux mondes, 1er juin 1927, vol. 39, n° 3, p. 633

Au demeurant, c’est surtout en matière de « bibliothéconomie » que nous avons de bonnes raisons de nous mettre à l’école des États-Unis. Certes, nous évoluons dans la bonne direction. Nous faisons un sérieux effort pour mieux « servir » le public. Nous lui ouvrons plus grandes que par le passé les portes de nos collections de livres. Notre Bibliothèque nationale a introduit l’électricité dans sa salle de lecture, en sorte que les lecteurs peuvent travailler plus longtemps, les après-midi d’hiver. Chaque année elle convie le grand public à de remarquables expositions qui permettent d’exhumer toute sorte de manuscrits, d’imprimés et d’estampes précieuses. Les bibliothèques municipales accentuent leur effort de prêt à domicile.

Champion, Édouard, « Le livre aux États-Unis : II, le livre français », Revue des deux mondes, 1er juin 1927, vol. 39, n° 3, p. 633. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k431930m/f633>.
  1. De Parville, Henri, « Le service électrique à l’Exposition universelle de 1889 », Annales historiques de l’électricité, 2006, vol. 1, n° 4, p. 75-82. DOI : 10.3917/ahe.004.0075. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-annales-historiques-de-l-electricite-2006-1-page-75.htm> ; Cardot, Fabienne, « L’électricité à l’Exposition de 1889. Vulgarisation technique et conquête d’un marché », Bulletin d’histoire de l’électricité, 1989, décembre- juin, n° 14-15, p. 23-33. DOI : https://doi.org/10.3406/helec.1989.1102. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/helec_0758-7171_1989_num_14_1_1102> ; Cardot, Fabienne, « L’éclair de la favorite ou l’électricité à l’Exposition de 1889 », Le Mouvement Social, 1989, n° 149, p. 43-58. DOI : https://doi.org/10.2307/3778405. []
  2. « La Compagnie parisienne de distribution d’électricité (1914-1946) », BNP Paribas. Source d’histoire, [s.d.]. Disponible sur Internet, url : <https://histoire.bnpparibas/la-compagnie-parisienne-de-distribution-delectricite-1914-1946/>. []
  3. Voir : « Histoire de l’électricité à Paris », Mémoire de l’Électricité, du Gaz et de l’Éclairage public, [s.d.]. Disponible sur Internet, url : <https://mege-paris.fr/2021/02/21/lelectricite-a-paris/> et « Histoire de l’éclairage public à Paris », Mémoire de l’Électricité, du Gaz et de l’Éclairage public, [s.d.]. Disponible sur Internet, url : <https://mege-paris.fr/2021/02/19/histoire-de-leclairage-public-a-paris/>. []
  4. Voir : Breuil, Isabelle, « Adoptez la salle Ovale ! », Le Blog Gallica, 6 avril 2017. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/blog/06042017/adoptez-la-salle-ovale-0> et « Aux donateurs de la salle Ovale », BnF, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/aux-donateurs-de-la-salle-ovale>. []
  5. Voir par exemple : Jacquot, Olivier, « Une richesse sous le boisseau », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 10 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21737>. []
  6. Succédant à Théophile Homolle (1848-1925), Pierre-René Roland-Marcel (1883-1939), est nommé Administrateur général de la Bibliothèque nationale le 3 novembre 1923 et le resta jusqu’en 1930, date à laquelle il est remplacé par Julien Cain (1887-1974). []
  7. Pseudonyme d’Albert Alphonse Désiré Acremant, né le 3 février 1882 à Arras. Docteur en droit, homme de lettres, chevalier de la légion d’honneur, Croix de guerre. « Directeur littéraire d’Excelsior avant la guerre, mobilisé comme lieutenant d’infanterie de réserve, très gravement blessé dans un assaut à la baïonnette en Champagne, a été opéré cinq fois depuis lors, s’est trouvé dans l’impossibilité d’assurer des fonctions régulières dans un journal. A alors, comme conteur ou chroniqueur, collaboré à presque tous les journaux de Paris. Et il continue… Au théâtre, il a donné notamment Kikizette, la Môme, l’Amour qui rôde, Léontine sœurs, Fiançailles, Je te jette par la fenêtre, et dernièrement Ces Dames aux chapeaux verts, tirés d’un roman célèbre de sa femme. Secrétaire général des Courriéristes Littéraires et des Escholiers. », dans : Qui est-ce? : ceux dont on parle, Paris : Éditions de la vie moderne, 1934, p. 20. Il est décédé en 1942. []
  8. Excelsior : journal illustré quotidien : informations, littérature, sciences, arts, sports, théâtre, élégances, quotidien lancé le 16 novembre 1910 et arrêté en juin 1940, disponible sur Gallica, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32771891w/date>. []
  9. Cette mesure ne manqua pas de susciter des réactions dont la presse se fit le porte-voix comme en témoigne un article de Le Cri de Paris repris dans Paris-midi. Voir : Jacquot, Olivier, « Surtout pas de chien à la Bibliothèque nationale !… », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 11 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21797>. []
  10. Soit la Société des Amis de la Bibliothèque Nationale (SABN), créée en 1913 par « un groupe de savants, d’artistes, d’universitaires et d’amateurs éclairés, réunis autour de l’académicien Francis Charmes, de Salomon Reinach, Pierre Champion et Henri Béraldi », selon son site : « Qui sommes-nous ? », Amis de la BnF, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.amisbnf.org/qui-sommes-nous>. []
  11. A ce jour, nous n’avons pas encore trouvé ce plan de la salle de travail. Cette offre fait en partie écho à la demande formulée par les lecteurs en 1894 de « trouver dès le seuil de la Bibliothèque un tableau, à l’instar de celui que l’on peut consulter dans chaque théâtre, portant l’indication du nombre et de l’emplacement exact des places restantes ». Voir : Jacquot, Olivier, « À la Bibliothèque Nationale en 1894 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 5 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21172>. []
  12. Le Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale : auteurs, entamé en 1897. []
  13. Conscient des délais requis pour la production des volumes déjà parus ou pessimiste, Roland Marcel se trompait puisque le 231e et dernier tome du catalogue est paru en 1981. Voir : Barbier, Frédéric, « Le catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale », Bibliothèque de l’école des chartes, 1984, tome 142, livraison 1, p. 153-161. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1984.450336. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1984_num_142_1_450336>. []
  14. L’accès privilégié aux emplois publics fut mis en place par la loi du 18 juillet 1924 (Journal officiel de la République française du 23 juillet 1924, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000869868>. Antérieurement, avant la loi du 17 avril 1916 qui réservait des emplois aux mutilés de guerre et réformés n° 1, la loi qui prévalait était celle mise en place pour les militaires de l’armée de terre le 21 mars 1905, modifiant la loi du 15 juillet 1889 sur le recrutement de l’armée. Celle du 8 août 1913 étendait le dispositif des emplois réservés aux marins. Nous ignorons combien de mutilés bénéficièrent de la mesure de 1924 à la BN. L’Administrateur justifie leur emploi dans son « Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1925 », Journal officiel de la République française : annexe, 20 novembre 1925, p. 768 : « Ajouterai-je que les mises à la retraite prononcées dans le personnel des agents, m’incitent à vous renouveler une requête antérieur ? S’il importe d’assurer la légitime compensation qu’ils méritent à ceux de nos camarades qui, durant les hostilités, furent grièvement atteints, il est non moins nécessaire, dans leur intérêt comme dans celui des lecteurs, de considérer les besoins d’un établissement comme le nôtre. Seuls y peuvent être affectés des hommes dont les anciennes blessures ou les intoxications leur laissent les moyens d’accomplir des dures besognes (transport de livres, nettoyages des salles et des magasins, etc.). Nous pouvons épargner encore aux mutilés certains travaux fatigants, grâce à la présence de vieux gardiens, plus valides qu’eux et animés d’un excellent esprit. Mais l’heure est proche où le départ de ces derniers imposera à leurs nouveaux collègues certains labeurs peu compatibles avec leur état. Or, chaque jour, davantage, le public exige une adaptation plus grande des fonctionnaires aux réalités pratiques du service. Il faut donc que les nouvelles affectations qui seront prononcées à la Bibliothèque nationale, compensent les éléments robustes que nous perdrons bientôt. Sinon des difficultés ne manqueront pas de se produire sur lesquelles j’ai le devoir d’attirer, une fois encore, votre attention toute particulière. ».
    Dans son Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1926, Paris, 1927, p. 22, l’Administrateur revient sur l’emploi des mutilés — toutefois pas trop invalides — qu’il souhaite : « Je ne reviendrai pas sur la nécessité, dans leur intérêt même, de ne nommer gardiens à la Bibliothèque nationale que d’anciens combattants, à qui leurs blessures n’interdisent pas de rester debout plusieurs heures de suite et d’effectuer des manutentions fréquentes, dans une atmosphère poussiéreuse et les températures les plus variables. » []
  15. Installés en 1908-1909 pour le premier et en 1910 pour le second. Cf. : Archives institutionnelles de la Bibliothèque, 01 – Fonds de l’Agence des travaux de la Bibliothèque nationale (XIX-XXe siècle), 2011/001/10588, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc964885/ca59871954618906>. []
  16. Les archives administratives de la Bibliothèque conserve ces recommandations []
  17. Entreprise en 1897 par l’architecte Jean-Louis Pascal, la construction de la salle Ovale fut achevée en 1932 par Alfred Recoura et inaugurée en décembre 1936 par le président de la République Albert Lebrun. Le premier conflit mondial causa un délai supplémentaire à son achèvement. []
  18. Ces propos ne peuvent que faire sourire les agents de la Bibliothèque nationale de France ayant vécu le réaménagement de la Salle Ovale dans le cadre du Projet Richelieu et les longs débats sur la destination à lui donner : salle de recherche bibliographique, salle de consultation des microformes, pôle Images, etc., avant qu’elle devienne une salle de lecture publique, libre et gratuite, sans limite d’âge. []
  19. Le journaliste évoque la salle publique de lecture, la « salle B ». La « BN a connu deux périodes d’ouverture à un public qu’on qualifiait à l’époque de « tout-venant » par la mise à disposition d’une salle de lecture spécifique. La première s’étend de 1833 à une date non documentée, mais qui doit se situer dans les années 1840. La seconde, plus significative, va de 1868 à 1935, sur la recommandation de la Commission Mérimée qui a achevé ses travaux en 1858. Les deux équipements – le premier ne semble pas avoir eu de nom, le second s’appelait la salle B – ont la même origine : non pas une ambition de ce qu’il serait tout à fait anachronique de nommer un désir de « démocratisation », mais la volonté louable de répondre aux plaintes des lecteurs savants mécontents de ne pas trouver assez de places pour leurs études, ou d’être contraints à une regrettable promiscuité.», Denis Bruckmann, « Bibliothèque nationale de France et grand public : une longue marche », Bulletin des bibliothèques de France, 2018, n° 16. Disponible sur Internet, url : <https://bbf.enssib.fr/matieres-a-penser/bibliotheque-nationale-de-france-et-grand-public_68526>. Voir aussi : Ève Netchine, Édmée Strauch, « La Salle B ou 70 ans de lecture publique à la Bibliothèque nationale », dans Bruno Blasselle et Laurent Portes (dir.), Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, Paris, BnF, 1998, p. 243-266. Marie Galvez, « Histoire de la « salle B » ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale au XIXe siècle (1868-1905) », dans : Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2014. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pressesenssib/12363>. Marie Galvez, Accueillir le grand public à la BnF : origines, permanences et évolutions : Diplôme de conservateur des bibliothèques, [Villeurbanne] : enssib, 2011, 1 vol. 127 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49074-accueillir-le-grand-public-a-la-bnf-origines-permanences-et-evolutions.pdf>. []
  20. La Salle de travail était ce qui est désormais désigné sous les termes de Salle Labrouste. []
  21. Disponible dans le Journal officiel du 15 août 1915 : Homolle, Théophile, « Rapport annuel de l’administrateur général de la Bibliothèque nationale », Journal officiel de la République française, 15 août 1915, p. 5733-5739. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530973423> et <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k20239140/f33>. []
  22. Il s’agit de la fusion de la Bibliothèque nationale avec les grandes bibliothèques de l’État : « elles doivent devenir les parties fortement liées d’un même organisme, conduit avec un esprit de synthèse, une judicieuse économie et des méthodes modernes. » Le projet d’une fédération des bibliothèques avait déjà prit la forme de la Réunion des bibliothèques nationales, instituée par le décret du 29 août 1923 qui créait un comité consultatif commun à la Bibliothèque nationale, à la bibliothèque Mazarine, à la bibliothèque Sainte-Geneviève et à la bibliothèque de l’Arsenal. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que fut créée la Direction des bibliothèques de France et de la lecture publique (DBLP), par un décret du 18 août 1945. []
  23. Voir : « L’Institut sort de l’ombre. Le 25 octobre, la séance publique annuelle sera éclairée à l’électricité », Paris-Soir, 18 octobre 1924, n° 379, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7636803j/f2>. []
  24. S’il est tout à l’honneur de l’Administrateur de se soucier du bien-être des « gardiens », seul argument avancé alors, les conservateurs de nos jours ne peuvent que constater que celui des collections, soumises aux variations de température et d’hygrométrie, entre les chaleurs de l’été et le froid des hivers, n’est nullement mentionné. Ceux qui ont vécu le fonctionnement des magasins de Richelieu avant la construction du site François-Mitterrand peuvent témoigner des importants écarts de température et d’humidité au cours de l’année dans les magasins, notamment des combles. Le chauffage de la Bibliothèque se faisait au bois qui fut remplacé vers 1913-1914 par le charbon en raison des risques d’incendie dûs à l’emploi du bois comme moyen de chauffage. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (12 décembre 2022). La lente électrification de la Bibliothèque nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tl


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search