Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale

En avril 1869, la Revue de l’instruction publique en France et dans les pays étrangers publiait un compte rendu de l’ouvrage de Léopold Delisle consacré au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale dont le premier volume sur trois était paru en 18681.

Le compte rendu est l’œuvre du bibliothécaire-adjoint du ministère de l’Intérieur Charles Nisard (1808-1889)2.

Nisard, Charles, « Histoire générale de Paris : le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, par Léopold Delisle, membre de l'Institut », Revue de l'instruction publique en France et dans les pays étrangers, 13 janvier 1870, n° 42, p. 656-658.

HISTOIRE GÉNÉRALE DE PARIS. — Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale ; étude sur la formation de ce dépôt, comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure, et du commerce des livres à Paris, avant l’invention de l’imprimerie, par Léopold DELISLE, membre de l’Institut. T. Ier, in-fol., imprimerie impériale. 1868.

J’arrive un peu tard pour parler de ce bel ouvrage, que la Ville de Paris a eu le bon sens de joindre à la Collection de ses monuments historiques. Il peut se faire que l’auteur ait la générosité de me pardonner ce retard ; pour moi, je me le pardonne d’autant moins que j’avais pris avec moi-même l’engagement d’être plus prompt. D’autres occupations jalouses, comme elles le sont presque toutes à une certaine époque de la vie, m’en ont détourné, me payant toujours de cette belle raison, qu’un plaisir différé n’est pas perdu. Mais si cette raison était une excuse, elle était aussi un remords. Quand on fait profession pour un auteur d’autant d’estime que je le fais pour le savant historien du Cabinet des manuscrits, il semble qu’on n’ait qu’à guetter l’occasion de le lui témoigner ; cette occasion se présente, et voilà qu’au lieu de la saisir aussitôt, je la néglige et la laisse, pour ainsi dire se morfondre, en attendant ma commodité ! J’en fais humblement ma coulpe, dussent auteur et lecteurs s’y intéresser médiocrement. Toutefois j’aime à penser le contraire, toute illusion de ce genre étant bonne à quiconque se mêle de critique, et devant lui servir à l’exercer dignement.

Ce volume est le premier d’un ouvrage qui en comprendra trois. Il est divisé en neuf chapitres divisés eux-mêmes en un certain nombre de paragraphes. L’analyse en serait aussi aisée que la méthode en est simple, si elle ne devait nécessairement être trop longue. On aurait tant de plaisir à s’y étendre qu’il sortirait volontiers de là un autre livre. Ce serait sans doute un bon moyen de rendre plus éclatante la supériorité de l’œuvre de M. Delisle ; mais elle s’en passera fort bien, et moins que personne je n’aurai l’audace d’en essayer. En deux mots donc, ce premier volume du Cabinet des manuscrits est l’histoire des accroissements que celui-ci a reçus depuis sa formation, sous Charles V, jusqu’à la Révolution ; c’est aussi l’histoire même de ses affluents, c’est-à-dire des livres, des bibliothèques ou parties de bibliothèques qui en ont fait ce riche et magnifique dépôt littéraire que nous connaissons.

Mais les livres de Charles V et ceux de Charles VI ont été dispersés pendant l’occupation anglaise. Le fameux Bedford s’en est accommodé, en grande partie du moins ; d’autres ont pris le reste. Ce sont donc les livres de Charles VIII qui sont le véritable noyau de notre Bibliothèque impériale, et ce n’est qu’à partir de ce prince que commence en effet la formation de cet établissement. On avait toutefois assez de notions sur les livres amassés par Charles V et Charles VI, pour en écrire l’histoire. Aussi n’y a-t-on pas manqué. Les uns se sont bornés à en faire l’inventaire ; les autres en ont fait des monographies ; mais tous ont plus ou moins négligé les détails d’exécution matérielle dont la beauté rendait ces livres plus curieux comme objets d’art que comme monuments de littérature. M. Delisle a réparé ces omissions. Le premier, il s’est occupé de l’origine d’abord, de la condition ensuite, des encres, des écritures, des copistes, des relieurs et enlumineurs, et il nous apprend sur tout cela des choses qui nous permettent à la fois de mesurer l’étendue de notre ignorance et de satisfaire amplement notre curiosité. Il y aurait donc quantité de remarques à faire à ce sujet. Mais outre que, comme je l’ai dit, cela me mènerait trop loin, il y aurait l’embarras du choix ; et alors il pourrait m’en advenir comme aux enfants qui cueillent des fleurs : les dernières qui se présentent leur semblent toujours plus belles que les premières ; ils jettent celles-ci pour prendre celles-là, lesquelles à leur tour subissent le même sort ; puis, vaincus par leurs propres caprices, ils les jettent toutes, et se trouvent finalement les mains vides.

Ne voulant pas courir le risque d’une si sotte aventure, je laisserai de côté tous ces détails. Je dirai seulement en somme que, de Charles V à Louis XVI, il n’entre pas un manuscrit dans le Cabinet que M. Delisle n’en fasse l’histoire, avec cette science consommée et cette exactitude rigoureuse qui ne sont qu’une très-petite partie des nombreuses qualités de cet éminent paléographe. Pas un préjugé, pas une erreur, dont quelques-uns ont été l’objet, qui ne s’évanouissent à la lumière de sa docte critique. A pet égard, et dans la mesure que compte la bibliognostie, je ne sache rien de plus triomphant, si je l’ose dire, que l’histoire du Psautier d’Ingeburge, femme de Philippe-Auguste, et la restitution de ce livre à sa légitime propriétaire. C’est clair comme le jour, et c’est fin comme l’ambre.

Un autre sujet non moins intéressant et traité par M. Delisle avec la même conscience et une prodigieuse érudition bibliographique, est l’histoire des bibliothèques ou parties de bibliothèques qui ont été successivement incorporées à celle du roi. Ce sont autant de fleuves, de rivières, de ruisseaux même, qui vont se perdre dans ce vaste océan, et que M. Delisle suit, dans toutes les vicissitudes de leur parcours, depuis leur source jusqu’à leur embouchure. Je citerai pour exemple la bibliothèque de Colbert.

L’histoire en est admirable, et sa formation une marque de ce que peuvent la volonté, la persévérance, et même un peu la politique appliquée à un intérêt subalterne, mais tout personnel. On n’en connaît pas précisément l’origine ; bien des empires sont dans ce cas. On voit seulement qu’en 1662, un an après la mort de Mazarin, les manuscrits de Colbert avaient déjà une certaine célébrité. Le directeur et organisateur de cette bibliothèque était alors Carcayy. La part qu’il y a prise est considérable. C’est lui qui mit en ordre les papiers de Mazarin, et fit copier une quantité de documents qui se rapportent à l’histoire, au droit public et à l’administration, d’anciens cartulaires, des correspondances diplomatiques, des extraits des registres du Parlement, de la Chambre des comptes et du Trésor des chartes. Outre les, dépôts publics, il fouillait les bibliothèques des particuliers, à Paris et en province, et y installait ses copistes, à peu près comme des soldats dans des logements de guerre. C’est ainsi que se formèrent tant de recueils « dont le prix devait dans la suite se trouver décuplé par la perte d’une partie des originaux. » De tels résultats enchantaient Colbert : « Il ne se peut rien de plus satisfaisant pour moi, écrit-il en 1666, que de voir ce prodigieux travail fait par de Carcavy. » N’y a-t-il pas un peu de l’orgueil du maître dans cette justice rendue au serviteur ?

Baluze, qui entra au service de Colbert vers 1667, n’eut garde de ne pas suivre le système de Carcayy. Aussi, en 1678, c’est par centaines qu’il faut compter les volumes de pièces copiées pour le ministre, et presque toute la France en a fourni les éléments. Des personnages du rang le plus élevé, des magistrats, des intendants, des trésoriers aidaient aux recherches, lançaient, pour ainsi dire, sur la piste les agents du ministre, et la suivaient eux-mêmes avec ardeur. Ils semblaient mettre cette complaisance au nombre de leurs principaux devoirs, et la considération des droits du roi, que Colbert ne négligeait pas de faire valoir auprès d’eux dans l’occasion, n’était pas propre à leur persuader le contraire.

Mais la passion dominante de Colbert était toute aux manuscrits anciens, aux textes rares. C’était aussi celle de Baluze, et pour lui-même presque autant que pour son maître. « Il prélevait la dîme » sur les envois faits de la province au ministre, et se servait quelquefois mieux que lui. J’estime qu’il ne croyait que se payer de sa peine, car il s’en donnait beaucoup ; toutefois, pour avoir cette croyance, il fallait qu’il fût quelque peu casuiste. Peut-être aussi eût-il été moins zélé s’il eût été moins intéressé. En tout cas, le maquignon, si j’ose me servir de cette expression triviale, perçait sous l’enveloppe du savant. Il abonde en motifs, en expédients, en prétextes pour obtenir les objets de sa convoitise ; il sait le prix couran[t] des manuscrits ; il spécule sur l’ignorance, les besoins et la cupidité de leurs possesseurs ; il met en avant tout cela pour encourager ses agents, et afin qu’ils y apprennent la vraie manière de réussir dans leurs négociation. Le personnage tel que je le dépeins se montre assez naïvement dans les instructions dressées par lui pour l’achat des manuscrits de l’abbaye de Moissac. Il s’y exprime ainsi :

« Par le mémoire des manuscrits de l’abbaye de Moissac, que M. l’intendant de Montauban a envoyé, il paraît qu’ils ont été fort négligés, ayant été trouvés entassés les uns sur les autres, et pleins de poudre et exposés aux rats. Aussi est-il vrai que ces sortes de livres ne sont d’aucun usage dans les provinces. Il semble qu’il serait à propos que M. l’intendant parlât au plus tôt à quelques-uns des principaux chanoines, comme s’il avait envie de les acheter, sans y mêler le nom de monseigneur, et que, s’il trouve de la disposition pour les avoir, il ne laisse pas languir la délibération, mais la finisse promptement, parce qu’en matière de chapitre, une chose qui est facile dans le commencement, souffre une inanité de difficultés dans la suite, lesquelles on évite par la diligence. Il y a plus de six-vingts [sic] manuscrits, grands ou petits, et ce non compris les livres de chant dont on ne peut avoir besoin. M. l’intendant peut leur représenter que ces livres ne leur étant d’aucun usage et étant fort abandonnés, ils lui feront plaisir de l’en accommoder ; qu’à Paris on est accoutumé de payer les manuscrits un écu la pièce, quand on en achète un nombre considérable, et qu’il y en a partie de grands, partie de petits ; que néanmoins, parce que les leurs sont presque tous grands, il lui en donnera aussi davantage. Il peut leur offrir cinquante ou soixante pistoles, et, s’il ne peut pas les avoir pour cela, il peut en donner cent pistoles, et tâcher néanmoins de les avoir à meilleur marché s’il se peut. Il leur peut encore représenter qu’il n’y a rien de plus commun, en matière de manuscrits, que les bibles et les ouvrages des Pères ; que toutes les bibliothèques en sont pleines, et qu’on en trouve très-souvent à acheter à bon marché. Il est à présumer que ces chanoines seront bien aises d’avoir à partager entre eux une somme qui pourra leur produire à chacun quatre ou cinq pistoles3. »

Le dernier trait est charmant, et il porta juste. Les chanoines cédèrent. La règle de la communauté ne s’opposant point à ce que chacun de ses membres possédât un peu d’argent mignon, ils s’en procurèrent quelques douceurs et leur potage en fut un peu plus gras. Toutefois, la cession des manuscrits à prix d’argent avait souvent des motifs plus relevés que l’intérêt individuel des religieux. Tantôt c’était un mur du couvent qui tombait en ruines et qu’il fallait relever, tantôt un toit défoncé à recouvrir, tantôt un autel à décorer, un tableau à acquérir, etc. On avait dans les greniers des livres ne servant ni au culte, ni à l’instruction des moines, et où il n’y avait que les rats qui missent le nez ; on était trop heureux d’avoir une occasion de s’en débarrasser avec avantage, et de s’en procurer de quoi servir aux besoins urgents de la communauté, sans toucher à ses revenus. Sur ce raisonnement, l’affaire était conclue, les manuscrits tirés des greniers et envoyés à monseigneur.

D’ailleurs telle était alors en général l’ignorance des religieux en matière de manuscrits que, s’ils finissaient par les garder (et Baluze a eu souvent ce déboire), c’est parce que, jugeant de leur valeur à la passion qu’on mettait à les acquérir, ils en demandaient un prix déraisonnable et qui dépassait trop celui du tarif fixé, peut-être un peu arbitrairement, par le bon Baluze. Quand ce n’était pas cela, c’était par exemple la difficulté de s’entendre en chapitre sur la quantité et l’espèce des manuscrits à céder, comme aussi le désir du chapitre de contrarier un supérieur qui avait pris des engagements sans le consulter. L’intervention des chapitres, telle était la bête noire de Baluze et de ses agents. « Vous sçavez, lui écrit du Molinet, un de ceux-ci, que les communautez ne se gouvernent pas aisément, et que capitulum et caput muli est la mesme [c]hose. » Celui de Saint-Martin de Tours le fit bien voir. Trois fois, dans un intervalle de quatre ans environ, il s’obstina à ne point lâcher ses manuscrits, encore qu’il s’y fût d’abord engagé, et il ne paraît pas qu’il soit jamais revenu sur cette résolution. Mais ce n’est là qu’une exception ; la mule, la plupart du temps, cédait de bonne grâce.

Ainsi fut formée cette bibliothèque, aujourd’hui simple annexe, mais annexe considérable, de la Bibliothèque impériale. Elle n’y arriva malheureusement que mutilée, et après une vente publique de livres imprimés et d’environ six cents manuscrits, faite en 1725 et 1728 par le comte de Seignelay, indigne petit-fils du ministre de Louis XIV. Mais ce qui en restait contenait encore d’inappréciables richesses, et fut cédé au roi, en 1732, pour trois cent mille francs.

Je me suis plu à tracer ce petit crayon de la collection Colbert, d’abord, parce qu’elle est la plus riche de toutes celles dont la Bibliothèque de la rue Richelieu a accru ses trésors ; ensuite, parce que sa création a été plus fertile en incidents, en anecdotes, a donné lieu à plus de ruses, a mis en jeu plus de ressorts et en mouvement plus de personnes que pas une autre. La plus réservée de toutes ces personnes, était pourtant, qui le croirait ? la plus intéressée ; c’était Colbert lui-même. On aime à le voir recommander à ses agents de ne point user d’autorité dans la recherche des manuscrits, mais de douceur ; d’acheter et non de s’approprier. Mais peut-être eût-il été moins bien servi s’il eût été mieux obéi. Bon nombre de livres ont été acquis par des moyens tout autres, quelques-uns même emportés d’assaut.

M. Delisle a raconté tout cela avec beaucoup d’impartialité et infiniment de finesse et de charme. Tirés de sources diverses, mais moins inconnues que superficiellement explorées, les détails dans lesquels il entre sur les hommes et les choses, et dont aucun n’était à négliger, ont tout le mérite de la nouveauté, et n’en auront pas l’éphémère durée. Pour la science bibliographique de l’auteur, il n’y a pas à s’en inquiéter. Bien qu’elle ne soit qu’une très-petite partie de son riche bagage, elle n’en repose pas moins sur de solides fondements, ne s’étant point formée à l’aide de catalogues de vente, et n’étant pas, comme celle du Manuel du bonhomme Brunet, le résultat de coups de ciseaux donnés à l’aventure dans des papiers de ce genre. Veuille même M. Delisle me pardonner l’inconvenance de ce rapprochement ! Du reste, tel il se montre quand il décrit la collection Colbert, tel il est en dépouillant toutes les autres, depuis celle de Jean, duc de Berry, des ducs d’Orléans, etc., jusqu’à celles des frères Dupuy, de Gaignères, de Baluze, de Saint-Martial de Limoges, et de la famille de Mesmes. L’histoire de la restitution à son légitime propriétaire du Psautier d’Ingeburge, manuscrit qui avait appartenu à cette famille, est un exemple merveilleux de ce que peut la critique avec la science pour appui, et la sagacité, le discernement, si l’on peut dire, pour lunettes. L’expression en est aussi simple que modeste ; mais si j’en fais la remarque, ce n’est pas pour en louer M. Delisle, qui aurait droit d’être surpris qu’on lui fit un mérite de ce qui est chez lui tout naturel, c’est parce que ces deux qualités, la simplicité et la modestie, sont des vertus, quand la circonstance où on les fait paraître eût permis un peu d’orgueil. J’avais lu cette dissertation, qui fut publiée en brochure il y a deux ou trois ans, et j’y avais pris un très-vif intérêt : en la retrouvant dans ce gros volume, où elle est si bien à sa place, je l’ai goûtée comme une primeur, tout en lui faisant l’accueil qu’on doit aux anciennes connaissances dont on s’honore le plus et avec lesquelles on a le plus profité.

En terminant, je me permettrai une petite remarque critique. M. Delisle me paraît trop sévère pour Casaubon, garde de la Bibliothèque du roi, et pas assez pour Gosselin, son prédécesseur dans la même charge. Il dit de Gosselin qu’il était plein de vigilance ; ce qui est vrai ; mais, ajoute-t-il, « s’il faut en croire Scaliger, il resta bien au-dessous de sa tâche4. » M. Delisle douterait-il de la véracité de Scaliger ? Je désire me tromper ; mais je le crains. Scaliger avait raison, et Casaubon qui pensait comme lui, l’avait également, ayant eu le loisir d’étudier le personnage, dans le temps qu’il était son adjoint à la Bibliothèque du roi. Leurs lettres sont remplies de plaintes non-seulement sur l’incapacité de Gosselin, mais encore sur son humeur farouche, sa jalousie envers les savants, sa répugnance presque invincible à leur communiquer les livres dont ils avaient besoin. En un mot, ils disent de lui, et à peu près dans les mêmes termes, ce que Isaac Vossius disait à Nicolas Heinsius d’un certain bibliothécaire de Venise : Non poteris belluam istam expugnare, bibliothecarium aic, hominem et in litteris, et in omni vita plane rudem et barbarum (()). Certes, Gosselin n’était pas illettré, puisqu’il a laissé quelques ouvrages qui ne sont pas sans valeur ; mais ils n’en ont pas assez pour qu’il ne le sentît pas lui-même, et pour que la conscience de son infériorité vis-à-vis des savants illustres de son temps ne fût pas la cause de ses mauvais procédés à leur égard. On lui reprochait encore de ne savoir pas même se servir des trésors dont il était le gardien, et toutefois de les tenir sous clef, comme s’il en eût été l’unique propriétaire. Il est même douteux qu’il eût été en état de dresser un catalogue. Il n’en était pas de même de Casaubon ; mais il ne faut pas, comme M. Delisle, s’étonner qu’il ne l’ait pas fait. Occupé de travaux immenses, incessamment réclamés et impatiemment attendus des érudits, il était de plus en butte aux obsessions ardentes et continuelles de ses amis, et quelquefois du roi lui-même, pour le déterminer à changer de religion. Le chagrin qu’il en éprouvait était profond ; on peut même dire que jusqu’au moment de son départ pour Londres, sa vie en fut empoisonnée ; il est sûr du moins que ses travaux s’en ralentirent considérablement. Tout son temps était aux disputes, aux controverses, et, comme il tint ferme jusqu’au bout, il eut la douleur de voir punir sa constance par la perte de ses plus anciens et plus illustres amis. Comme tous sautaient le pas tour à tour, à l’exemple d’Henri IV, ils se sentaient blessés par la fermeté d’un pauvre homme de lettres, et ils lui tournaient le dos l’un après l’autre. C’est pitié de lire les lettres où il raconte tout cela, et, quand on les a lues, on voit bien qu’avec la meilleure volonté du monde, il lui eût été impossible de trouver le loisir et le calme nécessaires pour entreprendre l’œuvre ingrate et difficile d’un catalogue. Il est vrai qu’il avait eu trop à souffrir, lui et ses amis littéraires, du désordre entretenu par Gosselin, pour ne pas essayer au moins de leur épargner à l’avenir ce désagrément ; le zèle des convertisseurs ne lui permit pas même cette tentative.

Charles NISARD.

Nisard, Charles, « Histoire générale de Paris : le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, par Léopold Delisle, membre de l’Institut », Revue de l’instruction publique en France et dans les pays étrangers, 13 janvier 1870, n° 42, p. 656-658. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97925752/f668.item>.

Notes

  1. Delisle, Léopold (1826-1910), Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale : étude sur la formation de ce dépôt, comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure et du commerce des livres à Paris avant l’invention de l’imprimerie, Paris : Imprimerie impériale : puis Imprimerie nationale, 1868-1881, 3 vol. et 1 atlas de pl. ; in-4° (35 cm). Disponibles sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58312564> ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58316961> ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5831690j> ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5832557w>. []
  2. Il le fut à partir du 20 août 1864 jusqu’à ce qu’il ait été admis à faire valoir ses droits à la retraite le 15 octobre 1870. []
  3. Page 457. []
  4. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (16 février 2023). Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vb


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search