Joseph Toussaint Reinaud, 43 ans de service à la Bibliothèque nationale

Le 14 mai 1867, Joseph Toussaint Reinaud, conservateur du département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque impériale décède à Paris. Lors de son inhumation au cimetière du Père Lachaise, l’Administrateur général de la Bibliothèque impériale Jules Antoine Taschereau (1801-1874), prononce un discours retraçant la carrière du conservateur, discours repris dans la Revue de l’instruction publique. C’est cet article que nous transcrivons ci-après avec des notes de notre fait.

NÉCROLOGIE.

JOSEPH-TOUSSAINT REINAUD.

Le 15 mai dernier, à onze heures du matin, au moment où il traversait un des guichets du Carrousel, M. Reinaud, pris d’un malaise subit, se traîna à grand peine jusqu’au poste des Tuileries. Après quelques instants de repos, il se fit conduire chez un pharmacien voisin, qui lui administra une potion calmante ; puis, en compagnie d’un sergent de ville, il monta dans une voiture pour rentrer à son domicile1. Pendant le trajet, son compagnon, le voyant la tête penchée en dehors de la portière, crut qu’il cherchait à respirer plus librement ; mais, en arrivant à destination, on reconnut qu’il avait succombé à une attaque d’apoplexie foudroyante.
Les obsèques de M. Reinaud ont eu lieu le vendredi suivant dans l’église Saint-Germain des Prés ; ses collègues, ses élèves, ses amis, en grand nombre, l’ont accompagné jusqu’au cimetière du Père-Lachaise, où quatre discours ont été prononcés par MM. de Longperier2, Taschereau3, Dulaurier4 et d’Avezac5, au nom de l’Institut, de la Bibliothèque impériale, de l’École des langues orientales et de la Société de géographie.
M. Taschereau, administrateur général de la Bibliothèque impériale, a pris, dans son discours, M. Reinaud à ses débuts, et l’a suivi jusqu’à sa mort ; nous ne pouvons puiser une meilleure source les détails sur la vie de ce savant :

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..…………………………..

« Joseph-Toussaint Reinaud, né à Lambesc, en Provence, le 4 décembre 1795, fut destiné d’abord à l’état ecclésiastique. Mais bientôt l’étude des langues de l’Orient, à laquelle il se livra de très-bonne heure, l’entraîna vers les travaux d’érudition, et, dès 1817, nos archives nous font voir le jeune orientaliste, attaché encore aux ordres, où il n’avait fait que les premiers pas, admis, sur la recommandation et la garantie du comte Portalis6 et de son illustre maître Silvestre de Sacy7, à emprunter à la Bibliothèque les manuscrits dans les langues qu’à vingt-deux ans il étudiait, dit la demande, depuis plusieurs années.
« Il avait travaillé surtout en archéologue, cherchant dans les monuments figurés comme dans les monuments écrits les traces des événements, des mœurs, des usages et des croyances de l’Orient, et, dès 1820, il publiait une Lettre à M. le baron Silvestre de Sacy sur la collection des monuments orientaux de S. Exc. M. de Blacas8, collection dont huit ans plus tard il devait donner, en 2 vol. in-89, une savante description qui fut un de ses titres principaux à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
« Le duc de Blacas10 et Silvestre de Sacy appuyèrent une demande formée à la fin de 1833 par le jeune Reinaud, pour entrer au département des médailles et antiques où l’attiraient l’étude et le classement à faire des monnaies et des monuments de l’Orient renfermés dans les collections du cabinet. Le conservateur de la Bibliothèque démontra au minière de l’intérieur, M. de Corbière11, que l’insuffisance du personnel se faisait plus sentir dans d’autres départements qu’au département des médailles, et, le 27 novembre 1824, M. Reinaud fut nommé troisième employé aux manuscrits.
« Son entrée à là Bibliothèque changea, sans aucun doute, la direction de sa vie, comme le poste qui lui lut assigné modifia la direction dé ses études. M. Reinaud avait le culte du devoir ; il sentait que les travaux de l’érudition l’enlèveraient trop souvent au ministère sacré auquel on avait désiré qu’il se vouât, il estima qu’en honnête homme il lui fallait opter. Ses protecteurs l’avaient senti comme lui, et le comte Portalis, dont l’histoire a constaté les rapports avec le saint-siège, le duc de Blacas, qui devint l’ambassadeur de France à Rome, auraient pu aisément faire relever de ses vœux un ecclésiastique engagé plus avant que lui dans les ordres.
« Nous avons dit que son entrée au département des manuscrits avait modifié la direction de ses travaux. En effet, dès lors moins occupé des monuments, l’archéologue historien devient linguiste et bibliographe ; il se livre presque entièrement à l’étude des textes ; les manuscrits arabes, turcs, persans furent interrogés par lui, et, en 1828, il entreprit, sous la direction d’Abel Rémusat12, un classement et un inventaire des nouveaux manuscrits de ces fonds et une révision des inventaires des fonds anciens.
« Il fut nommé deuxième employé le 8 avril 1829, premier employé le 14 mars 1831, conservateur adjoint le 14 novembre 1832, et conservateur le 31 août 1854.
« Dans ses quarante-trois années d’exercice, M. Reinaud a donné le bon exemple d’un dévouement constant à ses devoirs. »

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Ajoutons qu’il occupait, en outre, la chaire d’arabe à l’École des langues orientales vivantes ; qu’il était président de la Société asiatique depuis 1847 ; qu’il avait été, en 1832, élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et, en 1858, fait officier de la Légion d’honneur13.
Il a collaboré au Journal asiatique, au Journal des Savants, à la Géographie d’Albuféra14, à l’Histoire de l’artillerie15, à l’Histoire des croisades de M. Michaud16, au Roman de Mahomet17, etc.

« Nécrologie : Joseph-Toussaint Reinaud », Revue de l’instruction publique, 23 mai 1867, n° 8, p. 123-124. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9792521h/f133.item>.

Actes

Archives de Paris, Actes de l'état-civil, 1867, Décès, 06, V4E 727, n° 1128.
Archives de Paris, Actes de l’état-civil, 1867, Décès, 06, V4E 727, n° 1128.

Si à son décès, Joseph Toussaint Reinaud résidait au n° 15 du quai Conti, lors de son mariage en 1836 avec Elizabeth Boucly (née le 3 juillet 1813), il logeait au n° 12 rue neuve des Petits Champs, soit dans les logements du personnel sis au sein même du quadrilatère Richelieu.

Archives de Paris, Actes de l'état civil reconstitué, Acte de mariage, 5Mi1 2088, 2 mars 1836, Joseph Toussaint Reinaud et Elizabeth Boucly
Archives de Paris, Actes de l’état civil reconstitué, Acte de mariage, 5Mi1 2088, 2 mars 1836, Joseph Toussaint Reinaud et Elizabeth Boucly
Archives de Paris, Actes de l'état civil reconstitué, Acte de mariage, 5Mi1 2088, 2 mars 1836, Joseph Toussaint Reinaud et Elizabeth Boucly
Archives de Paris, Actes de l’état civil reconstitué, Acte de mariage, 5Mi1 2088, 2 mars 1836, Joseph Toussaint Reinaud et Elizabeth Boucly
Archives de Paris, Actes de l'état civil reconstitué, Acte de mariage, 5Mi1 2088, 2 mars 1836, Joseph Toussaint Reinaud et Elizabeth Boucly
Archives de Paris, Actes de l’état civil reconstitué, Acte de mariage, 5Mi1 2088, 2 mars 1836, Joseph Toussaint Reinaud et Elizabeth Boucly
12 rue neuve des Petits Champs
12 rue neuve des Petits Champs

Pour aller plus loin

Notes

  1. Au n° 15 du quai Conti selon l’acte de décès reproduit ci-joint. []
  2. Adrien Prévost de Longpérier (1816-1882), membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres. []
  3. Jules Antoine Taschereau (1801-1874), Administrateur général de la Bibliothèque impériale. []
  4. Édouard Dulaurier (1807-1881), titulaire de la chaire d’arménien de l’École des langues orientales. []
  5. Armand d’Avezac (1800-1875), secrétaire général de la Société de géographie. []
  6. Joseph-Marie Portalis (1778-1858). []
  7. Antoine-Isaac, baron Silvestre de Sacy (1758-1838). []
  8. Reinaud, Joseph Toussaint (1795-1867), Lettre à M. le Baron Silvestre de Sacy par M. l’abbé Reinaud, sur la collection de monuments orientaux de S. Exc. M. le Comte de Blacas, Paris : imprimerie de Firmin-Didot, 1820, 1 vol. (16 p.). Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=eQc-AAAAcAAJ&pg=GBS.PA2&hl=fr>. []
  9. Reinaud, Joseph Toussaint (1795-1867), Monumens arabes, persans et turcs du cabinet de M. le duc de Blacas et d’autres cabinets, considérés et décrits d’après leurs rapports avec les croyances, les mœurs et l’histoire des nations musulmanes, [Paris] : Impr. royale, 1828, 2 vol. in-8°, 10 pl. gr. ; Reinaud, Joseph Toussaint (1795-1867), Description des monumens musulmans du cabinet de M. le duc de Blacas, Paris : impr. Royale, 1828, 2 vol. (XV-400, 488 p.-X p. de pl.) ; 22 cm. Comprend : 1. Notions préliminaires sur les pierres gravées arabes, persanes et turques, les vase, coupes, miroirs, &c ; 2. Description particulière des pierres gravées arabes, persanes et turques, des vases, coupes, miroirs, &c. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65252555>, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6525242j>. []
  10. Pierre Louis Jean Casimir de Blacas d’Aulps (1771-1839), pair de France. []
  11. Jacques-Joseph Guillaume François Pierre, comte de Corbière (1766-1853), ministre de l’Intérieur
    de 14 décembre 1821 au 4 janvier 1828. []
  12. Jean-Pierre Abel-Rémusat (1788-1832), conservateur des manuscrits à la Bibliothèque royale depuis 1824. []
  13. Nommé le 1er mai 1858. Pour procéder à sa réception, Reinaud proposa son collègue Karl Benedikt Hase (1780-1864), qui logeait « arcade Colbert 6 près la bibliothèque impériale ». Voir : « REINAUD Joseph Toussaint », Léonore, N° de Notice : L2288049, cote : LH//2288/49. Disponible sur Internet, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/316331>. Sur l’arcade Colbert où le grand Chancelier de l’ordre de la Légion d’honneur adresse la boîte contenant la décoration à remettre, voir : Jacquot, Olivier, « L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 31 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/23773>. []
  14. Aboulféda (1273-1331), Géographie d’Aboulféda : texte arabe publié d’après les manuscrits de Paris et de Leyde aux frais de la société asiatique / par M. Reinaud,… et M. le baron Mac Guckin de Slane,…, Paris : Impr. royale, 1840, 1 vol. ([XLVII-539] p.). []
  15. Reinaud, Joseph Toussaint (1795-1867) ; Favé, Ildefonse (1812-1894), Histoire de l’artillerie, Paris : J. Dumaine, 1845, 1 vol. (287 p.) + atlas (1 p.-17 pl. fac-sim.) ; in-8° + in-4°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73982s>. []
  16. Œuvre en 7 volumes de Joseph-François Michaud(1767-1839), débutée en 1807 et publiée entre 1812 et 1822. []
  17. Écrit à Laon en 1258 par Alexandre du Pont, adaptation libre de la biographie romancée intitulée “Otia de Machomete” de Gautier de Compiègne. Voir : Alexandre du Pont, Roman de Mahomet en vers du XIIIe siècle / par Alexandre du Pont. et Livre de la loi au Sarrazin en prose du XIVe siècle / par Raymond Lulle ; publiés pour la première fois… par MM. Reinaud,… et Francisque Michel, Paris : Silvestre, 1831, 1 vol. (XXIII-140 p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5678719c>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (7 février 2023). Joseph Toussaint Reinaud, 43 ans de service à la Bibliothèque nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3v7


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. GÉRARD dit :

    Bonjour,

    Le collègue choisi par M. Reinaud pour sa réception dans l’ordre de la Légion d’honneur n’e peut pas être Karl August, qui n’est légionnaire ni même collègue, mais Charles Benoît (Karl Benedikt) Hase, lequel est conservateur des manuscrits grecs et latins depuis 1832, et commandeur de la Légion d’honneur depuis 1849.

    Quant au qualificatif d’abbé, il ne s’agit pas d’une erreur, le [sic] n’a donc pas de raison d’être, Cette qualité est mentionnée dans deux lettres du duc de Blacas, datées de 1823 et 1824, pour soutenir la candidature de Reinaud à un poste au Cabinet des médailles de la Bibliothèque.

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search