Notice sur la vie et les travaux de M. Jean-Louis Pascal (4 juin 1837 – 16 mai 1920), par M. Ch.-M. Widor, secrétaire perpétuel

Dans son édition du 5 décembre 1920, le Journal officiel rendait compte de la séance publique annuelle, tenue la veille, de l’Académie des beaux-arts, au cours de laquelle fut annoncée « la disparition de trois de ses membres les plus éminents : le statuaire Marqueste, l’architecte Jean-Louis Pascal et le peintre Luc-Olivier Merson ». Pour saluer l’œuvre et la vie de l’architecte de la Bibliothèque nationale, un éloge fut dit par le secrétaire perpétuel de l’Académie, Charles-Marie Widor (1844-1937)1, et reproduit dans le Journal.

C’est cette Notice sur la vie et les travaux de M. Louis Pascal (4 juin 1837 – 16 mai 1920)2 que nous transcrivons ci-après, avec ses coquilles signalées par des [sic], et des notes ajoutées de notre fait.

Jean-Louis Pascal par le photographe Eugène Pirou — BnF
Jean-Louis Pascal par le photographe Eugène Pirou — BnF

Messieurs,

De nos deux Pascal, du Pascal des Provinciales et des Pensées au Pascal de la Bibliothèque3, est-il possible de saisir un lien de famille ? C’était l’ambition de notre confrère de retrouver tous les anneaux de la chaîne (nous empruntons l’image à Blaise lui-même) qui devaient l’unir à son grand ancêtre, car ils étaient tous deux d’origine auvergnate et clermontoise.

Peu de familles aujourd’hui restent au nid originel. Vers le milieu du siècle dernier, nous retrouvons celle de Jean-Louis aux bords de la Marne, à la Ferté-sous-Jouarre, vivant d’une vie simple, mi-bourgeoise, mi-rurale, occupée de sa ferme, de sa basse-cour, de son potager, de son verger, vie de sagesse active et quiète dont la paix, soudain, fut troublée d’un coup de tonnerre. Jean-Louis, le père du nôtre (même prénoms dans ces vieilles familles provinciales pour le père et pour le fils), Jean-Louis4, donc, le père, révèle tout à coup la plus scandaleuse indépendance et se refuse, gamin de quinze ans, à suivre, cierge en main, la procession de la Fête-Dieu. Colère paternelle, coup de tête du fils qui, son baluchon sur l’épaule, s’évade, chemine, arrive à Paris. Il y devient membre — modestement salarié — du Jockey-Club5, où il s’initie aux mystères de la cuisine6, et, par son travail, son intelligence, son esprit d’initiative, se crée de telles relations que des capitaux lui sont prêtés et qu’il fonde, rue Montorgueil, avec autant de magnificence que de goût (le curé de Saint-Eustache lui prête, c’est tout dire, son décorateur), un restaurant7, où bientôt afflue tout le Paris fashionable.

Jean-Louis le père éleva fort bien Jean-Louis le fils8. Un bachelier, en ces temps lointains, c’était presque un personnage. Jean-Louis fut bachelier. Il ne s’en tint pas là. Il voulut être peintre. « Peintre, lui dit son père, métier de paresseux. — Ecrivain alors, répliqua le fils. — Ecrivain, ce n’est pas même un métier. » Le bachelier, toutefois, entre chez Bouguereau9. Il y travaille avec un tel acharnement qu’il y gagne, en même temps que des principes dont il se souviendra toute la vie, une bonne fièvre cérébrale qui faillit l’emporter.

De cette fièvre prédestinée nous le voyons sortir architecte, après une longue convalescence à la Ferté, au pied du vieux Jouarre, là-haut sur la colline boisée où survit, dans la crypte de son abbaye bénédictine, le souvenir de la vieille France artistique et monacale. Jean-Louis, sûrement, devait aimer ce coin de province où parfois il s’arrêtait, curieux, intéressé, devant les tombes de cette crypte.

Il entre à l’école des beaux-arts, atelier Gilbert (1855)10, sans se douter qu’il dirigera lui-même, pendant cinquante ans, ce même atelier, devenu l’atelier Questel11 depuis la mort de Gilbert. Très brillant élève, il enlève d’assaut toutes les récompenses, sauf toutefois le prix de Rome qu’il n’obtient qu’en 186612 après être monté six fois en loge13. Au lendemain du concours de 186514, Garnier15 écrit à son père : « Vous avez dû, monsieur, être très affecté de l’échec de votre fils ; je ne le suis pas moins. Son goût fin et délicat, son habileté de dessinateur, son courage au travail, qui en ont fait un élève hors ligne, le mettront sous peu au rang de nos meilleurs architectes… et si, dès aujoud’hui [sic], je crois pouvoir lui assigner ce rang parmi les meilleurs, sans doute le dépassera-t-il dans l’avenir. »

Garnier prophétisait à coup sûr, car personne, mieux que lui, ne connaissait la valeur de Pascal que depuis trois ans il employait à son agence de l’Opéra16.

Le voilà donc en route pour l’Italie17. A Gênes, à Milan, à Vicence, Venise, Florence, l’ancien élève de Bouguereau se révèle par de charmantes aquarelles où se traduisent les joies du voyage. Sa vue de la Villa Médicis pourrait être signée Corot. « Est-il rien de plus poétique que la Villa, de mieux disposé pour le travail », écrit-il à son père en lui envoyant son esquisse. Une petite déception, toutefois : le logement des pensionnaires ne lui paraît pas répondre à la noblesse du monument, à la beauté du lieu « à ce nom séduisant et pompeux d’Académie de France ». Son âme d’artiste s’étonne du contraste entre la nudité du logis et la richesse de l’édifice.

C’est le 2 février 1867 qu’il s’installe à la Villa18 dont Hébert19 vient de prendre la direction et où il trouve Henri Regnault20, Delaplanche21, Barrias22, Jules Lefebvre (Jules Joseph Lefebvre (1864-1912), à la Villa Médicis en 1862-1866.)), Laguillermie23, tous épris de Rome, passionnés au travail. Pascal ne l’est pas moins ; c’est un exquis, un cordial camarade, mais il aime la solitude ; il regarde, réfléchit, parle peu, produit beaucoup. Que de croquis, d’études rapportés de ses excursions à Naples, en Sicile, de ses voyages à Athènes, à Constantinople ! que de remarquables envois : Restauration de la Palestre impériale (au palais des César), le Palais Farnèse, le Palais Strozzi, et le Cloître de Santa-Maria-Novella (Florence), etc.

Survient la guerre24. Le bon Hébert tremble pour ses pensionnaires qui, d’un coup d’aile, regagnent Paris menacé. Pascal et Regnault sont mobilisés dans le même bataillon et c’est à côté de Pascal que Regnault tombe à Montretout25. « L’Académie a donné à la défense nationale le plus précieux, le plus cher de ses enfants », écrivait Hébert à Gounod26, qui venait de lui apprendre ce malheur.

Dès 1861, nous l’avons dit, Pascal collabore à l’œuvre de Garnier ; après 1871, il travaille avec Lefuel27, aux Tuileries.

Pour son patron Garnier, Pascal a toujours gardé un respect presque attendri. Il évoquait volontiers les souvenirs de la construction de l’Opéra. Je n’oserais pas les rappeler devant l’auteur de la Sorbonne qui, élève du jeune Pascal, se trouve avoir ainsi collaboré avec Garnier, mais je ne résiste pas au désir de vous conter, à propos des Tuileries, certains souvenirs d’alors.

Lefuel était autoritaire : Carpeaux n’était pas de caractère très facile. Regardez, mes chers confrères, la délicieuse Flore, au sourire adorable, et vous constaterez qu’un peu de son académie dépasse l’alignement… Lefuel proteste, Carpeaux tient bon. Colère, échange de témoins ; mais l’empereur veille ! et la réconciliation s’opère au château, après boire.

Autre anecdote. Il s’agit toujours de la Flore, Carpeaux y travaillait. L’empereur, très simplement, vient le surprendre là-haut dans son baraquement. Surprendre est bien le mot. Carpeaux, le dos tourné, s’occupait, très gamin, à jeter sur les passants des boulettes de glaise. L’empereur, lui prenant le bras : « Que faites-vous donc, mon cher maître ? » Surpris en effet, mais non décontenancé, Carpeaux se retourne et, la main pleine de boulettes : « Sire, essayez donc, vous verrez, c’est très drôle, la tête que font les passants. — Impossible, répond l’empereur, si près du balcon de Charles IX, je ne veux pas qu’on m’accuse, moi aussi, de giboyer aux passants. »

En 1875, à son tour, Pascal devient patron. Il quitte Lefuel et succède à Labrouste comme architecte de la Nationale.

La fortune lui souriait. Trois ans auparavant, alors que Questel se retirait : « Qui désirez-vous pour me succéder », demanda-t-il à ses élèves. « Pascal ! », répondit l’atelier, unanime.

La même année il obtenait un prix au concours pour la reconstruction de l’Hôtel de Ville ; l’année suivante, au concours pour la construction du Sacré-Cœur, il obtenait un nouveau prix, et c’est au concours encore qu’on le charge, à Bordeaux, d’édifier l’école de médecine et de pharmacie. Il est successivement architecte diocésain de Valence et d’Avignon. Je me contente d’énumérer sa villa Renouard à Pau, son monument du colonel d’Argy à Rome, son château de Doux (Corrèze), sa maison de la rue de Prony ; sa transformation de la salle Ventadour en succursale de la Banque de France, ses monuments à Regnault, à Michelet, au président Carnot (Bordeaux) en collaboration avec Chapu28, Mercié29, Barrias, et j’en viens à son œuvre maîtresse, la Bibliothèque.

En 1666, Colbert avait fait transporter dans deux immeubles achetés par lui, tout à côté de son hôtel, rue Vivienne, la Bibliothèque royale, alors au couvent des Cordeliers (aujourd’hui l’école pratique de médecine). Le plan de Paris de 1707 nous montre cette bibliothèque en face le jardin du palais de Mazarin, à la place occupée par nos éditeurs de musique, les Heugel30. En un demi-siècle, les richesses en livres, estampes, médailles, objets précieux de tout genre se trouvèrent accumulés en telle quantité qu’il fallut chercher un plus vaste local.

En 1721, le régent, qui ne s’intéressait pas moins que Louis XIV et Colbert à la Bibliothèque et aux trésors qu’elle contenait, ordonna son transfert tout près de là, rue de Richelieu, dans l’hôtel de Nevers inhabité depuis la faillite du fameux « système ». Après le transfert, l’hôtel de Colbert et les deux maisons de la rue Vivienne furent abattus et remplacés par les écuries du régent.

En 1854, c’est par la démolition de la façade de l’hôtel de Nevers, rue de Richelieu, que commençait la série des « transformations », dont l’architecte Labrouste emporta dans la tombe la responsable. Son plan était de jeter bas tout l’hôtel pour y substituer sa propre architecture. Il y a en partie réussi, car nous n’avons plus sous les yeux, de ce côté-là, que l’amorphe, indigeste gâteau d’un édifice massif, lequel n’est, à vrai dire, qu’un mur qui voudrait être grec et s’afflige de rester laid. Mais entrons dans la cour. Quelle consolation de contempler les deux côtés Est et Nord qui survivent de l’ancien hôtel !

Au contraire de Labrouste, Pascal était le respect même. Il a conservé ces deux façades, et ce n’est que de l’intérieur du monument qu’il s’occupera tout d’abord. Le vestibule, d’honneur, le cabinet directorial, les bureaux de l’administration, autant d’exemples d’un art dont la sûreté s’accorde avec l’extérieur de l’édifice. Tout y est grandeur et harmonie : escaliers, boiseries, ameublement, partout se développe l’unité d’un thème initial dont le rythme est, comme on dit, de « l’époque », mais qui n’a rien du pastiche. L’œuvre est bien signée d’un artiste personnel.

Et plus personnel encore se montre l’artiste dans la partie neuve, alors que, tout à l’aise, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, il peut déployer le génie de sa propre invention.

Cette partie neuve, rue Vivienne, remplace plusieurs maisons de rapport qui restèrent accolées aux flancs de la Bibliothèque jusqu’à la fin du siècle dernier. Aujourd’hui le passant s’arrête devant le jardin : il remarque, entre la façade moderne et le Louis XIII de la galerie des estampes, un élégant, un harmonieux accord, vraie fête de l’esprit et des yeux, où Jean-Louis Pascal donne la main à François Mansart, et il admire les proportions de cette façade, sa belle ordonnance, l’ingénieux couronnement de ses fenêtres. A gauche, un peu plus loin, en allant vers la Bourse, une inscription : Salle publique de lecture. C’est là que s’ouvrira bientôt un vaste hall, de forme ovale, bordé de colonnes, dont personnellement, tant il a de noblesse et de grâce, je ne connais pas l’égal à Paris. Tout à côté, l’escalier très simple, doux à monter, éclairé largement. Il conduit à une sorte de vestibule aux murs de pierre blanche qui s’ouvre sur la grande surprise de l’édifice, je veux dire cet ensemble magnifique de la salle de Luynes, du cabinet des médailles, du cabinet du roi : la salle de Luynes, digne des joyaux qu’elle renferme ; le cabinet des médailles, d’un goût à la fois somptueux et sobre ; le cabinet du roi, fidèle reconstitution du cabinet disparu de Versailles, où Louis XIV se plaisait à montrer aux belles dames ses camées, ses pierres fines ; aux savants, aux artistes ses médailles.

Car, tout jeune encore, Louis XIV s’était pris d’un goût très vif pour l’admirable collection que Gaston d’Orléans lui avait léguée et que, de Paris, il avait fait transporter à Versailles. Il commanda des médaillers d’une fastueuse élégance où les médailles étaient rangées dans ces mêmes tablettes que nous voyons encore, de maroquinerie dorée, fleurdelisée, garnie de velours vert. Et le roi s’y penchait, la spatule d’or aux doigts, retirant les médailles de leurs alvéoles pour les regarder de plus près. Il y « prenait ses instructions », nous dit un contemporain, et ce fut son plaisir, le jour même ou Marie-Adélaïde de Savoie arriva à Versailles pour y épouser le duc de Bourgogne, d’y promener la future duchesse et de lui faire les honneurs de sa chère collection.

Très artiste, dessinateur, graveur, musicien, le régent ramène cette collection à Paris, où nous la retrouvons dans le cabinet actuel qui donne, dès qu’on y pénètre, l’impression vraiment unique d’un grand coffret de vieil acajou où de simples filets d’or sertissent chaque médailler : discrète magnificence, unité de ton à laquelle, de ci de là, quelques consoles provenant de Versailles ajoutent l’agrément de la variété.

Le cabinet des médailles est l’œuvre personnelle de Pascal. Quant au cabinet du roi, c’est une reconstitution do l’ancien cabinet à Versailles. La patience et le goût de notre confrère y ont rassemblé portraits, panneaux, dessus de portes, meubles authentiques dispersés par la Révolution, mais dont quelques-uns avaient été sauvés par le bon abbé Barthélémy31, conservateur, à cette époque, de la Bibliothèque. Dans la salle de lecture, un buste, signé Hondon (veuillez lire Houdon32), contemple impassible les avatars du bâtiment. C’est celui de l’auteur du Voyage d’Anacharsis, et ce buste, Pascal, par un joli raffinement, a voulu qu’il restât à la place même où, dans son atelier devenu maintenant la susdite salle, Houdon en avait modèle la maquette.

Reconstitution, disions-nous tout à l’heure pour qualifier cette salle vraiment royale. Elle est à ce point exacte que Danjeau33 ressuscité s’y reconnaîtrait à l’instant. Et si l’on veut juger l’ensemble de ces trois salles, le jugement qui s’impose, c’est qu’il y fallait, autant que de la science, le plus délicat souci des proportions, la pureté des lignes, un juste accommodement de la couleur et l’harmonieux rapport entre l’extérieur de l’édifice et la distribution, l’ornementation de toute l’œuvre intérieure. A la façon des Mansart34, des Gabriel35, des Chalgrin36, Pascal est traditionnaliste, je veux dire que s’il sait inventer, il sait aussi respecter, grâce à la connaissance profonde et minutieuse à la fois qu’il a de l’art et de son histoire.

Notre époque a ses défauts ; les écoles d’art y sont à ce point multiples qu’elles se réduisent parfois au seul et unique fondateur. En d’autres termes, c’est l’anarchie. Mais l’anarchie, parfois, a du bon : elle nous préserve des sottises collectives. On ne détruit plus par méthode. Notre âme de collectionneur, avec une sympathie, une admiration toujours prêtes, aime à saluer dans une œuvre l’effort d’un talent où l’amour du passé s’allie à la recherche de l’original. Aurions-nous, par hasard, plus de goût que n’en avaient nos pères ? Gaston d’Orléans, intelligent et fin cependant, abat la moitié du château de Blois. Le dix-septième siècle a détruit combien d’églises gothiques ! Et parmi ces destructeurs s’inscrit finalement la Grande Mademoiselle.

Elle était paroissienne de Saint-Séverin. Férue de l’art romain qu’elle comprenait médiocrement, les ogives du chœur offusquaient sa délicatesse. Elle mande le curé : « Ça, monsieur le curé, qu’on me remplace sans tarder ces horreurs par de nobles courbes à la romaine et que, de rondes vilainement qu’elles sont, ces colonnes que voici se muent en pilastres ! » Elle fut obéie. Des siècles passèrent. Vers la fin du siècle dernier, un autre curé de cette même église qui, pour être prêtre, n’en était pas moins homme de goût, voulut restituer au chœur sa forme première. Il commença le travail. Survient l’administration qui met le holà, jalouse de ses droits : « Alors, continuez vous-mêmes le travail. — Non pas, répondirent, solennels, MM. Quidedroit et Lebureau, les choses resteront en l’état, afin que le peuple français s’instruise par cet exemple et puisse juger du mauvais goût des rois. » Maintenant encore, comme les choses sont restées en l’état et qu’une moitié du chœur est cintrée, l’autre moitié étant ogivale, le peuple français peu continuer à s’instruire.

Quand je lui racontai l’histoire, il se trouvait que Pascal était inspecteur des bâtiments civils. Architecte, il s’en amusa. Inspecteur, il me dit à l’oreille : « N[‘]en parlez pas trop. »

Et nous causâmes littérature.

Il était lettré ; il n’ignorait pas le latin, ni même le grec ; il parlait l’anglais. Très puriste, il appréciait le bon langage et la belle éloquence. Le théâtre était son unique distraction. Il adorait la musique. Aux séances du prix de Rome, il écoutait six cantates avec la plus consciencieuse bravoure, prenant des notes ; croquant les portraits des concurrents et des interprètes. Pleines d’humour, ces notes, jugez-en : « 1re scène, médiocre, rien : le trio étonne ; le reste brutal ; résumé, déplaisant. » et non sans ironie, il inscrit en marge le résultat du concours : Deuxième prix, récompense méritée.

De la musique à l’acoustique, il n’y a qu’un pas. Nous discutions vollontiers [sic] des qualités propres aux salles de concert. La résonance n’est jamais meilleure que dans une salle rectangulaire, à surfaces lisses et de justes
proportions. Il m’objectait le temple des Mormons, près de son grand lac : ce temple est elliptique et pourtant, disait-il, d’excelllente [sic] sonorité. Je lui réplliquais [sic] par la Sixtine, modèle de sonorité parfaite, par le théâtre de Bayreuth, le conservatoire de Moscou, toutes les salles d’outre-Rhin et d’ailleurs… L,Albert-Hall [sic] de Londres et l’Augusteum de Rome sont, il est vrai, de forme arrondie ; mais si la sonorité n’en est pas moins claire, c’est que la façade des orgues qu’on y a installées coupe le fond [de] la salle par un secteur rectiligne devant lequel sont placés chanteurs et intrumentistes [sic], de telle sorte que la, disposition de ces deux salles se trouve, en fin de compte, à peu près semblable à celle des théâtres antiques dont nul n’ignore que l’acoustique était toujours parfaite.

Quel regret que Pascal n’ait pas eu a construire la salle rêvée, celle que nous attendons depuis si longtemps à Paris !

Une telle diversité de goûts intellectuels, cet amour passionné du travail ne pouvaient pas lui laisser de grands loisirs. Il habitait, dans ce quartier bruyant du boulevard Saint-Denis, une vieille maison qui, par je ne sais quel miracle, était pleine de silence et de recueillement. Quand, de sa retraite, il descendait dans la rue, un étonnement quotidien l’arrêtait devant ces cafés toujours pleins : « Que peut-on dire, que peut-on faire là-dedans ? », se demandait-il anxieux.

Le temps qu’il ne donnait pas à ses œuvres, il le donnait à ses fonctions administratives et de professeur. Il chérissait ses élèves. Sa bonté n’avait d’égale que le scrupule de sa loyauté. Notre confrère Nénot37 — c’est de lui-
même que je tiens l’histoire — concourait pour Rome. Pascal, son professeur, trouvait excellent son projet, mais non moins excellent le projet d’un autre candidat. Que faire ? Sa conscience est à la torture. Par un raffinement d’équité qui relève de la plus subtile et de la plus noble psychologie, Pascal vota contre son élève, dans la crainte que son affection pour lui ne l’eût prédisposé, sans qu’il s’en rendit compte, à juger son épreuve plus favorablement. Empressons-nous d’ajouter que Nénout [sic], tout de même, eut le prix38.

Très jeune encore, Pascal eut chez nous une réputation qui s’étendit bientôt a l’étranger.

Quand l’Amérique institua un jury pour la construction de l’université de Berkelely [sic] (Californie), c’est à lui que fut dévolu l’honneur de représenter la France, et c’est lui que le jury international nomma son président.

Ce voyage aux Etats-Unis, qu’il parcourut du Nord au Sud, valut à sa famille des lettres pittoresques et toute une collection de photographies prises par lui-même, à pied, à cheval, en bateau, au fond des vallées, sur le haut des monts Allhégany…

Inspecteur général, vice-président du conseil des bâtiments civils, commandeur de la Légion d’honneur, membre de l’Institut depuis 1890, auteur de celle œuvre, la Bibliothèque, dont la beauté, nous le répétons, à la fois traditionnelle et personnelle, apparente Pascal aux illustres aïeux, aux maîtres de l’architecture française, notre confrère reçut finalement, en 1914, ce double hommage qui lui vint de l’étranger : la grande médaille d’or de l’institut royal britannique et celle de l’institut américain.

Et je ne puis mieux terminer qu’en vous citant quelques lignes de la lettre que M. Jusserand39, notre ambassadeur à Washington, adressait alors à Pascal (4 décembre 1914) :

« Maître,
« L’institut américain des architectes a, comme vous le savez, décidé que le plus grand honneur dont il peut disposer, c’est-à-dire sa médaille d’or, serait conféré cette année à l’artiste universellement respecté que vous êtes, dont les élèves sont innombrables par tous pays, et surtout en Amérique, et qui symbolise aux yeux de tous l’art français dans ce qu’il a de plus haut, de plus consciencieux et de plus noble.

« J’avais été invité à la recevoir en votre nom. et je ne peux vous dire combien j’ai été touché de l’enthousiasme prodigieux avec lequel j’ai été accueilli lorsque je me suis levé pour répondre[.] Toute l’assistance était debout, et les applaudissements, qui ne m’étaient certes pas adressés, mais qui allaient à notre pays et à vous, ne finissaient pas… »

Cette lettre, toute seule, suffirait à venger Pascal de certaines méconnaissances, de certaines avanies que lui valurent la noblesse de son caractère et l’autorité de son talent.


Sources

« Pascal, Jean Louis », AGORHA, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://agorha.inha.fr/ark:/54721/e260cb03-8c2b-42d7-b65c-2d0a8e36c928>.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Notice sur la vie et les travaux de M. Jean-Louis Pascal (4 juin 1837 – 16 mai 1920), par M. Ch.-M. Widor, secrétaire perpétuel". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 2 décembre 2022. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/21095> (consulté le 4 février 2023).

Notes

  1. « Charles-Marie Widor », Académie des beaux-arts, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.academiedesbeauxarts.fr/charles-marie-widor>. []
  2. Widor, Charles-Marie, « Notice sur la vie et les travaux de M. Louis Pascal (4 juin 1837 – 16 mai 1920) », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 5 décembre 1920, n° 331, p. 19902-19904. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63861700/f86>. []
  3. « Jean-Louis Pascal (1875-1912) », Gallica. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/histoire/jean-louis-pascal-1875-1912>. []
  4. Le grand-père de Jean-Louis Pascal se prénommait lui-même Jean-Louis. L’acte de naissance du père de l’architecte, du 19 ventôse an XIII (10 mars 1805), porte le n° 47, Archives départementales de Seine-et-Marne, 5MI4105. Voir l’acte dans les sources. []
  5. Le Jockey Club fut créé par la société d’encouragement pour l’amélioration des races de chevaux en France, en juin 1834. []
  6. Jean-Louis Pascal déclare que son père était cuisiner, âgé de 32 ans, lorsqu’il est né. []
  7. Le 30 mai 1872, Jean-Louis Pascal fils déclare résider au 70 rue Montorgueil. L’Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde de 1854, dans sa partie consacrée au professions, mentionne le restaurant Pascal, sis aux numéros 68-70-72 de la rue Montorgueil :

    Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde 1854, Paris, bureau de l’Almanach du commerce, 1854, p. 993. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6269398w/f1033>.

    À cet emplacement se situe désormais un immeuble construit par l’architecte Michel Bridet, « 62 rue Montorgueil (Paris) », Archi-Wiki, 16 avril 2022. Disponible sur Internet, url : <https://www.archi-wiki.org/Adresse:62_rue_Montorgueil_(Paris)>. []

  8. Dans les actes de l’état civil reconstitué, les Archives de Paris conservent plusieurs pièces relatives à la naissance de l’architecte, le 4 juin 1837, au domicile familial du 31 Faubourg Montmartre. []
  9. William Bouguereau (1825-1905). []
  10. Émile Gilbert (03/09/1793-31/10/1874). []
  11. Charles Questel (18/09/1807-30/01/1888). []
  12. Jean-Louis Pascal obtint le premier prix, le 11 août 1866, en répondant au sujet imposé : « Un hôtel à Paris pour un riche banquier ». Voir : Samoyault-Muller, Christophe, « Concours de Rome d’Architecture. Les Grands Prix de Rome de 1864 à 1967 », dans : La Grande masse des Beaux-arts, 2014. Disponible sur Internet, url : <https://www.grandemasse.org/PREHISTOIRE/?c=actu&p=Grands_Prix_Rome_Concours_Architecture_1864-1967>. []
  13. Il fut admis au 2e essai du Concours de Rome le 17 avril 1858, 5e logiste au Concours de Rome le 26 avril 1859 et Second Grand Prix le 17 septembre 1859 (sujet : Palais pour la Cour de Cassation). Le 20 septembre 1864, les premiers Grands Prix de Rome furent attribués à Julien Guadet (1834-1908) et Arthur Dutert (1839-1868). Jean-Louis Pascal obtint un accessit Le sujet était : Un Hospice dans une des hautes montagnes des Alpes. Voir : Samoyault-Muller, Christophe, Ibid., 2014. []
  14. Il eut pour thème impose « Une hôtellerie pour voyageurs ». Les premiers Grands Prix de Rome furent attribués à Louis Noguet (1835-1883) et Gustave Gerhardt (1843-1921). Voir : Samoyault-Muller, Christophe, Ibid., 2014. []
  15. L’architecte Charles Garnier (1825-1898). []
  16. Richard-Bazire, Anne, « L’Agence des travaux de l’Opéra de Charles Garnier », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 2021, n° 41. DOI : https://doi.org/10.4000/lha.3380. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/lha/3380>. []
  17. Voir : Richard-Bazire, Anne, « Une jeunesse italienne », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 2014, n° 28, p. 27-48. DOI : https://doi.org/10.4000/lha.391. Disponible sur Internet, url : <https://journals.openedition.org/lha/391>. []
  18. Pour une période allant de 1867 à 1870. []
  19. Ernest Hébert (1817-1908) fut directeur de l’Académie de France à Rome de 1867 à 1872 et effectua un second directorat de 1885 à 1890. []
  20. Henri Regnault (1843-1871). []
  21. Eugène Delaplanche (1836-1891), à la Villa Médicis en 1865-1868. []
  22. Louis Ernest Barrias (1841-1905), à la Villa Médicis en 1866-1869. []
  23. Auguste Frédéric Laguillermie (1841-1934), à la Villa Médicis en 1867-1870. []
  24. La guerre franco-allemande de 1870-1871. []
  25. Voir : Derrot, Sophie, « Henri Regnault (1843-1871) : Peinture, orientalisme et destin tragique », Sous les coupoles, 20 octobre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://blog.bibliotheque.inha.fr/fr/posts/henri_regnault.html>. Théophile Gautier l’évoque dans ses Tableaux du siège, 1871, Paris : Charpentier et Cie, 1871, p. 174-189. Disponible sur Internet, url : <https://fr.wikisource.org/wiki/Tableaux_de_Si%C3%A9ge/Henri_Regnault> ou <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6461408t/f186> (3e éd. de 1881). []
  26. Charles Gounod (1818-1893). []
  27. Hector-Martin Lefuel (1810-1880). []
  28. Henri Chapu (1833-1891). []
  29. Antonin Mercié (1845-1916). []
  30. Les Éditions Heugel et Compagnie créées en 1839 par Jacques-Léopold Heugel (1815-1883). []
  31. Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795). Voir : L’abbé Barthélémy. Enfance et formations, [2016], 1 vol. (6 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.aubagne.fr/fileadmin/02-decouvrir-aubagne/histoire/expositions-virtuelles/abbe-barthelemy/exposition-virtuelle-abbe-barthelemy.pdf>. []
  32. Jean-Antoine Houdon (1741-1828). []
  33. Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau (1638-1720). []
  34. François Mansart (1598-1666). []
  35. Le Premier architecte du roi Ange-Jacques Gabriel (1698 -1782). []
  36. Jean-François Chalgrin (1739-1811). []
  37. Henri-Paul Nénot (1853-1934). Il fut auteur d’une notice nécrologique de son professeur : Nénot, Henri-Paul, « La Vie et les œuvres de J.-L. Pascal », L’Architecture, 25 septembre 1921, p. 13-14, accompagné d’un portrait photographique. []
  38. Il eut le Grand Prix de Rome d’architecture le 4 août 1877 sur le thème : Un Athénée pour une ville capitale. Voir : « Nénot, Paul », AGORHA, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://agorha.inha.fr/ark:/54721/cd91aa13-54bd-4606-be4d-da1bfe8bee10>. []
  39. Jean-Jules Jusserand (1855-1932), ambassadeur de France aux États-Unis de 1902 à 1924. []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search