Cycle de conférences : La collection « Terre Humaine »

A l’heure où nous célébrons le centième anniversaire du géographe et ethnologue Jean Malaurie, la Bibliothèque nationale de France a le plaisir de vous inviter au lancement du cycle de conférences dédié à la collection éditoriale Terre humaine, le jeudi 15 décembre, au petit auditorium, site François-Mitterrand.

Quelques titres de la collection « Terre humaine » – DR

En 1954, le géographe et ethnologue Jean Malaurie crée la collection « Terre humaine » aux éditions Plon, et y publie, en 1955, son ouvrage Les Derniers Rois de Thulé suivi, la même année, du non moins célèbre Tristes Tropiques de Claude Lévi-Strauss. Cette entreprise éditoriale, singulière, se poursuit aujourd’hui, mêlant anthropologie et littérature et, selon le souhait de son fondateur, réunissant anthropologues, écrivains et témoins autochtones.

Le parti pris, revendiqué par Jean Malaurie, d’éditer des témoignages de savants plutôt que des écrits académiques, qualifiés d’austères, de porter le discours des humbles, sujets parlants plutôt que sujets de recherche, a sans doute permis aux ouvrages de la collection de toucher un vaste public non spécialiste, en particulier à partir de 1975, année marquée par le succès inattendu et considérable du Cheval d’orgueil de Pierre Jakez Hélias.

Mais qu’en est-il de la réception de la collection « Terre humaine » par les anthropologues, en particulier de la génération en activité aujourd’hui ? Comment appréhendent-ils les ouvrages publiés dans cette collection par leurs prédécesseurs, tels l’Afrique ambiguë de Georges Balandier, Chronique des indiens guayaki de Pierre Clastres ou encore Les Lances du crépuscule de Philippe Descola ? Sont-ils soucieux de relayer leurs recherches au-delà de la sphère académique ? Si oui, sous quelles formes : journaux, récits, non-fiction, cinéma documentaire ?

Cette réflexion sur les formes que peut prendre l’anthropologie, non seulement pour se construire et se documenter elle-même, mais aussi pour toucher une audience plus large que le seul public académique, se prolonge aujourd’hui dans l’utilisation des médias audiovisuels par l’anthropologie visuelle. C’est pourquoi la BnF propose un cycle qui inclut les images animées afin d’enrichir le débat par la projection de films ou d’extraits de films directement réalisés par les anthropologues et appréhendés comme moyens d’expression et de recherche alternatifs. 

Programme

15 décembre 2022 : Jean Malaurie et la collection « Terre humaine »

La projection de deux films documentaires liés à Jean Malaurie sera suivie d’une conférence par Philippe Charlier, directeur éditorial de la collection « Terre humaine ».

15h-18h : Projections

Jean Malaurie, une passion arctique de Michel Viotte, 2009 (52 min)
Ce documentaire, réalisé entre Uummannaq (nord-ouest du Groenland) et Paris, rapproche des séquences d’entretien, des scènes tournées en présence de Jean Malaurie par Michel Viotte au Groenland et des images d’archives concernant Jean Malaurie dans ses diverses missions, du Groenland à la Sibérie. 

Les derniers rois de Thulé de Jean Malaurie, 1970 (71 min)
Ce film, tourné par Jean Malaurie, retrace la vie quotidienne des Inuit à Thulé, confrontés à l’installation d’une base américaine.

Projections suivies d’une discussion avec Michel Viotte, auteur et réalisateur, et Caroline Damiens, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Paris Nanterre.

18h30-20h : « Terre humaine » : l’utopie et la résistance

À l’heure où paraît De la pierre à l’âme : mémoires de Jean Malaurie (Plon, coll. Terre humaine, 2022), Philippe Charlier reviendra sur le parcours exceptionnel de l’anthropogéographe, spécialiste des mondes arctiques. Actuel directeur éditorial de la collection « Terre humaine », fondée en 1955, il en évoquera l’histoire et en dessinera les perspectives.

par Philippe Charlier, directeur éditorial de la collection « Terre humaine ». Médecin légiste et anthropologue, il est directeur du département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Il a récemment publié Vaudou : l’homme, la nature et les dieux : Bénin (Plon, coll. Terre humaine, 2020) et Comment faire l’amour avec un fantôme ? : anthropologie de l’invisible (Cerf, 2021).

Cet événement sera diffusé sur notre chaîne Youtube le 15 décembre à 15 h.

12 janvier 2023 : Témoigner du Népal dans l’optique de « Terre humaine »

Un ouvrage ethnologique tel qu’en publie « Terre humaine » est la résultante de deux processus, l’un scientifique et académique, l’autre éthique et réflexif. Bien que concomitants, il peut arriver que ces aspects se fassent concurrence, et c’est précisément du besoin d’en dépasser l’antagonisme que naît le processus d’écriture. Cette conférence mettra en lumière les circonstances d’une enquête de terrain au Népal, la richesse et la complexité de ce qui s’y donne à voir et les problèmes suscités par sa restitution.

par Rémi Bordes, anthropologue, maître de conférences en langues et
littératures du Népal à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). En 2017, il a publié Le chemin des humbles : chroniques d’un ethnologue au Népal (Plon, coll. Terre humaine), dans lequel il fait le récit de ses enquêtes ethnographiques menées dans l’extrême ouest népalais.

26 janvier 2023 : L’influence de Jean Malaurie et « Terre humaine » par la puissance du récit

Boris Pétric évoquera l’influence de Jean Malaurie dans sa volonté de multiplier différentes formes d’expression (écrite et visuelle) et de mettre ainsi en dialogue ses connaissances au-delà du champ académique. Il parlera tout particulièrement de l’importance du récit dans sa dernière enquête qui porte sur le vin en Chine et qui s’est matérialisée par la réalisation d’un film et d’un ouvrage.

par Boris Pétric, anthropologue, réalisateur et directeur de recherche au CNRS, s’intéresse aux relations entre la France et la Chine dans le monde viticole. Il a réalisé le film documentaire Château Pékin en 2018 et publie, cette année, Château Pékin : la France, le vin, la Chine : récit (Le Bruit du monde).

16 février 2023 : Si le patriarcat est universel, il n’est pas une fatalité : faire et défaire le patriarcat

Les anthropologues ont montré que le patriarcat est universel alors que le matriarcat n’existe pas (les Amazones sont mythiques…). Ce n’est que
récemment grâce aux luttes féministes que les femmes acquièrent certains droits dans ces espaces politiques, économiques et religieux réservés aux hommes, tandis que les hommes commencent dans certains pays, essentiellement en Europe du nord ou au Canada-Québec, à investir l’espace privé traditionnellement réservé aux femmes, mais de nombreuses résistances se font sentir dans le monde face à ces avancées, notamment en France.

par Corinne Fortier, anthropologue, psychologue et réalisatrice, chargée de recherche au CNRS. Ses thématiques de recherche relèvent de l’anthropologie du corps, du genre et de la filiation. Cette année, paraît sous sa direction, l’ouvrage Le corps de l’identité : transformations corporelles, genre et chirurgies sexuelles (Karthala, coll. Hommes et sociétés).

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac, 75706 Paris Cedex 13
  • 18h30 – 20 h, Salle 70
  • Entrée gratuite – Réservation fortement recommandée
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

Le cycle de conférences est accompagné d’une présentation d’ouvrages en salle de lecture J, accessible à tous, et de la bibliographie Jean Malaurie et « Terre humaine » disponible en ligne sur le site web de la BnF :
https://www.bnf.fr/fr/bibliographies-en-sciences-humaines-et-sociales

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search