Soutenance de thèse : Histoire sociale et imaginaires de la chanson réaliste (1850-1990)

Marie Goupil-Lucas-Fontaine, chercheuse associée de la Bibliothèque nationale de France pour son projet Éditer la musique légère au début du XXe siècle. Le cas de l’éditeur Salabert, soutient sa thèse intitulée « Histoire sociale et imaginaires de la chanson réaliste (1850-1990) », réalisée sous la direction de Dominique Kalifa (✝), puis de Bertrand Tillier et Sylvain Venayre.

Résumé de la thèse

Au milieu du XIXe siècle apparaît une expression nouvelle pour désigner un type de chanson d’abord repérable dans les cabarets montmartrois et popularisé sur les scènes de café-concert : la chanson « réaliste », aussi présentée comme la chanson « du peuple » dans l’Entre-deux-guerres, semble pourtant, dans sa conception, très éloignée des réalités qu’elle décrit. Elle présente le paradoxe d’être l’un des emblèmes de la culture de masse naissante, avec cependant une représentativité très douteuse du peuple et de ses marges, essentiellement construite à partir des représentations de la bourgeoisie et de l’élite littéraire, au fond plus caricaturale que « réaliste » et néanmoins appropriée, « vécue » par un public effectivement populaire.

Par le prisme de cette catégorie de chanson entrelaçant divertissement de masse, sujets politiques et sociaux et expression littéraire, cette étude aborde plus largement l’histoire de la chanson française au moment où celle-ci entre dans la modernité, à l’ère de la reproductibilité sonore.

In the middle of the 19th century, a new expression appeared to designate a type of song that was first audible in Montmartre cabarets and then popularized on café-concert stages: the “realist” song, also presented as the “people’s song” in the Interwar period, appears however, in its conception, very far from the realities it describes.

Despite being one of the emblems of the emerging mass culture, its representativeness of the people and its margins is questionable and mainly derives from representations of the bourgeoisie and of the literary elite, fundamentally more caricatural than “realistic” and nevertheless embodied, “lived” by an indeed popular public. Through the prism of a song category intertwining mass entertainment, political and social subjects and literary expression, this study addresses more broadly the history of French song during the sonic reproduction era.

Composition du jury

  • Anne-Emmanuelle Demartini, Professeure des universités, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne
  • Anaïs Fléchet, Maîtresse de conférence HDR, Université Versailles-Saint-Quentin
  • Marie-Ève Thérenty, Professeure des universités, Université. Montpellier III
  • Jean-Claude Yon, Professeur des Universités, École Pratique des Hautes Études

Informations pratiques


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (23 novembre 2022). Soutenance de thèse : Histoire sociale et imaginaires de la chanson réaliste (1850-1990). Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3t3


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search