Les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur l’histoire de l’Italie portant plus particulièrement sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles.

Argument

La France et l’Italie entretiennent des relations très étroites depuis une époque lointaine. Au fil des siècles, les multiples échanges entre les deux pays ont favorisé la constitution d’un fonds patrimonial extrêmement riche et varié qui demeure cependant peu connu du grand public. Ce cycle de conférences porte sur des moments clés de l’histoire de la péninsule aux XIXe-XXe siècles.

Programme

Vendredi 13 octobre 2017 : Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830. L’exemple de la Gazette « L’Italiano »

Madame Ilaria Gabbani, Docteur ès Lettres, traductrice. Université de Pise, Université de Paris 3 Sorbonne, Centre C.I.R.C.E.

La publication, à Paris, en 1836, de la gazette littéraire « L’Italiano » demeure un épisode peu connu de l’histoire de la diaspora italienne du Risorgimento. Écrit presque entièrement en italien, destiné à la communauté des exilés comme au public de la péninsule, le journal avait comme objectif un ambitieux programme de critique littéraire visant l’élaboration d’une nouvelle littérature nationale. En dépit de sa nature identitaire, ce projet était le fruit d’un dialogue fécond avec la littérature européenne du XIXe s. dont un recueil de traductions de drames était à l’origine envisagé. Entre éloges et âpres critiques, c’est surtout la culture française du XIXe s. qui joue un rôle prépondérant dans le développement du projet littéraire défendu par la gazette.

L’Italiano. Foglio letterario, [périodique] Collections BnF, Site François-Mitterrand, cote Z-9119

Vendredi 17 novembre 2017 : Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Madame Laura Fournier-Finocchiaro, Maître de conférences HDR en études italiennes. Université Paris 8  Vincennes-Saint-Denis.

Entre 1848 et 1870, on constate un très vif intérêt en France pour la question de l’indépendance et de l’unité italienne. L’opinion française, globalement plutôt sensible et favorable à l’idée de combattre l’influence autrichienne en Italie, est régulièrement informée par la presse qui, pendant la guerre d’indépendance de 1859-1860, développe massivement la pratique journalistique de la correspondance de guerre. À cet égard, on peut remarquer que la France construit son image propre du Risorgimento italien où le rôle joué par la personnalité de Napoléon III est fortement valorisé. Inversement, l’historiographie italienne revendique, pour sa part, l’indépendance de l’action politique dans l’unification de la péninsule par rapport à l’appui venu des Français.

Guerre d’Italie. Bataille de Solferino (24 juin 1859). L’empereur Napoléon III donne l’ordre aux chasseurs et aux voltigeurs de la Garde d’enlever Solferino [estampe]

Vendredi 15 décembre 2017 : Entre estime et rivalité : les relations entre la France et le Royaume d’Italie de la défaite de Sedan à la Marche sur Rome (1870-1922)

Monsieur Jean-Yves Frétigné, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Rouen, GRHis. Président de la Société d’études françaises du Risorgimento italien.

Après les périodes d’incompréhension (Napoléon III et la question romaine) et les combats communs entre Français et Piémontais sur les champs de bataille contre les Autrichiens qui ont joué un grand rôle dans le Risorgimento et dans la naissance du Royaume d’Italie, les relations entre les deux peuples restent tissées d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les frictions, parfois très vives, et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer les rapports diplomatiques, économiques et culturels jusqu’à l’arrivée de Mussolini au pouvoir.  Plus fortement que jamais, entre 1870 et 1922, les deux États latins se considèrent comme deux sœurs profondément attachées l’une à l’autre mais parfois incapables de se comprendre.

« La Question tunisienne », Le Monde illustré, 20 avril 1881.

Vendredi 26 janvier 2018 : L’émigration italienne en France aux XIXe et XXe siècles

Madame Marie-Claude Blanc-Chaléard, Professeur d’histoire émérite. Université Paris Ouest Nanterre-La Défense.

La circulation des hommes entre l’Italie et la France s’inscrit dans la longue durée de l’histoire de voisinage sans doute la plus riche de toutes. Elle se poursuit aujourd’hui dans le cadre de l’Europe unie. Mais c’est avec le XIXe siècle et l’ère de l’immigration moderne que s’est produit le grand mouvement qui a donné aux Italiens une place exceptionnelle dans la construction de la France contemporaine.  Leur migration, entre les années 1850 et 1960, a été la plus longue et la plus nombreuse. Si l’on observe la génération des grands-parents, les Italiens sont toujours au premier rang des origines étrangères de la population nationale. Présents dans tous les domaines de l’économie, ils ont eu leur part dans le peuplement de presque toutes les régions françaises et dans leur histoire politique et culturelle. La conférence abordera ces différents aspects, à travers une lecture chronologique qui suivra les différentes vagues migratoires et leurs modalités d’intégration.

L’Emporio italiano. L’Italie à Paris » [carte postale, 1900-1914]. © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

Vendredi 9 février 2018 : Entre les deux guerres mondiales : les exilés antifascistes italiens en France

Monsieur Eric Vial, Professeur d’histoire contemporaine. Université de Cergy-Pontoise.

 10% du million d’Italiens présents en France autour de 1930 s’opposent au fascisme. Sur les fuorusciti, sympathisants comme leaders politiques, la police de Mussolini a ouvert plus de 20 000 dossiers. Des catholiques, des libéraux, républicains mazziniens, libéraux-socialistes, socialistes réformistes ou maximalistes, communistes, anarchistes… : les sensibilités politiques sont diverses. Après 1945, ils ont fourni à l’Italie des cadres politiques, dont deux présidents de la République. Si les exilés antifascistes ont été peu entendus par l’opinion, si leurs actions en direction de leur pays ont fatalement tourné court, leur activité a été importante et a témoigné d’événements majeurs : Concordat de 1929, crise mondiale, Front populaire, guerres d’Éthiopie et d’Espagne, préludes à la Seconde Guerre mondiale, dans les va-et-vient des relations franco-italiennes. C’est cette histoire qu’il s’agit de suivre.

Sandro Pertini, ancien président de la République italienne, dans les années 1920 [photographie]

Vendredi 9 mars 2018 : Les relations franco-italiennes dans le deuxième après-guerre : de 1947 à nos jours

Monsieur Alessandro Giacone, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine. Université de Grenoble-Alpes.

Dans l’immédiat après-guerre, la France et l’Italie doivent régler les conséquences de la Seconde Guerre mondiale afin de rétablir de bonnes relations. Après la signature du traité de paix (1947), les deux pays négocient un projet d’union douanière, rapidement remplacé par la coopération européenne au sein de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et du Marché commun (CEE). L’amélioration des transports, la progression des échanges économiques et touristiques et la forte immigration italienne en France intensifient les rapports entre les deux peuples. Pendant les années 1960-1970, les gouvernements des deux pays ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde. A partir de 1981, les sommets franco-italiens créent un espace de dialogue régulier, où les deux gouvernements essaient de coordonner leurs politiques et de lancer des projets communs, comme ceux qui sont actuellement en cours.

François Mitterrand et Bettino Craxi au siège du Parti Socialiste Italien, années 1980

Informations pratiques

Vendredi 15 décembre 2017 – 18h30-20h
Site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre
Coordination : Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF.


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *