La Bibliothèque du roi visitée en 1698 : An Englishman in Paris

Accompagnant William Bentinck, le comte de Portland, dans son ambassade auprès de Louis XIV concernant la succession au trône d’Espagne1, le géologue et médecin britannique Martin Lister (1638?-1712) arrive en France le 11 janvier 1698 pour un séjour de six mois.

Au cours de son séjour à Paris, il a l’occasion de visiter la Bibliothèque du roi.

Martin Listger, Bibliothèque interuniversitaire de Santé, Licence Ouverte, via Wikimedia Commons
Martin Lister, Bibliothèque interuniversitaire de Santé, Licence Ouverte, via Wikimedia Commons

A journey to Paris in the year 1698

Lister publia le récit de son voyage en 16982 et en 16993.

A journey to Paris in the year 1698, Jacob Tonson, 1699.
A journey to Paris in the year 1698, Jacob Tonson, 1699.
A journey to Paris in the year 1698, Third ed., Jacob Tonson, 1699.
A journey to Paris in the year 1698, Third ed., Jacob Tonson, 1699.

Son récit fit l’objet d’une satire due à William King (1663-1712), parue en 16984.

A journey to London in the year 1698, A. Baldwin, 1698.
A journey to London in the year 1698, A. Baldwin, 1698.

Cette satire fut rééditée en 16995 et en 17046.

A journey to London, in the year, 1698, A. Baldwin, 1699.
A journey to London, in the year, 1698, A. Baldwin, 1699.

Une troisième édition de son récit est parue en 18237.

An account of Paris at the close of the seventeenth century, 1823.
An account of Paris at the close of the seventeenth century, 1823.

Une édition en français est parue en 18738.

Voyage de Lister à Paris en M DC XCVIII, 1873.
Voyage de Lister à Paris en M DC XCVIII, 1873.

Un fac-similé de la 3e édition de Londres, éditée par J. Tonson en 1699, est parue en 19679.

A journey to Paris in the year 1698, 1967.
A journey to Paris in the year 1698, 1967.

Bibliothèques publiques, hommes de lettres

Dans son reportage, le chapitre 5 est consacré aux Bibliothèques publiques, hommes de lettres10. Outre des bibliothèques particulières de diverses personnalités, Martin Lister visite la Bibliothèque du roi et en fait le récit.

Transcription

La transcription qui suit reproduit la graphie originale avec ses « s » longs (ſ) et orthographe de l’époque. Les coquilles de l’édition sont mentionnées par : [sic]. Les notes de bas de page sont celles du document. Nos notes sont introduites par des crochets carrés ([Note]). Les images furent ajoutées par nos soins.


M. l’abbé de Brillac11, aumônier de M. le prince de Conti12, m’offrit fort obligeamment de me conduire à la Bibliothèque du Roi ; mais je le remerciai poliment : l’on m’avoit dit qu’il valoit mieux y aller tout ſeul, parce qu’il n’y avoit pas d’étranger qui n’y fût bien reçu, à quelque moment que ce fût, & non pas ſeulement aux jours où elle eſt ouverte au public, qui ſont les mardis & les vendredis.
M. Clément, ſous-bibliothécaire13, nous accueillit fort bien, & nous engagea à revenir & à paſſer une journée entière avec lui. Pour moi en particulier, il me complimenta comme l’un des grands bienfaiteurs de cet établiſſement, en me montrant la plupart des livres que j’avois publiés en latin, & parut très-content d’avoir pu ſe procurer la Synopſis conchyliorum14, qu’il avoit fait relier élégamment. Je lui dis que j’étais bien fâché de la voir là, & m’étonnai comment il avoit pu l’avoir ; car ce n’était, l’aſſurai-je, qu’un eſſai très-imparfait des planches dont je n’avois fait part qu’à quelques amis, en attendant que je fuſſe en état de remplir entièrement mon plan : ce que j’avois fait à préſent ſelon mes moyens. Je m’engageai à mon retour en Angleterre à racheter cet exemplaire par un de ceux qui étoient achevés, & je renouvelai cette promeſſe à M. l’abbé de Louvois15, bibliothécaire en chef, ſur ſes propres inſtances, un jour que j’eus l’honneur de dîner avec lui16. Ce jeune ſeigneur eſt le frère de M. de Barbezieux, ſecrétaire d’État de la guerre17 : il s’applique ſoigneuſement à ſes études, & dans ce deſſein, il a toujours auprès de lui deux docteurs de Sorbonne. Il a un grand état de maiſon, & ſon hôtel touche à celui de la Bibliothèque. Nous fûmes reçus par lui avec toute la civilité imaginable ; il laiſſa toute liberté à la converſation.
On a retiré cette bibliothèque du Louvre pour la mettre dans une maiſon particulière : mais on a le projet de la tranſporter place Vendôme18, où tout un côté de cette magnifique place eſt deſtiné à la recevoir. En attendant, elle eſt rangée très-commodément dans vingt-deux ſalles : quatorze au premier & huit tant au rez-de-chauſſée qu’au-deſſus. Les pièces d’en bas comprennent la philoſophie & la phyſique ; pour plus de ſûreté, les armoires ſont grillées ; dans les pièces du haut ſont encore de la philoſophie & les ſciences19. C’eſt dans ces pièces ſeulement que le public mêlé eſt admis deux fois par ſemaine20. Dans les ſalles du premier, qui forment le grand corps de la bibliothèque, ſont des catalogues & diverſes ſéries de livres. D’un côté, les hiſtoriens d’Angleterre & de Hollande ; de l’autre, ceux de France & d’Allemagne ; plus loin, les hiſtoires d’Italie, d’Eſpagne, &c. Des bibles de toute ſorte avec leurs interprètes, les manuſcrits grecs, les latins. Ailleurs les lois municipales & civiles de toutes les nations ; les papiers d’État. Dans d’autres ſalles, les eſtampes, parmi leſquelles, pour le dire en paſſant, ſe trouve la collection de M. l’abbé de Marolles, que le Roi, pour ſe diſtraire dans une de ſes maladies, avoit achetée pour une groſſe ſomme21. Le ſeul catalogue de ces eſtampes, pas plus gros que deux petits almanachs22, me coûta quatorze livres ; tant les étrangers ſont les dupes des ruſés libraires de la rue Saint-Jacques. Mais ce n’eſt pas en France ſeulement qu’on fait faire payer aux gens leurs fantaiſies.

Michel de Marolles - Abbé de Villeloin, à l'âge de 57 ans. Estampe (burin) de Robert Nanteuil
Michel de Marolles – Abbé de Villeloin, à l’âge de 57 ans. Estampe (burin) de Robert Nanteuil, https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/38/Michaelis_de_Marolles-Abbatis_de_Villeloin.jpg
Catalogue de livres d'estampes et de figures en taille douce que Martin Lister acquit pour 14 livres.
Catalogue de livres d’estampes et de figures en taille douce, 1666, que Martin Lister acquit pour 14 livres.
Catalogue de livres d'estampes et de figures en taille-douce, 1672.
Catalogue de livres d’estampes et de figures en taille-douce, 1672.

On a deux catalogues de cette bibliothèque ; le premier, des livres qu’on poſſède, rangés par ordre de matières l’autre, en une table des auteurs23 avec l’indication non-ſeulement de tout ce qu’on en poſſède, mais encore les titres de tous les livres qu’on a pu connoître & qui manquent, ceux-ci avec un aſtériſque à la marge, pour pouvoir connoître du premier coup d’œil ce qu’il faut acheter. C’eſt véritablement une grande collection, & digne du puiſſant prince qui la poſſède. Il y a au moins cinquante mille volumes imprimés & quinze mille manuſcrits en toutes ſortes de langues.
On travaille aſſidûment à ce catalogue, que l’on compte imprimer24. J’en ai vu dix gros in-folio mis au net25. Il eſt diſpofé par ordre de matières tels que les bibles, leurs interprètes, l’hiſtoire, la philoſophie, &c. On compte en commencer l’impreſſion cette année, & n’en employer qu’une ſeule pour l’achever26.
A cette bibliothèque du Roi, on me montra un vieux manuſcrit grec de Dioſcoride écrit en une eſpèce de lettres capitales minces & ſerrées, avec les plantes peintes à la gouache27. Le premier livre manquoit tout entier, par conſéquent les animaux, qui étoient juſtement ce que j’aurois le plus ſouhaité de voir, car il y a, à leur ſujet, bien des choſes ſur leſquelles on eſt encore dans une grande incertitude, & j’aurois eu du plaiſir à voir par les figures ce que le moyen âge, au moins, en avoit penſé.

[Manuscrit Grec 2179 vu par Martin Lister en 1698.]

On nous fit voir dans la même ſalle un manuſcrit des Épîtres : c’eſt une portion de celui que nous avons à Cambridge qui ne renferme que les Évangiles, & qui vient de Théodore de Bèze. Il eſt écrit en majuſcules carrées, à lignes très-courtes, & eſt tout uſé en divers
endroits. C’eſt pour la beauté & l’ancienneté quelque choſe de fort inférieur au beau manuſcrit alexandrin de Saint-James.

[Grec 107, Saint Paul, Épîtres, texte grec et latin.]

Nous vîmes encore un autre manuſcrit de ſaint Matthieu, découvert depuis peu : c’eſt un beau volume grand in-folio. On l’avoit dépecé par le dos, les feuillets en avoient été brouillés, puis reliés à neuf, & on s’en étoit ſervi pour écrire deſſus, il y a environ cent cinquante ans, un autre livre. La première écriture étoit devenue ſi pâle que lorſqu’on écrivit par-deſſus ce ſecond ouvrage d’une petite écriture grecque moderne, on ne prit pas la peine de gratter la première. Un des gardes de la Bibliothèque s’en aperçut. Il remit les feuillets dans leur ordre ; & avec un peu d’attention, on peut venir à bout de le lire. Le caractère en eſt d’une auſſi belle majuſcule carrée que j’aie jamais vue28. Il y a quelques interpolations flagrantes, par exemple à propos du malade & de la piſcine de Betheſda, au ſujet deſquelles je penſe que nous aurons les explications du ſavant & induſtrieux collateur.

Latin 11959 : Evangelia quattuor (f. 5r-184r). Capitulare evangeliorum (f. 185r-201r), https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8426781b

J’ai remarqué les livres chinois que le P. Beauvais29 a rapportés cette année en préſent au Roi. Ce ſont environ quarante-quatre fragmens de minces volumes, in-4° allongé, dans des couvertures volantes de ſatin violet collé ſur du carton. C’eſt de l’hiſtoire naturelle, des dictionnaires pour l’explication des caractères chinois, &c. Le Roi avoit antérieurement une collection peu près ſemblable, couverte en ſatin blanc, avec les titres ſur les ouvrages30.
J’ai auſſi vu là la troiſième décade de Tite-Live écrite ſans ſéparation entre les mots, & en grandes & belles majuſcules, en un volume de vélin grand in-4°31. M. Baluze32 penſe qu’il a onze cents ans de date. Cependant le manuſcrit des Hymnes de Prudence, que l’on nous a également montré, eſt écrit d’un bien meilleur caraſtère, & par conſéquent plus ancien au moins d’un ſiècle33.

Latin 5730 : Titi Livii historiae Romanae decas tertia : initio et ad calcem nonnulla desiderantur, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8470112j

On m’a encore montré un fameux volume, ou rouleau, latin, ſur papyrus, de la trente-huitième année de Juſtinien, intitulé Charta plenariœ ſecuritatis : il a été gravé en fac-ſimile & expliqué lettre par lettre par M. Thévenot34. Il eſt écrit dans le ſens de la longueur du papyrus, & non dans la largeur, ſur trois colonnes, dont celle du milieu eſt le triple des deux autres. Ce rouleau n’a pas plus d’un pied de hauteur.

On nous montra dans l’hôtel de la Bibliothèque la demeure de M. Huyghens35. C’eſt un bel appartement, en bon air & donnant ſur le jardin ; mais il ne Iaiſſa pas d’y contracter, la mélancolie dont il mourut en Hollande.
[…]
Mais ce n’eſt pas là tout ce qu’il y a de curieux dans la Bibliothèque du Roi vous y verrez un nombre conſidérable d’antiquités romaines & égyptiennes ; des lampes, des patères & d’autres vaſes à l’uſage des ſacrifices ; un ſiſtre ou crécelle égyptienne avec trois cordes métalliques.

Parmi une grande variété d’idoles égyptiennes, il y en avoit une de deux à trois pieds de long, en pierre de touche noire avec des hiéroglyphes gravés ſur la partie antérieure. Je notai particulièrement le grain de cette pierre ; & à mon retour, ayant eu l’honneur de recevoir de M. Molyneux36 de Dublin la deſcription de ces immenſes piliers naturels que l’on voit en Irlande, & qui ſont de pierres de touche ou de baſalte37, je fus aiſément de ſon avis ; mais je m’étonne fort de voir affecter cette figure régulière à une pierre qui eſt des plus dures que l’on trouve en Europe, & telle que nos outils ne ſauroient la tailler.

Sandy, Edwin, « VIII. A correct draught of the Giants Causway in Ireland, with an explication of the same », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 31 December 1697, vol. 19, n° 235.
Sandy, Edwin, « VIII. A correct draught of the Giants Causway in Ireland, with an explication of the same », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 31 December 1697, vol. 19, n° 235.

Ceci eſt un exemple, & les obéliſques en ſont un autre, de la trempe & de la bonté des outils égyptiens, ſur leſquels, comme ſur le moyen de retrouver cette trempe de l’acier, j’ai publié il y a quelques années un
diſcours dans les Tranſactions Philoſophiques38.

Lister, Martin, « IV. The manner of making steel, and its temper; with a gueβ at the way the ancients used to steel their picks, for the cutting or hewing of porphyry », Philosophical Transactions of the Royal Society, 30 September 1693, vol. 11, n° 203, p. 865-870.
Lister, Martin, « IV. The manner of making steel, and its temper; with a gueβ at the way the ancients used to steel their picks, for the cutting or hewing of porphyry », Philosophical Transactions of the Royal Society, 30 September 1693, vol. 11, n° 203, p. 865-870.

J’aurois eu à cet égard plus de ſatisfaction ſi j’avois pu trouver ce que je cherchois avec empreſſement, c’eſt-à-dire les tombeaux égyptiens qui furent longtemps à Paris dans le jardin de M. de Valentiné39) mais par malheur il les avoit envoyés à ſa maiſon de Tours peu de temps avant mon arrivée40.

Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes, D 5
Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes, D 5 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010025547 – https://collections.louvre.fr/CGU

On dit qu’un de ces tombeaux eſt de pierre de touche noire, qu’il vient de la haute Égypte & qu’il eſt rempli d’hiéroglyphes. Le P. Kircher en fait une mention ſpéciale41.

Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes, D 7
Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes, D 7 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010009971 – https://collections.louvre.fr/CGU
Kircher, Athanasius (1602-1680), Œdipus ægyptiacus. T. 1, Romae : ex typographia V. Mascardi, 1652, p. 215
Kircher, Athanasius (1602-1680), Œdipus ægyptiacus. T. 1, Romae : ex typographia V. Mascardi, 1652, p. 215, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111866h/f318

Il y a dans cette collection un gros morceau de mine d’étain d’Angleterre, qui eſt fort curieux. Il y a d’un côté un grand nombre de grands & beaux criſtaux opaques d’étain, qui ont l’éclat de l’acier poli. Je n’ai pas pu compter aiſément les facettes de ces criſtaux, mais je ſuis ſûr, après avoir examiné avec ſoin tous les criſtaux que j’ai pu rencontrer, précieux ou non, de même que ceux des ſels foſſiIes, que je n’ai jamais vu chez aucun la configuration de ceux dont je parle, & je ſuis perſuadé que c’eſt une forme particulière & propre à la mine d’étain. Je leur donne te nom de criſtaux, nonobſtant leur opacité, à cauſe de leur forme priſmatique & conſtamment la même.[…]

J’ai vu dans le jardin de la Bibliothèque du Roi, à Paris, une ſtatue antique de Mercure42 qui a ſur la tête une longue coiffure pliée ou miſe en double, comme s’il y avoit quelque affinité entre ces deux inventeurs du commerce, des arts & des ſciences.


Citer cet article : Olivier Jacquot, "La Bibliothèque du roi visitée en 1698 : An Englishman in Paris". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 21 novembre 2022. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/18767> (consulté le 26 novembre 2022).

Notes

  1. Et non pas au sujet du Traité de Ryswick comme le laisse entendre la 3e édition du texte, traités d’ailleurs signés signés les 20-21 septembre et 30 octobre 1697. []
  2. A journey to Paris in the year 1698, London : printed for Jacob Tonson at the Judges-Head near the Inner-Temple-Gate in Fleetstreet, and at Gray’s-Inn-Gate in Gray’s-Inn-Lane, 1698, 1 vol. ([6], 245, [1] p.) : 6 pl ; in-8°. ESTC R179886. []
  3. 2e édition : Lister, Martin (1638?-1712), A Journey to Paris in the year 1698, London : printed for Jacob Tonson, at the Judges-Head near the Inner-Temple-Gate in Fleetstreet, and at Gray’s-Inn-Gate in Gray’s-Inn-Lane. 1699, 1 vol. ([6]-245-[3] p.) : 5 f. de pl. ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/journeytoparisin00list_0/page/n5/mode/2up>, <https://archive.org/details/bub_gb_JjqbUDmIvTgC>, <https://archive.org/details/b3032600x> ou <https://archive.org/details/McGillLibrary-osl_journey-paris_BO5070_L77325j1698-1699-20094> ; A Journey to London, in the year, 1698. After the Ingenious Method of that made by Dr. Martin Lyster to Paris… Written originally in French, by Monsieur Sorbiere, and newly tr. into English, London : printed for Jacob Tonson, at Gray’s-Inn-Gate, next Gray’s-Inn-Lane, 1699, 1 vol. ([8], 248 p., 6 f. de pl. :  ill., port. ; in -8°. ESTC R2460. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bub_gb_JjqbUDmIvTgC/page/n280/mode/1up>. Lister, Martin (1638?-1712), A journey to Paris in the year 1698, The third edition, London : Printed for Jacob Tonson, at Gray’s-Inn-Gate, next Gray’s-Inn-Lane, 1699, 1 vol. ([8], 248 p.) : 6 f. de pl. : 19 cm. ESTC R14927, R14880. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/journeytoparisin00list_1>, <https://quod.lib.umich.edu/e/eebo2/A48701.0001.001> ou <https://archive.org/details/b30326060>. []
  4. A journey to London in the year 1698 : after the ingenuous method of that made by Dr. Martin Lyster to Paris, in the same year, etc. [A satire upon that work.] Writtten [sic] originally in French, by Monsieur Sorbiere [i.e. William King], and newly translated into English,  London : Printed and sold by A. Baldwin, 1698, in-8°. ESTC R10470. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/McGillLibrary-osl_journey-london_BO5019_L77325j1698-1699-20095>. []
  5. A journey to London, in the year, 1698. After the ingenuous method of that made by Dr. Martin Lyster to Paris, in the same year, &c. Wittten [sic] originally in French, by Monsieur Sorbiere, and newly translated into English, The second edition corrected, London printed, and sold by A. Baldwin, in Warwick-Lane 1699. ESTC R179272 []
  6. A journey to London, in the year, 1698. After the ingenious method of that made by Dr. Martin Lyster to Paris, in the same year, &c. Written originally in French, by Monsieur Sorbiere, and newly translated into English, The third edition corrected, London : printed and sold by A. Baldwin, in Warwick-Lane, 1704, 1 vol. ([8],34,[2]p.) ; in-8°. ESTC T142437. Disponible sur Internet, url : <https://quod.lib.umich.edu/e/eebo/A60917.0001.001>. []
  7. An account of Paris at the close of the seventeenth century : relating to the buildings of that city, its libraries, gardens, natural and artifical curiosities, the manners and customs of the people, their arts, manufactures, &c / revised … with a sketch of the life of the author, by G. Henning, Shaftesbury : Printed and published by J. Rutter ; Also published in London : By Longman and Co. … Young and Co. … and Underwood …, MDCCCXXIII [1823], 1 vol. (xvi, [17]-219 p., [1] p.) ; 24 cm. Fac-similé de la 3e édition, London : J. Tonson, 1699. Disponible sur Internet, url : <https://wellcomecollection.org/works/qtwm33wt>. []
  8. Voyage de Lister à Paris en M DC XCVIII : traduit pour la première fois, publié et annoté par la Société des bibliophiles françois. On y a joint des extraits des ouvrages d’Évelyn relatifs à ses voyages en France de 1648 [sic pour 1643] à 1661 [sic pour 1651], Paris : Société des bibliophiles, 1873, 1 vol. (III-XXVIII-344 p.-[1] f. de pl.) ; in-8°. L’édition comprend en plus le récit de John Evelyn (1620-1706) et une planche gravée portant le titre : « Exposition des Tableaux des Peintres de l’Académie dans La grande Galerie du Louvre depuis le 2 jusqu’au 22 Septembre 1699 ». Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k102543s>. Sur le récit de John Evelyn, voir : Engelbrecht, Martina, « « […] one of the most perfect pieces of Architecture in Europ, emulating even some of the greatest now at Rome it selfe. » : perception et description de l’architecture française et italienne dans le journal de voyage de John Evelyn », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2021, n° 21. DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.22560. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/crcv/22560>. []
  9. A journey to Paris in the year 1698. Edited with Annotations, a Life of Lister, and a Lister Bibliography, by Eaymond Phineas Stearns, [Urbana, Chicago] : [University of Illinois Press], 1967, 1 vol. (LVI-308 p.) : ill. ; 21 cm. –  (Facsimile Reprints in the History of Science ; 4). Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/journeytoparisin00list>. []
  10. Voir l’accès par chapitres proposé par le Centre de recher­­che du châ­­teau de Versailles : « Voyage de Lister à Paris en 1698 », Centre de recher­­che du châ­­teau de Versailles, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/sources-imprimees/journaux-memoires-etc/voyage-de-lister-a-paris-en-1698.html>. []
  11. [Pierre de Brilhac (1667-1734) qui devint sous-bibliothécaire à la Bibliothèque du roi en 1692 puis premier président du parlement de Rennes en 1702 où il succéda à Charles Huchet de La Bédoyère (1683-1759), procureur Général au Parlement de Bretagne. BnF, mss Français 21120-21126.] []
  12. [François-Louis de Bourbon, prince de Conti (1664-1709).] []
  13. [Nicolas Clément (16471712).]] []
  14. [Historiae, sive Synopsis methodicae conchyliorum, quorum omnium pictura, ad vivum delineata, exhibetur, liber primus [-quartus, cum appendicibus ad libros 3 et 4, et ad historiam conchyliorum supplementum], Londini : sumptibus authoris, 1684-1692, 7 parties en 1 vol. in-fol.] []
  15. [Camille Le Tellier (1675-1718).] []
  16. Il demeuroit rue Vivienne, & ſon appartement étoit ſans doute ſitué dans une des deux maiſons de cette rue où Colbert qui les avoit achetées de Bautru avoit placé en 1666 la Bibliothèque du Roi alors rue de la Harpe & non au Louvre; elle y reſta juſqu’en 1731. (B. J. P.) [Ces initiales se rapportent au baron Jérome Pichon (1812-1896), président de la Société des bibliophiles français depuis 1844. L’abbé de Louvois résidait rue Vivienne dans un logement sis dans l’une des deux maisons acquises par Colbert en 1666 pour y emménager la Bibliothèque du roi après son départ de la rue de la Harpe. La Bibliothèque resta rue Vivienne jusqu’à son déménagement en 1731.] []
  17. [Louis-François-Marie Le Tellier de Barbezieux (1668-1701), troisième fils du marquis de Louvois, fut secrétaire d’État de la Guerre en survivance (5 décembre 1681), puis secrétaire d’État en titre après la mort de son père, le 16 juillet 1691.] []
  18. [Sur ce projet avorté voir : Kinga Maria Kantorska, « La Bibliothèque du Roi place Vendôme : du projet à l’échec », Revue de la Bibliothèque nationale, 1989, n° 34, p. 51–56.] []
  19. [Cette description du nombre de salles et de la répartition des collections en leur sein est l’une des très rares existantes sur l’organisation des collections à cette époque.] []
  20. [Sur l’ouverture au public de la bibliothèque du roi, voir : Olivier Jacquot, « Première ouverture au public de la Bibliothèque du roi, 1692 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 15 novembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/18705>. Plus loin, les mentions de M. Lister sur ce qui lui a été montré révèlent qu’il a bénéficié d’une visite guidée à destination des hôtes de marque, pour lequel des documents particuliers ont été sortis des collections pour lui être présentés. []
  21. [L’acquisition, en 1667 par Colbert, pour 28 000 livres, de la collection de l’abbé Michel de Marolles (1600-1681) est considérée comme l’acte de naissance du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque du roi. L’abbé avait réunit une collection de 123 400 pièces de plus de 6000 maîtres ! Sur cette collection, voir : Laure Beaumont-Maillet, « Les collectionneurs au Cabinet des Estampes », Nouvelles de l’estampe, 1993, n° 132, p. 5-27. N° 1.] []
  22. Il ſemble par cette expreſſion que Liſter avoit les deux catalogues, celui de 1666, & celui plus rare encore de 1672. Ils valent aujourd’hui ſoixante à quatre-vingts francs les deux. Ils ſont rares & curieux : c’eſt là ce qui faiſoit & fait encore leur prix. (B. J. P.) [Le catalogue de 1666 est intitulé : Catalogue de livres d’estampes et de figures en taille douce. Avec un dénombrement des pieces qui y sont contenuës . Fait à Paris en l’année 1666, par M. de Marolles abbé de Villeloin, Paris : F. Léonard, 1666, 1 vol. (167-[15] p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1040286g>. Celui de 1672 : Catalogue de livres d’estampes et de figures en taille-douce. Avec un dénombrement des pièces qui y sont contenües . Fait à Paris en l’année 1672. Par M. de Marolles, abbé de Villeloin, Paris : impr. de J. Langlois fils, 1672, 1 vol. (72 p.) : fig. ; in-12. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1040278x>.] []
  23. [Lister fait référence aux catalogues mis en œuvre par Nicolas Clément de 1675 à 1684, soit le catalogue des livres imprimés (40 000) en 7 volumes méthodiques et 6 volumes de table alphabétique. Premier catalogue méthodique de la bibliothèque, il est divisé en 23 séries thématiques portant une lettre alphabétique.] []
  24. En 1698, Lister est donc mis au courant des projets d’impression du catalogue qui ne fut réalisée qu’à partir de 1739 avec le premier volume du catalogue des manuscrits orientaux : Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae. T. I : Codices manuscriptos orientales, Parisiis : e typografia regia, 1739. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k140995x>. Concernant les imprimés, seuls trois des catalogues manuscrits de N. Clément firent l’objet d’une publication entre 1739 et 1753 : Catalogue des livres imprimez de la Bibliothèque du Roy. Théologie [A. Écriture sainte. – B. Liturgie et conciles. – C. Pères de l’Église. – D. Théologie catholique. – D bis. Théologie non catholique], A Paris : de l’Imprimerie royale. M. DCCXXXIX [1739]-[-M. DCCLII] 1742, 3 t. ; Belles-Lettres [lettres X, Y, Y² et Z)], A Paris : de l’Imprimerie royale, M. DCCL [1750], 2 t. ; Jurisprudence [Droit canon (E) et le Droit de la nature et des gens (*E)], A Paris : de l’Imprimerie royale, M. DCCLIII [1753], 1 t.] []
  25. [En 1721, Jean Buvat, « écrivain » (secrétaire) de Nicolas Clément qui le recruta, mis au net les 21 volumes de table alphabétique du catalogue de N. Clément de 1688. La mise au net vue en 1698 par M. Lister pourrait donc être le second catalogue des imprimés de 14 volumes de N. Clément, achevé en 1688. Voir : Clément, Nicolas, « Mémoire sur le catalogue de la Bibliothèque du Roy, 1688 », dans : Boivin, Jean, Mémoires pour l’histoire de la Bibliothèque du Roy, 1701-1800, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. NAF 1328, f. 270-273v. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10525337w/f601.item>.] []
  26. [Lister aurait donc été informé d’une impression du catalogue prévue dès 1698 en un volume. Pour les manuscrits, l’impression du catalogue ne commença qu’en 1739 pour s’achever en 1744 : sous le titre de Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecæ Regiæ, Parisiis : e typografia regia, 1739-1744, 4 vol. ; in-fol. Comprend : T. I : Codices manuscriptos orientales, 1739, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k140995x ; t. II : Codices manuscriptos graecos, 1740, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1409969 ; t. III (2 volumes) : Codices manuscriptos latinos, 1744, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5380444n, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5380594p.
    Pour les imprimés, l’impression débuta aussi en 1739 et s’interrompit en 1753.] []
  27. [Parmi tous les témoins grec du texte De materia medica de Dioscoride que possède la Bibliothèque nationale de France, quatre possèdent des illustrations peintes : BnF. Département des Manuscrits. Grec 2179, Grec 2180, Grec 2183, Grec 2294. Il nous semble que ceux qui correspondent le mieux à la description fournie par M. Lister sont les Grec 2179 ou Grec 2183. Cependant, la mention d’un premier livre manquant atteste qu’il s’agit du Grec 2179 qu’il a vu.] []
  28. [Martin Lister a sans doute le manuscrit Latin 11959, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc9034d>.] []
  29. Les précédentes éditions annotées du texte de Lister ont cherché en vain à quel Père Beauvais Lister pouvait faire référence. Ayant ramené des livres chinois, elles ont pensé à un jésuite récemment rentré de Chine. Un père Beauvais est évoqué dans : Paris, Versailles et les provinces au dix-huitième siècle. Tome 3. Anecdotes sur la vie privée de plusieurs ministres, évêques, magistrats célèbres, hommes de lettres et autres personnages connus sous les règnes de Louis XV et Louis XVI / Par un ancien officier aux gardes-françaises. Quatrième édition, revue, corrigée et augmentée, Lyon : Guyot frères ; Paris : H. Nicolle : Le Normant : Nicolle : Guiguet et Michaud, 1817. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6394021t>. Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, vol. 8, Louvain : Editions de la Bibliothèque S.J., Collège philosophique et théologique, 1960, p. 1789, mentionne un Hippolyte Beauvais (1677-1746) : « né dans le Poitou, le 20 janvier 1677, admis le 25 décembre 1694, enseigna la grammaire, les humanités et la rhétorique, 5 ans la philosophie, la théologie, fut 6 ans recteur de Saintes et mourut à Pau en 1748 ou 1749. ». Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bibliothquedelac08back/page/n901/mode/2up>. Le jésuite Gilles François de Beauvais naît le 7 juillet 1693… À ne pas confondre non plus avec Joseph Beauvais, consul de Canton au XXe siècle, « Interprète du Consulat de France à Long-Tcheou » formé à l’École des langues orientales, peut-être l’auteur du Catalogue des livres et albums composant le fonds chinois du Cabinet des Estampes, url : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb40376472v>.
    En réalité, il faut considérer que M. Lister s’est trompé de nom puisque le fonds chinois de la Bibliothèque du roi s’est trouvé enrichi de l’arrivée des 312 fascicules (pour 22 titres différents) rapportés de Chine par le père Joachim Bouvet, dont le patronyme présente une certaine homophonie avec Beauvais. Lister a sans doute transcrit Beauvais en lieu et place de Bouvet qui lui aurait été prononcé. Le père Joachim Bouvet (1656-1730), jésuite français entré au service de l’empereur Kangxi (1662-1722) en 1690 comme professeur, était cartographe et légat de Louis XIV.  Revenu de Chine à Brest le 1er mars 1697, J. Bouvet fut reçu le 3 avril par le roi à qui il présenta les cadeaux de l’empereur Kangxi, dont les volumes destinés à la Bibliothèque royale vus par M. Lister. Voir : « Le P. Joachim Bouvet », dans : Pfister, Louis (1833-1891), Notices biographiques et bibliographiques sur les Jésuites de l’ancienne Mission de Chine : 1552-1773. Tome I, XVIe et XVIIe siècles, Chang-Hai : Impr. de la Mission catholique, 1932, p. 433-439 : « Le prince tartare avait été tellement satisfait des services des Pères français, qu’il donna l’ordre au P. Bouvet de retourner en France et de lui ramener autant de missionnaires qu’il pourrait. Il le chargeait en même temps de ses présents pour Louis XIV, parmi lesquels se trouvaient 49 volumes magnifiquement imprimés à Pékin. » Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61546234/f470>.] []
  30. Lorſque le P. Foucquet, depuis évêque d’Éleuthéropolis, revint de Chine, il rapportoit avec lui quatre ou cinq mille volumes, dont le cardinal Dubois ſe fit donner le catalogue, dans l’intention de les acheter pour la Bibliothèque du Roi ; mais il mourut peu après, & les livres partirent avec le prélat pour Rome, d’où ils ne ſont pas revenus. (E. de S.) [pour Ernest de Sermizelles (1810-1884) qui mentionne Jean-François Foucquet ou Fouquet (1665-1741), évêque actif dans le Missions jésuites en Chine et Évêque titulaire de Eleutheropolis en Macédoine (1725–1741). Le catalogue du cardinal Dubois est : Bibliotheca Duboisiana, ou Catalogue de la bibliothèque de feu son éminence le Cardinal Dubois recueillie ci-devant par Monsieur l’abbé Bignon : La vente publique se fera le 27. Aoust 1725, La Haye : Jean Swart et Pierre de Hondt, 1725, 1 vol. ([4] bl., 624 p.). Disponible sur Internet, url : <https://mdz-nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bvb:12-bsb11093786-3>.] []
  31. [Nous supposons qu’il s’agit du Latin 5730 : Titi Livii historiae Romanae decas tertia : initio et ad calcem nonnulla desiderantur, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc64709p>.] []
  32. [Étienne Baluze (1630-1718), historien, spécialiste de droit canon et d’histoire ecclésiastique, bibliothécaire de Jean-Baptiste Colbert à partir de 1667, url : <https://portail.biblissima.fr/ark:/43093/pdatac26f562312b6fe97fd6d9d83d2b172e0695013f8>.] []
  33. [Il s’agit peut-être du Latin 8318, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc34035t/ca101>.] []
  34. [Melchisédech Thévenot (1620-1692). Le manuscrit évoqué est le Latin 4568 A (url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc63407j>), qui passait pour être le testament de Jules César.] []
  35. Malgré la prétention contraire de l’abbé d’Hautefeuille, c’eſt Huyghens qui inventa le pendule (balancier), & le reſſort ſpiral des montres ; Iſaac Thuret, horloger aux galeries du Louvre, fit ſous la direction de cet homme célèbre la première montre ainſi conſtruire (vers 1674). [Christiaan Huygens (1629-1695) qui travailla à Paris entre 1666 et 1681 à l’invitation de Louis XIV.] []
  36. [Thomas Molyneux (1661-1733).] []
  37. [Martin Lister fait référence à : Foley, Sam ; Molyneux, Thomas (1661-1733), « I. An account of the Giants Causway in the North of Ireland », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 31 August 1694, vol. 18, n° 212, p. 170-182. DOI : https://doi.org/10.1098/rstl.1694.0036. Disponible sur Internet, url : <https://royalsocietypublishing.org/doi/abs/10.1098/rstl.1694.0036> ; Molyneux, Thomas (1661-1733), « A true prospect of the Giants Cawsway near Pengore-Head in the County of Antrim », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 31 December 1697, vol. 19, n° 235, p. 798. Disponible sur Internet, url : <https://royalsocietypublishing.org/doi/epdf/10.1098/rstl.1695.0155> ; Molyneux, Thomas, « II. A letter from Dr. Thomas Molyneux, to Dr. Martin Lister, Fellow of the College of Physicians, and of the Royal Society, in London: containing some additional observations on the Giants Causway in Ireland », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 30 June 1698, vol. 20, n° 241, p. 209-223. DOI ; https://doi.org/10.1098/rstl.1698.0041. Disponible sur Internet, url : <https://royalsocietypublishing.org/doi/abs/10.1098/rstl.1698.0041>. M. Lister fut l’auteur ]), après en avoir vu des fragmens à Gresham-Collége (([Le Gresham College  fondé en 1597 conformément au testament de Sir Thomas Gresham (1519-1579). Les collections évoquées pourraient être celles de John Woodward (1665-1728), bien qu’encore jeune en 1698, qui posséda une importante collection de minéraux et de fossiles qu’il légua à l’Université de Cambridge. La collection Woodwardian constitue la base de l’actuel musée Sedgwick Museum of Earth Sciences.] []
  38. [M. Lister fait référence à : Lister, Martin, « IV. The manner of making steel, and its temper; with a gueβ at the way the ancients used to steel their picks, for the cutting or hewing of porphyry », Philosophical Transactions of the Royal Society, 30 September 1693, vol. 11, n° 203, p. 865-870. DOI : https://doi.org/10.1098/rstl.1693.0056. Disponible sur Internet, url : <https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rstl.1693.0056>.] []
  39. Louis Bernin de Valentiné d’Uſſé avoit épouſé la ſeconde fille de Vauban. Voir ſur cette dame les Mélanges de la Société des Bibliophiles, Paris, 1867, t. Il. (B. J. P. []
  40. Ces tombeaux ſont encore au château d’Uſſé (Indre-&-Loire), où j’ai pu les voir en juin 1868 (C. C. de R.) [Il s’agit des objets de la collection de Louis Bernin de Valentiné d’Ussé, dont les pièces actuellement au Louvre sont reproduites ici. Les initiales de l’auteur de la note se rapporte au Compte Clément de Ris, soit : Dominique Clément de Ris, baron de Mauny (1750-1827), membre de la Société des Bibliophiles.] []
  41. [Athanase Kircher (1602-1680) a fait paraître son Œdipus Ægyptianus, Romae : ex typographia V. Mascardi, 1652, où il évoque les tombeaux gravés.] []
  42. [Il ne s’agit pas de la statuette de Mercure du trésor de Berthouville trouvé le 21 mars 1830.] []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search