La Bibliothèque du roi vue en 1716, au Louvre !

En 1716 paraît de façon anonyme un guide de Paris intitulé : Les Curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de S. Cloud, et des environs, avec les adresses pour trouver facilement tout ce qu’ils renferment d’agréable & d’utile. Ouvrage enrichi d’un grand nombre de figures1. Il est désormais attribué au libraire Claude-Marin I Saugrain (1679-1750) — qui signait la dédicace —, auteur que les historiens de l’édition connaissent pour son “Code de la librairie…” (1744) qui porte aussi son nom : Code Saugrain.

Décrivant les monuments parisiens par quartier, l’ouvrage aborde la Bibliothèque du roi (p. 40-41) dans le chapitre consacré au « quartier du Louvre ou de ſaint Germain l’Auxerrois » (p. 34-51) — et non pas dans le chapitre suivant, celui du quartier du Palais royal. En effet, depuis 1692, la bibliothèque est ouverte au monde savant qui peut venir consulter les collections les mardis et vendredis matins2. Aussi, fait-elle désormais l’objet de descriptions dans les guides qui détaillent ses différentes collections avec, comme ici, des adresses au public sur ce qu’il pourra aller voir.

Étrangement, ce guide situe la Bibliothèque du roi dans le Palais du Louvre, plus précisément dans le Vieux Louvre, décrit après avoir passé en revue le Nouveau Louvre.

« Le Nouveau Louvre », dans : Les Curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de S. Cloud, et des environs, avec les adresses pour trouver facilement tout ce qu'ils renferment d'agréable & d'utile. Ouvrage enrichi d'un grand nombre de figures, Parix : chez Saugrain, 1716, p. 35.
« Le Nouveau Louvre », dans : Les Curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de S. Cloud, et des environs, avec les adresses pour trouver facilement tout ce qu’ils renferment d’agréable & d’utile. Ouvrage enrichi d’un grand nombre de figures, Parix : chez Saugrain, 1716, p. 35.
Le palais du Louvre, le palais des Tuileries et leurs annexes sur le plan de Mérian de 1615
Le palais du Louvre, le palais des Tuileries et leurs annexes sur le plan de Mérian de 1615, XIII, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons

Transcription

La transcription qui suit de ces pages reproduit la graphie originale avec ses « s » longs (ſ), esperluettes (&), et orthographe de l’époque. Les notes de bas de page sont de notre fait, comme l’ajout d’illustrations.


« Le Vieux Louvre », dans : Les Curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de S. Cloud, et des environs, avec les adresses pour trouver facilement tout ce qu'ils renferment d'agréable & d'utile. Ouvrage enrichi d'un grand nombre de figures, Parix : chez Saugrain, 1716, p. 36.
« Le Vieux Louvre », dans : Les Curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de S. Cloud, et des environs, avec les adresses pour trouver facilement tout ce qu’ils renferment d’agréable & d’utile. Ouvrage enrichi d’un grand nombre de figures, Parix : chez Saugrain, 1716, p. 36.

La Bibliothèque du roy

LA BIBLIOTHEQUE DU ROY a été tranſportée depuis peu, par ordre de Sa Majeſté, de la rue Vivienne où elle étoit ci-devant3, en ce lieu4, par les ſoins de l’Abbé de Louvois qui en eſt le Bibliotéquaire5. Elle eſt compoſée de plus de ſoixante & quinze mille Volumes tant imprimez que manuſcrits. L’excellence & la rareté de ces Livres la rendent la plus conſidérable & la plus nombreuſe Bibliotéque [sic] de l’Univers. Vous y verrez les importans Manuſcrits recueillis depuis Charles V. Louis XII. & leurs Succeſſeurs juſqu’à préſent. II y en a plus de douze mille Hebreux, Grecs, Latins, Syriaques, Turcs, Arabes, Perſans, &c. qui ont été raſſemblez dans toutes les parties du monde, avec des ſoins & des dépenſes infinies. Parmi les Livres imprimez il y en a quantité de la derniere rareté, & beaucoup de Manuſcrits de la plus haute Antiquité. II n’y a point de lieu au monde plus capable de ſatisfaire les véritables Sçavans. Vous y verrez encore le Recueil des Eſtampes amaſſées par l’Abbé de Marolles qui contiennent plus de trois cens Volumes6. Il y a auſſi un Cabinet de Médailles & d’Antiquitez, où vous verrez le Tombeau du Roy Childeric, pere du grand Clovis, mort en 481 : il fut trouvé à Tournay en 1653 par des Maſſons qui travailloient aux fondemens d’une maiſon de cette Ville7. Le Cabinet des Livres du Roy8 & la Capitainerie Royale des Chaſſes de la Varenne du Louvre ſont auſſi en ce lieu9.


Abandonnés par le roi et sa Cour au profit du château de Versailles, qui devient le siège du gouvernement à partir du 6 mai 1682, les appartements royaux du Palais du Louvre sont alors occupés par les Académies française, des Inscriptions, des Sciences, d’Architecture, de Peinture et Sculpture, et, comme le laisse supposer le texte, par la Bibliothèque du roi… Que savons-nous de ces implantations ?

Le Garde-Meuble de la Couronne

Institué en 1663 par Louis XIV et Colbert, le Garde-Meuble de la Couronne était logé proche du Palais du Louvre, à l’hôtel du Petit Bourbon jusqu’en 1758, date à laquelle il fut transféré à l’hôtel de Conti.

Petit-Bourbon, sur le plan de Gomboust, Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 151
Petit-Bourbon, sur le plan de Gomboust, Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 151, https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/151/mode/1up
Hôtel du Petit Bourbon (n° 5), L'aile Sud du palais du Louvre de Louis Le Vau, vers 1665 Extrait d'une gravure Marche du Roy accompagné de ses gardes passant sur le pont neuf et allant au Palais, d'après Adam François van der Meulen, Jan van Huchtenburgh, Public domain, via Wikimedia Commons.
Hôtel du Petit Bourbon (n° 5), L’aile Sud du palais du Louvre de Louis Le Vau, vers 1665 Extrait d’une gravure de Marche du Roy accompagné de ses gardes passant sur le pont neuf et allant au Palais, d’après Adam François van der Meulen, Jan van Huchtenburgh, Public domain, via Wikimedia Commons.
Garde meubles sur le « Plan et Description du Quartier du Louvre » de la Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, Paris : J. de La Caille, 1714, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15201416/f30

L’historien Albert Babeau (1835-1914), dans sa monographie intitulée Le Louvre et son histoire, décrit le Garde meuble :

On pourrait considérer comme une annexe du Louvre le garde- meuble de la couronne, abrité dans les bâtiments subsistants de l’hôtel de Bourbon, en grande partie démoli pour faire place à la colonnade. Le garde-meuble renfermait une collection incomparable de superbes tapisseries du seizième siècle et des Gobelins, d’étoffes brodées en soie plate à fond d’argent et de perles magnifiques, de lits, de buffets chargés de pièces de vermeil doré de la renaissance, enfin d’armes et d’armures portées par des princes, entre autres l’armure que François Ier avait revêtue à la bataille de Pavie.

Babeau, Albert, Le Louvre et son histoire, Paris : Didot, 1895, p. 187. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/187/mode/1up>.
Garde meubles sur le plan de La Caille, 1714, dans : Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 207
Garde meubles sur le plan de la Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, Paris : J. de La Caille, 1714, reproduit dans : Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 207, https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/206/mode/1up

Le Cabinet des dessins du musée actuel conserve un Plan du premier étage du Garde-Meuble, des écuries de la Reine et de la Surintendance des bâtiments (CPVA 218.77) du XVIIIe siècle montrant l’implantation du Garde-Meuble dans le Palais :

ANONYME XVIIIè s, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, CPVA 218.77, Recto
ANONYME XVIIIè s, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, CPVA 218.77, Recto – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl020609732 – https://collections.louvre.fr/CGU

Académie française

Après la mort du chancelier Séguier, le 28 janvier 1672 à Saint-Germain-en-Laye, Louis XIV installe l’Académie française dans la Salle du Conseil10 du Palais du Louvre, où elle tient ses réunions11.

Salle du Conseil, « Rez-de-chaussce de la galerie d'Apollon cl des bâtiments adjacents. Plan de Soufflot et de Brébion ( 1780) », Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 237
Salle du Conseil, « Rez-de-chaussce de la galerie d’Apollon cl des bâtiments adjacents. Plan de Soufflot et de Brébion ( 1780) », Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 237, https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/237/mode/1up
Salle des séances de l'Académie française, au Louvre, au dix-huitième siècle, Magasin pittoresque, 1845, p. 144.
Salle des séances de l’Académie française, au Louvre, au dix-huitième siècle, Magasin pittoresque, 1845, p. 144.
« Première séance de l'Institut national, dans la salle des Cariatides, le 15 germinal an IV; d'après un dessin de Girardet, gravé par Berthault. », Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 251
« Première séance de l’Institut national, dans la salle des Cariatides, le 15 germinal an IV; d’après un dessin de Girardet, gravé par Berthault. », Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 251, https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/251/mode/1up
« Réception d'un Académicien », gravée par François de Poilly d'après un dessin de P. Delamonce tiré du Recueil des Harangues prononcées par Messieurs de l'Académie française, 1714. Salle des séances de l'Académie français au Louvre (1673). Fig. 36 de Paris à travers les âges, Paris : Librairie de Firmin-Didot et Cie, 1875.
« Réception d’un Académicien », gravée par François de Poilly d’après un dessin de P. Delamonce tiré du Recueil des Harangues prononcées par Messieurs de l’Académie française, 1714. Salle des séances de l’Académie français au Louvre (1673). Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 193 et Fig. 36 de Paris à travers les âges, Paris : Librairie de Firmin-Didot et Cie, 1875.

Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Fondée en février 1663, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres « a pour origine un conseil restreint d’humanistes, membres de l’Académie française »12. Après s’être tenues « dans des demeures privées figur[a]nt autour de l’ancien palais Mazarin »13, les séances de l’Académie eurent lieu au Louvre depuis la mort de Colbert et selon le vœu de Louvois, « dans les locaux de l’Académie française, qui occupait le rez-de-chaussée du palais, dans l’aile dite Lemercier, construite par l’architecte de ce nom à la suite du pavillon de l’Horloge, et ouvrant à l’est vers la Cour Carrée promise au quadruplement dans le cadre du « grand dessein » imaginé par le roi Henri IV pour le développement du Louvre »14.

« 1773, Académie des inscriptions et Belles lettres » , dessin de Gabriel de Saint-Aubin, acquis par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et la bibliothèque de l’Institut de France
« 1773, Académie des inscriptions et Belles lettres », dessin de Gabriel de Saint-Aubin, acquis par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et la bibliothèque de l’Institut de France, https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2014_num_158_1_95061

Académie des sciences

Fondée en 1666, l’Académie des sciences tient sa première séance le 22 décembre 1666 dans la Bibliothèque du roi, rue Vivienne, où les réunions avaient lieu deux fois par semaine15. Le 20 janvier 169916, elle prend le titre d’Académie royale des sciences, quand Louis XIV lui donne son premier règlement et l’installe au Louvre, dans une salle du Pavillon du roi, au premier étage17.

« Séance d'anatomie dans une des salles de l'Académie des sciences au Louvre », dans : Hoffbauer, Fedor (1839-1922), « Paris et son histoire. Le Louvre et ses environs », Paris à travers les âges, aspects successifs des monuments et quartiers historiques de Paris depuis le XIIIe siècle jusqu'à nos jours, fidèlement restitués d'après les documents authentiques, Paris : Firmin-Didot, 1885, p. 199
« Séance d’anatomie dans une des salles de l’Académie des sciences au Louvre », dans : Hoffbauer, Fedor (1839-1922), « Paris et son histoire. Le Louvre et ses environs », Paris à travers les âges, aspects successifs des monuments et quartiers historiques de Paris depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, fidèlement restitués d’après les documents authentiques, Paris : Firmin-Didot, 1885, p. 199, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2000082q/f136 et dans : Babeau, Albert (1835-1914), Le Louvre et son histoire, Paris : Firmin-Didot, 1895, p. 195, https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/195/mode/1up

Académie royale d’architecture

Créée le 30 décembre 1671 par Louis XIV et Colbert, l’Académie royale d’architecture est d’abord établie au Palais Brion, dépendance du Palais-Royal, jusqu’en 1692, date à laquelle elle s’installe au premier étage de l’ancien appartement de la reine Marie-Thérèse au Louvre. L’Académie resta au Louvre jusqu’à sa dissolution en 1793, connaissant cependant « quatre changements de locaux au sein du Palais du Louvre, donnant tous sur la Cour carrée »18.

Vue du palais de Richelieu dit à présent le Palais Brion, dans : [L'Architecture française, ou Plans... des églises, palais, hôtels et maisons particulières de Paris... par Jean Marot et Marot fils. Publié par P.-J. Mariette.]
Vue du palais de Richelieu dit à présent le Palais Brion, dans : [L’Architecture française, ou Plans… des églises, palais, hôtels et maisons particulières de Paris… par Jean Marot et Marot fils. Publié par P.-J. Mariette.], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10402607/f173.item

Académie de peinture et de sculpture

Créée le 20 janvier 1648, l’Académie royale de Peinture et de Sculpture se situe d’abord dans la rue Traînée, avant d’emménager au sein de l’hôtel de Clisson sis rue des Deux-Boules. Elle déménage au Palais-Royal en 1661 avant de s’installer, en 1692, au Palais du Louvre. À partir du 7 mars 1712, elle se situe dans une salle du rez-de-chaussée du Louvre, appelée à partir du XIXe siècle, la salle de Diane.

Une assemblée ordinaire de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture au Louvre – RMN 16-532017
Une assemblée ordinaire de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture au Louvre – RMN 16-532017, Jean-Baptiste Martin, Public domain, via Wikimedia Commons.
L’Académie royale de Peinture et de Sculpture, logée au Louvre dès 1692, occupe cette salle de 1712 à 1721. Décor en trompe l’œil de Grimaldi Il Bolognese disparu en 1799.

Institut national des sciences et des arts

Ce n’est qu’après le 20 mars 1805, et le décret du 20 ventôse an XIII (11 mars 1805) de Napoléon, que fut ordonné le transfert de l’Institut de France, créé en 1795, du palais du Louvre, où il logeait jusqu’alors, au collège des Quatre-Nations. La séance d’inauguration de l’Institut national des sciences et des arts se tint au palais du Louvre, dans la salle des Caryatides19.

Première séance de l'Institut national
Première séance de l’Institut national, Museum of the French Revolution, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons

Bibliothèque du roi ou Cabinet des livres du roi ?

Qu’elle est donc cette « bibliothèque du roy » récemment transportée, « par ordre de Sa Majesté, de la rue Vivienne où elle étoit ci-devant », vers le Vieux Louvre, « par les soins de l’Abbé de Louvois qui en est le Bibliotéquaire » ?

Une installation de la Bibliothèque du roi au Palais du Louvre contredit l’historiographie de la Bibliothèque :

Si les souverains successifs reconstituent peu à peu une bibliothèque royale, le Louvre n’est plus le lieu de sa conservation : celle-ci est transférée d’une résidence royale à l’autre, puis en divers lieux parisiens, sans jamais revenir au palais du Louvre. 

Gillet, Pascale ; Renoux, Anne-Myrtille, « Les bibliothèques au musée du Louvre », La Revue de la BNU, 2019, n° 20, p. 8-17. DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.3613. Disponible sur Internet, url : <https://journals.openedition.org/rbnu/3613>.

Aussi, quelle est donc cette bibliothèque royale sise au Louvre que Saugrain décrit aux touristes de Paris ?

Bibliothèque du roi sur le « Plan et Description du Quartier de Montmartre » de la Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, Paris : J. de La Caille, 1714
Bibliothèque du roi sur le « Plan et Description du Quartier de Montmartre » de la Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, Paris : J. de La Caille, 1714, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15201416/f35.item
Liste des monuments et rues du quartier de Montmartre de la Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, Paris : J. de La Caille, 1714
Liste des monuments et rues du quartier de Montmartre de la Description de la ville et des fauxbourgs de Paris en vingt planches, Paris : J. de La Caille, 1714, https://gallica.bnf.fr/view3if/ga/ark:/12148/bpt6k15201416/f36

Il est tentant de penser que Claude-Marin Saugrain confond le Cabinet des livres du roi, soit sa bibliothèque personnelle, avec la Bibliothèque du roi, soit celle du royaume. Mais la mention finale du chapitre consacré à la Bibliothèque dément cette interprétation puisqu’il mentionne explicitement le Cabinet des Livres du Roy pour le distinguer de la Bibliothèque du roi qu’il vient de décrire !

Partons donc à la trace de cette bibliothèque du roi sise au Palais du Louvre. Albert Babeau évoque la rotonde d’Apollon en ces termes :

La présence des deux reines, l’accroissement de la cour qui en résultait, les progrès du luxe royal rendaient nécessaires l’agrandissement du palais et la multiplicité des pièces de réception. Déjà en 1655, on avait jeté la fondation d’un nouveau corps de logis qui s’étendait à l’ouest, le long de la petite galerie, à partir de la salle des Antiques, et dont la façade, ornée d’un fronton, subsiste encore aujourd’hui dans la cour du Sphinx. Au premier étage, les appartements du roi avaient pu s’agrandir d’une bibliothèque et d’une « salle des comédies domestiques », reliées au vieux Louvre par une salle ovale voûtée en forme de coupe, ornée de « figures de stuc d’un goût merveilleux », dit Saugrain, et qui peut être identifiée au dôme ovale dont il est question dans des devis de l’époque.

Babeau, Albert, Le Louvre et son histoire, Paris : Didot, 1895, p. 155. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/155/mode/1up>.

Cet extrait ne permet pas de discriminer la bibliothèque du Cabinet de livres quand le suivant mentionne explicitement le Cabinet et son transfert :

Si le cabinet de curiosités qui fut créé par François Ier à Fontainebleau ne fut pas transporté au Louvre, le cabinet des livres […] prit encore plus d’importance au commencement du règne de Louis XIV. Il s’accrut, en 1661, des médailles, des pierres gravées, des albums de fleurs et d’oiseaux et d’autres livres qui avaient été légués au roi par Gaston d’Orléans. L’abbé Bruneau, qui en conserva la garde, vint s’installer près de ses collections, au second étage du château, où il fut assassiné par des malfaiteurs en 1666. Les médailles avaient été préservées du vol, et pour plus de sûreté, furent transférées à la bibliothèque du roi, rue Vivienne, avec d’autres objets précieux et quelques livres. Le cabinet des livres, qui n’était pas ouvert au public comme cette bibliothèque, devait s’enrichir, depuis 1658, d’un exemplaire de chaque ouvrage imprimé dans le royaume. Occupant les appartements de Mazarin, il reçut aussi des dons, des legs importants, et s’augmenta par des acquisitions, sous la direction successive de l’abbé de Chaumont20, d’Irland de Lavau21 et de Dacier22, jusqu’en 1723, époque à laquelle, l’abbé Bignon23, garde de la Bibliothèque du roi, y fit transférer la plupart des collections du cabinet du Louvre, qui venaient d’être placées sous sa surveillance.

Babeau, Albert, Le Louvre et son histoire, Paris : Didot, 1895, p. 187-188. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/lelouvreetsonhis00babeuoft/page/187/mode/1up>.

Compte tenu de la date de publication de l’ouvrage de Saugrain, il va de soi qu’il ne s’agit pas de la Bibliothèque dite « du Louvre » créée en 1798 sur les ordres du Directoire à partir des séquestres révolutionnaires et qui appartenait, sous le Consulat, au Conseil d’État avant de devenir, en 1822, la bibliothèque du Cabinet du roi24

De la rue de la Harpe la Bibliothèque du roi fut transférée, en 1666, dans les maisons que Colbert possédait rue Vivienne. Le nouveau local, qui ne devait pas tarder à devenir insuffisant, permit d’entreprendre des rangements, reconnus indispensables depuis long temps. En 1682 la Bibliothèque possédait environ 10000 manuscrits, dont le tiers à peu près figurait sur les inventaires antérieurs, dressés en 1622 et 1643.

Delisle, Léopold, « Résumé de l’histoire du département des manuscrits », dans : Inventaire général et méthodique des manuscrits français de la Bibliothèque nationale, Paris : H. Champion, 1876, p. XXIX-XXX. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/inventairegnral02deligoog/page/n40/mode/2up>.

Selon le récit de Saugrain, le transport de la bibliothèque eut lieu sous le mandat de l’abbé de Louvois, soit Camille Le Tellier, nommé « bibliothécaire du roi » en avril 1684, alors qu’il a neuf ans, la direction effective de l’établissement étant confiée à son oncle, Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, frère du ministre François Michel Le Tellier de Louvois. Après la mort de son oncle Charles-Maurice, le 22 février 1710, l’abbé de Louvois est maintenu à la tête de la bibliothèque, jusqu’à son décès, le 5 novembre 1718, âgé de quarante-quatre ans, la bibliothèque étant restée sise rue Vivienne !

Devenant Maître de la Librairie et garde de la Bibliothèque du roi le 15 septembre 171925, grâce à son cousin Maurepas responsable de la Maison du roi, l’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743) œuvra à son déménagement de la rue Vivienne, projetant de l’installer au Louvre, implantation qu’il n’obtient cependant pas.

En 1720 elle est divisée en départements et officiellement ouverte aux savants de toutes les nations ; en 1721, elle s’installe dans le palais Mazarin, qui non seulement suffisait aux besoins du présent, mais permettait aussi de compter sur un long avenir.

Delisle, Léopold, « Résumé de l’histoire du département des manuscrits », dans : Inventaire général et méthodique des manuscrits français de la Bibliothèque nationale, Paris : H. Champion, 1876, p. XXXI. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/inventairegnral02deligoog/page/n42/mode/2up>.

À la tête de la Bibliothèque, en 1721, Bignon l’installe dans la galerie haute du Palais Mazarin — l’actuelle galerie Mazarine26 —, puis en 1724, dans l’ensemble du bâtiment. Cumulant déjà les fonctions de Maître de la Librairie et garde de la Bibliothèque du roi, il parvient à devenir également garde du cabinet particulier du Louvre (en janvier27) et de la bibliothèque de Fontainebleau (en février 172028)29.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 26 juillet). La Bibliothèque du roi vue en 1716, au Louvre ! Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3y6

  1. L’ouvrage est disponible sur Internet, url : <bibliotheque-numerique.inha.fr/idviewer/9620/5> ou dans sa réédition de 1883, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6374039z>. []
  2. Avant cette date, un public limité pouvait obtenir la faveur d’y visiter les lieux. []
  3. Le texte de 1716 nous fait comprendre que la bibliothèque n’est plus logée au sein de l’hôtel Colbert, rue Vivienne — où elle s’était installée en 1666, après avoir quitté la rue de la Harpe — mais qu’elle a été déménagée dans le Palais du Louvre — Le Vieux Louvre mentionné p. 36 —, aux côtés des précédentes institutions citées, soit le Garde meuble (p. 38), l’Académie française (p. 38), l’Académie des Inscriptions et des médailles (p. 39), l’Académie des sciences (p. 39), l’Académie d’architecture (p. 39), l’Académie de peinture et de sculpture (p. 40). Cela se confirme par la fin du paragraphe consacré à la Bibliothèque : « Le Cabinet des Livres du Roy & la Capitainerie Royale des Chaſſes de la Varenne du Louvre ſont auſſi en ce lieu. » et la suite du texte, toujours consacrée au Palais, notamment à la « Gallerie qui conduit du Louvre au Palais des Thuilleries », soit la Grande Galerie construite sous Henri IV entre 1595 et 1610. []
  4. Le 11 novembre 1716, le Régent (1674-1723) approuva la proposition de l’abbé de Louvois de s’installer dans l’hôtel Tubeuf mais le projet ne fut pas réalisé. Ce n’est qu’en 1721 que la Bibliothèque royale s’installe dans le quadrilatère Richelieu, reprenant les locaux — l’hôtel de Nevers — laissés vacants par la faillite de John Law et sa Banque royale, rachetés par le régent : un arrêt du Conseil d’Etat, daté du 14 septembre 1721, ordonne que l’hôtel de Nevers, situé le long de la rue de Richelieu, soit remis « aux ordres du Sr. Abbé Bignon, bibliothécaire du Roy ». []
  5. Camille Le Tellier (1675-1718). []
  6. Colbert acquit, en 1667, pour 28 000 livres, la collection de l’abbé Michel de Marolles (1600-1681) rassemblant 123 400 pièces de plus de 6000 maîtres. []
  7. Voir « Le trésor de Childéric Ier », Gallica. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/histoire/le-tresor-de-childeric-ier> et Czerpinska, Wieslawa, « J. J. Chifflet et le tombeau de Childeric », area IV : ARchives of European Archaeology, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <http://www.area-archives.org/area-archives/virtual-exhibition-fr/chifflet.htm>. []
  8. Voir : A. Le Roux de Lincy, « Le cabinet du Roi, le catalogue de 1775 », Bulletin du Bibliophile, 1839, n° XIV, p. 813-823. Jammes, André, « Louis XIV, sa bibliothèque et le Cabinet du Roi », The Library, 1965, march, vol. XX, n° 1, p. 1-12. DOI: https://doi.org/10.1093/library/s5-XX.1.1. []
  9. La « Capitainerie Royale des Chaſſes de la Varenne du Louvre, Grande Vénerie et Fauconnerie de France », établie le 25 mars 1594 et placée sous l’autorité du Grand Veneur de la Maison du roi était la plus importante des capitaineries. Son ressort englobait les forêts entourant Paris de part et d’autre des deux rives de la Seine, de Meudon au Perreux et de Villeneuve-le-Roi au Bourget. Voir : Hluszko, Alexis, Le terrain de chasse du roi : les capitaineries royales de chasse en Île-de-France à la fin de l’Ancien régime et sous la Révolution, Paris : Montbel, 2009, 1 vol. (236 p.). []
  10. Salet, Francis, « Les salles du Conseil sous l’Ancien Régime », Bulletin Monumental, 1951, tome 109, n° 3, p. 331-332. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1951_num_109_3_8716_t1_0331_0000_5>. []
  11. Voir : « Lieux de réunion et séances de l’Académie française », Magasin pittoresque, 1845, p. 144. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k314289/f148.item>. []
  12. « Fondation de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Institut de France, [s. d.]. Disponible sur Internet url : <https://www.institutdefrance.fr/histoire/1663-4/>. []
  13. Babelon, Jean-Pierre, « Les salles de séances et les collections de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sous l’Ancien Régime », Journal des savants, 1964, n° 2, p. 65-101. DOI : https://doi.org/10.3406/jds.1964.1071. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1964_num_2_1_1071>. []
  14. « Documents historiques », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://aibl.fr/lacademie-presentation/documents-historiques/> et Babelon, Jean-Pierre, « La salle d’assemblée de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres au Louvre, d’après un dessin de Gabriel de Saint-Aubin daté de 1773 », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2014, 158e année, n° 1, p. 21-24. DOI : https://doi.org/10.3406/crai.2014.95061. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2014_num_158_1_95061>. []
  15. McClellan III, James E., « L’Académie royale des sciences (1666-1793) », Lieux de savoir1. Espaces et communautés, Albin Michel, 2007, p. 716-736. Disponible sur Internet, url : <https://savoirs.app/fr/articles/l-academie-royale-des-sciences-1666-1793>. []
  16. Fontenelle, Bernard de (1657-1757), Histoire du renouvellement de l’Académie royale des sciences en 1699, et les éloges historiques de tous les académiciens morts depuis ce renouvellement, avec un discours préliminaire sur l’utilité des mathématiques et de la physique, Paris : la veuve de Jean Boudot : Jean Boudot, 1708, 1 vol. (328 p. ; in-12à. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65586b.image>. []
  17. Frémontier-Murphy, Camille, « La construction monarchique d’un lieu neutre. L’Académie royale des sciences au palais du Louvre », dans : Demeulenaere-Douyère, Christiane (éd.) ; Brian, Éric (éd.), Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Londres : Paris : New York : Éd. Tec & doc, 2002, p. 169-206. []
  18. L’empreinte d’une institution disparue : l’Académie royale d’architecture à l’aune de sa bibliothèque, 1671-1793, Paris : Bibliothèque de l’Institut de France, 2017, 1 vol. (34 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.france-memoire.fr/wp-content/uploads/2021/12/bibliotheque_academie_royale_darchitecture.pdf>. []
  19. « Académies (Quand les) tenaient leurs séances au Louvre », La France pittoresque, 22 juillet 2016. Disponible sur Internet, url : <https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article5823>. []
  20. Paul-Philippe de Chaumont (1617-1697). []
  21. Louis Irland de Lavau (16..-1694). []
  22. André Dacier (1651-1722). []
  23. L’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743) fut directeur de la librairie de 1699 à 1714. []
  24. Le Rouzic, Rose-Marie, « La formation d’une bibliothèque d’art au musée du Louvre (an II-1870) », Romantisme, 2017, vol. 177, n° 3, p. 42-53. DOI : 10.3917/rom.177.0042. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-romantisme-2017-3-page-42.htm>. []
  25. Voir : Provisions de la charge de bibliothécaire du Roy, accordées le 15 septembre 1719, au Sieur Abbé Bignon, Conseiller d’Etat ordinaire, au lieu & place du feu Sieur Abbé de Louvois, 1719, BnF, MSS Clairambault 814, f. 655-657. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9000977z/f227.item>. Il ne reçut ses lettres de provisions qu’en septembre 1719 alors qu’il occupait la charge de bibliothécaire du roi depuis le mois de décembre 1718. []
  26. Gady, Bénédicte, « Les décors peints du palais Mazarin. Réattributions et redécouvertes », Revue de la BnF, 2013, vol. 44, n° 2, p. 62-69. DOI : 10.3917/rbnf.044.0062. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2013-2-page-62.htm>. []
  27. Édit du Roy, portant réunion de la charge de garde de la librairie du cabinet du Louvre cour & suite de Sa Majesté, remplie par le Sieur Dacier, à la charge de bibliothécaire du Roy, dont est pourvû le Sieur Abbé Bignon, Janvier 1720, BnF, MSS Clairambault 814, f. 657-659, BnF, MSS français 21742, f. 132-133. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9000977z/f229.item>. Édit du Roy, portant réunion de la charge de garde du cabinet particulier des livres au Louvre à celle de maistre de la librairie et garde de la Bibliothèque du Roy, Janvier 1720, BnF, MSS français 22062, f. 155-156. []
  28. Édit du Roy, pour la réunion de la charge de Garde de la Bibliothèque de Fontainebleau, vacante par la mort du Sieur de Sainte-Marthe, à la charge de Bibliothécaire du Roy, dont est pourvû le Sieur Abbé Bignon, Mars 1720, BnF, MSS Clairambault 814, f. 660-661v. BnF, MSS français 21742, f. 99-100. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9000977z/f233.item>. []
  29. En 1722, il obtint même la survivance de l’ensemble de ses fonctions au profit de ses neveux. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search