La Bibliothèque du roi vue en 1787

Si l’avocat parisien Luc-Vincent Thiéry de Sainte-Colombe, né à Paris le 27 septembre 1734 et mort à Soissons le 12 janvier 1822, a laissé son nom auprès des historiens d’art pour ses dessins1, il est principalement connu pour ses guides de Paris, dont le premier Almanach du voyageur à Paris paraît en 17812.

Dès cette première édition, la Bibliothèque du roi est évoquée :

Almanach du voyageur à Paris , et dans les lieux les plus remarquables du royaume, Paris : Hardouin, 1781, p. 37, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k102836h/f45.item

Cette sommaire description liminaire, n’aura de cesse d’être développée au gré des éditions successives de son ouvrage. Nous en voulons pour preuve, celle que nous transcrivons ci-après, issue de son Guide des amateurs et des étrangers voyageurs a Paris, ou Description raisonnée de cette ville, de sa banlieue, & de tout ce qu’elles contiennent de remarquable : par M. Thiéry ; enrichie de vues perspectives des principaux monumens modernes, paru en 2 volumes illustrés en 17873.

Guide des amateurs et des étrangers voyageurs a Paris, Paris : Hardouin & Gattey, 1787.
Page de titre

Les pages du premier tome, consacrées à la Bibliothèque du roi, restent encore, pour certains objets, tout à fait exploitables en 2022 alors que la Bibliothèque nationale de France inaugure un nouveau musée sur son site Richelieu rénové, où certaines pièces décrites sont présentées. Dans son Avertissement, l’auteur précise qu’il a fait appel aux conservateurs de la Bibliothèque pour rédiger sa description (p. X) : « Nous avons reçu tous les ſecours poſſibles de la part des Savans à qui ſont confiés les cinq Départemens qui compoſent la Bibliothèque du Roi ; ils ont bien voulu nous aider de leurs lumières pour nous mettre en état de parler avec certitude de ſon origine, de ſes accroiſſemens & des objets capitaux qui forment les richeſſes de ce Dépôt précieux. ». Aussi, nous pouvons légitimement estimer que les noms des gardes mentionnés en tête de chaque département décrit sont les co-auteurs du texte pour la partie qui leur revient.

La transcription qui suit de ces pages 193-212 reproduit la graphie originale avec ses « s » longs (ſ), esperluettes (&), et orthographe de l’époque. Les coquilles de l’édition sont mentionnées par : [sic]. Les notes de bas de page sont celles du document. Nos notes sont introduites par des crochets carrés ([Note]). Les images furent ajoutées par nos soins.


Bibliotheque du Roi.

Cette Bibliotheque peut regarder Charles V dit le Sage4 comme ſon Fondateur.
Avant ce Prince, celles de nos Rois ne conſiſtoient que dans les livres néceſſaires à leur uſage particulier, & dont ils diſpoſoient à leur gré5.
Le Mémoire hiſtorique6 que l’on trouve à la tête du premier volume du Catalogue des livres de Ia Bibliotheque actuelle nous apprend que celle du Roi Jean n’étoit compoſée que de ſix volumes de Sciences & d’Hiſtoire, & de trois ou quatre volumes de dévotion.
Charles V7, ſon ſucceſſeur & ſon fils, s’étant déclaré le protecteur des Sciences & des Savans qui les cultivoient, on lui offrit des livres de toutes parts : il fit copier ceux qu’il jugeoit les plus utiles, & la collection raſſemblée par ſes ſoins fut placée dans une tour du Louvre, que l’on nomma tour de la Librairie. Elle étoit déja compoſée de neuf cents dix volumes8 lorſque Gilles Mallet en fit l’inventaire en 13739.
Les Anglois devenus maîtres de Paris ſur la fin du règne de Charles VI, cette collection fut achetée 1200 liv. par le Duc de Betfort10, fut tranſportée en Angleterre.
L’art de l’Imprimerie découvert en AIlemagne, Jean Guttemberg, Jean Fauſt & Pierre Schaffer11 parvinrent, par la réunion de leurs talens, à imprimer des Ouvrages entiers vers l’an 1450.
Charles VII qui avoit ſon Royaume à reconquérir ſur les Anglois, ne put profiter de cette découverte, il ſe contenta des livres que lui dédièrent quelques Auteurs de ſon tems. Le règne de Louis XI12 ſon fils, plus tranquille, lui permit de s’occuper du ſoin de raſſembler les livres de ſon père, & de compoſer une Bibliotheque à l’aide des ſecours qui lui fournirent l’Imprimerie & les livres amaſſés par Charles de France13 ſon frère.
Les conquêtes de Charles VIII14 en Italie & à Naples lui procurèrent nombre de livres précieux15, dont il enrichit ſa Bibliothèque.
Louis XII16, fils de Charles, Duc d’Orléans, ayant trouvé à Blois un commencement de Bibliothèque formée en partie de livres que Charles & Jean, Comtes d’Angoulême17, Princes de ſa Maison, avoient acquis en Angleterre pendant les vingt-cinq années de leur détention, y fit tranſporter tout ce qu’il trouva dans la Tour de la Librairie18. La Bibliothèque de Blois augmentée enſuite de celle des Viſconti & des Sforce19, de Pétrarque20, & de Louis de la Gruthuſe21, avoit déjà acquis de la célébrité lorſque François Premier, restaurateur des Sciences, des Belles-Lettres & des Arts, la fit tranſporter à Fontainebleau pour l’incorporer à celle qu’il venoit d’y former, dont Guillaume Budé fut Bibliothécaire22.
L’Imprimerie, quoiqu’encore dans l’enfance, faiſoit déjà des progrès rapides. Henri II, conſeillé par Raoul Spifame23, Avocat, ordonna en 1556 aux Libraires, de fournir un exemplaire en vélin & relié de chaque livre dont on leur accordoit le privilège, & tous ces livres étoient portés à Fontainebleau.
Henri IV fit venir cette Bibliothèque à Paris en 1599, l’augmenta de celle de Catherine de Médicis24, & la fit placer dans une des Salles du Collège de Clermont, alors vacant par l’expulſion des Jéſuites ; mais ces Religieux, rappelés en 1604, on la transféra aux Cordeliers, puis rue de la Harpe, dans une maiſon qui leur appartenoit.
Malgré les augmentations qu’y fit Louis XIII, elle ne pouvoit encore être comparée au commencement du règne de Louis XIV aux Bibliothèques de quelques particuliers de nos jours.
La maiſon de la rue de la Harpe, devenue inſuffiſante, Louis XIV conçut le projet de faire venir le Louvre, & d’y placer magnifiquement ſa Bibliothèque ; les acquiſitions journalières de ce Prince ne permettant plus d’attendre que ces bâtimens fuſſent terminés, Colbert obtint du Roi la permiſſion de la faire tranſporter dans ſon hôtel, rue Vivienne.
M. de Louvois ayant inſpiré à ce Prince, quelques années après, l’idée d’acquérir l’hôtel de Vendôme25 & les terrains voiſins pour en former une place immenſe & ſuperbe, qui en embelliſſant ce quartier, devoit faciliter la communication des rues neuve des Petits Champs & Saint-Honoré, & fournir les moyens d’y loger des Monnoies. Ce vaſte & magnifique projet, dont on commença ſur-le-champ les travaux, fut abandonné à la mort de ce Miniſtre, & la Bibliothèque26 reſta à l’hôtel Colbert, rue Vivienne, juſqu’en 1721, qu’elle fut placée, par les ſoins de M. l’Abbé Bignon, lors Bibliothécaire, rue de Richelieu, à l’hôtel de Nevers27, acquis pendant la régence pour y mettre la Banque28.
Enrichie ſous les règnes de Louis XV & de Louis XVI plus que ſous tous leurs prédéceſſeurs, les bâtimens immenſes de l’hôtel de la Bibliothèque ; ſuffiſent à peine aujourd’hui pour contenir ce qu’elle renferme.
M. le Noir, Conſeiller d’Etat, ancien Lieutenant général de Police, Bibliothécaire29.
Le nom ſeul de ce Magiſtrat reſpectable ſuffit à ſon éloge : ſon amour pour le bien public & la ſûreté des citoyens s’eſt aſſez manifeſté pour mériter notre reconnaiſſance. Toujours attentif à ſaiſir les moyens qui peuvent contribuer à la gloire de ſon Prince & de la Patrie, il porte aujourd’hui toute ſon activité à donner le plus de ſplendeur poſſible au précieux dépôt qui lu eſt confié pour l’avantage & le progrès des Sciences.
Cette Bibliothèque eſt compoſée des cinq départements ſuivans, confiés chacun à la garde de Savans du premier mérite.

Cabinet des Médailles.

M. l’Abbé Barthélemy30, de l’Académie des Inſcriptions & Belles-Lettres, des Académies de Londres, de Madrid, de Cortone, de Pezaro, & de Heſſe-Caſſel, Garde des Médailles & Antiques.
M. l’Abbé Barthélemy de Courçay, Adjoint31.
Ce département compoſé de Médailles & d’Antiques, forme une des principales curioſités de la Bibliothèque.
François premier, Henri II & Charles IX paroiſſent être les premiers de nos Rois qui aient ſongé à faire des collections en ce genre : mais les troubles qui ont agité la France ſur la fin du règne de ce dernier, détruiſirent ce que lui & ſes prédéceſſeurs avoient eu tant de peine à recueillir. Henri IV eut auſſi le projet de faire une collection de Médailles, que ſa mort prématurée l’empêcha de réaliſer.
Il étoit réſervé à Louis XIV de former & d’exécuter de deſſein. Il fit à cet effet réunir au Louvre toutes les Médailles & Antiquités éparſes dans les Maiſons Royales. Cette collection augmentée de celle dont J. B. Gaſton d’Orléans fit don au Monarque ſon neveu, & par les acquiſitions conſidérables que fit faire Colbert pendant ſon miniſtère, devint bientôt une des plus précieuſes de l’Europe.
Pluſieurs Savans32 envoyés par ordre du Roi, tant dans l’Italie & la Sicile que dans la Grèce, le Levant, l’Egypte & la Perse, concoururent par leurs connoiſſances & leurs recherches à la ſplendeur de ce Cabinet.
M. de Louvois, ſucceſſeur de Colbert dans la charge de Surintendant des bâtiments du Roi, reçut ordre de faire transférer ce Cabinet à Verſailles, où il fut placé près de l’appartement de Sa Majeſté, & confié à la garde de M. Rainſant, ſavant Antiquaire33 : là, ce Monarque venoit preſque tous les matins admirer & étudier les précieux reſtes d’antiquités raſſemblés par ſes ordres, & voulant l’augmenter encore, il fit écrire à tous ſes Ambaſſadeurs & Réſidens dans toutes les Cours, pour les engager à faire toutes les recherches poſſibles en ce genre.
Enrichi ſucceſſivement par l’achat de différentes collections particulières, il fait aujourd’hui l’admiration de toutes l’Europe.
Rapport à Paris, il fut placé dans une ſalle contiguë à la Bibliothèque, qui eſt décorée des portraits en pied de Louis XIV34 & de Louis XV, copiés d’après Rigaud ; de quatre deſſus-de-portes, par Boucher ; & entre les croiſées, de ſix tableaux, dont trois de Natoire, & trois de Carlo-Vanloo.

Le cabinet des Médailles. Gravure publiée dans la Gazette des Beaux-Arts, 1861, tome 10, p. 81. Cote Estampes, Va-237 (7) FOL. Coll. et cliché BnF
Le salon Louis XV après rénovation © Jean-Christophe Ballot / BnF / Oppic
Clio, muse de l’Histoire, par François Boucher, BnF – département des Monnaies, médailles et antiques

Au milieu de ce ſuperbe Cabinet eſt un grand bureau très-orné35, aux extrémités duquel ſont placés deux magnifiques commodes à deſſus de marbre, deſtinées à renfermer des médailles.

L’on conſerve dans les tiroirs du bureau les précieux reſtes du tombeau de Childéric, père de Clovis, découvert à Tournai en 1653, par des ouvriers qui travailloient à la réparation de l’Eglise de S. Brice.
Les raretés de cet ancien monument ſont un globe de cryſtal, & pluſieurs pièces curieuſes en or, telles qu’une tête de bœuf, un ſtyle, des agraffes & des attaches, ainſi que des abeilles d’or, dont les aîles ſont émaillées, des médailles d’or de pluſieurs Empereurs : enfin pluſieurs anneaux de fin or, ſur l’un deſquels eſt un cachet repréſentant un Prince aſſez jeune, ſans barbe, avec des cheveux flottans ſur les épaules, & un javelot en main, avec cette inſcription autour, Childerici Regis, une hache ou franciſque, une épée dont le pommeau & la garniture du fourreau ſont d’or36.

[Anneau sigillaire de Childéric : fac similé], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55009975b/

Parmi les autres raretés conſervées dans les tiroirs de ce Bureau, on remarque un vaſse d’or en forme de ſoucoupe, trouvé à Rennes en 1774 dans des fouilles, & dont le Chapitre de cette Ville fit hommage au Roi : il eſt orné de deux bas-reliefs, dont l’un repréſente le repos d’Hercule, & l’autre une Bacchanale.

Le deſſus de ce bureau eſt orné d’un ſuperbe vaſse d’un ſeul morceau d’ivoire, ſur lequel eſt repréſenté en bas-relief un combat entre les Turcs & les Polonois. Ce vaſe dont le pied & le haut ſont de vermeil, porte dix-huit pouces de haut ſur ſix de large : il eſt auſſi enrichi de rubis & d’émeraudes.


La collection immenſe des médailles37 eſt diviſée en deux claſſes principales, l’antique & la moderne.

La première comprend celles des Rois, des Villes grecques, celles des Familles romaines & des Empereurs.
La moderne contient les médailles frappées dans les différens Etats de l’Europe, les Monnoies qui ont cours dans tous les pays du monde, & les jetons.
On voit auſſi dans ce Cabinet deux Boucliers votifs deſtinés à être ſuſpendus dans les Temples.
Le premier de ces boucliers trouvé sans le Rhône en 1656 par des Pêcheurs d’Avignon, repréſente la continence des Scipion ; il eſt d’argent, parfaitement rond, porte vingt-ſix pouces de diametre, & pèſe quarante-deux marcs.

plat ; missorium, “Histoire d’Achille et de Briséis” (inv.56.344), https://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gbq5v0

Le deuxième fut trouvé en 1714 par un Fermier de la terre de Paſſage en Dauphiné, en faiſant ſes labours. Rond comme le précédent, ſon diametre eſt de vingt-ſept pouces, & ſon poids de quarante-trois marcs. Un lion ſous un palmier eſt placé au centre de ce bouclier, d’où partant des rayons qui viennent aboutir à la circonférence. La comparaiſon de cette gravure avec celle des médailles de Carthage, dont le lion & le palmier étoient le ſymbole, a fait préſumer à l’Académie que ce bouclier Pouvoit avoir appartenu à Annibal, & être une offrande faite par ce Pince, après ſon paſſage du Rhône, à la Déeſſe des Vocontiens, particulièrement honorée dans le Dauphiné.

plat ; missorium, “Plat au lion” (inv.56.349), https://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gbdnt7

Cabinet des Antiques.

Ce Cabinet, placé au-deſſus de celui des Médailles, renferme un très-grand nombre de figures, de buſtes, de vaſes, d’inſtrumens de ſacrifices, de marbres chargés d’inſcriptions, & de tous les monumens de cette eſpèce qu’on a pu raſſembler. Il a été en outre enrichi par feu M. le Comte de Caylus d’un grand nombre d’Antiquités égyptiennes, étruſques, grecques & romaines, que cet Amateur avoit raſſemblées avec beaucoup de ſoins & de peines38.

Dépôt des Manuſcrits.

Les Manuſcrits, Chartres [sic] & Cartulaires compoſent ce département confié à la garde de M. Béjot, de l’Académie des Inſcriptions & Belles-Lettres, Profeſſeur d’Eloquence latine au Collège Royal, & Cenſeur royal39.
Tous ces Manuſcrits ſont conſervés dans la grande & magnifique galerie40 nommée Mazarine, & dans cinq aurtes [sic] pièces qui la précèdent. Pluſieurs de ces pièces ſont ornées de peintures. On doit ſur tout faire attention au plafond de la galerie Mazarine, peint à freſsque en 1651 par Romanelli41, qui y a repréſenté divers ſujets de la Fable, diſtribués dans divers compartimens bien entendus mêlés de médaillons en camayeux, ſoutenus par des figures & ornemens imitant le ſtuc. Ce plafond, d’un excellent goût de deſſin, & vigoureuſement peint, conſerve encore toute ſa fraîcheur. Huit croiſées éclairent cette galerie. En face ſont des niches décorées de payſages peints par Grimaldi Bologneſe42, qui en a également orné les embraſures des croiſées.
Le dépôt précieux des Manuſcrits eſt diviſé par fonds43, & chaque fond porte le nom de celui qui en a fait la collection.

Galerie Mazarin après rénovation © Jean-Christophe Ballot / BnF

Les Manuſcrits en langues étrangères ſont dans l’ordre ſuivant : les hébreux, les ſyriaques, les ſamaritains, les cophtes, les éthiopiens, les arméniens, les arabes, les perſans, les turcs, les indiens, les ſiamois, les livres & manuſcrits chinois, les grecs, les latins & autres.
Le nombre de ces Manuſcrits dans les différentes langues ci-deſſus monte à plus de vingt-cinq mille volumes, parmi leſquels il s’en trouve un grand nombre d’une beauté & d’une rareté étonnante.
Les Manuſcrits françois italiens, allemands, anglois, eſpagnols & autres, ſont en auſſi grand nombre que ceux des langues étrangères.
Les différens fonds qui compoſent cette collection immenſe & précieuſe ſont d’abord, l’ancien fonds du Roi, enſuite ceux de Dupuy44, de Béthune, de Brienne, de Gaignières, de Doat, de Dufourni, de Louvois, de la Mare, de Baluſe, de de Meſmes, de Colbert45, de Cangé, de Lancelot, de du Cange, de Sérilly, d’Huet, de Fontanieu, de Sautereau, &c. & les nouvelles acquiſitions.

Psautier de Charles le Chauve, Latin 1152, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100271595#

Le nombre eſt actuellement ſi conſidérable, que malgré l’immenſité du local, on avoit été obligé de poſer des corps de tablettes dans le milieu de la grande galerie, qui en interrompoient l’ordonnance ; mais le Magiſtrat reſpectable que Sa Mageſté a nommé ſon Bibliothécaire, non content d’avoir procuré la tranquillité par ſa vigilance & ſes foins pendant qu’il a été chargé de la Police de cette Ville, a voulu mériter doublement de ſes concitoyens, & ajouter à leur jouiſſance, en faiſant accorder à ce département une pièce qui ſe trouve à l’extrémité de la galerie, où l’on vient de placer tout ce qui gênoit la circulation, & privoit le public du coup-d’œil de l’enſemble & de la beauté de cette pièce.

Dépôt des Livres imprimés.

M. l’Abbé Deſaunays, Cenſeur royal, de l’Académie de Heſſe-Caſſel, Garde46.
Un grand & magnifique eſcalier47 remarquable par la hardieſſe de ſa conſtruction & la beauté de ſa rampe de fer, conduit au dépôt des livres imprimés, qui ſe trouve au premier étage.
Ce département eſt contenu dans ſix grandes ſalles : des corps d’armoires d’une ſuperbe menuiſerie, diſtribués ſur les murs oppoſés aux croiſées, en occupent toute la hauteur qui ſe trouve diviſée par un balcon en ſaillie, dont la vouſſure, ſoutenue avec beaucoup d’art, règne horiſontalement dans toute l’étendue. Pluſieurs petits eſcaliers pratiqués derrière la boiſerie, mettent à portée de tous les Livres qui ſont dans la partie ſupérieure.
Dans la quatrième ſalle qui traverſe d’une aile à l’autre, ſe préſentent d’abord les buſtes en marbre ; l’un de Jérôme Bignon, & l’autre de l’Abbé Bignon, tous deux Bibliothécaires du Roi48.

Buste de Jérôme Bignon, Salon d’honneur du site Richelieu de la BnF © Olivier Jacquot
Buste de l’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743), Salon d’honneur du site Richelieu de la BnF © Olivier Jacquot

Au milieu eſt le monument de bronze élevé à la gloire de Louis-Ie-Grand, de la France & des Arts, par feu M. Titon du Tillet, ſous le titre de Parnaſſe François49. En face, entre les croiſées, ſont deux tableaux de M. Touzé, repréſentans des monumens projettés à la gloire de Louis XVI par M. l’Abbé de Luberfac50.

Le Parnasse français, peint par Nicolas de Largillière, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Le_Parnasse_fran%C3%A7ais.jpg

Dans la cinquième ſalle ſe trouvent deux globes de Coronelli, I’un céleſte & l’autre terreſtre. Vers le milieu de cette pièce à gauche, l’on entre dans le ſallon où ſe voient les deux fameux & incomparables globes de douze pieds de diamètre, compoſés à Veniſe par Vincent Coronelli, Frère Mineur, & préſentés à Louis XIV en 1683 par le Cardinal d’Eſtrées, qui les fit faire exprès51. Ce Prince les fit placer en 1704 dans les deux derniers pavillons du jardin de Marly. L’on peut aſſurer qu’il n’a rien été fait dans ce genre d’auſſi conſidérable & rien d’auſſi parfait depuis que Butterfieldt a conſtruit les deux grands cercles de bronze de treize pieds de diamètre qui en ſont les horiſons & les méridiens52. De Marly ils furent apportés dans une ſalle du Louvre, d’où Louis XV les fit tirer pour en orner la Bibliothèque en 1722. L’on fit conſtruire en 1731 le ſallon53 où ils ſont placés, & où l’on communique, tant par la galerie des Livres que par le rez-de-chauſſée.

[Paris, Bibliothèque royale] Profil et couppe de la partie où sont mis les globes : [dessin], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6937110k

Ce département déjà unique, & compoſé de plus de deux cents mille volumes, vient d’être encore enrichi par les Livres les plus curieux & les plus rares de la Bibliothèque de M. le Duc de la Valliere, & principalement de partie de l’ancien Théatre54, ce qui complette parfaitement cet objet à la Bibliothèque, où l’on trouve en outre une quantité prodigieuſe de pièces précieuſes ſur toutes les matières poſſibles, conſervées avec ſoin dans des porte-feuilles.
L’on y conſerve auſſi pluſieurs planches de l’Imprimerie en bois, appellée Imprimerie a planches fixes. Ces planches ſont antérieures aux caractères de métal & mobiles dont on fait uſage actuellement, & dont la découverte appartient à Schœffer55, qui en fit uſage pour imprimer une Bible latine en 1450.
Les Livres ont été diviſés en cinq claſſes & dans l’ordre qui ſuit :
I°. La Théologie ; 2°. la Juriſprudence ; 3°. l’Hiſtoire ; 4°. la Philoſophie ; 5°. les BelIes-Lettres56.

Cabinet des Titres & Généalogies.

M. l’Abbé Coupé, Garde57.
Ce département placé au ſecond étage ſur la droite de la cour, eſt compoſé de neuf pieces, dont trois contiennent les titres originaux des Maiſons & Familles nobles de la France & de l’Europe.
Deux autres renferment les généalogies.
La ſixième contient les mémoires des Maiſons & Familles qui font leurs preuves pour être préſentées à la Cour, reçues dans les Chapitres nobles, &c.
On a commencé en 1785 un ſupplément qui occupera les trois dernières pièces, en vertu d’une acquiſition conſidérable que Sa Majeſté vient de faire pour l’utilité de ſa Nobleſſe.
Ce précieux dépôt peut paſſer aujourd’hui pour le plus riche de l’Europe, par l’ancienneté) & l’originalité des titres qui le compoſent. Les Cabinets de MM. de Gaignieres & d’Hozier formèrent le premier fonds de celui-ci, augmenté en 1720 par les diſtractions que fit faire M. l’Abbé Bignon des dépôts des Livres imprimés & des Manuſcrits, de tout ce qui s’y trouvoit de purement généalogique, & dont la garde fut confiée à M. Guiblet. On y a ajouté depuis les Cabinets du Chevalier Blondeau, de M. Jault. Il renferme auſſi les généalogies d’André Ducheſne, de Kerc Daniel, Scohier, &c. quatorze cents volumes de manuſcrits & rôles originaux, ainſi que les preuves originales des Pages de la petite Ecurie du Roi, dépoſées dans ce Cabinet, après la mort de M. le Marquis de Béringhem, premier Ecuyer du Roi, ainſi qu’il l’avoit ordonné.
Le public eſt admis dans ce Cabinet les Mardis & Vendredis matin, depuis neuf heures juſqu’à midi ; mais on n’y communique pas à tout le monde les titres & pièces généalogiques.

Le Cabinet des Planches gravées & Eſtampes.

M. Joly, Garde58. Le goût que Louis XIV avoit pour les Arts, le porta à faire l’acquiſition de l’importante collection amaſſée à grands frais par le ſavant Abbé de Marolles, & compoſée des meilleures Eſtampes depuis l’origine de la gravure jusqu’au moment où il vivoit : elle eſt contenue en 264 volumes, format grand atlas, & fut le premier fonds de ce Cabinet.
Quelques années auparavant Gaſton d’0rléans avoit légué au Roi une ſuite d’hiſtoire naturelle, qu’il avoit fait peindre en miniature par Nicolas Robert, d’après les plantes de ſon jardin botanique & les animaux de ſa ménagerie de Blois. Cette ſuite fut joint à la collection de l’Abbé de Marolles, & Louis XIV la fit augmenter en employant les talens de Jean Joubert & Nicolas Aubriet. Ce dernier fut auſſi employé par Louis XV, & conjointement avec Mademoiſelle Baſſeporte ils peignirent l’Empire de la nature dans ſes trois règnes. Cette partie ſeule contient 60 volumes in-folio, & eſt aujourd’hui continuée par M. Van-Spandonck, Peintre du Roi & Deſſinateur de ſon Cabinet, dont les talens ſont au-deſſus de tous éloges.
La Collection léguée au Roi en 1712 par M. de Gaignières59, vint encore augmenter la richeſſe de ce Cabinet.
Louis XIV l’enrichit auſſi par les acquiſitions qu’il fit des Collections de M. de Beringhem60 en 1731, de M. l’Allemand de Betz61, de M. de Fontette62, de M. Begon63, & enfin de partie du Cabinet de M. Mariette.
On y voit auſſi le fameux recueil de Peintures antiques, imitées fidellement pour les couleurs, par le célèbre Pietre Sante Bartoli, pour la Reine Chriſtine de Suède. Prêſent fait à cette Bibliothèque par M. le Comte de Caylus.
Ce précieux Cabinet confient plus de cinq mille volumes diviſés en douze claſſes.
La première comprend les Sculpteurs, Architectes, Ingénieurs & Graveurs depuis l’origine de la Gravure juſqu’à nos jours : cette claſſe eſt diſtribuée par école, & chaque école par œuvre de Maîtres.
Les Eſtampes gravées en bois & en clair obſcur, diſtinguées ſous les noms de vieux Maîtres & de grands Maîtres, ſe trouvent auſſi dans cette première claſſe.
La ſeconde eſt compoſée des Livres d’Eſtampes de piété, de morale, emblêmes & deviſes ſacrées.
La troiſième renferme tout ce qui concerne la fables & les antiquités grecques & romaines.
Dans la quatrième ſont les médailles, monnoies, généalogie, chronologie & blaſon.
La cinquième contient les fêtes publiques, cavalcades, tournois, &c.
La ſixième eſt deſtinée pour la Géométrie, les Machines, Mathématiques, & ce qui con cerne la Tactique, les Arts & Métiers.
On trouve dans la ſeptième les Eſtampes relatives aux Romans, facéties, bouffonneries, &c.
La Botanique, l’Hiſtoire-Naturelle dans tous ſes règnes, & les plantes, ammaux [sic] & inſectes, peints en miniature, composent la huitième.
La neuvième eſt affectée pour la Géographie.
La dixième, pur la collections des plans & élévations des édifices anciens & modernes, ſacrés & prophanes, palais, châteaux, &c.
La onzième pour les portraits de tous états, & de tout ſexe, au nombre de plus de cinquante mille.
Et la douzième & dernière contient un recueil précieux de modes, habillemens, coëffures, & Ies coſtumes de chaque Royaume de
tous les pays du monde. Dans ce recueil ſont les modes françoiſes depuis Clovis juſqu’à nos jours.
Outre ces livres & porte-feuilles ſont encore des livres néceſſaires pour l’intelligence de ces ouvrages.
Et les planches gravées au nombre de près de deux milles.
Nous ne pouvons mieux terminer cet article qu’en faiſant ici l’éIoge de l’honnêteté & de la complaiſance de Meſſieurs les Savans à qui ſont
confiés les différens départemens de cette Bibliothèque. Les facilités que nous avons trouvé auprès d’eux, leur accueil gracieux & les ſecours abondans qu’ils ont bien voulu nous fournir pour donner plus d’exactitude à notre Ouvrage, nous engagent à leur en témoigner
ici publiquement notre reconnoiſſance.
Les perſonnes qui deſireroient avoir un détail plus circonſtancié de la Bibliothèque du Roi, trouveront à ſatisfaire amplement leur curioſité dans un Ouvrage de M. le Prince64, intitulé : Eſſai hiſtorique ſur la Bibliothèque du Roi. Cet Ouvrage ſe trouve à la Bibliothèque65, chez le Suiſſe de la porte royale, rue de Richelieu, & chez Belin, Libraire, rue S. Jacques. Prix 2 liv. 8 ſols broché, & 3 liv. relié.
De l’autre côté de la rue, au n°. 121, eſt un dépôt où l’on conſerve de la glace, & où l’on en trouve en tout tems.

Notes

  1. Voir le Recueil de dessins conservé par la Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art, collections Jacques Doucet, MS 709 (1). Disponible sur Internet, url : <https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/26782>. []
  2. Almanach du voyageur à Paris , et dans les lieux les plus remarquables du royaume, Paris : Hardouin, 1781. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k102836h>. []
  3. Guide des amateurs et des étrangers voyageurs a Paris, ou Description raisonnée de cette ville, de sa banlieue, & de tout ce qu’elles contiennent de remarquable : par M. Thiéry ; enrichie de vues perspectives des principaux monumens modernes, A Paris, chez Hardouin & Gattey, libraires de S. A. S. madame la duchesse d’Orléans, au Palais Royal, sous les arcades à gauche, n°. 13 & 14. M. DCC. LXXXVII. Avec approbation, & privilége du Roi, 2 t. (LII-784 p., 7 f. de pl. dépl. ; 739 p., 5 f. de pl. dépl.) : ill. ; in-12. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k119125s>. []
  4. [Charles V, dit « le Sage » (1338-1380).] []
  5. S. Louis légua ſa Bibliothèque aux Jacobins & aux Cordeliers de Paris, à l’Abbaye de Royaumont & aux Jacobins de Compiègne. []
  6. Voyez ce Mémoire hiſtorique, à la Bibliothèque du Roi. [Abbé Jourdain, « Mémoire historique sur la Bibliothèque du Roy », dans : Catalogue des livres imprimez de la Bibliothèque du Roy. Théologie [A. Écriture sainte. – B. Liturgie et conciles. – C. Pères de l’Église. – D. Théologie catholique. – D bis. Théologie non catholique], A Paris : de l’Imprimerie royale, 1739.] []
  7. [Sic pour VI : Charles VI, dit « le Bien-Aimé » (1368-1422).] []
  8. Nombre très conſidérable pour un temps où l’Imprimerie n’étoit point encore connue, L’Aſtrologie, la Médecine, le Droit, l’Hiſtoire, & quelques Romans, y tenoient le premier rang : on y trouvoit auſſi quelques Poetes latins, tels qu’Ovide, Lucain & Boèce, & des Traductions de Tite-Live, Valere-Maxime ; la Cité de Dieu, la Bible, &c, Voyez l’Hiſtoire de France du Préſident Hénault. [Nouvel Abregé chronologique de l’histoire de France de Charles-Jean-François Hénault (1685-1770), paru en 1744.] []
  9. Cet inventaire exiſte à la Bibliothèque du Roi. [L’inventaire est conservé sous la cote : Français 2700, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc491823>. Il a été édité : Mallet, Gilles (13..-1411), Inventaire ou Catalogue des livres de l’ancienne bibliothéque du Louvre, fait en l’année 1373, Paris : de Bure, 1836.] []
  10. Henri V, Roi d’Angleterre, mourut à Vincennes, & laiſſa au Duc de Betfort, ſon frère, la régence de la France, qu’il venoit de conquérir.
    Henri VI, ſon fils, âgé de neuf mois, fut proclamé Roi à Paris & à Londres, & chaſſé enſuite de ces deux Royaumes. [Jean (duc de Bedford, 1389-1435) acquit 843 manuscrits de la librairie royale en 1424. Transportés en Angleterre par le régent en 1429, ils sont dispersés à la mort du duc en 1435. ] []
  11. [Gutenberg (1394?-1468), Fust, Johann (1400?-1466), url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb179439670>, Schöffer, Peter (1425?-1503?), url : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb12564682b>.] []
  12. [Louis XI (1423-1483).] []
  13. [Charles de France (1446-1472).] []
  14. [Charles VIII (1470-1498).] []
  15. Les livres que Charles VIII rapporta d’Italie avoient été recueillis par Robert, de la maiſon d’Anjou, & par les Rois de Naples, Alphonſe & Ferdinand d’Arragon. []
  16. [Louis XII (1462-1515).] []
  17. [Jean d’Orléans (1399-1467) fut exilé 33 ans en Angleterre et Charles Ier d’Orléans (1394-1465), captif pendant 25 ans.] []
  18. [Dans la tour de la Fauconnerie du palais du Louvre.] []
  19. Ducs de Milan. [Voir : Pellegrin, Élisabeth (1912-1993), La Bibliothèque des Visconti et des Sforza ducs de Milan, au XVe siècle, Paris : Service des publications du C.N.R.S., 1955, 1 vol. (VII-[3]-492-[2] p.) ; 25 cm.] []
  20. Poëte italien, l’un des plus beaux génies du quatorzième ſiècle. []
  21. Seigneur flamand. [Louis de Bruges (1427?-1492).] []
  22. Guillaume Budé, né à Paris en 1457, eſt un de ces hommes qui a fait le plus d’honneur à ſon pays par ſon érudition & ſon mérite ; il fut Conſeiller du Roi, Maître des Requêtes, envoyé en ambaſſade a Rome auprès du Pape Leon X, puis Prévôt des Marchands : il mourut à Paris âgé de ſoixante treize ans, en 1540. Outre les avantages de la naiſſance & de l’érudition, Budé avoit encore beaucoup de ſageſſe a de piété. Modeſte, honnête & obligeant, il ſe faiſoit un plaiſir de rendre ſervice à ſes amis & aux Gens de Lettres. Ce fut à ſa ſollicitation & à celle de du Bellay, que François Ier fonda le Collège royal de France, pour y enſeigner les Langues & les Sciences. Egalement inſtruit dans les Langues grecque & latine, il compoſa pluſieurs Ouvrages, dont on fit une édition à Bâle en 1557, en 4 vol. in-fol. Celui des anciennes monnoies, intitulé de Aſſe, eſt celui qui lui acquit le plus de réputation. Il fit voir par cet Ouvrage qu’il n’y avoit point de ténèbres dans l’antiquité qu’il ne fût capable de diſſiper : auſſi Eraſme, quoique jaloux de ſon mérite, appela-t-il Budé le Prodige de la France. Voyez Moreri. [Référence à son Grand dictionnaire historique, notamment à la notice : « Budé (Guillaume) », dans : Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, Paris : les libraires associés, 1759, vol. 2, p. 356-357. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5495503z/f883>. G. Budé est recité p. 458, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5495503z/f469>.] []
  23. [Spifame, Raoul (1500-1563), url : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb12308933b>. Selon : Bailly, Jean-Louis-Armand, Notices historiques sur les bibliothèques anciennes et modernes, suivies d’un tableau comparatif des produits de la presse de 1812 à 1825 et d’un recueil de lois et ordonnances concernant les bibliothèques, Paris : Rousselon, 1828, p. 63 : « Henri II, en 1556, d’après les insinuations de Raoul Spifame, rendit une ordonnance qui serait devenue
    très-profitable, si on l’eût exactement observée. Elle enjoignait aux libraires dé fournir aux bibliothèques royales un exemplaire en vélin et relié, de tous les livres qu’ils imprimeraient par privilège. » Albert Cim ajoute : « Cette ordonnance fait partie du recueil des arrêtés, des dicæarchæ, publié, en 1556, non parle véritable roi Henri II, mais par son ménechme ou sosie, ce si curieux et parfois si judicieux halluciné, qui avait nom Raoul Spifame. — Raoul Spifame, seigneur des Granges (….-1553), avocat au Parlement, ressemblait tellement à Henri II que ses confrères du barreau avaient coutume de l’appeler « Sire » et « Votre Majesté ». A force de s’entendre ainsi désigner, Spifame prit au sérieux cette royauté imaginaire et se permit d’adresser au premier président une remontrance qui valut au prétendu monarque sa destitution d’avocat. Cette monomanie des grandeurs devint telle que la famille de Spifame le fit interdire, puis enfermer à Bicêtre, d’où il s’échappa. Henri II, touché de cette inoffensive démence, et prenant en pitié son sosie : — « Qu’il ne déshonore pas pareille ressemblance, celui qui a l’honneur d’être fait à notre image ! » disait-il, — Henri II envoya Spifame dans un de ses châteaux, où il le fit garder par des serviteurs qui reçurent l’ordre de le traiter en véritable souverain et de lui donner les noms de Sire et de Majesté. », dans : Cim, Albert (1845-1924), Le livre : historique, fabrication, achat, classement, usage et entretien, Paris : Flammarion, 1905, vol. 3, p. 77-78.] []
  24. La Bibliothèque de Catherine de Médicis étoit compoſée en partie des manuſcrits du Maréchal Strozzi, que cette Princeſſe s’étoit appropriée, & qui, à ſa mort, étoient restés à la garde de l’Abbé de Bellebranche, ſon premier Aumônier & ſon Bibliothécaire. [Jean-Baptiste de Bencivenni, abbé de Bellebranche, premier aumônier de Catherine de Médicis, mort en 1598.] []
  25. [L’hôtel de Vendôme appartenant au duc de Vendôme fut racheté en 1685 par Louis XIV et démoli pour la construction de la place Vendôme. Voir : « Hôtel de Vendôme (rue Saint-Honoré) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 14 octobre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_Vend%C3%B4me_(rue_Saint-Honor%C3%A9)>.] []
  26. On y comptoit déjà 70,000 volumes à la mort de Louis XIV. []
  27. Cet hôtel faiſoit partie du palais du Cardinal Mazarin. []
  28. [En mai 1917 John Law acquiert du duc de Nevers son hôtel pour y installer la Banque royale.] []
  29. [Jean-Charles-Pierre Lenoir (1732-1807). Voir : Milliot, Vincent, « La bibliothèque parisienne du lieutenant général de police Lenoir (1732-1807) : entre loisir lettré et instrument de gouvernement », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2022, vol. 69-2, n° 2, p. 30-60.] []
  30. [Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795).] []
  31. [André Barthélemy, abbé de Courçay (1744-1799), garde adjoint du Cabinet des médailles du roi (1770-1795), url : <http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=notdictionnaire&ref=329>.] []
  32. MM. de Monceaux, Vaillant, Vauſſeb, Petis de la Croix, Galland, Nointel, Ambaſſadeur à Conſtantinople, Paul Lucas, &c. [Voir : Hitzel Frédéric, « Les ambassades occidentales à Constantinople et la diffusion d’une certaine image de l’Orient », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 154e année, 2010, n° 1, p. 277-292. DOI : https://doi.org/10.3406/crai.2010.92806.] []
  33. [Pierre Rainssant (1640-1689) fut nommé garde des médailles du roi en 1684.] []
  34. [Voir : [Salon Louis XV]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55009324j.item>. []
  35. [Voir : [Bureau du roi]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55009331m>.] []
  36. [Voir « Le trésor de Childéric Ier », Gallica. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/histoire/le-tresor-de-childeric-ier>.] []
  37. Ces médailles ſont contenues dans des armoires d’une belle menuiſerie, enrichies de dorures, & poſéee [sic] ſur des tables de marbre en conſoles. Chaque armoire contient 200 tiroirs ou tablettes convertes de maroquin rouge à fleurs de lys d’or & à fond de velours vert, où ſont contenues les différentes ſuites de médailles d’or, d’argent & de bronze. []
  38. [Voir : Recueil d’antiquités du comte de Caylus, url : <http://caylus-recueil.huma-num.fr/>.] []
  39. [L’abbé François Bejot (1718-1787), garde des manuscrits de la Bibliothèque du roi (1761-1787).] []
  40. Cette galerie faiſoit anciennement partie du palais Mazarin ; elle a 23 toiſes de long ſur 3 toiſes 4 pieds de large. []
  41. [Giovanni Francesco Romanelli (1610-1662). Voir : « La galerie Mazarin », Bibliothèque nationale de France, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/la-galerie-mazarin>.] []
  42. Bologneſe fut auſſi élu Prince de l’Académie de St. Luc à Rome. Ce Peintre réuſiſſoit ſingulièrement au payſage, & exerça ſes talens, tant au Louvre au’au palais Mazarin, pendant les trois années qu’il paſſa en France. Il a auſſi gravé pluſieus choſes à l’eau-forte. []
  43. Dans la partie du catalogue imprimé, les manuſcrits ſont rangés par ordre de matières, ſans diſtinguer les fonds, qu’on ſ’est contenté d’indiquer. []
  44. Dans les fonds de Dupui [sic] s’eſt trouvé le fameux manuſcrit des Epitres de S. Paul, en grec & en latin, écrit à deux colonnes, en lettres majuſcules. Ce manuſcrit précieux, outre ſon antiquité, qui paroît être du ſixième ou du ſeptième ſiècle, eſt ſupérieurement écrit ſur du très-beau vélin, & les lettres dégagées d’ornemens ſuperflus.
    Les manuſcrits antérieurs à l’invaſion des Goths, ſont en caractères latins, bien liſibles & ſans aucun ornement. L’écriture gothique introduite par ces Barbares, chargée de beaucoup d’angles & de tortuoſités, eſt bien plus difficile à lire, à cauſe de la quantité d’abréviations & de la multiplicité des ornemens dont ils la chargoient.
    Ulpilas, Evêque des Goths, paſſe pour en être l’inventeur. []
  45. La fameuſe Bible de Charles le Chauve, ainſi que les Heures de ce Prince, étoit dans le fonds de Colbert, & ce fut le Chapitre de Metz qui en fit préſent à ce Miniſtre. Ces deux manuſcrits ſont ſans prix. La couverture des Heures eſt enrichie de pierres précieuſes & de deux bas reliefs d’ivoire, d’un beau travail. []
  46. [Grégoire Desaunays dit « l’abbé Desaunays » (1732 -1811) devient garde des Imprimés de la Bibliothèque du roi (1775-1793) puis est employé au département des Manuscrits (1793).] []
  47. La plafond de cet eſcalier a été peint par Pelegrini, Italien, du temps du Cardinal Mazarin ; mais il eſt très-effacé. [La peinture du plafond de la salle des conseils de la Banque Royale fut commandée à Giovanni Antonio Pellegrini (1675-1741) — « un fa presto du plus triste genre » selon le Comte de Laborde — en 1720 mais détruite en 1722 suite à la faillite de la banque. « Il eut à peindre la voûte du grand escalier et les plafonds des salles de la galerie sur la rue Richelieu jusqu’à l’appartement de madame de Lambert », dans : Laborde, Léon de (1807-1869), De l’organisation des bibliothèques dans Paris, Paris, A. Franck, 1845, 4e lettre, p. 106. Si le plafond est « très-effacé » en 1787, c’est que, comme le narre le comte de Laborde : « les peintures de Pellegrini furent grattées et badigeonnées ».] []
  48. [Ces bustes se trouvent actuellement dans le Salon d’honneur du site Richelieu de la BnF.] []
  49. Voyez la Deſcription du Parnaſſe françois, par M. Titon du Tillet, à la Bibliothèque que Roi. [L’ouvrage reste conservé à la BnF : Titon Du Tillet, Evrard (1677-1762), Description du Parnasse françois exécuté en bronze…, Paris : Vve Ribou, 1727. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10070326g>. L’objet, entré en 1766 à la bibliothèque s’est trouvé dans une salle portant le nom de « Salle du Parnasse français », et ce, jusqu’en 1926. Il est à voir maintenant au Musée du château de Versailles, url : <http://collections.chateauversailles.fr/?permid=permobj_1afdfabc-11d9-4918-8e2d-0ade9f89db89>. Voir : Lefay, Sophie, « Un objet commémoratif mal connu, le Parnasse français de Titon du Tillet », dans : Régnier, Marie-Clémence (dir.), Centenaires, jubilés, commémorations, toasts. Les cortèges de la mémoire (XVIIIe-XXIe siècles), 2019. Disponible sur Internet, url : <https://serd.hypotheses.org/files/2019/03/Lefay_Titon-du-Tillet.pdf>. []
  50. Voyez le Diſcours compoſé par M. l’Abbé de Luberſac, ſur les monumens publics. A la Bibliothèque. [Lubersac de Livron, Charles-François de (1730-1804), Discours sur les monumens publics de tous les âges et de tous les peuples connus, suivi d’une description de monument projeté à la gloire de Louis XVI et de la France. Terminé par quelques observations sur les principaux monumens modernes de la ville de Paris, et plusieurs projets de décoration et d’utilité publique pour cette capitale, Paris : Impr. royale, 1775. Disponible sur internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86265740>.] []
  51. [Sur les globes, leur commande à Vincenzo Coronelli par César cardinal d’Estrées, etc., voir : Les globes du Roi-Soleil, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2006. Disponible sur Internet, url : <http://expositions.bnf.fr/globes/index.htm>.] []
  52. [Le mobilier de présentation des gobes fut réalisé par Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) et l’Anglais Michael Butterfield (1635-1724).] []
  53. Ces deux globes ſont placés dans une pièce à rez de-chauſſée, dont le plafond, ouvert circulairement au-deſſus de chacun d’eux, procure à ceux qui ſont dans le ſalon d’en haut, de plein-pied à la Bibliothèque, la facilité de les examiner & de dominer ſur un de leurs hémiſphères ; l’autre hemiſphère ſe découvre d’en bas. []
  54. [Louis-César de La Baume Le Blanc La Vallière (duc de, 1708-1780), fut un collectionneur d’ouvrages relatifs au théâtre.] []
  55. [Schöffer, Peter (1425?-1503?).] []
  56. L’auteur mentionne en passant la classification mise en œuvre par Nicolas Clément. Voir : Jacquot, Olivier, « La cotation Clément de la Bibliothèque nationale de France : essai de bibliographie », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 18 octobre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/18212>. []
  57. [Jean-Marie-Louis Coupé (1732-1818).] []
  58. [Hugues-Adrien Joly (1718-1800).] []
  59. Dans la collection de Gaignière eſt une ſuite de portraits rangés par pays & par état, depuis la ſceptre juſqu’à la houlette, au nombre de plus de 30,000. []
  60. Celle de M. de Beringhem étoit compoſée de 466 volumes & de 50 portes-feuilles de cartes céleſtes, terreſtres & hydrographiques. []
  61. Celle de M. Lallemant de Betz, de 80 volumes. []
  62. Celle de M. Fontette, en 60 porte feuilles. []
  63. Dans celle de M. Begon eſt une ſuite d’oiſeaux peins à gouache, dont on ignore l’Auteur, mais que l’on croit attribuer à Melle Sibille de Merian, fille du plus rare mérite, & qui a donné la deſcription des oiſeaux & inſectes de Surinam. []
  64. L’Auteur de cet Ouvrage intéreſſant & rempli de notes curieuſes & inſtructives, eſt attaché à la Bibliothèque du Roi, comme Inſpecteur au recouvrement des livres dus à cette Bibliothèque. Ce Livre nous a auſſi été d’une très-grande utilité pour notre objet. []
  65. [Ainsi, la Bibliothèque semblait déjà proposer un comptoir faisant office de librairie.] []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (19 octobre 2022). La Bibliothèque du roi vue en 1787. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3s3


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search