Charles-Éloi Vial, docteur en histoire

Charles-Éloi Vial, conservateur au Service des manuscrits modernes et contemporains du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le titre de docteur en histoire le 17 octobre 2013 pour la thèse “Les chasses des souverains en France (1804-1830)”, menée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Université Paris-IV Sorbonne.

Jury

Le jury était composé de M. Jean-Michel Leniaud (EPHE), Mme Natalie Petiteau (Université d’Avignon), M. Daniel Roche (Collège de France).

Résumé de la thèse

Activité prisée des rois de France depuis l’époque médiévale, la chasse était devenue pour les derniers Bourbons plus une passion dévorante qu’une simple distraction. Louis XV et Louis XVI furent critiqués par l’opinion publique naissante, qui considérait que leurs chasses onéreuses les éloignaient du gouvernement. Après la chute de la monarchie, les chasses royales disparurent. Elles furent remises au goût du jour par Napoléon Ier, soucieux de s’approprier les apparences de la légitimité monarchique. Le maréchal Berthier fut ainsi nommé Grand veneur en 1804. Grâce à lui, Napoléon put faire de ses chasses un instrument politique puissant, une distraction de Cour prisée, le tout avec une économie substantielle de moyens. La Restauration, au lieu de revenir à l’organisation d’Ancien Régime, choisit de conserver l’équipage de chasse et l’administration mise en place pour Napoléon, qui fonctionnèrent jusqu’en 1830. Naquit ainsi le paradoxe d’une Restauration affichant, à la suite de l’Empire, la volonté de renouer avec la tradition monarchique, mais cela grâce à un équipage formé pour Napoléon. C’est cette continuité, humaine, budgétaire, mais aussi politique et symbolique qu’il convient d’étudier au travers des éléments constitutifs des chasses : une implantation autour de Paris permettant une circulation de la Cour autour de différentes résidences de chasse, une pratique régulière destinée à la distraction du souverain et de ses proches, des invitations de personnages politiquement importants, qui donnent à certains jours de chasse bien précis une résonance particulière. Autant d’aspects qui se retrouvent dans les sources : archives, journaux, mémoires, œuvres d’art.


Image de une : Gaston Phébus, Livre de la chasse.



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2013, 17 octobre). Charles-Éloi Vial, docteur en histoire. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m34g

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 juin 2016

    […] un parcours Licence-Master-Doctorat. J’ai été recruté à la BnF en 2012 et j’ai soutenu ma thèse en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search