La Bibliothèque Nationale thaumaturge : quand le futur journaliste de ‘Match’, René Lehmann, observe les lecteurs de la BN

Avant de qu’il ne se fasse un nom dans le journalisme sportif et la critique de cinéma, René Lehmann a entamé sa carrière littéraire par la poésie.

Élève du lycée Rollin, à Paris dans le 9e, il fonde avec des camarades, Miscellanées, une revue de poésie qui ne survit pas à la Grande Guerre et la mobilisation de ses auteurs dans le conflit. Le premier numéro paraît en juillet 1909 et le dernier, le XXVIIe, en juillet 1914. René Lehmann en fut le trésorier1.

Bibliothèque Nationale. L’Étrange lecteur

Dans le numéro V de juillet 1910 de la revue Miscellanées (p. 19-20), René Lehmann publie un court récit décrivant un usager de la Grande salle de travail de la Bibliothèque Nationale, désormais désignée du nom de son architecte, la salle Labrouste. C’est ce texte que nous transcrivons ci-après, tant les mentions des usagers de la BnF restent rares dans la littérature.


Bibliothèque Nationale

L’ÉTRANGE LECTEUR

A Maurice Simart.

Je m’étais assis assis en face de lui. A mon approche, il avait levé vers moi un regard inquiet et soupçonneux puis s’était replongé dans un énorme livre, poudreux et jauni de vétusté. Sa myopie l’obligeait à effleurer des lèvres les lignes que son œil examinait et je m’apercevais que sa chevelure rousse, ses bras maigres entourant le livre, ses mains aux ongles endeuillés qui émergeaient de manchettes prodigieusement sales. Comme il était de petite taille, il s’était agenouillé sur sa chaise et les semelles de ses bottines laissaient aux gens qui passaient le long des tables, une poussière dont ils étaient tout surpris, un peu plus tard, de constater la trace.

Des feuillets de papier gisaient auprès du livre, froissés et recouverts d’une écriture fine, aux traits presque imperceptibles. De temps en temps il prenait une plume et copiait quelques notes, avec une hâte incroyable. Soudain il s’arrêtait, glissait ses papiers sous un buvard, et courait jusqu’au bibliothécaire, pour rapporter, quelques instants après, d’autres volumes. Lorsque le soir tomba, il avait huit à dix livres à ses côtés. Il ne voyait plus q’il continuait à écrire, obstiné et silencieux. Mais, peu à peu, les lecteurs quittaient la salle et il fut obligé de partir. Alors, d’un effort pénible, il s’embarrassa des dix volumes et, succombant sous leur poids, disparaissant presque sous leurs reliures épaisses, il les restitua à la Bibliothèque.

Il s’en alla en brossant son chapeau ; sa démarche était effacée et rapide ; il salua l’employé préposé au vestiaire, quoiqu’il n’y eût rien laissé, et sortit.

Humide de pluie, la chaussée était glissante ; il voulut s’élancer et trébucha, se releva aussitôt, mais dans sa précipitation, ses feuillets s’étaient envolés de sa poche et la bouc les couvrait. Il ne les avait pas vus et je lui criai : « Vos papiers ! » Il était trop tard, ils avaient disparu sous les roues des voitures. A cette vue, l’homme frémit. Il n’en voulait pas croire ses yeux, ses mains fouillaient fébrilement ses poches tandis qu’il me regardait, avec un bouleversement infini. Quand il n’eut plus aucun espoir de les ravoir, il se mit à pleurer. Je l’interrogeai, doucement, et, d’une voix rauque, il répondit : « Mon fils est malade… il se plaint de douleurs au ventre… Je suis trop pauvre pour payer le médecin et je ne veux pas me séparer de lui… Mais il y avait des traités… de médecine à la Nationale… et j’étais venu les copier… pour suivre leurs conseils…

RENÉ LEHMANN

La Salle de travail de la Bibliothèque nationale en 1890.
La Salle de travail de la Bibliothèque nationale en 1890. Huard, Charles-Lucien (1839-1900?), Paris et ses merveilles, 1890, p. 227, https://gallica.bnf.fr/view3if/ga/ark:/12148/bpt6k65226331/f269

René Lehmann

René Noël Joseph Lehmann est né à Paris le 24 décembre 1893 et décédé à Paris le 14 mars 19832. L’annuaire de l’Association amicale des anciens combattants du 81e régiment d’infanterie — association dont il était le secrétaire-trésorier — le déclare « homme de lettres, rédacteur en  chef de Match et Pour Vous : l’hebdomadaire de cinéma3, 26, rue Rochechouart, Paris 9e ou à l’Intransigeant, 100, rue Réaumur4 :

Annuaire / Association amicale des anciens combattants du 81e régiment d’infanterie, 1er janvier 1937, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75897839/f3.item.zoom

R. Lehmann prit en effet part au conflit mondial5. L’Univers israélite du 2 novembre 1917 rapporte sa citation6 et les registres matricules mentionnent ses décorations obtenues au combat :

Archives de Paris, Registres matricules du recrutement (1887-1921), Lehmann

En 1940, René Lehmann7 est affecté au service géographique de l’Armée, ce qui forme une sorte de lien avec son camarade Georges Deulin qui œuvre à la section des Cartes et plans de la BN.

Maurice Simart

René Lehmann dédie son article à l’écrivain-poète Maurice Simart (1892-1932), plus tard écrivain, directeur de l’Imprimerie de la Presse, Officier de l’Instruction publique. Dans ses mémoires8, leur camarade Georges Deulin, futur carthotécaire à la BN, décrit ce dernier en ces termes :

fils du Directeur de l’imprimerie de la Presse, basané, maigre, nerveux, exubérant, d’apparence méridionale, voire orientale, féru en diable de Victor Hugo

Pour son court récit publié alors qu’il avait 17 ans, il se peut que René Lehmann ait accédé à la salle de lecture de la BN. Les archives administratives de la BnF ne conservent que deux cartes de lecteur à son nom, l’une établie en août 1964, renouvelée en octobre 1965, l’autre délivrée en décembre 1979 pour une consultation de manuscrits. Mais l’exhaustivité des cartes de lecteurs n’a pas été conservée.

Carte de lecteur de la Bibliothèque Nationale de René Lhemann, Archives administratives de la Bibliothèque nationale  de France © Bibliothèque nationale  de France
Carte de lecteur de la Bibliothèque Nationale de René Lhemann, Archives administratives de la Bibliothèque nationale de France © Bibliothèque nationale de France

Notes

  1. Les membres du comité d’administration dans le fasc. IV, de mai 1910 sont : Henri Chassin, directeur gérant ; Henry Bordry, secrétaire de la rédaction ; René Lehmann, trésorier ; Maurice Simart ; Georges Deulin. Le directeur gérant de la revue, Henri Chassin (Paris, 23/5/1890-24/7/1917), est rapidement atteint d’un commotion au début du conflit dont il décède. René Lehmann lui rend hommage en lui consacrant un article dans l’Anthologie des écrivains morts à la guerre (1914–1918)  éditée par Edgar Malfère, qui se ruina dans l’édition de cette collection en 5 volumes qu’il fait paraître en souvenir de son frère décédé au combat. Voir : Camus, André, Edgar Malfère : poète et éditeur de poètes à Amiens et à Paris, Amiens : C.R.D.P., 1979, 1 vol. (23 p.). Henri Chassin est cité sur la plaque des Écrivains morts au champ d’honneur figurant au Panthéon. Voir : « Liste des personnes citées au Panthéon de Paris », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 27 septembre 2022. Disponible sur Internet, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Liste_des_personnes_cit%C3%A9es_au_Panth%C3%A9on_de_Paris&oldid=197287016>.

    « Anthologie des écrivains morts à la guerre (1914–1918) », Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques : hebdomadaire d'information, de critique et de bibliographie, 26 avril 1926, n° 184, p. 8.
    « Anthologie des écrivains morts à la guerre (1914–1918) », Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques : hebdomadaire d’information, de critique et de bibliographie, 26 avril 1926, n° 184, p. 8. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6450366b/f8.item>.

    La publicité pour la collection nous apprend que la Bibliothèque Nationale fit partie des souscripteurs ayant soutenu sa parution. []

  2. En 1937, il épouse l’artiste Odette-Olga Chamagne. []
  3. Paru entre novembre 1928 et juin 1940. Voir : « Pour-Vous », Bibliothèque de la Cinémathèque de Toulouse. Disponible sur Internet, url : <https://bib-num.cinemathequetoulouse.fr/pour-vous>. []
  4. C’est sans doute grâce à lui que Georges Deulin put collaborer au quotidien. Voir : Jacquot, Olivier, « Essai d’une bibliographie de Georges Deulin (pseud. Georges Verdal) », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 5 octobre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/15700>. []
  5. Voir son registre matricule, Archives de Paris, Registres matricules du recrutement (1887-1921), Lehmann. Disponible sur Internet, url : <https://archives.paris.fr/s/17/etats-signaletiques-et-des-services-militaires/1650162/lehmann/?&debut=0> []
  6. Voir : L’Univers israélite, 2 novembre 1917, n° 8, p. 200. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6482322m/f10>. []
  7. A ne pas confondre avec René Lehmann, né le 28 avril 1906 à Paris, sergent au 108e régiment d’infanterie figurant dans la Liste officielle n° 9 des prisonniers de guerre français : d’après les renseignements fournis par l’autorité militaire allemande du 31 août 1940. []
  8. Jacquot, Olivier, « Georges Deulin-Verdal, cartothécaire de la Bibliothèque nationale de Paris », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 3 octobre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/15507>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (15 octobre 2022). La Bibliothèque Nationale thaumaturge : quand le futur journaliste de ‘Match’, René Lehmann, observe les lecteurs de la BN. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3rz


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search