Georges Deulin-Verdal, cartothécaire de la Bibliothèque nationale de Paris

Le choix du Portugal comme pays invité de l’édition 2022 du Festival International de Géographie, qui s’est tenu du 30 septembre au 2 octobre à Saint-Dié-des-Vosges, est l’occasion d’évoquer la vie et l’œuvre de Georges Deulin, bibliothécaire de la section des Cartes et Plans de la Bibliothèque Nationale, qui s’était spécialisé dans les portulans portugais.

Cet article qui aborde la vie de la Bibliothèque Nationale pendant l’Occupation vient aussi abonder le programme de recherche La Bibliothèque nationale sous l’Occupation. Des sources pour l’histoire du livre et des collections entre 1940 et 1946.

En 1939-1940, Georges Deulin, bibliothécaire au sein de la section des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale, publiait un recensement des cartes et plans portugais conservés à la Bibliothèque nationale. Sur invitation de plusieurs personnalités du Portugal, son catalogue paraissait sous forme de plusieurs livraisons du périodique portugais Boletim geral das colónias, soit l’organe officiel de l’Agência Geral das Colónias, agence qui se proposait de faire la propagande de l’œuvre colonisatrice du Portugal.

Né en 1925, le Boletim da Agência Geral das Colónias, devint en 1935 le Boletim Geral das Colónias. En août 1951, soit après que l’Estado Novo décida de faire de ses colonies des régions à part entière1, le bulletin changea de nouveau de nom pour devenir le Boletim Geral do Ultramar, titre qu’il conserva jusqu’à sa mort, intervenue en 1969, alors que les guerres d’indépendance ont disloqué l’empire colonial portugais.

Grâce à la Fundação Portugal-África, le périodique est intégralement numérisé et mis en accès libre au sein de la bibliothèque numérique des mémoires d’Afrique et d’Orient, Memórias de África e do Oriente, à l’adresse : <http://memoria-africa.ua.pt/Library/BGC.aspx>, ce qui offre un accès facilité à ce catalogue des collections de la BnF.

Préfacé par l’historien de la marine et conservateur du département des Imprimés de la Bibliothèque nationale Charles de La Roncière (1870-1941), le catalogue de Georges Deulin fit l’objet de cinq livraisons du périodique, entre décembre 1939 et juin 1940 :

  1. Deulin, Georges (1892-197?2), « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, 1939, dezembro, Ano XV, n° 174, p. [6]-54.
    Disponible sur Internet, url : <http://memoria-africa.ua.pt/Library/ShowImage.aspx?q=/BGC/BGC-N174&p=8>.
  2. Deulin, Georges (1892-1974?), « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, 1940, janeiro, Ano XVI, n° 175, p. [5]-30.
    Disponible sur Internet, url : <http://memoria-africa.ua.pt/Library/ShowImage.aspx?q=/BGC/BGC-N175&p=7>.
  3. Deulin, Georges (1892-1974?), « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, 1940, fevereiro, Ano XVI, n° 176, p. [35]-56.
    Disponible sur Internet, url : <http://memoria-africa.ua.pt/Library/ShowImage.aspx?q=/BGC/BGC-N176&p=36>.
  4. Deulin, Georges (1892-1974?), « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, 1940, maio, Ano XVI, n° 179, p. [16]-39.
    Disponible sur Internet, url : <http://memoria-africa.ua.pt/Library/ShowImage.aspx?q=/BGC/BGC-N179&p=17>.
  5. Deulin, Georges (1892-1974?), « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, 1940, junho, Ano XVI, n° 180, p. [40]-72.
    Disponible sur Internet, url : <http://memoria-africa.ua.pt/Library/ShowImage.aspx?q=/BGC/BGC-N180&p=41>.

Réunies en un volume, elles sont aussi conservées à la BnF en plusieurs exemplaires3.

Georges Deulin, spécialiste des portulans

Dès 1935, Georges Deulin, infatigable bibliographe4, produisit plusieurs catalogues dactylographiés des portulans « et pièces assimilables ou connexes » comme il le déclara lui-même5, conservés d’abord à la Bibliothèque Nationale, puis à la bibliothèque de l’Arsenal :

  • Répertoire des portulans sur vélin et des Cartes de même style dont les originaux sont conservés à la section des Cartes et Plans de la Bibliothèque Nationale, avec l’indication de leurs facsimiles et de leurs reproductions diverses qui se trouvent dans ce dépôt, [Paris], 1935, 1 vol. (107 f.).
  • Répertoire des portulans et des pièces assimilables conservés au Département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale : relevé établi, à l’usage tout particulièrement des lecteurs de la section des Cartes et Plans, [Paris] : [s.n.], 1936, 1 vol. dactylographié. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52512699c>.
  • Catalogue détaillé des portulans et pièces assimilables conservés à la Bibliothèque Nationale, tant à la Section des Cartes et Plans qu’au Département des Manuscrits, Paris, 1937, 1 vol. (VI-197 p.).
  • Les portulans de la Bibliothèque nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal. Écoles catalanes : bibliographie, Paris, 1940, 1 vol. (41 p.) : dactylographiées ; 29 x 22 cm
  • Catalogue des portulans et pièces assimilables ou connexes du Service hydrographique de la Marine, Paris, 1942, 1 vol. (149 f., autographié) ; 21 x 25 cm

Carrière à la BN

Georges Deulin intégra la Bibliothèque nationale (BN) par la petite porte. En effet, à partir du 7 mai 1917, il est en réalité attaché à la Bibliothèque des sociétés savantes6, hébergée dans le quadrilatère Richelieu dans deux salles qui jouxtaient la section des Cartes et Plans mais qui n’est pas un « service » ou une entité en propre de la BN. En 1919, il est nommé bibliothécaire. Il finit par entrer à la BN au Service du Catalogue. En 1925, il quitte ce dernier service pour intégrer la section des Cartes et Plans afin de remplacer Albert Isnard (1861-1949) qui avait fait valoir ses droits à la retraite.

Le déclenchement du seconde conflit mondial ne laisse pas de traces dans les mémoires de Georges Deulin. Le 1er janvier 1940, il est promu à la première classe. En mai 1940, il « se trouve en liaison avec la Section Technique des Troupes Coloniales » : il prend part au 2e Salon de la France d’Outre-Mer qui se tient du 2 au 26 mai au Grand-Palais7.

Ministère des Colonies. Deuxième salon de la France d'outre-mer, Grand-Palais, 2-26 Mai 1940 Paris
Ministère des Colonies. Deuxième salon de la France d’outre-mer, Grand-Palais, 2-26 Mai 1940 Paris

La Section des Troupes Coloniales comprenait en effet une partie dédiée à la géographie présentant des documents de la Bibliothèque Nationale : « Pour le visiteur qui vient de la salle consacrée à la « Vie Militaire aux
Colonies », à gauche, des cartes anciennes montrent leurs curieux contours et leurs précieuses gravures sur cuivre ; au milieu du panneau,
4 documents rares qui couvrent le monde, d’une finesse et d’un sens
artistiques extrêmes (collection Mayer). De part et d’autre des portulans,
des documents remarquables et attachants, des boussoles chinoises, des
globes en creux qui évoquent toutes les aventures et toute la poésie
des voyages et des expéditions d’outre-mer. (Bibliothèque Nationale et
collection Kammerer.) Devant ces cartes, un brick érige ses huniers.
Au centre, un curieux globe qui s’ouvre à la façon des parapluies. A
droite, sous le bloc de la France, dominant le paquebot-transport de
troupes (Cie Gén. Transatl.), les cartes modernes, des spécimens, des plans de travaux cartographiques, montrent le travail et l’œuvre accomplie, œuvre grandiose comme le panneau central l’atteste »8.

Georges Deulin rédige un rapport de mission intitulé Au 2ème Salon de la France d’Outre-Mer (mai 1940)9 où l’on apprend qu’il participait au Salon également à titre individuel, prêtant des objets de sa collection personnelle. Ce n’est qu’après avoir listé les pièces de sa collection qu’il mentionne les 19 pièces de la Section des Cartes et plans de la Bibliothèque Nationale (avec leurs cotes) qui furent prêtées à l’exposition.

Au moment où l’armée allemande entre dans Paris, déclarée ville ouverte, le 14 juin 1940, l’Administrateur Bernard Faÿ souligne que Georges Deulin est le « seul fonctionnaire de la Section à Paris pendant l’été 1940, [qui] a assuré le service pendant cette période, a rédigé les fiches d’une série d’atlas de voyages que Ch. du Bus se proposait de traiter »10.

Dans ses Notations bio-bibliographiques de décembre 1965, Georges Deulin revient sur cette période : « Demeuré à son poste au début de l’Occupation – sans la moindre inclination d’ordre politique pour l’envahisseur [précise-t-il pour lever toute ambiguïté quant à sa présence] -, Deulin assure, seul, le service de la Section géographique, puis lui est confiée la sauvegarde des Bibliothèque militaires, au Ministère de la Défense nationale, à l’Ecole de Guerre, aux Invalides, aux Archives de l’Artillerie (à Saint-Thomas-d’Aquin) et du génie (rue de Bellechasse. Pour ses états de service en d’aussi pénibles circonstances il recevra de platoniques compliments [rajoute-t-il non sans une pointe de regrets]. Il passe à l’Arsenal, sur sa demande, pour convenances personnelles. »

Après l’armistice du 22 juin 1940, Georges Deulin assure le Service public pour le fonds moderne au sein de la section des Cartes et Plans avec Paul Poindron (1912-1980)11.

Le rapport fait par l’Administrateur Bernard Faÿ au Maréchal Pétain rend compte de la mission qu’il confia à Georges Deulin :

Dès le lendemain de l’armistice, M. Bernard Faÿ, informé de l’état total d’abandon où avaient dû être laissées les bibliothèques nombreuses & souvent fort intéressantes qui relevaient de l’administration militaire, saisit aussitôt de la question les autorités occupantes & chargea M. Deulin d’une mission provisoire
de sauvegarde. 

Faÿ, Bernard, Le fonctionnement et la réorganisation de la réunion des bibliothèques nationales de Paris : 15 juin 1940-31 déc. 1942, Paris : Bibliothèque nationale, 1942, p. 153.

En effet, les autorités occupantes avaient trouvé dans les caves de l’École Militaire des livres précieux, entassés dans des paniers, provenant de la Bibliothèque de l’École Supérieure de Guerre. Ils avaient subi des dégradations dues à l’humidité. Bernard Faÿ chargea donc Georges Deulin, l’un des rares à être resté sur place sans garnir les rangs des Parisiens partis sur les routes de l’Exode, à se mettre « en rapport avec les autorités occupantes afin de prendre les mesures nécessaires à la conservation de ces volumes & de s’assurer que les autres bibliothèques du Département de la Guerre à Paris n’ont subi aucun dommage. »

Cependant, dès le 9 décembre 1940, la mission est confiée au chef du Secrétariat technique.

En 1956, Georges Deulin revint sur cette mission qui lui avait été confiée, en ces termes : « Le Salon comportait encore, entre autres beaux documents exposés, des souvenirs du Général Lenfant, des Colonel et Cdt Pein, d’Ernest Psichari, des croquis de paysages dessinés en Indo-Chine par le Commandant, – alors lieutenant -, Gérard, l’inventeur de la bicyclette pliante, mais ces dessins et d’autres objets de valeur, entreposés, à l’issue du Salon, à la Section Technique des Troupes Coloniales12, aux Invalides, Corridor de Collioure, disparurent lors de l’invasion des locaux, quelques semaines plus tard, et mes recherches personnelles, quand je fus chargé, seul, de sauvegarder les divers dépôts d’archives et bibliothèques militaires, dans les tout premiers temps de l’occupation, restèrent infructueuses ; j’ai, pour ma part, perdu ainsi des pièces du mes collections propres.
Ce n’est pas sans émotion que j’ai revu mes notes, au bout de seize ans bien révolus, et que j’ai rédigé ces simples feuillets : je conserve tellement au fond de ma mémoire l’éclat de cette manifestation coloniale, si proche, pourtant, du pire pour la France et pour le Monde, mais quand le mot colonisation était encore, conne il se doit, synonyme de Civilisation. »

Après son passage par le service des Cartes, Georges Deulin est affecté en octobre 1942, sur sa demande, à la Bibliothèque de l’Arsenal, pour « convenances personnelles » souligne-t-il comme pour taire un différend ou par dépit de ne pas avoir été récompensé comme il l’estimait pour son action après la drôle de guerre13. Il œuvre à l’Arsenal de 1942 à 194514 jusqu’en septembre 1945 où il entre au département de la Musique (alors dénommé la bibliothèque du conservatoire de musique et d’art dramatique) jusqu’à son départ à la retraite.

Il quitte ainsi la Bibliothèque nationale, le 12 mai 1952, avec le grade de Bibliothécaire de 1ère classe. L’année 1952 est pour lui celle des bilans, celle où il dactylographie plusieurs bibliographies de sa production qu’il remet à la Bibliothèque dont l’une s’achève par ces mots : « Et que réservent les vieux jours ? »

Georges Deulin versus Georges Verdal

Le bibliothécaire des Cartes et plans fut aussi poète et écrivain, sous le pseudonyme de Georges Verdal, employé moins pour cacher son identité que pour distinguer sa production en fonction de ses domaines d’intervention. Dès son entrée dans la vie active, il décide de signer :

dès lors ses publications littéraires Georges VERDAL, – un nom languedocien tiré de ses origines maternelle -, cela par goût d’indépendance et aussi pour éviter que l’on ne lui attribuât une parenté, – laquelle n’existe nullement -, avec l’auteur des “Contes d’un Buveur de Bière”. Déjà en 1913, il avait usé de ce pseudonyme dans la Revue Le Mail, il ne signera plus désormais de son nom que des publications techniques ou concernant, peu ou prou, le domaine des Bibliothèque. Dédoublement de la personnalité dont notre auteur n’est pas, tant s’en faut, l’inventeur.

Certaines signatures mêlent les deux noms Deulin-Verdal15. Son pseudonyme est d’ailleurs explicitement dévoilé dès sa première publication, avec son recueil de poèmes Aquitaines, signalé dans l’Annuaire international des lettres et des arts de langue ou de culture française 192216 ou encore dans l’Annuaire général des lettres de 193317.

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans

Il entame sa carrière littéraire par la poésie qu’il publie d’abord sous son nom puis ensuite exclusivement sous le pseudonyme de Georges Verdal.

L’étape de la publication se fait d’abord en revues, alors qu’il est encore au lycée Rollin, à ses dix-sept ans. En effet, ses premiers vers sont publiés en juillet 1909 dans une revue dont il est l’un des fondateurs à Montmartre, Miscellanées18.

La Pléiade de la Taverne de Paris

La juvénile équipe des fondateurs, tous, à, peu de chose près, du même âge, se réunissait fréquemment dans l’ancienne “Taverne de Paris”, près de la Place Clichy, devant le fresques montmartroises de Willette et de Steinlen ; nos débutants ès-Lettres étaient au nombre de sept,- nouvelle Pléiade : outre DEULIN, déjà nommé, Henri CHASSIN19, de l’Ecole Normale d’Auteuil, l’initiateur de l’entreprise, grand et solide garçon aux cheveux châtain clair, fervent admirateur de la lyre lamartinienne et des Romantiques allemands, mais défenseur tenace, comme ses amis, des règles classiques du la versification, – Henry BORDRY, du Collège Chaptal, aimable compagnon et rimeur sentimental – (Chassin et lui étaient de bons camarades de vacances de Deulin en Orléanais) -, puis Robert MARCHAL, “pâle sous ses longs cheveux noirs”, le seul déjà nanti de toute sa moustache d’époque et qui, d’une tournure d’esprit philosophique, curieux de psychologie et de questions musicales, se préparait du Lycée Condorcet à l’Ecole Normale Supérieure , – Louis JARDIN, de Chaptal, un blond assez trapu, aux joues pleines, doué d’une fantaisie de chansonnier, – Maurice SIMART, fils du Directeur de l’imprimerie de la Presse, basané, maigre, nerveux, exubérant, d’apparence méridionale, voire orientale, féru en diable de Victor Hugo, – enfin René LEHMANN, de Rollin, observateur, humoriste, le prosateur en titre de ce Cénacle et qui devait dans le journalisme sportif et la critique du cinéma se faire un nom.
Les “Miscellanées”, imprimées sur les presses de la Rue du Croissant, durèrent jusqu’à l’ouverture des hostilités, avec le concours d’autres jeunes auteurs, plus ou moins poètes, mais Deulin avait, pour convenances personnelles, cessé d’y collaborer en 1912 et Robert Marchal, dès avant la publication du troisième numéro, s’était retiré du groupe, par suite d’un désaccord sur l’orientation à donner au mouvement de la revue. Marchal, brillamment entré à l’Etablissement de la Rue d’Ulm, fut, au début de Septembre 1914, tué en Lorraine, pays de son père, alors qu’il venait d’arriver sur le champ de bataille. (Deulin, sous la signature George VERDAL, a fait paraître sur Marchal une notice dans l’ANTHOLOGIE DES ECRIVAINS MORTS A LA GUERRE, au tome I). Henri Chassin, atteint au commencement des opérations, d’une commotion très grave, – y succombe après une longue agonie. – ( Lehmann lui a consacré un article dans l’ANTHOLOGIE précitée). Maurice SIMART succéda à son père dans la direction de l’Imprimerie de la Presse ; d’une nature fiévreuse, extrêmement active, SIMART produisit force poèmes, romans, etc., mais sa vie fut brisée net, au seuil de la quarantième année, par une crise d’urémie. Louis JARDIN et Henry Bordry, tout en gardant le goût des choses de l’esprit, s’occupèrent et continuèrent à s’occuper d’affaires, en province du côté du Val de Loire.

Son poème Automne est publié dans Le Mail : revue littéraire mensuelle (n° 2, 1913.)20.

Il fréquente les milieux mondains pour y déclamer sa poésie dans les salons littéraires et notamment « le salon de Mme Aurel qui lance les Jeunes et sauve les Oubliés »21. Ainsi, en 1917, il participe avec les poètes Edouard Gazanion (1880-1956), Eugène Cruck, les critiques Michel Marcille et Léon Guillot de Saix (1885-1964) à l’hommage rendu au poète Pierre Vierge (18..-1944) au sein du salon littéraire nommé dans la presse les « Heures du Souvenir» d’Aurélie Octavie Gabrielle Antoinette de Faucamberge (dite Mme Aurel) (1869-1948) ((Sur Mme Aurel, voir : Réval, Gabrielle, « Aurel », dans : La Chaîne des dames, Paris : G. Crès, 1924, p. 3-24. Disponible sur Internet, url : <https://fr.wikisource.org/wiki/La_Cha%C3%AEne_des_dames/Madame_Aurel>.)) ou « les Jeudis de Mme Aurel », organisé dans son hôtel parisien du 20 rue du Printemps22.

Le 4 octobre 1917, l’époux d’Aurel, Alfred Mortier (1865-1937) et Georges Verdal récidivent pour fêter André Romane (1888-1942) et Marc André de Rollin (1893-1917)23. Les poèmes furent dits par l’actrice et élève de Sarah Bernhardt Jeanne Dorys, Madame de Moulins et par José Rolland24.

En 1921 il publie un recueil de poèmes célébrant l’Aquitaine qu’il qualifie de :

poèmes aux rythmes souples, librement classiques, avec quelques licences, dont l’auteur s’était précédemment gardé, mais toujours la passion des rimes riches et rares, avec la consonne d’appui.

Mais l’œuvre est vertement accueillie par Louis Payen (1875-1927) qui qualifie ses vers d’« aimables et quelconques. »25. L’Intransigeant écrit que « Ce sont de gentils poèmes d’un ton chevaleresque, d’un tour gracieux qui célèbrent le même esprit qui inspira jadis nos troubadours »26. Le belge Théo Fleischmann (1893-1979) se montra plus indulgent en en qualifiant le « Titre délicieux, d’une grâce française, légère et fraîche, née au « doux pays des eaux » », et l’ouvrage de « Petit livre charmant aussi, de séduisante simplicité, imprégné vraiment de ce souffle angevin si doux aux évocations »27. De même, l’écrivaine Jean Balde  (1885-1938), dans un article saluant la création littéraire de Toulouse, signale « le délicat et harmonieux poète des Aquitaines »28.

Claude Barjac (1883-1948), après un début ambigüe où il mentionne un « singulier enchantement » se laisse aussi aller à la critique : « On ne peut dire que M. Georges Verdal soit un grand poète et dans les quelques poèmes qu’il réunit aujourd’hui, il n’y a pas trace de génie » même s’il affirme que « l’on retrouve dans ses vers l’accent de tout un pays, l’accent de quelques-uns des meilleurs poètes de la Renaissance française. »29.

Georges Deulin fonde de grands espoirs dans cette première publication. Il s’abonne au service du Courrier de la presse : Lis tout. Renseigne sur tout de Ch. Demogeot (fondé par Alfred Gallois en 1889) qui lui adresse les coupures de presse concernant sa parution.

Cet accueil critique réservé ne l’empêche pas de vouloir récidiver en 1922 avec Nos ombres heureuses30.

En février 1922 c’est à son tour de faire les honneurs des causeries du salons du couple Aurel – Alfred Mortier : le jeudi 16 février 1922, à 16h, Nicolas Beauduin (1880-1960) parla de Gauthier-Mary, et Suzanne Teissier (1887-1936) de Georges Verdal, au cours d’une séance où des poèmes furent déclamés par Mesdames de Moulins-Yven, Vellini, Lucien Cressonnois (1860-1909) et l’acteur de la Comédie française Albert (Duléry) Reyval (1882-19..)31.

Au cours de la séance du jeudi 11 mai 1922,  André Lamandé (1886-1933) parla de Gaston Picard (1892-1962) (La bougie bleue) ; Mme Tristan Franconi et Georges Verdal en lurent des fragments ; l’actrice Marie Marcilly (1871-19..) dit des poèmes du poète magistrat Joseph Mélon (1868-1941)32.

Georges Deulin prend aussi part à la séance du jeudi 18 mai 1922 où furent célébrés « M. Joseph Melon, poète, et M. Gaston Picard, romancier et poète », comme en témoigne le compte rendu publié dans Le Carnet de la semaine33.

A la séance du jeudi 18 janvier 1923, où Le Rituel de la volupté de Pierre Bonardi (1887-1964), paru aux Éditions de la Sirène en 1922, fait l’objet d’un conférence de maître César Campinchi (1882-1941), des fragments sont dits par Georges Verdal et les poètes Suzanne Tessier (1887-1936), René Fauchois (1882-1962), et Philippe Crouzet (1899-1929)34

En 1925, il adhère à la Société des Gens de Lettres où il est référencé sous son pseudonyme35.

Il est également membre du Comité des cahiers féminins36 présidé par Mme Jean Balde (1885-1938), vice-présidé par André Févret (1879-1958), de la Bibliothèque nationale et comptant comme membres Paul-Louis Grenier (1879-1954) et Charles Marchesné (1887-1947)37, comité scientifique qui dirige la collection Les Cahiers féminins de l’éditeur Bloud et Gay, imités de la collection Les Cahiers verts38 et qui a connu 9 numéros, le dernier étant l’ouvrage Aiguillages de Jean Balde, paru en 1928.

L'Éducation physique, 15 mai 1926, n° 41, p. [36].
L’Éducation physique, 15 mai 1926, n° 41, p. [36], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9788453q/f38

Georges Deulin se mobilise en faveur de l’octroi de la Légion d’honneur à l’éditeur Edgar Désiré Malfère (1885-1943), « le poète et éditeur de poètes »39, éditeur entre autres de l’Anthologie des écrivains morts à la guerre (1914 – 1918) qui le ruina et au sein de laquelle Georges Deulin contribua avec la publication de deux biographies : ce dernier signe la pétition lancée pour que soit attribuée la Légion à l’éditeur, sans succès40.

« Carnet des lettres », La Lanterne, 11 octobre 1925, n° 17301, p. 3.
« Carnet des lettres », La Lanterne, 11 octobre 1925, n° 17301, p. 3.
« Carnet des lettres », La Lanterne, 11 octobre 1925, n° 17301, p. 3.

En 1936, la poésie de son début de carrière littéraire est rappelée lors d’une matinée poétique organisée par Les Mardis des poètes, un groupement animé par Emmanuel Aegerter (1883-1945) et Francis Cover (1913-1975), le mardi 15 décembre à 16h au théâtre du Grand-Guignol, situé 7 cité Chaptal41, en location gratuite : « Au programme : Poèmes d’Anna de Noailles, Alcanter de Brahm, José de Bérys, Gabriel Boissy, Georges Duhamel, A. Foulon de Vaulx, Louis de Gonzague Frick, Maurice Magre, Maurice Mayen, Xavier Privas, Gabriel Robert, Camille de Sainte-Croix, Georges Verdal, et un acte en vers de Jean Honorez : Le Pardon, interprété par M. Maurice Rostand ; Mmes Clauderval, Cécile Didier, J. Leclerc, Germaine Ledoyen, Hélène Melvyl, Gabrielle du Mesnil, Francine Lorée Privas, Jane Sarrazin, Marcelle Servière, Simone Tournier-Leclerc ; MM. Francis-Cover, H. Danvilliers et Robert Le Flem. »42.

Georges Deulin donna occasionnellement des conférences à la radio, comme par exemple dans l’émission les Idées et les livres de la Fondation des Nouvelles littéraires diffusée par l’Institut radiophonique de la Sorbonne (458 mètres et 2650 m) à 13h30. Ainsi le samedi 14 mai 1927, il y évoqua la « littérature hispano-américaine »43.

Réagir

Comme le montre sa bibliographie, Georges Deulin fur un collaborateur du quotidien L’Intransigeant ainsi qu’un contributeur très régulier de deux revues, d’une part L’Éducation physique et, d’autre part Réagir, la revue de « culture humaine » du docteur Pauchet44. Frédéric Saisset (1873-1953), avec lequel Georges Deulin publia un ouvrage en 1947, en était le rédacteur en chef.


Cette revue, qui se propose d’apporter dans le désarroi
actuel des formules morales et précises et énergiques, s’ouvre
sur un article symptomatique signé du docteur Pauchet lui-
même, et qui s’intitule : De l’Enthousiasme. Nous avons trop,
souvent ici même fait grief à notre époque de s’appliquer à
rabattre, à méconnaître l’enthousiasme, à lui faire même une
réputation de danger public alors que, seul, il porte le salut,
pour ne pas nous réjouir de voir le docteur Pauchet apporter
l’appui de son nom à cette thèse.
Son article se termine par ce paragraphe : « Rappelez-vous
de ceci : par la concentration de tous vos sentiments et de toutes
vos forces vers un but unique, vous obtiendrez le succès. Là
réside sa condition. Ce but que vous avez décidé d’atteindre,
le raisonnement seul ne vous le fera pas obtenir. Sans l’enthousiasme, rien de grand. »

« Sur l’enthousiasme », Lyrica, 1935, avril-juillet, n° 136-138, p. 2650. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54109092/f18>.

La revue Réagir, dans les publicités que son éditeur J. Oliven insérait dans ses ouvrages45 affirmait :

Avec son groupe de collaborateurs éminents, RÉAGIR vous apportera chaque mois le réconfort qui vous est nécessaire.
RÉAGIR s’adresse à l’être humain sans aucune distinction de race, de religion, d’opinions politiques. Son but est de rendre service.
Cette revue n’a d’autre ambition que d’être utile à tous.

Elle revendique un grand nombre de collaborateurs mêlant médecins et hommes de lettres : Emmanuel Aegerter (1883-1945), Henri Allorge (1878-1938), Dr Henri Arthus, Dr Stephen Artault de Vevey (1862-1938), Octave Aubry (1881-1946), Georges Barbarin (1882-1965), F. Baud, G.-E. Bertin, Théo Bugnet, Jean Charles-Brun (1870-1946), Dr Louis Chauvois (1881-1972), Dr Louis Dartigues (1869-1940), J.-E. Eliet, Dr Paul Farez (1868-1940), Claude Farrère (1876-1957), André Fayol (1906-1965), Dr Henri Gaehlinger, Septime Gorceix (1890-1964), Paul-Louis Grenier (1879-1954), Émile-François Julia (1873-19..), Édouard De Keyser (1883-1974), Dr R.-S. Lacape, Dr René Lacroix, Hugues Lapaire (1869-1967), Léo Larguier (1878-1950), de l’Académie Goncourt, Philéas Lebesgue (1869-1958), Émile Lutz (1868-1940), Dr Léon Mabille, Émile Magne (1877-1953), Henri Mangin-Balthazard, Maurice Maeterlinck (1862-1949), Léone Mahler (1899-….), André Maurois (1885-1967), Henri Mazel (1864-1947), George Mis, Henry Noëll (1883-19..), Paul Nyssens, Achille Ouy (1889-1959), Edmond Pilon (1874-1945), Armand Praviel (1875-1944), Dr Pierre Prost, Rabette (1896-1945), Romain Roussel (1898-1973), Pascale Saisset (18..-19..), Léon Saisset, Isabelle Sandy (1884-1975), Lucien Stéfani, Dr André Strohl, Hector Talvart (1880-1959), Maurice Torfs, Louis Vaunois, Georges Verdal, Jean des Vignes-Rouges (1879-1970), René Violaines (1898-1980).

Avant les pages de publicités, la revue insère son credo :

Réagir

Un adepte de l’hébertisme ?

Comme le montre à loisir sa bibliographie, Georges Deulin fut un collaborateur régulier de la revue L’Éducation physique fondée par l’officier et éducateur Georges Hébert (1875-1957)46, notamment de la rubrique des « Notes historiques et géographiques » qu’il agrémente de reproductions provenant de la Bibliothèque Nationale, comme le montre par exemple son article du n° 7 de juillet 1928 où il est dit qu’il « a pu faire reproduire à la Bibliothèque Nationale une très curieuse carte » ou le n°  du 15 juillet 1936.

Nous ignorons jusqu’à quel point Georges Deulin a pu appliquer dans sa vie personnelle les préceptes formalisés par G. Hébert dans sa Méthode Naturelle47 si ce n’est au travers de la brève légende d’une photographie où on le voit nager et où il indique qu’il mêle la théorie à la pratique. En tout cas, il lui consacra un article en 1934 dans la revue Réagir.

Entre 1954 et 1957, Georges Deulin noue une collaboration avec L’Écho des halles, organe quotidien d’informations économiques, agricoles et commerciales, fondées en 1952 par Lucien Collas (18 rue du Pont-Neuf, Paris 1er). Il comprenait deux éditions : « Fruits et primeurs »48 et « Volailles, gibiers, œufs, beurre, fromages ». Quand en 1962 G. Deulin publie à compte d’auteur son recueil Poèmes intimes, il se souvient de Lucien Collas pour lui dédier un poème ainsi qu’à Luce Manson qui en était devenue la directrice et qui lui a permis d’éditer sa plaquette.

Quel poète ?

Au moins à deux moments de sa vie, Georges Deulin éprouve le besoin de décrire ses goûts littéraires. Il le fit une première fois dans l’« avant propos biographique » de 1952 et une deuxième fois dans ses Notations bio-bibliographiques de 1965 :

Au temps des MISCELLANÉE S les vers de G. Deulin se caractérisaient par un souci tout parnassien de la forme et un penchant marqué pour les “formes fixes”, une sensibilité tendre et de l’enjouement ; les vers de Georges VERDAL, maintenant, se présentent avec des rythmes souples, de diverses mesures, et quelques licences (le singulier rimant avec le pluriel, la suppression,
assez souvent, des césures, etc.), mais toujours avec une prédilection pour la rime riche est, somme toute, pour la tradition française. Le fond révèle de la maturité dans l’ardeur de l’inspiration.
Les préférences de l’apprenti-écrivain allaient à Musset, à Banville, à Ronsard, à Leconte de Lisle, l’exotisme de ce dernier donnant satisfaction aux rêves de randonnées coloniales d’un enfant, d’un adolescent, dont le père avait, – comme encore un proche parent maternel, – servi dans l’Infanterie de Marine, et à une vive passion pour l’histoire, – tandis que son esprit témoignait d’une incurable inaptitude aux sciences exactes ! L’ultime pièce de vers publiée par lui dans les MISCELLANNÉES se ressentait un peu de l’influence passagère de Rollinat, auquel Deulin s’était d’abord intéressé sous le rapport des impressions rustiques.

« avant propos biographique » de 1952.

Georges DEULIN se délectait à la lecture de Charles d’Orléans et de Villon, de Clément Marot et de Ronsard, d’Alfred de Musset et de Théodore de Banville, et, comme évocateur de l’exotisme, du Parnassien Leconte de Lisle.
Admirateur, comme il convient de Victor Hugo, cette “force de la nature”, mais sans le juvénile enthousiasme de Maurice Simart, son camarade du groupe des Miscellanées et imprimeur de la Presse.
Sensible, bien sûr, aux mélodies lamartiniennnes, non sans quelque réserve envers l’excès de “vague à l’ âme” et des relâchements de la forme, tandis que Henri Chassin, instituteur, de souche orléanaise, mais de mère luxembourgeoise, était attiré vers les nébulosités sentimentales du Romantisme germanique (tout en éprouvant une assez curieuse tendresse pour Boileau) et faisait de Jocelin un livre de chevet.
DEULIN n’a subi que d’une façon toute passagère l’influence baudelairienne, alors que Robert Marchal, Normalien de la Rue
d’Ulm, devantage [sic] “intellectuel”, prisait fort l’inspiration cérébrale des “Fleurs du Mal”. Influence toute superficielle, donc, sur Deulin, ainsi qu’en témoignent et le second tercet du sonnet irrégulier Chi lo sa ? paru, en janvier 1912, dans les Miscellanées, et où l’accentuation de la sensualité s’achève sur une note exceptionnelle, inattendue, qui paraît même une parodie, et deux ou trois mêmes pièces d’un style Rollinat. Non, le genre “Edgard-Poesque” n’était pas du tout dans ses cordes !
Quelques courts poèmes de Verlaine ont retenu, assez tardivement, son attention, mais non pas de ceux imprégnés d’un mysticisme par trop littéraire, à son avis.
Une simple curiosité, sans plus, pour Laforgue, Rimbaud, Mallarmé.
Parmi les prosateurs un goût marqué pour le vieux français de Rabelais et de Brantôme, les épistoliers et épistolières des siècles classiques, les moralistes auteurs de maximes et pensées, et La Bruyère et Vauvenargues.

Notations bio-bibliographiques, 1965

Collectionneur de figurines en étain

L’article du n° 39 du 15 juillet 1936 de la revue L’Éducation physique révèle aussi la passion de Georges Deulin pour les « soldats de plomb »49.

Catalogue de soldats d'étain artistiques et soldat de plomb, E. Lelong, p. 46.
Catalogue de soldats d’étain artistiques et soldat de plomb, E. Lelong, p. 46.

L’article reproduit en effet deux figurines en étain de la Fabrique E.H., pour Ernst Heinrichsen, fondée à Nuremberg en 183950 et spécialisée dans les figurines plates, acquises auprès de la maison Georges Coisel (sise 59, rue de Dunkerque51) et E. Lelong, issues de sa propre collection. Notons que Georges Deulin contribua au bulletin de la Société des collectionneurs de figurines historiques, créée en 1930, société dont il était membre, comme l’atteste la liste des membres actifs de 1938 où il figure avec sous la désignation Deulin-Verdal. Pendant l’Occupation, il collabore à la version clandestine du bulletin de la Société dont le siège se situait 47 rue de la Victoire, à 15 minutes à pied de son domicile, en y publiant, entre autres, un article relatif à sa propre collection et à celle de la Société dont il s’était proposé d’en « établir le Catalogue détaillé »52.

Catalogue E. Lelong
Catalogue de soldats d’étain artistiques et soldat de plomb, E. Lelong.
Maisons Lelong & Coisel, Catalogue général, Paris.
Maisons Lelong & Coisel, Catalogue général, Paris.

Georges Deulin avait prêté des pièces de sa collection personnelle pour la troisième exposition de la Société des collectionneurs de figurines historiques qui s’était tenue au Musée de l’armée en 1938, notamment pour la 3e vitrine présentant des soldats d’étain de « la Garde à Rezonville, Dahomey, France avant-guerre »53.

Georges Deulin s’exprima sur sa passion dans un article illustré de figurines de sa collection54 :

Petite fantaisie semi-littéraire pour le temps des étrennes

Il y révèle que sa passion est née du fréquent passage devant les vitrines de la maison Lelong & Coisel : « deux ou trois fois par jour, pour se rendre au Collège et pour en revenir passaient et repassaient devant certain rez-de-chaussée de la rue de Dunkerque, à mi-côte, sur la gauche, quand on montait vers l’avenue Trudaine… Ah ! ces panoramas de métal avec décors, comme ils retenaient par leur magie les yeux de nos collégiens de 6e ou de 5e / Je revois ainsi, pour ma part, dans toute leur splendeur, le Camp de Wallenstein, animé de silhouettes à la Callot et le « Durbar de Dehli », cette fête impériale de l’Angleterre aux Indes, comme une réduction à l’échelle de quelque mise en scène du Châtelet, avec déjà un défilé de lanciers du Bengale, — d’un effectif supérieur à trois. Et les Boërs et les Boxers, et les Russes et les Japonais de Port-Artur ou de Mouckden [sic] !
L’ordonnateur de ces revues et tableaux divers, feu Coisel, apparaissait tel qu’un artiste du proche Montmartre, le visage orné d’une barbe qui lui donnait quelque ressemblance avec François Ier, et le chef couvert d’un large béret. Ses fils l’aidaient dans sa minutieuse tâche, ainsi qu’un associé, négociant qui tient encore aujourd’hui boutique dans le même quartier. »

Plus loin le poète cartothécaire poète se lance dans une envolée lyrique disant tout sa passion pour les figurines en étain :

Souvenirs d’enfance et de prime adolescence ! Figurines, statuette, ombres et silhouettes ! Minuscules documents d’histoire, mignons objets d’art ! Les vitrines égyptiennes du Louvre contiennent de jolies petites pièces qui s’apparentent à vous, mainte Tanagra est votre cousine comme plus d’un Saxe votre cousin germain. Et la gloire d’un règne prestigieux reste bien gravée au Cabinet des Médailles dur l’Histoire métallique de Louis XIV !

Prix et récompenses

Au cours de sa carrière littéraire, un seul ouvrage de Georges Verdal reçut un prix. Ce furent Les infants de Lara et autres faits héroïques illustrés par Maximilien Vox récompensés du Prix d’Académie 1929 de l’Académie française55. Pas peu fier, cela permit par la suite à G. Deulin d’indiquer dans ses présentations la mention « Lauréat de l’Académie française ».

« Bibliographie », L'Éducation physique, 15 décembre 1926, n° 46, p. [36]
« Bibliographie », L’Éducation physique, 15 décembre 1926, n° 46, p. [36], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9788487h/f38.

Éléments biographiques

Né le 12 mai 1892 à Puiseaux dans le Loiret, Georges Eugène Deulin est le fils de Jacques Eugène Deulin (né en 1859), commerçant domicilié au 45, rue Saint-Honoré à Paris. L’enfant naît rue des Viviers à Puiseaux, chez son grand-père escompteur Auguste Alphonse Garet (né en 1831) à sept heures du matin. Sa mère, Julie Marie Sophie Garet (née en 1867) est sans profession56.

Puiseaux, Naissances : registre d'état civil, 1883 - 1892, EC 109604: 12/05/1892, n° 14.
Puiseaux, Naissances : registre d’état civil, 1883 – 1892, EC 109604: 12/05/1892, n° 14. Disponible sur Internet, url : <https://archives-loiret.fr/ark:20522/s005a941b60c30ff/5a941b60deef7.fiche=arko_fiche_61f10334a2559.moteur=arko_default_61e6b3f775f99>.

Dans ses notes biographiques, Georges Deulin indique qu’il possède :

des ascendances de la région Toulousaine. Aucune parenté avec l’auteur des Contes d’un buveur de bière57 mais petit-neveu, par sa Mère, du psychiâtre [sic] Philippe Pinel58 et du Général Berdoulat59. Descendant par son Père -qui servit dans l’Infanterie de Marine, notamment au Tonkin, en 1882 – de militaires de l’Empire (une grand’tante élevée à la Légion d’Honneur). Catholique par tradition de famille, mais très libéral.

Deulin, Georges, Notations bio-bibliographiques sur Georges Deulin, [Paris], [1966], fol. 1. BnF : Fol-LN1-232 (7016).

Georges Deulin passe son année scolaire 1904 au sein du collège Chaptal, sis au 45, boulevard des Batignolles (Paris 8e), où il bénéficie d’une bourse : il est désigné pour bénéficier de l’exonération des frais d’études d’externat60.

De 1904 à 1912, il effectue ensuite ses études secondaires au Collège Rollin61, avenue Trudaine. En 1907-1908, il y est boursier municipal d’enseignement secondaire62.

Georges Deulin se souviendra avec nostalgie de son séjour dans ce collège transformé en lycée en 191963. Il fit partie du Conseil d’administration de l’Association amicale des anciens élèves de Sainte-Barbe-Rollin, au moins pendant les années 1937-1940, contribuant au Bulletin de l’association64. Dans les listes des membres que publie le bulletin, il est mentionné comme membre bienfaiteur65. Au sein du collège, à partir de la 6e et jusqu’à la classe de philosophie – l’année du baccalauréat – et une année de Première supérieure – soit une année de classe préparatoire ou khâgne, quand il n’en existait qu’une -, il suit l’enseignement classique mais, comme il le relate lui-même il :

s’est intéressé surtout aux littératures modernes, admirant et aimant la poésie anglaise, appréciant les “lieder” allemands, s’adonnant ensuite, par un retour vers le Languedoc ancestral, aux Lettres et aux Langues méridionales, italiennes, castillanes, catalanes et portugaises.

Deulin, Georges, Notations bio-bibliographiques sur Georges Deulin, [Paris], [1966], fol. 2. BnF : Fol-LN1-232 (7016).

Il achève ses études par une licence ès lettres obtenue à la Sorbonne.

Âgé de 22 ans en 1914 quand commence le premier conflit mondial, Georges Deulin appartient à la classe 191266 qui est mobilisée. Il est affecté au 87e Régiment d’Infanterie67 dont le casernement se situe à Saint-Quentin dans l’Aisne.

En 1913, date de son inscription dans les registres matricules, il obtient un sursis d’incorporation au titre de l’article 21 de la loi du 21 mars 1905 (J.O. du 23 mars 1905, p. 1869). Elle permettait aux jeunes gens qui en faisaient la demande d’obtenir des sursis d’incorporation renouvelables d’année en année jusqu’à l’âge de 25 ans : « A cet effet, ils doivent établir que soit à raison de leur situation de soutien de famille, soit dans l’intérêt de leurs études, soit pour leur apprentissage, soit pour les besoins de l’exploitation agricole, industrielle ou commerciale à laquelle ils se livrent pour leur compte ou pour celui de leurs parents, soit à raison de leur résidence à l’étranger, il est indispensable qu’ils ne soient pas enlevés immédiatement à leurs travaux ». Nous ignorons le motif invoqué par Georges Deulin même s’il s’agit sans doute de celui de la poursuite de ses études.

Sa fiche dans les registres matricules nous renseigne sur son signalement et sa taille.

Archives de Paris, Registres matricules du recrutement (1887-1921), D4R1 1659. Téléchargement du 26 septembre 2022.

Incorporé, Georges Deulin ne prend toutefois pas part au conflit pour être « victime d’un grave accroc pulmonaire » selon ses propres notes biographiques. Pour en savoir plus, il convient de se reporter aux registres matricules qui indiquent ses états de service :

Archives de Paris, Registres matricules du recrutement (1887-1921), D4R1 1659. Téléchargement du 26 septembre 2022.

Nous y apprenons qu’il fut incorporé le 11 août 1914, qu’il arriva à son corps d’armée le même jour mais qu’il fut « classé dans le service auxiliaire par décision de M. le Général c[ommandan]t la subdivision de S[ain]t-Quentin le 17 août 1914 sur proposition de la Commission spéciale de réforme de S[ain]t-Quentin le 22 août 1914 pour tuberculose pulmonaire ». Il est « rayé des contrôles du corps d’armée le 23 août 1914, maintenu réformé N° 268 par le Conseil de révision de la Seine le 15 mai 1915 ». Ainsi, les 22 et 23 août, dates du massacre de Dinant qui vit la mort de 27 000 soldats et 674 civils, échappe-t-il à la Grande Boucherie qui attigea les artiflots pendant quatre longues années.

Pendant la grande Guerre, il enseigne : en 1916, il est professeur suppléant d’anglais au Collège de Condom. L’enseignant titulaire était Villeneuve, Officier d’Académie69.

En 1917 il entre à la Bibliothèque Nationale « avec le désir de s’adonner à la littérature d’imagination en même temps qu’à des études historiques ».

Dans les années 1920, il réside dans le 10e arrondissement, au 59 rue de l’Aqueduc, soit à vingt minutes à pied de son ancien collège. Le numéro du 26 février 1920 du journal Comœdia nous renseigne sur les goûts cinéphiliques de Georges Deulin. En effet, quand le journal lance un concours sur les meilleurs films parus, Georges Deulin écrit pour faire part de son avis qui est publié :

Entre 1933 et 1938, il réside au 2 rue de Verdun à Saint-Mandé.

A l’âge de 42 ans, Georges Deulin se marie à Paris, le 8 mai 1935 (dans le 10e), avec Olivia Achapt (1872-1940)70, âgée de 62 ans. Elle décède le 31 mai 1940 à l’Institut du cancer de la faculté de médecine de Paris, l’actuel Institut Gustave-Roussy. Écrivant ses mémoires en 1965-1966, on lit un Georges Deulin encore meurtri par ce deuil :

Le malheur s’abat bientôt sur le Pays et, par coïncidence, Deulin est atteint dans sa vie privée : le 27 de ce mois [mai 1940] il doit faire transporter d’urgence sa Femme à l’Institut de Cancer, où elle décède dans la nuit du 31 ; elle est inhumée au Cimetière des Hôpitaux de Villejuif, le 4 juin, sous les bombardements.

Lors de son mariage71, Georges Deulin indique comme profession celle de « littérateur » et non celle de bibliothécaire. En 1935, il réside rue de la Fidélité, dans le 10e arrondissement de Paris. L’un de leurs témoins de mariage est leur concierge, Régane Meunier. En octobre 1938, il habite au 71 rue de Dunkerque, dans le 9e arrondissement de Paris. En janvier 1940, il a déménagé 23 rue Turgot, toujours dans le 9e, à 20 minutes à pied de son lieu de travail, la BN sise au 58 rue de Richelieu.

La violette en 1937

Par arrêté du 7 octobre 1937 signé par le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse de France Jean Zay (1904-1944), Georges Deulin obtient les Palmes académiques72.

Même retraité, Georges Deulin continua de rendre des services bibliographiques aux chercheurs, comme en témoignent les remerciements que lui adresse l’historien Henri Noguères dans son histoire de l’expédition française en Algérie de 183073.

Une lettre du 18 janvier 1961 de Georges Deulin adressée à la revue portugaise Seara Nova créée en 1921 par Raul Proença (1884-1941)74 nous permet de lire son écriture manuscrite75.

Nous ignorons quand et où Georges Deulin est décédé76.

Égotiste ?

Sans descendance, Georges Deulin eut le souci de sa postérité. Ainsi, en tant que bibliographe formé à la Bibliothèque des sociétés savantes puis à la Nationale, il prit soin de rédiger des bibliographies de sa production et d’en faire don à la Bibliothèque nationale, soit à la section des Cartes et plans où il œuvra, soit au département des Périodiques ou encore à la Bibliothèque de l’Arsenal qu’il percevait comme l’antenne dédiée à la littérature pour lui donner ses recueils de poèmes. L’« Avant-propos bio-bibliographique » qu’il rédige en tête de son Tableau récapitulatif de ses articles, est sous-titré : « L’on n’est jamais si bien servi que par soi-même. »

La consultation de toutes ces bouteilles à la mer déposées ça et là dans les collections de la Nationale a quelque chose de touchant. Georges Deulin peut laisser accroire qu’il s’adonne à une sorte d’égotisme, qu’il était affecté de cette « habitude blâmable de parler de soi »77. Nous ne saurons jamais s’il aspirait à plaire, s’il n’avait de cesse de se montrer brillant dans le commerce quotidien avec les hommes ; dans ses mémoires, il affirme être « peu mondain, en dépit d’une élégance native ». Cependant, le soin apporté à la rédaction de ses notes bio-bibliographiques, le temps pris à dactylographier, corriger et annoter les tapuscrits qu’il remet à la bibliothèque comme autant de traces de son passage, de petits cailloux laissés derrière soi au sein de « toute la mémoire du monde »78 semble relever d’une autre préoccupation.

Les montages qu’il produit avec soin, tout en y adjoignant des photographies personnelles qu’il légende, peuvent amener à conclure qu’il œuvre « pour sa gloire et sa postérité » pour reprendre les termes que Federico da Montefeltro, le duc d’Urbino, fit graver sur les entablements du cortile de son palais ducal79. Comme Georges Deulin n’a de cesse d’évoquer le décès de sa jeune sœur suivi peu de temps après de celui de son épouse en 1939, nous y percevons autre chose que de l’égotisme, une sorte de peur d’être oublié, une angoisse face au sentiment de finitude.

Donateur à la BN

A plusieurs occasions, Georges Deulin effectue des dons à la bibliothèque de plaquettes de poèmes tirées à compte d’auteur, de recensements tapuscrits de ses articles, de tirés à part et même d’un rapport de mission, qui, pour certains, n’avaient pas vocation à se retrouver inclus dans les collections patrimoniales mais plutôt dans les archives administratives du service qui l’avait missionné (pour le rapport de mission) ou dans son dossier personnel (pour ses bibliographies et photographies personnelles). Leur inclusion dans les collections patrimoniales, subissant tout le circuit d’attribution d’un n° de don, d’enregistrement, d’estampillage et de catalogage, est sans doute l’effet de la complaisance — ou de la lassitude devant des demandes pas trop insistantes et réitérées ? — et la complicité de ses collègues…

Certains documents, en lieu et place d’entrer dans les collections, furent joints au dossier qui fut constitué à son nom dans les Dossiers biographiques du Centre de documentation d’Armand Boutillier du Retail (1882-1943)80, héritier du Centre de documentation d’Armand Boutillier du Retail (1882-1943)81.

Comme on peut le voir dans la liste suivante des dons qu’il a effectué, il va jusqu’à multiplier les dons des mêmes documents à plusieurs services de la BN, comme pour multiplier les chances d’être conservé et échapper ainsi à l’oubli, sans craindre les doublons.

Le premier don semble être effectué dès les années 1930, le dernier en 1974.

Don 15697

  • Tapuscrit : Deulin, Georges, Répertoire des portulans et des pièces assimilables conservés au Département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale : relevé établi, à l’usage tout particulièrement des lecteurs de la section des Cartes et Plans, [Paris] : [s.n.], 1936, 1 vol. dactylographié (paginé 0-106) : tables. [GE FF 15231
    Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52512699c>.

Don 216787

  • Tapuscrit : Deulin, Georges, « Notice sur le portulan de Paul Olivier (1624) », [S. l.] : [s. n.], [s. d.], 3 f. n. ch., dactylographié. [4-Q PIECE-1068 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque Nationale.

Don 216780

  • Tapuscrit : Deulin, Georges, Le décor de l’Afrique Occidentale sur les portulans portugais conservés à la Bibliothèque Nationale de Paris : communication adressée, en juin 1940, au Congresso do Mundo portuguès, de Lisbonne, [S. l. n. d.], 1 vol. ([7] f. , dactylographié). [4-Q. Pièce 1067 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque nationale
4-Q. Pièce 1067

Don 217017

  • Tiré à part : Deulin, Georges, « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, décembre 1939-juin 1940. Paginé (1, 13-17, 207-210) 8-Q-6802 (DOUBLE)

Don 217102

  • Deulin, Georges, Les portulans de la Bibliothèque nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal. Écoles catalanes : bibliographie, Paris, 1940, 1 vol. (41 p.) : dactylographiées ; 29 x 22 cm. [4-Q. Pièce-1087 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque nationale et corrections de l’auteur.
    GE EE-28 Dédicace autographe signée de l’auteur
    4-SG MEL-1736 dépôts
4-Q. Pièce-1087

Don 217667

  • Deulin, Georges, « Les Spahis sénégalais », Revue des troupes coloniales, 1940, mars, n° 269, p. 241-244. [8-LF207-1244
    Ex. avec notes et corrections typographiques de l’auteur.

Don 218598

  • Tapuscrit : Deulin, Georges, Catalogue des portulans et pièces assimilables ou connexes du Service hydrographique de la Marine, Paris, 1942, 1 vol. (148 f., dactylographié) ; 21 x 25 cm. [4-Q-2853 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque nationale.
    DON 0500860 (06/09/2005) GE EE-6142
    DON 0500860 (06/09/2005) GE EE-6142 (A)
4-Q-2853

Don 220637

  • Tiré à part : Deulin-Verdal, Georges, « A propos de Pierre Loti et du “Roman d’un spahi” », Burnous, 1er trim. 1950, p. 6-8. [8-Z PIECE-3682

Don 220961

  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Les Naufragés dans le désert arctique », L’Éducation physique, 1947, octobre. [8-M PIECE-7368
  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Pêcheurs martiniquais », L’Éducation physique, 1949, janvier-février-mars, n° 9, p. 29-30. [8-LK12-1855 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque nationale et d’un mention de la source à la fin.
    Dans un montage fait par ses soins dans un chemise cartonnée agrafée et percée de deux trous reliés d’une ficelle

Don 220997

  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Un plagiat », Le Verbe, oct.-nov. 1924, p. 75-76. [4-Z-4673 (2)
  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Un enfant du pays de cocagne », L’Age heureux, 16 décembre 1926, p. 385-386. [4-Z-4673 (3)
  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Petite fantaisie semi-littéraire pour le temps des étrennes », Bulletin trimestriel de l’Association amicale des anciens élèves de Sainte-Barbe-Rollin, 1er janvier 1937, p. 71-73 : fig. [4-Z-4673 (1)
  • Tiré à part : Deulin, Georges, « Le Stoïcisme d’Alfred de Vigny », Réagir, 1938, avril. [4-Z-4673 (4)
  • Tiré à part : Deulin, Georges, « Le Rendement intense d’une troupe d’élite, par malheur disparue : les spahis sénégalais », L’Éducation physique, 1938, avril et juillet. [4-Z-4673 (5)

Don 221020

  • Manuscrit : Verdal, Georges, Recueil de petits mélanges historiques, artistiques, littéraires, documentaires (avec quelques comptes-rendus de presse concernant des publications de l’Auteur), [S. l.], 1952, 1 vol. (64 f.) : portrait. [4-Z-4699
    Recueil de coupures de presse collées dans un grand cahier de feuilles quadrillées. Le document est complété d’une courte autobiographie illustrée d’un portrait photographique.
4-Z-4699

Don 221027

  • Tiré à part : Verdal, Georges, « L’activité des bibliothèques municipales », Servir, 1922, mars, n° 17, p. 11-17. [4-Q PIECE-1391

Don 221028

  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Barrès et l’Italie », Le Verbe, Nouvelle série, 1924, janvier-février, n° 1, p. 2-3. [8-Z PIECE-3755

Don 221055

  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Livres et revues de langue anglaise », La Revue de l’Afrique du Nord, 1er décembre 1921, n° 2, p. 251-254. [4-Q PIECE-1471
  • Tiré à part : Deulin, Georges, « Le Nouveau modèle de bibliothèque publique », Bulletin des Compagnons des professions intellectuelles, 1924, janvier-février. [8-Q PIECE-4605 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque nationale.
    L’article, découpé dans le périodique, a fait l’objet d’un montage par les soins de l’auteur sur un carton
  • Tiré à part : Verdal, Georges, « Une Exposition géographique à la Bibliothèque nationale », Journal des voyages, 19 avril 1928, p. 264. [8-Q PIECE-4606
    Reprod. photographique de l’article
  • Deulin, Georges, « Discours prononcé par M. Deulin, professeur suppléant d’Anglais à la distribution des prix du Collège de Condom » dans : Collège de Condom. Année scolaire 1915-1916. Distribution des prix faite aux élèves du collège de Condom le 13 juillet 1916, sous la présidence de M. Fr. Vialas, principal du Collège, Officier de l’Instruction Publique, Condom : L-Ph. Bousquet, 1916 (Impr. condomoise), 1916, paginé [3]-5. [16-R PIECE-1293 : Dédicace autographe signée de l’auteur daté du 29 mars 1952.
    Georges Deulin a découpé l’ensemble des autres pages du fascicule pour ne conserver que celles reproduisant de son discours et celles où il a rajouté à l’encre un post-scriptum manuscrit tout en barrant au crayon rouge le texte imprimé des pages sur lesquelles il l’a écrit. La BnF ne semble pas avoir reçu par dépôt légal la brochure, à moins qu’elle soit dans le fonds des Recueils.
16-R PIECE-1293

Don 221132

  • Tapuscrit : Verdal, Georges, Tableau récapitulatif des articles publiés par Georges Verdal, littérateur, Lauréat de l’Académie Française, dans les Revues “L’Education physique” (1923-1949) et “Réagir” (1934-1940). Avec un Avant-propos biographique et bibliographique, par G. Deulin-Verdal et des illustrations hors-texte, [S. l.] : 1952, 1 vol. (10 p.) : portraits. [4-LN27-71721 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque Nationale.
    Georges Deulin relie ses pages tapuscrites par des trombones puis les lie avec des ficelles dans une chemise cartonnée bleue.

Le document est intéressant pour son « avant propos biographique » daté de mars 1952 qui comprend, en fin, deux portraits photographiques de l’auteur collés à la bande gommée.

Suivent les pages de bibliographies qui s’achèvent également par une photographie de l’auteur :

Légende de l’auteur : « Au bout de tant et tant d’années ! Aux abords de la Soixantaine… Joignant aux théories la pratique, Georges VERDAL nage de conserve avec une amie martiniquaise… Au demeurant, mûr bientôt pour la retraite, du moins administrative. »

DL 1963-3331

  • Auto-édition : Verdal, Georges, Poèmes intimes, [S. l. n. d.], 1 vol (15 p.) ; 20 cm. [16-YE PIECE-1667 : Dédicace autographe signée de l’auteur. Dépôt légal n° 3331 effectué le 11 mars 1963.

Don ARS 1943-1822

  • Deulin, Georges, Les portulans de la Bibliothèque nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal. Écoles catalanes : bibliographie, Paris, 1940, 1 vol. (41 p.) : dactylographiées ; 29 x 22 cm. [4-NF-22502

Don ARS 1943-2337 

  • Tiré à part : Deulin, Georges, « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, décembre 1939-juin 1940. Paginé (1, 13-17, 207-210) [4-NF-22611 : Dédicace autographe signée de l’auteur
  • Tiré à part : Deulin, Georges, « La cartographie portugaise à la Bibliothèque nationale de Paris », Boletim geral das colónias, décembre 1939-juin 1940. Paginé (1, 13-17, 207-210). [4-NF-22611 : Dédicace autographe signée de l’auteur

Don ARS 1943-2338

  • Tiré à part : Deulin, Georges, « Le décor de l’Afrique Occidentale sur les portulans portugais conservés à la Bibliothèque Nationale de Paris », Congresso do Mundo Português, publicações. III volume. Memórias e comunicações apresentedas ao Congresso de História dos Descobrimentos e Colonização (III Congresso) Tomo 1°. 1a secção : Descobrimentos marítimos, Lisboa : Secção de congressos, 1940, p. [457]-468. [4-NF-22612 ; GE EE-4 ; 4-SG MEL-124 : Dédicace autographe signée de l’auteur au Vicomte J. Fleury82 dépôt : 30960.

Don ARS 1944-2124

  • Tiré à part : Deulin, Georges, « Pinel, homme de lettres… », Annales médico-psychologiques, 1 juin 1927. [4-NF-23013 : Dédicace autographe signée de l’auteur

Don du 29 juin 1966

Le 29 juin 1966, il rédige une lettre à Jean Prinet (1912-1991), alors directeur du Département des périodiques, pour lui adresser des bibliographies dactylographiées afin d’enrichir son dossier bio-bibliographique. Ces documents sont aujourd’hui conservés dans le fonds des dossiers biographiques. Le dossier remis à J. Prinet comprend, selon les libellés donnés par Georges Deulin lui-même dans sa lettre83 :

  • Notations bio-bibliographiques sur G.-E. Deulin,… (avec 2 photographies) [signées : « Rédigé par moi-même, Georges DEULIN, à Paris, en décembre 1965. »] ;
  • Liste des articles publiés dans « L’Echo des Halles » ;
  • Liste des articles publiés dans le « Bulletin de la Société des Collectionneurs de Figurines historiques » ;
  • Liste des pièces de vers publiées par Georges Deulin… puis… sous le pseudonyme Georges Verdal,…
  • Dédicace autographe signée de l’auteur : « Pour le Département des Imprimés de la Bibliothèque Nationale hommage de l’Auteur Deulin »

Les deux photographies mentionnées consistent en des portraits :

  • l’un de Georges Deulin portant guêtres blanches et brassard de deuil, assis sur le bord d’un lit aux côtés de son épouse, dans un intérieur ;
  • l’autre de Georges Deulin seul, assis sur le rebord d’une allée pavée.
La photographie est légendée : « En 1939, dans leur appartement voisin de l’Avenue Trudaine, Georges Deulin et sa femme, née Marie-Olivia Achapt, de Jarnac. – G. Deulin vient de perdre sa sœur et quelques mois plus tard il devra porter le deuil de sa Compagne… ».
La photographie est légendée : « Sur les vieux jours… Veuf et retraité, mais avec de l’amicale assistance. »

Don ARS 1974-4395

  • Auto-édition : Verdal, Georges, Poèmes intimes, [Paris] : [Georges Deulin : Lucie Manson], [1962], 1 vol (15 p.) ; 20 cm. [8-PN-5857 : Dédicace autographe signée de l’auteur à la Bibliothèque de l’Arsenal.

Ce don de 1974 est le dernier effectué par Georges Deulin, alors âgé de 82 ans.

Don ARS 2003-0806

  • Verdal, Georges, Poèmes intimes, [Paris] : [Georges Deulin : Lucie Manson], [1962], 1 vol. (13 p.) ; 20 cm. [16-Z PIECE-121 : Dédicace autographe signée de l’auteur à Etienne Dennery, administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1964 à 1975.

Don 1995-001949

  • Verdal, Georges, Poèmes intimes, [Paris] : [Georges Deulin : Lucie Manson], [1962], 1 vol. (13 p.) ; 20 cm. [1999-53510 : Dédicace autographe signée de l’auteur à Pierre Josserand, bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale 1931 à 1968 : « A Monsieur le Conservateur en chef du Département des Imprimés de la Bibliothèque Nationale, au lettré, à l’écrivain, à mon ancien collègue P. Josserand en hommage et cordial souvenir Geroges Verdal (Deulin) l Janvier 1965 ».

Don 500860

Le 6 septembre 2005, le département des Cartes et plans est entré en possession, par don, de nouveaux exemplaires de :

  • Tapuscrit : Deulin, Georges, Catalogue des portulans et pièces assimilables ou connexes du Service hydrographique de la Marine, Paris, 1942, 1 vol. (148 f., dactylographié) ; 21 x 25 cm. [GE EE-6142 ; GE EE-6142 (A)

En 1956, il rédige un répertoire de 4 feuillets dactylographiés de ses articles qu’il donne aux Cartes et plans84. Le département conserve aussi 2 feuilles dactylographiées de ses « articles publiés dans “l’Echo des Halles” ».85.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Georges Deulin-Verdal, cartothécaire de la Bibliothèque nationale de Paris". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 3 octobre 2022. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/15507> (consulté le 26 novembre 2022).

Notes

  1. En vertu de la loi n° 2048 : « Lei nº 2048 », Diário da República,‎ 11 juin 1951. Disponible sur Internet, url : <https://files.dre.pt/1s/1951/06/11701/04070412.pdf>. []
  2. Nous n’avons pas retrouvé sa date de décès dans les tables décennales de Paris pour les années 1965-1984. Celles du Val-de-Marne s’arrêtent en 1952. []
  3. Voir la notice : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb320255568>. []
  4. Voir : Jacquot, Olivier, « Essai d’une bibliographie de Georges Deulin (pseud. Georges Verdal) », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 5 octobre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/15700>. []
  5. Dans : Deulin, Georges, Notations bio-bibliographiques sur Georges Deulin, [Paris], [1966], 5 p. dactylographiées. BnF : Fol-LN1-232 (7016). []
  6. Pour en savoir plus sur la Bibliothèque des sociétés savantes, voir : Dhermy, Arnaud, « La Bibliothèque des sociétés savantes (1838-1936). « Monument important de l’érudition française » ou utopie bibliothéconomique ? », Revue de la BnF, 2012, vol. 2, n° 41, p. 61-69. DOI : 10.3917/rbnf.041.0061. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2012-2-page-61.htm>. []
  7. Le 1er salon s’était tenu au même endroit du 28 novembre au 15 décembre 1935. []
  8. Voir : IIe Salon de la France d’outre-mer : Paris [2 au 26] mai 1940, Paris, Grand Palais, Paris, 1940, p. 37. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1168454g>. []
  9. Bizarrement, ce rapport n’est pas conservé dans les archives administratives de la BnF où il aurait dû se trouver s’il avait été remis par son auteur à sa hiérarchie, mais dans son Dossier biographique du Centre de documentation d’Armand Boutillier du Retail (1882-1943), portant une dédicace autographe signée au stylo bic : « Pour le Département des Imprimés de la Bibliothèque Nationale hommage de l’Auteur Deulin ». Cela s’explique par le fait que le rapport a été rédigé, le 1er octobre 1956, seize ans après la tenue du Salon selon les propos de l’auteur qui, par ailleurs dans un post-scriptum, s’excuse de n’avoir pu retrouver ses notes et pour ses souvenirs « maintenant trop imprécis ». []
  10. Faÿ, Bernard, Le fonctionnement et la réorganisation de la réunion des bibliothèques nationales de Paris : 15 juin 1940-31 déc. 1942, Paris : Bibliothèque nationale, 1942, p. 105. Sur Charles du Bus, voir : Poindron, Paul, « Charles du Bus (1885-1940) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1942, tome 103, p. 358-361. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1942_num_103_1_460362>. []
  11. Voir : Caillet, Maurice, « Paul Poindron », Bulletin des bibliothèques de France, 1980, t. 25, n° 2, p. [51]-54. Disponible sur Internet, url : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1980-02-0051-001.pdf>. []
  12. Dans une ajoute en note, Deulin précise par ailleurs : « En mai 1940, la Section Technique des Troupes Coloniales, était dirigée par un officier d’active, le chef d’escadron J. Pascot, de l’Artillerie Coloniale, que secondaient deux officiers de réserve, mobilisés depuis l939, la Capitaine d’Artillerie Coloniale Lambert -mort par la suite en déportation- et le lieutenant R. Chaplain, de l’Infanterie Coloniale, remplaçant dans ce service un officier de carrière, le capitaine d’Infanterie Coloniale François Ingold, parti, à son tour colonial, pour l’Oubangui-Chari, où il devait devenir l’un des premiers compagnons de Leclerc, et retraité actuellement comme Général. » []
  13. Dans l’Avertissement de son Catalogue des portulans et pièces assimilables ou connexes du Service hydrographique de la Marine, Paris, 1942, il écrit : « Au moment où, dans la réorganisation administrative de cette Bibliothèque, notre Section des Cartes, se mue en Département de la Géographie, sous la direction nouvelle de Mademoiselle M. FONCIN, j’achève une entreprise que la grande obligeance du Service Hydrographique et l’heureuse intervention de M. l’Ambassadeur de France A. Kammerer, m’ont permis de mener à bonne fin ; je regrette toutefois, que par suite des circonstances générales, il ne m’ait pas été donnée d’avoir communication de plusieurs autres documents du même ordre, et non des moindres, de ce Dépôt. » Cette réorganisation ou cette nomination ne lui auraient-ils pas sied ? []
  14. Voir : Faÿ, Bernard, Le fonctionnement et la réorganisation de la réunion des bibliothèques nationales de Paris : 15 juin 1940-31 déc. 1942, Paris : Bibliothèque nationale, 1942, p. 102. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12692120/f110>. Monique Cazeaux (1920-2017) le mentionne dans ses souvenirs : Cazeaux, Monique, « Souvenirs de l’Arsenal avant mai 1968 », Bulletin d’informations de l’Association des Bibliothécaires Français, 1993, 2e trimestre, n° 159, p. 12-15. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/42967-souvenirs-de-l-arsenal.pdf>. []
  15. Comme par exemple pour l’article : Verdal, Georges, « A propos de Pierre Loti et du “Roman d’un spahi” », Le Burnous, 1950, 1er trimestre, p. 6-8. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k45128368/f8.item>. []
  16. Voir : Azaïs, Jean (1886-1959), Annuaire international des lettres et des arts de langue ou de culture française, édition de 1922-1923, Carcassonne, 1921, p. 84. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6572821w/f94>. []
  17. Voir : Annuaire général des lettres, Paris, 1933, p. 1221. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5516857w/f593>. []
  18. La guerre de 1914-1918 sonne le glas de la revue qui s’achève avec son n° 27 de juillet 1914. []
  19. Henry Chassin (1890-1917) poète, mort pour la France. []
  20. Voir : « Bibliographie », L’Action française, 2 novembre 1913, n° 306, p. [4]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k758162z/f4>. []
  21. Réval, Gabrielle, La Chaîne des dames, Paris : G. Crès, 1924, p. 9. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96125672/f25>. []
  22. Voir : Lantier, Eugène, « Mme Aurel et les “Heures du Souvenir”. Le poète Pierre Vierge », La Vie de Paris, 2 septembre 1917, n° 26, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k981908v/f3>. []
  23. Georges Deulin publia un article sur le poète : « Il y a vingt ans… Un poète mort en grenadier : Marc André de Rollin », Bulletin trimestriel de l’Association amicale des anciens élèves de Sainte-Barbe-Rollin, 1er avril 1937, p. 57-61. []
  24. Voir : « Les Lettres », L’Intransigeant, 3 octobre 1917, n° 13595, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7883328/f2> et « Les Jeudis de Mme Aurel », 14 octobre 1917, n° 123, p. [17]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65450640/f21>. []
  25. Payen, Louis, « Carnet des lettres », La Presse, 1er juillet 1921, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k600417f/f2> : « M. Georges-Verdal célèbre dans ces quelques poèmes le pays qui s’étend de la Loire aux Pyrénées. C’est, un bien vaste territoire pour si peu de vers, M. Verdal n’a sans doute voulu que nous en donner de goût. Ses vers sont aimables et quelconques. » []
  26. « Les Lettres », L’Intransigeant, 24 juin 1921, n° 14933, p. 2. []
  27. Fleischmann, Théo, « Les Poèmes », Renaissance d’Occident, 1921, juillet-décembre, T. IV, p. 433-435. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1183597k/f435>. []
  28. Balde, Jean, « A travers nos provinces : au pays de Clémence Isaure », Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, 1er septembre 1923, n° 46, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64424023/f3>. L’article est republié à l’identique dans : L’Express du Midi, 5 septembre 1923, n° 11147, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k53874185/f3>. []
  29. Barjac, Claude, « A travers tout l’imprimé », La Grande revue, 1er septembre 1921, p. [520]-527. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4019221q/f168>. []
  30. Cité dans : Azaïs, Jean (1886-1959), Annuaire international des lettres et des arts de langue ou de culture française, édition de 1922-1923, Carcassonne, 1921, p. 237. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6572821w/f247> mais qui n’a peut-être jamais paru. []
  31. Voir : « Petits échos », Le Rappel, 13 février 1921, n° 18692, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75533837/f3>. L’événement fut aussi signalé dans Le Figaro, L’Echo de France, L’Information financière, économique et politique, la Revue mensuelle des lettres françaises, etc. []
  32. Valmy-Baysse, J. « Le Carnet des Lettres et des Arts », Comœdia, 7 mai 1922, n° 3430, p. 4. []
  33. Voir : « Au Palais des lettres », Le Carnet de la semaine, 21 mai 1922, n° 363, p. 12. []
  34. Voir : La Lanterne, 17 janvier 1923, n° 16606, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7528641n/f3> et le compte rendu détaillé dans : « Le jeudi des muses », Le Carnet de la semaine, 28 janvier 1923, n° 399, p. 9. []
  35. Voir : Annuaire général des lettres, Paris, 1931, p. 207. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55163026/f264>. []
  36. Voir : « Comité des cahiers féminins », dans : Viollis, Andrée (1870-1950), La vraie Mme de La Fayette, Paris : Librairie Bloud & Gay, 1925, p. [225]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3370085b/f12>. Il est rendu compte de l’ouvrage et du comité dans : Romane, André, « Prose », Le Parthénon, 1er avril 1925, n° 1, p. 127-128. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1187099x/f221>. []
  37. Tous deux également de la Bibliothèque nationale. []
  38. Voir : Garfitt, Toby, Daniel Halévy, Henri Petit et les Cahiers verts, Bern : P. Lang, 2004, p. 65. []
  39. Voir : Camus, André, Edgar Malfère : poète et éditeur de poètes à Amiens et à Paris, Amiens : C.R.D.P., 1979, 1 vol. (23 p.). []
  40. « Les Lettres », L’Intransigeant, 4 novembre 1925, n° 16527, p. 2. « Carnet des lettres », La Lanterne, 11 octobre 1925, n° 17301, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7520884m/f3>. []
  41. Voir : Ancery, Pierre, « Petite histoire du Grand-Guignol, théâtre de l’horreur et du rire », Retronews, 23 octobre 2018. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/echo-de-presse/2018/10/23/petite-histoire-du-grand-guignol-theatre-du-rire-et-de-lhorreur>. []
  42. Programme : « Une matinée poétique aura lieu, mardi, au Grand-Guignol », Comœdia, 11 décembre 1936, n° 8705, p. 2. Compte rendu : Bérys, José de, « « Les Mardis du Poète» au Théâtre du Grand-Guignol », Comœdia, 25 décembre 1936, n° 8719, p. 2. []
  43. Voir : « Concerts par T.S.F. », Le Journal, 14 mai 1927, p. 5. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7628468v/f5> ou Excelsior, 8 mai 1927, n° 5991, p. 5. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4607533h/f5>. []
  44. Voir : Deherly, Françoise, « Victor Pauchet, chirurgien », Le Blog Gallica, 14 juin 2019. Disponible que Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/blog/14062019/victor-pauchet-chirurgien>. []
  45. Comme par exemple dans : Chauvois, Louis (1881-1972), D’Arsonval : soixante-cinq ans à travers la science, Paris : Éditions J. Oliven, 1937, p. [440]. []
  46. Andrieu, Gilbert, « Georges Hébert et l’éducation physique virile et morale par la méthode naturelle », Inflexions, 2012, vol. 19, n° 1, p. 93-102. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-inflexions-2012-1-page-93.htm>. []
  47. Voir : Hébert, Georges (1875-1957), L’Éducation physique, ou l’Entraînement complet par la méthode naturelle, exposé et résultats, Paris : Vuibert, 1912, 1 vol. (85 p.), Villaret, Sylvain ; Jean-Michel Delaplace, « La Méthode Naturelle de Georges Hébert ou « l’école naturiste » en éducation physique (1900-1939) », Staps, 2004, vol. 63, n° 1, p. 29-44. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-staps-2004-1-page-29.htm>, et « Hébertisme », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 20 septembre 2022. Disponible sur Internet, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=H%C3%A9bertisme&oldid=197111793>. []
  48. Voir une reproduction des Archives de Paris, url : <https://archives.paris.fr/_depot_ad75/_depot_arko/articles/3280/1338w2052-journaux-complement-1_doc.jpg>. Le périodique est conservé à la BnF sous la cote : [FOL-JO-7241. En 1954 l’abonnement annuel coûtait 3300 F. []
  49. Verdal, Georges, « L’activité suprême de Napoléon pendant la Campagne de France », L’Éducation physique, 1936, 15 juillet, n° 39, p. 201-203. Sans rapport, signalons que Valery Larbaud partageait cette passion et possédait des soldats du magasin de G. Coisel. Voir : Leboyer, Olivier, « 1913 : Rêveries militaires de Valery Larbaud autour de petits soldats de plomb », Congrès de l’Association Française de Science Politique 2013 : L’art comme indice et matrice des conflits armés, Paris : Sciences Po, 2013. Disponible sur Internet, url : <http://www.afsp.info/archives/congres/congres2013/st/st51/st51leboyer.pdf>. []
  50. Voir son histoire sur son site, url : <http://www.heinrichsen.de/geschichte.html>. []
  51. Rue où Georges Deulin résida aussi. En plus d’être commerçant, Georges Coisel possédait une importante collection personnelle, mentionnée par exemple dans Allemagne, Henry René d’, Histoire des jouets : ouvrage contenant 250 illustrations dans le texte et 100 gravures hors texte dont 50 planches coloriées à l’aquarelle, Paris : Librairie Hachette & cie, 1902, p. 79, 177, 179 ou dans : Larbaud, Valery, « Questions militaires », Les Cahiers d’aujourd’hui, 1913, août, n° 6, p. 315-318. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/lescahiersdaujou00nend/page/314> où il « établit un parallélisme entre les collectionneurs et amateurs de « soldats
    de plomb » et « collectionneurs et amateurs » en littérature » selon Corbí Sáez, María Isabel, Valery Larbaud et l’aventure de l’écriture, Alicante, Universidad de Alicante, 2006, p. 317. Disponible sur Internet, url : <http://hdl.handle.net/10045/11010>. []
  52. Deulin-Verdal, Georges, « De ma propre collection à celle de notre Société ou de 1902 à 1940 », Circulaires n° 1-5 de la Société des collectionneurs de figurines historiques, [1940-1943]. []
  53. Selon le « Catalogue de l’Exposition 1938 », supplément au bulletin mensuel de la Société des collectionneurs de figurines historiques, p. 4. []
  54. Dans : Verdal, Georges, « Petite fantaisie semi-littéraire pour le temps des étrennes », Bulletin trimestriel de l’Association amicale des anciens élèves de Sainte-Barbe-Rollin, 1938, 1er janvier, n° 6, p. 71-73 : ill. []
  55. Voir : « Académie française », Le Temps, 6 juillet 1929, n° 24792, p. 4. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k247517t/f4>. Compte rendu : Varenne, Marc, « A signaler », Le Gaulois, 27 août 1927, n° 18223, p. 4. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k540989x/f4>. []
  56. Selon l’acte de naissance, Archives départementales du Loiret, Puiseaux, Naissances : registre d’état civil, 1883 – 1892, EC 109604: 12/05/1892, n° 14. Disponible sur Internet, url : <https://archives-loiret.fr/ark:20522/s005a941b60c30ff/5a941b60deef7.fiche=arko_fiche_61f10334a2559.moteur=arko_default_61e6b3f775f99>. []
  57. L’auteur Charles Deulin (1827-1877). []
  58. Philippe Pinel, (1745-1826). []
  59. Pierre Berdoulat (1861-1930). []
  60. Voir : Chautard, P. , Rapport au nom de la 4e Commission, sur l’exemption de frais d’études et l’attribution de demi-bourses au collège Chaptal, Paris : Conseil municipal de Paris, 1904, 4 p. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6491746c>. []
  61. Aujourd’hui dénommé, depuis 1944, lycée Jacques-Decour, situé au 12 avenue Trudaine (9e arrondissement de Paris). Voir : Du collège Rollin au lycée Jacques Decour, 1690-1867-1967 : à Montmartre, [Paris] : Lycée Jacques Decour, 1967, 1 vol. (224 p.) : ill. ; 23 cm. []
  62. Pendant l’année scolaire 1907-1908, il fait partie des élèves dont la bourse d’externat est convertie en bourse de demi-pension. Voir : « 1907. 1920. — Conversion de bourses d’externat en bourses de demi pension dans les lycées et au collège Rollin (1907-1908) (M. Paul Fleurot, rapporteur) », Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 8 décembre 1907, p. 4739. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63538675/f11>. []
  63. Verdal, Georges, « Nostalgie de l’avenue Trudaine », Bulletin de l’association amicale des anciens élèves de Sainte-Barbe-Rollin. []
  64. Nous supposons que les bulletins des années 1936-1940 de la Bibliothèque nationale de France furent donnés par ses soins à l’établissement puisque ses contributions y sont marquées au crayon de traits de couleur bleue. []
  65. Par exemple à la p. 22 du n° 6 du 1er janvier 1938 du Bulletin de l’association amicale des anciens élèves de Sainte-Barbe-Rollin. []
  66. Inscrit en 1913 dans le 10e arrondissement au 1er bureau de recrutement sous le n° matricule 284. Voir : Archives de Paris, Registres matricules du recrutement (1887-1921), D4R1 1659, url : <https://archives.paris.fr/s/17/etats-signaletiques-et-des-services-militaires/1533363/deulin/?&debut=0>. Téléchargement du 26 septembre 2022. []
  67. Voir : Historique du 87e régiment d’infanterie : campagne 1914-1918, Paris : Calmette & Petit, [s.d.], 1 vol. (70 p.) ; 25 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6262839k> et Historique du 87e régiment d’infanterie territoriale pendant la guerre 1914-1918, Brest : Imprimerie du “Militant”, 1921, 1 vol. (12 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6335420f>. []
  68. « La réforme définitive n° 2 est prononcée soit pour des infirmités antérieures à l’incorporation, soit pour des infirmités ou mutilations résultant de blessures reçues hors du service, soit pour des infirmités provenant de maladies ne résultant pas du fait des obligations du service militaire », Commissions spéciales de réforme : volume mis à jour à la date du 20 septembre 1915, Paris : H. Charles-Lavauzelle, 1915, p. 12. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62462166/f18>. []
  69. La composition complète du personnel du collège, avec le corps enseignant, le conseil de discipline et le bureau d’administration figure dans les dernières pages de la brochure : Collège de Condom. Année scolaire 1915-1916. Distribution des prix faite aux élèves du collège de Condom le 13 juillet 1916, sous la présidence de M. Fr. Vialas, principal du Collège, Officier de l’Instruction Publique, Condom : L-Ph. Bousquet, 1916 (Impr. condomoise), 1916.
    Les décorations d’Officier d’Académie et d’Officier de l’Instruction publique ont été créés par le décret organique du 17 mars 1808 et étaient conférées par le ministre. []
  70. Née le 7 octobre 1872 à Saint-Même (Charente), elle décède le 31 mai 1940 à Villejuif (Val-de-Marne). Elle était la fille d’Edmond Achapt, carrier et de Marie Sécheresse. Voir son acte de naissance : Archives départementales de la Charente, Saint-Même-les-Carrières Saint-Même-les-Carrières 1866-1872, 3 E 373/6, n° 21, url : <https://archives.lacharente.fr/ark:/61904/s00552b5fe34ccea/559ff6820c01e>. Sur l’acte, le prénom du père est orthographié « Edmon ». La date de décès est celle qui figure sur les tables décennales : Archives départementales du Val-de-Marne, Villejuif, Table décennale, Décès, 1933, 19425E 362, url : <https://archives.valdemarne.fr/ark:/71138/s005b9919fe43aca/5b9919fe447b8.ef=3&s=47>. L’acte de naissance ne mentionne pas d’autre prénom. Dans ses mémoires, Georges Deulin indique que sa femme est née « Marie-Olivie Achapt, de Jarnac. » []
  71. Archives départementales de Paris, 1935 , Mariages, 10, 10M 429, n° 521. Disponible sur Internet, url : <https://archives.paris.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YTo2OntzOjQ6ImRhdGUiO3M6MTA6IjIwMjItMDktMjMiO3M6MTA6InR5cGVfZm9uZHMiO3M6MTE6ImFya29fc2VyaWVsIjtzOjQ6InJlZjEiO2k6NDtzOjQ6InJlZjIiO2k6Mjg5NTA1O3M6MTY6InZpc2lvbm5ldXNlX2h0bWwiO2I6MTtzOjIxOiJ2aXNpb25uZXVzZV9odG1sX21vZGUiO3M6NDoicHJvZCI7fQ==#uielem_move=68%2C-184&uielem_rotate=F&uielem_islocked=0&uielem_zoom=152>. []
  72. Il est nommé officier d’académie le 7 octobre 1937. Voir : « Officiers de l’instruction publique
    et officiers d’académie », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 12 octobre 1937, p. 11468-11470. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6550823j/f5>. Nous ignorons qui le proposa, les archives administratives de la BnF ne conserve pas de rapport en sa faveur émis par un supérieur hiérarchique. []
  73. Noguères, Henri (1916-1990), L’expédition d’Alger, 1830, Paris : R. Julliard, 1962, p. 456. []
  74. La revue paraît encore, url : <https://searanova.publ.pt/>. []
  75. Voir : « (1961), Sem Título, Fundação Mário Soares / Alberto Pedroso », Disponible sur Internet, url : <http://www.casacomum.org/cc/visualizador?pasta=09799.100>. []
  76. Nous n’avons pas retrouvé sa date de décès dans les tables décennales de Paris pour les années 1965-1984. Le site des Archives de Paris ne propose pas encore de tables décennales postérieures. Il n’est pas non plus cité dans les listes des personnes décédées de 1970 à 2022 de l’INSEE. Les tables décennales du Val-de-Marne consultables en ligne s’arrêtent en 1952 []
  77. Certains attribuent la citation à Rivarol en 1827. Le terme figure dans la 5e édition de 1819 du Dictionnaire universel de la langue françoise, avec le latin et les étymologies de P.-C.-V. Boiste. Il l’attribue à « Port-Royal », soit aux “Messieurs de Port-Royal”. L’Oxford English Dictionary mentionne comme première apparition : « 1715 J. Addison Spectator No. 562. ¶3 The Gentlemen of Port-Royal branded this Form of Writing [sc. in the First Person] with the Name of an Egotism. » La citation extraite du n° 562 de Spectator du vendredi 2 juillet 1714 est : « The Gentlemen of Port-Royal, who were more eminent for their Learning and their Humility than any other in France, banish’d the way of speaking in the First Person out of all their Works, as arising from Vain-Glory and Self-Conceit. To shew their particular Aversion to it, they branded this Form of Writing with the Name of an Egotism; a Figure not to be found among the ancient Rhetoricians. » Voir : Morley, Henry (1822-1894), The Spectator : a new edition reproducing the original text both as first issued and as corrected by its authors, vol. III, London ; G. Routledge and sons, 1891. Disponible sur Internet, url : <https://gutenberg.org/files/12030/12030-h/SV3/Spectator3.html#section562>. Nous ignorons la source exacte de Boiste et Addison mais, dans leur Grammaire de Port-Royal, ces Messieurs de Port-Royal écrivent que les hommes « ont reconnu qu’il eſtoit ſouuent inutile & de mauuaiſe grace, de ſe nommer ſoi-meſme : & ainſi ils ont introduit le Pronom de la premiere perſonne, pour mettre au lieu du nom de celuy qui parle : Ego, moy, je. », dans : Grammaire générale et raisonnée : contenant les fondements de l’art de parler, Paris : P. Le Petit , 1661, p. 59. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50416g/f58.item>. []
  78. En référence au titre du documentaire sur la Bibliothèque Nationale réalisé par Alain Resnais en 1956. []
  79. Voir : « Cortile di Palazzo Ducale di Urbino ». Wikipedia, L’enciclopedia libera, 5 septembre 2019. Disponible sur Internet, url : <https://it.wikipedia.org/wiki/Cortile_di_Palazzo_Ducale_di_Urbino>. []
  80. Voir le contenu du dossier, url : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb422694505>. []
  81. Bouyard, Valdo ; Éloi, Catherine, « Les Dossiers biographiques à la Bibliothèque nationale de France : histoire de la constitution d’un fonds », L’Histoire à la BnF, 23 avril 2018. Disponible sur Internet, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/2070>. []
  82. Jacques Fleury (1892-1979) était Bibliothécaire de la Société de géographie. []
  83. Dans laquelle il indique qu’il : « passe quotidiennement, dans l’après-midi, à mon ancien service des Cartes et Plans, où je reçois du courrier. ». []
  84. Conservé sous la cote : Richelieu – Société de Géographie – magasin : 4-SG MEL-1670. []
  85. Conservé sous la cote : Richelieu – Société de Géographie – magasin : 4-SG MEL-1821 []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search