Caractères de Titres

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aurélien Vret présente l’avancement de ses recherches menées à la Bibliothèque de l’Arsenal autour de son projet : Pourquoi il est important de faire de la typographie contemporaine à la BnF, et ce que cela change pour l’avenir de la création artistique en général.

La constitution de la Fonderie Générale des caractères français et étrangers.

La Fonderie Générale peut être décrite comme une société en commandite de fonderies constituée à partir de l’année 1836, date à laquelle elle absorba la fonderie de Firmin Didot père et fils1 :

Une société en commandite, au capital de 700.000 francs suivant acte passé devant Mᵉ Preschez jeune, notaire à Paris, devait commencer ses opérations le 1ᵉʳ novembre dernier [1836] sous le titre de Fonderie Générale des caractères français et étrangers pour l’exploitation des fonderies réunies, Molé, Tarbé, Crosnier et Éverat. Dans cet acte, il est indiqué qu’une succursale est établie à Luzarches (Seine-et-Oise). Nous avions appris depuis peu que ce nouvel établissement était déjà en activité et que huit fourneaux, montés avec des paysans, commençaient à verser leurs produits dans Paris.

Adolphe Auguste Éverat (1801-18..) dirigeait une imprimerie très prospère et était en même temps fondeur. Il fournissait des capitaux à Balzac2 et imprimait un grand nombre de brochures saint-simoniennes3. Il exécuta des commandes de libraires pour le compte d’Eugène Renduel (1798-1874) en imprimant Charles Nodier, Victor Hugo, Alfred de Musset ou celles de Charles Gosselin (1795-1859) en imprimant Madame de Girardin, Alfred de Vigny et Balzac4. La faillite retentissante de son imprimerie5 eut des répercussions jusque dans la gestion de la Fonderie Générale. E. Tarbé (18..-18..), qui en était le gérant, en détaille les conséquences lors de son compte rendu au conseil de surveillance6 :

Dans le cours de cette année nous avons été atteints du contre- coup des malheurs de la maison Éverat et compagnie, qui était notre plus considérable clientèle. Les affaires de cette maison ayant été l’occasion de plusieurs opérations importantes, il est nécessaire que je les remette sous vos yeux dans l’ordre où j’ai eu l’honneur de vous en entretenir. Vers le mois de mars 1839, M. Éverat avait convoqué une assemblée générale de ses actionnaires, et il espérait y trouver des ressources pour continuer l’exploitation de son imprimerie; mais pour atteindre sans suspension de paiement le moment de cette assemblée, une somme de 30,000 francs lui était nécessaire. M. Éverat vint alors me parler franchement de sa position, de la perte réelle que nous éprouverions si sa maison ne pouvait se soutenir, et il m’offrit de lui souscrire pour 30,000 francs d’effets à son ordre, et à six, sept et huit mois. […] L’assemblée générale des actionnaires de M. Éverat, qui eut lieu en avril, ne produisit pas, en effet, le bien qu’il en attendait; des demi-mesures, la crise commerciale, l’éloignement des capitalistes pour les opérations qu’ils avaient accueillies avec tant d’ardeur l’année précédente, amenèrent enfin M. Éverat à reconnaître qu’il devait cesser une lutte inutile, où venait se perdre chaque jour l’avoir de ses actionnaires et le sien propre. Une nouvelle assemblée générale décida la liquidation sous la surveillance de commissaires des créanciers et des actionnaires; je fus nommé un des commissaires des créanciers, et j’acceptai cette mission pour surveiller d’autant plus les graves intérêts que nous avions dans celle liquidation. En effet: nous étions créanciers de la société Éverat comme lui ayant livré des caractères qui n’étaient pas payés en totalité, ou dont les règlements n’avaient pas été soldés.

E. Tarbé dirigeait entre 1836 et 1844 une firme aux moyens considérables, capable d’absorber des faillites et réaliser des fusions-acquisitions nécessitant des capitaux importants. L’autre fonderie absorbée par la Fonderie Générale était aussi la fonderie Cronier (ou Crosnier) qui avait été au départ achetée par Adolphe Auguste Éverat7. Cronier était l’élève graveur8 de Joseph Molé (1775-1853)9, comme E. Tarbé, qui succéda à celui-ci pour diriger son ancienne fonderie qui deviendra ensuite la Fonderie Générale. 

Lettre d’Auguste Éverat
Fonderie de E. Tarbé, successeur de Molé, Imprimerie de Béthune et Plon, Paris, octobre 1835, RES M-Q-373

Elle sera ensuite dirigée par Biesta, puis Charles Laboulaye10 (1813-1886), et ensuite par Théophile Beaudoire, sous-directeur de Charles Laboulaye, qui lui donnera la raison sociale11 Beaudoire & Cⁱᵉ. La fonderie Charles Beaudoire & Cⁱᵉ, dirigée par son fils aîné, disparaît le 11 mai 191212 et est ensuite absorbée la même année par la fonderie G. Peignot & Fils.

La gravure des gros caractères au XIXᵉ siècle.

Grosses de fonte très creuse
Joseph Molé, Titres, «N», poinçon en fonte de fer moulé et gravé par Joseph Molé, doubles grosses de fonte très creuse, hauteur de capitale de 42,2 mm, fonderie Molé jeune, graveur et fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, Objet Mandel 206, bibliothèque de l’Arsenal, BnF, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Le plus gros poinçon du fonds Mandel est un poinçon en fonte de fer dont voici la reproduction. C’est un caractère en métal extrêmement grand et dont la fabrication a nécessité des techniques de fonte et de gravure très avancées pour l’époque. Deux autres poinçons appartenant au même corps sont également conservés actuellement à l’Imprimerie nationale13.

doubles grosses de fonte très creuse
Joseph Molé, Titres, «P», poinçon en fonte de fer moulé et gravé par Joseph Molé, doubles grosses de fonte très creuse, hauteur de capitale de 42,2 mm, fonderie Molé jeune, graveur et fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, cabinet des poinçons de l’Imprimerie Nationale, © Atelier du livre d’art et de l’estampe, Groupe Imprimerie Nationale, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Dans la contre-forme de certains de ces poinçons, on remarque d’ailleurs plusieurs marques laissées par une mèche. Grâce au Dictionnaire des arts et manufactures, écrit par Charles Laboulaye, on comprend les techniques spécifiques qui permettaient de graver des poinçons en acier de cette taille14. Il va sans dire que l’emploi d’un contre-poinçon15 pour ce type d’ouvrage est totalement impossible: 

Quelques graveurs emploient peu le contre-poinçon aujourd’hui. Il est en effet souvent assez long à faire, dans certains cas, pour ne donner cependant qu’assez grossièrement le vide qu’il s’agit d’obtenir, et a toujours l’inconvénient de fatiguer l’acier et de rendre les accidents plus fréquents lors de la trempe. Pour s’en dispenser on perce un trou, à l’endroit à creuser, au moyen d’un très petit foret mû par un archet, et on termine le vide à l’échoppe. Quelquefois même on peut se dispenser de cette opération, et après avoir enlevé un peu de matière avec un burin frappé par un marteau, terminer entièrement avec les outils tranchants. On opère toujours ainsi pour les gros caractères.

doubles grosses de fonte très creuse
Joseph Molé, Titres, «H», poinçon en fonte de fer moulé et gravé par Joseph Molé, doubles grosses de fonte très creuse, hauteur de capitale de 42,2 mm, fonderie Molé jeune, graveur et fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, cabinet des poinçons de l’Imprimerie Nationale, © Atelier du livre d’art et de l’estampe, Groupe Imprimerie Nationale, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Cette technique était peut-être déjà pratiquée dans la fonderie d’Henri Didot (1765-1852) qui convainquit son cousin germain, Ambroise-Firmin Didot (1790-1876), d’abandonner l’emploi du contre-poinçon au profit de la gravure au burin. Celle-ci sera très vite remplacée par l’usage du foret qui sera ensuite monté sur les premières machines-à-outil. Firmin Didot (1764-1836), son père, refusa jusqu’à la fin de sa carrière d’employer cette nouvelle technique de gravure16 :

Jusqu’aux premières années de ce siècle on ne connaissait pas d’autre manière de graver surtout les caractères romains et je persiste à le croire encore la meilleure, parce que le talus intérieur des lettres étant plus égal, la fonte en devient plus facile et d’un dépouillement plus régulier que lorsqu’on creuse l’intérieur des lettres au burin et sur pièce; mais comme il faut consacrer beaucoup de temps et de soin à ce procédé du contre-poinçon, il est maintenant tombé en désuétude. Je l’abandonnai moi-même surtout pour la gravure des caractères d’écritures quoique mon père persistât à s’en servir. M. Henri Didot, son cousin germain, fort habile graveur en caractères comme on en peut juger par ceux qu’on a appelés microscopiques, et qui ont servi à l’édition du petit Horace (1828), fut le premier qui renonça aux contre-poinçons; il m’engagea à l’imiter et je suivis son exemple.

doubles grosses de fonte très creuse
Joseph Molé, Titres, tranche inférieure du poinçon en fonte de fer moulé et gravé par Joseph Molé, doubles grosses de fonte très creuse, fonderie Molé jeune, graveur et fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, Objet Mandel 206, bibliothèque de l’Arsenal, BnF, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Contrairement aux poinçons en acier ordinaires, utilisés pour frapper des matrices en cuivre rouge de petite taille, on remarque que la forme du tronc de pyramide est inversée. Joseph Molé a d’abord fondu son poinçon en fonte de fer dans cette forme particulière. Ce qui permet d’optimiser la conception de l’objet pour concentrer les forces lors de la frappe de la matrice sur l’œil du caractère gravé. La forme bombée de la face opposée a peut-être été usinée ensuite pour faciliter le contact avec un balancier ou un marteau-pilon17 :

La frappe des gros caractères est plus pénible, parce que la masse de cuivre à refouler, étant considérable, oppose une grande résistance. On frappe alors le cuivre à chaud; mais il ne faut pas le chauffer jusqu’au rouge, parce qu’alors le poinçon le chasserait trop de côté. On trouve avantage à frapper la matrice placée dans une boîte de fer, qui, en empêchant le cuivre de s’écarter, le force à remonter et à remplir le contre-poinçon. Ce procédé suffit pour les lettres de deux points et les gros caractères, jusqu’aux moyennes de fonte à peu près, en remplaçant toutefois le marteau par un balancier d’une force suffisante et mieux par un marteau-pilon. Fournier recommande d’enlever à l’outil la majeure partie du cuivre qui doit faire place à l’acier. Ce procédé n’est plus usité, et pour les très grosses lettres, les grosses de fonte, par exemple, gravées sur acier, on fait fondre la matrice en cuivre jaune, en donnant pour modèle au fondeur une matrice frappée en plomb. On enlève avec un acide étendu d’eau les scories du fond; puis on frappe à chaud le poinçon, qui unit le fond de la matrice. Un simple moulage peut suffire pour la gravure des grosses lettres d’affiches de dimensions assez grandes pour qu’on les puisse travailler directement dans l’intérieur. Avec de l’habileté et des espèces de rabots guidés par la surface, on retouche les fonds sans altérer leur planimétrie.

Le type de fonte employée pour graver les gros caractères est probablement une fonte blanche, car elle est plus dure que la fonte grise qui se rompt facilement sous les coups du marteaux18 :

Les fontes blanches sont très dures et rayent le verre, mais elles sont très aigres et se laissent pulvériser. Il n’y a que la fonte blanche lamelleuse manganésée dont les caractères extérieurs ne changent pas par l’effet d’une solidification et d’un refroidissement très lent; toutes les autres fontes blanches perdent, dans ce cas, leur éclat, et prennent une teinte grise plus ou moins prononcée. Réciproquement, en soumettant la fonte grise à un refroidissement brusque, ou la blanchit notablement.

Sur la face brillante du chant du poinçon reproduite ici, on remarque aussi quelques marques très différentes de celles laissées par les outils du graveur de poinçon. Elles indiquent que le poinçon a bien été fondu dans de la fonte pour être ensuite gravé plus précisément.

caractère d’imprimerie de la fonderie Molé jeune
Joseph Molé, Titres, «O», caractère d’imprimerie en alliage de plomb et d’antimoine [œil ébréché], grosses de fonte très creuse, hauteur de capitale de 35,3 mm, fonderie Molé jeune, graveur et fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, Objet Mandel 226 (1), bibliothèque de l’Arsenal, BnF, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Joseph Molé a vraisemblablement nommé ses corps de gros caractères en fonction de la fabrication de ses poinçons, puisqu’il existe dans le fonds Mandel un caractère d’imprimerie, de corps grosses de fonte très creuse, fondu dans un alliage de plomb et d’antimoine estampillé «Molé».

Joseph Molé et la révolution des caractères d’affiche en France.

Le spécimen de caractères : Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune, de la fonderie Molé jeune, est le premier qui contient une présentation de ces gros caractères correspondant au poinçon et au caractère d’imprimerie du fonds Mandel. Cette collection de caractères, brevetée par le roi Louis XVIII, avait été très remarquée lors de l’Exposition des produits de l’industrie qui eut lieu au Louvre en 181919. Le spécimen, imprimé par Pierre Didot (1761-1853), imprimeur du roi, en constitue la présentation complète. Pour récompenser le travail de ce jeune graveur et fondeur, composé de 206 fontes20 françaises, italiques, grecques, hébraïques, rabbiniques, arabes, syriaques, samaritaines, en titres pour affiches, en lettres de deux points ornées, en vignettes, en fleurons, en accolades, en filets anglais, en tremblés, filets de lames, et en garnitures à jour, le roi ordonna qu’on fît transporter sa collection21 au Conservatoire des arts et métiers pour la conserver «comme un monument des progrès de la typographie sous son règne». Le jury lui décerna la médaille de bronze22.

Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune
«Titres», Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune, Imprimerie de Pierre Didot, Molé jeune, Graveur et Fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, 7ᵉ tableau, RES ATLAS-V-82, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

On peut comparer le même « N » de « RÉGIMENS » avec le « N » en lettre capitale dont voici l’agrandissement. Il correspond au même corps de doubles grosses de fonte très creuse que celui mentionné dans le 7ᵉ tableau du spécimen de 1819 et permet d’établir son appartenance à la fonte de Titres pour affiches, et de déterminer le graveur, « Molé Jeune », comme cela est écrit en sous-titre.

Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune
Doubles grosses de fonte très creuse, «Titres», Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune, Imprimerie de Pierre Didot, Molé jeune, Graveur et Fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, 7ᵉ tableau, RES ATLAS-V-82, agrandissement du spécimen de caractères d’Aurélien Vret, permettant d’identifier le poinçon.

Les caractères de Titres pour affiches de la fonderie Molé Jeune sont tout de suite considérés comme une innovation dans l’industrie de la fonderie et de la gravure des caractères d’imprimerie de l’époque. Joseph-Gaspard Gillé (1766-1826) le mentionne dans sa Typographie, notice pour le concours des progrès de l’industrie française en 182323 :

Je pense que l’on pourrait combiner un mélange de matières propres à fondre tous les gros ouvrages pour les livrer à un prix modéré. M. Mole propose toutes ses grandes majuscules et garnitures fondues en fonte de fer; je voudrais encore quelques matières plus légères. Des fondeurs s’occupent en ce moment d’un mastic très-dur; je désire à tous réussite.

Ils répondaient à l’arrivée « des nouveaux caractères d’affiches, en bas de casse et grandes majuscules, chiffres, etc. » gravés dans du bois et venus d’Angleterre. Joseph-Gaspard Gillé les critiquait pour leur lourdeur et les formes bizarres qu’il appelait à améliorer24 :

On oppose, pour justifier ce genre, que ces types s’aperçoivent et se lisent mieux que les caractères en usage en France dans nos affiches: non! nos yeux d’abord étonnés, mais une fois habitués à ces formes bizarres, inconnues jusqu’alors à Paris, cette innovation sera rejetée; je ne suis pas le seul de cet avis: on s’est écarté de la bonne route sur ce point. On pouvait graver des caractères d’affiches d’un œil plus gras, et conserver au moins nos belles formes françaises. Je conclus: j’ai vu des poinçons de MM. Jacquemin père, Marcelin […], Molé, Dallut, plus récens de gravure, des majuscules et des bas de casse gravés par M. Noé, compositeur et professeur d’écritures, qui me font espérer un retour vers le mieux, que j’indique et que je désire. J’ai sous les yeux de nouvelles épreuves de ces caractères; je ne suis plus fâché : j’étais trop sûr d’être entendu.

La fonderie Molé jeune a aussi gravé différentes fontes de lettres de deux points. Ce sont également des caractères de titrage. Il sont nommés ainsi car ils occupent l’espace de deux lignes de texte et sont fondus pour que leur corps soit le double du corps des autres caractères avec lesquels ils sont composés25. En 1823, Joseph-Gaspard Gillé mentionne Molé pour la gravure de cette catégorie spécifique de caractères utilisés dans la composition des «beaux titres» exclusivement gravés en lettres capitales26 :

Pour réussir à graver une collection de lettres de deux points, pour former de beaux titres, et les faire figurer dans les anciennes comme dans les nouvelles éditions, le graveur doit se pénétrer de la difficulté de donner des contours gracieux, de beaux pleins, de belles lignes et d’un aplomb parfait, à ces vingt-quatre malheureuses lettres majuscules de l’alphabet; je dis malheureuses, quand elles sont estropiées et mal d’ensemble. Ce point important peut être obtenu en calculant bien la gradation des pleins et déliés, depuis la parisienne jusqu’aux plus gros caractères d’affiches.

épreuve de caractères avec annotation manuscrite d’E. Tarbé, de la fonderie de Molé jeune
Joseph Molé, Deux points, épreuve de caractères avec annotation manuscrite d’E. Tarbé, de la fonderie de Molé jeune, 78 rue de la Harpe, Paris, 1823-1835, collection et reproduction d’Aurélien Vret

Dans cette épreuve de caractères de Deux points on retrouve les fontes mentionnées par Gillé issues du catalogue de la fonderie Molé Jeune. Les formes néoclassiques du spécimen de 1819 y sont moins présentes et le goût pour les caractères anglais, importé par un certain M. Smith à Paris, avait obligé les graveurs et fondeurs français à les intégrer à leur catalogue. Pierre Capelle27, tout comme Gillé28, mentionnent qu’il s’agit de caractères empruntés à « nos premières tapisseries fabriquées en 1300 ».

épreuve de caractères avec annotation manuscrite d’E. Tarbé, de la fonderie de Molé jeune
Joseph Molé, Deux points, épreuve de caractères avec annotation manuscrite d’E. Tarbé, de la fonderie de Molé jeune, 78 rue de la Harpe, Paris, 1823-1835, collection et reproduction numérique d’Aurélien Vret renversée à 90°.

Sur cette même épreuve on peut lire la mention manuscrite « Même prix que ceux des caractères maigres correspondants», dans une belle anglaise. La consultation d’une lettre du 22 octobre 1834 de E. Tarbé29, que celui-ci a envoyé au Ministre de l’intérieur et des travaux publics suite au dépôt du spécimen de 1819 et quelques échantillons de matériel typographique au Conservatoire des arts et métiers30, permet de conclure qu’il s’agit du même scripteur. Cette épreuve est importante pour comprendre le fonctionnement ordinaire des fonderies qui pouvaient les envoyer par correspondance à ses clients, sans forcément imprimer des spécimens de caractères coûteux et difficiles à envoyer par la poste. Les caractères ombrés et ornés du catalogue de la fonderie de Molé jeune n’ont pas été gravés par Joseph Molé. Pierre Capelle crédite31 M. Dallut pour les caractères «ombrés et ornés ». MM. Lafont et Dallut sont présentés comme les graveurs des « caractères en lettres blanches », les mêmes qui sont présentés par Molé dans son épreuve comme « ombrées ». Il faut donc analyser avec beaucoup de précautions les épreuves qui accompagnent les fonderies de caractères pour en déterminer les auteurs. Il arrive souvent qu’un graveur possédant sa propre fonderie intègre aussi les caractères d’autres graveurs et que le graveur d’origine ne soit pas mentionné dans les épreuves de ces mêmes catalogues.

comparaison des deux épreuves de «Lettres de deux points maigres» & «Lettres de deux points grasses»
comparaison des deux épreuves de «Lettres de deux points maigres» & «Lettres de deux points grasses» dans: Fonderie de E. Tarbé, successeur de Molé, Imprimerie de Béthune et Plon, Fonderie E. Tarbé, rue de Madame № 4, Paris, octobre 1835, Princeton University Library, 41648370,

Le spécimen de E. Tarbé de 1835 permet de comprendre que l’annotation manuscrite faisait référence aux caractères « Titres », renommés en « Lettres de deux points maigres », qui passeront ensuite dans le fonds de caractères de la Fonderie Générale dont E. Tarbé deviendra le gérant jusqu’en 1844.

De la typographie romantique.

Il suffit de chercher les éditions imprimées par Adolphe Auguste Éverat au moment de la publication de la Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune de 1819, pour trouver un très grand nombre d’usages de ces mêmes caractères. La première publication stricto sensu de ces caractères est difficile à déterminer puisque ni le fondeur ni l’imprimeur ne le mentionnent dans leurs catalogues. Mais l’apparition des caractères de la Fonderie Molé jeune est tout de suite très abondante. Adolphe Auguste Éverat a été l’imprimeur32 du célèbre libraire Pierre-François Ladvocat (1791-1854) et il a employé les mêmes fontes très vite pour ses propres publications et leur promotion publicitaire.

Catalogue de Libraire de Ladvocat
Pierre-François Ladvocat, Librairie de Ladvocat, à Paris, Palais-Royal, Galerie de bois, №. 195, Ouvrages publiés par souscription, Imprimerie de Fain, Paris, 1823, FOL-Q10B-264

L’utilisation de ces nouveaux caractères de Titres pour affiches, ainsi que les Lettres de Deux points, est concomitante de la banalisation des prospectus de librairie parfois imprimés dans des tirages plus importants que ceux des exemplaires des éditions dont ils font la promotion. Affiches, prospectus, annonces, catalogues, journaux spécialisés, la publicité qui envahit la librairie romantique33 favorise la diffusion de ces caractères. Les titres du catalogue de Librairie de Ladvocat, à Paris, Palais-Royal, Galerie de bois, n°. 195, Ouvrages publiés par souscription, sont bien composés avec les mêmes caractères Titres pour affiches de la fonderie Molé jeune qui deviennent les principaux outils de communication des entrepreneurs en librairie34 :

Se faire entrepreneur en librairie et plus encore en édition, cela consiste, dans ces temps romantiques, à apprendre les procédés publicitaires. La notoriété dans le grand public est déjà pour les commerçants en librairie – souvent homme de culture d’autre part – une nécessité impérieuse.

journal des spectacles, des lettres, des arts, des mœurs et des modes,
Étienne Gosse & Louis Gabriel Montigny, La Pandore, journal des spectacles, des lettres, des arts, des mœurs et des modes, M. Ernest, № 1, 16 juillet 1823, Paris, 4-JO-11536, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

On retrouve les mêmes caractères Titres composés dans un Gros romain, de hauteur de 9,5 mm, pour le titre de cette revue qu’édite aussi Ladvocat, comme La Pandore, en collaboration avec Charles-Alexandre Pollet ou Jean-Nicolas Barba35.

Usage des caractères de Titres de Joseph Molé
L’Abbé Costaing de Pusignan, La muse de Pétrarque dans les collines de Vaucluse, ou, Laure des Baux, sa solitude et son tombeau dans le vallon de Galas, chez Rapet, 413 rue Saint-André des-arcs, Paris, 1819, frontispice, Getty Research Institute, 7079107

D’ailleurs les caractères Titres de Molé apparaissent tout de suite également dans la composition de frontispices de publications modestes. Dans cette unique édition de Jean Joseph François Costaing de Pusignan, La muse de Pétrarque dans les collines de Vaucluse, ou, Laure des Baux, sa solitude et son tombeau dans le vallon de Galas, certaines parties du frontispice comme « LA MUSE » est composée en Nompareille (hauteur de 3,4 mm), et « LAURE DES BAUX » en Gaillarde (hauteur de 4,6 mm). On peut comparer la publication avec celle d’un libraire qui a contribué à publier les premiers ouvrages des jeunes écrivains romantiques36 et qui fut aussi l’éditeur37 de Félicité de Genlis38. Pour la troisième édition39 de Pétrarque et Laure de Stéphanie-Félicité Du Crest comtesse de Genlis40 (1746-1830), Lecointe et Durey emploient aussi des caractères du catalogue typographique de Joseph Molé. Le frontispice est composé avec les caractères Titres et les Lettres de deux points. La première page commence avec les Lettres de deux points composées dans un Petit romain (hauteur de 5,4 mm), et en Gaillarde (hauteur de 4,4 mm).

Page de livre permettant d'identifier les Lattres de deux points grasses de Joseph Molé
Madame de Genlis, Pétrarque et Laure, 3ᵉ édition, tome premier, Lecointe et Durey, libraires, 49 quai des Augustins, Paris, 1825, frontispice, Bibliothèque de l’Université d’Ottawa, 755759348

Chez les mêmes éditeurs, la première édition que Victor Hugo a corrigée et contrôlée lui-même41, Han d’Islande, celui-ci emploie toujours les caractères Titres, dans un Cicéro et un Petit Romain, pour composer le frontispice. Mais aussi, la préface42 très raffinée de Victor Hugo est composée dans un Gros romain № 30143 de hauteur de x de 2,5 mm, et aussi gravé par Joseph Molé après 1819.

Livre de Victor Hugo permettant d'identifié les caractères de Joseph Molé
Victor Hugo, Han d’Islande, 2ᵈᵉ édition, tome premier, Lecointe et Durey, libraires, 49 quai des Augustins, Paris, 1823, p.I, 8-BL-23088 (1)

Cet ouvrage de Victor Hugo permet d’identifier un autre poinçon conservé dans le fonds Mandel et gravé par Joseph Molé. Celui-ci n’est pas signé par une estampille qui porte le nom de Joseph Molé, mais est marqué par deux petits points ronds « : » comme on le voit distinctement sur son chant. Il s’agit donc de sa signature en tant que graveur de poinçons et permettra par la suite d’identifier plus facilement les poinçons qu’il a lui-même gravé.

poinçon en acier, gravé par Joseph Molé
Joseph Molé, Italique № 298, «w», poinçon en acier, gravé par Joseph Molé, fonderie Molé jeune, graveur et fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819-1823, Objet Mandel 194, bibliothèque de l’Arsenal, BnF, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Le caractère gravé sur l’œil du poinçon est un « w ». Sa gravure est unique et correspond à la façon dont Joseph Molé utilise les formes d’écriture manuscrite de maîtres écrivains, qu’il a empruntées et perfectionnées, pour former son alphabet italique. On retrouve cette attitude seulement avec les graveurs Firmin Didot44 et Jean Vibert (1763-1843)45 qui étaient ses concurrents directs.

Poinçon gravé par Joseph Molé
Joseph Molé, Italique № 298, «w», poinçon en acier [œil ébréché], gravé par Joseph Molé, saint-augustin, hauteur de x de 2,2 mm, fonderie Molé jeune, graveur et fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819-1823, Objet Mandel 194 (3), bibliothèque de l’Arsenal, BnF, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Étant donné que dans aucune épreuve de caractères de la fonderie Molé jeune ne figure à chaque fois l’alphabet entier pour chaque fonte qu’a gravé Joseph Molé, il est très difficile d’identifier exactement ce poinçon par l’intermédiaire de ses propres spécimens. Seule la préface de cette seconde édition de Han d’Islande, que Victor Hugo a écrit volontairement dans ces gros caractères, permet de s’approcher au plus près du caractère « w » gravé sur le poinçon du fonds Mandel. On retrouve une gravure similaire du « w » dans « Guldenlew » & « Guldenloëwe », bien que ces deux noms soient composés en Italique № 301 pour accompagner le texte courant composé dans le Gros romain № 301. Victor Hugo écrit clairement ici qu’il « [n’a] jamais employé ces caractères romantiques qu’avec extrême sobriété », faisant de cette seconde édition la première à utiliser aussi l’adjectif romantiques pour décrire les caractères typographiques qu’il a lui-même choisis. L’usage de la lettre « W » était pour Victor Hugo un geste avant-gardiste puisque la lettre « w » n’est entrée dans l’usage officiel en tant que 23ᵉ lettre de l’alphabet français qu’en 1964, date à laquelle le dictionnaire de Robert l’adopta46.

Livre de Victor Hugo pour identifier les caractères de Joseph Molé
Victor Hugo, Han d’Islande, 2ᵈᵉ édition, tome premier, Lecointe et Durey, libraires, 49 quai des Augustins, Paris, 1823, p.XI, 8-BL-23088 (1)

Ce qui n’empêchait pas les graveurs d’intégrer cette lettre à leur catalogue, même à l’Imprimerie nationale, comme nous le verrons avec les Bâtarde & coulée, gravées par Joseph Molé. La lettre devait être indispensable pour composer les ouvrages de traduction. Le « w » du fonds Mandel est gravé dans une version légèrement plus grosse et condensée que le poinçon, mais sa structure graphique est identique. Sa hauteur de x est de 2,2 mm, et correspond à l’Italique № 298 publié pour la première fois dans le spécimen de Caractères gravés et fondus par Molé jeune, de 182347 et conservé à la bibliothèque de l’École Estienne de la ville de Paris. Le « v » d’« inconvéniens » est gravé selon cette variante propre à Firmin Didot et Jean Vibert. Le spécimen est donc publié la même année que la seconde édition de Victor Hugo d’Han d’Islande.

Italique № 298
«Italique № 298», Caractères gravés et fondus par Molé jeune, de l’imprimerie de Rignoux, imprimeur de l’Académie royale de médecine, Paris, 1823, Ville de Paris / Bibliothèque de l’École Estienne, CAT MOL, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Dans la « Note, particulièrement ajoutée à la présente édition » de cette seconde édition de Han d’Islande, écrite aussi par Victor Hugo48, on retrouve un caractère italique qui comporte ces mêmes variations dans la gravure du « v ». Il s’agit d’un douze italique de hauteur de x de 1,9 mm, qui accompagne dans le texte de Victor Hugo un douze romain tous deux issus de la fonderie de Firmin Didot, libraire et fondeur, 116 rue Dauphine, à Paris. Cet italique provient d’une fonte complète49 qui avait été commandée par l’imprimeur berlinois Johann Friedrich Unger (1753-1804), et qui l’utilisa pour imprimer en 1789 une première édition50 de Johann Wolfgang Goethe, Das Römische Carneval. Joseph Molé s’en servira comme modèle pour graver certains de ses italiques dans des versions légèrement plus étroites, notamment pour sa Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune de 1819.

Livre de Victor Hugo utilisé pour identifier les caractères de Joseph Molé
Victor Hugo, Cromwell, Drame, édition originale, imprimerie de Joseph Tastu, Ambroise Dupont et Cⁱᵉ, libraires, 16 rue Vivienne, Paris, 1828, p.3, 8-BL-34688

Le même soin est apporté à l’édition originale de Cromwell, écrite par Victor Hugo en 182751 qui emploie encore les caractères de Titres de la fonderie Molé jeune. On remarque que le « W » a été placé délibérément dans le titre de « CROMWELL » par Victor Hugo, donnant à ce caractère rarement employé dans la langue française le rôle capital. La gravure de ce « W » est très large par rapport aux autres lettres du nom. Ceci s’explique aussi par le fait qu’en 1828 le « W » devait être encore considéré comme une ancienne ligature du « V ». Étant donné qu’il s’agit d’une pièce de théâtre, l’emploi des caractères de Titres de Molé est abondant. Les actes et les scènes sont traditionnellement composés pour les pièces de théâtre en capitales et en petites capitales. L’usage des caractères de goût anglais pour la composition des différentes scènes permet d’ajouter du grotesque à la monumentalité des Titres en lettres capitales.

Joseph Molé (1775-1853) l’autodidacte.

Portrait de Joseph Molé
Joseph Molé, Daguerréotype, Derussy, 1851, Ville de Paris / Bibliothèque de l’École Estienne, DAG 1851 – T. 2, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Né à Paris le 2 février 177552, il devient graveur de poinçons dit-on dès l’âge de onze ans, après que son père eut acheté une fonderie contenant trois caractères de Fagnon pour son frère aîné53. Ce don lui vient de sa mère qui l’encouragea pour le dessin quand il n’avait que 9 ans. Elle lui permit d’enseigner ses talents à des enfants plus âgés pour cultiver l’art qu’il préférerait le plus. Il confirma lui-même cette anecdote dans la lettre qu’il adressera au roi en même temps que sa Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune de 181954, composée dans une typographie d’écriture anglaise qu’il a lui-même gravée :

N’ayant jamais appris à graver, j’ai dû rencontrer bien des difficultés ; mais elles ont disparu devant une application opiniâtre et la passion irrésistible que j’avais pour un art auquel j’ai depuis consacré tous les instans de ma vie.

Lettre de Joseph Molé adressée au roi Luis XVIII
Joseph Molé, Prix des caractères et des matrices de Molé jeune, Molé jeune, Graveur et Fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, RES ATLAS-Q-22 (4 MOL), agrandissement et reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Ses débuts très précoces de graveur de poinçons semblent inséparables des collections de l’Imprimerie royale. On retrouve les premières fontes qu’il a gravées à partir de trois caractères de Jean-Charles Fagnon (17..-1792)55 :

On proposa, un jour, devant le jeune Molé, qui n’avait alors que onze ans, la vente d’une petite fonderie de caractères; elle ne contenait que trois caractères gravés par Fagnon; leurs formes disgracieuses choquèrent l’œil du jeune dessinateur; il conçut le projet de les améliorer; il acheta la fonderie, et quoique tout-à-fait étranger à l’art de la gravure, il essaya de graver des caractères neufs d’après ses dessins.

Cette période de 17 ans tourna court puisqu’il fut conscrit dans l’armée révolutionnaire en 1792 :

Il fut d’abord incorporé comme simple soldat dans une demi-brigade d’infanterie; puis, préférant servir dans la cavalerie, il obtint de passer dans le sixième régiment de chasseurs à cheval où il fut nommé brigadier. […] À une affaire d’avant-postes, il parvint à dégager son colonel, qui, entouré d’un gros d’ennemi, était près de succomber sous le nombre. Cet acte de dévouement lui valut d’être nommé officier sur le champ de bataille.

Après un an dans l’armée et cet épisode héroïque sur le champ de bataille, le gouvernement qui manquait de graveurs de poinçons pour la nouvelle Imprimerie de la république installée au Louvre56 le rappelle à Paris57. Jean-Charles Fagnon58 venait de décéder59 alors qu’il était le directeur de la gravure et de la fonderie à l’Imprimerie royale devenue l’Imprimerie nationale. Sans doute le travail de regravure des caractères de Fagnon par Joseph Molé avait été apprécié, et il était logique que celui-ci lui succède.

poinçons gravés par Joseph Molé
Bâtarde & coulée, gravée par Joseph Molé, corps 48, poinçons en acier, Imprimerie nationale, Palais du Louvre, Paris, 1793-1798, Caractères d’écriture C.48, boîte № 220, cabinet des poinçons de l’Imprimerie Nationale, © Atelier du livre d’art et de l’estampe, Groupe Imprimerie Nationale.

Joseph Molé continua le travail de gravure des caractères d’écriture de l’ancien fonds de l’Imprimerie royale initié par Luce à partir de 173860 pour l’Imprimerie royale et qui restera intégré dans la nomenclature de l’ancienne typographie61. On perd la trace de Molé au moment du rattachement du cabinet des poinçons et de la fonderie à l’Imprimerie législative déplacée dans l’hôtel de Penthièvre lors des premiers jours de nivôse an III62. Joseph Molé inventera un plan de casse spécifique à l’Imprimerie nationale pour cette sorte de caractères particuliers. On retrouve son modèle dans le Spécimen des caractères, vignettes, armes, trophées, et fleuron, de l’Imprimerie royale, au moment même où il publia sa Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune, en 1819.

Plan des casses de coulée et de bâtarde de Joseph Molé
«Plan des casses de coulée et de bâtarde Molé», Spécimen des caractères, vignettes, armes, trophées, et fleuron, de l’Imprimerie royale, Iʳᵉ partie, ancienne typographie, de l’Imprimerie royale, Paris, 1819, bibliothèque de l’Imprimerie nationale, © Atelier du livre d’art et de l’estampe, Groupe Imprimerie Nationale F° IN 67

Quand l’Imprimerie impériale acquit l’hôtel de Soubise, en 1808, Joseph Molé gravait probablement déjà pour son compte ses propres poinçons63. Mais son talent dépassait largement le domaine de la gravure des poinçons puisqu’on retrouve un Molé graveur d’estampes pour des maîtres écrivains proches du Lycée des Arts. À moins que ce soit son frère aîné, qui aurait été aussi un très habile graveur, et dont il n’existe aucune biographie ? Dès l’an VII le graveur Molé y reçoit une médaille. Ce qui lui valut probablement le ressentiment de ses concurrents64 puisque la gravure pour le compte de la corporation des maîtres écrivains n’était plus protégée par les privilèges de l’Ancien Régime :

Mais le Lycée des Arts, ou plutôt le citoyen Desaudray, qui, par un excès de zèle pour le bien public, cherche à couronner tout le monde, a élevé cet ouvrage au-dessus de tout ce qui a paru jusqu’aujourd’hui; il a accordé au graveur Mollé une médaille, en le proclamant le plus habile graveur de France. Le public jugera, en comparant cet ouvrage à ceux du citoyen Léchard, si le Lycée des Arts a rendu justice aux citoyens Beaublé, Le François, Malbeste et Lale.

Lors de la même séance, Joseph-Gaspard Gillé reçoit lui aussi une médaille, après avoir remis son rapport à Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray (1740-1832) sur la gravure et la fonte en caractères mobiles de l’écriture cursive65 qu’il avait gravé en collaboration avec Fagnon :

C’est lui qui le premier a rendu l’écriture en caractères mobiles à l’aide desquels il exprime parfaitement les liaisons les plus fines et les différens genres de nos maîtres les plus habiles CD. [Charles Desaudray]

Cette collaboration avec Fagnon est confirmée par Gillé lui-même dans son Prospectus d’un nouveau manuel typographique, ou traité des moyens mécaniques qui concourent à la confection physique des livres, où il rappelle que Fagnon a «secondé dans mon travail» de gravure des caractères de sa fonderie66.

Caractères d'imprimerie d'écriture manuscrite gravée par Luce
Louis Luce, Essai d’une nouvelle typographie, Imprimerie de Joseph-Gérard Barbou, rue des Mathurins, Paris, 1771, p. BB, Library of Congress, Z250 .L944, Lessing J. Rosenwald collection

Mais Fagnon, lorsqu’il dirigeait la gravure et la fonderie de l’Imprimerie royale, n’avait fait qu’étendre la gravure des caractères d’écritures qu’avait créée Louis-René Luce (1695?-1774) à titre privé. Ces mêmes caractères ont été terminés ensuite par Molé. À partir de 1740, Louis-René Luce avait gravé ces caractères d’écriture, dédiés à Louis XV, mais les avait réalisés en dehors du contrat qui le liait jusqu’en 1762 à l’Imprimerie royale67. Après avoir présenté au roi sa Nouvelle typographie, le 21 décembre 1871 à Versailles68, Louis XV ordonna l’achat des fontes et des poinçons en 1773 pour la somme démesurée de 100 000 livres69. Le projet se situait dans la tradition des graveurs de poinçons utilisant comme modèle l’écriture de maîtres écrivains comme l’avait initié Charles Moreau (1600-1648), Imprimeur du roi jusqu’à sa mort70. Fagnon remplaça d’abord Luce pour les «ouvrages qu’il a fait en 1765 et 1766»71 et repris la charge de graveur du roi à la mort de Luce en 1774. Vraisemblablement la fonderie J. G. Gillé distribuait ces fontes sur lesquelles avait travaillé Fagnon à l’Imprimerie royale selon cette source72 :

Mais ce qui doit le faire marcher de front avec ceux qui de nos jours ont porté l’art à sa perfection c’est un caractère d’écriture que lui seul a gravé complet, et pour lequel il n’a point encore eu de second. J’ai sous les yeux des épreuves de ces beaux caractères: il est impossible de voir une écriture mieux proportionnée, plus soignée et plus agréable à la vue. La main du plus habile calligraphe n’exécuterait pas mieux: on peut choisir entre la bâtarde, la coulée et la ronde de différens corps. Ces épreuves sortent de la fonderie du citoyen Gillé fils connu avantageusement par une très-belle collection de soixante-dix caractères soigneusement gravés dont il vient de publier des épreuves et de six cents vignettes, fleurons, camées et ornemens d’un goût moderne, qui paraîtront sous peu. Le citoyen Gillé s’occupe d’un ouvrage sur son art, qui bientôt verra le jour. Jean-Charle Fagnon réunissait à un talent réel la pratique des vertus sociales ; aussi laisse-t-il un nom cher à tous ceux qui l’ont connu, et surtout au citoyen Solvet, libraire à Paris, qui vivait dans la société de cet estimable artiste, et qui a eu la complaisance de me transmettre une notice sur ses précieux travaux.

Coulée et bâtarde (48 points.) gravées par Molé
«Coulée et bâtarde (48 points.) gravées par Molé», Spécimen des caractères, vignettes, armes, trophées, et fleuron, de l’Imprimerie royale, Iʳᵉ partie, ancienne typographie, de l’Imprimerie royale, Paris, 1819, bibliothèque de l’Imprimerie nationale, © Atelier du livre d’art et de l’estampe, Groupe Imprimerie Nationale, F° IN 67

Les témoignages sur ce sujet sont contradictoires. Mais il apparaît que Joseph-Gaspard Gillé a racheté les matrices de Fagnon qui furent vendues après sa mort, les premiers jours de nivôse an X. Elles furent ensuite présentées et distribuées dans le catalogue de la fonderie Gillé Fils. On peut donc estimer que certains caractères d’écriture cursive qui figurent dans le spécimen de Joseph-Gaspard Gillé ont bien été gravés par Joseph Molé quand il était le graveur de l’Imprimerie de la république73 :

Vente pour les premiers jours de nivose prochain, d’un assortiment complet de poinçons, depuis le plus petit jusqu’au plus gros caractère romain et italique, taillés dans le goût moderne ; est jointe à cette collection une suite interrompue de poinçons, de caractères d’écriture, gravés d’après les plus habiles maîtres. Les belles épreuves connues de la fonderie Gillé, dont les matrices ont été frappées d’après les poinçons ci-dessus désignés, peuvent donner une idée suffisante de cette collection, jusqu’ici la seule que l’on connoisse. Le tout provenant de la succession de feu Jean Charles Fagnon, graveur de l’imprimerie de la République.

Caractères d'écriture de la fonderie Gillé fils
Joseph-Gaspard Gillé, Recueil des divers caractères, vignettes et ornements, de la fonderie et imprimerie de J. G. Gillé, de l’imprimé Gillé Fils, 18 rue Saint Jean de Beauvais, Paris, 1808, p. 35, EST-479

Il faut lire en tout cas ce qu’écrit Gillé74 sur les modèles que lui ont fourni les maîtres écrivains qui lui étaient contemporains :

Les caractères d’écritures diverses employés dans les impressions administratives et commerciales étaient gravés sans goût. Pourquoi n’avoir pas consulté Rossignol, Roland et autres maîtres? Mais l’oubli du beau était total dans cette partie! Le premier, aux Expositions de l’an 10, j’ai présenté des cahiers d’écritures en caractères mobiles; il y régnait plus d’ordre, un premier pas vers un mieux; je l’avais senti: aussi me suis-je empressé de créer des anglaises et des rondes. Je rends justice à M. Firmin Didot pour ses anglaises, mais c’est aux maîtres écrivains à juger la forme de mes rondes: Roland et Bourgouin ont été mes modèles.

Car lors de la même séance du 15 prairial an VII au Lycée des Arts, le maître écrivain pour lequel Molé avait gravé l’ensemble des planches d’écritures, Charles Lechard (ou Charles Leschard), avait présenté un nouvel ouvrage sur l’écriture cursive75 :

Ou la plus facile à propager dans les écoles primaires attendu qu’elle n’exige qu’une seule taille de plume et qu’un seul mouvement dans la main ainsi que la position la plus favorable au corps; objet qui rentre dans le plan proposé il y a deux années, par le Lycées, par l’adoption d’une écriture qui put, comme celle des Anglois avoir un caractère particulier, et en quelque sorte national. Charles Desaudray.

Lors de cette séance du Lycée des Arts, les modèles d’écritures utilisés couramment par les maîtres écrivains sous l’Ancien Régime devaient en même temps servir à réformer l’enseignement de l’écriture dans les écoles primaires. Le Lycée des Arts était un établissement libre, fondé en 1792 par Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray76, ancien colonel du Génie et membre du Bureau de Consultation des Arts et Métiers. Ce Lycée dispensait des cours publics sur des sujets scientifiques77 par des professeurs rémunérés. Le perfectionnement de l’écriture et de la typographie s’inscrivait dans une institution qui voulait combattre les «bastilles académiques» et où «les sciences et les arts se tiennent sans cesse par la main, ils se prêtent un secours mutuel»78.

Il semble que Joseph Molé ait été impliqué dans ces deux entreprises d’amélioration de l’écriture manuscrite et de la gravure des caractères d’écriture cursive pour l’imprimerie. On le retrouve comme graveur de ce recueil d’écriture qui servit à cette démonstration et dédié au Lycée des Arts, au même titre que le spécimen de Joseph-Gaspard Gillé. C’est sans doute au même endroit que Joseph Molé a rencontré les techniciens et savants qui serviront à perfectionner les techniques de fonte et de gravure des gros caractères de ses Titres et Lettres de deux points.

Planches d'écriture de maître écrivain gravée par Molé
Charles Lechard, Écriture coulée et bâtarde brisées ou expédiées perfectionnées avec les attributs en traits de composition variés dans le gout le plus moderne. Dédiées au lycée des arts, gravé par Molé, chez Jean, 32 rue Jean De Beauvais, Paris, 1799, Bnu Strasbourg, Fonds Soennecken, FSO1067

Dans sa préface, Lechard explique l’apport de Molé pour la gravure sur cuivre des planches d’écriture79 :

Je finis par un mot sur la gravure en lettres. On sait qu’il y a dans l’art de la gravure en lettres des procédés par lesquels on parvient à détacher l’écriture et les traits de l’original en l’appliquant sur une planche de cuivre dûment préparée, sur laquelle le tout se reproduit dans la même forme que sur l’original. Rendre ces traits par le moyen du burin dans leur état primitif sans aucune altération, c’est en quoi consiste le vrai talent du Graveur en lettres. Le citoyen Molé Artiste Graveur, l’a déployé de la manière la plus satisfaisante, en exécutant cet Ouvrage, dont toutes les planches sont d’une parfaite ressemblance avec les originaux écrits de ma main. Ces originaux, après avoir été décalqués sur la planche, ont néanmoins conservé assez de traces pour pouvoir être comparés aux pièces gravées; je les conserve chez moi, où je puis les faire voir, afin de convaincre ceux qui douteraient encore, que les pièces écrites à la main, ne ressemblent pas aux gravures, et pour rendre hommage à l’Artiste Molé, qui par son talent distingué, a prouvé qu’on peut rendre par le moyen du burin toute la délicatesse des traits naturels de la plume.

Celui-ci connaissait probablement la technique de report du trait de plume sur la plaque de cuivre, avec de «la cire blanche gommée», telle qu’elle était pratiquées par les graveurs de planches d’écritures depuis Guillaume le Gangneur (1553-1624) et qu’a décrit dans le détail Abraham Bosse80.

Modèles d'écritures destinés aux enfants gravés par Molé Aîné
Molé Aîné, Principes des différentes écritures pour l’éducation de la Jeunesse, chez Gauthier imprimeur-éditeur, 2 rue Jean-Lantier, Paris, Ville de Paris / Bibliothèque Heure Joyeuse Patrimoine, FA in8 3090, reproduction numérique d’Aurélien Vret.

Bien plus tard dans sa carrière de graveur et de fondeur indépendant, Joseph Molé continuera à collaborer avec ces mêmes savants pour le perfectionnement des caractères typographiques arabes. Les caractères arabes gravés dans sa Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune avaient déjà été remarqués en 1819 dans un rapport fait par Edme François Jomard (1777-1862)81 pour le Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale :

M. Molé, plein de zèle pour le progrès de son art, a fait des caractères pour les langues orientales, et il faut lui savoir gré d’un travail ingrat, qui ne peut avoir pour lui aucun résultat avantageux, attendu le petit nombre d’ouvrages qu’on imprime dans les idiomes de l’Orient. Nous avons remarqué sur-tout l’hébreu du gros parangon et du petit canon. L’arabe, № . 130 [№ 132], vient tout récemment de servir l’impression des Séances de Harizi, par M. Caussin. Quoique encore éloigné de la richesse et de la beauté des manuscrits, et même de l’arabe gravé à Londres, ce caractère fait honneur au zèle de M. Molé; il serait aisé à un aussi habile graveur d’approcher de plus près qu’on ne l’a fait encore de l’élégance des calligraphies orientales, et de contribuer ainsi à répandre dans l’Orient des ouvrages qui ne sont rejetés des naturels qu’à cause de la défectuosité et du mauvais goût des caractères de nos imprimeries […]

Il grava ensuite sous la direction de Louis Langlès (1763-1824), le conservateur des manuscrits de la Bibliothèque du roi82, un caractère arabe en Saint-Augustin et en Petit-Romain83, qui « appartient à l’espèce d’écriture nommée Nestaâlyc, نستعلیق, parce qu’elle participe du Neskhy, نسخى et du Taâlyc, تعليق. » Le mouvement orientaliste commençait à peine à germer à Paris. Le spécimen est publié en 1823, la même année que le Han d’Islande de Victor Hugo. Charles Nodier le remarqua lors de l’Exposition des produits de l’industrie84 de 1823 :

[…] Il faut remarquer M. Molé dont les types pleins d’élégance et de netteté contribuent particulièrement à l’illustration des littératures orientales, cultivées en France depuis quelques années avec un zèle si remarquable et si heureux.

Épreuves de caractères arabes
Joseph Molé, Épreuves de caractères arabes, gravés et fondus par Molé jeune, sous la direction de M. Langlès, de l’imprimerie d’Éverat, 16 rue du Cadran, Paris, 1823, V-14530

Jacques-Joseph Champollion (1778-1867) rédigea une notice85 présentant la gravure des caractères arabes de Joseph Molé qui fut saluée par la communauté savante de l’époque :

[…] Excepté aussi l’arménien et le samskrit que M. Molé se propose de nous donner incessamment, il a gravé, depuis la parisienne, tous les caractères usuels connus dans le monde civilisé. — Il vient de terminer, sous la direction de M. Langlès, conservateur des manuscrits orientaux de la bibliothèque du roi, un petit-romain et un saint­-augustin arabes qui peuvent servir à imprimer en six langues: l’arabe, le turc, le persan, l’hindoustany, le malai, et le pouchto ou afghany. Ces nouveaux caractères qu’on voit, avec les épreuves, à l’exposition du Louvre, lui ont concilié l’approbation et les suffrages unanimes des plus habiles orientalistes.

C’est à cette occasion que Champollion-Figeac dressa un portrait de la fonderie Molé jeune. On peut apprécier l’importance qu’avait la firme en 1823 alors qu’elle rayonnait dans toute l’Europe86 :

M. Molé jeune, comme fondeur, est propriétaire de l’établissement le plus considérable qui existe en Europe. Il y occupe plus de 100 ouvriers ; il la enrichi de 40 mille matrices, toutes provenues des poinçons qu’il a gravés. Avec ces matrices, il est en état de fondre au moins 260 sortes de caractères sur différens corps, tant français que grecs, hébreux, syriaques, samaritains et arabes. On trouve chez lui 276 sortes de filets en lames; 272 sortes de tremblés, accolades et filets anglais; 500 sortes de vignettes; 18 collections de titres. — Son magnifique établissement est, en outre, pourvu d’un nombre considérable d’outils et de mécaniques propres à la confection des garnitures à jour, dont il est l’inventeur, et qui sont pour l’imprimerie en général, un des plus utiles perfectionnemens qu’on ait jamais imaginés. — Il a découvert, tout récemment, un procédé nouveau pour fondre les caractères gras, anglais, si fort à la mode aujourd’hui, et que nos imprimeurs tirent de Londres à grands frais. Nous ne paierons plus ce tribut à l’Angleterre; M. Molé vient d’en affranchir la France, avec d’autant plus d’avantage et de succès, que ces caractères gras sont de beaucoup préférables à ceux de Londres, par la modicité de leur prix, par l’élégance et la régularité de leurs formes.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur87 par Louis XVIII la même année et fut également membre88 de la commission de l’Imprimerie royale pour l’élaboration des nouveaux types89 de Charles X :

Le 18 janvier 1825, il fut appelé à faire partie de la commission de l’Imprimerie royale pour la gravure des nouveaux types. Le 18 juillet suivant, il fut nommé membre du conseil-général des manufactures, et, le 30 juillet 1831, expert du gouvernement pour la typographie.

Entre 1831 et 1836, date à laquelle E. Tarbé prendra la succession de sa fonderie, Joseph Molé se retira de la direction de sa propre fonderie. Il dirigea en même temps le théâtre du Luxembourg, dit le théâtre Bobino, dont il devint propriétaire à partir du 6 décembre 182790. Le théâtre se situait dans la même rue que la dernière adresse connue de la fonderie Molé jeune dirigée par E. Tarbé, le 4 rue Madame. Il passait à chaque fois devant sa fonderie pour s’y rendre comme le confirme cette anecdote91 :

[Molé] le fondeur de la rue Madame, qui, retiré des affaires, ne passait jamais devant son ancienne fonderie, en se rendant au théâtre Bobino, sa propriété, sans ôter son chapeau.

Photographie du Théâtre du Luxembourg
Charles Marville, Théâtre du Luxembourg, 13 rue Madame, photographie positive sur papier albuminé, 24,2 × 35,2 cm, 1865, Paris, Campagnes officielles de photographies à Paris (1860-1920), Ville de Paris / Bibliothèque de l’Hôtel de Ville, 2453(5)/2

La direction par Molé du théâtre a même fait l’objet d’une satire écrite par l’un des membres fondateur du théâtre du Luxembourg, Jean-Baptiste-Auguste Imbert (1791-1840), La Bobineautiade, coup d’œil critique sur le théâtre du Luxembourg, satire en deux chants par un avorton du Parnasse, publiée en 183092. Le 23 septembre 1831 Joseph Molé cède à M. Thiellement la direction du théâtre, qui devint libre à la chute de Charles X, mais il en resta copropriétaire probablement jusqu’à sa mort93. Il décède le 21 juin 1853 à Paris d’une courte maladie94.

Notes

  1. Voir à ce sujet l’extrait du compte rendu manuscrit présenté par Ambroise et Hyacinthe Firmin-Didot aux actionnaires de leur firme, issu de la collection Jammes : André Jammes, Spécimens de caractères de Firmin et Jules Didot, Librairie Paul Jammes, éditions des Cendres, 2002, Paris, p. 12, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38977948n>. []
  2. Nicole Felkay, Balzac et ses éditeurs, 1822-1837, Essai sur la librairie romantique, Promodis, éditions du cercle de la librairie, 1987, Paris, p. 287, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36629829r>. []
  3. Adolphe Auguste Éverat, lettre adressée à Gustave d’Eichthal, 26 novembre 1831, fonds Enfantin, MS-7603/36-37, <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc80246k> : Nicole Felkay, Ibid. []
  4. Ibid., p. 288. []
  5. Ibid., p. 290-295. []
  6. Les membres du conseil de surveillance présents à l’assemblée générale du 14 mars 1840 étaient «MM. [Ambroise] Firmin Didot, Guesperau, Éverat, Tureau d’Angin, A Canuet»: E. Tarbé, Rapport de M. Tarbé, gérant, à l’assemblée générale annuelle des actionnaires sur les opérations d’exercice 1839 ; suivi du rapport de MM. les membres du conseil de surveillance, Fonderie Générale des caractères français et étrangers, 1840, Paris, 4-WZ-8581, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb366911280>. []
  7. Charles Laboulaye & Cⁱᵉ, Épreuves de caractères, Fonderie générale des caractères français et étrangers, Paris, 1853, p. 15 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6209773s/f26.item>. []
  8. «Fonderie Typographique», dans: Bazar parisien, Ponthieu libraire, paris, 6ᵉ année, 1826, p. 275, V-27735, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65838751/f347>. []
  9. Joseph Molé est un graveur et un fondeur méconnu. La fonderie Deberny & Peignot a attribué ses gros caractères à Firmin Didot au XXᵉ siècle. Sur ce sujet lire la notice « Molé, Joseph », James Mosley, A Dictionary of Punchcutters for Printing Types, manuscrit dactylographié non publié, Londres, 1999. []
  10. Voir l’article précédent sur La gravure en typographie au XIXᵉ siècle, Aurélien Vret, « Caractères ordinaires », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, Paris, 2022, <https://bnf.hypotheses.org/11679>. []
  11. Charles Beaudoire & Cⁱᵉ, Fonderie générale de caractères français et étrangers, Beaudoire & Cⁱᵉ, Paris, 1909, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3296504/>. []
  12. Note №1 dans : Fédération des syndicats des maîtres-imprimeurs de France, Bulletin officiel, Union syndicale des maîtres imprimeurs de France, № 5, mai 1912, Paris, p. 231, <https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000555075/1912/n5/v0039.simple>. []
  13. Voir l’article précédent aussi pour la partie qui concerne le «don Deberny & Peignot à l’Imprimerie Nationale» pour les rapports qui ont été tout récemment établis entre le cabinet de poinçons de l’Imprimerie nationale et le fonds Mandel de la bibliothèque de l’Arsenal : Aurélien Vret, Ibid. []
  14. « Gravure en typographie », Charles Laboulaye, Dictionnaire des arts et manufactures et de l’agriculture, formant un traité complet de technologie, Tome deuxième, Librairie du Dictionnaire des arts et manufactures, sixième édition, Paris, 1886, p. 12, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30409728/f537.item>. []
  15. Voir l’article précédent sur La gravure en typographie plus traditionnelle, Aurélien Vret, Ibid. []
  16. Ambroise Firmin-Didot, Essai sur la typographie, Typographie de Firmin Didot frères, Imprimeurs de l’Institut de France, Paris, 1855, p. 586, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30437577b>. []
  17. « Gravure en typographie », Charles Laboulaye, Ibid., p. 15, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30409728/f537.item>. []
  18. «Fer», Charles Laboulaye, Ibid., p. 3 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30409728/f310.item>. []
  19. Il s’agit de la première exposition des produits de l’industrie organisée lors de la Restauration. voir: Christiane Demeulenaere-Douyère, « Pour le progrès des «arts» en France: les expositions nationales des produits de l’industrie (1798-1849) », Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines, Centre Alexandre-Koyré, 10 | 2019, p. 53-73, <http://journals.openedition.org/artefact/3898>. []
  20. L. Héricart de Thury, Rapport du jury d’admission des produits de l’industrie du département de la Seine à l’exposition du Louvre, comprenant une notice statistique sur ces produits, C. Ballard imprimeur du Roi et du département de la Seine, Paris, 1819, p. 145, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85769q/f176.item>. []
  21. Paul Dupont, Histoire de l’imprimerie, Tome premier, Imprimerie Paul Dupont, Paris, 1854, p. 314, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58598300/f342.item>. []
  22. M. L. Costaz, Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française, présenté à S. E. M. le comte Decazes, Imprimerie royale, Paris, 1819, p. 326, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85765b/f351.item>. []
  23. Celui-ci avait reçu également la médaille de bronze à l’exposition des produits de l’industrie qui eut lieu au Louvre en 1819. Joseph-Gaspard Gillé, Typographie, notice pour le concours des progrès de l’industrie française en 1823, Gillé auteur et éditeur, 1823, Paris, p. 26, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k850503h/f28>. []
  24. Ibid., p. 14-15. []
  25. Voir l’explication complète donnée dans : Pierre-Simon Fournier, Manuel typographique, utile aux gens de lettres & à ceux qui exercent les différentes parties de l’Art de l’Imprimerie, Tome I, Chez Barbou, Paris, 1764, p. 168-171, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1070584h/f210.item>. []
  26. Joseph-Gaspard Gillé, Ibid., p. 15. []
  27. Pierre Capelle, Manuel de la typographie française, ou Traité complet de l’imprimerie, Rignoux, Paris, 1826, p. 82-83, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1522349t/f102.item>. []
  28. Joseph-Gaspard Gillé, Ibid., p.14 []
  29. E. Tarbé, Correspondance concernant une demande de Tarbé de retirer du Conservatoire des spécimens de divers caractères d’imprimerie français et étrangers (fleurons, vignettes) placés là par Molé, 22 octobre-21 novembre 1834, Paris, Archives et manuscrits du Conservatoire national des arts et métiers, 10/245, <http://www.calames.abes.fr/pub/cnam.aspx#details?id=Calames-201992511928727231>. []
  30. Le Musée des Arts et Métiers conserve toujours les modèles de garniture à jour dans ses deux exemplaires de boîtes d’imprimerie portative. Je remercie Marie-Sophie Corcy de m’avoir permis de faire cette découverte en me permettant d’accéder aux collections du musée. Elles sont cataloguée au № d’inventaire : 00518-0001– et № d’inventaire : 00518-0002- []
  31. Pierre Capelle, Ibid., p. 85-86. []
  32. Édouard Alletz, L’institution du jury en France, poème, chez Ladvocat, libraire, Palais-Royal, № 197 & № 198, Paris, Galerie de Bois, de l’imprimerie d’Éverat, 16 rue du Cadran, Paris, 1819, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb300118481>. []
  33. Nicole Felkay, Ibid., p. 57-70. []
  34. Ibid. []
  35. Voir en fin de numéro : Étienne Gosse & Louis Gabriel Montigny, La Pandore, journal littéraire, des spectacles, des mœurs, des arts, des sciences et des modes, M. Ernest, № 100, 23 octobre 1823, Paris, 4-JO-10029, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6745102q/f4.item>. []
  36. Il est possible de faire un parallèle entre l’importation des caractères typographiques de goût anglais et l’apparition du mot romantique dans la littérature française. Le terme romantic, utilisé d’abord en Angleterre dans la seconde moitié du XVIIᵉ siècle, est utilisé pas les esthéticiens anglais comme Joseph Addison (1672-1719) ou Shaftesbury (1671-1713). Il est traduit ensuite par romantisch et sera employé par les esthéticiens allemands comme Johann Gottfried von Herder (1744-1803) et Christoph Martin Wieland (1733-1813), pour devenir un concept général sous la plume de Novalis (1772-1801) et Friedrich Schlegel (1772-1829). Il fut accueilli avec les mêmes réticences en France avant son adoption. Élisabeth Décultot, « Romantique », dans : Barbara Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, dictionnaire des intraduisibles, éditions du Seuil, dictionnaires Le Robert, Paris, 2004, p. 1091-1095, <https://vep.lerobert.com/Pages_HTML/ROMANTIQUE.HTM>. []
  37. Nicole Felkay, Ibid., p. 90. []
  38. Novalis appréciait aussi les références scientifiques de ses contes. Voir: Johannes Hegener, Die Poetisierung der Wissenschaften bei Novalis, Bouvier Verlag Herbert Grundmann, Bonn, 1975, p. 167 <https://archive.org/details/diepoetisierungd0000hege/page/166/>. []
  39. Les deux premières éditions de Pétrarque et Laure ont été publiées par Ladvocat en 1819. Elles sont composées avec d’autres caractères qui ne proviennent pas de la Fonderie de Molé jeune. <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb416496876>. []
  40. Elle a peut-être lu le roman de Friedrich Schlegel, Lucinde, publié en 1799, lors de son séjour à Berlin lorsqu’elle fréquentait le salon de Dorothea von Kurland (1761-1821). Sur Schlegel et Pétrarque : Marie-Claire Méry, Les avatars du roman picaresque en Allemagne: Friedrich Schlegel et le roman romantique. Filiations picaresques en Espagne et en Europe (XVIᵉ-XXᵉ siècle), 2, Université de Bourgogne, Centre Interlangues TIL, non paginé, 2011. <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00684025/document>. []
  41. « Il préviendra d’abord que ce mot, seconde édition, est ici assez impropre, et que le titre de première édition est réellement celui qui convient à cette réimpression, attendu que les quatre liasses inégales de papier grisâtre maculé de noir et de blanc, dans lesquelles le public indulgent a bien voulu voir jusqu’ici les quatre volumes de Han d’Islande, avaient été tellement déshonorées d’incongruités typographiques par un imprimeur barbare, que le déplorable auteur, en parcourant sa méconnaissable production, était incessamment livré au supplice d’un père auquel on rendrait son enfant mutilé et tatoué par la main d’un iroquois du lac Ontario. » Victor Hugo, « Note particulièrement ajoutée à la présente édition », dans : Victor Hugo, Han d’Islande, 2ᵈᵉ édition, tome premier, Lecointe et Durey, libraires, 49 quai des Augustins, Paris, 1823, p. XXIV, 8-BL-23088, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1521213j/f32.item>. []
  42. « La décision d’utiliser une taille de police très imposante dans la première préface de la deuxième édition est sans doute à mettre au compte d’un désir de se moquer encore plus ouvertement du libraire-éditeur de la première édition », Caroline Raulet, Hugo ogre de son lecteur: Han d’Islande, Communication au Groupe Hugo, 22 novembre 2003, <http://groupugo.div.jussieu.fr/groupugo/doc/03-11-22Raulet.pdf>. []
  43. Le Gros romain № 301 est absent de la Collection typographique gravée sur acier par Molé jeune de 1819 et figure dans le spécimen de 1823 et celui de 1830 de la fonderie Molé jeune. Pour celui de 1830, récemment numérisé dans Gallica voir: Caractères gravés et fondus par Molé jeune, de l’imprimerie de Joseph Tastu, Paris, 1830, V-10641, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5381030t/>. []
  44. Ces graveurs de poinçons ont inséré aussi deux variantes de gravure du « v » dans leurs alphabets, profitant du fait que sa forme italique n’était pas clairement arrêtée. Le « w » se prête aussi à ce genre de variations graphiques comme on le voit chez Joseph Molé. Voir à ce sujet le spécimen de l’italique de Firmin Didot, de 1790, dont l’épreuve est conservée à Berlin : «Une nouvelle esthétique du livre» [Notice № 60, Didot (Firmin)], dans : André Jammes, Les Didot, Trois siècles de typographie et de bibliophilie, 1698-1998, Agence culturelle de Paris, Paris, 1998, p. 32-35. 4-MANDEL-36, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36707041p>. []
  45. La première page de la préface de Pierre Didot du Petit carême de Massillon utilise entièrement cette forme de « v » qui change à la page suivante et pour le reste de la préface où les deux formes sont employées de manière aléatoire. Pierre Didot, « L’imprimeur au lecteur », dans : Petit carême de Massillon évêque de Clermont, Collection des meilleurs ouvrages de la langue françoise, dédiée aux amateurs de l’art typographique, de l’Imprimerie de Pierre Didot l’aîné, rue du pont de Lodi, Paris, 1812, p. v, VELINS-2673, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30903316v>. []
  46. Maurice Grevisse, Le bon usage: grammaire française : 75 ans, quinzième édition refondue par André Goosse, De Boeck-Duculot, Bruxelles-Paris, 2011. USUEL LINGUISTIQUE 37, p. 78, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb425324929>. []
  47. « Italique № 298 », Caractères gravés et fondus par Molé jeune, de l’imprimerie de Rignoux, imprimeur de l’Académie royale de médecine, Paris, 1823, Ville de Paris / Bibliothèque de l’École Estienne, CAT MOL, <https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0002107468.locale=fr>. []
  48. Victor Hugo, Han d’Islande, 2ᵈᵉ édition, tome premier, Lecointe et Durey, libraires, 49 quai des Augustins, Paris, 1823, p. XVII, 8-BL-23088 (1), <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1521213j/f25.item>. []
  49. Cette fonte avait fait l’objet d’une autorisation spéciale d’importation par l’état prussien. André Jammes, Ibid., p. 32-35. []
  50. Johann Wolfgang Goethe, Das Römische Carneval, dans : Comission bey Carl Wilhelm Ettinger, Weimar und Gotha, gedruckt bey Johann Friederich Unger, Berlin, 1789, Herzogin Anna Amalia Bibliothek Weimar, Goe 260 [b], <https://haab-digital.klassik-stiftung.de/viewer/!metadata/3730911775/13/-/>. []
  51. Hugo utilise le mot romantisme pour la seconde fois en 1828 dans la préface de sa pièce. Voir : Victor Hugo, Cromwell, Drame, édition originale, imprimerie de Joseph Tastu, Ambroise Dupont et Cⁱᵉ, libraires, 16 rue Vivienne, Paris, 1828, p. LXI, RES P-YF-137, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626458j/f75.item>. []
  52. J. Duverger [Marie de Flavigny comtesse d’Agoult], « Molé (Joseph) », dans : M. E. Pascallet, Revue générale biographique et littéraire, p. 345, G-11434-11451, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6537980j/f369.item>. []
  53. Journal-dictionnaire de biographie moderne, 1828, G-16513, p. 86, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6544729n/f104.item>. []
  54. Joseph Molé, Prix des caractères et des matrices de Molé jeune, Molé jeune, Graveur et Fondeur, 78 rue de la Harpe, Paris, 1819, RES ATLAS-Q-22 (4 MOL), <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35283977v>. []
  55. J. Duverger, « Molé (Joseph) », Ibid., p. 346-347. []
  56. Elle devint propriété de la nation par arrêté du 7 germinal de l’an III par cession proposée par Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Dupéron sur inventaire dressé le 24 pluviôse. François Antoine Brutus Duprat, Histoire de l’Imprimerie impériale de France, suivie des spécimens des types étrangers et français de cet établissement, Imprimerie impériale, 1861, Paris, p.161, 8-NF-37249, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64797076/f94>. []
  57. Ibid. []
  58. Nommé premier graveur du roi en 1767, il succéda à Luce à ce poste en 1774. Luce avait gravé avec lui un certain nombre de fleurons de l’imprimerie royale. Il avait également gravé en collaboration avec Joseph-Gaspard Gillé à partir de 1789 les caractères d’écriture mobile qui firent sa réputation. Voir : « Pour l’imprimeur et les bibliophiles, les arts de reproductions graphiques, l’histoire de la gravure, le papier à travers les âges », dans : Fédération des syndicats des maîtres-imprimeurs de France, Bulletin officiel, Union syndicale des maîtres imprimeurs de France, noël 1924, Paris, p. 74-75, <https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000555075/1924/noel1924/v0082>. []
  59. François Antoine Brutus Duprat, Ibid., p.78. []
  60. Ibid., p. 96. []
  61. Spécimen des caractères, vignettes, armes, trophées, et fleuron, de l’Imprimerie royale, Iʳᵉ partie, ancienne typographie, de l’Imprimerie royale, Paris, 1819, bibliothèque de l’Imprimerie nationale, <https://www.imprimerienationale-patrimoine.fr/ark:/55748/00157>. []
  62. Il s’agit de l’hôtel de Toulouse, 1 rue La Vrillière, Paris, et acquis par la Banque de France en 1809. François Antoine Brutus Duprat, Ibid., p. 167-168. []
  63. Molé jeune est mentionné comme graveur et fondeur le 12 nivôse de l’an X, et domicilié 1198 rue de Vaugirard, Paris. Voir : Pierre Roux, Journal typographique et bibliographique : ou annonce de tous les ouvrages qui ont rapport à l’imprimerie, comme gravure, fonderie, papeterie, géographie, musique, estampes, architecture, librairie ancienne et moderne, chefs-d’oeuvre de reliure, et de tous les arts libéraux et mécaniques. Ventes d’imprimeries et de librairies, № XII, 12 Nivôse an VI, p. 96, Q-3586, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5481908w/f8.image>. []
  64. Louis-Antoine Saintomer l’aîné, Graphométrie ou l’art de démontrer l’écriture, chez l’Auteur, an septième, p. 5, RES G-V-576, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35562481k>. []
  65. 60ᵉ séance du Lycée des Arts, le 15 prairial an VII, Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray, « Lycée des Arts », dans A. L. Millin, Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, chez Fuchs libraire, V. année, tome premier, an VII, 1799, p. 538, Z-54193, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4241258/f536.item>. []
  66. Joseph-Gaspard Gillé, Prospectus d’un nouveau manuel typographique, ou traité des moyens mécaniques qui concourent à la confection physique des livres, De l’imprimerie de Gillé, GE F PIECE-2350, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41609588f>. []
  67. François Antoine Brutus Duprat, Ibid., p. 78. []
  68. « De Versailles, le 28 décembre 1771 » dans : Gazette de France, № 104, du lundi 30 décembre 1771, Imprimerie Royale, Paris, 4-LC2-1, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41265434t>. []
  69. La vente d’une fonderie sous l’Ancien Régime dépassait rarement les 30 000 livres. Voir : « Aperçu sur la fonderie typographique parisienne au XVIIIe siècle », dans : Jeanne Veyrin-Forrer, La lettre & le texte, Trente années de recherches sur l’histoire du livre, Collection de l’École normale supérieure de jeunes filles, № 34, Paris, 1987, p. 91-92, 8-MANDEL-255, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34977748j>. []
  70. Une petite partie de ses caractères d’écriture sont également conservés dans le cabinet des poinçons de l’Imprimerie Nationale. Voir : Isabelle de Conihout et Frédéric Gabriel (dir.), Poésie et calligraphie imprimée à Paris au XVIIᵉ siècle. Autour de La Chartreuse de Pierre Perrin, poème imprimé par Pierre Moreau en 1647, Bibliothèque Mazarine – Éditions Comp’Act, Paris et Chambéry, 2004, 4-Z-10857, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39179034q>. []
  71. François Antoine Brutus Duprat, Ibid., p. 96. []
  72. « Fagnon, (Jean-Charles) », dans : Etienne Gabriel Peignot, Dictionnaire raisonne de bibliologie, Chez Villier, Libraire, an XI 1802, Paris, p. 377-378, Q-4208, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5493748m/f388>. []
  73. Pierre Roux, Journal typographique et bibliographique, 5ᵉ année № VII, 25 brumaire an X, Paris, Q-3589 (DOUBLE), <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5483342g/f8.item>. []
  74. Joseph-Gaspard Gillé, Typographie, notice pour le concours des progrès de l’industrie française en 1819, Gillé auteur et éditeur, deuxième édition, 1819, Paris p. 6, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k850501r/f8.image>. []
  75. 60ᵉ séance du Lycée des Arts, le 15 prairial an VII, Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray, « Lycée des Arts », dans A. L. Millin, Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, chez Fuchs libraire, V. année, tome premier, an VII, 1799, p.535- 536, Z-54193, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4241258/f534.image>. []
  76. Sur le rôle de Desaudray dans la démocratisation des sciences et des technologies voir : Liliane Hilaire-Pérez, « Des entreprises de quincaillerie aux institutions de la technologie: l’itinéraire de Charles-Emmanuel Gaullard-Desaudray (1740-1832) », dans : Jean-François Belhoste, Serge Benoît, Serge Chassagne, Philippe. Mioche (dir)., Autour de l’industrie, histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, Paris, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, 2004, p. 547-567, 2005-37044, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39908263j>. []
  77. Claude Viel, « Fourcroy et les Lycées » dans : Revue d’histoire de la pharmacie, 98ᵉ année, № 369, 2011. p. 13-30, <https://www.persee.fr/doc/pharm_0035-2349_2011_num_98_369_22273>. []
  78. Ibid. []
  79. Charles Lechard, Écriture coulée et bâtarde brisées ou expédiées perfectionnées avec les attributs en traits de composition variés dans le gout le plus moderne. Dédiées au lycée des arts, gravé par Molé, chez Jean, à Paris, 1799, p. 4, le même ouvrage est conservé aussi à la Réserve des livres rares de la BnF, RES ATLAS-V-75, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30764420h>. []
  80. Véronique Meyer, « Les tribulations du graveur hollandais Simon Frisius chez les calligraphes parisiens », dans : Bulletin du Bibliophile, № 2, 2006, éditions du Cercle de la librairie, Paris, p. 253, Y Usuels Réserve Séries Dz. 1, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34382516b>. []
  81. Edme François Jomard « Rapport fait par M. Jomard, au nom d’une Commission spéciale, sur les tableaux typographiques de M. Molé, fondeur de caractère, rue de la Harpe, № 78, à Paris », dans : Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, Imprimerie de Madame Huzard, № 175-186, 18ᵉ année, 1819, Bibliothèque centrale du Cnam, BSPI 18, <http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?BSPI.18/374/100/420/22/388>. []
  82. Bon-Joseph Dacier, « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Langlès » dans : Histoire et mémoires de l’Institut royal de France, tome 9, 1831, p. 100-116, <https://www.persee.fr/doc/minf_1267-8996_1831_num_9_1_1258>. []
  83. Les caractères arabes gravés par Joseph Molé ont été conservés jusqu’au XXᵉ siècle dans le catalogue de la Fonderie Beaudoire & Cⁱᵉ. Une étude plus approfondie permettrait de déterminer s’ils sont actuellement conservés dans le don Deberny & Peignot à l’Imprimerie Nationale. On retrouve les mêmes caractères en 1909 sous l’appellation « Arabe, Turc, Persan, Afghan, Malais, Hindoustan » dans : Charles Beaudoire & Cⁱᵉ, Fonderie générale de caractères français et étrangers, Beaudoire & Cⁱᵉ, Paris, 1909, RES P-Q-768, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3296504/f567.item>. []
  84. Charles Nodier, « Exposition des produits de l’industrie», dans : Joseph-François Michaud, La Quotidienne, № 265, 22 septembre 1823, p. 4, GR FOL-LC2-728, <https://www.retronews.fr/journal/la-quotidienne/22-septembre-1823/737/2132307/1>. []
  85. Jacques-Joseph Champollion, « Notice sur M. Molé », dans André Étienne d’Audebert de Férussac, Bulletin général et universel des annonces et des nouvelles scientifiques, Tome quatrième, Au bureau du Bulletin, Paris, 1823, p. 108-110, Bayerische Staatsbibliothek, 3102506, <https://www.digitale-sammlungen.de/en/view/bsb10600906?page=116>. []
  86. Ibid. []
  87. Je remercie Christine Minjollet, assistante du conservateur du Musée de la Légion d’honneur, de m’avoir indiqué l’ampliation de décret datée du 23 octobre 1823 qui le confirme. Le dossier d’archive concernant Joseph Molé n’existe plus et a probablement été détruit lors des événements des 23 et 24 mai 1871 de la Commune de Paris. []
  88. Il fut même appelé à « soumissionner la gravure des types » au côté de Firmin Didot et Marcellin Legrand mais celui-ci visiblement refusa. Voir : François Antoine Brutus Duprat, Ibid., p. 288-290. []
  89. J. Duverger, « Molé (Joseph) », dans: M. E. Pascallet, Ibid., p. 345. []
  90. Philipe Dally, « Bobino, ou le théâtre du Luxembourg », dans : Bulletin de la Société historique du VIᵉ arrondissement de Paris, Société historique du VIᵉ arrondissement de Paris, Tome XIV, année 1911, T. 14, N1,A1911, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5326401x/f56.image>. []
  91. Je remercie Solveig Buch, la conservatrice de la bibliothèque de l’École Estienne, de m’avoir indiqué cette anecdote relatée par Alphonse Alkan qui a sans doute connu Joseph Molé personnellement. Ce qui explique peut-être que tous les spécimens de la fonderie Molé jeune sont conservés à l’École Estienne, dans le fonds Alkan. Alphonse Alkan et Leprince, Les quatre doyens de la typographie parisienne, Typographie de André Burdin et Cⁱᵉ, Paris, 1889, p. 92, 8-LN12-38, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5684372d/f107>. []
  92. Jean-Baptiste-Auguste Imbert, La Bobineautiade, coup d’œil critique sur le théâtre du Luxembourg, satire en deux chants par un avorton du Parnasse, satire en 2 chants, Mansut, Libraire, 117 rue Saint-Jacques, Paris, 1830, p. 4, YE-44890, <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30633800z>. []
  93. Philipe Dally, « Bobino, ou le théâtre du Luxembourg », Ibid., p. 71. []
  94. « Nécrologie », dans : Édouard Alletz, Le Pays : journal de l’Empire, 5ᵉ année, № 174, 23 juin 1853, JOD-180, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46522302/f4.item>. []

Aurélien Vret

Chercheur associé à la bibliothèque de l’Arsenal, pour l’étude du fonds Mandel, avec Anne-Bérangère Rothenburger comme tutrice scientifique. Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Toulouse (devenu l’Institut supérieur des arts de Toulouse, ISDAT), artiste plasticien et dessinateur de caractères typographiques chez Typofonderie.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Aurélien Vret

Chercheur associé à la bibliothèque de l’Arsenal, pour l’étude du fonds Mandel, avec Anne-Bérangère Rothenburger comme tutrice scientifique. Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Toulouse (devenu l’Institut supérieur des arts de Toulouse, ISDAT), artiste plasticien et dessinateur de caractères typographiques chez Typofonderie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search