La médiation des livres anciens de sciences et techniques : échanges entre étudiants, bibliothécaires et enseignant

Grâce au soutien de Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques de la BnF, j’ai pu faire se rencontrer, en mars 2022 , deux univers qui me sont chers. Celui des chercheurs associés d’une part — dont je fais partie depuis 2019 —, et celui du cours d’histoire que je donne cette année en première année de licence à l’Université Gustave Eiffel. Au terme de cette année universitaire 2021-2022, je reviens ici sur ce moment marquant de mon activité de chercheur associé.

Inscrit dans une UE intitulée « Enquêter en histoire », mon cours (30h) portait sur « Les Européens, le monde et l’histoire naturelle. Une introduction à l’histoire des sciences et des savoirs de l’époque moderne (XVIe-XIXe siècles) ». Les thèmes abordés sont variés : circulation des savoirs, acteurs de l’échange (missionnaires, diplomates, marchands…), institutions savantes (académies, muséums…), collections (transport, classement, conservation…), sociabilité du travail savant (correspondance, controverse…), goût pour l’histoire naturelle, humanités numériques et histoire des sciences, etc.

Lors de la première séance, j’ai fait lire à mes étudiants les dernières pages de La magie des grimoires (2009) de Nicolas Weill-Parot que ma directrice de thèse, Emmanuelle Chapron, avait récemment porté à ma connaissance. Après que nous ayons lu ces pages sur le goût et le sens des bibliothèques et de l’histoire, j’ai sondé ma classe pour savoir si certains étudiants s’étaient déjà rendus à la Bibliothèque nationale, pour étudier en Haut-de-jardin ou pour profiter de la programmation culturelle. À l’écoute de leurs réponses, j’ai tout de suite su, que pour la totalité de mon auditoire, une visite à la BnF serait une première. Grâce à l’aide de mon département d’accueil, j’ai pu organiser une séance de mon cours au sein de la BnF. Les objectifs de cette séance (3h) étaient multiples :  

  • découvrir l’histoire, le fonctionnement et la richesse de la plus grande bibliothèque de France ;
  • créer un contact avec des livres anciens pour transmettre « le goût de l’archive » et « la magie des grimoires » ;
  • introduire de la complexité dans une conception parfois trop simple du livre et donner des clefs pour en comprendre la structure, la matérialité, l’histoire ;
  • nourrir le cours par l’étude — in situ — d’un certain nombre d’exemples ;
  • élargir le cours avec une sélection d’ouvrages sur des périodes et des thématiques qui ne sont pas abordées en classe, telles que la physique et la chimie, la gastronomie, les sciences de l’ingénieur, l’époque contemporaine après 1850.

Cette séance est le fruit d’un travail collectif entre le département des Sciences et techniques et le département de la Découverte des collections et de l’accompagnement à la recherche. Je tiens ainsi à remercier Michel Netzer, Chloé Cottour — qui a présenté l’histoire de la BnF ainsi qu’une importante sélection d’ouvrages —, Isabelle Degrange — qui a présenté Gallica et les collections de gastronomie —, Juliette Delobel — qui a assuré la visite de la bibliothèque — et Jean-Christian Midekin — qui m’a accompagné pour tous les aspects organisationnels —. De mon point de vue de chercheur associé, cette expérience a été très enrichissante. Ce fut une très belle expérience intellectuelle et collective, de partage, entre étudiants, bibliothécaires et enseignant.

Les étudiantes et étudiants volontaires ont choisi de présenter ici quelques livres qu’ils ont pu découvrir à la BnF. Je les remercie également !

Axel Le Roy
Juin 2022

Sélection du corpus, avec Chloé Cottour et Michel Netzer.

Histoire et matérialité des livres anciens

Par Alvin Bodjo, Chloé Jaulin, Nina Mathey et Jennyfer Midey
L1 SHS, Université Gustave Eiffel – Champs-sur-Marne

La séance de travail sur les livres anciens, organisée en salle de formation, a été l’occasion d’étudier les étapes et les acteurs de la fabrication du livre (papetier, auteur, traducteur, imprimeur, libraire, éditeur, préfacier, relieur…), la matérialité de ces objets (reliures, cahiers, réclames, formats, illustrations, filigranes…), leur circulation et l’histoire des collections (tampons de bibliothèques, ex-libris…). Nous sommes également revenus sur l’histoire de la lecture et du travail savant, notamment en repérant les traces laissées par les lecteurs (soulignements, ratures, marginalia, commentaires et autres dessins).

Nous présentons ici quelques ouvrages étudiés à l’occasion de cette séance.

1. Des livres d’histoire naturelle publiés à Florence, Naples et Nuremberg (XVIe-XVIIe siècles)

L’ouvrage le plus ancien qui nous a été présenté, est le Kreuterbuch, new zugericht von allerhand Bäumen, Stauden, Hecken, Kreutern, Früchten unnd Gewürtzen… d’Adam Lonitzer (1528-1586). Imprimé en caractères gothiques, cet exemplaire possède une solide reliure en parchemin dotée d’un système de fermeture avec des lanières en tissus vert qui sont liées aux plats et peuvent être nouées. Cet ouvrage est impressionnant par la richesse et le nombre des illustrations gravées sur bois et colorées à la main. Si l’exemplaire présenté est incomplet — car amputé de sa page de titre —, nous savons tout de même qu’il été imprimé à Francfort-sur-le-main par Christian Egenollfs Erben en 1557, et qu’il est le fruit de la traduction en allemand du Naturalis historiae opus novum… plantarum, animalium et metallorum… qui avait été publié six ans plus tôt. Compilant des textes déjà publiés ailleurs, Lonitzer y distribue des matières naturelles en différents chapitres (sur la distillerie ; les minéraux ; les animaux ; les arbres ; et les plantes) dont la première page est toujours accompagnée d’une illustration qui introduit le texte. La présentation de ce livre était particulièrement riche, notamment en raison de la présence de soulignements, d’annotations dans les marges et de dessins réalisés à l’encre, à de nombreuses pages.

Deux livres sur des cabinets de curiosités italiens nous ont ensuite été présentés. Le premier dresse la catalogue de la collection de l’apothicaire et naturaliste napolitain : Ferrante Imperato, né en 1550 et mort en 1631. Il a constitué un cabinet de curiosité au Palazzo Gravina de Naples, qu’il faisait visiter et à partir duquel il entretenait de nombreuses relations savantes, notamment par l’échange d’objets et de correspondance. Nous avons vu que ces cabinets de curiosités sont des endroits d’accumulation d’objets variés qui y sont triés, classés, analysés.

Relié en veau moucheté, l’exemplaire présenté est une réédition annotée et commentée par Giovanni Maria Ferro de Dell’historia naturale, qui fut publiée à Venise en 1672 — l’édition originale avait  été publiée à Naples en 1599 —. Grâce à cet ouvrage  nous pouvons saisir la diversité des objets qui se trouvaient dans cette collection : des animaux, des plantes mais aussi des coquilles, des roches, des fossiles ou encore des artefacts exotiques comme une boite d’encre noire, sans doute chinoise, représentée sous l’intitulé « inchiostro indiano nero nella sua cassetta » (p. 677). Cette diversité est mise en scène dans une gravure du cabinet de curiosité avec une abondance d’animaux, de livres, de boites… sur le sol, les murs et le plafond avec un crocodile qui surplombe quatre protagonistes qui pointent des objets du doigt et du bâton.

Legati Lorenzo, Museo cospiano…, 1677.

Cette gravure fait écho à celle qui figure en tête d’un autre ouvrage qui a été présenté : le Museo cospiano publié en 1677 par Lorenzo Legati, et qui constitue le catalogue de la collection du marquis bolognais Ferdinando Cospi (1606-1686). Dans le livre de Lorenzo Legati comme dans le livre de Ferrante Imperato, les gestes des protagonistes dirigent le regard du lecteur vers des objets qui occupent toute la pièce. La perspective est identique, de même que le dispositif de papier qui est utilisé pour intégrer la gravure dans l’ouvrage, avec une feuille dépliable positionnée parmi les premières pages du livre. Cet exemplaire nous a permis de découvrir une luxueuse reliure en maroquin rouge — en peau de chèvre teintée —, ornée de dorures sur le dos, sur les coupes, sur la dentelle, avec un ex-libris caractéristique de la bibliothèque du roi sur les contre-plats. L’intérieur des contre-plats sont égayés par du papier marbré. Parmi les objets d’histoire naturelle décrit, on trouve, comme chez Ferrante Imperato, des artefacts exotiques tels qu’un « libro messicano » (un codex manuscrit précolonial mésoaméricain) et des « geroglifici » (hiéroglyphes) décrits et représentés aux pages 191 et 192.

La thématique des profondeurs de la Terre et des océans a été suivie tout au long de la séance avec la présentation de plusieurs ouvrages : le Libro de agricultura… d’Ibn al-ʿAwwām al-Išbīlī Yaḥyā ibn Muḥammad traduit en 1802 par Banqueri Josef Antonio, les Entretiens sur la minéralogie, d’après la méthode du célèbre Haüy, (1825), Les Volcans et les tremblements de terre…, d’Arnold Boscowitz (1866), Les abîmes de la mer  de Charles Wyville Thomson (1875) et le Mundus subterraneus d’Athanase Kircher (1664).

Né en 1602, Kircher est nommé en 1635 professeur au collège jésuite à Rome, le « Collège romain ». Les livres qu’il a publiés reflètent la diversité de ses intérêts. L’exemplaire du Mundus subterraneus qui nous a été présenté a été publié à Amsterdam en 1664. La reliure en peau retournée a été décorée d’une frise obtenue par la technique de l’estampage à froid. En caractères gras, le nom du pape Alexandre VII occupe une place centrale dans la page de titre. C’est à lui que Kircher a dédié son ouvrage. Ce fut pour nous l’occasion d’étudier les différents textes généralement placés au début des livres : dédicaces, préfaces au lecteur, notes de l’éditeur, tables des matières, etc. Grâce aux grandes, fines et nombreuses gravures, le lecteur est transporté au fil des pages dans le cœur des volcans et autres entrailles de la Terre étudiées par Kircher. Les premières représentations présentes dans le livre sont les portraits de Kircher et du pape Alexandre VII, placés côte à côte au début du volume. Les deux regardent le lecteur et sont mis en scène dans des gravures riches de symboles : l’un est représenté en savant jésuite devant sa bibliothèque, l’autre est survolé par un ange qui porte la tiare pontificale et les clefs de Saint-Pierre, devant le dôme de Saint Pierre de Rome.

Ces deux portraits ont été mis en regard de ceux de Ferdinando Cospi et du prince de Toscane Ferdinand III de Médicis à qui Lorenzo Legati a dédicacé son Museo Cospiano en 1677.

Kircher Athanase, Mundus subterraneus…, 1664.

2. Médecine, structure et fonctions du corps humain (1679 et 1879)

Nous avons vu deux ouvrages de médecine et anatomie. Le premier a été publié à Nuremberg en 1679. Il s’agit du Tractatio med. curiosa de ortu et occasu transfusionis sanguinis… du médecin Georg Abraham Mercklin (1644-1702). Nous avons été particulièrement marqués par le frontispice de ce petit livre qui présente une gravure composée de trois représentations de transfusion entre des humains, et entre des humains et des animaux.

Mais le plus impressionnant fut Le corps humain : structure et fonctions, publié précisément deux cent ans après le Tractatio med. curiosa de ortu et occasu transfusionis sanguinis. Il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation du docteur et anatomiste Gustave-Adolphe Khuff, dont l’originalité réside dans l’architecture des planches. Si certaines sont classiques, d’autres se superposent, morceau par morceau, pour figurer différents les niveaux de profondeur du corps humain. Ce dispositif illustratif s’inscrit dans un mouvement qui s’est développé dès les premières décennies du début du XIXe siècle : l’anatomie clastique. Les illustrations mobiles d’Edouard Cuyer, publiées en 1879, sont composées de plusieurs couches superposées qui permettent de représenter les organes, le corps humain, depuis l’organisation générale du corps jusqu’aux représentations les plus précises. Les couches de papier peuvent être dépliées, soulevées, pour laisser voir apparaître les couches inférieures, tantôt les muscles, tantôt un organe, tantôt le squelette.

Ce type de livre est connu dès le XVIIe siècle. Il connait un vif succès au XIXe siècle pour ses qualités pédagogiques, puisqu’il permet d’étudier l’anatomie à petite échelle (la tête, les yeux, l’estomac) mais aussi a une plus grande échelle (le squelette, la circulation sanguine). On trouve dans cet ouvrage des illustrations du corps dans son ensemble, avec des illustrations spécifiques pour la tête, le tronc, le pied ou l’œil. Singulièrement réalistes, ces illustrations donnent au lecteur — en peu de pages — de riches représentations de l’anatomie humaine. Elles montrent l’ingéniosité des dispositifs techniques mis en place par les auteurs et les éditeurs pour compléter les textes scientifiques et les rendre plus intelligibles. Nous avons pu saisir à de multiples reprises l’importance de numériser les livres, notamment pour des questions de diffusion, mais aussi pour des raisons de conservation,  comme dans le cas présent pour un ouvrage contenant des illustrations mobiles très fines et particulièrement fragiles.

3. Plongée dans les profondeurs des volcans et des océans au XIXe siècle

La thématique des profondeurs a été explorée à partir de deux ouvrages du XIXe siècle, toujours dans l’idée de diversifier les exemples par rapport aux textes abordés en cours et qui portaient plutôt sur la botanique et la zoologie. Tout d’abord, les tampons de la bibliothèque impériale, de la bibliothèque royale et du dépôt légal nous ont permis de retracer l’histoire du livre (son entrée dans les collections) et l’histoire de la bibliothèque au gré des changements de régimes politiques tout au long du XIXe siècle. Ces deux livres partagent des points communs. Les reliures sont identiques : une demie reliure en chagrin rouge avec des nerfs abîmés et des étiquettes semblables avec le « S » de la cotation Clément propre aux ouvrages d’histoire naturelle. À ces aspects communs s’ajoutent le format (in-octavo), les polices, le style des titres, qui sont caractéristiques de l’édition des années 1860 et 1870.

Le premier, Les Volcans et les tremblements de terre…, d’Arnold Boscowitz, a été publié en 1866. Le second, Les abîmes de la mer : récits des expéditions de draguage des vaisseaux de S.M. le « Porcupine » et le « Lightning », pendant les étés de 1868, 1869 et 1870… de Thomson Charles Wyville, l’a été en 1875. Arnold Boscowitz est un homme de lettres et vulcanologue (1826-1909). Son ouvrage est illustré de représentations d’éruptions volcaniques de différents volcans du monde. Les illustrations sont densément colorées, avec des volcans et paysages dans des tons sombres, qui, par un jeu de contraste, mettent en lumière la lave des éruptions représentées avec des couleurs claires. On observe un procédé de coloration semblable dans les illustrations du livre de Thomson sur les abîmes de la mer. 

Spécialiste de la faune marine, l’écossais Sir Charles Wyville Thomson — professeur à l’université d’Édimbourg — a mené l’expédition du Porcupine et du Lightning entre 1868 et 1870, puis du H.M.S. Challenger autour du monde dans les années 1872-1876. Outre des cartes en couleur qui mettent en exergue le trajet de l’expédition, des schémas, des graphiques, on trouve dans l’ouvrage qui nous a été présenté, des illustrations représentant des espèces des abysses en blanc sur fond noir. Ces grands aplats noirs immergent ainsi le lecteur dans les profondeurs les plus sombres des océans.

4. Le livre de cuisine  de Jules Gouffé (1867)

Jules Gouffé (1807-1877) est un célèbre cuisinier et pâtissier français, dont l’ambition était de d’offrir à la gastronomie, un livre de cuisine qui soit une référence et qui rompe avec les livres publiées jusqu’alors. Cette ambition est annoncée dès la préface de son Livre de cuisine publié en 1867, « avec 25 planches imprimées en chromolithographie et 161 gravures sur bois dessinées d’après nature », ce qui en fait le premier livre de cuisine français en couleur. L’exemplaire présenté est une réédition de 1902.

Gouffé Jules, Le livre de cuisine : la cuisine de ménage et la grande cuisine…, 1902.

Gouffé a fait exécuter les dessins et planches « d’après nature » par le peintre Étienne Antoine Eugène Ronjat (1822-1912), qui utilisa donc la technique de la chromolithographie, développée depuis les années 1830. Cette technique utilise un procédé de reproduction par impressions successives, une à une, des couleurs des estampes ou des illustrations. « Ce n’est pas à moi à faire ressortir la valeur artistique de ces planches ni le mérite des dessinateurs et des graveurs qui ont bien voulu me prêter l’appui de leur talent mais tout en reconnaissant l’éclat incontestable que de pareilles illustrations n’ont pu manquer de donner au volume je tiens à insister sur un point c’est que ces dessins ont été faits non pas seulement pour l’ornement et l’effet du coup d’œil mais aussi pour concourir directement à l’œuvre d’enseignement culinaire que j’ai eue en vue avant toutes choses en écrivant mon ouvrage » écrit Gouffé (p. IX). Les dessins réalisés à la gravures sur bois qui accompagnent les planches en couleur décomposent le travail, étape par étape, pour donner des explications précises et des exemples de manipulations. Gouffé souhaitait en effet fournir aux cuisiniers des clefs de compréhension, des modèles accessibles en coup d’œil pour faciliter l’apprentissage, notamment celui des novices.

Rédigé en deux parties, cet ouvrage culinaire est l’un des plus complet de son époque. La première partie porte sur la cuisine des ménages, qui se veut « sans complications d’aucun genre » et met les recettes « tout à fait à la portée des débutants et des apprentis ». La seconde est dédiée à de la grande cuisine, avec « tous ses développements et ses perfectionnements ». Outre les recettes de cuisine, Gouffé donne des notions sur les ustensiles et les appareils utilisés en cuisine, indique les quantités de denrées et de précieux détails sur les temps de cuisson.

Galerie des autres ouvrages présentés

La visite de l’exposition Champollion

Pour clore le semestre, à la demande des étudiants, nous sommes revenus à la BnF pour une seconde séance de de TD « hors les murs ». Nous avons ainsi pu visiter l’exposition Champollion lors d’une séance animée avec Hélène Virenque, co-commissaire de l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes. Cette visite faisait échos à l’exposé d’un étudiant sur « Les débuts de l’égyptologie » présenté au cours précédent. La visite était l’occasion de découvrir le travail de Champollion, mais surtout de revenir, document à l’appui, sur la naissance de la discipline, la place des livres et des traductions dans la construction des savoirs sur l’antiquité, ainsi que sur le rôle des expéditions scientifiques et archéologiques menées en Égypte. Les étudiants ont pu comparer ces travaux avec ce qui a été vu en cours à partir du cas de l’histoire naturelle. Ils ont également retrouvé des savants étudiés en TD comme Athanase Kircher, auteur de la China monumentis illustrata (Amsterdam, 1667, vue en classe), du Mundus subterraneus (Amsterdam, 1664, présenté à la BnF), mais aussi de l’Œdipus Ægyptiacus (Rome, 1652-1654, exposé à la BnF) ou encore des naturalistes membres de la campagne d’Égypte comme Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. Ils ont également pu voir la circulation des objets, du matériel archéologique, et saisir la place du dessin dans la fabrication des savoirs, notamment autour de la famille Redouté — avec Henri-Joseph qui participa d’Égypte et son frère, Pierre-Joseph, célèbre dessinateur de botanique —.

Bibliographie

Sélection de Chloé Cottour 

Dépierre Joseph, Traité de la teinture et de l’impression des matières colorantes artificielles…, 5 vol., vol. 1, Paris, Baudry et Cie, 1891. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 8-V-22236 (1 à 5). En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5368988t.

Garnier Jules, Avant-projet d’un chemin de fer aérien à voies superposées à établir sur les grandes voies de Paris…, Paris, Chaix, 1884, 43 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 4-V-1761. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1421417n.

Goyallon Jérôme et Vomorin Jean-Paul, Les mutants du Cénozoïque, Orléans, du BRGM, 1990 (Les Observateurs de la terre, no 5), 48 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote FOL-S-1861 (5).

Kestler Monique, Kestler Paul et Mézin Franck, Bugatti  : pour la beauté du geste, 1 vol., Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 56 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 2019-189463.

Kuhff Gustave Adolphe, Le Corps humain, structure et fonctions…, 2 vol., Paris, J.-B. Baillière et fils, 1879. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 4-TA9-373 (TEXTE). En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9327356. Site consulté le 2 avril 2022.

Mercklin Georg Abraham, Tractatio med. curiosa de ortu et occasu transfusionis sanguinis…, Nuremberg, J. Ziegeri, 1679, 112 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 8-TE13-16. En ligne : https://books.google.fr/books?id=IoxExGrcUo8C&printsec=frontcover&source=gbs_atb&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false.

Mini mug cakes Monsieur madame, Vanves, Marabout, 2018, 26 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 2018-190266.

Mini mug cakes Monsieur madame, Vanves, Marabout, 2019, 26 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 2019-252771.

[Recueil d’invitations, cartes et programmes pour les fêtes données par la municipalité de Paris à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.], s. l., s. d. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote FOL-V PIECE-891.

Rudaux Lucien, Sur les autres mondes, Paris, Larousse, 1937, 223 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote FOL-V-6577.

Sélection d’Isabelle Degrange

Gouffé Jules, Le livre de cuisine : la cuisine de ménage et la grande cuisine…, Paris, L. Hachette, 1902, 762 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote 4-V-5358. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3412589x. Site consulté le 2 avril 2022.

Sélection d’Axel Le Roy

Boscowitz Arnold, Les Volcans et les tremblements de terre…, Paris, P. Ducrocq, 1866, 604 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-6969. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42337132. Site consulté le 2 avril 2022.

Entretiens sur la minéralogie, d’après la méthode du célèbre Haüy ; accompagnés de son portrait et de 23 planches, par Ambroise Tardieu, Paris, Boulland, 1825, 528 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-34786. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9601439t. Site consulté le 2 avril 2022.

Ibn al-ʿAwwām al-Išbīlī Yaḥyā ibn Muḥammad, Banqueri Josef Antonio (éd.), Libro de agricultura, su autor… Abu Zacaria Iahia aben Mohamed ben Ahmed Ebn el Awam,… Traducido al castellano y anotado, por Don Josef Antonio Banqueri,…, 2 vol., Madrid, Impr. real, 1802. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-1058. En ligne : https://wellcomecollection.org/works/guuvfnu5/items.

Imperato Ferrante et Ferro Giovanni Maria, Historia naturale di Ferrante Imperato…, Venise, Combi e La Noù, 1672, 698 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-1326. En ligne : https://www.biodiversitylibrary.org/page/47563648#page/5/mode/1up.

Kircher Athanase, Mundus subterraneus, in XII libros digestus…, 1 vol., Amsterdam, J. Janssonium et E. Weyerstraten, 1664. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-1250. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1063786/f1.item.

Legati Lorenzo, Museo cospiano, annesso a quello del famoso Ulisse Aldrovandi e donato alla sua patria dall’ illustrissimo signor Ferdinando Cospi…, Bologna, G. Monti, 1677, 532 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-1340. En ligne : https://books.google.fr/books?id=gclYAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false.

Lonitzer Adam, Kreuterbuch, new zugericht von allerhand Bäumen, Stauden, Hecken, Kreutern, Früchten unnd Gewürtzen… mit vilen newen Kreutern…, Francfort-le-Main, gedruckt bei C. Egenollfs Erben, 1557. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-630 (1). En ligne : https://www.google.fr/books/edition/Kreuterbuch_A_corrected_edition/fBVmAAAAcAAJ?hl=&gbpv=1.

Thomson Charles Wyville, Les abîmes de la mer : récits des expéditions de draguage des vaisseaux de S.M. le « Porcupine » et le « Lightning », pendant les étés de 1868, 1869 et 1870…, Paris, Hachette, 1875, 454 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote S-8807. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97500019. Site consulté le 2 avril 2022.

Sélection de Michel Netzer

Bradwardine Thomas, Geometria speculativa a Petro Sanchez Ciruelo revisa, Paris, Guido Mercator, 1495 (no 123.2). Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote NUMM-52838. En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k52838c. Site consulté le 3 avril 2022.

Euclide, Euclidis elementa mathematica, Paris, Thomam Richardum, 1549, 55 p. Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, département Sciences et Techniques, cote Z BSI JESUITES-10011. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58324549.

Axel Le Roy

Doctorant contractuel à la Faculté des lettres de Sorbonne Université, en co-direction avec l’École Pratique des Hautes Études. Chercheur associé à la BnF, département des Sciences et Techniques.

More Posts - Website


Axel Le Roy

Doctorant contractuel à la Faculté des lettres de Sorbonne Université, en co-direction avec l’École Pratique des Hautes Études. Chercheur associé à la BnF, département des Sciences et Techniques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search