Appel à projets 2022 pour l’accueil de chercheurs au BnF DataLab

Logo-BnF

La BnF et son partenaire Huma-Num lancent leur deuxième appel à projet DataLab.
A destination des chercheurs qui souhaitent travailler sur les collections numériques de la BnF (collections numérisées ou nativement numériques), cet appel à projet propose, sur une durée de 1 an, un accueil au sein du BnF DataLab, un accompagnement scientifique et technique ainsi qu’un financement pouvant aller jusqu’à 15 000€.

Présentation et objet de l’appel

Le BnF DataLab

Depuis une vingtaine d’années, la BnF conduit une politique en matière de numérisation de masse, d’ouverture des licences sur les métadonnées, de mise en place d’outils de consultation, d’analyse et d’extraction, d’accueil et d’accompagnement d’équipes de recherche expérimentant des traitements de corpus et données numériques (archives du web, fouille de textes ou de logs, reconnaissance d’images…). Les opportunités offertes aujourd’hui par les usages computationnels des documents numériques et la maturité des outils d’analyse changent les paradigmes de la recherche et permettent de lui ouvrir de nouveaux champs.

Le BnF DataLab est un service d’assistance et d’accompagnement à la recherche mis en place par la BnF en partenariat avec la TGIR Huma-Num, pour l’accueil de chercheurs qui souhaitent travailler sur les collections numériques de la BnF. Ces collections représentent en effet une masse considérable de documents, d’une grande diversité, tant par leur forme que par leur contenu : documents numérisés dans Gallica et Gallica intramuros, archives du web, métadonnées bibliographiques, jeux vidéo, documents audiovisuels (DVD, vidéos), etc.

Cette variété rend parfois délicate l’étude de corpus et demande un accompagnement à plusieurs niveaux d’expertise : expertise des fonds, des formats bibliographiques mais aussi expertise technique.

A travers des parcours d’accueil, le BnF DataLab permet aux chercheurs de bénéficier de l’ensemble de l’expertise de la BnF sur ces collections : aide à la constitution du corpus, extraction de données et métadonnées, accès à une infrastructure serveur dédiée, suivi de projet… De nouveaux espaces de travail spécifiquement aménagés dans une salle de recherche du site François-Mitterrand permettent d’accueillir des chercheurs désireux de travailler in situ sur des documents numériques de la BnF, notamment ceux sous droits impliquant obligatoirement une consultation sur place (archives de l’internet, documents de Gallica intramuros…), d’utiliser des infrastructures informatiques dédiées ainsi que la boîte à outils du BnF DataLab, mais aussi de bénéficier de l’assistance d’experts BnF et d’ingénieurs d’Huma-Num.

En cela, la mobilisation de différentes expertises permet d’accueillir dans des espaces appropriés une équipe de chercheurs voulant faire de l’analyse sémantique des romans du XIXe siècle ou un laboratoire d’intelligence artificielle qui souhaiterait entraîner ses algorithmes sur des corpus massifs et hétérogènes.

BnF Data Lab  © Olivier Jacquot
BnF Data Lab © Olivier Jacquot

Missions du BnF DataLab

A travers le BnF DataLab, la BnF entend :

  • favoriser l’accès aux collections numériques grâce à la mise à disposition, en Bibliothèque de recherche à François-Mitterrand, d’espaces physiques et informatiques de travail et d’un accompagnement assuré par un large panel d‘experts ;
  • proposer un environnement informatique propice à l’analyse, à la connaissance et à la valorisation des collections en articulation avec l’infrastructure Huma-Num ;
  • structurer un laboratoire d’expérimentation en favorisant les échanges entre la recherche académique et les bibliothèques s’appuyant, notamment, sur les communautés constituées autour de l’infrastructure Huma-Num et ses partenaires.

Les enjeux de cet appel à projet sont donc doubles : fournir un accès facilité et un accompagnement de grande qualité aux équipes dans leurs travaux de recherche ; permettre à la BnF de mieux connaître les pratiques autour de ses collections et approfondir son expertise pour développer ou parfaire ses outils internes.

Objectifs de l’appel

Dans la continuité de ses missions de diffusion et de valorisation des collections, la BnF souhaite, grâce à cet appel à projet, accueillir des équipes de recherche, afin d’accroître la connaissance mais aussi les possibilités d’analyse et de traitement de ses collections numériques. Les projets proposés devront faire appel à des méthodes et outils de traitement numérique.

Le présent appel doit permettre à des équipes de recherche de proposer des projets susceptibles d’être accueillis dans le BnF DataLab, qu’ils soient nouveaux ou déjà en cours, avec un financement et un accompagnement spécifique. De fait, la présence des chercheurs au sein du BnF DataLab doit encourager leur participation à la vie scientifique du BnF DataLab.

Cinq thématiques sont proposées par la BnF mais les candidats peuvent également proposer spontanément leurs propres sujets de recherche, s’ils entrent dans le cadre du BnF DataLab.

Description des services du BnF DataLab dont pourront bénéficier les projets retenus

Le recours aux services sera défini entre l’équipe de la BnF et le responsable de chaque projet en tenant compte des limites de capacité du BnF DataLab.

L’occupation des espaces du BnF DataLab permet :

  • de réserver une salle de groupe de 4 à 8 places d’accéder à des box individuels de travail équipés d’un poste informatique et de deux écrans ;
  • de disposer d’un espace serveur et l’accès à une machine virtuelle depuis les infrastructures dédiées de la BnF et / ou d’Huma-Num ;
  • d’utiliser la boîte à outils du BnF DataLab : un environnement de travail Linux (Ubuntu), un environnement de programmation Anaconda, un IDE (Pycharm) et un client FTP (FileZilla) ;
  • de bénéficier d’une salle de formation et d’un espace de valorisation.

Un schéma de l’infrastructure informatique se trouve en annexe de l’appel. En fonction des besoins, cet environnement pourra être complété par les outils des chercheurs, après validation de faisabilité par la BnF.

Accompagnement et suivi de projet de la BnF :

  • aide à la constitution de corpus : assistance bibliographique, aide pour l’extraction de corpus web et/ou pour l’extraction de données et/ou de documents ;
  • formations : utilisation des outils de recherche bibliographiques, utilisation des API BnF, présentation des formats bibliographiques ;
  • assistance technique : installation d’outils, entretiens avec des experts BnF, accompagnement technique et opérationnel avec les ingénieurs du BnF DataLab ;
  • en accord avec l’équipe technique, accès à la grille de services d’Huma-Num, notamment : dépôt accompagné dans l’entrepôt Nakala, accès à des GPU pour traitement de corpus, accompagnement technique et opérationnel pour la diffusion et l’exposition des données (Nakala Press, site web), référencement dans Isidore.science.

Résultats et reversement des outils produits dans le cadre de la recherchent des outils

Dans le cadre de la politique pour la science ouverte formalisée dans le Plan national pour la Science Ouverte, les réalisations produites dans le cadre de cet appel à projet pourront être valorisées et mises à disposition des communautés de chercheurs souhaitant réutiliser les applications, les scripts et les corpus utilisés. Ces réalisations pourront rejoindre, sous réserve de validation, la boîte à outils du BnF DataLab.

Types de projets visés par le présent appel

  • Durée max. d’un an / budget max. de 15 000 €.
  • Les projets proposés peuvent permettre d’amorcer une nouvelle recherche ou de compléter un programme déjà existant.
  • Un lien fort avec les missions du BnF DataLab et la confirmation d’une présence effective dans les espaces du DataLab.
  • Le projet doit présenter un clair enjeu scientifique pour le traitement et l’analyse des collections numériques de la BnF. Il reviendra à l’équipe de recherche de mettre en œuvre ces méthodes et outils de traitement.

Préconisations méthodologiques

Tout en précisant les enjeux scientifiques, les projets soumis à l’appel devront respecter les obligations suivantes :

  • porter obligatoirement sur les collections numériques de la BnF (Archives de l’internet, Gallica, métadonnées, documents audiovisuels, ressources électroniques…) ou sur celles de ses partenaires disponibles sur Gallica ;
  • porter attention aux problématiques de recherche des consortiums de l’Infrastructure de Recherche Huma-Num (https://www.huma-num.fr/les-consortiums-hn/) ;
  • présenter des étapes de traitement numérique des collections en détaillant les modalités d’accès aux sources, aux corpus et données, leurs modes de constitution, de traitement et de conservation ;
  • en lien avec les problématiques du BnF DataLab, proposer des corpus, des méthodes ou des outils d’analyse originaux présentant un intérêt pour une communauté bien identifiée et livrer des résultats ou des outils d’aide à la recherche utiles et accessibles à cette communauté ;
  • s’engager sur un résultat final sur la base d’une description précise du ou des livrable(s) prévu(s) et d’un planning détaillé ;
  • s’engager sur une présence effective des chercheurs dans les locaux du BnF DataLab :
    • de préférence : pour tout ou partie des travaux de recherche (à évaluer dans la proposition) ;
    • dans tous les cas : en participant à la vie et à l’animation scientifiques du BnF DataLab à travers, par exemple, des ateliers, des formations ou tout autre dispositif innovant (à décrire dans la proposition) ;
  • s’engager à faire un atelier de retour d’expérience sur sa recherche au BnF DataLab ;
  • prévoir des actions de valorisation de la recherche (carnets de recherche, publications, communications lors de colloques…) ;
  • être attentifs aux questions de la pérennisation des données et des résultats de la recherche ;
  • prendre en compte les questions de protection des données personnelles et les droits de propriété intellectuelle sur certains types de données ou corpus.

Sujets proposés dans le cadre de l’appel

Cinq sujets sont proposés en lien avec des collections ou des thématiques spécifiques à la BnF. Les candidats peuvent également proposer leur propre sujet de recherche s’il rentre dans le cadre des objectifs de l’appel et des enjeux du BnF DataLab tels que décrits plus haut.

Les équipes de recherche sont encouragées à contacter la BnF en amont du dépôt pour poser toute question sur leur projet. Merci de contacter : datalab@bnf.fr.

1. Covid19 et Archives du web

Ayant fait l’objet de collectes ciblées entre février et juillet 2020, la collection des Archives de l’internet consacrée à l’épidémie de Covid-19 est riche de plus de 4 600 URLs et aborde la crise sous tous ses aspects : sanitaire, politique, économique, social et culturel. Les archives web de la Covid-19 en tant que collection sont définies comme l’ensemble des contenus collectés par la BnF entre février et fin juillet 2020 dans le cadre de ses collectes courantes. Les données sont conservées dans 15 504 fichiers WARC représentant 15To de données compressées dont 1To de vidéo. Les contenus collectés ont été indexés avec le moteur de recherche Solr.

Pistes de recherche :

  • La cartographie de la collecte ;
  • Information et vulgarisation scientifique en période de crise ;
  • Le vocabulaire de la Covid-19, les registres mobilisés et leur réception critique ;
  • Le web comme moyen de mobilisation et de témoignage ;
  • Comparaison des politiques nationales et comparaison avec d’autres pandémies historiques.

Ces pistes ne sont pas exhaustives et les sujets proposés peuvent concerner les aspects médicaux, sociaux, politiques, économiques et culturels.

2. 20 ans d’archives du web électoral (2002-2022)

Les collectes du web électoral constituent des archives uniques de la vie politique française sur près de 20 ans. Ces collectes lancées à l’occasion de chaque échéance électorale visent à capturer la vie politique sur le Web à travers l’archivage des sites des formations politiques, des candidats, d’organisations de soutien, d’associations, ainsi que des pages web médias ou des blogs individuels. La diversité des débats et toutes les grandes tendances se manifestant sur le Web sont couvertes afin de respecter la représentativité et le pluralisme politique et idéologique. Les contenus sélectionnés sont étiquetés avec des catégories qui reprennent celles utilisées par les préfectures. Toutefois le nuançage n’est pas pratiqué reproduisant ainsi le brouillage des étiquettes observé lors de la sélection. Les niveaux national et régional sont représentés et les collectes sont menées en collaboration avec le réseau des Bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI). L’archivage s’est élargi à d’autres formes de médias numériques, notamment les réseaux sociaux et les chaines vidéos.

Pour en savoir plus : https://webcorpora.hypotheses.org/896

Volumétrie

La volumétrie varie selon la collecte. Elle peut être appréhendée de deux manières : nombre de sélections ou poids des fichiers archivés. Les sites peuvent être capturés plusieurs fois durant la période électorale ou par année à l’occasion des différentes élections. Les problèmes techniques rencontrés peuvent conduire à un échec de la capture du site par le robot de la BnF.

Pour les archives de 2002, les statistiques sont les suivantes :

  • 1906 sites ont été ciblés pour les élections présidentielles et législatives. 6727 captures lancées pour 6278 captures effectuées (soit 93,3%) / 449 captures non effectuées (soit 6,7%).
  • Le nombre de fichiers produit est 11 915 687 fichiers ont été produits pour un poids total de l’archive équivalent à 534Go, soit un poids moyen de 85Mo par site.

Pistes de recherche :

De par sa cohérence et sa profondeur historique, les archives du web électoral permettent d’étudier l’évolution de la communication des différentes tendances politiques, d’analyser la récurrence ou la réactivation de thématiques dans le temps (pouvoir d’achat, l’Europe…etc). Une approche régionale ou locale de la collection peut trouver des compléments dans d’autres archives web, notamment la collecte de l’actualité (presse) et les collectes régionales existantes.

3. Vectorisation automatique de corpus cartographiques patrimoniaux

Le patrimoine cartographique numérisé du département des Cartes et plans (près de 61 000 documents libres de droits et 10 000 documents sous droits) et de la Société de géographie (plus de 10 000 documents aux droits de diffusion négociés et 8000 documents sous droits) est accessible dans la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica et Gallica Intramuros. S’y ajoutent les collections des partenaires de Gallica susceptibles de contenir des documents cartographiques (par exemple, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris). Cette richesse documentaire peut se décliner en corpus pertinents pour des projets de recherche impliquant une géospatialisation de données historiques (géolocalisation d’objets et de documents, géo-référencement, géocodage à partir d’annuaires anciens) dans des domaines comme l’histoire des représentations cartographiques, l’histoire de l’urbanisme et de la géographie…

La BnF propose d’accompagner, dans ce contexte, des projets requérant la possibilité de vectoriser automatiquement des corpus de plans de villes numérisés, selon un prototype utilisant les techniques de l’intelligence artificielle (algorithme fondé sur un réseau de neurones spécifiquement entraîné) : voir la documentation technique disponible sur la page GitHub du projet : https://github.com/BnF-jadis. Cette application pourrait être réutilisée sur des corpus de plans de différentes villes, à partir des collections de la BnF et d’autres institutions patrimoniales, afin, par exemple, de réaligner ces cartes sur plan actuel ou d’en extraire les données.

4. Repérer et identifier l’illustration scientifique et technique

Gallica compte des millions d’images, dont une partie recouvre les disciplines scientifiques et techniques. Certaines sont faciles à repérer car il s’agit d’estampes cataloguées à la pièce, dotées d’une légende précisant le thème et les auteurs, et indexées au sujet. Un pan de l’illustration reste moins connu car incorporé dans monographies ou périodiques et très rarement interrogeable directement. La fouille de données permettrait de faire découvrir des ressources insoupçonnées et de traiter des masses d’informations, révélant des rapprochements inédits. Deux angles sont à envisager : l’illustration et les illustrateurs.

Concernant l’illustration, il conviendrait d’abord de pouvoir l’identifier dans des documents imprimés, tant les planches hors-texte que les planches dans le texte, évitant un fastidieux dépouillement manuel. Le traitement ou la génération de tables de planches serait un outil précieux. Une fois les planches repérées, la reconnaissance d’images fournira les moyens de constituer des corpus thématiques dont on pourra analyser la constitution, repérer les occurrences, reconstituer la généalogie.

L’étude des illustrateurs constitue un autre champ d’investigations. De nombreux illustrateurs sont peu ou pas connus, tant leur vie que leur œuvre. L’analyse des mentions imprimées sur les planches donnera à la fois légende et mentions de responsabilité et aidera à restituer l’œuvre de ces illustrateurs. Les mentions de responsabilité peuvent se présenter sous forme de mentions manuscrites au bas de l’image elle-même, nécessitant des outils de fouille d’images et de reconnaissance de tous types d’écritures y compris manuscrites.

La fouille peut porter sur une discipline ou un thème des sciences et techniques. Des corpus existent déjà, utilisés pour des parcours Gallica comme le Patrimoine gourmand ou la Nature en images, sélection de planches en botanique et zoologie, qui a par ailleurs servi de corpus d’étude dans le cadre de GallicaPix. Ces corpus peuvent servir en l’état ou amendés, mais ils ne constituent pas une exclusive, et l’éventail des thématiques est ouvert et laissé à l’appréciation des candidats.

Exemples :

  • Patrimoine gourmand
  • Les généralités de la zoologie
  • Les champignons

5. Le dessin de presse dans Gallica

Le dessin de presse offre également un large terrain d’expérimentation avec, par exemple, la reconnaissance de figures ou de motifs dans le corpus d’un auteur donné, ou plus largement dans la presse satirique ou dans l’importante collection des défaits de presse réunis en albums qui offrent de nombreuses pistes de recherche : identification de figures et de motifs récurrents, indexation et classement thématique, repérage de postures issues d’un même type de représentation, ou encore, du côté des interfaces, recherche par patterns graphiques, production d’un répertoire de motifs, ou possibilité de replacer les dessins en contexte de publication, d’en retracer la circulation, etc.

Exemples de fonds :

6. Sujet libre (à proposer par l’équipe de chercheurs)

Les candidats peuvent proposer tout autre sujet de recherche qui rentre dans le cadre des objectifs de l’appel, des missions du BnF DataLab et des préconisations méthodologiques.

Les projets peuvent porter sur les différents ensembles numériques de la BnF, par exemple :

  • Gallica ou Gallica Intra-Muros (collections de la BnF ou de ses partenaires)
  • Archives de l’internet
  • Collections numériques du département Son, Vidéo, Multimédia
  • Les métadonnées de la BnF
  • Ressources électroniques (par ex. CAIRN)

Les candidats sont invités à valoriser les problématiques de recherche des consortiums de l’Infrastructure de Recherche Huma-Num  (https://www.huma-num.fr/les-consortiums-hn/).

Modalité de soumission

Le responsable du projet doit remplir le formulaire joint à l’appel qui contient les éléments suivants :

  • Description du projet : sujet, objectifs, livrables
  • Détails de la mise en œuvre et des services du BnF DataLab sollicités
  • Présentation du lien avec les missions et les problématiques du BnF DataLab
  • Pistes de valorisation
  • Budget demandé (hors valorisation des espaces, services et expertises mis à disposition par le BnF DataLab) et, le cas échéant, profils des postes à financer
  • CV du responsable du projet
  • Lettre d’engagement de l’établissement porteur du projet

Le dossier complet doit être envoyé sous forme d’un fichier PDF unique par courriel à l’adresse datalab@bnf.fr

Les dossiers doivent être reçus par voie électronique au plus tard le 30 septembre 2022 (17h), délai et heure de rigueur.

Règlement

En déposant un dossier, le candidat reconnaît avoir pris connaissance du présent règlement et déclare l’accepter sans réserve.

Recevabilité

  • Le dossier de soumission, sous forme électronique, doit être transmis dans les délais, au format demandé et être complet.
  • Le dossier, dans le format fourni, ne doit pas dépasser 12 pages (y compris le CV du responsable et la lettre d’engagement).
  • La durée maximum du projet présenté est de 12 mois : le projet doit démarrer à partir du 1er janvier 2023 et au plus tard le 31 janvier 2023 et doit se terminer au plus tard le 31 janvier 2024.
  • Au-delà des services (espace, accompagnement, expertise) fournis par le BnF DataLab, le montant complémentaire de financement demandé ne peut pas excéder 15 000 € TTC.

Eligibilité 

  • Le projet doit être porté ou soutenu par au moins un laboratoire ou une unité de recherche relevant d’un établissement public de recherche.
  • Le responsable du projet doit être de niveau doctorant (inscrit en thèse) ou supérieur (docteur, enseignement-chercheur, chercheur, ingénieur de recherche).
  • Un projet retenu à l’appel à projets 2021 peut faire l’objet d’une nouvelle soumission au présent appel à condition de présenter des traitements nouveaux ou de nouvelles hypothèses découlant des premiers résultats.

Calendrier

  • Lancement de l’appel à projet : juin 2022
  • Date limite de dépôt des dossiers : 30 septembre 2022
  • Jury de sélection : semaine du 14 novembre 2022
  • Notification des résultats : semaine du 21 novembre 2022
  • Démarrage des projets : entre le 1er et le 31 janvier 2023

Critères et processus de sélection

Les projets retenus seront choisis par un jury composé des membres de la BnF et de l’Infrastructure de Recherche Huma-Num.

Les projets seront évalués par le jury à partir des principaux critères suivants :

  • Recevabilité : dépôt avant la date limite du dossier complet et respect du budget maximum.
  • Adéquation : le projet proposé est conforme aux missions du BnF DataLab. Il doit présenter une problématique de recherche qui porte obligatoirement sur les collections numériques de la BnF ou de ses partenaires disponibles sur Gallica.
    • Les projets portant sur des corpus déjà disponibles (déjà numérisés / déjà collectés) seront privilégiés pour permettre une mise en œuvre rapide du projet.
    • Pour les sujets libres, les problématiques de recherche en rapport avec des Consortiums d’Huma-Num feront l’objet d’une attention particulière.
  • Pertinence : le projet doit obligatoirement décrire les étapes prévues de traitement numérique des collections (modalités d’accès aux sources, aux corpus et données, modes de constitution, de traitement et de conservation, prise en compte des problématiques de gestion et de pérennisation des données…).
    • La présence d’un plan de gestion des données, le cas échéant, sera un atout.
  • Engagement : les projets doivent détailler leur implication dans le BnF DataLab sous forme d’utilisation des espaces et des services proposés et / ou de participation aux activités du BnF DataLab : formations, ateliers ou toute autre forme.
    • Une préférence sera donnée aux projets qui témoignent d’un fort ancrage dans les espaces et dans la vie du BnF DataLab.
  • Qualité du dossier : originalité scientifique du projet,  rigueur de la gestion du projet, compétences mobilisées, faisabilité scientifique et budgétaire, engagement en faveur de la science ouverte, qualité du ou des livrable(s) (s’il s’agit d’un logiciel, une préférence sera donnée aux réalisations sous licence libre).

Tout projet déposé fera l’objet d’une évaluation préalable par le BnF DataLab et les départements de la BnF concernés. Le choix des projets retenus se fera sous réserve de disponibilité des ressources nécessaires au sein de la BnF. De même, l’utilisation des services par les équipes retenues se fera dans les limites de la capacité du BnF DataLab et des départements de la BnF concernés.

La non-sélection de projets ne peut faire l’objet d’une contestation.

Dépenses

  • Toutes dépenses confondues, le montant de financement demandé ne peut excéder 15 000 € (TTC), hors valorisation des espaces, services et expertises mis à disposition par le BnF DataLab.
  • Dépenses éligibles :
    • recrutement IGR / IGE ; stages ;
    • missions (le montant maximum des missions ne pourra pas dépasser 10% de la subvention demandée) ;
    • prestations techniques de fouilles de données ou de développement d’outils liés au traitement numérique des collections, ainsi que les licences logiciels nécessaires.
  • Dépenses non éligibles :
    • frais RH de personnel permanent ;
    • frais de développement ou de maintenance de type site web ou stockage des données ;
    • frais de publication ;
    • frais de gestion.
  • Le responsable s’engage à fournir un tableau de dépenses certifié et toutes les pièces justificatives.

Livrables / utilisation des résultats

  • Le responsable doit décrire dans sa proposition les livrables du projet.
  • Il est attendu que le livrable prenne la forme soit d’un outil, soit d’une démonstration d’une technique d’analyse, susceptibles d’être valorisés dans le BnF DataLab.
  • Le responsable d’un projet retenu s’engage à participer au programme de manifestations scientifiques, et en particulier à un atelier de partage d’expériences sur sa recherche organisé par le BnF DataLab.
  • Pour les logiciels développés dans le cadre du projet, l’utilisation d’une licence libre est fortement préconisée afin de faciliter leur utilisation par la communauté scientifique. En particulier, les logiciels, scripts etc. auraient vocation à rejoindre la boîte à outils du BnF DataLab (cf. supra) et/ou être proposés sur la grille de service d’Huma-Num.
  • La BnF pourra communiquer sur les projets retenus et leurs résultats : les chercheurs s’engagent à respecter les mentions obligatoires dans toute communication.

Convention

  • Une convention sera signée entre la BnF et l’établissement porteur du projet pour encadrer le versement de la subvention, son utilisation, l’utilisation des résultats et les conditions d’accueil.
  • L’équipe de recherche d’un projet retenu s’engage à respecter le règlement des salles de lecture de la BnF et, de manière générale, toute charte ou réglementation applicable relatives notamment à la propriété juridique des documents, la sécurité des collections, la circulation dans les espaces de la BnF et la reproduction des documents issus des collections de la BnF.

Modalités de versement

  • Le financement accordé à tout projet retenu sera versé en deux temps, au début des travaux et à mi-parcours, sur présentation d’un rapport d’étape.
  • Les modalités de versement seront précisées dans la convention.
BnF Data Lab  © Olivier Jacquot
BnF Data Lab © Olivier Jacquot

Annexe : schéma de l’infrastructure informatique

Schéma de l’infrastructure informatique du DataLab

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Une réflexion sur « Appel à projets 2022 pour l’accueil de chercheurs au BnF DataLab »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.