Le Festival Psy de Lorquin, 40 ans de cinéma en psychiatrie. Analyse d’une rétrospective

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections.  Juliette Naviaux, chercheuse associée au service vidéo évoque le projet qu’elle mène sur le Festival Psy de Lorquin : pratiques et usages de l’image animée en psychiatrie.

Festival Psy de Lorquin  © Juliette Naviaux
Festival Psy de Lorquin © Juliette Naviaux

Le Festival Psy de Lorquin

Le Festival Psy de Lorquin est un festival de cinéma dédié aux films sur la psychiatrie et la santé mentale. Il a été créé en 1977 par Alain Bouvarel, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Spécialisé de Lorquin (Moselle), et son collègue Roger Camar. Chaque année, des documentaires, des courts-métrages de fiction et des films réalisés avec des patients en psychiatrie lors d’ateliers vidéo sont présentés dans l’enceinte de l’hôpital psychiatrique de Lorquin devant un public de professionnels de la psychiatrie mais aussi d’usagers, de professionnels du cinéma et de cinéphiles mosellans. Au cours des années, le Festival Psy s’est imposé comme un événement culturel majeur du monde de la santé mentale et les films primés jouissent d’une reconnaissance au-delà de Lorquin. Alain Bouvarel, toujours directeur du festival, a déposé à la Bibliothèque Nationale de France en 2020 une partie des films diffusés au Festival Psy de Lorquin depuis les années 1980. Le fonds, constitué de près de 1800 supports actuellement en cours de numérisation, constitue une source très riche pour étudier à la fois l’histoire de la prise en charge en psychiatrie et l’évolution des représentations audiovisuelles de la psychiatrie et de la santé mentale.

2022, une édition anniversaire

L’année 2022 marquait la 40e édition du Festival Psy. À cette occasion, Alain Bouvarel et son associé Michael Spreng ont organisé une journée anniversaire. À l’issue des deux jours de projections de l’édition 2022, les festivaliers ont pu assister à une journée de rétrospective des films primés au Festival Psy depuis 1978. Afin de présenter le plus de films possible, Alain Bouvarel et Michael Spreng ont fait le choix de projeter majoritairement des extraits de certains films choisis soigneusement par leurs soins. Seuls quelques films ont été projetés dans leur intégralité. En tout, 19 films ont été présentés et chaque extrait a mené à un moment de discussion avec le public, composé en grande majorité de pédopsychiatres. Cette rétrospective presque chronologique est un panel de films primés mais ne peut pas être considérée comme représentative des films programmés au Festival Psy depuis 40 ans. En effet, avec une moyenne de 150 films venus de tous horizons projetés par édition, le Festival Psy est un point de rencontre d’une création audiovisuelle en psychiatrie extrêmement foisonnante et éclectique. Constituée d’un échantillon restreint et subjectif, la rétrospective conçue par A. Bouvarel et M. Spreng permet d’observer un certain nombre d’évolutions des formes audiovisuelles et des sujets traités mais ne permet pas, dans l’état actuel de la connaissance de l’ensemble du fonds complet du Festival Psy, de tirer des généralités sur la création audiovisuelle en psychiatrie. On observe par ailleurs une ellipse d’une dizaine d’années dans cette rétrospective, entre 1984 et 1995, qui s’explique par les choix qu’Alain Bouvarel et Michael Spreng ont dû effectuer afin de couvrir toute  la période du festival en une seule journée. Nous livrons ici une première analyse des grandes tendances observables dans cette rétrospective.

Une rétrospective en 19 films

On observe tout d’abord dans cette sélection rétrospective une prédominance du cinéma documentaire. Sur 19 films sélectionnés, on ne compte qu’un court-métrage de fiction et deux films d’ateliers vidéo. Au total, 5 films ont été réalisés par des soignants, majoritairement dans les années 1980. Un seul film a été réalisé par un patient, diffusé lors de l’édition de 1980. On observe que des films de professionnels du cinéma sont introduits rapidement dans la programmation du festival de Lorquin, souvent réalisés en collaboration avec les équipes soignantes. Cette même tendance est observable à l’échelle de la rétrospective, témoignant d’une porosité entre le milieu du cinéma et les lieux d’accueil psychiatriques.

Le film-portrait, un genre prédominant

Des portraits de patients ne cessent d’être réalisés année après année. Des trajectoires individuelles sont relatées, privilégiant les témoignages et la vie quotidienne. En 1980 est présenté le film Cet homme derrière la vitre, autoportrait d’un patient, Jacques Zelnio. Les patients sont encore peu incités à prendre la caméra et ce film fait événement. Jacques Zelnio, handicapé mental, y parle de sa famille, montre des photographies et livre ses pensées.

En 1982, un autre portrait de patient remporte une récompense, mais, cette fois, c’est une soignante qui tourne l’objectif de la caméra vers lui. Mara Pigeon, animatrice au Centre Antonin Artaud à Bruxelles, filme Victor Cordier, patient en psychiatrie et artiste de talent. Elle réalise un film au titre éponyme qui suit son personnage mais explore aussi la relation patient-encadrant.

Les proches d’usagers s’emparent également de l’outil audiovisuel, comme en témoigne le film Les voix de ma sœur de Cécile Philippin, primé au Festival Psy en 2012. Produit dans des conditions professionnelles et réalisé par une cinéaste dont la sœur souffre de schizophrénie, Les voix de ma sœur est représentatif d’une tendance au film-portrait et au film-témoignage de proches souhaitant valoriser leur parent souffrant mais aussi témoigner de leur expérience en tant que famille d’usager.

De la représentation de l’institution psychiatrique au sujet de société

Les films présentés montrent souvent, dans les premières années, des institutions de soins psychiatriques. Du service décrépit au centre expérimental, les soignants et vidéastes s’engagent pour dénoncer des conditions de soin ou, au contraire, promouvoir des pratiques alternatives. Le premier film présenté lors de cette rétrospective se nomme Une matinée à Janet II et a été primé en 1978, lors de la deuxième édition du festival. Le film avait été réalisé en secret tôt le matin par un groupe d’infirmières et le mari d’une d’entre elles, dans un pavillon pour démentes séniles et arriérées profondes – selon la terminologie utilisée à l’époque. Sans paroles, uniquement sonorisé musicalement, le film, qui dure 80 minutes, est composé de courtes séquences durant lesquelles les infirmières réveillent puis procèdent à la toilette de femmes lourdement handicapées et hospitalisées dans de très mauvaises conditions d’hygiène. Quand il est présenté à Lorquin en 1978, ce film provoque un choc parmi l’assistance. Le but militant des infirmières de ce service est atteint : dénoncer les conditions de soins des patientes et leurs conditions de travail à elles.

Le film Des grilles dans la tête, primé en 1983, est réalisé par le réalisateur Guy Lejeune à la Deviniène, centre de psychothérapie institutionnelle situé en Belgique. Loin des services fermés aux conditions misérables, le film donne à voir une autre expérience de prise en charge d’enfants psychotiques. Chacun est libre de vivre à son rythme, d’expérimenter, de se faire sa place au sein d’un lieu hors du monde où l’épanouissement est possible.

Au-delà de cette exploration de l’institution psychiatrique et de la vie en collectivité, le Festival Psy de Lorquin aborde la psychiatrie dans un sens très large. Des films sur des sujets tels que l’inceste ou la délinquance juvénile côtoient des films traitant strictement de la psychiatrie. Le crime quotidien, primé en 1997, fait partie de ces films abordant des sujets de société qui touchent un large public. Nina Toussaint, réalisatrice professionnelle, y filme Zoé, victime de maltraitance et d’inceste de la part de son père pendant 18 ans. Les faits sont désormais prescrits et Zoé revient sur les lieux, se remémore et raconte des crimes qui ne seront jamais punis.

Cette rétrospective a permis une plongée dans la programmation du Festival Psy de Lorquin, mettant côte à côte des objets audiovisuels d’époques et de genres variés. Le télescopage des images produit une vision large de ce que peut être la prise en charge de la santé mentale ainsi que la création audiovisuelle en psychiatrie. Une étude plus systématique de l’ensemble du fonds du Festival Psy, riche et éclectique, permettra de produire une analyse approfondie des pratiques audiovisuelles en psychiatrie depuis plus de 40 ans et viendra sans doute affiner et nuancer ce premier aperçu de cette création foisonnante.

Juliette Naviaux

Doctorante en histoire contemporaine et chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.