Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?

En affirmant dès la fin des années 1960 que « les historiens seront programmeurs ou ne seront plus »1, Emmanuel Le Roy Ladurie posait les bases de ce qui allait constituer l’une des branches des humanités numériques (« digital humanities ») appliquées à l’histoire, à savoir la fouille de données (data mining). En énonçant cette prédiction, il semblait prophétiser que sa propre pratique allait se généraliser.

Dès 1968, Emmanuel Le Roy Ladurie affirme, qu' »à la limite… il n’est histoire scientifique que du quantifiable »2. Comme le rappelle Francine-Dominique Liechtenham, l’historien des Annales a « été l’un des premiers historiens à participer à la grande aventure de l’informatique dans l’histoire quantitative »3. Les divers travaux qu’il a mené et les résultats qu’il a publié à partir de la compilation massive de données semblent bien avoir ouvert la voie aux technologies numériques appliquées à l’histoire, pour reprendre le libellé de l’un des master de l’École nationale des chartes4.

Emmanuel Le Roy Ladurie avec ses paperolles et sa machine à calculer.

Très tôt, après avoir été équipé par le Centre d’études historiques d’une machine électrique à calculer5, il emploie l’informatique pour quantifier d’importantes séries de données chiffrées issues des fonds archives (données économiques, climatiques, ou anthropologiques6).

Emmanuel Le Roy Ladurie

Cependant, malgré sa pratique quantitative assistée par l’ordinateur et son affirmation sur l’avenir du métier d’historien, Emmanuel Le Roy Ladurie peut-il pour autant être considéré comme l’un des précurseur des humanités numériques ?

Précurseur des humanités numériques ?

Le débat sur l’origine des humanités numériques n’est pas clos et les défenseurs comme les détracteurs de ce champ n’ont de cesse de débattre de ses origines comme de ses précurseurs. Aussi, nous n’entrerons pas dans ce débat même s’il reste intéressant d’analyser la fortune critique de l’assertion d’Emmanuel Le Roy Ladurie7.

Même si Emmanuel Le Roy Ladurie dit désormais regretter cette phrase qu’il affirme inexacte8, certains des travaux qu’il a mené ou fait mener, alors qu’il était Administrateur général de la Bibliothèque nationale, laissent à penser qu’il fut bien un précurseur de la fouille de données.

Emmanuel Le Roy Ladurie lors de l’inauguration de premiers ordinateurs donnant accès au catalogue BN-OPALE dans l’ancienne salle des catalogues de la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu (février 1988).

Pour s’en convaincre, revenons à la publication des résultats d’un travail que l’on peut qualifier comme annonciateur du data mining, ou en tout cas pionnier de la fouille de métadonnées, notamment bibliographiques, puisqu’il rendait compte de l’exploitation et de l’analyse des données informatiques en histoire du livre à partir du catalogue informatique de la Bibliothèque nationale, et ce, bien avant le Ngram Viewer9 de Google.

Ces travaux firent l’objet de plusieurs publications. La première d’entre elle intervint en 1995, dans Histoire, économie & société :  Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 3-2410. Une année plus tard, Emmanuel Le Roy Ladurie publiait une nouvelle étude centrée sur les éditions francophones de 1470 à 1780 : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 507-52311. En 1999, donnait une version anglaise de l’étude portant sur la période 1454 à 1960 mais surtout à la période antérieure à 1871 : Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 83-9812. Dans le corps de l’article, Emmanuel Le Roy Ladurie, avant de livrer les enseignements qu’il tire des chiffres, rappelle la dette que ces travaux doivent au fait de disposer de tels réservoirs de données : « an entirely computerized catalogue was a very good thing for the BN but was also an excellent basis for our scientific enterprise of writing a quantitative history of books at the BN and to some extent in France, and perhaps abroad. The BN collection, thanks to legal deposit, becomes increasingly more representative of French book production of books with the succession of centuries, as legal deposit becomes more efficiently implemented. »13.

En 2001, les articles de 1995 et de 1996 firent l’objet d’une suite publiée dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « Histoire quantitative de l’édition en langue française d’après les collections de la Bibliothèque nationale de France (1460-1969) », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2001, n° 9, p. [20]-27.

Ces travaux résultent de la conjonction des intérêts d’Emmanuel Le Roy Ladurie, adepte de l’histoire quantitative14, et de son mandat en tant qu’administrateur de la Bibliothèque nationale, qui lui permis de comprendre les potentialités offertes par l’édition sous forme de cédéroms, interrogeables selon divers critères, du résultat de la conversion rétrospective des catalogues et fichiers de la bibliothèque, ce que Yann Fauchois nomme dans l’introduction du dernier article, « l’invention d’un trésor ». Dans l’article de 1995, E. Le Roy Ladurie parlait de « monument national qui donc est maintenant conservé « sur ordinateur » et qui devient lisible, « écranique », accessible d’ores et déjà un peu partout  grâce à un CDRom ou à plusieurs. »15.

Conversion rétrospective

Revenons en arrière pour évoquer cette entreprise de conversion rétrospective, entamée en 1988 et encore en cours en 201816.

En 1994, la Bibliothèque nationale de France créé le Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) chargé de l’informatisation de tous les anciens catalogues de livres imprimés, de brochures et de périodiques de la Bibliothèque nationale17.

Comme les plus jeunes des générations X, Y et Z ne le savent sans doute pas, la Bibliothèque nationale (BN) n’a jamais disposé d’un catalogue unique. Au sein de sa salle des catalogues et de l’hémicycle de sa salle de travail (aujourd’hui salle Labrouste), elle mettait à la disposition de ses lecteurs des catalogues imprimés et des fichiers qui se complétaient, se recoupaient, se subdivisaient en tranches chronologiques ou thématiques (anonymes, périodiques, collectivités auteurs, etc.). Par ailleurs, rappelons que certains n’étaient pas en libre-accès mais uniquement dévolus à un service interne. C’est la raison pour laquelle le recours aux bibliothécaires de la salle des catalogues était souvent nécessaire et générait une file d’attente obligeant les agents à répondre aux lecteurs dans la presse18.

En février 1988 cependant, la Bibliothèque nationale mettait à la disposition du public son catalogue informatisé BN-OPALE qui marquait une première pierre dans la voie de l’informatisation même s’il ne recensait que les nouveautés entrées par dépôt légal. Dès cette période, la BN commençait à  réfléchir à l’informatisation générale de ses catalogues en faisant procéder à la conversion rétrospective de son fichier décennal 1970-197919. C’est ainsi que 400 000 notices sont venues enrichir le catalogue BN-OPALE entre 1985 et 1990. Mais l’annonce par François Mitterrand, le 14 juillet 1988, de la construction d’une Très Grande Bibliothèque allait impulser une nouvelle dynamique tant il apparaissait que cette « bibliothèque d’un genre entièrement nouveau »20 devait pleinement investir le numérique pour offrir des collections en ligne au public distant mais surtout et d’abord leur signalement par la voie d’un catalogue informatisé unique et le plus exhaustif possible. C’est ce qui incite à lancer le Chantier Conversion rétrospective avec des moyens humains et financiers spécialement dédiés.

Ce chantier de conversion rétrospective21 n’a ni plus ni moins consisté qu’en l’informatisation de l’ensemble des données, désormais nommées métadonnées, des notices catalographiques imprimées dans des catalogues, dactylographiées dans des fiches 7,5 x 12 cm22 ou rédigées à la main sur des cartes (dont le format était héritier des premières cartes à jouer dont le verso était employé à cet effet).

En termes contemporains, il s’est agi de constituer un immense jeu de données retraçant l’histoire du livre et de l’édition perçue au prisme du dépôt légal, appliqué en France au gré de aléas de l’Histoire, des acquisitions opérées par la bibliothèque et des dons dont elle fut la bénéficiaire.

Le jeu de données analysé par Emmanuel Le Roy Ladurie, le « maxi-corpus » comme il le nomme23, fut celui du résultat de cette conversion24, qui fut diffusé ensuite par la société  Chadwick-Healey sous forme de six cédéroms intitulés : Le Catalogue général des imprimés avant 1970 de la Bibliothèque nationale de France sur CD-ROM. Avant la production d’un cédérom dit de travail – car à usage interne et non commercialisé – , mais qui devait constituer le prototype de cette version commerciale citée, les collaborateurs de la BN, et notamment les acteurs même de la conversion rétrospective, n’avaient jusque-là encore jamais pu voir le résultat du travail qu’il menaient. Ainsi, en avril 1992, le premier cédérom de travail produit ne contenait que le résultat de la Phase 1 de la conversion rétrospective, c’est-à-dire quatre catalogues25 représentant environ quatre millions de notices.

Ce cédérom, chargé sur le serveur de cédéroms de la BN, était notamment consultable dans les services de conversion rétrospective sur le seul poste informatique qui équipait chacune de ses équipes, à raison d’un poste par équipe. Cela a permis aux agents du Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) d’exploiter les divers modes d’interrogation et de requêtes (feuilletage d’index, recherche par mots clés, sur toutes les zones des notices).

Plus tard, un autre cédérom de travail était produit pour incorporer le résultat d’autres chantiers de conversion, jusqu’à la parution des 6 cédéroms diffusés à l’automne 1996.

Histoire sérielle du livre

Le premier article publié par E. Le Roy Ladurie sur ces travaux quantitatifs appliqués au livre est aussi de nature programmatique puisqu’il décrit les potentialités offertes par le « monument national » qu’est pour lui la conversion rétrospective, et qui « constitue aussi une entité puissante, immense, à l’usage des recherches scientifiques et historiques » permettant plusieurs projets de fouille de données :

  • « Inventaire du vocabulaire des titres avec une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique en iceux des mots ou des groupes de mots.
  • Examen […] des courants profonds ou tendances passagères [….].
  • Classification par genres littéraires de la production éditoriale ; histoire quantitative ou évolution statistique de ces différents genres.
  • Évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.
  • Productivité des auteurs ; éditions successives, qui donnent quelques indices sur la réception des livres.
  • « Croisements » possibles [….] entre ces diverses données ou groupes de données. ».26.

Poursuivant ses prédictions, E. Le Roy Ladurie envisage plusieurs enseignements que l’historien peut tirer de ces données : « histoire linguistique et […] histoire lexicographique […] dans la longue durée », « conclusions quantitatives et qualitatives […] à partir notamment des résultats de l’analyse lexicographique »27.

Plus étonnant à l’heure où la BnF lance un tel programme en 201828, E. Le Roy Ladurie envisageait d’étudier « le devenir statistique de l’usure physique et de l’acidification des ouvrages, de leur papier, des reliures, toutes données procurées par un récolement […] effectué dans la perspective du prochain déménagement physique des fonds d’imprimés »29.

Cependant, loin de se contenter des données massives du catalogue de la BnF, E. Le Roy Ladurie se projette encore davantage dans l’avenir quand il annonce n’être qu’à l’aube de recherches encore plus développées malgré « l’INformatique avec son extraodrinaire puissance »30. N’affirme-t-il pas que ses travaux ont été menés « avec des moyens informatiques encore artisanaux, qui n’atteignent point à la sophistication que nous envisageons pour l’avenir »31.

Text mining

À ne lire que les analyses quantitatives de la production livresque publiées par Emmanuel Le Roy Ladurie, il serait aisé de conclure qu’il n’avait pas pressenti un pan entier des humanités numériques, celui qui concerne la fouille de textes (text mining), soit la recherche d’information à partir du texte même des notices bibliographiques. Car au-delà des dates de publication qui permettent d’obtenir des graphiques de la production imprimée rapportée au nombre de notices informatiques, l’entreprise d’informatisation des fiches catalographiques et des notices bibliographiques comprises dans les divers catalogues imprimés de la Bibliothèque permet des recherches sur le texte même des notices : titres, sous-titres, noms des divers auteurs, lieux de publication, noms d’éditeur et surtout zones de notes. Avant même l’application et la généralisation à l’échelle internationale de règles de catalogage normalisées – entreprise qui prend de l’ampleur avec l’adoption, en 1968, des Anglo-American cataloguing rules (ou AACR) par l’American Library Assocation -, la Bibliothèque nationale respectait peu ou prou les Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque de Léopold Delisle32.

Or, comme le révèlent ces « règles de catalogage », les fiches bibliographiques antérieures à la normalisation internationale s’avèrent riches de sens, de texte signifiant qui se trouve être désormais interrogeable via des outils de fouille de texte puisque l’ensemble de ce contenu sémantique a été rétroconverti, c’est-à-dire saisi par des opérateurs de saisie – le plus souvent du personnel féminin qualifié de dactylocodeuses. En effet, Léopold Delisle recommandait que pour la « rédaction des cartes », c’est-à-dire l’établissement des fiches ou notices catalographiques, un certain nombre d’éléments figurent systématiquement :

  • « le nom de l’auteur » ;
  • « titre du livre, en omettant ce qui n’est pas nécessaire pour bien
    caractériser l’ouvrage, mais sans jamais modifier la rédaction ni
    l’orthographe du titre » ;
  • « le nom de l’auteur sera reproduit tel qu’il est sur le titre » ;
  • « On reproduira de même l’adresse bibliographique : lieu de publication, nom de l’imprimeur ou du libraire, date, d’année […] les rédacteurs des catalogues feront oeuvre utile en relevant avec le soin le plus scrupuleux toutes les particularités relatives aux imprimeurs et aux libraires français, surtout à ceux des villes d’une importance secondaire » ;
  • « le format et le nombre des volumes » ;
  • « le genre de reliure » ;
  • « les lacunes ou les défauts notables des exemplaires » ;

et surtout une zone de notes pouvant contenir du texte parfois quantitativement plus important que le reste de la notice. Ainsi, cette zone est réservée :

  • à indexer le contenu de l’ouvrage : « Si le titre ne fait pas connaître le sujet de la publication, il faut l’expliquer par une observation ajoutée au bas de la carte » ;
  • à traduire ou transcrire les titres étrangers : « Les titres rédigés dans une langue peu familière aux lecteurs d’une bibliothèque seront, autant que possible, accompagnés d’un sommaire en français ».

Comme on peut le lire, cette zone reste encore unique et indistincte  pour signifier des éléments pourtant divergents. Avec le temps, dans l’histoire du catalogage, ces divers éléments conduiront à la création d’autant de zones spécifiques33.

Or il semble bien qu’Emmanuel Le Roy Ladurie ait pressenti les potentialités de la fouille de ces données textuelles issues des notices bibliographiques rétroconverties, puisqu’en 1994 – dernière année de son mandat d’administrateur général de la Bibliothèque nationale -, il proposait de conduire un programme de recherche intitulé TITLIV, dans un jeu de mots faisant référence à l’historien Tite-Live (0059? av. J.-C.-0017), qui n’étonnera pas de la part du facétieux historien habitué aux formules et bons mots.

Ce programme, qui devait être piloté par l’historien, et pratiquement conduit pas Jean-Marie Cotteret, professeur à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris I), directeur du CRIC (Centre de recherches sur l’information et la communication à Paris I),  visait à entreprendre l’analyse lexico-statistique des titres de livres enregistrés dans la base BN-Opale, soit la base bibliographique de la Bibliothèque nationale devenue ensuite BN-Opale + (Plus) puis BnF Catalogue général où l’ensemble des métadonnées rétroconverties ont été et sont versées.

Dans ce programme relevant à la fois de la fouille de texte mais aussi du traitement automatique de la langue, Emmanuel Le Roy Ladurie souhaitait procéder à l’inventaire du vocabulaire des titres de livres  parus entre 1452 et 1970 tout en menant une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique des mots ou des groupes de mots. Ainsi, pour cette analyse lexicographique et statistique, il avait envisagé :

  • l’examen sur cette base, des courants profonds et des tendances passagères qui parcourent la culture et la langue française ;
  • la classification par genres littéraires de la production éditoriale ;
  • l’histoire quantitative ou l’évolution statistique de ces différents genres ;
  • l’évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.

Par ailleurs, il était aussi question de prendre en compte la productivité des auteurs, le nombre d’éditions du même ouvrage du même auteur, l’étude onomastique en utilisant les patronymes des auteurs pour montrer la méridionalisation progressive des noms d’auteurs de la production éditoriale en français.

En ce sens, compte tenu des enseignements que la fouille des métadonnées textuelles devait délivrer, il nous semble bien que ce projet préfigurait les travaux les plus actuels entrepris par les digital humanists et spécialistes du text mining.

Malheureusement, ce projet qui avait sans doute germé dans l’esprit d’Emmanuel Le Roy Ladurie dès ses premiers travaux d’histoire sérielle du livre, n’a pu être mené à son terme34, nous laissant sur notre faim compte tenu de son ambition originale.

Puissent ces quelques lignes, déjà trop longues, inciter de jeunes praticiens des humanités numériques et du text and data mining à creuser le sillon de la fouille des métadonnées bibliographiques. La Bibliothèque nationale de France est ouverte à tout projet allant dans ce sens, œuvrant même à mettre en place un laboratoire dédié à ce genre de travaux.

Pour finir, laissons une dernière fois la parole à Emmanuel Le Roy Ladurie qui écrivait, dans une affirmation toujours d’actualité, que « l’étonnante richesse du fond bibliographique […] grâce à l’ordinateur, peut aujourd’hui fait l’objet d’une exploration simultanément détaillée, vive, multidimensionnelle. »35.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 14 septembre 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/1316> (consulté le 20 novembre 2018).
  1. « La fin des érudits : l’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas », Le Nouvel Observateur, 8 mai 1968, p. 38-39, repris dans Emmanuel Le Roy Ladurie, Le Territoire de l’historien, Paris : Gallimard, 1973, t. I, p. XX. []
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard, 1973, p. 22 []
  3. Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166. []
  4. Cf. http://www.chartes.psl.eu/fr/cursus/master-technologies-numeriques-appliquees-histoire []
  5. Visible à la 24e min 13e s. du documentaire de Micheline Paintault (réal.) ; Janine Codou,  (aut.), Le métier d’historien, 1974, 0h43 min 37s. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1320584v>. []
  6. Quand il est par exemple question d’exploiter les données de la conscription département par département entre 1819 et 1830 et dont la base de données reste accessible en ligne : Conscription française (CNSJGC), http://federation.ens.fr/wheberg/dataweb/conscription/yndex/ []
  7. Un exemple récent : Malte Rehbein, « L’historien de demain sera programmeur ou il ne sera pas. (Digitale) Geschichtswissenschaften heute und morgen », Digital classic online, 2018, vol. 4, n° 1, p. 23-43. Disponible en ligne, url : <https://journals.ub.uni-heidelberg.de/index.php/dco/article/viewFile/48491/41870>. Stefan Lemny, le récent biographe de l’historien – Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, Paris : Hermann, copyright cop. 2018, 1 vol. (560 p.) ; 23 cm –, s’est essayé à l’exercice dans son article « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  8. « L’historien est-il promis à devenir programmeur comme vous l’avez dit jadis ? Je regrette cette phrase qui est évidemment inexacte. Néanmoins, il est évident que les ordinateurs permettent aujourd’hui plus qu’hier un développement de l’histoire quantitative. », in Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166-168. []
  9. Contributeurs à Wikipedia, « Ngram Viewer », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 5 novembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ngram_Viewer&oldid=142307096>. []
  10. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1995_num_14_1_1758>. Repris dans  l’Annuaire du Collège de France : résumé des cours et travaux, 1994-1995. []
  11. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1996_num_15_4_1886> []
  12. Disponible en ligne, url : <https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1179/lib.1999.15.2.83>, DOI : https://doi.org/10.1179/lib.1999.15.2.83 []
  13. Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 84. []
  14. Cf. Stefan Lemny, « « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  15. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 5. []
  16. Une bibliographie concernant la conversion rétrospective à la BN/BnF est disponible à l’adresse, url : <http://bibliographie-historique.bnf.fr/taxon/0502-conversion-retrospective>. []
  17. Parallèlement un autre chantier relevant de la direction des Collections concernait la conversion rétrospective des catalogues des autres documents de la BnF : documents audiovisuels, cartes, musique, etc. []
  18. Même si leur conscience professionnelle les incitait souvent à prendre le temps d’être exhaustifs dans leur recherche et réponse, raison supplémentaire de l’augmentation de la file d’attente… []
  19. Ce fut l’opération NCG pour Nouveau Catalogue Général, sans rapport avec le New General Catalogue de nébuleuses et d’amas d’étoiles… []
  20. Cette phrase qui a tant fait couler d’encre a été prononcée le 14 juillet 1988 lors de l’interview télévisée du Président par Yves Mourousi sur TF1 : « Je veux que soient entrepris la construction et l’aménagement de l’une des ou de la plus grande et de la plus moderne bibliothèque du monde, d’un genre entièrement nouveau. […] Je veux une bibliothèque qui puisse prendre en compte toutes les données du savoir dans toutes les disciplines, et surtout, qui puisse communiquer ce savoir à l’ensemble de ceux qui cherchent, ceux qui étudient, ceux qui ont besoin d’apprendre, toutes les universités, les lycées, tous les chercheurs qui doivent trouver un appareil modernisé, informatisé et avoir immédiatement le renseignement qu’ils cherchent. On pourra connecter cette bibliothèque nationale avec l’ensemble des grandes universités de l’Europe, et nous aurons alors un instrument de recherche et de travail qui sera incomparable. J’en ai l’ambition et je le ferai. ». La lettre de mission que le Président adresse en août 1988 au Premier ministre Michel Rocard formalise le projet en ces termes : « Je souhaiterais, comme je vous l’ai dit, aller plus loin dans ce domaine, par la création d’une très grande bibliothèque, d’un type entièrement nouveau, en inscrivant ce projet dans le cadre des Grands Travaux. Cette grande bibliothèque devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission des données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d’autres bibliothèques européennes. » []
  21. Beaudiquez, Marcelle. « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale ». Bulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>. []
  22. Cf. Bert, Jean-François, Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, DL 2017, 1 vol. (143 p.). Disponible en ligne, url : <http://ficheserudites.enssib.fr/>. []
  23. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 508. []
  24. Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []
  25. 118 volumes sur 232 du Catalogue général auteurs des origines à 1959, 419 tiroirs sur 1024 de son Supplément sur fiches, 8 volumes sur 23 du Catalogue général auteurs, collectivités-auteurs et ouvrages anonymes 1960-1969, la totalité du Catalogue général des périodiques avant 1960. []
  26. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  27. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  28. Le projet DALGOCOL : Fouille de données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections financé par la Fondation des Sciences du patrimoine. []
  29. Données non présentes à strictement parlé dans la conversion rétrospective et constituant un jeu de données spécifique résultant d’un autre chantier préparatoire du projet de Bibliothèque de France et l’Établissement public de la Bibliothèque de France (EPBF). Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  30. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 509. []
  31. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 20. []
  32. Delisle, Léopold (1826-1910), « Rédaction des cartes », in Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque, Lille : impr. de L. Danel, 1890, 1 vol. (76 p.) ; in-8°. Réédition de 1908 disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5663553w/f373.item> aux pages 318-320. []
  33. Comme par exemple : Titre original, Note générale600 Vedette matière nom de personne601 Vedette matière titre uniforme textuel602 Vedette matière titre de publication en série603 Vedette matière titre d’anonyme604 Vedette matière titre uniforme musical605 Vedette matière titre conventionnel606 Vedette matière nom commun607 Vedette matière nom géographique609 Vedette matière marque610 Vedette matière collectivité615 Vedette matière étrangère617 Vedette géographique619 Mot-matière non contrôlé621 Date d’événement622 Lieu d’événement829 Table des matières830 Résumé []
  34. Sans doute parce qu’il est remplacé à la tête de la Nationale par Jean Favier. []
  35. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 21. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.