Décès de Paulette Perec, conservateur à la BnF et veuve de Georges Perec

Saluons la mémoire de notre collègue Paulette Perec (née Pétras) décédée à l’hôpital de Chevilly-Larue (Val-de-Marne) ce samedi 5 novembre.paulette-perec

En effet, si elle a été un temps à la ville l’épouse de l’écrivain Georges Perec, elle fut professionnellement conservateur à la Bibliothèque nationale de France de 1965 à sa retraite, comme son mari fut documentaliste au CNRS de 1961 à 1978 (au laboratoire de neurophysiologie du CHU de Saint-Antoine puis à Gif-sur-Yvette) employant les fiches Flambo et Pikaboo.

Son parcours aux côtés de Georges Perec est rappelé dans l’article que lui consacre Denis Cosnard dans le Monde (http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/11/07/mort-de-paulette-perec-veuve-de-georges-perec_5026729_3382.html). Les connaisseurs de l’oeuvre de Georges Perec savent combien l’exercice d’un tel emploi n’était pas anodin pour un esprit rompu aux listes, à la classification et à la taxinomie. La publication de Penser/Classer1 vint le confirmer.

Il en fut de même pour Paulette Perec qui mit ses compétences au service de l’oeuvre de celui qui fut son mari en inventoriant2 ses archives et, entre autres, en dirigeant les Portrait(s) de Georges Perec ((Portrait(s) de Georges Perec, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2001, 238 p.)) parus aux éditions de la BnF en 2001. Elle y contribua également en proposant la « Chronique de la vie de Georges Perec : 7 mars 1936-3 mars 1982 ».

Pour ceux qui voudraient la voir et l’entendre, mentionnons sa participation à l’atelier d’écriture « écrire la ville » réalisé avec François Bon, où elle évoquait en 2008 le travail de son mari. La vidéo est consultable à l’adresse : http://classes.bnf.fr/ecrirelaville/rencontres/perec.htm.

Entrée à la BnF en 1965 au département des Périodiques, elle a intégré le département des Imprimés en 1971, où elle dirigea dans la célèbre salle des catalogues l’équipe chargée de l’intercalation des nouvelles fiches dans les fichiers (auteurs, titres, matières, etc.). Comme quoi, elle devait partager le vertige taxonomique de Georges Perec pour les fiches du Répertoire Bibliographique Universelle (RBU) de Paul Otlet…

Entre 1981 et 1985, elle est responsable des affiches et du service public au département des Estampes, avant de rejoindre la bibliothèque de l’Arsenal en 1986, où elle gère essentiellement les entrées (acquisitions, dépôt légal…). Elle contribua à plusieurs expositions toujours en lien avec la littérature. Ainsi en 1974, elle participa à l’exposition Ernest Renan et en 1987 à celle portant sur le roman feuilleton intitulée « Les mystères du rez-de-chaussée : le journal du feuilleton ». En 1991, elle devient responsable des acquisitions en antiquariat pour le département des Imprimés, où elle développe une expertise qui lui permet de remplir le même rôle au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme à partir de 1995, tout en conseillant ses homologues des autres départements thématiques, avant de s’occuper de la coordination des dons et échanges pour tous les départements thématiques.

Beaucoup la connaissaient pour son rôle dans l’Association Georges Perec, fondée dès 1982, l’année même de la mort de son époux, et pour sa présence si vive et passionnée dans tous les événements visant à promouvoir cette œuvre majeure. C’est grâce à elle que le fonds Georges Perec a pu être déposé à la bibliothèque de l’Arsenal3. Elle a pris une part capitale à l’établissement de son inventaire et à la vie de l’Association, présente chaque semaine rue de Sully.

  1. Penser, classer, [Paris] : Hachette, 1985, 184 p. []
  2. avec Ela Bienenfeld, née en 1927 et décédée le 1er février 2016 et Bianca Lamblin (1921-2011), toutes deux cousines de l’écrivain []
  3. Le fonds Georges Perec et le fonds de l’Association ont pour ainsi dire été aux prémices de la spécialisation oulipienne de l’Arsenal puisque se sont rajoutés les fonds de Jacques Jouet depuis 1999, de Noël Arnaud depuis 2003, de Jacques Bens en 2004 puis de l’Ouvroir de littérature potentielle en 2005, complétés en 2009 par ceux de François Caradec et de Paul Fournel en 2014 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

2 réflexions au sujet de « Décès de Paulette Perec, conservateur à la BnF et veuve de Georges Perec »

    1. Il est inexact de reprendre le terme de ‘veuve de Georges PEREC’ trouvé dans l »article du Monde cité .Le couple Perec s’est séparé après qq années de vie commune.Paulette put conserver son nom d’épouse puisqu’ils gardèrent des relations amicales et surtout que Georges ne prit la peine de divorcer qu’après la rencontre majeure de son grand amour ,la cinéaste Catherine BINET en 1975.
      Les projets de mariage et d’enfant furent sans cesse retardés par l’urgence artistique de Catherine de réaliser son film LES JEUX DE
      LA COMTESSE D’OLINGEN DE GRATZ( avec Michael LONSDALE..)Devant les difficultés de financement , Georges décida d’ en devenir le producteur, grâce notamment au prix Médicis remporté par LA VIE MODE D’EMPLOI .Le film sortit en mars 1982 quelques jours après la mort de Georges.
      La vie de Catherine Binet , la dernière compagne , devint l’ enfer que connaissent les concubins face aux appétits des ayant-droits , en l’occurence , les cousines de Georges auxquelles Paulette resta très dévouée ,effectivement.Voir, par exemple , le récit de Marina VLADY , C’ETAIT CATHERINE B.
      Claudia Binet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *