Rémi Mathis

398px-remi_mathis_bnf_2011-11-07_n01
Portrait de Rémi Mathis. Photo prise sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France par Marie-Lan Nguyen

Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Rémi Mathis, chargé des estampes du XVIIème siècle au département des Estampes et de la photographie et rédacteur en chef des Nouvelles de l’Estampe.

Quel est votre parcours ?

Il est très classique pour occuper le poste qui est le mien : je suis passé par l’École des chartes (archiviste paléographe de la promotion 2007), et j’ai choisi l’enssib comme école d’application (enssib 2008 – DCB 16) afin de devenir conservateur des bibliothèques. Parallèlement au cursus en écoles et en lien avec ma thèse d’École des chartes, j’ai suivi des études d’histoire moderne à l’université, me spécialisant sur le XVIIe siècle à l’université Paris IV-Sorbonne.
Pour mon premier poste, j’ai dirigé une bibliothèque universitaire (bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris-Descartes-CNRS) et j’ai cherché à exercer le plus rapidement possible sur un poste scientifique – d’où mon arrivée au département des Estampes de la BnF en 2010.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ma thèse de l’École des chartes portait sur le personnel politique de Louis XIV, et en particulier sur Simon Arnauld de Pomponne, qui a dirigé la diplomatie française à l’apogée de sa puissance. Travailler sur un membre de la famille Arnauld amène  forcément à approfondir la question du jansénisme, sur lequel je travaille encore aujourd’hui de manière transversale.

Mais le fait de travailler comme conservateur amène surtout à se recentrer sur les fonds de bibliothèques et donc à privilégier l’histoire du livre (des stages à l’étranger m’ont amené à me passionner pour la bibliographie matérielle) et, surtout, pour moi, de l’estampe. La majeure partie de ma recherche actuelle a donc pour sujet l’estampe française du XVIIe siècle.

Ma tâche de fond en tant que chargé de collections pour le XVIIe siècle est de travailler à ce qu’on appelle l’Inventaire du fonds français. Il s’agit de réaliser un inventaire des estampes françaises du département, graveur par graveur, en les prenant systématiquement, par ordre alphabétique – mais étant donné l’incroyable richesse de la Bibliothèque nationale et le manque de recherches sur la plupart de ces œuvres, cet IFF se rapproche d’un catalogue raisonné – et souvent le premier jamais réalisé sur ces graveurs, dont il faut également rechercher les (trop rares) traces qu’ils ont laissé dans les archives – essentiellement des actes notariés – afin d’écrire leur biographie et replacer leurs créations dans le contexte de l’époque. À la fois l’IFF et le travail quotidien aux côtés des lecteurs nous amènent à voir de très nombreuses œuvres qui font jaillir des questions, nous oblige à faire des rapprochements, etc., d’où des recherches ponctuelles qui donnent lieu à des articles.

Quelles sont les applications de vos recherches ?

Il est forcément difficile de parler d’application pour de la recherche historique – qui est forcément une recherche fondamentale, très spécialisée, et sans forcément de retombées directes, ou en tout cas évidentes, pour le grand public.

Mais, d’abord, la recherche menée par un conservateur a des caractéristiques qui la différencient de celle d’un universitaire. Nous travaillons avant tout sur les fonds dont nous avons la responsabilité. Les recherches que nous menons permettent avant tout de publier des instruments de recherche donnant accès aux collections – que ce soit des catalogues publiés par les éditions de la BnF (Inventaire du fonds français…) ou les notices du catalogue général informatisé. Au-delà, quand j’écris un article de quinze pages sur un recueil d’estampes, ce n’est pas seulement parce que ça m’intéresse personnellement (même si c’est évidemment le cas !) mais parce que mon travail consiste à le mettre à disposition des lecteurs de la BnF et que cela ne peut se faire que si on comprend ce qu’est cet objet, pourquoi il a été créé, quand, par qui, en quoi il est original, ce qu’il dit. L’accès à des collections n’est pas immanent et le conservateur est là pour le faciliter – que ce soit en direction des chercheurs, d’autres institutions ou du grand public.

Le grand public sera, lui, touché par des ouvrages de diffusion que nous ne pouvons écrire que parce qu’un travail de spécialiste a été fait antérieurement. Dans mon cas, j’ai par exemple pu codiriger avec Valérie Sueur-Hermel un très joli ouvrage sur la représentation des animaux dans l’estampe1 (une question passionnante d’histoire des sociétés et des représentations, autant que d’histoire de l’art !), publier les poésies et maximes de Robert Nanteuil (l’un des meilleurs graveurs français sous Louis XIV)2 ou, dernièrement, publier un livret sur un des fleurons de notre collections : les dessins qu’un prince allemand a fait réaliser de son jardin de fleurs rares au milieu du XVIIe s3. À chaque fois, nous essayons de faire passer des connaissances qui existent ailleurs, mais que les gens n’iront pas chercher dans des revues universitaires ou des livres hors de prix écrits dans une langue rare… Il n’est pas rare non plus que nous donnions des conférences sur des sujets plus ou moins larges, dans des bibliothèques, des musées, des écoles, etc.

Nous organisons également régulièrement des expositions – qui se trouvent à la limite de la recherche, de la synthèse des recherches antérieures et de la présentation au grand public. J’ai ainsi récemment pu, avec Vanessa Selbach (BnF), Louis Marchesano (Getty) et Peter Fuhring (fondation Custodia) récemment, être le commissaire d’une exposition présentée à Los Angeles (Getty) et à la BnF (Tolbiac) qui fait le point sur près d’un siècle de recherche sur l’estampe française sous Louis XIV, qui a ainsi pu montrer à des dizaines de milliers de visiteurs des planches exceptionnelles qui ne sont habituellement consultées que par des spécialistes dans nos salles de lecture, et proposer à travers le catalogue4 une synthèse qui fera sans doute référence sur le sujet pendant quelques dizaines d’années, ouvrant ce monde de l’estampe aux étudiants, aux amateurs, et aux chercheurs non directement spécialistes du sujet.

Enfin, les applications, c’est aussi l’enseignement. Je suis chargé de cours en histoire de l’estampe à l’École des chartes et à l’École du Louvre : les cours que je prodigue se nourrissent de nos intérêts, de nos découvertes, des anecdotes, de nos curiosités récentes… Il est formidable de voir des étudiants se passionner pour de telles matières, éventuellement leur proposer des sujets, les retrouver quelques années plus tard…

Le quotidien d’un conservateur-chercheur, c’est quoi au juste ?

La recherche ne peut forcément constituer qu’une partie de notre temps. Le travail quotidien est constitué d’une multitude de petites tâches : accompagner les lecteurs et répondre à leurs questions – que ce soit sur place ou par mail ; gérer la vie du service et des collections dont nous avons la charge sous tous les aspects : restauration, numérisation, expositions (travailler aux dossiers de demandes de prêt avec le conservateur chargé de cette question, puis parfois accompagner les œuvres à paris comme à l’autre bout de la Terre après avoir rédigé un constat d’état), reproductions, acquisitions… À cela s’ajoute les questions de fonctionnement quotidien : depuis quelques mois, les travaux menés sur le site Richelieu ont une grande influence sur nos emplois du temps dans la mesure où l’ensemble de nos collections doivent être déménagés dans de nouveaux magasins, et que nos bureaux eux-mêmes vont être déplacés pour quelques années. Nous avons aussi quelques tâches transversales : en  ce qui me concerne, je suis par exemple le correspondant pour le département des Estampes du dépôt légal de l’Internet.

Une bonne partie de ces tâches sont directement liées à nos missions de service public. Comme il est difficile de trouver ce qu’on cherche dans nos collections labyrinthiques, le conservateur constitue une interface souvent mise à contribution… ce que nous faisons avec plaisir, mais qui prend beaucoup de temps. Rechercher une pièce en particulier peut en effet être compliqué : les collections sont organisées par série, comme dans des archives et non décrites pièce à pièce. À cela, une raison : nous gérons des centaines de milliers d’œuvres, souvent jamais décrites – ce qui nous interdit de nous référer à une quelconque littérature –, quand un musée en a quelques centaines, tout au plus quelques milliers.

La recherche, en particulier, celle qui permet de rédiger les inventaires, c’est donc notre tâche de fond, mais nous devons pour la mener à bien être extrêmement bien organisés, et vigilants, pour ne pas nous laisser manger par les petites urgences du quotidien.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

J’ai toujours trouvé l’activité de recherche fascinante. Mon père pratiquait la paléontologie, il était spécialiste des mammifères de l’éocène et a décrit de nouvelles espèces. La recherche est une activité qui a toujours été très mise en valeur dans mon milieu : les exemples que je recevais enfant étaient plus ceux de grands archéologues, de scientifiques ou de prix Nobel que de chefs d’entreprises ou de présentateurs de télévision ! Mais je n’ai jamais fait une fixation sur cela et, si je m’intéressais à l’histoire, j’étais tout aussi curieux de géographie ou de sciences – j’ai d’ailleurs passé un bac scientifique. Un premier choix s’est opéré quand j’ai décidé de suivre une classe préparatoire littéraire (et non scientifique) et surtout de préparer le concours de l’École des chartes – les documents historiques me fascinaient alors, et j’achetais déjà des livres anciens avec mon argent de poche de lycéen. Et il était clair pour moi en intégrant l’École des chartes que je le faisais pour les postes spécifiques. Attention, cela ne signifie pas que je méprise les postes plus administratifs ou le management, tout au contraire : je suis persuadé qu’il est de toute première instance que les équipes scientifiques puissent être dotées d’un projet stratégique clair, qu’elles soient suivies et encadrées, que des objectifs réalistes soient fixés et des comptes rendus : j’ai pu effectuer ces tâches en BU et dans la vie associative, elles sont loin de me rebuter et je suis prêt à les assumer de nouveau… si c’est dans ce milieu patrimonial où le manager est le chef d’orchestre, le maïeuticien qui aide organiser, à rendre plus efficaces et plus cohérents le travail et la recherche de son équipe.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Je ne désire pas mettre en valeur un objet en particulier : je suis assez critique envers l’habitude de starifier telle ou telle pièce, tel ou tel artiste, ce qui, les abstrayant de leur contexte,  modifie complètement leur sens, crée des anachronismes, trompe le spectateur. Notre rôle de scientifique est au contraire de remettre en contexte, de rendre représentatif, de faire comprendre des phénomènes. À cet égard, le département des Estampes et de la Photographie est un objet patrimonial à lui tout seul : il est exceptionnel d’avoir conservé à travers les siècles le cabinet des rois de France et de pouvoir encore aujourd’hui travailler sur leurs collections, au sein d’une structure qui a continué à vivre sa vie, à grandir, à travailler. Le « cabinet des estampes » est le plus complet au monde par ses collections, c’est le témoin du savoir et des interrogations de nos ancêtres, c’est une référence mondiale, et c’est une merveille patrimoniale en soi, dont je m’émerveille chaque jour en y travaillant !

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

Je crois qu’il est important de rappeler qu’un chercheur est une personne comme une autre : les physiciens ne sont pas des savants fous, les historiens ne rêvent pas de vivre à Versailles sous Louis XIV…
Mes loisirs sont donc tout à fait banals : je lis, je pratique le badminton, je jardine, je vois mes amis… même si je dois bien avouer que j’écris également des articles et ouvrages qui ne sont pas en relation avec mon travail à la BnF, les soirs et les week-ends (histoire du livre, histoire du jansénisme…)
Je suis très actif sur les réseaux sociaux et prends part à la vie citoyenne et intellectuelle de notre temps. En particulier, je suis très impliqué dans le mouvement pour la connaissance libre, dans Wikipédia (j’ai présidé Wikimedia France pendant quatre ans) : là encore, il s’agit sans doute du symptôme du fonctionnaire mais je suis extrêmement attaché à la notion de bien public. Quand on reçoit, il faut donner en échange. Et quand de l’argent est dépensé, il faut qu’il le soit efficacement en maximisant ses retombées. Internet a énormément fait à cet égard pour le partage des connaissances et des données, mais il reste encore de nombreux sujets de travail en matière d’open data, open content, voire open gov – et j’ai la chance de pouvoir œuvrer sur des projets en étant entendu. La société évolue… mais lentement, ce qui est parfois frustrant quand des évolutions sont à la fois inévitables et largement bénéfiques à moyen terme.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Là non plus, je ne veux pas donner une impression fausse de notre métier : on fait rarement des « coups » et, quand on en fait, nous travaillons sur des sujets qui semblent tellement spécialisés à l’immense majorité de la population, que cela ne peut impressionner que notre petit milieu, constitué de quelques dizaines de personnes à peine. Contrairement à ce que font souvent croire les médias, la recherche ne se nourrit pas de réussites ponctuelles et éclatantes mais d’une multitude de petites avancées.

Sans doute a-t-on tendance, en tant que spécialiste, à accorder de l’importance à des sujets qui ne toucheraient personne d’autre que nous, mais trouver une nouvelle œuvre d’un graveur sur lequel on travaille depuis des semaines est un vrai plaisir qui illumine votre journée. De même quand, aux Archives nationales, on trouve enfin le contrat de mariage ou l’inventaire après décès de l’artiste : un coup au cœur accompagne cette joie de la découverte et cet espoir d’ouvrir une nouvelle porte qui apportera de l’inédit !

Car, encore une fois, soyons conscients que nous travaillons en terra incognita : c’est justement là que réside nos plus belles réussites, dans la capacité à faire resurgir la vie de quelqu’un, à lui redonner une valeur alors que la personne est morte et oubliée depuis trois siècles. Dernièrement, dans le cadre de l’IFF, j’avais ainsi à peine quelques pièces signées d’un certain « P. Leroy ». Chercher partout où peuvent se trouver des pièces signées de lui permet de créer un petit corpus. On cherche alors un début de biographie aux Archives nationales : j’ai eu la chance de trouver à la fois son acte de mariage et son inventaire après décès – car il est mort à 32 ans à peine. Ce dernier document donne une liste d’estampes trouvées dans son atelier – ce qui permet de lancer de nouvelles recherches pour retrouver ces pièces. On regarde également ce qu’on peut trouver dans d’autres grands cabinets d’estampes : le British Museum, le Rijksmuseum, etc. Découvrant qu’il était originaire de Blois, c’est l’occasion de demander de l’aide à quelques collègues : les archives du Loir-et-Cher ont ainsi pu déterminer sa date de naissance en découvrant son acte de baptême. En quelques jours, un individu complètement oublié reprend vie, un œuvre apparaît, des hypothèses peuvent être émises pour combler les trous (son arrivée à Paris grâce à un oncle orfèvre déjà sur place, un apprentissage chez le graveur de portrait Antoine Masson, dont il réalise le portrait…). Je ne pense pas révolutionner l’histoire de l’art en faisant cela, et Pierre Le Roy demeure un graveur de troisième ordre, mais c’est très satisfaisant et donne une image de plus en plus nette de la production d’image à cette époque, de la condition d’artiste – loin de la vision faussée que l’on peut avoir quand on ne présente que les chefs d’œuvres et les mêmes noms qui reviennent sempiternellement.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La première qualité est la curiosité. On ne cherche que parce qu’on désire savoir toujours un peu plus, qu’on désire creuser, qu’on ne se satisfait pas des zones d’ombre ou des explications qui n’en sont pas. Cette curiosité, on l’a par son caractère, par son éducation, mais on la crée aussi en soi en se posant les bonnes questions.

C’est là qu’intervient la seconde qualité : l’esprit critique, la capacité à remettre en cause ce qui a été dit, ce qui n’est pas suffisant, ce qui ne va pas assez loin, ce qui n’est pas cohérent. Quand ce qui a été publié ne vous satisfait pas, on ne se contente pas de le regretter mais, dans la mesure du possible, on reprend le problème à son origine.

Après, il faut bien sûr faire preuve de rigueur, avoir une bonne culture pour remettre immédiatement en contexte ses trouvailles et leur assigner leur véritable signification, une capacité de synthèse… et beaucoup de patience, une grande capacité de travail. Toutes qualités qui peuvent être personnelles mais qui s’acquièrent : malgré les critiques que l’on entend régulièrement sur le système français, le passage en khâgne et à l’École des chartes m’a semblé une formation excellente, qui donne toutes les bases nécessaires pour permettre à notre esprit de progresser.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Elle est sans aucun doute très importante. Vous savez, on a souvent l’impression, dans la vie quotidienne, qu’on n’a jamais entendu parler d’un phénomène et que, dès qu’on en apprend l’existence, on le voit partout dans les journaux et dans les livres. Je vous donne un exemple, quand j’étais étudiant : en stage dans une bibliothèque italienne, je tire au hasard des rayonnages un livre en français. Il s’agit de l’édition de récits de voyages de Français qui se sont engagés dans la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) et qui ont donc vécu en Asie du Sud-Est (Indonésie actuelle…) au XVIIe siècle : ces récits sont rarissimes, on n’en connaît que deux. Le mois suivant, dans les archives du ministère des Affaires étrangères, je découvre dans les papiers personnels d’un commis des années 1660 un texte auquel personne n’a jusqu’alors prêté attention et qui n’a, a priori, rien d’exceptionnel : mais, en réalité, il s’agit d’un troisième récit d’un marin français de la VOC, inconnu jusqu’alors. Il est rédigé par un marin qu’on connaissait pour avoir été l’un des premiers Français du Québec, mais nous ignorions tout de sa jeunesse néerlandaise et des événements dont il parle ! C’est un texte fascinant, que je dois prochainement publier après l’avoir donné comme sujet d’étude à un étudiant de master, et que je n’aurais jamais remarqué si je n’avais pas pris ce livre au hasard un mois avant à Venise.

Il en est de même des rencontres, évidemment : je dois énormément non seulement à mes maîtres mais à de nombreux collègues que j’ai rencontrés ici et là. C’est par ces échanges que nous évoluons, approfondissons nos approches, découvrons des nouvelles questions. Lire les travaux des autres – y compris dans des disciplines pouvant paraître éloignées de la nôtre – et discuter avec de beaux esprits reste la meilleure manière de progresser soi-même !

  1. NDR : Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel, Animal, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, DL 2014, 164 p. ISBN 978-2-7177-2615-2 []
  2. NDR : Robert Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016, 24 p. ISBN 979-10-96279-01-2. L’ouvrage s’acquiert par correspondance auprès de la rédaction des Nouvelles de l’estampe, dans leurs bureaux du département des Estampes de la BnF et dans une sélection de points de vente. Edition limitée à 500 exemplaires, numérotés. 8 € []
  3. Florilège : Jardin extraordinaire / choix et présentation de Rémi Mathis, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016, 48 p. []
  4. NDR : Images du Grand siècle : l’estampe française au temps de Louis XIV, 1660-1715 : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, galerie 1, 3 novembre 2015-31 janvier 2016, Los Angeles, Getty center, 16 juin-6 septembre 2015] / [organisée en collaboration avec The Getty research institute] ; [catalogue] sous la direction de Rémi Mathis, Vanessa Selbach, Louis Marchesano et Peter Fuhring, Paris : Bibliothèque nationale de France ; Los Angeles : The Getty research institute, DL 2015, 271 p. ISBN 978-2-7177-2663-3 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *