Les romans scolaires de la Troisième République passés au crible des outils d’intelligence artificielle

Conduit par Julien Schuh dans le cadre du Labex Les passés dans le présent (http://passes-present.eu/fr/), le projet ModOAP (Modèles et outils d’apprentissage profond) développe une boîte à outils d’analyse de données massives pour des projets en sciences humaines et sociales. Expérimentés notamment sur le fonds de manuels scolaires numérisés par la BnF, ces outils ont permis de confronter des hypothèses de recherche, en particulier celles de Xavier Riondet, chercheur associé au département PHS (service Sciences sociales) de 2019 à 2021, sur la construction du roman national à un petit corpus de romans scolaires. Explorant l’élaboration d’une mémoire institutionnelle et scolaire à travers la fouille et l’analyse de données, ce projet est emblématique des enjeux du BnF Datalab ((Voir, url : <https://www.bnf.fr/fr/bnf-datalab>.)), nouveau service aux chercheurs qui a ouvert en octobre 2021.

Le roman scolaire est un genre éphémère apparu dans la deuxième moitié du XIXe siècle et qui a connu son heure de gloire sous la Troisième République. Si le Tour de la France par deux enfants est le plus célèbre d’entre eux, il en existe bien d’autres référencés dans la sélection Gallica « L’éducation et l’école en France »1.

Fruit d’un projet pédagogique innovant, le roman scolaire cherchait à capter l’attention des enfants par une histoire, en général les aventures initiatiques d’enfants, afin de transmettre aux écoliers des connaissances en histoire, géographie, sciences, français et surtout en morale et instruction civique… Il s’agit bien de manuels scolaires : les passages narratifs sont régulièrement interrompus par des développements didactiques réussissant une parfaite interdisciplinarité. Ils sont peu à peu tombés en désuétude.

Ces romans d’éducation transmettaient des connaissances comme des valeurs : l’identification aux personnages permettait l’adhésion sentimentale aussi bien qu’intellectuelle à la république et à la nation. L’enjeu pour la jeune République était de taille : former de futurs citoyens partisans de ce régime et prêts à donner leur vie pour leur patrie dans un contexte de défaite face à l’Allemagne et de colonisation. Quel monde présentait-on aux enfants dans ces romans ? Quel univers de référence ? Quelle représentation de la nation française ?

Les outils informatiques offrent de nouvelles possibilités pour faire émerger les valeurs transmises par les manuels et les procédés employés. Les projets Modoap et BaOIA, portés par Julien Schuh, au sein du Labex les Passés dans le Présent, associent chercheurs d’Université ou chercheurs associés, ingénieurs d’étude et bibliothèques (La Contemporaine et la BnF). Son objectif est de développer des outils d’Intelligence Artificielle appliqués aux sciences humaines. S’inspirant des travaux sur la transmission des valeurs dans l’école de la Troisième République menés par l’un des chercheurs associés de la Bibliothèque nationale de France, Xavier Riondet, professeur en sciences de l’éducation à l’université Rennes 2, une phase de test a porté sur un petit corpus de 22 romans scolaires de la Troisième République, tous disponibles en mode texte sur Gallica (cf . la liste ci-dessous).

Deux titres, Petite-Pierre ou le bon cultivateur, Maurice ou le travail, sont antérieurs à la troisième République mais sont encore présents dans les listes de manuels utilisés dans les classes sous la troisième République.

AuteurTitreDate
Carraud, Zulma (1796-1889)Maurice, ou Le travail: livre de lecture courante à l’usage des écoles primaires1853
Chalamet, Antoine.Jean Felber : histoire d’une famille alsacienne, la guerre franco-allemande, excursions à travers la France, descriptions, le sentiment de famille, l’amour de la patrie, le soldat, lectures courantes (Édition spéciale au département de Saône et Loire)1891
Dupuis, Eudoxie (1835-190.?)La France en zigzag : livre de lecture courante à l’usage de toutes les écoles (7e édition)1894
Garsault, Théodore (1832-18..?).Les causeries d’un grand-père (3e édition)1894
Jussieu, Laurent de (1792-1866)Simon de Nantua, ou Le marchand forain1880
Kergomard, Pauline (1838-1925).Les Biens de la terre, causeries enfantines,1879
Pichard, Lilla (18..-19.. ; romancière).Madame Adeline ou Récits d’une institutrice à ses élèves sur l’intelligence des animaux.1871
Renard, Jules (18..-19.. ; instituteur).Les Étapes d’un petit algérien dans la province d’Oran. Livre de lecture1913
Calemard de La Fayette, Charles (1815-1901)Petit-Pierre, ou le Bon cultivateur,1859
Desmaisons, L.-Ch.“Tu seras ouvrière”, simple histoire: Livre de lecture courante, à l’usage des écoles des filles, leçons de choses, hygiène, travail manuel, économie domestique… / par L.-Ch. Desmaisons ; avec une préface de M. Jules Simon,…1892
Petit, Édouard (1858-1917)Jean Lavenir : éducation du sentiment, science et progrès pratiques, vie sociale, mutualité, solidarité, livre de lectures courantes, cours moyen et supérieur, cours d’adultes1904
Sonolet, Louis (1872-1928)Moussa et Gi-gla , histoire de deux petits noirs. Livre de lecture courante1916
Ami de l’école, auteur de “l’Enfance d’Alain Redon”Alain Redon : livre de lecture courante, à l’usage des garçons des cours moyen et supérieur
Bruno, G. (1833-1923)Les enfants de Marcel : instruction morale et civique en action, livre de lecture courante, cours moyen… (59e édition)1893
Bruno, G. (1833-1923).Le Tour de France par deux enfants. Devoir et patrie. Livre de lecture courante… Cours moyen… (326e éd.)1878
Bruno, G. (1833-1923).Le tour de l’Europe pendant la guerre : livre de lecture courante : cours moyen1916
Bruno, G. (1833-1923).Francinet, livre de lecture courante : principes élémentaires de morale et d’instruction civique, d’économie politique, de droit usuel, d’agriculture, d’hygiène et de sciences usuelles (55e édition conforme aux nouveaux programmes et ornée de 350 gravures instructives)1885
Halt, Marie Robert (1849-1908)Suzette, livre de lecture courante à l’usage des jeunes filles : morale, leçons de choses, économie domestique, ménage, cuisine, couture1888-1889
Halt, Marie Robert (1849-1908)Le ménage de Mme Sylvain : livre de lecture courante à l’usage des jeunes filles1918
Josset, E.Cours Moyen et Supérieur. A travers nos colonies. Livre de lecture sur l’Histoire, la géographie, les sciences et la morale. 2e édition1901
Ganneron, Émile (1840-19..) Tu seras citoyen : livre de lecture sur les droits et les devoirs du citoyen, avec des notions de droit usuel, des biographies, etc.1892
Lavisse, Émile (1855-1915).“Tu seras soldat”, histoire d’un soldat français, récits et leçons patriotiques d’instruction et d’éducation militaires1887

Les ingénieurs d’étude ont commencé par traiter le corpus pour corriger l’OCR et rendre le texte interrogeable. Ils ont ensuite testé deux séries d’outils : les uns de cartographie, les autres d’entités nommées. Ces deux approches, que nous présenterons successivement, révèlent des aspects différents des valeurs transmises dans les manuels.

Approche par cartographie : travail de Marina Giardinetti

A partir d’outils de visualisation des noms géographiques cités dans les romans, on peut se faire une idée des zones du monde qui faisaient partie de l’univers des enfants français sous la Troisième République.

Premier résultat : une carte de chaleur reprenant tous les lieux cités dans l’ensemble du corpus de romans scolaires :

Carte de chaleur reprenant tous les lieux cités dans l’ensemble du corpus de romans scolaires
Carte de chaleur reprenant tous les lieux cités dans l’ensemble du corpus de romans scolaires

Il s’agit ici d’un univers de références : la carte intègre à la fois les lieux cités et les lieux visités par les personnages.

A l’échelle du globe terrestre, on remarque d’emblée la prédominance d’une vision nationale pour ne pas dire nationaliste. L’hexagone apparaît en rouge vermillon, saturant la carte. Cela n’a rien d’étonnant si on se réfère aux principes pédagogiques défendus par Ferdinand Buisson qui préconise de commencer par l’univers familier de l’enfant avant d’élargir ses connaissances.

Ensuite, viennent les colonies, en particulier le Maghreb. On peut comparer cette carte de chaleur à celle de l’Empire français :

Empire colonial français : Faire aimer nos colonies en les faisant connaître / Ligue Coloniale française
Empire colonial français : Faire aimer nos colonies en les faisant connaître / Ligue Coloniale française, https://1886.u-bordeaux-montaigne.fr/s/1886/item/204714

Les correspondances sont évidentes entre la carte des lieux cités dans les romans scolaires et celle de l’Empire colonial. Les pays les plus cités qui ne font pas partie de cet Empire sont les Etats-Unis et le Canada, les pays européens, le Japon et le Moyen Orient. Le reste est très sporadique. La vision du monde que l’on veut donner aux écoliers français est donc centrée sur la France et ses colonies.

En superposant les deux cartes :

Superposition de la carte de chaleur sur celle de l’Empire colonial français
Superposition de la carte de chaleur sur celle de l’Empire colonial français

Si l’on zoome dans la carte2, on remarque qu’en Europe les références les plus importantes se situent dans les pays frontaliers : l’Italie, l’Allemagne, la Belgique. L’Europe orientale est largement ignorée. Les références géographiques sont avant tout liées à la France et à ses intérêts.

Alignement avec Openstreet Map
Alignement avec Openstreet Map

Deuxième outil : une carte de chaleur de la France divisée par régions

Cette carte met en évidence la prédominance de certaines régions françaises dans ces romans scolaires. Les régions (selon la nomenclature actuelle) les plus citées sont la région Auvergne-Rhône-Alpes et l’Ile-de-France, qui connaissent un développement économique plus important à l’époque.

Carte de chaleur divisée par régions
Carte de chaleur divisée par régions

A l’autre bout du spectre, la Bourgogne-Franche-Comté semble être ignorée ainsi que la Corse.

Une carte de chaleur identique mais divisée par départements

Carte de chaleur divisée par départements
Carte de chaleur divisée par départements, https://modoap.huma-num.fr/romans_scolaires/page_departements.php

Si l’on affine encore les statistiques géographiques, on obtient une carte de France découpée en départements. Ce niveau administratif est loin d’être neutre sous la Troisième République car fortement lié à une vision républicaine de la France issue de la Révolution française. A cette échelle, les disparités sont différentes. Des contrastes très importants entre départements expliquent la coloration moyenne de certaines régions. Presque noirs, on trouve le Nord et Paris, suivis du Rhône, de la Haute-Garonne, l’Aisne, la Marne, la Gironde, les Bouches du Rhône et l’Ille-et-Vilaine. Il apparaît assez rapidement que dans cette France encore très rurale, les départements les plus cités sont ceux où se trouvent les grandes villes. C’est une France moderne, celle de l’attraction exercée par les villes qui figure dans ces manuels.

On remarque également que l’Alsace et la Moselle sont assez fréquemment citées alors qu’elles n’appartiennent plus au territoire national. On sait que le Tour de la France par deux enfants commence à Phalsbourg, le rappel des territoires perdus est fréquent dans les ouvrages écrits après la douloureuse défaite de 1870, avec une prédilection pour la Moselle. On remarque par contraste une large zone très claire, celle de la France la moins présente dans les manuels : le Centre et le Sud-Ouest de façon très schématique. Dans cette zone, seul le Puy-de-Dôme est fréquemment cité dans les romans scolaires du début de la Troisième République, en raison de l’importance de son industrie.

Illustration de la « diagonale du vide », correspondant à la zone de faible densité d’habitants de la France actuelle
Illustration de la « diagonale du vide », correspondant à la zone de faible densité d’habitants de la France actuelle

Cette zone correspond à peu de choses près à la « diagonale du vide » définie par les géographes, la zone de faible densité d’habitants de la France actuelle. L’exode rural se dessine donc déjà sur la carte tirée des romans scolaires de la Troisième République.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les romans scolaires ne donnent pas une image rurale et traditionnelle de la France : les grandes villes, les zones industrielles dominent ces cartes de chaleur. Il convient de nuancer quelque peu car ces cartes sont générées à partir de la fréquence des entités nommées, principalement des noms de ville. Les noms communs comme la « campagne », le « village », le « labour » cités de façon générique dans beaucoup de livres pour enfants ne sont pas comptabilisés. Le paysage agricole, s’il est bien présent, ne comporte pas de nom propre ou très peu.

Si l’on tente une analyse politique, l’école de Jules Ferry semble cependant valoriser les grandes villes qui sont les plus républicaines à l’époque. On peut rapprocher cette carte des difficultés rencontrées lors de la mise en œuvre d’un enseignement agricole pendant la Troisième République. Les instituteurs souhaitaient se détacher de ce monde de paysans dont ils étaient souvent issus, les hommes politiques étaient pour la plupart des urbains et les auteurs de manuels vivaient des grandes villes. Les programmes prévoient des cours de chimie ou de sciences naturelles appliquées à l’agriculture mais les romans scolaires révèlent la fascination des auteurs eux-mêmes pour la grande ville. Deux cartes des tours de France ont été réalisées à partir des lieux cités dans les sommaires des ouvrages, ce qui offre une meilleure visualisation des parcours des protagonistes et exclut les seules références à des lieux cités mais non traversés. Seuls Jean Lavenir, Jean Felbert, Le tour de France par deux enfants et La France en zigzag ont été utilisés car les autres ne contenaient pas de sommaire ou des sommaires sans mention de lieux.

Visualisation des parcours des enfants dans le corpus
Visualisation des parcours des enfants dans le corpus

Sur cette visualisation des parcours des enfants dans quelques romans scolaires, on reconnaît immédiatement la France. Cette cartographie illustre parfaitement la thèse défendue par Patrick Cabanel dans le Tour de la Nation par des enfants3 : Le sentiment national naît du « tour du propriétaire », du tour du territoire, tout autant que de son histoire et de la mémoire de ses héros. Les zones peu citées sont seulement traversées, les arrêts se font surtout dans les villes. Mais la France est parcourue dans ses grandes largeurs et dans ses longueurs. Il semble y avoir même une volonté d’aller jusque dans ses extrémités pour en tracer les limites.

Placées sur un fond de carte, ces étapes dessinent effectivement les frontières du pays :

Superposition du parcours des enfants à la carte de France
Superposition du parcours des enfants à la carte de France

Le parcours de Jean Felbert, en jaune, donne une nouvelle vision du territoire en y ajoutant la Tunisie et l’Algérie, du moins leur littoral.

Parcours de Jean Felbert, en jaune, ajoutant la Tunisie et l’Algérie
Parcours de Jean Felbert, en jaune, ajoutant la Tunisie et l’Algérie

L’application de ces quelques outils de cartographie à un corpus de romans scolaires souligne l’importance de la France comme nation dans l’enseignement républicain. D’une part, l’enseignement primaire insiste sur l’environnement de l’enfant : la France, ses colonies, les pays frontaliers. D’autre part, l’éducation nationale cherche à former des citoyens en leur transmettant l’amour du pays, défini par ses frontières. Les « petites patries »4 traversées sont à chérir comme la grande : la connaissance du territoire permet de rendre la grande patrie moins abstraite comme l’explique Augustine Fouillée dans la préface du Tour de la France par deux enfants : « Pour frapper l’esprit, il faut lui rendre la patrie visible et vivante ». Reste que toutes les petites patries ne sont pas visitées, la périphérie qui marque la limite du territoire est plutôt mieux représentée que le centre. Les zones d’ombre vont devenir de plus en plus invisibles. L’attraction de la grande ville est déjà à l’œuvre dans les romans scolaires malgré la réputation de passéisme et de ruralité de l’enseignement de la Troisième République.

Les personnages historiques : travail réalisé par Cyril Bruneau

En parallèle du travail effectué par Marina Giardinetti, Cyril Bruneau a appliqué des outils d’extraction d’entités nommées et de lexicologies au même corpus de romans scolaires. Les outils d’IA nous permettent de faire ressortir les personnages historiques les plus cités. Les ingénieurs d’étude ont utilisé tout d’abord un outil de reconnaissance d’entités nommées (voir : <https://github.com/baoia/tutoriel_extraction_cartographie/blob/main/BaOIA_reconnaisance_extraction_entites.ipynb>.) qui permet grâce à un modèle « Spacy » en français déjà entraîné sur un grand nombre de textes de repérer les noms de personnages (et de lieux, pour la géolocalisation). Ensuite, un outil d’alignement des données est nécessaire pour référencer les noms des personnages avec des bases de données extérieures (Wikidata) (voir : <https://github.com/baoia/scripts/blob/main/guides_de_voyage/BAOIA_alignement_statistiques_personnages.ipynb>.)5.

Diagramme représentant la répartition des personnages dans le corpus
Diagramme représentant la répartition des personnages dans le corpus

La liste des cent personnages historiques les plus cités dans le corpus permet de vérifier différentes hypothèses de recherche sur les valeurs transmises par les manuels.

Liste des personnages les plus cités par fréquence d’occurrence
Liste des personnages les plus cités par fréquence d’occurrence

Aux deux extrêmes, on remarque d’emblée l’importance accordée aux rois et empereurs et la quasi-absence des écrivains et artistes.

Ressortent également en bonne place un grand nombre d’ingénieurs ou scientifiques, pionniers du développement industriel ainsi que de nombreuses figures liées à la colonisation. Ces références historiques correspondent aux préoccupations principales des débuts de la Troisième République : progrès scientifique et colonisation.

Pour chaque personnage, il est possible d’extraire des graphiques du nombre d’occurrences par roman, par exemple Napoléon Ier ainsi que les cooccurrences qui sont associées à ce personnage : l’empereur est surtout associé aux victoires militaires. La République en fait un héros épique plus qu’un homme d’Etat.

Graphiques des cooccurrences associées au terme Napoléon Ier
Graphiques des cooccurrences associées au terme Napoléon Ier

Un autre outil permet d’établir une liste de concordances qui resitue l’occurrence dans le paragraphe dont elle est tirée :

Concordances du terme Napoléon Ier dans le corpus
Concordances du terme Napoléon Ier dans le corpus

Napoléon Ier est le plus « habile capitaine du monde » et non son plus grand dirigeant. Il est tout à fait possible d’utiliser cet outil pour rechercher les cooccurrences des autres personnages historiques. Tous les outils développés dans le cadre du projet Modoap sont libres et mis à la disposition de tous les chercheurs sur ce site : <https://modoap.huma-num.fr/romans_scolaires/index.php>.

Les figures coloniales sont également très présentes, alors que peu d’enfants d’aujourd’hui connaissent leur nom : quelles connotations leur sont associées à l’époque ?

Prenons pour exemple Montagnac que Wikipedia présente comme responsable de nombreux massacres.

Page Wikipédia de Lucien de Montagnac
Page Wikipédia de Lucien de Montagnac

On peut se demander si cet officier était dépeint de la même manière dans les manuels du XIXe siècle que dans l’encyclopédie collaborative du XXIe siècle.

Il est clairement présenté dans les romans scolaires comme un grand combattant :

Graphiques des cooccurrences associées au terme Montagnac
Graphiques des cooccurrences associées au terme Montagnac

Une image héroïque sans nuance si on lit les extraits dans lesquels il apparaît :

Concordances du terme Montagnac dans le corpus
Concordances du terme Montagnac dans le corpus

Le regard sur les guerres de colonisation est évidemment loin d’être critique. La Troisième République souhaite faire naître des vocations coloniales chez les enfants.

Et les femmes? Propose-t-on aux enfants de s’identifier à des personnages historiques féminins ?

Seules deux femmes sont mentionnées et ce sont des guerrières, des résistantes face à l’envahisseur : les deux Jeanne, Jeanne d’Arc et Jeanne Hachette. La sainte et la laïque sont décrites sous le même angle d’approche : des femmes du peuple, courageuses, héroïques, prêtes à se sacrifier pour leur patrie. L’aspect religieux est absent des termes associés à Jeanne d’Arc.

Concordances du terme Jeanne d’Arc dans le corpus
Concordances du terme Jeanne d’Arc dans le corpus

Les enfants sont incités à s’identifier à des héros historiques, des figures de combattants ou à des personnages plus contemporains, acteurs du progrès scientifique ou industriel de la France ou de l’expansion coloniale. Le titre « Tu seras soldat »6 du manuel de Lavisse pourrait s’appliquer à bien d’autres romans scolaires.

En conclusion, les connaissances géographiques et historiques transmises par les romans scolaires concordent dans une vision nationale et patriotique. Le jeune Français doit connaître son territoire, l’aimer, œuvrer pour son extension. On lui propose de s’identifier à des figures guerrières dans un esprit de conquête : conquête de territoires, conquête économique. La modernité occupe une large place dans ces représentations de la France, que ce soit par la primauté accordée aux grandes villes ou aux figures d’ingénieurs et de savants. L’exploitation d’un petit corpus fait déjà ressortir des tendances importantes. L’application de ces outils à un corpus plus important comme celui des manuels d’histoire permettrait de vérifier ces analyses.

Notes

  1. Voir « L’éducation et l’école en France », Gallica. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/education/leducation-et-lecole-en-france?mode=desktop>. []
  2. Tutoriel : https://github.com/baoia/tutoriel_extraction_cartographie []
  3. Cabanel, Patrick. Le tour de la nation par des enfants : romans scolaires et espaces nationaux, XIXe-XXe siècles, 2007. []
  4. Chanet, Jean-François, L’école républicaine et les petites patries, préface de Mona Ozouf, Paris, Aubier, 1996. []
  5. Voir les références sur le site Modoap : <https://modoap.huma-num.fr/romans_scolaires/page_personnages.php>. []
  6. Voir url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1180635w>. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.