Comment relaxer des manuscrits ?

A partir de 1943, et notamment lors des combats aériens précédant le Débarquement qui opposent les Alliés aux Allemands, la ville de Chartres subit à plusieurs reprises des bombardements de l’aviation américaine visant garnisons et points stratégiques1. Le 26 mai 1944, plusieurs bombardiers B-26 prennent pour cible le terrain d’aviation de Chartres tandis que d’autres bombardiers ont pour mission de détruire des embranchements de voies ferrées.

Cependant, quelques secondes avant de larguer ses deux bombes de 900 kg, le B-26 du Lieutenant Robert N. Smith est touché par la DCA en passant au-dessus de Chartres2. Avant de s’écraser au sud-ouest de la ville, il largue en urgence ses bombes ce qui est interprété comme étant le signal de largage par ses suiveurs. 12 bombes atteignent le centre-ville de Chartres faisant 49 victimes civiles3. La place des Halles et l’Hôtel de Ville – où est installée la bibliothèque – sont touchés et subissent un incendie qui détruit les manuscrits anciens. Quand l’incendie est maîtrisé, 45 % des manuscrits sont totalement détruits, le restant présentant des états allant du manuscrit rogné aux marges par les flammes jusqu’au bloc de charbon vitrifié par la chaleur. D’autres ont été endommagés par l’eau déversée par les pompiers4. D’inestimables témoignages sur Chartres, haut lieu de la vie intellectuelle dans l’Occident des XIe-XIIe siècles ont disparu.

Restauration / conservation

Dès le 9 juin 1944 la Bibliothèque nationale joue un rôle puisque douze caisses de manuscrits rescapés sont acheminés vers l’atelier de restauration pour des traitements de près de quatre ans : les feuillets de parchemin agglutinés par l’action de la chaleur et de l’eau sont séparés par des moyens chimiques. D’après les archives conservées par la BnF, le traitement appliqué semble avoir pour l’essentiel consisté en un nettoyage des salissures à l’eau, l’emploi d’une solution formolée pour stopper la putréfaction, puis une solution tannante et un séchage des documents sous presse.

bnf_renaissance_manuscrits_medievaux_chartresSur 519 manuscrits recensés en 1890, 165 ont pu être sauvés. Cependant de nombreux fragments restent comme vitrifiés, c’est-à-dire translucides et rigides. Ayant perdu l’élasticité originelle de la feuille de parchemin, les fragments se brisent au moindre choc. La sauvegarde réalisée dans l’urgence laisse apparaître de nombreux plis qui masquent une partie de l’écriture, ce qui nuit à l’identification des textes.

Dès la restitution par la Bibliothèque nationale des manuscrits rescapés, plusieurs acteurs entreprennent le travail d’identification des textes et de reclassement des fragments et feuillets épars de manuscrits. Maurice Jusselin (1882-1964), ancien archiviste départemental, le chanoine  et archiviste diocésain Yves Delaporte (1879-1979) et la bibliothécaire Marie Guittet (1900-1959)5 s’attellent à un tâche encore en cours.

Relaxation

De 2005 à 2012, une nouvelle campagne de traitement et de numérisation des manuscrits médiévaux de Chartres est lancée par la Bibliothèque municipale de Chartres, l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes et la Bibliothèque nationale de France. En mai 2006, le Service restauration de la Bibliothèque nationale de France a prélevé des échantillons et testé deux méthodes successives pour rendre aux manuscrits « vitrifiés » par l’incendie leur souplesse originelle. Ces tests ont permis de valider une méthode de relaxation du parchemin en chambre d’humidification puis mise en tension.

Photographie Jean-Yves Sarazin © BnF
Photographie Jean-Yves Sarazin © BnF

Au centre technique de la BnF, basé à Bussy-Saint-Georges, cette  technique inédite en France est mise en oeuvre pour 29 manuscrits médiévaux : la « relaxation » des parchemins rétractés et gondolés, soit l’humidification feuille par feuille en chambre d’humidification, pour assouplir et ramollir le parchemin de sorte à le remettre en tension et faire disparaître les plis. Les feuillets séchés, la lecture du texte caché par les plis est de nouveau possible. L’opération était assortie d’une campagne de photographie et de numérisation destinée à permettre toutes sortes de manipulations sur les fichiers numériques tout en préservant les originaux. Ainsi les chercheurs de l’IRHT peuvent continuer le travail d’identification et de reconstitution des manuscrits.

La numérisation permet également la mise en ligne gratuite de ce patrimoine lié à l’histoire de la Cathédrale et des écoles de Chartres au Moyen âge.

Depuis, d’autres tentatives ont été menées notamment en 2014 avec l’imagerie multispectrale employée par l’équipe du Lazarus Project (http://www.lazarusprojectimaging.com/), pour tenter de lire des fragments, à l’image de celle employée sur des rouleaux carbonisés d’Herculanum6 qui a permis d’identifier des lettres cachées à l’intérieur d’un codex carbonisé sans avoir à dérouler le rouleau et donc le détruire.

Pour aller plus loin

  1. Plus de quarante bombardements entre les mois de septembre 1943 et d’août 1944. Cf. « Les bombardements en Eure-et-Loir », Association Forced Landing, 2003. Disponible en ligne, url : <http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/1.htm> []
  2. « Le crash de l’équipage du Lt Smith », Association Forced Landing, 2003. Disponible en ligne, url : <http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/smith.htm>. []
  3. « Chartres », Archives départementales d’Eure-et-Loir. Disponible en ligne, url : <http://www.archives28.fr/article.php?laref=169&titre=chartres>. []
  4. « Incendie de la Bibliothèque municipale de Chartres en 1944 », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie_de_la_Biblioth%C3%A8que_municipale_de_Chartres_en_1944>. []
  5. Maurice Jusselin, Mademoiselle Marie Guittet : bibliothécaire de la ville de Chartres, 1900-1959, Chartres : Tantet et Catinat, 1959, 5 p. []
  6. Vito Mocella, Emmanuel Brun, Claudio Ferrero & Daniel Delattre, « Revealing letters in rolled Herculaneum papyri by X-ray phase-contrast imaging », Nature Communications, n° 6, 20 janvier 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.nature.com/articles/ncomms6895>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *