Le Retour des Estampes

Yvan Christ1, dans le numéro du 13 juin 1946 de Concorde : hebdomadaire républicain, politique et littéraire2, rendait compte de la fin des travaux conduits par l’architecte Michel Roux-Spitz à la Bibliothèque nationale3.

Les notes sont de notre fait.


Paris. — Cabinet des Estampes. Un aspect de la Galerie. Mansart rénovée. (photo Bibliothèque Nationale) 

Les travaux d’aménagement entrepris en 1937 par M. Michel Roux-Spitz4 dans les bâtiments occupés au sein de la Bibliothèque Nationale par le Cabinet des Estampes avaient été interrompus par la guerre. Repris en 1945, ils sont enfin achevés aujourd’hui. Pour inaugurer ces aménagements nouveaux, une exposition des chefs-d’œuvre gravés et dessinés conservés par le célèbre Cabinet fondé par Colbert pour le Grand Roi, vient d’être organisé[e] dans la Galerie Mansart, salle d’honneur de ce remarquable ensemble.

La modernisation dé l’ancien Hôtel Tubeuf5 occupé par le Cabinet des Estampes était devenue absolument nécessaire. II fallait d’une part que les collections de celui-ci pussent non seulement continuer à voisiner logiquement avec le département des imprimés et celui des Manuscrits, mais encore avoir la possibilité de s’accroître sans cesse, d’autre part que les façades et les pièces historiques de l’Hôtel fussent respectées. Rarement programme fut mieux réalisé. M. Roux-Spitz a tenu en effet la gageure d’élever, dans une puissante ossature de béton armé dissimulée par les façades Louis XIII de l’Hôtel Tubeuf et à partir de nouveaux et profonds sous-sols, huit étages assez bas de magasins, terminés par une salle de consultation de proportion parfaite. Les dégagements, vestibules et escaliers, ont été conçus dans un esprit sobre et classique et sans aucune intention de pastiche. La Galerie Mansart que l’on traverse pour rejoindre les bâtiments rénovés et qui servira de cadre aux successives expositions d’un Musée permanent de l’Estampe, a été elle-même rajeunie, mais avec une mesure que l’on ne saurait trop louer. Bref, M. Roux- Spitz a conçu un chef-d’œuvre de hardiesse et de bon goût.

L’opération accomplie au Cabinet des Estampes dans un hôtel historique qu’il fallait à tout prix rénover et assainir est à peu près identique à celle que l’on voudrait voir entreprendre dans les rues anciennes dont seules les façades valent parfois la peine d’être conservées. Quoi qu’en pensent certains amateurs de « pittoresque », la crasse est bien l’ennemie mortelle de l’art. Nous savons heureusement que M. Roux-Spitz a été chargé, de même que MM. Danis et Laprade6, de « cureter » le fameux ilôt XVI, c’est-à-dire les abords de Saint-Gervais, des Hôtels de Châlons-Luxembourg d’Aumont et de Sens7. Un article de M. F. H. Lem8, délégué général de la propagande de la Ligue Urbaine et Rurale9, paru dans le numéro de mars de la revue du Touring-CIub-de-France et accompagné de plans très évocateurs, nous apprend une fois de plus que c’est bien dans cet esprit résolument novateur, mais également respectueux du passé, que ce très précieux quartier de Paris sera aménagé. Espérons seulement que l’on ne construira pas trop de « faux-ancien » qui sèmerait l’équivoque et que l’on pastichera le moins possible les styles révolus.

Pour en terminer avec le Cabinet des Estampes si intelligemment transformé par M. Roux-Spitz disons quelques mots seulement de la restreinte, mais éclatante exposition de pièces insignes réunies par MM. Jean Vallery-Radot10 et Jean Adhémar11 dans la Galerie Mansart12. « Anthologie, dit M. Julien Cain, administrateur général de la Bibliothèque Nationale, préparée pour le seul plaisir des yeux, à travers les temps et les écoles, parmi ce que l’art de la gravure a produit de plus accompli ». On verra donc de très rares gravures sur bois du XVe siècle accompagné de la fameuse aquarelle représentant Louis II d’Anjou, on verra les crayons anonymes de la Renaissance Française, précieux documents iconographiques sur la Cour des Valois, des gravures de Dürer et, surtout peut-être, la troublante et éblouissante aquarelle de celui-ci : le moulin de Nuremberg aux formes presque orientales et dont la fraîcheur et la puissance sont incomparables [;] on verra enfin des gravures de Rembrandt (notamment la Pièce aux Cent Florins), des eaux-fortes de Callot, de Cochin-le-père, de Moreau le jeune, de Saint-Aubin, de Tiepolo, des aquatintes de Goya, des lithographies de Daumier et de Toulouse-Lautrec, un burin de Laboureur, etc…

La gravure est trop souvent, de nos jours, considérée comme un « art industriel », comme le parent pauvre de l’art. Rien n’est plus injuste, rien n’est plus faux. Il suffit, du reste, d’aller au Cabinet des Estampes et de se pencher sur les chefs-d’œuvre de Rembrandt ou de Dürer, pour ressentir une des plus intenses satisfaction esthétiques celle que donne toujours la perfection.


Notes

  1. Yvan Christ (1919-1998); url : <https://data.bnf.fr/11896816/yvan_christ/>. []
  2. Périodique publié à Lyon puis à Paris du 22 octobre 1944 au 30 octobre 1947 []
  3. Yvan Christ, Le Retour des Estampes, Concorde : hebdomadaire républicain, politique et littéraire, 13 juin 1946, p. 4. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1417563t/f4.item>. []
  4. Roux-Spitz, Michel (1888-1957) qui fut nommé architecte en chef de la Bibliothèque Nationale en 1932.  []
  5. Œuvre de Jean Thiriot (1590-1649). []
  6. Robert Danis (1879-1949), url : <https://agorha.inha.fr/ark:/54721/11e62b3f-77da-49c0-82a5-c216fea6be08> et Albert Laprade (1883-1978), url : <https://agorha.inha.fr/ark:/54721/a758eeae-ea31-4184-9bfb-b2b9f09f1925>. []
  7. Un arrêté préfectoral du 21 février 1942 confiait l’aménagement de l’îlot 16 aux trois architectes coordonnateurs : Albert Laprade, en charge du secteur occidental autour de Saint-Gervais, Michel Roux-Spitz pour le secteur central avec l’hôtel d’Aumont, et Robert Danis pour le secteur oriental. Voir Noémie Aureau, L’îlot insalubre n°16 , Saint-Gervais Saint-Paul à Paris : une métamorphose urbaine, architecturale et sociologique : mémoire de recherche, [S.l.] : [s.n.], 2013-2014, 121 p. Disponible sur Internet, url : <https://noemieaureau.com/wp-content/uploads/2019/09/NoemieAUREAU_Master2_ENSAPLV_Ilot-insalubre-16-Paris.pdf> et url : <https://cdn.paris.fr/paris/2020/02/26/a4878f9d14006d1dcb7c244500153fa5.pdf>. []
  8. Le collectionneur d’art africain et critique d’art Ferdinand H. Lem, auteur de Sculptures soudanaises, Paris : Arts et métiers graphiques, 1948. Absent de Bibliographies des critiques d’art francophones, url : <http://critiquesdart.univ-paris1.fr/> et du Répertoire des critiques d’art, url : <https://www.archivesdelacritiquedart.org/auteur?filter=A>. []
  9. La Ligue urbaine et rurale (LUR) fut en août 1943 par Jean Giraudoux pour l’aménagement du cadre de la vie française. Voir : Contributeurs à Wikipedia, « Ligue urbaine et rurale », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 25 juillet 2020. Disponible sur Internet, url : <https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ligue_urbaine_et_rurale&oldid=173248340>. []
  10. Jean Vallery-Radot (1890-1971) qui fut conservateur en chef du Cabinet des estampes et président du Comité national de la gravure française (1944-1963). []
  11. Jean Adhémar (1908-1987). Voir : Aubenas, Sylvie, « ADHÉMAR, Jean : Paris, 18 mars 1908 – Paris, 30 juin 1987 », dans : Figures de bibliothécaires, Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2020. Disponible sur Internet (payant) : <http://books.openedition.org/pressesenssib/12829>. []
  12. Il s’agit de l’exposition : Chefs-d’oeuvre et choix de pièces rares du Cabinet des estampes organisée à l’occasion de l’inauguration du nouveau Cabinet des estampes, et qui se tint de mai à juillet 1946. Voir le catalogue : Chefs-d’oeuvre et choix de pièces rares du Cabinet des estampes : exposition organisée à l’occasion de l’inauguration du nouveau Cabinet des estampes, mai-juillet 1946 / [catalogue par Jean Vallery-Radot et Jean Adhémar ; [avant-propos par Julien Cain], Paris : Bibliothèque nationale, 1946, 1 vol. (23 p.) ; 19 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6534041d>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.