Cycle de séminaires associé au projet Richelieu. Histoire du quartier : « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) »

Ouvert à tous, le cycle de séminaires associé au projet Richelieu. Histoire du quartier : « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) » reprend à partir du 26 novembre prochain.

Un premier séminaire, intitulé « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux », en 2018-2019, a permis de poser les bases de ce projet de recherche, et d’en définir les axes majeurs. Les intervenants ont mis en évidence les principaux éléments ayant façonné le quartier du XVIIe siècle à 1900, telles l’évolution de l’occupation des rues, des passages couverts, ou des activités liées aux commerces et aux banques. Il s’est ensuivi une présentation des sources utiles à la documentation du quartier, issues des collections de l’Institut national d’histoire de l’art, du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France.

En 2021, le séminaire poursuit ces réflexions en parallèle du lancement de la seconde phase du projet qui débute avec une analyse des corpus iconographiques conservés dans les institutions parisiennes. La ville étant constamment accompagnée par sa représentation graphique et imprimée, il s’agit de sélectionner, numériser et agréger ces documents (photographies, cartes postales, dessins d’architecture, gravures de mode, menus, jetons, prospectus et affiches publicitaires, etc.). Ce croisement entre des sources de différentes natures permet de créer un récit historique et de livrer des informations sur l’état du quartier à une période donnée. Les cinq séances prévues iront dans ce sens, et permettront d’ouvrir des perspectives nouvelles au sujet de l’exploitation de ces types de documents dans l’étude des villes.

Programme

26 novembre 2021 (10h30) : Le quartier Richelieu : restituer la matérialité bâtie des rues à travers le croisement des sources (1780-1850)

L’objectif de cette intervention est de présenter l’état d’avancement du projet de recherche qui fait l’objet du présent cycle de séminaires. Il s’agit de mettre en lumière les premiers résultats scientifiques des investigations entreprises dans les fonds iconographiques des institutions parisiennes, permettant de documenter l’évolution des rues du quartier Richelieu (architecture, activités, etc.). Quelques cas d’étude, analysés à l’échelle de la rue, de l’îlot, puis de la parcelle, permettront d’illustrer les principaux enjeux historiques de cette portion de tissu urbain.

Intervenante : Charlotte Duvette (chef de projet – histoire de l’architecture) et Loïc Jeanson (ingénieur d’étude et de recherche).

10 décembre 2021 : Les cartes d’adresse illustrées du XIXe siècle : une source précieuse pour l’histoire architecturale du quartier Richelieu

Dans l’histoire de l’architecture du XIXe siècle, l’architecture commerciale est souvent éclipsée par l’architecture civile si bien que nous avons une connaissance très parcellaire des réalisations des grands architectes en la matière. À partir d’exemples issus de différentes collections publiques et privées, qui représentent des boutiques et des hôtels du quartier Richelieu, nous montrerons que les éphémères commerciaux illustrés constituent une source précieuse pour l’histoire architecturale et urbaine du quartier. Réciproquement, la confrontation de ces images de boutiques et d’hôtels avec le patrimoine bâti met à jour la rhétorique de ces petites estampes commerciales et permet une approche critique de ces sources.

Intervenant : Julien Brault, conservateur en chef des bibliothèques, chef du service de la Conservation et des magasins de la bibliothèque de l’INHA.

Cartes d’adresse

14 janvier 2022 : Les sources du département des Arts du spectacle pour reconstruire l’Histoire du quartier Richelieu

Cette séance permet de mieux comprendre comment les sources documentaires du département des Arts du spectacle éclairent la richesse des activités théâtrales et musicales dans le quartier Richelieu. La densité des informations historiques contenues dans ces œuvres permet de reconstruire l’évolution de la vie culturelle et des loisirs au fil des siècles.

Intervenants : Joël Huthwohl, Corinne Gibello et Manon Dardenne, directeur et conservatrices du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France.

Vue du Théâtre royal de l'Opéra-Comique (salle Ventadour), vers 1830. BnF-Arts du spectacle
Vue du Théâtre royal de l’Opéra-Comique (salle Ventadour), vers 1830. BnF-Arts du spectacle

4 février 2022 : Quand la bibliothèque était une banque. John Law, la Banque Royale et l’apothéose du papier-monnaie

Peu avant l’avènement du livre et du savoir, la bibliothèque Richelieu abritait le culte nouveau du billet de banque. John Law et sa Banque royale, portés par la Régence de Philippe d’Orléans, investissaient les murs de l’ancien hôtel de Nevers pour y incarner un modèle économique tourné vers le Nouveau-Monde, la Bourse et la fluidité monétaire. Le Système allait faire l’apologie du papier-monnaie et développer une iconographie inédite.

Intervenante : Valentine Toutain-Quittelier, docteure en histoire de l’art de l’université Paris IV Paris-Sorbonne, chercheur indépendant.

Giovanni Antonio Pellegrini, Esquisse pour le plafond de la Galerie des Mississipiens de la Banque Royal : le déchargement en bord de Seine des marchandises en provenance de la Louisiane, 1720, huile sur toile, 35,5x 65 cm, Paris, Musée du Petit-Palais.
Giovanni Antonio Pellegrini, Esquisse pour le plafond de la Galerie des Mississipiens de la Banque Royal : le déchargement en bord de Seine des marchandises en provenance de la Louisiane, 1720, huile sur toile, 35,5x 65 cm, Paris, Musée du Petit-Palais.

18 mars 2022 : Le quartier Richelieu dans les archives de la Commission du Vieux Paris (1897-2020) : entre histoire de l’architecture et archéologie

Les fonds d’archives de la Commission du Vieux Paris sont d’une richesse inestimable. Depuis la création en 1897 de cette commission municipale mixte, composée d’experts indépendants et d’élus, et jusqu’à nos jours, relevés photographiques, chantiers de fouilles archéologiques, expertises historiques et débats patrimoniaux permettent de suivre l’évolution des quartiers parisiens. Le Département d’histoire de l’architecture et d’archéologie de la Ville de Paris (DHAAP), service municipal créé en 2004 pour assurer le secrétariat permanent de la CVP et pour assurer la surveillance des risques archéologiques dans la capitale, a fait l’expérience, pour le projet Richelieu, de sonder l’ensemble de ses ressources et de ses outils à l’échelle du quartier. 

Intervenants : Pauline Rossi, docteure, chargée d’études au Département d’Histoire de l’Architecture et archéologie, DHAAP / DAC, et Julien Avinain, chef du pôle Archéologie du Département d’Histoire de l’Architecture et archéologie, DHAAP / DAC.

Charles Lansiaux, 17-19, rue Radziwill, 1916, Archives de la Commission du Vieux Paris
Charles Lansiaux, 17-19, rue Radziwill, 1916, Archives de la Commission du Vieux Paris

15 avril 2022 : Des campagnes photographiques pour le quartier Richelieu autour de 1900

Cette séance aura pour objet l’étude d’un corpus de photographies produites sur le quartier Richelieu autour de 1900. Elle s’intéressera plus particulièrement aux commandes photographiques menées par des institutions locales, engagées dans la construction d’une mémoire vivante du vieux Paris. En outre, elle sera l’occasion de porter un regard nouveau sur les travaux d’Eugène Atget, à l’aune de pratiques de l’époque qui l’ont, sinon précédé, du moins encouragé dans son projet. 

Intervenante : Olga Lemagnen, doctorante en histoire de la photographie à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Henri Godefroy, Galerie Colbert, 1909. Musée Carnavalet, Paris, CCØ Paris Musées/Musée Carnavalet, PH34290. Paris Musées/Musée Carnavalet
Henri Godefroy, Galerie Colbert, 1909. Musée Carnavalet, Paris, CCØ Paris Musées/Musée Carnavalet, PH34290. Paris Musées/Musée Carnavalet

13 mai 2022 : Transformations et extensions de l’hôtel de Toulouse (XVIIe-XXe siècles)

Depuis sa construction en 1635-1645 par François Mansart sur l’ancienne emprise de l’enceinte de Charles V, l’hôtel de La Vrillière n’a cessé d’être remanié et transformé. Ses puissants propriétaires successifs (La Vrillière, Toulouse, Penthièvre et Banque de France) ont aussi structuré et absorbé les immeubles adjacents. L’objectif de cette séance est de présenter les évolutions du bâtiment dans l’urbanisme du quartier Richelieu.

Intervenant : Arnaud Manas, chef du service du Patrimoine Historique et des Archives de la Banque de France, docteur et chercheur associé à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Vue de l’hôtel de la Vrillière (L’Architecture française, Marot)
Vue de l’hôtel de la Vrillière (L’Architecture française, Marot)

24 juin 2022 : Entre les Halles et l’Opéra : modernisation d’un quartier central, 1910-1960

Bordé par deux fortes centralités, les Halles et l’Opéra, le quartier Richelieu est localement mais régulièrement soumis à des projets de modernisation, qu’il s’agisse de son cadre bâti comme de son espace public. Engagé autour de 1910 du côté de la rue du Louvre, des Grands Boulevards mais aussi de la place des Victoires, le renouvellement urbain se poursuit dans les années 1950, avec la rue du Colonel-Driant comme emblème.

Intervenant : Simon Texier, professeur d’histoire de l’architecture, Secrétaire Général de la CVP.

Victor Lesage et Charles Miltgen, projet d’immeuble de bureaux rue du Louvre, vers 1930, Rennes, AD35, cliché S. Texier
Victor Lesage et Charles Miltgen, projet d’immeuble de bureaux rue du Louvre, vers 1930, Rennes, AD35, cliché S. Texier

Informations pratiques

  • Toutes les séances se dérouleront à l’Institut national d’histoire de l’art – Galerie Colbert, salle Walter Benjamin – 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs – 75002 Paris.
  • Les vendredi de 10h30-12h30.

Le projet « Richelieu. Histoire du quartier »

Ce projet est proposé conjointement par la Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art, l’École nationale des chartes, le Centre allemand d’histoire de l’art et le Centre André Chastel (Sorbonne Université). La synergie de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, a été à l’origine d’un projet collectif entrepris en 2018 dédié à une investigation collective de l’histoire du quartier dans lequel elles sont implantées. L’objectif est de s’intéresser aux contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. Compris entre le Louvre, l’Opéra, la place des Victoires et les grands boulevards, ce quartier a été désigné dans le cadre du projet comme « quartier Richelieu » en référence au « quadrilatère Richelieu » qui réunit aujourd’hui les collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France, la bibliothèque de l’Ecole nationale des chartes et la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

Le consortium initial a été rejoint en 2021 par l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Le projet a obtenu en 2021 le soutien de la Banque de France et de la Fondation des Sciences du Patrimoine. 

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search