Femmes photographes : regards sur la ville et valorisation d’une collection (2/2)

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Angele Ferrere, lauréate 2020 de la bourse Louis Roederer pour la photographie rend compte de son projet qu vise à valoriser l’oeuvre de photographes femmes dans les collections de la Bibliothèque nationale de France.

Fondation Louis Roederer

Cartographie des femmes photographes dans les collections de la BnF (1968-1996)

Ce deuxième axe de recherche s’est articulé en deux missions concentriques :

  • Établir une cartographie des œuvres de femmes photographes sur la période correspondant à l’activité du conservateur Jean-Claude Lemagny (1968-1996) et aboutir à des données statistiques et générales sur la nature et la répartition de ces œuvres (pourcentages des femmes dans les collections, variété des nationalités d’origine)
  • Approfondir, par des recherches bio-bibliographiques, la connaissance des femmes entrées dans les collections au courant de la décennie 1970, pour l’enrichissement de leurs autorités au catalogue (dates de vie et de mort, formation, genres pratiqués, principales expositions, mode d’entrée aux collections…)

Bornes chronologiques et outils méthodologiques

En croisant les informations des registres d’acquisitions des EST et le catalogue méthodique de la cote EP, il a été possible de définir dans un premier temps les cotes extrêmes des EP pour la période allant de 1968 à 1996 : EP-38 (œuvre de Michèle Brabo) à EP-3047 (œuvre de Jeanne O’Connor), puis dans un second temps un découpage des EP en 3 périodes correspondant au plus près à un découpage des entrées dans les collections par décennies durant la période d’activité de Jean-Claude Lemagny :

  • (1968-1979) / « Années 1970 » = EP-38 à EP-1038
  • (1980-1989) / « Années 1980 » = EP-1039 à EP-2130
  • (1990 – 1996) / « Années 1990 » = EP-2130 EP-3047

Ce découpage chronologique à partir des EP s’est avéré le plus efficace pour procéder de façon méthodique dans notre recherche, mais il trouve aussi ses limites dans la mesure où il renvoie à la première date d’acquisition de l’œuvre d’une photographe dans les collections mais pas forcément à sa période d’activité. À titre d’exemple, Rosine Nusimovici est entrée dans les collections du département en 1978 mais son activité s’est prolongée au moins jusqu’en 1996, ou inversement Deidi von Schaewen n’est entrée dans les collections que dans les années 1980 alors que ses photographies de la série des murs ont pour la plupart été réalisées dans les années 1970.

Identification et part des femmes photographes pour l’ensemble de la période

À partir de la base de données existante du catalogue méthodique de la cote EP, j’ai mis en lumière la part des femmes photographes dans les collections pour la période allant de 1968 à 1996 (EP-38 à EP-3047) et son évolution au fil des décennies. Pour cela il a été nécessaire d’ajouter la mention du genre de chaque photographe. Le genre étant rarement indiqué dans les notices d’autorité, j’ai mené une recherche à partir des dossiers d’archives internes, des registres d’acquisitions et d’internet pour les prénoms épicènes ou étrangers. Cette recherche a également permis de rectifier certaines notices d’autorité comprenant une erreur sur le genre de l’artiste. Il est ressorti qu’entre 1968 et 1996, les œuvres de 643 femmes sont entrées dans les collections : cela représente, en moyenne, 22 % de l’ensemble des photographes pour cette période. Surtout, on constate qu’entre 1968 et 1996, le pourcentage de femmes photographes a doublé : leurs travaux constituent 15% des enrichissements pour les années 1970, 21% pour les années 1980 et près de 30% pour la première moitié des années 1990 – ces estimations portent jusqu’au départ de Jean- Claude Lemagny en 1996.

Répartition par genre [1968 - 1996]
REPARTITION PAR GENRE [1968 – 1996]
GenresValeurs
?7
Femme642
Homme2347
Total général2996
Répartition par genre. Années 1970 [1968-1979]
REPARTITION PAR GENRE [1968 – 1979]
GenreValeurs
?1
Femme154
Homme839
Total général994
Répartition par genre. Années 1980 [1980-1989]
REPARTITION PAR GENRE [1980 – 1989]
GenreValeurs
?4
Femme225
Homme863
Total général1092
Répartition par genre. Années 1990 [1990-1996]
REPARTITION PAR GENRE [1990 – 1996]
GenreValeurs
?2
Femme263
Homme645
Total général910

Une collection représentative des femmes photographes à l’international & un corpus inédit de françaises

À partir de critères établis avec Dominique Versavel, j’ai créé une base de données répertoriant les 643 femmes photographes entrées dans les collections entre 1968 et 1996. Dans ce tableau sont renseignées des informations biographiques utiles pour la création et/ou modification des notices d’autorité d’une part, et permettant de mettre en évidence des éléments d’analyse significatifs et spécifiques sur les femmes photographes dans les collections de la BnF d’autre part.

Tout d’abord, à la quantité des artistes représentées et des œuvres collectées, s’adjoint la grande variété des origines de ces femmes ayant fait entrer des œuvres à la BN sur la période indiquée : majoritairement américaines (35%) et françaises (32%), elles sont pour 52% d’Europe (Allemagne, Italie, Belgique, Suisse, Autriche, Royaume-Uni, Pologne, Suède, Pays-Bas, Espagne, République tchèque, Hollande, Hongrie, Grèce, Lituanie, Finlande), pour 3% d’Amérique latine (Mexique, Argentine, Brésil, Venezuela, Guatemala, Panama, Uruguay), pour 2% d’Asie (Japon, Corée), mais aussi du Maghreb et du Proche-Orient (Égypte, Tunisie, Israël)… Les collections du département Estampes et photographie de la BnF offrent ainsi une image internationale de la pratique photographique des femmes entre 1968 et 1996, répondant d’une actualité de la recherche sur une histoire des femmes photographes à échelle mondiale dont témoigne la publication des deux récents ouvrages sur le sujet aux éditions Textuel1 et Acte Sud2.

Répartition par zones géographiques [1968 - 1996]
Zones Géographiques [1968 – 1979]
Zones géographiquesValeurs
?36
Amérique du Nord224
Amérique latine17
Asie13
Europe336
Moyen-Orient5
Océanie8
Afrique1
Répartition par zones géographiques. Années 1970 [1968-1996]
Zones Géographiques Années 1970 [1968 – 1979]
Zone géographiqueValeurs
?2
Amérique du Nord59
Amérique latine8
Asie2
Europe80
Moyen-Orient1
Océanie2
Total général154
Répartition par zones géographiques. Années 1980 [1980-1989]
Zones Géographiques Années 1980 [1980 – 1989]
Zone géographiqueValeurs
?9
Amérique du Nord97
Amérique latine6
Asie1
Europe107
Moyen-Orient2
Océanie3
Total général225
Répartition par zones géographiques. Années 1990 [1990-1996]
Zones Géographiques Années 1990 [1990 – 1996]
Zones géographiquesValeurs
?25
Amérique du Nord68
Amérique latine4
Asie10
Europe150
Moyen-Orient2
Océanie3
Afrique1
Total général263
Quelques chiffres par décennies
% françaises / années 197031%
% américaines / années 197035%
% françaises / années 198027%
% américaines/ années 198043%
% françaises / années 199034%
% américaines / années 199026%

Cependant, en recoupant la liste des femmes mises en lumière par différents ouvrages, catalogues et sites3 avec celle des femmes représentées aux collections BnF/EST pour les années 1970, il apparaît que 63 % des femmes dont la BnF détient des œuvres ont échappé à l’aggiornamento historiographique en cours, et, parmi elles, 98 % des françaises et 32% des américaines. Or, pour nombre d’entre elles, il s’avère que la BnF est la seule à conserver des œuvres et des sources, donc à être en mesure de produire de l’information pour mémoire. Surtout, il ressort de cette comparaison que les Françaises actives à la fin du XXe siècle – et logiquement très présentes dans les collections de la BnF – sont en grande majorité oubliées des ouvrages à vocation internationale qui mettent davantage l’accent sur la sphère anglo-saxonne. Le rattrapage historiographique doit donc aussi, pour ces décennies 1970-1990, répondre à un rééquilibrage géographique de l’histoire de la photographie auquel la BnF peut amplement contribuer, comme en témoigne Michel Poivert dans l’article « École française, une affaire d’État » de son récent ouvrage 50 ans de photographie française, de 1970 à nos jours (2019).

Une grande variété de sujets

Ouvert à tous les champs de l’art photographique mais aussi au reportage, Jean-Claude Lemagny est entré en contact avec des photographes s’exprimant dans tous les genres possibles (nu, portrait, nature morte, paysage, compositions abstraites, expérimentations formelles, reportage au long cours, instantanés de rue…) et dans des styles personnels tous aussi originaux les uns que les autres.

Parmi ces femmes figurent des personnalités déjà reconnues telles que Diane Arbus, Jane Evelyn Atwood, Mary Ellen Mark, Marie-Laure de Decker, Connie Imboden, Lynne Cohen, Dominique Auerbacher, Sophie Ristelhueber, Barbara Crane, Dolorès Marat, Ann Mandelbaum, Rosalind Solomon, Gina Pane, Nancy Wilson-Pajic, Graciela Iturbide ou encore Rosella Bellusci, Linda Lindroth, Susan Doppelt, Martine Barrat et Michelle Debat mais aussi de fort nombreuses autres, dont les démarches et les univers singuliers sont aujourd’hui à (re)dévouvrir : des vues d’architecture très composées de Rosine Nusimovici et Judith Turner aux paysages baignés de couleur de Valorie Fischer et Françoise Gimenez en passant par les vues urbaines d’Elizabeth Lennard coloriées à la main ; des études de matières en couleur de Noëlle Missoffe aux effets de transparences en niveaux de gris chez Denise Coenen ; des natures mortes ultra-graphiques d’Anne Garde au noir et blanc mystique de Ruth Mayerson-Gilbert ; de la présence des chairs chez Ursula Kelm et Patricia Schwartz à l’esquisse des silhouettes chez Barbara Confino et Ernestine Ruben ; des fantasmagories de Colette Fages de la Tour aux compositions surréalistes et macabres de Mylène Malberti ; des photomontages d’Hassia ou de Christine Morel aux séries de tirages palladium de Wendy Noyes ; des photogrammes ludiques de Danièle Dailloux et aux sténopés mystérieux de Mary Hammond ; des rendus météorologiques subtils chez Fay Godwin aux oeuvres conceptuelles et écologistes de Claudine Laabs ; des pastiches publicitaires et chromo de Susan Felter et Judy Dater aux mises en scènes oniriques de Véronique Giriat et de Lucia Radochonska ; des portraits d’artistes femmes par Marion Kalter et Dena aux autoportraits plein d’autodérision de Monique Tirouflet ; du regard caustique de Joni Sternbach et Abigail Heymann sur la condition des femmes à la représentation détournée de l’idéal masculin chez Michou Strauch et Valérie Burton… sans oublier l’univers clinique et glaçant de Jacqueline Thurston, les apparitions spectrales et nocturnes d’Helen Sager qui inspirèrent beaucoup Diane Arbus, les reportages sensibles de Jacqueline Colde, Madeleine de Sinety et Françoise Saur sur le monde rural et ceux réalisés par Françoise Blondel, Michèle Brabo, Laurence Brun, Monique Jacot ou Stefania Bril sur des groupes de population en marge des sociétés et des représentations : immigrés, nomades et bateliers, les petites-mains des hôpitaux et de la mode, vie dans les favelas de Sao Paulo… pour ne citer que quelques exemples parmi les 643 noms répertoriés.

L’accès privilégié aux collections du département des Estampes et de la photographie m’a également permis de mettre en évidence les travaux d’autres femmes photographes portant sur la ville et ses transformations pendant les années 1968-1996. Outre les œuvres relativement connues de Dominique Auberbacher, Susanne Lafont, Sophie Ristelhueber, ou encore Beatrix von Conta, j’ai découvert l’œuvre de la brésilienne Stefania Bril, ou encore des françaises Armelle Lebras, Carole Barriquand, ASTRID, CHARLOTTE, Françoise Nicol, Maryvonne Gilotte, Noëlle Missoffe…

Focus sur les années 1970

J’ai également effectué des recherches bio-bibliographiques plus approfondies sur les femmes photographes entrées dans les collections entre 1968 et 1979 pour l’enrichissement de leurs autorités au catalogue (dates de vie et de mort, formation, genres pratiqués, principales expositions, mode d’entrée aux collections…), amorçant un travail d’envergure qui pourra être prolongé pour les décennies suivantes. Avec Dominique Versavel nous avons réalisé des prises de vue des œuvres des photographes de cette même période (EP-38 à EP- 1038), rassemblées sur un PowerPoint qui donnent un aperçu du travail de chacune des artistes.

Ces recherches approfondies ont notamment permis de mettre en évidence un nombre important d’expositions consacrées aux femmes photographes aux États-Unis et au Canada dans les années 1970 et dont le rôle fut probablement déterminant dans la reconnaissance des artistes originaires d’Amérique du Nord entrées dans les collections de la BnF, comme l’exposition « Women of Photography : An Historical Survey » qui eu lieu au MOMA de San Francisco en 1975. De même, ce sont les écrits théoriques des photographes américaines et britanniques qui posent les jalons d’une histoire féminine et féministe de la photographie : « Hannah Wilke et Martha Rosler au milieu des années 1970, Val Wilmer dans les années 1980, Jo Spence, Jeanne Moutoussamy-Ashe et Deborah Willis4 », qui « donnent également naissance à ce que l’on désignera, après-coup, d’avant-garde féministe dans les années 1960-19705  ».

Pourtant, la seconde vague féministe joue également un rôle primordial dans la place des femmes photographes en France dans les années 1970. Dans son ouvrage Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la France des années 1970, l’historienne de l’art Fabienne Dumont pose le cadre chronologique de son étude de 1968 à 1981, période durant laquelle « le milieu artistique en général, et féministe en particulier, est traversé par [une] nouvelle donne des enjeux de pouvoir et par les changements de valeur de la société6 », qui s’inscrit également dans la multiplication des collectifs d’artistes femmes et des expositions et revues artistiques réalisées par et pour les femmes. Si l’étude réalisée par Fabienne Dumont n’accorde qu’une place très réduite à « la photographie [qui] n’acquiert un statut d’art à part entière qu’au milieu des années 19707 », les recherches bio-bibliographiques sur les femmes photographes entrées dans les collections de la BnF dans les années 1970 montrent que plusieurs françaises ont inscrit leur pratique dans le sillage des collectifs et revues féministes et des expositions réalisées par et pour les femmes. À titre d’exemple, la revue Sorcières. La revue des femmes qui vivent, fondée par la féministe Xavière Gauthier et parue entre 1975 et 1981, a publié des œuvres de plusieurs femmes photographes représentées dans les collections de la BnF : Maria Albagnac-Vives (EP-4796), Gladys (EP-674), Janie Gras (EP-745), Maria Klonaris et Katerina Thomadaki (EP-3033), Claude Maillard (EP-3129), Nancy Rexroth (EP-1117), Marialba Russo (EP-1664), et Maryvonne Gilotte (EP-672), cette dernière déclarant par ailleurs « être devenue féministe par la photographie8 ». Il en va de même pour le magazine hebdomadaire Des femmes en mouvements, paru entre 1977 et 1982 à l’initiative du collectif Psychanalyse et Politique du MLF et des Éditions Des femmes (Antoinette Fouque) qui diffuse, entre autres, les photographies de Colette Alvarez-Urbajtel (EP-1640), Claude Batho (EP-462), Laurence Brun (EP-49), Beatrix von Conta (EP-992), Marie-Laure de Decker (EP-914), Mireille Dupuis (EP-368), Maryvonne Gilotte, Gladys, Janie Gras, Erica Lennard (EP-1974), Melba Levick (EP-293), Janine Niepce (EP-29)…

Notes

  1. Luce Lebart et Marie Robert (dir.), Une histoire mondiale des femmes photographes, Paris, Textuel, 2020. []
  2. Clara Bouveresse, Femmes photographes, Arles, Actes Sud, coll. Photo poche, 2020. []
  3. Comparaison effectuée à partir des ouvrages de History of women photographers de Naomi Rosenblum (1998), de l’Histoire mondiale des femmes photographes (2020), et de Femmes photographes (2020), mais aussi à partir du site internet Awarewomenartists (https://awarewomenartists.com/) et du Dictionnaire universel des créatrices (https://www.desfemmes.fr/dictionnaire-des-creatrices/). []
  4. Luce Lebart et Marie Robert, op. cit., p. 24. []
  5. Ibidem, pp. 23-23. []
  6. Fabienne Dumont, Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la France des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 22. []
  7. Idem. []
  8. Propos recueillis dans le dossier d’artiste de Maryvonne Gilotte, conservé dans les archives internes du département des Estampes et de la Photographie de la BnF. []

Angèle Ferrere

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, lauréate 2020 de la bourse Louis Roederer pour la photographie. Docteure en histoire et esthétique de la photographie, laboratoire AIAC, Université Paris 8

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.