Cycle de conférences 2021 – 2022 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 11e édition des Trésors de Richelieu où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasin de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium
de la galerie Colbert.

Le cycle est ouvert à tous les publics intéressés par le patrimoine, l’histoire de l’art et l’histoire.

Programme

9 novembre 2021 : Delacroix et la photographie

Par Sylvie Aubenas, conservatrice générale, directrice du département des Estampes et de la photographie, BnF, et Barthélémy Jobert, professeur d’histoire de l’art contemporain, Sorbonne Université

Modèle posant pour un Christ en croix, vers 1852/1853, tirage sur papier salé d’après un négatif sur verre - - Inconnu – BnF, département des Estampes et de la photographie
Modèle posant pour un Christ en croix, vers 1852/1853, tirage sur papier salé d’après un négatif sur verre – Inconnu – BnF, département des Estampes et de la photographie, Réserve KZ-851-PET FOL

L’intérêt précoce d’Eugène Delacroix pour la photographie et en particulier les études de modèles nus d’après lesquelles
il dessinait a été bien étudié depuis les années 1960.

Le département des Estampes et de la photographie de la BnF détient depuis 1899 un premier album de 32 photographies de modèles. Un second album longtemps en mains privées a pu être acquis en 2019 par dation après le décès du galeriste Gérard Lévy. Cet album plus complexe que le premier, qui sera présenté au public pour la première fois dans son intégralité, offre des informations et des perspectives nouvelles sur l’usage de la photographie par Delacroix.

30 novembre 2021 : Dans la fabrique des textes : manuscrits d’écrivains dans les collections de la BnF (Zola, Apollinaire, Barthes)

Par Thomas CazentreAnaïs Dupuy-OlivierJérôme Villeminoz, département des Manuscrits, BnF. En partenariat avec Babelio, Éditions Textuels, Actes Sud

Émile Zola. Œuvres. Manuscrits et dossiers préparatoires. Les Rougon-Macquart. Au Bonheur des dames. Dossier préparatoire. Premier volume - - BnF, département des Manuscrits | NAF 10277
Émile Zola. Œuvres. Manuscrits et dossiers préparatoires. Les Rougon-Macquart. Au Bonheur des dames. Dossier préparatoire. Premier volume – – BnF, département des Manuscrits | NAF 10277

La publication du livre Manuscrits d’écrivains (BnF Éditions / Éditions Textuel, 2021) offre l’occasion d’une évocation de ces collections. Si des textes écrits de la main de leur auteur sont attestés dès la fin du Moyen Âge, c’est seulement au XVIIIe siècle que le manuscrit d’écrivain devient un objet de collection, avant que le Romantisme ne le consacre comme manifestation concrète, quasi incarnée, de la création littéraire. Au-delà de leur valeur patrimoniale fluctuante et du fétichisme de l’autographe, les manuscrits sont aussi de véritables objets d’étude, permettant de retracer le travail de l’auteur en amont du texte publié, et le processus d’élaboration du texte. Ce dernier aspect sera illustré par trois exemples prestigieux : un roman (Germinal, d’Émile Zola), un poème (Zone, de Guillaume Apollinaire) et un essai (Fragments d’un discours amoureux, de Roland Barthes).

En écho à la sortie en octobre 2021 de l’ouvrage Manuscrits d’écrivains, Dans les collections de la Bibliothèque nationale de France— XVe-XXe siècles / Sous la direction de Thomas Cazentre (BnF Éditions / Éditions Textuel). 240 pages – Prix (TTC) : 55€

25 janvier 2022 : Le médailleur, l’architecte et la reine : la médaille du Val-de-Grâce

Par Paul Froment, conservateur du patrimoine, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, et Alexandre Gady, professeur à l’université de Paris-Sorbonne (sous réserve)

SR.GM.2812
SR.GM.2812

Le 1er avril 1645, Louis XIV, âgé de six ans, pose la première pierre de l’église du Val-de-Grâce : une médaille en or de Jean Varin est alors placée dans les fondations du bâtiment. Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve un deuxième exemplaire original de cette médaille, qui constitue un témoignage exceptionnel du projet architectural de François Mansart en même temps que de l’entreprise de légitimation qu’Anne d’Autriche, reine et régente, déploie à travers ce monument votif.

8 février 2022 : À la redécouverte de l’Égypte : la Carte des déserts de la Basse-Thébaïde de
Claude Sicard et le Journal historique
d’Henri-Joseph Redouté

Par Julie Garel-Grislin, conservatrice, département des Cartes et plans, BnF, et Fabienne Queyroux, directrice adjointe, bibliothèque de l’Arsenal, BnF

Paul Sicard. Carte des déserts de la Basse-Thébaïde aux environs des monastères de St Antoine et de St Paul […]. BnF, dpt. Cartes et plans. GE C 5380 RES (détail)
Paul Sicard. Carte des déserts de la Basse-Thébaïde aux environs des monastères de St Antoine et de St Paul […]. BnF, dpt. Cartes et plans. GE C 5380 RES (détail)

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier » : ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis Antoine Bougainville ou de Jean-François de la Pérouse. En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts
chargée d’entreprendre l’étude systématique d’un pays qui fascine l’Europe. Parmi eux, Henri-Joseph Redouté, peintre du Muséum
d’histoire naturelle, a laissé le récit – resté inédit – du périple qui le mena en quatre années, au fil du Nil jusqu’aux confins de la Haute-Égypte, qu’avaient redécouverte au début du siècle quelques voyageurs
dont le père Claude Sicard qui en a dressé une splendide carte.

8 mars 2022 : Le Roman de Fauvel ou la satire mise en musique au XIVe siècle

Par Charlotte Denoël, conservatrice, département des manuscrits, BnF,
et Benjamin Bagby, chanteur et harpiste. En partenariat avec le Théâtre du Châtelet

BnF, ms. français 146
BnF, ms. français 146

Extraordinaire brûlot à l’encontre du pouvoir royal à l’aube du XIVe siècle, alors que maints scandales entachaient la monarchie capétienne, le Roman de Fauvel met en scène le cheval Fauvel, allégorie de tous les vices humains et du désordre du monde. Vers 1317, ce texte a fait l’objet d’une version augmentée qui a été réunie avec divers autres écrits dans
le manuscrit français 146. Texte, image et musique y sont savamment imbriqués dans une caricature au vitriol des puissants, qui a conservé toute son actualité aujourd’hui.

À l’occasion de la présentation de ce manuscrit, les pièces musicales qu’il renferme feront l’objet d’une performance par des voix de femmes de l’ensemble Sequentia sous la direction de Benjamin Bagby, en lien avec la
mise en scène du Roman de Fauvel par Peter Sellars au Théâtre du Châtelet.

Le Roman de Fauvel
Peter Sellars – Benjamin Bagby
Du 18 au 26 mars au Théâtre du Châtelet, https://www.chatelet.com/programmation/
saison-2021-2022/roman-de-fauvel/

22 mars 2022 : L’archéologue et le peintre. Aubin-Louis Millin et Franz Ludwig Catel dans la Calabre napoléoniennes. Notes et dessins de la BnF

Par Corinne Le Bitouzé, directrice adjointe, département des Estampes et de la photographie, BnF, Marc Smith, professeur de paléographie à l’École nationale des chartes, et Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Franz Ludwig Catel, Vue de Paola en Calabre, BnF, département des Estampes et de la photographie
Franz Ludwig Catel, Vue de Paola en Calabre, BnF, département des Estampes et de la photographie

En 1811, l’archéologue Aubin-Louis Millin (1759-1818) part pour l’Italie, mandaté par les autorités impériales pour inspecter les monuments de la péninsule désormais sous autorité française. Poussant bien au-delà de Naples, il choisit d’explorer la Calabre où seule une poignée de visiteurs a jusque-là fait quelques incursions. Publiées pour la première fois, les notes de voyage consacrées à l’itinéraire de Naples à Reggio de Calabre font découvrir au lecteur une région qui porte encore les stigmates du terrible tremblement de terre de 1783. La faune, la flore, la gastronomie, les sociabilités y sont observées avec le même soin que les ruines des cités antiques de la Magna Graecia ou les restes des cathédrales médiévales du royaume normand de Sicile. Pour la partie calabraise de son périple, Millin s’est assuré les services du peintre allemand Franz-Ludwig Catel (1778-1856), chargé de dessiner les paysages traversés et de fournir des relevés des monuments visités.

Très élaborés ou rapidement tracés, ces dessins sont parfois les uniques témoignages de sites et de monuments disparus. Ils témoignent aussi du talent d’un artiste qui, quelques années plus tard, installé à Rome, connaîtra le succès.

5 avril 2022 : Marcel Pagnol au travail : les scènes inédites de La Trilogie marseillaise

Par Mathilde Hallot-Charmasson, conservatrice, département des Arts du spectacle, BnF, et Marion Brun, professeure à l’université polytechnique des Hauts-de-France

Marcel Pagnol par Bécan, dans Bravo : tous les spectacles, 1er mars 1930. BnF, dép. Droit, économie, politique, JO-15890
Marcel Pagnol par Bécan, dans Bravo : tous les
spectacles, 1er mars 1930. BnF, dép. Droit, économie, politique, JO-15890

Certains hommes sont tellement célèbres qu’on ne les voit plus. […] Marcel Pagnol [est] le plus illustre méconnu de la littérature française, […] Pagnol c’est notre Dickens.

Jean Dutourd, « Marcel Pagnol est mort », France-Soir, 19 avril 1974

Ces mots de l’académicien Jean Dutourd à la mort de Marcel Pagnol, en 1974, sont plus que jamais d’actualité aujourd’hui où peu d’études universitaires sont consacrées à l’auteur et au cinéaste, pourtant en bonne place dans la mémoire collective ainsi que dans les manuels scolaires.

La dation d’un abondant fonds Marcel Pagnol au département des Arts du spectacle en 2019 donne un nouveau regard sur son oeuvre, notamment son opus le plus célèbre, La Trilogie marseillaise (Marius, Fanny, César).

Les manuscrits sont de précieux témoins des méthodes de travail de Pagnol et de la circulation des œuvres entre différents médias
et supports. Cette fluidité médiatique s’éclaire encore de scènes inédites présentes dans le fonds.

17 mai 2022 : L’imprimeur et le Roi : le Nouveau Testament grec (1550)

Par Christine Bénévent, professeure d’histoire du livre à l’École nationale des chartes, et Fabienne Le Bars, directrice-adjointe du département de la Réserve des livres rares, BnF

Reliure de Novum Jesu Christi D. N. Testamentum, 1550. BnF, dpt. Réserve des livres rares. A-513 (TER)
Reliure de Novum Jesu Christi D. N. Testamentum, BnF, dpt. Réserve des livres rares. A-513 (TER)

Donner accès au texte biblique, revenir aux sources : ces deux enjeux majeurs animent les controverses religieuses du XVIe siècle. C’est dans ce contexte que Robert Ier Estienne (1503 ?-1559) publie en 1550 un
Nouveau Testament grec, « ex bibliotheca regia », établi d’après les manuscrits grecs présents dans les collections royales auxquels renvoie un apparat critique.

Cette édition, imprimée avec les « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond, passe pour la plus remarquable, tant par sa qualité textuelle que par son élégance typographique, du grand imprimeur humaniste parisien, bientôt contraint à l’exil genevois en raison de ses sympathies pour la Réforme.

L’exemplaire offert par Estienne à Henri II, dans une reliure exceptionnelle parmi les plus spectaculaires de la Renaissance française, est un témoin extraordinaire des efforts consentis au service d’une impossible conciliation.

21 mai 2022 : Le quatuor pour hautbois, violon,
alto et violoncelle de Mozart Conférence-concert

Par Lou Delaveau, conservatrice, département de la Musique, BnF, Jérôme Guichard, hautboïste, Olivia Hughes, violoniste, Lise Berthaud, altiste, et Victor Julien-Laferrière, violoncelliste

Mozart, Quatuor pour hautbois, violon alto et violoncelle. BnF, dép. Musique. Ms. 230
Mozart, Quatuor pour hautbois, violon alto et violoncelle. BnF, dép. Musique. Ms. 230

La BnF conserve un important corpus de manuscrits autographes de Mozart (1756-1791) : leur provenance est emblématique de l’histoire des fonds conservés au département de la Musique. Le quatuor en Fa majeur KV 370 (368b) est l’unique quatuor avec hautbois composé par Mozart, en 1781. Il était destiné à un ami, le virtuose Friedrich Ramm.

L’analyse matérielle du document révèle aux yeux et aux oreilles l’élaboration de cette pièce aux mouvements contrastés, oeuvre
incontournable du répertoire pour hautbois, qui sera intégralement jouée à l’issue de la conférence.

7 juin 2022 : Londres 1830 : le carnet de voyage de l’architecte Charles Rohault de Fleury
(1801-1875)

Par Julien Brault, conservateur en chef, département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA, et Sophie Descat, maîtresse de conférences, École nationale supérieure d’architecture de
Paris-La Villette

Charles Rohault de Fleury, Voyage à Londres. 1830, manuscrit autographe. Paris, bibliothèque de l’INHA, Msº806, ff. 67-68
Charles Rohault de Fleury, Voyage à Londres. 1830,
manuscrit autographe. Paris, bibliothèque de l’INHA, Msº806, ff. 67-68

Juillet 1830. À l’aube d’une grande carrière, l’architecte Charles Rohault de Fleury se rend à Londres, en quête de nouvelles solutions constructives. Quatre ans avant que l’architecte ne conçoive les nouvelles serres chaudes du Jardin des plantes, édifice majeur de l’histoire de l’architecture, son carnet de voyage, acquis en 2010 par l’INHA, offre une plongée passionnante dans le Londres géorgien, des grands chefs d’œuvres de l’architecture gothique et néoclassique
aux édifices moins connus de la capitale.

Écrit chaque soir depuis sa chambre d’hôtel de Leicester Square, à partir de notes et de croquis pris le jour, ce carnet dévoile les émotions du jeune architecte, ses jugements sur l’architecture, ses échanges avec les
ingénieurs anglais de l’époque. Ses lecteurs pénètrent dans les théâtres, les musées, les marchés, franchissent avec lui la Tamise et grimpent au sommet des immeubles.

Au fil des pages se dessine un témoignage irremplaçable sur les débuts de l’architecture métallique et la grande ville de l’ère industrielle.

21 juin 2022 : Dans les petits papiers du chanoine Broussolle

Par Mathieu Beaud, pensionnaire, département des Études et de la recherche, INHA, et Guy Mayaud, conservateur, département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA

Reproduction de la Vierge Nikopeia (IXe siècle), Basilique San Marco, Venise. Paris, bibliothèque de l'INHA, collections Jacques Doucet, Archives 11/49
Reproduction de la Vierge Nikopeia (IXe siècle), Basilique San Marco, Venise. Paris, bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet, Archives 11/49

Le chanoine Broussolle (1861-1943), à l’issue d’une carrière ecclésiastique marquée par de nombreuses publications sur l’histoire de l’art, rassembla des archives contenant 2 456 dessins d’œuvres d’art du Moyen Âge à la Renaissance. Ces dessins témoignent d’un projet ambitieux de catéchisme par l’image.

Associé aux historiens d’art catholiques de son temps, opposé au catholicisme libéral, Broussolle chercha à rassembler une documentation en art sacré ancien, propre à nourrir sa réflexion didactique et une philosophie catholique de l’art. Quelles en sont les modalités ? Cette collection de dessins, enrichie d’un ensemble de données thématiques ou chronologiques, et mise en relation avec des notes philosophiques et épistémologiques, révèle une réflexion sur
le principe de l’art.

Informations pratiques

  • Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Réservation conseillée : http://bit.ly/inha_reservations
  • 18h15 – 19h30 | Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein
  • 2, rue Vivienne, Paris 2e

Plan d’accès

Plan d'accès Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein
Plan d’accès Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein

Programmation & organisation

  • Charlotte de Foras (ENC), Caroline Fieschi (INHA), Muriel Couton (BnF), Frédéric Ramires (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.