Les manuscrits italiens de la Bibliothèque nationale de France. Une nouvelle source pour l’histoire du brigandage

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Carmen Caligiuri présente l’avancement de ses recherches sur les manuscrits italiens de la Bibliothèque nationale de France (cotes 1124-1127)1.

Famille de brigands en alarme, 1824, Léopold Robert. MAH Musée d'art et d'histoire. Ville de Genève. Achat, 1888
Famille de brigands en alarme, 1824, Léopold Robert. MAH Musée d’art et d’histoire. Ville de Genève. Achat, 1888

Ces pages visent à formuler quelques réflexions sur un fonds documentaire très singulier conservé à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et relatif à la répression du brigandage au cours de la Décennie française dans le Royaume de Naples (1806-1815), afin de proposer une trace utile pour la valorisation d’une source fondamentale pour l’histoire du brigandage dans l’Italie méridionale2. Les considérations qui suivent sont le résultat d’une recherche menée au Département des Manuscrits de la BnF, qui conserve, dans sa riche collection italienne, quatre volumes de documents manuscrits sous le titre de « Répression du brigandage dans les Deux-Siciles au XIXe siècle ». Il s’agit de quatre volumes de manuscrits, rédigés entre 1806 et 1815, un corpus de source constitué par documents de nature militaire et policière, rédigés par plusieurs auteurs, à la fois anonymes, qui ont joué un rôle décisif dans la répression du brigandage3

Cette source a de même été omise par les études sur le brigandage d’époque napoléonienne. La thématique de la répression du brigandage dans les provinces méridionales de l’Italie a été abordée plusieurs fois et en grande partie en utilisant la documentation des Archives de Naples ou des Archives nationales de France. Même si les études ont été nombreuses, la dispersion des sources documentaires a produit un fort obstacle, car elles sont répandues entre France, Italie et Angleterre. La documentation du ministère de la Police générale et de la Guerre et de la Marine semble avoir totalement disparu du fonds des Archives napolitaines pour des raisons qui, à l’heure actuelle, ne sont pas connues4 : une grave absence des archives italiennes et, par conséquent, de l’historiographie.  

Le processus de dispersion des papiers n’a pas commencé avec la chute du royaume de Joachim Murat : les provinces du Royaume de Naples ont connu pendant longtemps une situation chaotique en raison de nombreuses insurrections et du brigandage, jamais définitivement vaincu, événements qui ont eu de fortes répercussions également sur la conservation des papiers concernant les affaires militaires et policières. Plusieurs rapports des intendants du ministre de l’Intérieur, chargés du contrôle des provinces, témoignent de la nécessité pour les élites administratives de mettre le feu aux papiers produits, notamment dans les cas où les bandes de brigands assiégeaient les villes ou menaçaient de les occuper5 et, d’autre part, il n’était pas rare que les mêmes « comitives » démolissaient même les bâtiments de la conservation afin d’effacer les traces des accusations portées contre eux6. En cas de péril, il était également d’usage de déplacer les archives entières d’une ville à l’autre7.

La présence dans les manuscrits concernant le brigandage de nombreuses cartes de police nous montre qu’une partie de cette documentation a été sauvée et rapportée en France peut-être par un fonctionnaire français ou italien, rentré en France après 1814-1815. Les manuscrits de la BnF peuvent représenter, en ce sens, une importante source de notices sur ce sujet. Les manuscrits conservés par la Bibliothèque nationale de France acquièrent une importance cruciale, d’autant plus en raison de l’absence substantielle des Archives napolitaines. Reconstruire l’histoire des voyages des manuscrits devient donc une opération nécessaire afin de souligner l’importance que les contemporains ont donné aux papiers, en les considérant comme objets de conservation et en les déplaçant de l’Italie à la France.

Des questions sur la provenance. Premiers résultats

« Comment puis-je savoir ce que je vais dire ?8 ». A cette question Marc Bloch attribuait une importance fondamentale pour juger les ouvrages historiques. Combien d’historiens se posent la question de la transmission des documents, c’est-à-dire du « passage du souvenir à travers les générations » ? Pourquoi s’interroger sur la provenance des sources ? C’est une exigence qui dérive de la conscience que, si le passé est, par définition, un élément non modifiable, la connaissance du passé est toujours in fieri. Essayer donc de répondre à la question « comment puis-je savoir ce que je vais dire ? » n’est pas une opération superflue, mais une étape fondamentale de la compréhension du passé. L’histoire est révision continuelle et l’archivistique n’est pas sa servante, plutôt sa compagne. La révolution historiographique commencée par les Annales nous a permis de ne pas considérer les archives et les bibliothèques comme lieux sacrés de conservation de la mémoire, qui ne laissent pas d’espace aux doutes sur leur validité. Aujourd’hui, un siècle après cette révolution, s’interroger sur la provenance des sources, et donc sur leur authenticité, est plus que jamais actuel et opération jamais finie, dans la conscience que l’histoire de la source est le premier pas pour pouvoir utiliser la source9.

Est-il donc possible d’encadrer la dislocation de ces manuscrits du territoire italien à celui français ? Est-ce qu’on peut décrire les étapes de ce voyage ou au moins essayer de dater l’acquisition des documents par la BnF ? Ces questions ont orienté ma recherche et mes premières hypothèses sur la provenance des sources. Tout d’abord, j’ai pris des premiers renseignements en consultant les inventaires du Fonds italien de la BnF.

En 1835, Antonio Marsand, professeur émérite de l’Université de Padoue, commença à publier un catalogue des manuscrits italiens de la bibliothèque de Paris, paru pour la première fois en deux volumes en 183810. Dans ce catalogue, les manuscrits italiens sur la répression du brigandage ne figurent pas. Dans le deuxième volume, Marsand précisa qu’il n’y avait pas de raison de croire qu’il avait manqué de cataloguer quelque manuscrit.

A l’époque, les manuscrits italiens n’étaient pas catalogués dans un fonds unique, qui naîtra seulement en 1860, sous la direction de l’archiviste Natalis de Wailly, conservateur du département des manuscrits11. Dans ce cas, le nom de Wailly apparaît dans toute son importance, si on pense à la définition de respect des fonds liée à son opération de renouvellement des archives françaises et qui a beaucoup influencé l’organisation à venir des archives : la méthode historique, ou principe de provenance, deviendra le principe consolidé de l’organisation archivistique « pas seulement pour être fait pour servir à l’histoire, mais plutôt parce qu’il avait dans l’histoire son fondement12 ». Le fond italien à sa naissance conservait 1389 volumes, comprenant soit ceux catalogués par Marsand soit ceux échappés à ses recherches ou entrés à la Bibliothèque depuis 1838.

En 1882, Gaston Raynaud s’occupa de cataloguer les manuscrits appartenant au fonds italien, publiant un inventaire pour en faciliter la consultation et pour compenser au manque de Marsand13. En 1881, le fonds italien s’enrichi considérablement et arriva à compter 1691 manuscrits. Il fallait donc reformuler le catalogue, en y ajoutant les nouvelles acquisitions de la Bibliothèque dans ces années. Cet inventaire fut donc une sorte de supplément ou de complément du travail d’Antonio Marsand. C’est dans cet inventaire qu’on trouve l’indication des manuscrits italiens, nos 1124-1127 : Liasse (destinée à former 4 volumes) de pièces relatives au brigandage et à l’occupation militaire française du royaume des Deux-Siciles, sous le premier empire. – XIXe s. (nouv. acq.). L’indication nouv. acq. (nouvelle acquisition) est importante parce qu’elle marque que les documents relatifs au brigandage ont été acquis par la Bibliothèque probablement entre 1838 (catalogue Marsand) et 1882 (inventaire Raynaud).

Entre 1886 et 1887, le philologue italien Giuseppe Mazzatinti publia un inventaire des manuscrits de la Bibliothèque de Paris, voulant compenser les erreurs de Marsand et Raynaud14. Son idée ne consistait pas seulement à rédiger un inventaire pour faciliter la consultation des manuscrits, mais aussi celle d’essayer de formuler des hypothèses sur la provenance de ces manuscrits et notamment les Bibliothèques italiennes desquelles ils dérivent. Toutefois, il n’y a pas trace des manuscrits sur le brigandage dans son ouvrage.

D’ailleurs, sur le frontispice des manuscrits nos 1124-1127 figure la date du 1885, se référant à la date où la liasse a été définitivement constituée en quatre volumes, comme prévu par le projet initial. L’information précieuse est le cachet apposé sur ces documents. Il s’agit du cachet de la Bibliothèque Impériale. Entre 1838-1882, seulement du 1852 à 1870 la Bibliothèque a eu le nom de Bibliothèque Impériale, en correspondance au Second Empire de Napoléon III. On peut supposer alors que ces documents ont été acquis entre 1852 et 1870. Cependant, des questions restent ouvertes. Où étaient conservés les manuscrits de 1814 à 1852-70 ? Qui s’occupait de leur garde et pourquoi ?

Des questions sur la provenance. Autour de « M.lle Année »

Un instrument utile afin de parvenir à une datation plus limitée dans le temps et qui nous communique des informations essentielles à ce propos sont les registres des acquisitions du Département des Manuscrits de la BnF, qui recueillent les acquisitions et dons du Département de 1833 à nos jours.

Entre 1852 et 1870 il n’y a aucune trace des manuscrits italiens relatifs au brigandage dans le registre des donations de la BnF et, même en élargissant la période de recherche de 1848 à 1893, il n’y a aucune information à ce sujet15. On peut donc être sûr que l’entrée des manuscrits au Département n’était pas une donation, mais qu’ils ont été acquis par la Bibliothèque car jugés d’intérêt historique. Et, en effet, c’est dans les registres des acquisitions du Département entre 1848 et 1893 que j’ai pu trouver l’indication de l’achat des manuscrits relatifs au brigandage.

Image 1 : BnF, Inventaires, Registre des acquisitions, 1848-1893/02, c. 26r.
Image 1 : BnF, Inventaires, Registre des acquisitions, 1848-1893/02, c. 26r.

Le numéro d’ordre de l’acquisition est le 5783. La date d’entrée est le 8 octobre 1863. L’origine est attribuée à une certaine Mademoiselle Année, demeurant rue Saint Dominique Saint Germain, n° 170. Le titre de l’ouvrage est le suivant : Liasse des pièces relatives à la législation, à l’administration civile et militaire et au Brigandage dans le royaume de Naples, depuis les mois de février 1806 jusqu’au 1er février 1814, après la défection de Murat. Cet ouvrage a été acheté par la somme de 100 francs. Il n’y a pas d’informations plus exhaustives sur cet achat dans les procès-verbaux du Conseil du département des manuscrits de la BnF en 1863. En effet, certaines fois les réunions communiquaient des informations à propos des achats des manuscrits, mais il ne s’agit pas d’une pratique toujours suivie.

L’origine « féminine » des sources et l’identité inconnue de « mademoiselle Année » – dont l’homonymie avec le mot français « année » rend encore plus difficile la possibilité d’obtenir des réponses – m’ont poussé à me poser d’autres questions. Qui était « Mademoiselle Année » et quel était le rapport avec les papiers en sa possession ?

L’indication de la provenance était encore très générale et j’ai conduit par conséquent autres recherches sur la famille Année, qui m’ont poussé à une autre heureuse découverte, qui semble compléter le tableau esquissé jusqu’à présent.

Selon Aimé Antoine de Birague, auteur du Mémorial universel généalogique et biographique, publié en 1851-1852, la famille Année était originaire de la Normandie16. Birague parle notamment de quelques personnalités importantes qui ont porté ce patronyme, parmi lesquelles émerge notamment Antoine Année, qui, sous Murat, occupa le poste de chef du personnel de la guerre et de la marine du Royaume de Naples et de sous-inspecteur de première classe aux revues. Antoine Année était en outre homme de lettres et dramaturge : il se dédia à la littérature et au journalisme pendant toute sa vie et il fut auteur de plusieurs pièces dramatiques, vaudevilles et opéras comiques. La mort qui le frappa en 1846 à Paris l’empêcha de terminer une histoire sur le Royaume de Naples pendant l’occupation française qu’il était en train d’écrire, en toute probabilité appuyée sur les documents qu’il avait enlevé de Naples et qu’il conservait chez lui.  J’ai identifié cette « M.lle Année », la personne qui a livré les manuscrits à la BnF, comme Hectorine Année, née à Naples et fille d’Antoine Année et qui probablement hérita les papiers de son père à sa mort. Je suppose qu’Hectorine Année fut contrainte par des raisons économiques à vendre les papiers de son père en 1863. Depuis 1850, en effet, sa mère étant décédée, elle avait à sa charge un frère paralytique et elle recevait seulement une modeste indemnité par le ministère de l’Instruction publique17.

Image 2 : Archives nationales de France, Instruction publique, Indemnités littéraires et scientifiques, secours, souscriptions, Dossiers individuels, XIXe siècle, « Année, Hectorine, fille de l’auteur dramatique et publiciste Antoine Année : indemnité : 1850-1869 », F/17/3111
Image 2 : Archives nationales de France, Instruction publique, Indemnités littéraires et scientifiques, secours, souscriptions, Dossiers individuels, XIXe siècle, « Année, Hectorine, fille de l’auteur dramatique et publiciste Antoine Année : indemnité : 1850-1869 », F/17/3111

L’histoire de la provenance des manuscrits nous aide à valoriser ces sources, car si Antoine Année était chef du personnel de la Guerre et de la Marine, il a en toute probabilité enlevé cette documentation des archives du ministère de la Guerre de Naples à l’occasion de la fin de l’occupation française. Une grande partie de la documentation est anonyme, séparée du contexte d’appartenance, écrite en copie, et la difficulté d’attribuer une appartenance exacte aux papiers, et, par conséquent, l’impraticabilité de mener une analyse sur la fiabilité de ces sources, poussent l’historien à se méfier d’une telle source. Toutefois, l’attribution des papiers au ministère de la Guerre et de la Marine permet une réévaluation des manuscrits pour les études futures.

Les manuscrits étaient donc restés entre des mains privées depuis la chute du Royaume de Murat jusqu’au moment où ils sont devenus une partie du dépôt de manuscrits de la Bibliothèque Impériale. Année, en tant qu’homme de lettres, les a conservés chez lui essentiellement pour des besoins personnels, liés à l’ambition de raconter les événements de l’occupation française du Royaume. D’ailleurs, dans le manuscrit n. 1126, il y a des documents signés ou modifiés par Antoine Année, ce qui nous pousse à confirmer l’attribution de la provenance au fonctionnaire de Murat.

Image 3 : BnF, Italien, Ms. 1126, F. 157.
Image 3 : BnF, Italien, Ms. 1126, F. 157.

Les inventaires comme outil de valorisation

Le premier pas de mon projet a été de décrire entièrement la documentation présente dans les quatre volumes des manuscrits. Les inventaires rédigés sont disponibles en ligne sur le site de la BnF à la section Archives et Manuscrits et ils ont été encodé en EAD par M. Charles-Eloi Vial18.

Les inventaires des manuscrits ont l’avantage de présenter de manière très facile et compréhensible l’ensemble des documents. L’idée de rendre public cet inventaire aboutit à une meilleure connaissance des sources pour toute la communauté des historiens qui intéressés par le thème du brigandage à l’époque napoléonienne. Un tel outil permet en outre de consulter très simplement une source complexe, sans perdre de temps, en choisissant directement le document d’intérêt du/de la chercheur/chercheuse. D’ailleurs, les inventaires peuvent garantir une bonne conservation de l’archive, en assurant la récupération des informations. De cette manière, ces inventaires représentent un outil scientifique et en même temps un outil de connaissance19.

Rédigeant les inventaires, j’ai essayé de suivre des règles très précises afin de respecter le principe d’objectivité de la description, en réduisant au minimum les opinions subjectives et personnelles. J’ai décidé d’indiquer pour chaque papier : le titre (entre guillemets si le document en avait déjà un ou en attribuant un, en précisant la typologie du document) ; l’auteur et son poste, quand il était présent ; la langue, si différente de celle du fonds ; le lieu, c’est-à-dire la province de référence du document ; les notes (s’il s’agissait d’une copie, par exemple) ; les références bibliographiques utiles aux chercheurs qui vont aborder le sujet et, enfin, les documents complémentaires, pour garantir un lien entre documents parfois éparpillés dans les volumes. J’ai signalé chaque feuillet (les numéros de pages déjà indiqués dans les volumes), le lieu où le document a été signé et la date de rédaction du document (en l’attribuant selon le contexte si les documents n’étaient déjà datés). D’ailleurs, j’ai résumé le contenu de chaque document dans la section ‘sujet’, afin de permettre aux chercheurs d’avoir une vision préliminaire du document. Voici un exemple :

F. 25-41 : « Note essenziali sulle vite dei più famosi capi briganti delle Calabrie ». [s. d., après 1811]
Auteur : Anonyme
Lieu : Calabre Citérieure, Calabre Ultérieure
Sujet : Chroniques des vies des brigands les plus renommés des Calabres.
Références bibliographiques : Une copie imprimée de ces mémoires est dans Copia delle lettere originali del Signor Tenente Generale Manhès che dimostrano la parte che ha avuta l’Ajutante Generale Jannelli nella distruzione del brigantaggio delle Due Calabrie dal 1 ottobre 1810 fino a tutto marzo 1811, Testo a stampa (antico, raro), 1811-18136 (Coll. Sala Banco Napoli, IV B 11). Le document a été transcrit dans A. Mozzillo, Cronache della Calabria in guerra. 1806-1811, Vol. III, Edizioni Scientifiche Italiane, 1972, p. 1075-1089 et dans I. Principe, L’ultima plebe. Contributi per la storia del brigantaggio calabrese, Edizioni Effe Emme, Chiaravalle Centrale 1977, p. 186-196.
Notes : Il s’agit d’une copie. Le document n’est pas signé, mais il est précédé d’une note en français qui attribue la paternité du document à l’adjudant général Antonio Iannelli : « Ce travail a été fait par l’adjudant général Iannelli qui était alors employé en Calabre » (F. 25). Antonio Iannelli a été appelé à réprimer le banditisme dans les deux provinces calabraises dans les années 1810-1811.
F. 26-29 : « Lorenzo Benincasa »
Sujet : Chronique de la vie du brigand Lorenzo Benincasa (v. 1777-1810), né à Sambiase, dans la province de Calabre Ultérieure. En 1799, il faisait partie de l’armée de la Sainte Foi du cardinal Fabrizio Ruffo. En 1806, il soutient la révolte anti-française et se place à la tête d’une bande de brigands. Il périt le 15 mars 1810, à 33 ans, entouré par les soldats au service du général Iannelli près la rivière Amato

Grace aux inventaires, j’ai créé une base de données utile pour l’analyse des papiers, pour en tirer des informations sur les institutions ou les personnalités les plus intéressées au processus de la lutte contre le brigandage, qui constitue le sujet le plus abordé dans cette documentation. Pour mieux contextualiser ces documents dans leur contexte historique, j’ai rédigé des notes archivistiques concises pour chaque volume, afin d’expliquer brièvement les fonctions et les cadres opérationnels des institutions qui ont produit cette documentation.

Pour conclure, les manuscrits de la BnF ont une importance cruciale pour l’histoire, d’autant plus que les Archives de Naples font preuve d’un manque consistant de cette typologie de documentation. L’analyse approfondie de ces papiers vise donc à valoriser une source décisive pour la reconstruction des événements du brigandage dans le Royaume de Naples, pouvant enrichir les études et donner une contribution fondamentale au progrès des réflexions historiographiques.

Notes

  1. Les manuscrits italiens de la Bibliothèque Nationale de France (cotes 1124-1127). Un essai de reconstruction, url : <https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2020000019_les-manuscrits-italiens-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-cotes-1124-1127-un-essai-de-reconstruction>. []
  2. BnF, Italien, Mss. 1124-1127. Sur le sujet du brigandage, voir : A. Blok, The Peasant and the Brigand: Social Banditry Reconsideres, « Comparative Studies in Society and History », vol. 14, n° 4 (1972), p. 494-503 ; F. Braudel, Civiltà e imperi del Mediterraneo nell’età di Filippo II, vol. II, Einaudi, Torino 1976, p. 775-799 ; E.J. Hobsawm, I banditi: il banditismo sociale nell’età moderna, Einaudi, Torino, 2002 ; G. Ortalli (sous la direction de), Bande armate, banditi, banditismo e repressione di giustizia negli stati europei di antico regime: atti del Convegno, Venezia 3-5- novembre 1985, Jouvenence, Roma, 1986 ; V. Sottocasa, « Le brigandage à l’époque moderne : approches méthodologiques », Anabas, 2011, n° 13, p. 247-252. []
  3. Entre les auteurs qui ont utilisé cette documentation, voir : Jacques Rambaud, Naples sous Joseph Bonaparte : 1806-1811, Librairie Plon, Paris 1911 ; Gaetano Cingari, Giacobini e sanfedisti in Calabria nel 1799, Casa editrice D’Anna, Messina-Firenze 1957, p. 252-253; Umberto Caldora, Calabria napoleonica: 1806-1815, Fausto Fiorentino Editore, Napoli 1960, p. 400-439; Atanasio Mozzillo, Cronache della Calabria in guerra: 1806-1811, Edizioni scientifiche italiane, Napoli 1972, p. 1075-1130 ; Francesco Barra, Il brigantaggio del Decennio in Calabria in due cronache inedite, dans La Calabria dalle riforme alla Restaurazione: atti del 6. Congresso storico calabrese, Catanzaro, 29 ottobre-1. novembre 1977, Deputazione di storia patria per la Calabria, Catanzaro, 1977, p. 11-13 ; Ilario Principe, L’ultima plebe: contributi per la storia del brigantaggio calabrese, Edizioni Effe Emme, Chiaravalle Centrale 1977 ; Francesco Barra, Cronache del brigantaggio meridionale 1806-1815, Società editrice meridionale, Salerno-Catanzaro 1981 ; Id., « Breve memoria de briganti più famosi che dall’epoca dell’entrata de francesi a questa parte, anno infestati i circondarj di Nocera, Pagani, Angri e Sarno », Bollettino storico di Salerno e Principato Citra: periodico semestrale di studi storici, 1988, vol. 4, n° 2, p. 75-82 ; Id., « Cronache del brigantaggio del decennio francese in Principato Citra », Bollettino storico di Salerno e Principato Citra: periodico semestrale di studi storici, 1988, vol. 6, n° 1, p. 101-105 ; Milton Finley, The most monstrous of wars: the Napoleonic guerrilla war in southern Italy: 1806-1811, University of South Carolina Press, Columbia 1994 ; John Anthony Davis, Naples and Napoleon: southern Italy and the European revolutions : 1780-1860, Oxford University Press, Oxford, 2008 ; Nicolas Cadet, Honneur et violences de guerre au temps de Napoléon : la campagne de Calabre, Vendémiaire, Paris 2015 ; Vincent Haegele, Murat : la solitude du cavalier, Perrin, Paris 2015. Cette historiographie, qui a forte contribué à l’étude de la Décennie française dans le Royaume de Naples, n’a point remarqué la valeur des manuscrits de la BnF, à l’exception des ouvrages des historiens Francesco Barra et Vincent Haegele. Plusieurs historiens ont simplement transcrit quelques documents, sans en donner une interprétation critique. []
  4. Voir <http://patrimonio.archiviodistatonapoli.it/asna-web/scheda/complessi-documentari-anagrafe-degli-archivi/IT-ASNA-00029796/Ministero-della-Polizia-Generale-1792-1861-.html>. Antonio Quintavalle, auteur d’une apologie sur le général Charles Antoine Manhès (1777-1854), protagoniste de la répression du brigandage dans les Abruzzes et dans les Calabres, a affirmé que, à la fin de la domination française du Sud d’Italie, le général ordonna de brûler toutes les cartes relatives à la police pour sauver les personnes compromises avec le gouvernement français, Antonio Quintavalle, Notizia storica del conte Carlo Antonio Manhès tenente generale dell’armata francese, commendatore della legion di onore, cavaliere di san Luigi, gran cordone del real ordine delle Due Sicilie scritta da un antico ufficiale dello stato maggiore del suddetto generale Manhès nelle Calabrie, Pei Torchi di Giovanni Ranucci, Napoli 1846, p. 216. []
  5. En mai 1807, le prince Luigi d’Assia-Philippsthal (1766-1816), attaché à la cour des Bourbons, débarqua en Calabre afin de reconquérir le Royaume de Naples. Le secrétaire général de l’intendance fit alors brûler tous les papiers qui pouvaient être utilisés par les Bourbons contre les partisans du gouvernement français, Rapport du secrétaire général de l’intendance de la Calabre Ultérieure Gaetano Rodinò au ministre de l’Intérieure Miot. Monteleone (Vibo Valentia), 23 mai 1807, Archives d’État de Naples (AS-NA), Ministère de l’Intérieur, II inv., b. 2250. []
  6. En octobre 1806, les archives du Tribunal furent brûlées et les papiers que l’on put sauver étaient déchirés ou éparpillés, Rapport de l’intendant de Calabre Citérieure Vincenzo Palumbo au ministre de l’Intérieur Miot. Cosenza, 28 octobre 1806, AS-NA, Ministère de l’Intérieur, II inv., b. 2243. []
  7. Les archives de la ville de Reggio Calabria furent déplacées à Palmi en avril 1809 à la nouvelle d’un débarquement des Anglais sur les côtes de Reggio, Rapport du commissaire extraordinaire du roi dans les Calabres et dans la Basilicate au ministre de l’Intérieur, 16 avril 1809, AS-NA, Ministère de l’Intérieur, II inv., b. 2252. []
  8. Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Librairie Armand Colin, Paris 1952 (1e éd. 1949), p. 42-46. []
  9. Antonio Gibelli, « L’uomo col dito puntato. Una fonte iconografica », in Sergio Luzzato (sous la direction de), Prima lezione di metodo storico, Laterza, Bari 2010, p. 213. []
  10. Antonio Gibelli, « L’uomo col dito puntato. Una fonte iconografica », in Sergio Luzzato (sous la direction de), Prima lezione di metodo storico, Laterza, Bari 2010, p. 213. []
  11. Henri Wallon, « Notice sur la vie et les travaux de M. Joseph-Natalis de Wailly, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1888, vol. 32, n° 6, p. 556-581. []
  12. Salvatore Carbone, « Gli archivi francesi », Quaderni della “Rassegna degli archivi di Stato”, 1960, n° 3, p. 39-50. []
  13. Gaston Raynaud, Inventaire des Manuscrits Italiens de la Bibliothèque nationale qui ne figurent pas dans le catalogue de Marsand, Paris 1882. []
  14. Giuseppe Mazzatinti, Inventario dei manoscritti italiani delle biblioteche di Francia. Manoscritti italiani della Biblioteca Nazionale di Parigi, vol. 3, Presso i principali librai, Roma 1886-1887. []
  15. BNF, Inventaires, Registre des dons, 1848-1895/07. []
  16. Aimé Antoine de Birague, Mémorial universel généalogique et biographique par des savants et des historiens et d’autres hommes de lettres, Institut des Archives historiques, Paris, 1851-1852. []
  17. Archives nationales de France, Instruction publique, Indemnités littéraires et scientifiques, secours, souscriptions, Dossiers individuels, XIXe siècle, « Année, Hectorine, fille de l’auteur dramatique et publiciste Antoine Année : indemnité : 1850-1869 », F/17/3111 []
  18. <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc102167>. Pour la version numérisée des manuscrits : Italien 1124 : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525133287> ; Italien 1125 : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100331074> ; Italien 1126 : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100333429> ; Italien 1127 : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100334881>. []
  19. Antonio Romiti, Archivistica tecnica: primi elementi: gli elenchi, le guide e gli inventari archivistici, Torre del Lago, Civita 2004. []

Carmen Caligiuri

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France et doctorante en Sciences Historiques à l’École Supérieure d’Études Historiques de l’Université de la République de Saint-Marin (XIV cycle de doctorat 2019-2022)

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.