Reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris : un ensemble exceptionnellement bien conservé

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Eve Defaÿsse présente l’avancement de ses recherches sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789).

Le fonds de manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789) est principalement réparti dans les collections de la Bibliothèque nationale à Richelieu (latin 14232-15175) et à l’Arsenal, et celles de la bibliothèque Mazarine. Le présent billet est produit dans le cas de recherches doctorales menées sur la bibliothèque médiévale de Saint-Victor de Paris du XIIe s. au XIVe s. La survie remarquable des manuscrits de Saint-Victor (85% du catalogue dressé en 1513)1 permet une étude de codicologie quantitative et une reconstitution diachronique de la bibliothèque médiévale au moyen d’une base de données.

Les différentes reliures du fonds victorins marquent son histoire comme autant de jalons. Après avoir perdu leurs chaînes quand les manuscrits ont quitté leurs pupitres pour être rangés sur des étagères modernes, des campagnes de reliures du XVIIe et XVIIIe s., en ont habillé un grand nombre de plats de carton couverts de parchemin blanc ou vert, gravé aux armes de l’abbaye, dorées ou à l’encre noire. Au XIXe s., à la Bibliothèque impériale puis nationale, c’est la demi-peau de maroquin rouge, sur plats de cartons qui prévaut pour remplacer les reliures trop abîmées ; enfin, au XXe s., la restauration s’impose dans la reliure, pour conserver les caractéristiques médiévales de l’objet manuscrits.

Des reliures contemporaines des manuscrits ?

Près d’un cinquième des reliures du corpus étudié sont des reliures médiévales, datant d’avant le XVIe s. Parmi ces reliures médiévales, un grand nombre sont de basanes mégissées retournées, c’est-à-dire blanchies ; leur aspect est velouté (elles sont retournées côté fleur). Ces reliures peuvent porter sur leurs dos une étiquette collée, bicolore, correspondant à la cote du catalogue de Claude de Grandrue (1513), ou bien seulement les traces de cette étiquette, alors décollée. On peut aussi distinguer les traces de clous de l’ancienne étiquette de la cote-lettre de la série A (un premier essai de réorganisation de la bibliothèque par Jean Lamasse, dans le deuxième quart du XVe s.), ou bien avoir même encore un reste du cadre de fer, ou exceptionnellement, un fragment de corne qui protégeait l’étiquette, portant cote-lettre et titres du codex. Peu d’éléments autorisent à dater ces reliures. Certains codices achetés par Jean Lamasse (prieur en 1422, puis abbé de 1448 à 1458) ont ce type de reliure, on pourrait donc songer que lors de la réorganisation et de l’enrichissement de la bibliothèque par Jean Lamasse, un atelier de reliure a été employé pour restaurer et couvrir les codices qui en avaient besoin. Ce qui est certain, c’est qu’il existe dans le fonds de Saint-Victor, des reliures plus anciennes, datant possiblement du moment de la confection des manuscrits ou de leur réception à l’abbaye, entre le troisième quart du XIIe s. et le second quart du XIIIe s.

Il s’agit de 18 codices : 2 sont conservés à la bibliothèque de l’Arsenal (Arsenal Ms-853, 976), 5 à la bibliothèque Mazarine (Mazarine Ms-134, 138 à 141) et 11 à Richelieu (BNF lat. 14298, 14299, 14433, 14441, 14498, 14499, 14611, 14784, 14787, 14790, 15036). À cela on peut en ajouter au moins un de la bibliothèque Mazarine qui appartient à la même série de bibles glosées des années 1210-1225 que les 5 volumes retenus : Mazarine Ms-133 est recouvert d’une seconde couverture qui en cache une plus ancienne d’aspect lisse. À Richelieu, on pourrait ajouter le BnF lat. 15154 dont le dos a été entièrement restauré mais dont le reste présente les caractéristiques qui rapprochent ces manuscrits entre eux. Les couvertures de ces codices sont faites de basanes mégissées non retournées, lisses au toucher, de couleur jaunâtre à grise. Tous les codices portent sur leur dos un titre tracé en capitales ou en majuscules onciales, à l’encre noire ou brune – certains ne conservent que des traces d’encre de ce titre. À l’exception d’un codex, chaque titre correspond bien au texte ou à la thématique contenue dans le manuscrit (par exemple : « Apostolice » pour les Décrétales d’Innocent III et leurs commentaires – BnF lat. 14611).

Leur état de conservation ne permettent pas une étude approfondie de la manière dont la reliure a été faite pour chacun d’entre eux : les dos ne sont pas cassés (sauf pour un qui permet de distinguer la couture en chevrons) ou bien ils ont été restaurés ; selon les codices, les tranchefiles bicolores sont placés en tête et queue du dos, cousus à la coiffe ou bien recouverts par celle-ci.

Les titres présentent aussi des disparités : ils n’ont pas été réalisés de la même manière, et seuls les volumes dont les textes se suivent, comme BnF lat. 14298-14299 peuvent être réellement associés à une même main. Les encres sont différentes : tantôt brune, tantôt bien noire. La calligraphie varie, même si c’est la majuscule onciale qui est préférée ; le module des lettres est plus aléatoire, le titre peut occuper toute la largeur du dos ou bien être centré vers le milieu de celui-ci.

Cet aspect des tranchefiles, ainsi que les différences dans le tracé des titres sur le dos incitent à penser qu’ils ne sont pas issus d’une même campagne de reliure. En revanche, ils témoignent de pratiques de reliure et d’organisation de la bibliothèque, au moins à partir du troisième quart du XIIes. jusque dans le deuxième quart du XIIIe s., dates des unités codicologiques les plus anciennes et les plus récentes conservées dans ces reliures. Aucune trace de titre sur le dos n’a été retrouvée pour des manuscrits plus tardifs.

Ces reliures portent des ajouts du XVe siècle, constatés sur les autres reliures médiévales du fonds de Saint-Victor : des boulons et des chaînes (en tête, parfois aussi en tête et queue, sur le plat supérieur) ont été ajoutés pour tous les manuscrits présents dans le catalogue de Claude de Grandrue (début du XVIe s.). La mise en chaîne des livres date probablement du second quart du XVe s., c’est-à-dire, de l’époque de Jean Lamasse, alors qu’un tout nouveau système de rangement des livres était en cours de recherche. En effet, il n’existe que quelques manuscrits qui possèdent la cote-lettre de Jean Lamasse, qui soient absents du catalogue de Claude de Grandrue, et seulement un a conservé sa reliure médiévale : BnF lat. 14611 (manuscrit de droit canon) ; il ne possède pas de chaînes. En revanche, il existe des manuscrits qui ne possèdent aucune cote connue mais qui ont eu des traces de chaînes. Ainsi, l’enchaînement des livres à la fin du Moyen Âge n’est pas uniquement réservé aux pupitres de la grande bibliothèque attestée au XVe siècle, ni même au service de l’église.

Toutefois, la question du réemploi des reliures apporte toujours une certaine méfiance sur les conclusions que l’on peut faire sur l’histoire des manuscrits et leur place dans la bibliothèque au fil du temps. Ainsi, dans l’ensemble mis à jour de reliures probablement « originales » (confectionnées peu de temps après la copie du manuscrit), une est clairement issue d’un réemploi. Le titre d’Arsenal Ms-976 annone l’Historia Ierosolomitana alors qu’il s’agit du texte des Derivationes d’Hugo de Pise. L’unité codicologique a été copiée dans le deuxième quart du XIIIe s., mais il n’y a pas de moyen de connaître la période de sa reliure dans ce codex. Il existe deux textes de l’Historia Ierosolomitana de Foucher de Chartres dans le fonds de Saint-Victor aujourd’hui. Le premier se trouve dans BnF lat. 14378, avec d’autres textes relatifs à la première croisade. Ce manuscrit aurait été copié au Puy-en-Velay ou bien dans les États Latins2, dans les années 1130. Il rassemble les premières copies de l’Historia Ierosolomitana de Foucher de Chartres, les Bella Antiocha de Gauthier d’Antioche et l’Historia Francorum qui ceperunt Iherusalem de Raymond d’Aguilers. Le manuscrit a été donné au roi Louis VII, par le croisé auvergnat Guillaume ou Gauthier Grassegals (W. Grassegals, probablement donc Willelmus ou Walterus), qui est sans doute le commanditaire de l’entreprise, dans l’espoir que ces récits l’inspirent à prendre exemple sur ses illustres ancêtres. Le manuscrit se trouve dans la bibliothèque de Saint-Victor dès le troisième quart du XIIe s., peut-être s’y trouvait-il avant, déposé là par le roi avant son départ en croisade en 1146. Les dimensions correspondent, mais il n’y a pas de raison de l’avoir déplacé de son ancienne reliure, donc la reliure d’Arsenal Ms-976 n’est pas l’ancienne reliure de BnF lat. 14378. Une autre copie de l’Historia Ierosolomitana se trouve dans l’unité codicologique BnF lat. 15038 f.97-177+ (actuellement conservée dans une reliure du XIXe s.), copiée vers le milieu du XIIe s., probablement après l’arrivée de la première à l’abbaye, mais les dimensions ne correspondent pas car elle mesure 260×170 mm alors que l’actuelle unité codicologique d’Arsenal Ms-976 mesure 380×235 mm.

Les cotes en chiffres romains de Saint-Victor

Un ultime point commun entre certaines de ces reliures médiévales « originales » est la présence, sur le plat inférieur, d’une cote en chiffres romains tracés à l’encre, en lettres majuscules. D’autres reliures médiévales, sans titre sur le dos, portent aussi ce type de cote sur leur plat inférieur. En tout leur nombre s’élève à 9 : BnF lat. 14498, 14606 (pas de titre sur le dos), 14611,14787, 14787, 14926, 14994 (pas de titre sur le dos), Mazarine Ms-134, 139.

Mazarine Ms-139 porte la cote numéro IIII, dont la partie inférieure est cachée par l’étiquette à cadre de laiton de la série A. Mazarine Ms-134 a aussi subi la spoliation de ce type d’étiquette car sa cote en chiffres romains est rendue illisible par celle-ci : on lit « II » mais il pourrait aussi bien s’agir, d’un « II », que d’un « III » ou « IIII ». Cette série de gloses Mazarine Ms-133 à 144, considérée aujourd’hui comme un ensemble cohérent par la majorité des chercheurs3, possédait sans doute le même type de reliure au XIIIe s. ainsi que la même cote (au moins pour les livres donnés par Petrus de Castro Radulfi4, dont Mazarine Ms-134, 139 font partie).

Figure 1. Mazarine Ms-139.
Figure 1. Mazarine Ms-139. Plat inférieur. La cote en chiffre romain est à moitié recouverte par l’étiquette à cadre de laiton, de la série de cote-lettre de Jean Lamasse (série A, 2/4 XIVes.).
Figure 2. Mazarine Ms-134.
Figure 2. Mazarine Ms-134. Plat inférieur. La cote en chiffre romain est à moitié masquée par l’étiquette à cadre de laiton.

Des cotes étalées sur deux siècles

Ces cotes romaines (35 ont été recensées) se retrouvent inscrites dans certaines pages de garde, voire sur le premier ou le dernier folio de certaines unités codicologiques. Les unités qui ont reçu cette cote s’échelonnent entre le troisième quart du XIIe s. et le dernier quart du XIIIe s. Dater ces cotes en fonction de la calligraphie est impossible avec si peu de signes à étudier, mais quelques éléments périphériques peuvent nous éclairer sur leur datation et l’usage de ces cotes.

En termes de terminus ad quem, il a été dit que l’unité codicologique la moins ancienne, portant cette cote, est datable du dernier quart du XIIIe s, mais ce n’est pas un argument suffisant pour dater effectivement la cote qui lui est assignée.

Ainsi, les manuscrits donnés par Adenulphus de Anagni5, à sa mort en 1290, sont confectionnés dans le courant du troisième quart du XIIIe s., ils portent une cote après leur ex-dono ou bien en fin de manuscrit : mais s’agit-il d’un système d’organisation victorin ou bien d’un décompte des livres d’Adenulphus donna, lui qui partagea sa bibliothèque entre l’abbaye victorine et le collège de Sorbonne ?  De telles cotes n’ont été retrouvées que dans trois manuscrits d’Adenulphus (aucun du fonds de Sorbonne) : BnF lat. 14308 (XXXVIII), lat. 14312 (.xi.), lat. 14379 f.1-108 (.XVI.). Elles sont toutes les trois d’un aspect différent, probablement posées à des moments différents.

Figure 3. BnF lat. 14308 f.322v.
Figure 3. BnF lat. 14308 f.322v.
Figure 4. BnF lat. 14312 f.59v
Figure 4. BnF lat. 14312 f.59v
Figure 5. BnF lat. 14379 f. 108v.
Figure 5. BnF lat. 14379 f. 108v.

Celle de BnF lat. 14379 f.1-108 est difficile à interpréter. Elle se trouve au verso du dernier folio de l’unité codicologique (f.108v), à côté d’un titre, tracé par la même main que le chiffre romain, et correspondant au texte du manuscrit (Figure 5) :  un commentaire des Actes des Apôtres. Le nom d’Adenulphus pourrait être une attribution du texte à ce théologien et ancien maître de l’université, ou bien il pourrait symboliser la provenance de ce manuscrit. Seulement le manuscrit est déjà identifié comme étant donné par Adenulphus : on trouve au f.Av, d’une main de la fin du XIIIe s., la longue formule de l’ex-dono de la fin du XIIIe s., rappelant les titres d’Adenulphus et l’inaliénabilité de ce don fait à Saint-Victor.

Figure 6. BnF lat. 14378 f.Ar.
Figure 6. BnF lat. 14378 f.Ar.

Au recto de ce même folio de garde (Figure 6) on trouve la correcte attribution du texte qui est en fait un commentaire du dominicain Thomas de Lentino (c.1200-1277). Autre preuve de la vive conscience que Thomas de Lentino est bel est bien l’auteur de ce texte, on a rajouté une unité codicologique (BnF lat. 14379 f.I-VI) avec le récit de Thaddeus Napolitanus, écrit un an après la prise de Saint-Jean d’Acre par les Croisés en 1290 (année de la mort d’Adenulphus), or Thomas de Lentino a été patriarche de Jérusalem et d’Acre, où il est décédé en 12776. Il semble bien que les Victorins aient correctement attribué le texte au moment de sa réception dans leur bibliothèque, à la mort d’Adenulphus. Toutefois, deux siècles plus tard, Claude de Grandrue ne précise pas l’auteur de ce commentaire dans son catalogue (cote F14). Si Claude de Grandrue a négligé la mention d’attribution au f.Ar, on peut penser qu’un armarius du XIVe siècle a aussi pu passer à côté de celle-ci, et attribuer le texte à Adenulphus. La calligraphie de cette mention de f.108v évoque davantage le XIVe s. entamé, plutôt que la fin du XIIIe s. ou l’aube du XIVe s (figure grotesque dans la majuscule, hampes effilées, hastes à boucles fermées, « m » final à enjambements aigües, cursifs). Il faut donc considérer ce chiffre romain comme une cote en usage dans le courant du XIVe s., et étendre cette hypothèse aux deux autres chiffres romains dans les manuscrits d’Adenulphus.

La « cote romaine » la plus ancienne n’est pas en chiffres romains, mais elle est entre deux points, comme c’est le cas de la majeure partie des cotes en chiffres romains (hors reliure) ; elle est tracée de la main de l’armarius qui a posé l’ex-libris, datable du troisième quart du XIIe s., et elle accompagne un titre. L’unique autre cote en chiffres arabes, entre deux points, est à peine plus tardive, sans doute le dernier quart du XIIe s., elle est aussi accompagnée d’un titre, mais n’a pas été écrite au même moment que l’ex-libris.


Figure 7. BnF lat. 15124 f.241v.
Figure 7. BnF lat. 15124 f.241v.
Figure 8. BnF lat. 14987 f.143v.
Figure 8. BnF lat. 14987 f.143v.

Ensuite, deux ensembles sont distinguables. D’abord, ceux qui mentionnent le « parvo armario » ; ils sont au nombre de quatre. Ces cotes concernent des unités codicologiques datant du second quart et du dernier quart du XIIe s. La calligraphie des titres qu’elles accompagnent incitent à dater ceux-là du début du XIIIe s. ; les ex-libris de ces unités datent du dernier quart du XIIe s., à l’exception de Mazarine Ms-1287 (f.3v), inscrit derrière une peinture pleine page, dont la calligraphie le place dans la première moitié du XIIIe s. L’hypothèse de datation pour cet ensemble de la « petite bibliothèque » serait donc dans la première moitié du XIIIe s.

Figure 9. Les quatre cotes portant la mention "de parvo armario".
Figure 9. Les quatre cotes portant la mention « de parvo armario ».

Figure 9. Les quatre cotes portant la mention « de parvo armario ».

Gilbert Ouy a associé toutes les cotes en chiffres romains (même celles ne portant pas la mention de parvo armario) au parvum armarium, la « petite bibliothèque », qui serait l’endroit où sont déposés les livres possédés en double, pour le prêt, par opposition à la salle de lecture (un système identique donc à la petite bibliothèque du collège de Sorbonne)7. À l’époque de l’étude et de l’édition du catalogue de Claude de Grandrue, G. Ouy n’avait retrouvé qu’une douzaine de cotes romaines ; il les a associés à des pupitres de lecture où ces livres étaient rangés, faisant de cette bibliothèque, séparée de la principale, une salle de lecture et un fonds de prêts.

Le présent travail a permis de repérer plus du double de cotes romaines, et de les mettre en correspondance avec les autres manuscrits de Saint-Victor. L’hypothèse de G. Ouy se confirme car l’écrasante majorité des unités codicologiques portant une cote romaine possède son double dans le fonds de Saint-Victor. Il nous faut donc effectivement songer que les cotes entre deux points, en chiffres romains, font référence à une « petite bibliothèque » ; il faut bien entendu inclure les deux cotes en chiffres arabes : le Timée de Platon (BnF lat. 15124 f.160-241, .31., copie du 4/4 XIIe s.) a bien son double, qui le précède en ancienneté (Vat. Reg. Lat. 1107 f.1-16, 1/4 XIIe s.), tandis que le matériel de prédication copié dans BnF lat. 14987 (4/4 XIIe s.) existe en de nombreux exemplaires, s’échelonnant de la fin du XIIe s. au début du XIVe s.

Il ne semble pas y avoir de logique particulière à l’assignation d’un double dans la petite bibliothèque. Les unités codicologiques qui s’y trouvent ne sont pas forcément plus anciennes, plus récentes, plus grandes ou plus petites, ou même moins précieuses (Mazarine Ms-1287 est très richement décoré) que leurs jumeaux. Eventuellement, la décision de mettre un manuscrit dans la petite bibliothèque est prise au moment de sa réception à l’abbaye ou de l’arrivée de son jumeau à la bibliothèque. Cela signifie bien que les Victorins tenaient à jour une liste de l’ensemble de leurs livres, depuis le XIIe siècle jusqu’au cours du XIVe s., et probablement encore après la période qui occupe la présente étude, jusqu’à l’époque même de Jean Lamasse.

Une même cote pour plusieurs unités codicologiques

Cette liste de la petite bibliothèque semble avoir eu une certaine cohérence au cours des siècles, même si on ne peut pas parler de réel classement des livres. Les unités codicologiques qui présentent la même cote traitent des mêmes sujets, comme l’a déjà souligné G. Ouy8.

Le numéro XIX correspond à du droit canon (BnF lat. 14994 f.1-138 et Mazarine Ms-1287 f.1-329). Notons que la cote de Mazarine Ms-1287 f.1-329 est attribuée dans la première moitié du XIIIe s. et que celle de BnF lat. 14994 se trouve sur sa reliure.

Le XXVII correspond à la pénitence (Arsenal Ms-853 f.1-85 et cu_490, une unité codicologique non retrouvée dont on connaît l’existence grâce au titre au verso de l’ultime folio de l’unité codicologique qui la précédait dans le codex – Arsenal Ms-379 f.36v). La datation de l’attribution de leur cote est difficile : l’un l’arbore sur sa reliure (Arsenal Ms-853), l’autre ne montre que les chiffres romains tracés en grand module (Arsenal Ms-379 f.36v/cu_490).

Le XXVIII correspond à de la prédication avec des traités d’Anselme de Canterbury, et s’il faut compter les manuscrits d’Adenulphus de Anagni, une Lectura super Sententiarum (attribuée à son ancien possesseur), c’est-à-dire une leçon universitaire commentant les Sentences de Pierre Lombard (BnF lat. 14590 f.1-195, BnF lat. 14308 f.1-322 – la Lectura super Sentiarum –, BnF lat. 14858 f.149-238). Ces cotes sont toutes inscrites dans la première moitié du XIIIe s. à l’exception de BnF lat. 14308 f. 1-322.

La cote XXXIV peut aussi être associée à la prédication puisqu’elle comporte une unité codicologique avec des copies de lettres pontificales qui servent de modèles rhétoriques (BnF lat. 14938 f.226-267) et des sermons, ainsi que le commentaire de Grégoire le Grand sur le Cantique des Cantiques (BnF lat. 14958 f.186-248). Ces deux cotes ont possiblement été attribuées au même moment.

Il est alors tentant de compléter ou de clarifier certaines cotes dont la lecture est rendue difficile par l’usage ou la détérioration du matériau. Mazarine Ms-134 (Livres d’Esdras et Neemiam), dont la cote est à moitié cachée par l’étiquette à cadre de laiton, porterait donc la cote II ou III, si on considère que les livres étaient rangés sur des pupitres au cours du XIIIe s. (c’est là l’hypothèse de G. Ouy) ou bien sur les étagères d’une armoire intégrée dans un mur ou d’une armoire à livres en bois, et que cette série de glose occupe une place considérable (10 livres pour l’ancien testament, mesurant en moyenne 200x135mm) – si on suit l’ordre des livres bibliques, Mazarine Ms-134 est le 5e et Mazarine Ms-139 (cote IIII) est le 9e. Pour BnF lat. 15154 f.1-61 et son Fons philosophie de Godefroid de Saint-Victor, dont la cote a reçu le même sort que Mazarine Ms-134, ne laissant voir que « XX », peut-être faut-il conclure à un chiffre dans la trentaine, puisque la philosophie se trouve placée dans la trentaine : Platon au .31., Boèce (Topica – BnF lat. 14699 f.99-170) et Cicéron (Liber de Senectute, Liber de Amiticia – BnF lat. 5752 f.54-70)sont juste avant, dans la cote 30.


L’ordre des cotes : indices d’un classement géographique ?

Comme rapporté dans le tableau en annexe, le début du système de cotation semble privilégier d’abord la Glose biblique (premières cotes : II ou III, et IIII), ce qui correspond aux canons des listes de livres ou des catalogues monastiques : la Bible et la Glose ont la primauté. Vient ensuite une cote (VIII) qui rassemble, au tournant du XIII-XIVe s., les intérêts des Victorins : la pénitence, la prédication, l’exégèse, l’édification religieuse. Grégoire le Grand, que l’on retrouve seulement plus loin, occupe une cote à lui seul (XII) entre des cotes plutôt consacrées à l’exégèse biblique, mais pas seulement : XI, XIV (il s’agit du texte de la bible, sans commentaires), XVII (cette cote est consacrée à la Postille de Nicolas Gorran, mais aussi à des traités de Bernard de Clairvaux et Augustin). Le droit canon est contenu sous la cote XIX, interrompu par une cote dédiée à Augustin (XXI), on le retrouve juste après, à la cote XXII, puis bien plus tard, aux cotes .35. et XXXVII. Les cotes XXVIII et XXIX sont utiles à la prédication, et, dans un sens, la cote XXX aussi puisqu’elle est consacrée à l’art du trivium (grammaire, dialectique, rhétorique), qu’il faut maîtriser pour pratiquer l’exégèse et la prédication. Les cotes .31. et XXXII nous interrompent dans cette logique avec un texte de philosophie (.31.) – auquel il faut peut-être ajouter le Fons Philosophie de Godefroid de Saint-Victor –, et, étrangement de poésie (trivium) et de médecine, placés sous la même cote (XXXII)à la même période (premier quart du XIVe s.). Nous reprenons ensuite avec une cote de nouveau consacrée à la prédication (XXXIV), puis deux au droit canon (les susnommées .35. et XXXVII) ; avec cette particularité que la cote XXXVII est aussi attribuée, deux fois à deux époques (première moitié du XIIIe siècle et premier quart du XIVe s.) : le Periermenias (De interpretationes) d’Aristote commenté par Boèce est attribué à la cote XXXIV dans la première moitié du XIIIe s., par la même main que celle qui inscrit déjà la cote XXXIV sur BnF lat. 14958 f.186-248 ; mais ensuite l’armarius du premier quart du XIVe s. (SV-XIVe-A), inscrit ce texte sous la cote XXXVII avec un texte de droit canon, qui est une copie du concile de Bourges de 1276. Voit-on là à l’œuvre une différence de classification à peut-être un siècle d’écart ? Une révision de la manière de ranger les livres, sans prendre garde à un classement thématique ? En termes de dimensions, BnF lat. 15104 f.1-81 avait une taille plus proche de BnF lat. 14958 f.186-248 (son voisin dans la cote XXXIV) que BnF lat. 14616 f.108-115 (cote XXXVII) qui mesure 30 mm de plus en longueur et en largeur. Ou bien s’agit-il d’une erreur de la part de l’armarius au début du XIVe s., lors du récolement de la bibliothèque ?

Le tour de cette seconde bibliothèque s’achève avec la cote .39., encore consacrée à la prédication. Si la ligne générale se veut plutôt logique, avec des blocs consacrés à la glose, à l’exégèse, aux Pères de l’Eglise, puis à la prédication dans laquelle on glisse le trivium, certains choix déroutent.

Enfin, les choix de placement des cotes portent à interrogation. Ils sont variables et ne rendent pas la cote toujours visible. Les cotes placées au plat inférieur des codices ne sont pas sans rappeler l’usage des étiquettes du XVe-XVIe s. de la grande bibliothèque enchaînée : doit-on considérer qu’ils étaient rangés dans des pupitres, comme G. Ouy le pense ? Selon cette logique, il devait exister au moins 39 pupitres, dès le XIIIe s. (en raison de la datation de cette 39e cote). La grande et neuve bibliothèque de lecture, construite à l’époque de Claude de Grandrue, en compte 52 (chacun comportant en moyenne une vingtaine de manuscrits). Trente-neuf pupitres de lecture paraissent bien grands pour une « petite bibliothèque ». Nous ne connaissons pas l’aspect de l’abbaye de Saint-Victor au XIIIe s., et aucune source ne permet de s’en faire une idée, néanmoins, peut-être faudrait-il considérer que les cotes correspondent à des étagères de niches, appelées elles aussi armaria, ou bien même des armoires en bois – il en existe au XIIe s. comme atteste celle, en très bon état, de l’abbaye d’Aubazine, en Corrèze. Le fait que des cotes soient inscrites sur des reliures ne va pas à l’encontre de cette idée : les livres sont rangés à plat au Moyen Âge, or ici les cotes sont lisibles à l’endroit, disposées horizontalement pour l’œil, lorsque le codex est placé sur le plat supérieur contre la table (ici, contre l’étagère), le dos parallèle à l’observateur (ou au bord de l’étagère) – dos qui, comme il l’a été dit plus haut, peut comporter un titre lisible justement lorsque le livre est placé dans cette position (dans la grande majorité des cas).

Le parvum armarium ne serait donc pas une bibliothèque publique de lecture où des livres, possédés en double par Saint-Victor, sont empruntables (contre une garantie en livre équivalent ou en argent), mais plutôt une réserve de livres empruntables, sous la forme de petites niches dans les murs du cloître, ou de la véritable bibliothèque et scriptorium, ou bien d’armoires en bois, dont les étagères seraient numérotées. Une liste de livres est visiblement maintenue au cours du XIIe jusqu’au cours du XIVe s., peut-être que les prêts étaient alors signalés dans ce document qui ne nous est pas parvenu.

Conclusion

L’étude des reliures médiévales les plus anciennes du fonds de Saint-Victor à la BnF (Richelieu et Arsenal) et à la bibliothèque Mazarine, nous a menés vers un aperçu d’une organisation parallèle et ancienne des livres à Saint-Victor. Elle a permis de réfléchir à ces énigmatiques cotes en chiffres romains. La mise en correspondance de ces cotes avec les différentes données récoltées dans la base de données reconstituant l’histoire diachronique de la bibliothèque de Saint-Victor du XIIe s. au milieu du XIVe s. (dates de copie, auteurs et textes, dimensions, dates et types d’ex-libris, endroit où sont apposées ces cotes) incitent à repenser la vision de Gilbert Ouy de cette « petite bibliothèque » quelque peu figée dans l’image des bibliothèques du XVe s. Cette réserve de livres en double existait déjà dans la deuxième moitié du XIIe s., elle doit être mise en contexte avec les mobiliers disponibles à l’époque et la réputation de la bibliothèque de Saint-Victor par les contemporains. La réputation de cette bibliothèque ne devait pas se faire seulement sur la réserve de livres empruntables, mais aussi sur la véritable bibliothèque où il devait être possible de travailler sur des livres existant en exemplaires uniques, même pour des érudits externes à l’abbaye.

Notes






  1. G. Ouy, Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor, Brepols : Turnhout, 1999, Bibliotheca Victorina, 10, vol. 1, p. 7. []
  2. Sur ce manuscrit, se référer à J. Rubenstein, « Putting History to Use: Three Crusade Chronicles in Context », Viator, 2004, n° 35, p. 131-168. []
  3. Cette série de bibles glosées est plus complexe à appréhender qu’il n’y paraisse. Elle inclue tous les livres de la Bible. Certains sont donnés par un Petrus de Castro Radulfi (Mazarine Ms-133, 134, 135, 138, 139, 140, 141, 143), d’autres sont achetés par Jacobus Romanus, prieur de Saint-Victor de 1219 à 1237, pour 100 sous parisiens chacun (Mazarine Ms-131, 132, 136), et un a été acheté (ou bien racheté ?) à un bedeau du nom de Blavius, pour 100 sous parisiens (Mazarine Ms-142). La réglure des manuscrits donnés par Petrus de Castro Radulfi est différente de ceux achetés par Jacobus Romanus, mais les dimensions de la justification du texte de la bible restent proches, les rubricateurs sont les mêmes, les enlumineurs ont un style très proche. Ils semblent provenir du même atelier. Mazarine Ms-142 diffère légèrement du reste, notamment la calligraphie qui apparaît d’un style un peu antérieur au reste de la série de bibles : les « et tironiens » ne sont pas barrés ; la calligraphie des lettres demeure arrondie sur les brisures des jambages, alors que les autres manuscrits cités ont des brisures carrées qui s’approchent davantage du modèle de la gothique textualis du nord. Néanmoins, c’est le traitement des pages de garde qui incite à briser l’homogénéité de cette série de manuscrits puisque certains mentionnent clairement le don de Petrus de Castro Radulfi, par la main de l’armarius de l’ex-libris SV-XIIIe-A (1221-1243) qui appose aussi cet ex-libris ; parmi ceux-là quelques-uns ont la mention du don grattée. Les manuscrits qui portent la trace de l’achat de Jacobus Romanus ont un autre ex-libris, du XIIIe s. ; celui qui porte la note du rachat au bedeau Blavius, en porte un d’un troisième type, toujours de la première moitié du XIIIe s. []
  4. On ne connaît rien de ce personnage. []
  5. Au sujet d’Adenulphus et de ses manuscrits, voir D. Nebbiai, « Les livres et les relations d’un théologien italien en France : Adinolfo d’Anagni (m. en 1290) », Bibliologia, 2018, n° 46, p. 277-298. []
  6. Dans son article, précédemment cité, D. Nebbiai reprend les points énumérés mais elle ne tranche pas sur la question de savoir si la note au f. 108v est une marque de possession d’Adenulphus, si celui-ci connaissait personnellement Thomas de Lentino et si c’était la raison pour laquelle on a rajouté ce texte sur la prise de Saint-Jean d’Acre entre la page de garde de l’ex-dono et le début du texte de Thomas de Lentino. []
  7. G. Ouy, Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor, Brepols : Turnhout, 1999, Bibliotheca Victorina, 10, vol. 1, p. 29. Pour la bibliothèque de la Sorbonne, voir M. Jullien de Pommerol, J. Monfrin, Le registre de prêt de la Bibliothèque du collège de Sorbonne, (éd.) J. Vieillard, Paris : CNRS Éditions, 2000. []
  8. G. Ouy, Ibid., p. 41. Il relève alors les sujets des cotes XIX, XXVII, XXVIII. []

Eve Defaÿsse

Doctorante en histoire médiévale - Université Lumière Lyon 2 (ED483) - CIHAM (UMR 5648)

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.