« Ms-10138 » : contre-enquête dans les archives de la police des Lumières

La BnF accueille chaque année des chargés de recherches documentaires (CRD) qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Marie-Elisabeth Jacquet , accueillie à la Bibliothèque de l’Arsenal pour son projet de valorisation du fonds Bastille de la Bibliothèque.


Depuis le début du XIXème siècle, la bibliothèque de l’Arsenal à Paris accueille dans ses murs les « archives de la Bastille ». Dispersées par les révolutionnaires le 14 juillet 1789 lors de la prise de la forteresse royale, ces milliers de liasses de papier ont ensuite été constituées en fonds, patiemment collectées et inventoriées par plusieurs générations de bibliothécaires archivistes. Et c’est en 1892 seulement qu’en parait, pour un public averti, le catalogue élaboré par l’un d’entre eux, Frantz Funck-Brentano.

Plus d’un siècle fut ainsi nécessaire à l’identification et au classement de ces pièces. Elles comprennent tout autant des dossiers d’hommes et de femmes passés par la prison (c’est la partie la plus connue de ce fonds d’archives) que des correspondances administratives, des registres, des procès-verbaux ou de simples « papiers » issus  de l’activité de la police parisienne. Après inventaire, des cotes sont attribuées aux unités constituées. Parmi elles, la cote « Ms-10138 » dont il sera ici question.

MS-10138
Ms-10138

A ce matricule correspond, d’après Frantz Funck-Brentano, un « registre où l’inspecteur Poussot a consigné les rapports envoyés par lui au Lieutenant de police, sur la manière dont il a exécuté les ordres que celui-ci lui a donnés : perquisitions, arrestations, transfèrements, patrouilles. »1.

Comme noté précédemment, ce fonds ne conserve donc pas seulement les traces de l’activité carcérale de la Bastille. S’y adjoignent, dès 1716, sur décision royale, les archives issues de l’activité de la police dans Paris. Cette « police des Lumières »2 est en réalité à l’origine de la mise en place d’un dépôt d’archives dans la prison de la Bastille. Il s’agissait pour elle, dans le contexte d’une capitale de plus en plus peuplée, aux habitants de plus en plus mobiles, de poser quelques bases à un appareil de connaissances et d’information sur le peuple de Paris, et en particulier sur ses éléments les plus remuants.

C’est donc dans cet ensemble d’archives policières, classées, que s’inscrit la cote Ms-10138. Elle représente une part des écrits policiers mis à l’abri, loin des regards indiscrets, dans la Bastille (entendre alors par-là la forteresse royale, l’édifice au sens propre, plus que l’institution carcérale qu’il abrite). Matériellement, ce Ms-10138 recoupe un grand cahier relié, tenu entre novembre 1747 et janvier 1750. Selon le catalogue Funck-Brentano, l’inspecteur de police Jean Poussot en serait l’auteur. Poussot fait partie de ces acteurs de la police parisienne désormais bien connus des historiens : c’est une figure importante du département de la Sureté, sorte de service thématiquement spécialisé dans les vols, larcins, recels et autres cambriolages3. Un domaine où la récidive est monnaie courante… D’où l’importance donnée au fichage des suspects, des condamnés, des arrêtés. Il s’agit par-là de pouvoir anticiper, lors d’une arrestation ou d’une patrouille, l’identification du ou de la suspecte, et de recenser ses éventuels complices. Jean Poussot, comme d’autres policiers du XVIIIème siècle, forge ainsi des documents de travail ad hoc pour consigner et faciliter son travail sur le terrain.

Un problématique document-parent : le registre Ms-10140

Emblématique de ces aspirations au fichage des suspects de la police, un autre document, celui-ci bien connu des historiens, est conservé dans le fonds Bastille de la bibliothèque de l’Arsenal. Il s’agit là encore d’un registre attribué à Jean Poussot, cette fois sous la cote Ms. 10-140. Il présente une particularité matérielle qui prouve bien l’importance du travail d’identification des mauvais sujets par la police. En son bord droit, ce grand cahier présente en effet vingt-quatre onglets soigneusement découpés (les lettres I-J-K et U-V étant fusionnées – comme souvent). Transformé en répertoire, le registre Ms-10140 voit donc correspondre à chaque lettre les noms de suspects arrêtés par Poussot lors de ses activités de terrain ou sur ordre du roi. Outre l’attribution à un même auteur, il y a, dans cette démarche d’enregistrement systématique, une forme de parenté documentaire entre le Ms-10138 et le Ms-10140, plus développé encore.

Couverture du registre Ms-10140
Couverture du registre Ms-10140.
Intérieur du registre Ms-10140.
Intérieur du registre Ms-10140.
Exemple d’entrée dans le répertoire de Jean Poussot
Exemple d’entrée dans le répertoire de Jean Poussot : « Bedu Jacques. Soldat aux Gardes Compagnie D’Aubonne ; Grand Châtelet ; le 4 décembre 1746 ; Police ; arrêté en visitte de nuit étant travestie portant son épée sous son bras. »
On retrouve ainsi les nom et prénom de l’arrêté, son état, le lieu et la date de son arrestation, l’institution l’ayant ordonnée et le motif à l’appui.

Or, entre les graphies de ces deux registres pourtant attribués au même inspecteur, rien de commun. Pire encore : dans le détail, une lecture suivie de chacun de ces registres met en évidence la coexistence de plusieurs graphies au sein du même cahier. Comment se l’expliquer ? Et par suite, comment considérer l’attribution réalisée au XIXème siècle par Frantz Funck-Brentano ?

Retour sur une identification

Pour réaliser cette contre-enquête archivistique, on a cherché alors à identifier l’écriture autographe de Jean Poussot. La richesse du fonds Bastille de la bibliothèque de l’Arsenal permet à cette fin d’avoir recours à un document tiers. En l’occurrence, ce sont les minutes des procès-verbaux de perquisition conservées dans la boite Ms-10092, signées, qui permettent d’identifier et de caractériser l’écriture de l’inspecteur, petite, ronde, et régulière. C’est sur cette base, avec cette « graphie-étalon », que l’on peut préciser les attributions réalisées au XIXème siècle.

Ecriture de l’inspecteur Jean Poussot
Ecriture de l’inspecteur Jean Poussot
Ecriture de l’inspecteur Jean Poussot, identifiée dans la boite Ms-10092.
BnF, bibliothèque de l’Arsenal.

Dans cette entreprise, l’adage britannique « Dont judge a book by its cover » s’applique avec acuité. Si le nom de Poussot apparait clairement en couverture du registre Ms-10140, on n’y trouve pas trace de l’écriture de l’inspecteur, et ce sont d’autres scripteurs qui semblent à l’œuvre. A contrario, le registre Ms-10138, dont la couverture n’indique pas d’auteur, mais la consignation de « rapports générals », voit certaines de ses pages noircies par la petite écriture du policier.

Qu’en déduire ? Et comment s’explique cette confusion dans l’attribution et le catalogage ? Il faut revenir au contexte de production de ces deux registres pour le comprendre. En apparence, ces deux cahiers semblent produits dans le même bureau, consignant les mêmes affaires, les mêmes types d’arrestation, bref, l’activité d’un inspecteur de la Sûreté que la couverture d’un des registres désigne comme étant Poussot. Mais la lecture suivie du Ms-10138 conduit à remettre en cause ce présupposé. Au folio 36 apparait en effet la mention suivante dans l’un des rapports de patrouille : « Moy Dadvenel ». Or, ce Dadvenel est également inspecteur de police du bureau de la Sûreté, au même titre que Jean Poussot. On peut donc penser que la variété de graphies à l’échelle du registre n’est pas due à l’emploi de commis, de petites mains auxquelles Poussot délègue dans son bureau les fastidieuses tâches d’écritures de rapports et de procès-verbaux. Ce ne sont pas des gratte-papiers qui noircissent les pages du registre, mais plutôt les inspecteurs de la Lieutenance générale de police en personne. On peut s’en assurer en cherchant l’écriture Dadvenel en Ms-10092 : c’est bien la même.

Ecriture de Jacques Dadvenel.
Ecriture de Jacques Dadvenel. Ms-10138. BnF, bibliothèque de l’Arsenal.

Dès lors, il semble que le registre Ms-10138 ne soit pas spécifiquement lié au bureau de Jean Poussot, mais plutôt au département de la Sûreté dans son ensemble. On passe donc à une autre échelle de l’organigramme de la police parisienne : si chaque inspecteur a son propre bureau, il appartient à un service spécialisé (ici, la Sûreté), lui-même sous la houlette du Lieutenant général de police. Ainsi, tandis que le registre-répertoire Ms-10140 semble lié au seul bureau de Poussot, son « parent » au regard du catalogage effectué par Funck-Brentano serait du ressort de la Sûreté. Ainsi, la mention des « rapports générals » en couverture prend une autre dimension :  ce ne sont pas seulement les rapports de Poussot au Lieutenant général qui s’y consignent, mais les rapports de tous les inspecteurs de la Sureté. D’une pratique administrative individuelle, on glisse ainsi vers un usage bureaucratique sinon collectif, du moins collaboratif.

Un registre réattribué… et après ?

Outre la précision archivistique apportée à l’identification du Ms-10138, trois observations historiques se dégagent alors.

Premièrement apparaissent clairement des pratiques de systématisation des comptes-rendus internes à la police parisienne, qui vont de pair avec une bureaucratisation de son activité au tournant des années 1750 lors des années d’exercice du Lieutenant général Berryer. Particulièrement tangible s’agissant du volume croissant des productions écrites, on n’en mesure néanmoins pas toujours les procédures concrètes. Avec cette consignation systématique des rapports de patrouille aux bureaux généraux de la Lieutenance, le Ms-10138 en apporte alors un exemple précis.

Deuxièmement, ces rapports d’un service particulier aux bureaux généraux de la Lieutenance, au sommet de la pyramide fonctionnelle de la police parisienne d’Ancien régime, attestent l’existence de pratiques professionnelles de contrôle au sein de la police. Les inspecteurs, au début de la lieutenance Berryer, rendent compte de leurs activités dans la capitale. Une observation d’autant plus intéressante que ce corps a la réputation de jouir d’une grande autonomie d’action ; c’est d’ailleurs principalement vers eux que se tournent les accusations d’arbitraire.

Troisièmement enfin, le registre Ms-10138 conduit à s’interroger sur la spécificité des usages bureaucratiques en vigueur au département de la Sureté. A notre connaissance en effet, il n’y a pas d’équivalent à ce cahier d’écriture systématique de rapports chez les services spécialisés créés sous la Lieutenance Berryer. Les bureaux des Mœurs, de la Librairie, de la Santé, des Vivres, etc, n’ont pas consigné de manière aussi systématique les faits et gestes des inspecteurs qui y étaient attachés, à l’échelle de la capitale entière, et sans s’en tenir à l’activité d’un de ses inspecteurs en particulier. Ici, ce sont tous les inspecteurs du département qui semblent avoir noirci les pages du registre, qui ne couvre pas de secteur ou de quartier particulier. Faut-il alors y voir un élément corroborant l’hypothèse d’une avance particulière de la Sureté dans la « police de papier » montée par Berryer ?4


L’attribution du registre Ms-10138 peut donc être corrigée à l’issue de cette contre-enquête. On lui trouve désormais plusieurs rédacteurs, dont au moins deux inspecteurs du département de la sureté, Jean Poussot et Jacques Dadvenel. L’erreur de Funck-Brentano à la fin du XIXème siècle s’explique aisément par l’ampleur de la tâche qui était la sienne. Classer et identifier des milliers de papiers administratifs, souvent sales, abîmés et anonymes relève peu ou prou de l’exploit, d’où certains raccourcis dans la désignation des auteurs des documents… En outre, les progrès réalisés dans la connaissance de la police parisienne d’Ancien régime lors de ces vingt dernières années permettent d’envisager plus spontanément le scénario proposé – et il est vrai surprenant – d’un document collaboratif, complété au fil des tournées dans Paris par les inspecteurs du bureau de la Sûreté.

L’importance du registre Ms-10138 en est réévaluée. Souvent dans l’ombre du Ms-10140, répertoire alphabétique bel et bien attribuable à Poussot (bien qu’écrit par ses commis), le voilà qui documente matériellement et de façon semble-t-il inédite le travail conjoint des inspecteurs, leur collaboration, tant dans les rues de Paris que derrière la plume des écrits administratifs. De plus, il nous renseigne sur le fonctionnement bureaucratique, encore mal connu, de la complexe machine policière chargée de tenir Paris au siècle des Lumières.

Notes

  1. F. Funck Brentano, Catalogue des archives de la Bastille, tome 9, Paris, Plon, 1892, p.12. []
  2. On reprend ici le titre de l’exposition proposée de septembre 2020 à janvier 2021 aux Archives Nationales. []
  3. Voir notamment l’ouvrage d’Hervé Bennezon, Un inspecteur de police parisien sur le terrain, les missions de Jean Poussot (1703-1791), Paris, Les Indes savantes, 2019. []
  4. Voir V. Milliot (dir.), Histoire des polices en France. Des guerres de religion à nos jours, Paris, Belin, 2020, p. 132. []

Marie-Elisabeth Jacquet

Chargée de recherches documentaires sur le fonds Bastille de la Bibliothèque de l'Arsenal (2020-2024). Thèse en cours de préparation sous la direction de Vincent Milliot (IDHE.S. Paris 8) : "L'ordre et ses papiers. Les archives de la Lieutenance générale de police de Paris (1716-1789-1889)" Chargée de cours à l'université Paris 8-Vincennes-Saint Denis. Normalienne et agrégée d'histoire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.