La documentation du conte Ma’soum et Delafrouz

La BnF accueille chaque année des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aujourd’hui Kaveh Hedayatifar présente un nouveau volet de ses recherches en cours 1.


L’évolution de l’art des Bakhshi

L’art des Bakhshi du Khorassan septentrional à côté des Achik azéri, Achik kashkaï ou Shâeri baloutchi fait partie d’une ancienne tradition des bardes en Iran. Les Bakhshi sont joueurs du Dotâr2, chanteur et conteur. Certains Bakhshi étaient également poètes et fabricants de Dotâr.

Par ailleurs, comme toute tradition musicale, l’art des Bakhshi est en train d’évoluer. Si l’on considère l’histoire évolutive de la place sociale des Bakhshi dans le Khorassan septentrional, en Iran, leur ancien statut en tant que chaman-guérisseur3 dans la région du grand Khorassan4 déclinait graduellement et se substituait de plus en plus au statut de musicien. En effet, leur statut social baissait du fait que leurs fonctions perdaient leur place dans la société. Le changement du statut et le changement de rôle sont ainsi accompagnés par un changement dans la technique du jeu, du lieu de la performance, et bien entendu de la forme musicale en général. Ainsi, la musique instrumentale remplace une musique narrative accompagnée par l’instrument. Les mélodies associées aux différents moments de la narration vocale d’un conte trouvent une structure plus distincte et deviennent des morceaux de musique à part entière. L’attention se porte sur le jeu et la technique de jeu d’instrument, et l’on oublie de plus en plus le chant et les contes.

Ce changement de direction dans l’évolution de la musique des Bakhshi qui au lieu de donner de l’importance à la totalité de leur art choisit la part instrumentale s’entrecroise avec l’histoire de l’évolution de la musique Dastgâhi iranienne, laquelle s’est orientée vers une technique de jeu plus précise sur l’instrument. Cette dernière est elle-même également influencée par l’arrivée du mouvement de la musique occidentale en Iran, et la nécessité d’adaptation de la musique Dastgâhi aux performances orchestrales.

En même temps, par un autre mouvement évolutif, la présence d’instruments électroniques comme le synthétiseur se substitue aux musiques régionales dans les cérémonies de mariage, et la musique traditionnelle festive et celle des Bakhshi perdent graduellement leurs places. Bien entendu, il y a aussi plusieurs autres éléments en marche qui crée la texture de l’art des Bakhshi, tels que l’évolution des moyens de divertissement et le progrès dans la médecine5. Dans ce contexte, aujourd’hui l’art des Bakhshi est en train de trouver une nouvelle forme.

La narration des contes

Dans cet écrit, je vais présenter une performance musicale de l’un des Bakhshi du Khorassan Septentrionale, Alireza Gholamrezai Almajoughi(né en 1931). Pendant un de mes séjours de terrain en 2018 dans le village Almajough de province de Khorassan, pour la première fois, j’ai rencontré Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi.

Pendant ce séjour, j’ai constaté que malgré une continuité de la tradition musicale et sa forte présence dans la région, il n’y a pas beaucoup des musiciens héritant de leurs maîtres l’art de la narration des contes. Ce fait ne veut pas dire que ces musiciens ne sont pas capables de narrer un conte, mais plutôt la qualité de leur prestation ne peut pas concourir à l’ancienne génération. Comme j’ai traité ci-dessus, cela est en partie lié à l’absence d’un public demandeur de cette forme musicale, dû à l’évolution sociale et culturelle de la région.

Par ailleurs, une des raisons de mes séjours dans la région était un projet de documentation de cet art. En effet, malgré quelques enregistrements sonores, je n’ai pas trouvé une captation vidéo d’une narration complète des anciens maîtres Bakhshi de la région6. L’importance des captations vidéo est dans les subtilités de l’art de la présentation des Bakhshi. Les gestes et les mimiques sont les éléments importants de la performance des Bakhshi qui seront absentes des enregistrements sonores.

En 2019, je suis retourné au village Almajough dans le but d’une documentation vidéo de l’art des narrations des contes par Alireza Gholamrezai Almajoughi. Nous avons choisi le conte Ma’soum et Delafrouz qui appartient également au répertoire des Ashik Azérie. Le récit est un conte d’amour racontant l’histoire d’amour entre Ma’soum et Delafrouz que la scène tragique finale rappelle l’histoire de Roméo et Juliette de Shakespeare. Dans la suite, je vais essayer d’aborder quelques points importants par rapport à cette documentation audiovisuelle.

Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi
Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi en train de narrer le conte Ma’soum et Delafrouz en 2019. Capture d’Image de film documentaire de la narration de conte Ma’soum et Golafrouz vidéographe Hossein Fatemian.

Les techniques narratives et performatives

Alireza Gholamrezai Almajoughi est le disciple d’un des plus grands et connus Bakhshi du Khorassan septentrional Mohammad Hossein Yeganeh (1918-1992). Dans la narration, il suit le style de son maître tout en présentant la spécificité de son propre style.

Dans la suite, nous nous concentrons plutôt sur la technique narrative et performative de sa prestation en 2019. La captation a été faite pendant deux jours et pendant le premier jour, moi-même, le caméraman et l’opérateur du son, étions son interlocuteur. Par contre, pour la deuxième partie de la narration trois autres personnes ont été présentes pour participer à sa performance.

Une des premières techniques dans la narration des Bakhshi consiste à une compétence de choisir les moments clés de l’histoire en fonction de la durée prévue pour leur prestation. Alireza Gholamrezai dans son récit, passe très vite à certains événements qu’il ne trouve pas très essentiels pour cette performance. Je suppose que les facteurs qui peuvent influencer ces choix sont, en partie, l’ambiance de la performance, l’humeur de Bakhshi, l’attente de public et aussi la capacité de la mémoire pour rappeler les détails de chaque récit7. Ces facteurs rendent l’art des Bakhshi vivant et montrent la nécessité d’avoir une capacité réactionnelle importante pour répondre à tous ces éléments à côté d’une connaissance de la technique narration dramatique.

La deuxième technique présente dans cette documentation consiste à communiquer avec le public. Dans la deuxième partie de sa narration, Bakhshi parle directement avec son public (spécialement avec moi) pendant le récit. Nous pouvons distinguer différentes fonctions de ces échanges dans la performance. Dans un moment donné, Bakhshi associe le visage de Ma’soum à un des participants (moi-même) dans le public pour donner une image concrète de personnage de récit. Cette association fait engager le public dans le récit par le biais d’une analogie avec le personnage de récit. Dans un autre passage du récit, le Bakhshi associe un événement de son récit à un événement quotidien qui est survenu dans les jours précédents. Ainsi, le Bakhshi fait engager son public dans le récit par le biais d’une expérience commune en l’associant à un événement de récit.

La troisième technique est les passages entre les moments comiques et tragiques au cours de la narration. En effet, les moments comiques ne viennent pas forcément du récit, mais plutôt c’est la manière que le Bakhshi emploie dans sa narration qui les rend comiques. Par exemple, quand il parle du chagrin de Delafrouz, il dit qu’elle a mis le curcuma sur son visage pour montrer que son visage est pâle. De ma connaissance, il ne fait pas partie de l’histoire et il utilise cette expression pour donner un côté comique à ce chagrin dans ce passage entre la fille et son père.

Un autre point important qui ne sera pas visible dans les enregistrements sonores et la mimique de Bakhshi au cours de la narration. Parfois, un simple sourire change totalement l’impression que le public peut recevoir de son récit. Ainsi, un moment triste de l’histoire par son sourire perd sa tristesse.

Le Bakhshi emploie différents techniques afin d’attirer l’attention et empêcher la déconcentration du public. Quelques fois, il s’adresse directement à son public. Dans plusieurs reprises, il demande du public la permission d’arrêter son récit, car la suite du récit sera très triste. Dans ce jeu avec le public, il se montre obliger et sous l’ordre de son public. En effet, il essaye créer cette impression que le fait de raconter ce récit lui apporte une grande peine et c’est seulement par la volonté de son public qu’il se convainque de continuer le récit. Dans un autre moment, il change la mélodie pour jouer une mélodie plus joyeuse et rythmique en disant que : « quand on voit quelqu’un est en train de s’endormir, en jouant une mélodie pareille on va lui réveiller ». En effet, il n’y avait personne qui dormait à ce moment-là, mais par ce biais, il a changé l’ambiance et a attiré de nouveau l’attention de son public.

La cinquième technique est une technique narrative dans laquelle un conte ou une anecdote vient compléter l’idée d’une partie de récit principale. Dans la captation de 2019, le Bakhshi utilise plusieurs fois cette technique. En effet, ces contes et anecdotes aident à mieux comprendre la situation dramatique, en même temps qu’ils sont un autre moyen pour capter l’attention du public.  L’histoire d’Ibrahim et Satan ou celui de Platon et ses habits en sont des exemples.

Une dernière technique qui contient les précédentes est l’effet de la distanciation au cours de la narration. Les aller-retour entre la réalité de la vie quotidienne et les événements fantaisies et fantastiques du récit, s’amuser avec le public et s’adresser à eux et perturber le flux émotionnel en arrêtant la narration, ce sont les facteurs qui produisent un effet de la distanciation permettant au public à avoir un recule envers le récit. Nous pouvons associer cette technique à une fonction de la narration des contes qui consiste à donner les leçons éthiques, créer et garder une identité culturelle, encourager les gens de la communauté à défendre les valeurs de la société et d’une manière générale faire apprendre le savoir-être.

Ces quelques éléments abordés ci-dessus, bien entendu, ne résument pas tous les aspects techniques de la performance des Bakhshi, et dans notre cas, ceux de Alireza Gholamrezai Almajoughi. Par ailleurs, il convient à ajouter que les caractéristiques techniques des grands Bakhshi sont spécifiques à eux même. Nous pouvons observer cette variation surtout en comparant les performances des Bakhshi dans les différentes régions du Khorassan septentrional. C’est pour cette variation que je suis persuadé que la documentation audiovisuelle de l’art de tous ces grands Bakhshi a une importance cruciale pour cette tradition. La disparition de ces maîtres, en effet, est la plupart du temps égal de la disparition d’un style de narration et les enregistrements sonores ne suffiront pas pour démontrer tous les aspects de leur art.


Bibliographie

  • YOUSSEFZADEH, Ameneh, Les bardes du Khorassan iranien : le bakhshi et son répertoire, Paris : Peeters France, 2002.
  • HEDAYATIFAR, Kaveh, « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur », thèse de doctorat en Arts du spectacle, sous la direction d’Isabelle Starkier, Université Evry-Paris-Saclay, NNT : 2021UPASK002.

Notes

  1. Voir ses précédentes contributions : Observation sur le statut de chercheur sur le terrain à travers une expérience cinématographique et La documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran. []
  2. Instrument de famille des luths à long manche qui comporte une caisse en forme de poire, un manche et deux cordes de même diamètre. []
  3. La présence du mot Bakhshi en Asie centrale, chez les Kazakhs, les Kirghizes, les Ouzbeks, les Karakalpaks, les Turkmènes, les Afghans, les Tadjiks et aussi au Xinjiang au Turkestan chinois. (YOUSSEFZADEH, p. 52). Zhirmunsky souligne à propos de ce mot que : « en Asie centrale, le mot Bakhshi désigne les deux fonctions de chaman et chanteur d’épopée ». Ibid. []
  4. La région aujourd’hui partagé entre l’Iran, Afghanistan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan. []
  5. Cette partie a été tirée de la thèse doctorat de l’auteur « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur ». []
  6. Cela ne veut pas dire qu’aucune captation n’existe pas. Par contre, ces captations ne sont pas publiées jusqu’à aujourd’hui. []
  7. Dans les cahiers des Bakhshi l’histoire n’est pas écrit mot à mot et ils contiennent plutôt les poèmes. De toute façon, ils ne lisent pas le récit et les cahiers les aides à remémorer la totalité de l’histoire et choisir les poèmes en fonction de la durée de la performance. []

Kaveh HEDAYATIFAR

Chercheur et artiste dans les domaines des arts performatifs, de la musique et du cinéma.

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.