Gravures de la rue Montorgueil

montorgueil_webÀ partir des années 1550, des éditeurs et graveurs d’estampes regroupés en familles s’installèrent sur la rive droite de Paris, rue Montorgueil, près des Halles, et proposèrent au public une production de gravures inédite en Europe jusqu’à la fin des années 1640. Très mal connue, leur activité est pourtant un témoignage capital, permettant de mieux saisir l’importance de l’estampe française à cette époque.

Conçues en série de six ou huit estampes, ces gravures sur bois de grand format à  sujet souvent religieux ou mythologique étaient sans doute destinées à la décoration des intérieurs et à la catéchèse. On note la cohérence des recherches de l’auteur du catalogue, Séverine Lepape, qui travaille sur les usages notamment populaires des estampes (les cartes à jouer1 comme les gravures collées dans des coffrets2).

[Jugement de Salomon], [Paris] : [publié par Germain Hoyau], [vers 1560]Si lors de leur diffusion ces gravures furent tirées à des centaines de milliers d’exemplaires, inondant le marché français et s’exportant également en Espagne et en Angleterre, cette production couvrant les années 1550-1640 fut peu collectionnée, même par les amateurs d’estampes, car elle était considérée comme populaire et de faible valeur artistique. Il en résulte que ces estampes publiées par ces imagiers et éditeurs sont devenues rarissimes dans les collections publiques et encore davantage sur le marché de l’estampe ancienne, ce qui donne tout son prix à cet inventaire aussi exhaustif que possible notamment des exemplaires conservées dans des établissements patrimoniaux.

L’ouvrage qui leur est consacré s’inscrit dans la lignée des volumes d’inventaires du fonds français des graveurs des XVIe et XVIIe siècles rédigés par les conservateurs du département des Estampes et de la Photographie. Au départ, il se voulait être une mise à jour du premier tome d’un nouvel inventaire du fonds français du XVIe siècle. Toutefois, si la Bibliothèque nationale de France est la seule institution à conserver autant de gravures de la rue Montorgueil, elle n’a pas constitué le seul lieu d’investigation du présent volume : les fonds de bibliothèques (Bibliothèque Royale de Bruxelles, Bibliothèque nationale d’Espagne) ou de musées français (Musée Carnavalet, Ecole nationale des Beaux-Arts, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) pour les fonds du Musée des Arts et Traditions Populaires) et étrangers (British Museum, Rijksmuseum, Musée d’architecture et de peinture du monastère de l’Escurial, la Kunstsammlungen der Veste Coburg, le Metropolitan Museum de New York, la National Gallery de Washington, la Yale Gallery de New Haven) ainsi que les estampes passées en ventes publiques ou décrites dans des catalogues de marchands ont également été pris en compte. Des gravures de la rue Montorgueil conservées par quelques collectionneurs privés français sont mentionnées.

Ce catalogue initié par Maxime Préaud et produit par Séverine Lepape entre 2007 et 2014 décrit méthodiquement plus de 650 estampes classées par ordre alphabétique d’imagiers. Une notice biographique basée sur le Fichier Laborde3, les notices du Dictionnaire des éditeurs d’estampes sous l’Ancien Régime4, des articles de Marianne Grivel et sur des dépouillements du Minutier central des notaires de Paris5 des Archives nationales recense toutes les informations connues sur les imagiers ou éditeurs actifs dans cette rue parisienne. Les notices des estampes conservées à la BnF sont accompagnées d’une reproduction. Les oeuvres cataloguées et dont l’iconographie est minutieusement décrite sont classées par sujets selon quatre grandes sections thématiques.

Le volume est complété d’une riche introduction de Séverine Lepape (p. 10-23), synthèse historique et artistique sur la longue activité des éditeurs de la rue Montorgueil pendant près d’un siècle.

[Miracles de Jésus] 2, [La tempête apaisée]Le catalogue est complété d’annexes (Liste des enseignes d’imagiers connues rue Montorgueil ; Imagiers documentés rue Montorgueil ; Gravures, suites d’estampes ou livres imprimés, illustrés, datés), d’une bibliographie sélective (p. 351-356) qui ne cite que les publications apportant des éléments essentiels ou nouveaux à la connaissance des oeuvres recensées et de deux index (des sujets et des imagiers).

[Memento Mori] : [estampe]. - A Paris, par Germain Hoyau, & Mathurin Nicolas, Rue Montorgueil, au bon Pasteur [entre 1558 et 1581]La publication est l’oeuvre de Séverine Lepape, entrée au département des Estampes et de la photographie de la BnF en 2005 comme conservateur chargée des collections des XVe et XVIe, avant de devenir chef du service de l’estampe ancienne et de la Réserve de ce département entre 2010 et 2014. Depuis octobre 2014, elle est conservateur de la collection Edmond de Rothschild6 au département des Arts graphiques du musée du Louvre. Elle pilote le programme de recherche CLARO portant sur la gravure en couleurs en Europe aux XVIe et XVIIe siècles.

Description : Broché, 368 p., 21 x 29,7 cm.
Date de parution : 1er septembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2656-5 / 9782717726565
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF
Disponibilité : Disponible
Prix : 160 euros

Addenda du 21 octobre 2016 : l’ouvrage est mis en ligne sur la plateforme OpenEdition Books de la BnF : http://books.openedition.org/editionsbnf/2341


Cliquer sur les images pour accéder aux descriptions complètes et à un zoom.

  1. Séverine Lepape, « L’art de la carte à jouer au XVe siècle », in Art du jeu : jeux dans l’art : De Babylone à l’Occident médiéval, exposition, Paris, Musée de Cluny, 28 novembre 2012-4 mars 2013, Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2012, p. 34-37. []
  2. Séverine Lepape, « When assemblage makes sense : an example of a Coffret à estampe », Art in Print, 2012, vol. 2, n° 4, p. 9-14 ; Michel Huynh et Séverine Lepape, « De la rencontre d’une image et d’une boîte : les coffrets à estampe », La Revue des musées de France, no 4,‎ 2011, p. 37-50. []
  3. Charles-Eloi Vian, « L comme Laborde (fichier) », Blog Gallica, 13 juin 2015. Disponible en ligne, url  <http://blog.bnf.fr/gallica/index.php/2015/06/13/l-comme-laborde-fichier/>. []
  4. Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel, Corinne Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien régime, [Paris] : Promodis-Éd. du Cercle de la librairie, 1987, 334 p. ISBN 2-903181-60-8. []
  5. Minutier central des notaires de Paris : [présentation]. Disponible en ligne, url  <http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/minutier-central-notaires-paris.html>. []
  6. Pascal Torres, La collection Edmond de Rothschild au Musée du Louvre, Paris : Louvre éd. ; Paris ; New York : le Passage, 2010, 158 p. ISBN 978-2-35031-294-1 (Musée du Louvre). ISBN 978-2-84742-162-0 (le Passage) []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *