Soutenance de thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel

Mercredi 17 mars, Nathan Ferrandin-Schoffel soutiendra sa thèse intitulée : Renforcement et désacidification de papiers patrimoniaux par des réseaux de copolymères de polyaminoalkylalcoxysilanes. Mécanismes, stabilité et optimisation. Menée au Centre de Recherche sur la Conservation (CRC) et au Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI), elle a été réalisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF) et a été financée par la Fondation des Sciences du Patrimoine. Elle s’inscrivait dans la continuité du projet de recherche CoMPresSil : Conservation matérielle du papier de presse par les polysiloxanes1 également soutenu par la Fondation.

Résumé des travaux

L’acidité du papier est un problème majeur pour la préservation des collections graphiques. Certains ouvrages et papiers fabriqués industriellement entre la fin du XIXe et le début du XXe s, de qualité médiocre, sont devenus acides et fragiles, ce qui compromet souvent leur consultation. Afin de proposer une solution pour ces documents, des traitements à base d’aminoalkylalcoxysilanes (AAAS) copolymérisés, permettant simultanément la désacidification et le renforcement mécanique du papier, ont été développés. Ces traitements ayant fait leurs preuves sur certains papiers mais pas sur d’autres, il était primordial de mieux comprendre les résultats obtenus avant d’envisager leur usage par les professionnels de la conservation et de la restauration du patrimoine sur papier. Ces travaux de thèse ont permis d’approfondir la compréhension des interactions/réactions s’établissant entre les AAAS et le papier, et de mieux identifier les raisons réduisant l’efficacité du traitement. Pour cela, les traitements AAAS ont été appliqués à des papiers lignocellulosiques de compositions complexes. Parallèlement, l’évolution des caractéristiques physico-chimiques (pH, propriétés optiques et mécaniques) d’une large gamme de papiers traités a été étudiée sur plusieurs années. Enfin, plusieurs possibilités d’optimisation des traitements AAAS ont été évaluées, à savoir l’utilisation de pré-traitements du papier avec un agent désacidifiant ou réducteur, de catalyseurs de la polymérisation des polysiloxanes lors du traitement, ainsi que de séquences thermiques post-traitement.

Abstract

Acidity is a major issue in the preservation of paper-based collections. A number of paper documents of mediocre quality produced in the late 19th and early 20th century are very acidic and brittle, their public access hence being drastically restricted. To find a solution for these documents, treatments based on copolymerized aminoalkylalkoxysilanes (AAAS), which allow the simultaneous deacidification and mechanical strengthening of paper, were developed. As these treatments showed their efficacy for some papers but not for others, the results had to be better understood before a possible use by the conservation professionals.
This PhD dissertation advances our understanding of the interactions/reactions between AAAS and the cellulosic substrate, with a better identification of the parameters that reduce the treatment efficacy. To that purpose, AAAS treatments were applied to newsprint lignocellulosic papers of complex compositions. In conjunction, the evolution of the physicochemical properties (pH, optical and mechanical properties) of a large range of papers treated several years ago was studied. Finally, several options towards optimized formulations of the AAAS treatments were studied by using reducing and deacidifying agents as pre-treatments of paper, polymerization catalysts of polysiloxanes during the treatment, and thermal post-treatment sequencies.

Soutenance

  • Mercredi 17 mars 2021 à 14h, dans l’amphithéâtre de paléontologie du Muséum National d’Histoire Naturelle, au jardin des plantes à Paris.
  • En raison des règles sanitaires en vigueur, la soutenance ne pourra s’effectuer qu’en présence d’un public très restreint dans l’amphithéâtre. Une retransmission en visioconférence est donc prévue pour ceux qui souhaitent y assister. Un lien sera disponible ultérieurement à l’adresse suivante : http://www.sciences-patrimoine.org/2021/03/nathan-ferrandin-schoffel/.

Composition du jury

  • Pr Nathalie Steunou, rapporteure (Institut Lavoisier de Versailles)
  • Pr Gérard Mortha, rapporteur (Grenoble INP-Pagora)
  • Pr Bruno Fayolle, examinateur (laboratoire PIMM, Arts et Métiers, Paris)
  • Dr Ann Bourgès, examinatrice (C2RMF, Paris)
  • Pr Hervé Cheradame, invité (Université d’Évry-Val-d’Essonne)
  • Dr Anne-Laurence Dupont, directrice de thèse (CRC, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris)
  • Pr Odile Fichet, directrice de thèse (LPPI, CY Cergy Paris Université)
  1. Voir url : <https://bnf.hypotheses.org/516>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.