Écrire la grammaire nationale de Domergue à Damourette et Pichon (2/2)

La BnF accueille cette année 31 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, Sandra Poujat, accueillie au département Littérature et art, rend compte de son projet : Des grammaires de la Révolution aux grammaires de la Troisième République : l’invention d’une langue nationale (1789-1916).


De quelques lieux propices à l’imaginaire de la langue

Outre le discours des grammairiens tel qu’il apparaît dans le paratexte grammatical, il est possible de sonder l’imaginaire des auteurs à travers les analyses qu’ils offrent des parties du discours et de la syntaxe. Les analyses qu’ils y délivrent dessinent un imaginaire national du français qui fluctue en fonction des orientations idéologiques de l’époque à laquelle ils appartiennent. Nous ne prendrons, à titre d’exemple, que deux observables possibles parmi d’autres : la question du vouvoiement et celle de l’exemple grammatical pour illustrer les parties du discours et les phénomènes de syntaxe.

Les pronoms personnels, notamment lorsqu’il s’agit des pronoms de la deuxième personne, posent la question du rapport de la langue avec la sphère sociale puisqu’ils s’inscrivent dans une politique de l’adresse. Le français connaît notamment deux séries de pronoms personnels pour s’adresser à un interlocuteur : le pronom tu et le pronom vous, ce dernier pouvant être utilisé en ne s’adressant qu’à une seule personne pour témoigner une forme de respect – ce qui s’appelle couramment le vouvoiement. Parce que le vouvoiement apparaît d’abord comme un fait social plutôt que comme un fait de langue, il a été remis en question par plusieurs grammairiens de la Révolution française, notamment en raison de sa pratique asymétrique (vouvoyer son interlocuteur ne signifie pas être vouvoyé en retour) qui témoignerait de l’inégalité des relations sociales entre les citoyens. Ainsi Bulard considère-t-il le vouvoiement comme une pratique surannée de l’Ancien Régime dans sa Grammaire française républicaine :

Le pronom vous, sous l’Ancien Régime, étoit tantôt singulier et tantôt pluriel ; c’est-à-dire, qu’on parloit alors à une seule personne, comme si l’on eût parlé à plusieurs. Par exemple, on lui disoit comment vous portez-vous ? Je vous vois. Au lieu de dire : comment te portes-tu ? Je te vois. Mais sous le régime de la liberté, cet usage est aboli ; et l’on emploie maintenant le mot vous que quand on parle à plusieurs

BULARD, Grammaire française républicaine, à l’usage des Écoles nationales ; rédigée d’après le décret de la Convention nationale, du 9 pluviôse, seconde édition, Paris, Caillot, an II [1794], p. 42-43.

Sans plus de commentaires, Bulard considère cet usage comme « aboli » sous « le régime de la liberté » : ce changement brusque de l’usage selon le régime politique témoigne d’une perception idéologique de l’emploi des pronoms personnels. De son côté, le citoyen Guyot propose une analyse beaucoup plus explicite de la déperdition du vouvoiement :

Sous l’ancien régime, lorsque l’inégalité des conditions laissait à peine soupçonner l’existence des droits de l’homme, les pronoms tu, te, toi, n’étaient usités que quand on parlait à des personnes, ou fort inférieures, ou avec qui on était en très-grande familiarité. Hors de là, on se servait du pronom pluriel vous ; c’est-à-dire, qu’on pluralisait un seul individu. Il est vraisemblable que cette absurdité fut une émanation de l’orgueil. Quoiqu’il en soit, les bases démocratiques sur lesquelles est fondée la république française, ayant fait évanouir les distinctions frivoles que le despotisme avait introduites entre les citoyens, il devait naturellement résulter de ce nouvel ordre des choses, la réforme de beaucoup d’abus. Aussi s’est-elle étendue cette réforme jusque sur les expressions que l’influence de l’ancien régime avait corrompues ou altérées. On a en conséquence restreint le pronom vous à n’être plus que le pluriel de tu, te, toi, & ceux-ci ont été rétablis dans les fonctions pour lesquelles les inventeurs de la langue française les avaient créés. L’usage de la plupart des républicains français est aujourd’hui de tutoyer même le président de la convention nationale, quand on lui parle individuellement, & à plus forte raison, toute autre personne, quel que soit son rang & et de quelque magistrature qu’elle puisse être revêtue

GUYOT, Nouvelle Grammaire française, ou les élémens de l’art de parler et d’écrire correctement, Paris, chez la citoyenne Burgard, l’an III de la République française, une et indivisible [1794], p. 112-113.
Guyot, Nouvelle Grammaire française, an III.

Guyot établit une analogie entre la pratique asymétrique du vouvoiement et la société inégalitaire de l’Ancien Régime d’une part, et la pratique généralisée du tutoiement et la société républicaine promouvant l’égalité entre les citoyens d’autre part. Les termes qu’il emploie, loin d’appartenir au seul vocabulaire de l’analyse grammaticale, laissent transparaître une forte axiologie dépréciative envers le vouvoiement en faisant coïncider cette pratique linguistique avec une pratique sociale : le vouvoiement est une « absurdité », une « émanation de l’orgueil », et l’asymétrie créée entre interlocuteurs vouvoyés et tutoyés relève de « distinctions frivoles » introduites par le « despotisme » du régime monarchique. La Révolution française apparaît alors comme une réparation de la langue blessée par des siècles de monarchie, puisqu’il « devait naturellement résulter de ce nouvel ordre des choses, la réforme de beaucoup d’abus ». Par la notion de réforme, Guyot bascule de nouveau dans le terrain grammatical en employant le terme par excellence pour désigner le changement abrupt de norme. Mais surtout, en incluant le vouvoiement parmi les « abus » langagiers, Guyot s’inscrit pleinement dans l’imaginaire de la fin de son siècle : « l’abus des mots », collocation fort répandue parmi les grammairiens, est la tare contre laquelle s’élève les gens de lettres de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le mauvais emploi des mots, tant du point de vue sémantique que syntaxique, est une hantise grandissante dans la mesure où elle jetterait les locuteurs dans une cacophonie permanente et attesterait des défaillances du langage, alors incapable de référer au monde réel avec justesse. En le classant parmi les abus possibles de la langue, Guyot érige le vouvoiement en une pratique délétère pour la langue française.

Le choix des exemples opérés par les grammairiens est également très intéressant pour sonder les imaginaires langagiers qu’ils charrient. Les exemples utilisés ne sont jamais neutres et trahissent souvent des positionnements idéologiques, tant du point de vue de la morale que de la politique. Si, dans l’histoire des grammaires, il est possible de retracer des exemples canoniques, à l’instar de la locution Dieu est bon, qui constitue l’exemple-phare dans la plupart des grammaires pour illustrer les trois constituants de la proposition, il n’empêche que plusieurs grammaires se démarquent. À ce propos, les grammaires parues durant la Révolution française, et notamment celles écrites en vue du concours de l’an II pour retenir une grammaire officielle, sont assez éloquentes : la plupart d’entre elles forgent des exemples qui ne sont pas sans lien avec le discours révolutionnaire. Ainsi, le Cours de langue française à l’usage des écoles nationales, écrit par un collectif de gens de lettres pour le concours chaperonné par l’abbé Grégoire et entièrement dédié à l’épineuse question de la phrase, propose-t-il d’illustrer les différents constituants de la proposition par les exemples suivants :

Quand vous dites : Barra étoit intrépide ; Barra indique l’objet qui occupe votre esprit ; intrépide désigne la qualité que vous avez remarquée ; étoit fait entendre que vous lui avez en effet trouvé cette qualité. […]
Souvent, le sujet, l’attribut et le verbe sont modifiés à la fois comme dans cette phrase : L’amour de la patrie fut toujours la première vertu d’un véritable républicain

[COLLECTIF ANONYME], Cours de langue française à l’usage des écoles nationales. Ouvrage périodique, par une société de gens de lettres, Paris, chez la citoyenne Roudier, 1794, p. 4-5.
Anonyme, Cours de langue française, 1794.

Il n’est pas anodin que les auteurs forgent de tels exemples : bien qu’il ne s’agisse que d’exemples grammaticaux, les mots ne valant que pour leur fonctionnement linguistique, la valeur référentielle de ces exemples ne peut pas être totalement écartée, d’autant plus que ces grammaires s’adressent à un jeune public – or toute la difficulté de l’apprentissage grammatical des enfants est bien le basculement de l’empirique au métalinguistique, c’est-à-dire d’une réception immédiate des mots en tant que signes qui désignent des référents à une appréhension abstraite des mots en tant que catégories grammaticales. Il n’est donc pas neutre que les exemples présentés s’inscrivent dans l’idéologie révolutionnaire en faisant de « l’amour de la patrie » la « première vertu d’un véritable républicain » ou en évoquant le nom de Joseph Barra, jeune soldat républicain mort à 14 ans contre les troupes royalistes lors de la guerre de Vendée que la Convention érigea en mythe du jeune homme qui se dévoue pour la patrie. De nombreux ouvrages de langue écrits durant la Révolution française puisent leurs exemples dans le discours révolutionnaire : la Grammaire française républicaine de Bulard utilise les noms de Brutus et de Barra pour illustrer le nom propre et l’on retrouve fréquemment les termes de république, citoyen, assemblée, patrie et convention pour illustrer le substantif, comme c’est le cas dans l’Alphabet républicain de Chemin-Dupontès (an II [1794]) ou de la Grammaire des Sans-culottes. Éléments de la langue nationale d’Antoine Tournon qui a été transcrite et analysée par Jacques Guilhaumou1. Cette orientation politique des exemples n’est pas le propre de la période révolutionnaire : on peut également souligner que des grammaires écrites sous le Consulat et le Premier Empire – et même postérieures – usent d’exemples à la gloire de Napoléon, comme c’est le cas de la Grammaire raisonnée ou cours théorique et pratique de la langue française de Boinvilliers (1803) ou de la Nouvelle Grammaire française [des demoiselles] en vers de Pierre-Léon Chavignaud (1831).

Mais l’un des faits les plus notables, et qui ne cesse de se renforcer de la Révolution aux années 1920, est la présence de la littérature parmi les exemples. Si les grammairiens ont plutôt tendance à forger leurs propres exemples, ils sont de plus en plus nombreux à sonder les corpus littéraires, et pas n’importe lequel : celui des écrivains de l’Âge classique. Ainsi, dès les années 1790, Caminade se sert-il de Racine, Boileau et Malherbe pour illustrer ses Premiers Élémens de la langue française ou grammaire usuelle (an VIII [1799]) et Jean-Edme Serreau, dans sa Grammaire raisonnée ou principes de la langue française appropriés au génie de la langue (an VII [1798]) utilise-t-il les vers de Racine, La Fontaine, Boileau et Voltaire. L’utilisation de la littérature des XVIIe et XVIIIe siècles comme réservoir d’exemples tant pour l’analyse grammaticale que pour illustrer le « bon usage » ne se tarit pas lors du XIXe siècle dans la mesure où elle se greffe à une exaltation du génie de la langue française. Ainsi, Charles Benoît, doyen de la faculté des lettres de Nancy, dans ses Quelques vues sur l’histoire et le génie de la langue française de 1878, considère-t-il Malherbe comme le « promoteur » du « bon sens national2 », tout comme le Baron Descamps, homme d’État belge qui considère dans un discours de 1920 que Malherbe a « le grand mérite d’avoir fondé une tradition stable où se développa le génie de la langue en esprit d’ordre et de clarté et d’avoir ainsi préparé aux lettres françaises la voie à une splendide efflorescence et à un regain d’universalité3 ». En ce sens, dès les années 1840, dans la Grammaire des Grammaires ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française de Girault-Duvivier, qui se présente comme un compendium des meilleures grammaires, la grandeur du français est illustrée, significativement, par l’énumération d’auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles dès la préface :

On se plaint de la pauvreté de notre langue, et c’est souvent parce qu’on en ignore les ressources […].
Peut-on accuser de foiblesse ou de pauvreté la langue dans laquelle ont écrit Bossuet, Fénélon, Pascal, Boileau, Racine, les deux Corneille, Voltaire, Rousseau, Buffon, Delille, etc. ?
Une langue qui, sous leur plume, a su prendre tous les tons, se plier à toutes les formes, peindre toutes les affections, rendre toutes les pensées, animer tous les tableaux, toutes les descriptions ; une langue enfin qui a prêté son harmonie à Fénélon, son élégance, sa pureté à Racine, et ses foudres à Bossuet, est assez riche de son propre fonds ; elle n’a pas besoin d’acquisitions nouvelles ; il ne faut plus que la fixer, au moins pour nous, au point auquel ces grands écrivains l’ont élevée.

Charles-Pierre GIRAULT-DUVIVIER, Grammaire des grammaires ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française, t. 1, Paris, A. Cotelle, 1840, p. IV-V.
Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires, 1840. Gallica.

Le français aurait trouvé toutes ses lettres de noblesse grâce aux auteurs de l’Âge classique, au point que Girault-Duvivier souligne, selon le topos récurrent des grammaires de l’époque, qu’il ne reste plus qu’à « fixer la langue ». Ce rêve d’une langue immobile n’est pas sans lien avec le mythe du génie de la langue française selon lequel il existerait un génie propre à la langue qui perdurerait à travers les siècles et dont la pleine expression n’attendrait que l’époque propice – en l’occurrence, le Grand Siècle. Les écrivains sont alors érigés en des autorités linguistiques dont il faut respecter la pratique langagière et, en tant que tels, leurs écrits peuvent servir d’exemples grammaticaux au sein des grammaires. Girault-Duvivier témoigne explicitement de la portée idéologique de l’exemple grammatical dans sa préface :

Cette grammaire offre d’ailleurs un nouveau degré d’utilité. Bien convaincu que la religion et la morale sont les bases les plus essentielles de l’éducation ; que les règles les plus abstraites sont mieux entendues lorsqu’elles sont développées par des exemples ; et qu’à leur tour les exemples se gravent mieux dans la mémoire, lorsqu’ils présentent une pensée saillante, un trait d’esprit ou de sentiment, un axiome de morale, ou une sentence de religion, je me suis attaché à choisir de préférence ceux qui offrent cet avantage. J’ai en outre multiplié ces exemples autant que je l’ai pu, et je les ai puisés dans les auteurs les plus purs, les plus corrects ; de sorte que, si dans certains cas, nos maîtres en grammaire sont partagés d’opinion, […] on éprouvera du moins une satisfaction, c’est qu’on aura pour se déterminer l’autorité d’un grand nom ; car, comme l’a dit un auteur, Il n’y a de Grammairiens par excellence que les grands écrivains

Ibid, p. VI-VII.

Girault-Duvivier fait de l’exemple le cœur de la grammaire : c’est par l’exemple que l’on saisit d’emblée les principes du système de la langue et c’est également par lui que le grammairien outrepasse son statut. Loin de ne décrire que des faits de langue, le choix de l’exemple trahit un positionnement axiologique puisqu’il permet, indirectement, de toucher quelques mots de « morale » et de « religion », ce que les frères Bescherelle soutenaient également dans leur Grammaire nationale dans les années 18304. En cela, Girault-Duvivier concède d’emblée que les exemples de la grammaire ne valent pas pour leur seule illustration des concepts de l’analyse grammaticale, mais qu’ils valent également sur le plan référentiel. Mais surtout, il attache aux gens de lettres une maîtrise telle du langage que les écrivains deviennent les « grammairiens par excellence », comme s’ils étaient les rhapsodes modernes de la langue française. Ainsi, pour illustrer les diverses règles d’accord de l’adjectif avec le substantif, Girault-Duvivier puise parmi les écrits de Fénelon, Montesquieu, Boileau, Voltaire5 ; à cet égard, l’exemple de Boileau, à propos de l’accord de l’adjectif avec son substantif quel que soit son emplacement dans la phrase, est encore moins anodin dans la mesure où l’exemple traite de la clarté du discours qui est l’une des caractéristiques supposées du génie de la langue française :

Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit ou moins nette, ou plus pure.

Cette place accordée à la littérature classique est tout aussi importante chez Gabriel-Henry Aubertin qui, dans les années 1860, publie une Grammaire moderne des écrivains français en opposition frontale aux grammaires scolaires en vogue. Contre la célèbre grammaire de Noël et Chapsal, G-H. Aubertin considère que le seul exemple grammatical qui puisse être donné est la production de l’écrivain :

Il n’y a plus de textes, plus de Bossuet, de Racine, de Voltaire, de Montesquieu, il n’y aura bientôt plus d’écrivains modernes, car les écrivains modernes courbent la tête, et passent sous les fourches caudines ; il n’y aura bientôt plus de langue, et sur les ruines de la littérature française, il restera… Chapsal !
Est-ce assez ?
C’est pourquoi un passant est intervenu.
Les écrivains ne feront pas de grammaire, ils font la langue ; et c’est bien assez, mais pendant ce tems là d’autres la défont. Cette grammaire réunit pour la première fois les anciens et les modernes. Il était peut-être tems d’en finir avec un préjugé, avec le préjugé du « dix-septième siècle ». Enfermez-vous dans le dix-septième siècle, crient les autorités approuvantes ! Pourquoi ? C’est nous, vivans, qui sommes la vie. Qui oserait aujourd’hui dire avec Boileau : le peuple françois ? avec La Fontaine : des problèmes à sourdre ?

Gabriel-Henry AUBERTIN, Grammaire moderne des écrivains français, Bruxelles – Paris, A. Lacroix Verboeckhoven & Cie – Jung Treuttel, 1861, p. 8.
Aubertin, Grammaire moderne des écrivains français, 1861. Gallica.

On retrouve, comme chez Girault-Duvivier, l’idée que l’écrivain constitue une autorité tout aussi – voire plus – légitime que le grammairien, en nuançant tout de même que les écrivains modernes ne sont pas moins légitimes que leurs aînés – et en ce sens, il est vrai que la grammaire d’Aubertin est l’une des rares à citer des écrivains contemporains : Musset côtoie Montesquieu et La Fontaine6. Le long XIXe siècle n’est, bien sûr, pas la seule époque où les grammaires utilisent des exemples littéraires pour illustrer les catégories grammaticales, même si cela était plus marginal aux époques antérieures. C’est loin d’être une innovation, puisque déjà, au XVIe siècle par exemple, Thomas Sébillet citait les vers de Marot et de Scève pour illustrer les principes de versification dans son Art poetique françoys ((Thomas Sebillet, Art poétique françoys, éd. de Felix Gaiffe, Paris, Edouard Cornely, 1910, respectivement p. 63 et 64.))ou au XVIIe siècle lorsque Jean d’Aisy, dans son Génie de la langue françoise, cite Malherbe et Voiture7. Mais il s’agit d’exemples qui puisent dans un corpus littéraire contemporain. La particularité des grammaires du XIXe siècle est de glaner dans la littérature de l’Âge classique, de sorte que les ouvrages de langue, à travers les exemples grammaticaux qu’ils citent, contribuent à la construction d’un canon national, tant sur le plan langagier que littéraire. Les grammaires édifient ainsi une tradition langagière et littéraire fictive8 qui prend source dans la littérature du Grand Siècle dont l’état de langue est alors érigé comme la quintessence du français, avant qu’un mouvement contraire ne s’établisse aux alentours des années 1920 où, les sciences du langage s’établissant peu à peu comme une discipline distincte des études littéraires, congédient la littérature des exemples des grammaires9.

Les grammaires françaises du long XIXe siècle, tant par leurs discours péri-textuels que par l’écriture même de l’analyse grammaticale, promeuvent l’idéal d’une langue nationale dont les contours laissent entrevoir l’ombre du mythe du génie de la langue française. Mais alors qu’il s’agissait surtout d’une conception rhétorique à l’Âge classique en faisant de la « clarté du discours » le noyau du génie de la langue, les grammairiens jacobins de la Révolution remanient le mythe du génie de la langue selon une nouvelle visée idéologique : l’enjeu n’est plus rhétorique, mais politique, de sorte que les caractéristiques supposées du génie français sont réinjectées dans l’idéal condillacien de la « langue bien faite », langue capable de nommer avec justesse le renouveau de l’organisation politique. Le fantôme du génie du français perdure tout le long du XIXe siècle en entrant en collusion avec le concept de langue nationale, au point de servir de matrice à un récit national de l’idiome selon lequel l’âge d’or de la langue se situerait au Grand Siècle, entre les turbulences de la Pléiade et des Romantiques. Les grammaires françaises, en prêtant tant d’attention ce que pourraient être les spécificités nationales du français, contribuent, à leur façon, à la sédimentation d’une conscience nationale parmi les citoyens et témoignent, par leur facture même, que la nation relève pour beaucoup d’une construction discursive10.

Notes

  1. Jacques Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p.141  []
  2. Charles Benoît, Quelques vues sur l’histoire et le génie de la langue française, Nancy, Berger-Levrault & Cie, 1878, p. 29. []
  3. Le Baron Descamps, Le Génie de la langue française et son rayonnement international, Bruxelles, Académie des sciences morales et politiques, séance du 30 octobre 1920, p. 13. []
  4. Voir supra ; Louis-Nicolas Bescherelle, Henri Bescherelle & Litais de Gaux, Grammaire nationale, 5e éd., Paris, Simon et Garnier frères, 1852 [1834], p. ii. []
  5. Ibid., p. 273-275. []
  6. Ibid., p. 13. []
  7. Jean d’Aisy, Le Génie de la langue françoise, Paris, Laurent d’Houry, 1685, respectivement p. 207 et 214. []
  8. Concernant l’hypothèse selon laquelle la tradition relève plutôt d’une invention des sociétés modernes pour donner l’illusion de leur longévité que d’une pratique pluriséculaire effective, voir Eric Hobsbawm & Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambrigde, Cambridge University Press, 2012. []
  9. À ce propos, voir Gilles Philippe, Sujet verbe complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890-1940), Paris, Gallimard, 2002. []
  10. À propos de l’idée que la nation relève d’une construction moderne plutôt que d’une entité pluriséculaire, nous renvoyons notamment à Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales. Europe XVIII-XIXe siècles, Paris, Le Seuil, 1999. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.