Les Rendez-vous du Jeu Vidéo à la BnF

Jeux vidéos à la BnF - - Laurent Julliand / BnF
Jeux vidéos à la BnF – – Laurent Julliand / BnF

De la console Odyssey à la PlayStation ou à la Super Nintendo, des cartouches aux logiciels en passant par les disques optiques, la BnF conserve les jeux vidéos diffusés en France et leurs supports : détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, elle est devenue un acteur majeur de la conservation du patrimoine vidéoludique.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéo ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 17 000 titres de jeux vidéo, français comme étrangers.

Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF. La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes.

Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels en salle P de la bibliothèque de recherche tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et en réalité virtuelle, est proposée en salle A de la bibliothèque tous publics.

Mardi 19 janvier 2021


De Wonder Boy à Streets of Rage 4, focus sur le département artistique du studio Lizardcube. Comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original ?

Entrez dans les coulisses de la conception de Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 ! Cette séance s’accompagne d’une session de « digital painting live » ; elle propose aussi un focus sur le département artistique du studio Lizardcube et montre comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original.

Séance animée par Marine Macq, avec Ben Fiquet (Art director) et Julian Nguyen-You (Background Supervisor) du studio français Lizardcube.

La conférence reviendra sur l’histoire du studio Lizardcube et le travail de direction artistique. Comment remettre au goût du jour des jeux créés au Japon il y a plus de 25 ans ? Quelles sont les contraintes ou les libertés à prendre quand le public et la technique ont autant évolué entre deux épisodes d’une même série ?

Pour en parler, Benjamin Fiquet (Art Director) sera accompagné de Julian Nguyen-You (Background Supervisor). La séance sera ponctuée d’une démonstration de digital painting (peinture numérique effectuée directement sur tablette graphique). L’entretien sera mené par Marine Macq, directrice et commissaire de la galerie d’art vidéoludique Pixel Life Stories.

Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 sont deux franchises Sega qui ont connu un très grand succès dans les années 1980-1990, par leurs grandes qualités en termes de gameplay, graphisme, musique (notamment pour Streets of Rage 4 ). Streets of Rage 4 a souvent été cité comme étant l’un des meilleurs jeux vidéo développés pour ces générations de consoles.

Les deux titres ont d’abord été développés pour les salles d’arcade, avant d’être adaptés sur les consoles de salon : notamment la première console de Sega (la Master System) puis la Mega Drive.

Wonder Boy a donné lieu à une dizaine de suites / remakes, publiés au fil du temps sur près d’une vingtaine de machines différentes. Streets of Rage 4 a lui connu trois épisodes entre 1991 et 1994, avant le 4e opus sorti en 2020. Les deux licences ont été régulièrement republiées, seules ou dans des compilations et jouissent d’une grande popularité auprès des communautés de joueurs et joueuses. Elles ont aussi connu beaucoup de produits dérivés, dont des adaptations en bande dessinée ou en nouvelles.

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube (ci-dessous) et sur Facebook.

Lundi 8 février 2021

Conférence initialement programmée le 3 novembre 2020. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de référence Une histoire du jeu vidéo en France aux Éditions Pix’n Love sur les débuts de l’industrie du jeu vidéo en France, ses auteurs Alexis Blanchet et Guillaume Montagnon reviennent sur leur travail de recherche, notamment à partir des ressources de la BnF.

Avec Marine Macq, enseignante conférencière en concept art, Alexis Blanchet, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, et Guillaume Montagnon, chercheur indépendant, suivie d’une séance de dédicace.

Mardi 2 mars 2021

Play-conférence : Assassin’s Creed Valhalla et les influences nordiques dans les jeux vidéo

Découvrez le dernier né de la série phare d’Ubisoft, Assassin’s Creed Valhalla , qui prend place à l’ère viking.

Séance animée par Romain Vincent, avec Laurent Di Filippo, maître de conférences à l’université de Lorraine

Mardi 6 avril 2021

Pionniers du jeu vidéo – Rencontre avec les créateurs du studio Silmarils

Au programme de cette séance, l’aventure de la société Silmarils (1987-2003), à l’origine de nombreux titres novateurs qui ont marqué l’histoire du jeu vidéo en France – Targhan, Transarctica, Deus, Asghan ou encore la série Ishar.

Séance animée par Alice Dionnet, doctorante en littérature comparée à l’université d’Orléans

Mardi 4 mai 2021

Play-conférence : La seconde guerre mondiale à travers Call of Duty : WWII et Battlefield V

À la veille des commémorations du 8 mai 1945, analyse de la vision du conflit mondial proposée dans les derniers épisodes de deux licences-phares du jeu de guerre, Call of Duty et Battlefield.

L’action des épisodes Call of Duty WWII (Activision, 2017) et Battlefield V (Electronic Arts, 2018) se situe pendant la Seconde Guerre mondiale. L’analyse de quelques moments-clés de ces deux jeux montre que les choix effectués sont une manière d’écrire l’Histoire.

Séance animée par Romain Vincent, avec Marjolaine Boutet, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie, et Rémi Cayatte, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Toulouse 3.

En pratique

  • Les Rendez-vous du Jeu Vidéo
  • BnF, site François-Mitterrand, 75013 PARIS
  • Selon les conditions sanitaires et les couvre-feu : en ligne 15h – 17h ou sur place 18h – 20h (vérifier sur le site bnf.fr)
  • Entrée gratuite – réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.