Le Web des années 1990 : 20 ans d’Internet Archive et 10 ans du Dépôt légal du Web en France

compo-parcours14La fondation Internet Archive, pionnière dans l’archivage du Web, fête en 2016 ses vingt ans, tandis qu’en France le dépôt légal du Web célèbre ses dix ans. Si l’archivage du Web est donc jeune, le World Wide Web l’est aussi : c’est en effet seulement cinq années après sa naissance que le souci d’archiver la Toile commence à prendre forme.

Développé au tournant de la décennie 1980-1990 au Cern, organisation européenne de recherche nucléaire située à la frontière franco-suisse, ce système fondé notamment sur l’hypertexte bénéficie de sa mise à disposition gratuite, mais aussi du développement des navigateurs, notamment le navigateur graphique Mosaic, lancé par Marc Andreessen et ses collègues de l’université d’Illinois en 1993. Le succès est au rendez-vous et, avec le Web, Internet commence à gagner le grand public. Cantonné jusque-là au milieu scientifique qui partageait la puissance de calcul des ordinateurs, échangeait des courriers électroniques ou effectuait du transfert de fichiers dès les années 1970, ou encore utilisé par les premiers adoptants des communications en réseau, Internet pénètre dans les foyers, grâce également à l’équipement croissant en informatique personnelle.

Aussi, quand l’Américain Brewster Kahle lance en 1996 ce projet un peu fou d’archiver la Toile mondiale au sein de la fondation Internet Archive, le Web a commencé sa diffusion. Toutefois l’offre de contenus en ligne est encore restreinte.

Si aujourd’hui Internet Archive peut s’enorgueillir de conserver 487 milliards de pages, son effort a été rejoint notamment par celui de bibliothèques nationales. Il y a dix ans, au sein d’un mouvement européen de plus en plus préoccupé par la conservation de ce patrimoine nativement numérique, reconnu par une charte de l’Unesco de 2003, la France se lançait officiellement à son tour. Dès le début des années 2000 elle s’est penchée sur la question, mais c’est en 2006, au sein de la loi DADVSI (loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information), que la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) se voient officiellement confier la mission de préserver et conserver le Web « français » au titre du dépôt légal : à l’Ina revient l’archivage des sites et contenus médiatiques liés au monde de l’audiovisuel, le reste est confié à la BnF.

Bien sûr il ne s’agit pas d’un archivage exhaustif : les captures des sites sont plus ou moins profondes, parfois qu’à un ou deux clics de profondeur. En outre à des collectes très régulières (les sites de presse sont par exemple archivés quotidiennement par la BnF), répondent des collectes plus ponctuelles, « collectes dites larges » qui, à la BnF, concernent en 2016 une fois par an quatre millions et demi de sites enregistrés en France ou produits par des Français.

Consultables aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France mais aussi dans plusieurs bibliothèques en région, les archives du Web de la BnF et de l’Ina gardent les traces de nos activités en ligne dans des domaines variés – personnels, professionnels, politiques, sociaux, économiques. Déjà le monde académique s’en empare, à l’instar de notre équipe de recherche, Web90, qui travaille à analyser le patrimoine, les mémoires et l’histoire du Web des années 1990 en France.

Les archives des années 1990 : des archives du Web comme les autres ?

Les archives que ce parcours a l’ambition de présenter – invitant l’internaute à parcourir une petite partie de l’histoire du Web en France dans les années 1990, partagent plusieurs particularités.

Rappelons tout d’abord que cette collection de la Bibliothèque nationale de France est constituée de fonds qui proviennent non pas d’un archivage « maison », mais d’une partie des extractions de données collectées par Internet Archive entre 1996 à 2000, dont le nombre et la qualité vont croissants au fur et à mesure que l’on s’approche de la fin de la décennie (sur les 17 300 domaines collectés de 1996 à 2000 que contiennent les archives de la BnF, 67 % des URL l’ont été en 2000).

Les captures ne sont pas régulières et certains sites français ont pu y échapper. Surtout, en raison notamment de limites techniques des outils de collecte, les archives du Web sont un univers de sources pléthoriques, mais aussi lacunaires. La collecte des archives est rarement très profonde, le chercheur se heurte à des pages non archivées, à des images manquantes et à des liens brisés. Des bizarreries apparaissent parfois au fil des pages (contenus liés l’un à l’autre qui ont pourtant plusieurs mois d’écart, sauts ou anomalies chronologiques, etc.) : si l’entrée dans la boîte noire des archives du Web permet en partie d’expliquer ces reconstructions, ouvrir celle-ci permet aussi de mieux comprendre ce qu’est le patrimoine nativement numérique et apporte des outils pour l’exploiter. Ainsi notre recherche a bénéficié, dans le cadre du projet Web Corpus 2016, de l’expérimentation du plein texte par la BnF dans le fonds. Avant, le chercheur devait connaître l’URL du site pour accéder à ces archives, ce qui impliquait de savoir précisément ce qu’il cherchait, d’avoir une idée précise du paysage global de la Toile et enfin de maîtriser les noms de domaine des sites – pour certains disparus et ayant pour d’autres changé, à l’instar du site france.diplomatie.fr devenu diplomatie.gouv.fr.

Nostalgie et spécificités du Web des années 1990

« C’était l’époque d’Internet de l’époque » chantait en 2015 le youtubeur Norman dans une vidéo devenue virale sur la Toile, évoquant les « connexions pourries », la lenteur du chargement des pages, mais aussi les sites populaires au cours de ces années – Lycos, Caramail, voila.fr ou Netscape par exemple.

Le Web des années 1990 – antérieur au tournant dit « 2.0 », qui verra se développer les blogs, Wikipedia ou encore les invitations à une participation plus soutenue des internautes, simplifiée aussi par les CMS (Content Management Systems) – est paré de caractéristiques, qualités et spécificités qui inspirent le regret et la nostalgie à certains pionniers : celle d’un club encore fermé et impliquant une certaine maîtrise technique pour produire des pages. Perçu comme un temps d’inventivité, c’est également le moment où foisonnent gifs et bandeaux « En construction » et où les pages personnelles côtoient les sites vitrines d’institutions et d’entreprises. Souvent encore peu interactifs, ces derniers se veulent informatifs ou occupent juste l’espace, enchaînant parfois les maladresses de débutants (informations non mises à jour, compteurs de visites affichant une fréquentation très faible, surcharge informative, architecture confuse, etc.). C’est aussi un design typique des années 1990 qui se révèle au fil des pages, moins formaté et standardisé qu’aujourd’hui, avec son goût des visuels tape-à-l’œil qui trouvera son plein épanouissement dans le succès de la technologie Flash au moment de la pré-bulle Internet.

Au-delà du folklore de ce Web conservé dans les pages personnelles, la Toile des années 1990 présente plusieurs caractéristiques qu’il convient d’avoir à l’esprit pour pleinement en apprécier les archives : il faudrait tout d’abord pouvoir imaginer la page en contexte, c’est-à-dire au sein d’une interface qui fut sienne et des navigateurs de l’époque (Mosaic, Netscape Navigator 3.04, Internet Explorer 4.0…). La typographie de certains sites, leur affichage en seraient différents. De même pour le terminal ou les interfaces : à l’époque vous auriez sûrement utilisé Windows 95 ou Mac OS 8 (1997). Mais il faut aussi penser un Internet plus lent, aux débits bien inférieurs à ceux d’aujourd’hui (l’ADSL ne se développe en France qu’à partir de 1999). Si le bruit du modem, les difficultés de connexions et celles de repérage dans la Toile sont une réalité des années 1990, elles s’atténuent à la fin de la décennie, tout en nous rappelant aussi que ces années sont celles des cybercafés, de la consultation limitée à quelques heures (les forfaits illimités n’apparaissent que progressivement) et de tout un apprentissage, qui passe par le Web, mais aussi par d’autres supports : presse généraliste et spécialisée (Internet Actu, Planète Internet, etc.), émissions dédiées (Cyber Flash sur Canal + ou J’m’en mail sur France 5), ou encore distribution de kits de connexion dans les grandes surfaces.

C’est aussi une période d’euphorie, qui précède l’éclatement de la bulle Internet au début des années 2000. Certains s’enflamment pour les promesses de la « Net Économie » ou de la « Nouvelle Économie », les start-ups et les stock options, alors que les médias s’émerveillent des succès rapides de quelques jeunes entrepreneurs. Tandis que l’entrée en bourse de Netscape marque au milieu des années 1990 les esprits de ceux qui font résolument l’apprentissage du Web mais aussi du commerce et de la communication en ligne, le monde professionnel s’adapte avec plus ou moins de facilité et d’inspiration à ce monde numérique en plein essor. Le discours d’Al Gore de 1993 sur les « autoroutes de l’information » est relayé rapidement en Europe et donne lieu à des réflexions au sein de la commission européenne et en France (rapport de Gérard Théry en 1995) sur les promesses attendues de ces nouveaux vecteurs puis, au début de la décennie 2000, d’une société de l’information. Mais déjà certains s’inquiètent des menaces qui pèsent sur la liberté dans laquelle se sont épanouis Internet et le Web à leurs débuts. Ce qui n’était qu’affaire d’« happy few » devient un média investi par une diversité d’acteurs et le vecteur d’ambitions et d’enjeux dont, aux côtés des entreprises, s’emparent également les politiques. À cet égard notre parcours des années 1990 en France peut être prolongé jusqu’en 2001, avec la création du Forum des droits sur Internet et les craintes que fait peser la loi LSQ (Loi sur la sécurité quotidienne).

Le contexte français

La France n’échappe ni à cette euphorie, ni à la vague de rapports commandés par le gouvernement et dédiés à Internet. Elle présente toutefois quelques spécificités au sein de l’Europe: on lui attribue tout d’abord un retard, qui désigne le Minitel comme coupable. La célèbre petite boîte beige distribuée aux Français dans les années 1980, ne voit son succès que progressivement reculer au cours de la seconde moitié de la décennie 1990. Elle a été à la fois le support et l’outil d’une première adaptation des Français aux dispositifs écran/clavier et aux services en ligne. Par sa sécurité, sa simplicité d’usage et son modèle économique stabilisé – contrairement à celui du Web, elle reste utilisée et appréciée, notamment de la part de certains fournisseurs de services.

De 100 000 en 1995, l’accès à Internet passe à 150 000 accès domestiques et 395 000 accès professionnels en 1996 et à 381 000 accès domestiques et 621 000 accès professionnels en 1997. C’est le moment du décollage en France des noms de domaine, mais Reuter estime toutefois en 1997 le nombre de sites français à seulement 21 367 contre 825 385 aux États-Unis. Si certains prennent le virage numérique avec enthousiasme et si la naissance de l’Internet Society ou encore de l’Association des utilisateurs d’Internet (AUI) réunit plusieurs de ces pionniers français, c’est seulement en 1997 à l’université de la communication d’Hourtin que le premier ministre, Lionel Jospin, se prononce avec vigueur en faveur de l’Internet et du Web. Cette prise de position aboutit l’année suivante au lancement du PAGSI – Programme d’action gouvernemental pour la société de l’information, qui définit six secteurs prioritaires parmi lesquels la culture, l’éducation ou les services publics.

Il s’agit de stimuler le Web en France, il s’agira aussi bientôt de stimuler un Web francophone. C’est d’ailleurs sur cette thématique que communique un certain nombre d’acteurs de la Toile comme Club-Internet.

Bien que le Web semble s’abstraire des frontières, il n’est toutefois pas possible de faire abstraction des réalités nationales et parfois locales. Aussi ce parcours se penche également sur des initiatives telles celles prises à Parthenay ou Issy-les-Moulineaux pour acculturer les citoyens et administrés aux possibilités du numérique, sur les politiques françaises, ou encore sur des espaces de consultation.

De spécificités il est aussi question dans les débats qui agitent la Toile des années 1990. L’affaire Monica Lewinski fortement médiatisée sur les réseaux a un célèbre prédécesseur par sa viralité en l’affaire française Gubler (il s’agit de la mise en ligne par un patron de cybercafé de Besançon du livre interdit en librairie que le médecin personnel de François Mitterrand, Claude Gubler, consacre au président décédé en 1996). Les discussions des acteurs français autour de la régulation d’Internet et de la Toile suivent des formes de protestation, rythmes et débats propres. De même les univers médiatiques développés sur la Toile, s’ils peuvent emprunter ou être directement liés à des modèles étrangers (voir les offres d’Infonie sur le modèle d’AOL ou Compuserve, le développement de Google à la fin de notre période, etc.) conservent aussi les traces de tentatives spécifiques d’innovation.

Une invitation à naviguer dans la Toile du passé

Décliné en onze thèmes invitant chacun à la découverte d’une douzaine de sites, ce parcours, s’il n’a pas vocation à l’exhaustivité et a dû renoncer à présenter certains sites dont les archives étaient trop lacunaires ou tout simplement absentes, a veillé à essayer de présenter le Web des années 1990 dans sa diversité : services publics sur la Toile, Internet commercial et espaces marchands, Web dit vernaculaire reflétant des productions des internautes via les pages personnelles, espaces militants, etc. Il a aussi cherché à problématiser ces entrées en fonction de traits saillants et souvent transversaux : approche par les architectures et le design des sites ; apprentissage du Web par les acteurs d’innovation puis par les internautes, dont témoignent les modes d’emploi et la pédagogie du Web qui se déploie sur celui-ci ; Internet et la Toile comme espace de débat et en débat. Pensant les producteurs de sites comme les utilisateurs, les pionniers et premiers adoptants comme les « newbies » (terme utilisé pour désigner les nouveaux arrivants, néophytes un peu perdus et maladroits) ce parcours se penche aussi sur les premières associations et institutions dédiées à l’Internet en France, sur la genèse des fournisseurs d’accès à Internet et des premiers hébergeurs de contenus, sur les intermédiaires. Il n’oublie pas les enjeux qui traversent la décennie : réaction du « monde du papier » et de la culture à l’arrivée de la Toile ; héritages médiatiques et télématiques ; terrain de créativité, de liberté d’expression mais aussi de tentatives de régulation et d’une gouvernance en gestation. Enfin la Toile, si elle nous parle souvent d’elle-même, est aussi le reflet d’une époque et nous parle des années 1990 et des événements qui les ont parcourues. Aussi nous vous invitons à embarquer pour une (re)découverte de ce Web du passé mais aussi des années 1990 …

Archive ouvre-toi !

Stéphanie Le Gallic, Louise Merzeau, Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer et Benjamin Thierry pour l’équipe Web90

Quelques références bibliographiques pour aller plus loin

  • Ankerson, M.S. (2015), « Read/Write the Digital Archive: Strategies for Historical Web Research », In E. Hargittai, C. Sandvig (eds.), Digital Research Confidential. The Secrets of Studying Behavior Online, Cambridge, MA : The MIT Press.
  • Aubry, S. (2010), « Introducing Web Archives as a New Library Service : the Experience of the National Library of France », Liber Quarterly, 20(2), p. 179-199. Disponible en ligne, url : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-00949993>.
  • Brügger, N. (2012), « Web History and the Web as a Historical Source », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, 9, p. 316-325. Disponible en ligne, url : <http://www.zeithistorische-forschungen.de/2-2012/id%3D4426>.
  • Cohen, E., Verlaine, J. (2013), « Le dépôt légal de l’internet français à la Bibliothèque nationale de France », Sociétés & Représentations, 1(35), p. 209-218.
  • Merzeau, L. (2012), « Faire mémoire des traces numériques. e-dossiers de l’audiovisuel « Sciences humaines et sociales et patrimoine numérique » », Ina expert. Disponible en ligne, url : <http://www.ina-expert.com/e-dossier-de-l-audiovisuel-sciences-humaines-et-sociales-et-patrimoine-numerique/faire-memoire-des-traces-numeriques.html>.
  • Merzeau, L. (2014), « Vers un Web temporel. Talk at the IIPC General Assembly. Disponible en ligne, url : <http://merzeau.net/vers-un-web-temporel/>.
  • Mussou, C. (2012), « Et le Web devint archive : enjeux et défis », Le Temps des médias, 2(19), p. 259-266.
  • Paloque-Berges, C. (2015), « L’imaginaire du « grand public » au tournant du Web (1993-1997) », Revue française des sciences de l’information et de la communication. Disponible en ligne, url : <http://rfsic.revues.org/1478>.
  • Paloque-Berges, C., Schafer, V. (2015), « Quand la communication devient patrimoine », Hermès, no 71, 2015, p. 255-262.
  • Schafer, V., Thierry, B. (2015), « L’ogre et la Toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du Web », Socio 4, p. 75-96.
  • Schafer, V., Musiani, F. et Borelli, M. (2016), « Negotiating  the Web of the Past », French Journal for Media Research, no 6, La toile négociée / Negotiating the Web. Disponible en ligne, url : <http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=952>.
  • Unesco. (2003), Charte sur la conservation du patrimoine numérique. Disponible en ligne, url : <http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=17721&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html>.

Remerciements

Ce parcours guidé n’aurait pas été possible sans le soutien, les fonds d’archives et le projet Corpus Web 2016 de la BnF. Nous remercions ici l’institution et, comme celle-ci ne peut exister sans les personnes qui la font vivre, nous remercions plus particulièrement l’équipe du dépôt légal numérique, en particulier Marie Chouleur, Annick Le Follic, Géraldine Camile, Sara Aubry, Peter Stirling, ainsi qu’Emmanuelle Bermès et tous ceux qui ont rendu possible cette idée et sa réalisation, notamment dans les coulisses techniques. Nous remercions également Pauline Mardoc, assistante de recherche à la BnF au cours de la réalisation de ce parcours, qui nous a aidés avec énergie et enthousiasme. Enfin le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) au projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01)1 nous a permis de lancer en 2014 la recherche qui trouve dans ce parcours guidé une valorisation à destination d’un public large, mais répond aussi à une ambition : celle de donner envie à ceux qui le découvriront de poursuivre leur navigation sans nous. L’archivage du Web ouvre des possibilités de recherche encore insuffisamment connues et passionnantes. Ceux qui s’aventurent dans cet océan de données y affrontent des questions scientifiques, méthodologiques, épistémologiques stimulantes et qui dépassent de loin la seule histoire du Web.

  1. Carnet de recherche du programme : <https://web90.hypotheses.org/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

6 réflexions au sujet de « Le Web des années 1990 : 20 ans d’Internet Archive et 10 ans du Dépôt légal du Web en France »

  1. Comme les années où on se souciait peu des cyberattaques sont bien loin. Ce genre d’événement nous rappelle les véritables raisons qui ont amené les fondateurs à créer internet et le réseau web.

  2. Dans les années 2000, j’avais signé avec la BNF un contrat autorisant celle-ci à archiver le site mauvaisgenres.com dédié aux littératures de genre. Ce site a existé de 1999 à 2005.

    Le site est-il toujours bien conservé et si oui sous quelle forme ? La dernière ?

    D’avance merci.

    1. Monsieur,
      Votre site http://www.mauvaisgenres.com/ a fait l’objet de plusieurs captures (2,5,18/4/2001 ; 1/6/2001 ; 30/3/2002 ; 29/3/2003 ; 2,7,19,22/4/2003 ; 18/3/2004 ; 3/4/2004 ; 12,14/5/2004 ; 24/12/2004 ; 5/1/2005 ; 12,17,23/3/2005 ; 15,21,26/5/2005 ; 16,18/6/2005) toutes conservées à la Bibliothèque nationale de France et consultables depuis les salles de lecture de la BnF. Tous les sites collectés par la BnF font l’objet d’une indexation « par URL », c’est-à-dire qu’il est possible d’accéder à chaque fichier à partir de son adresse. Afin de respecter le droit d’auteur, aucune diffusion en ligne n’est autorisée. A partir de l’URL http://www.mauvaisgenres.com/, un calendrier des captures permet aux lecteurs de la BnF connectés à l’interface de consultation du dépôt légal de l’internet de sélectionner la capture de son choix et de la consulter : la page d’accueil du site à la date choisie s’affiche et l’internaute peut naviguer sur le site en suivant les liens du sites (toute la profondeur du site n’a pas forcément été capturée). Pour en savoir plus, consulter les pages : http://www.bnf.fr/fr/professionnels/innov_num_dl_internet.html.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *