Cycle « Les écrivains et la presse » : George Sand et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Marie-Eve Thérenty, professeur à l’université de Montpellier III et Jean Rime, doctorant.

Informations pratiques

Jeudi 15 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Soutenance de thèse de Manel Achichi

Financée par le projet ANR DOREMUS (DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages)1, Manel Achichi a soutenu sa thèse de doctorat ce 15 février 2018.

Résumé de thèse

Des milliers d’œuvres musicales sont décrites dans des catalogues des institutions culturelles, dont le rôle est de stocker toutes les créations musicales à travers le catalogage et de les diffuser auprès du grand public. Cette thèse fait partie du projet DOREMUS -DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages- qui vise à explorer les données de trois grandes institutions culturelles : Bibliothèque nationale de France, Philharmonie de Paris et Radio France ; afin qu’elles puissent communiquer et être mieux utilisées par les différents publics. Elles ne gèrent pas toutes les données musicales de la même manière ou dans le même objectif. L’accès à l’information pertinente devient alors difficile, d’où la nécessité d’interconnecter ces données.

Abstract

Linking Heterogeneous Open Data – Application to the Musical Domain

Thousands of musical works are described in catalogs in cultural institutions whose role is to store all the musical creations through the cataloging and to stream them to the general public. This thesis is part of DOREMUS -Doing Reusable Musical Data- project which aims to explore the data of three major cultural institutions: Bibliothèque Nationale de France, Philharmonie de Paris and Radio France; so they can communicate and be better used by different audiences. They do not handle all of the musical data in the same way or for the same purpose. Access to relevant information becomes then difficult, hence the need to interconnect these data.

Jury

Préparée sous la direction de Zohra Bellahsene et de Konstantin Todorov à Montpellier, dans le cadre de l’I2S – Information, Structures, Systèmes, en partenariat avec le Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Micro-électronique de Montpellier (LIRMM) la thèse a été soutenue devant :

  • Mathieu D’Aquin, professeur d’informatique, National University of Ireland
  • Ollivier Haemmerlé, professeur d’informatique, Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Catherine Faron-Zucker, maître de conférence, Université Nice Sophia Antipolis

Soutenance

Le jeudi 15 février 2018.

En juin 2014, Manel Achichi avait soutenu son master intitulé : Extraction de données liées à partir de tweets pour leur publication sur le web de données.

Cette thèse peut être dédiée à la mémoire de Dominique Cotte décédé le 14 décembre 20172. Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication (laboratoire Geriico, Université de Lille-3), il était l’un des responsables du programme.

Pour en savoir plus

  1. Dans le cadre du programme ANR : ANR-14-CE24-0020 : Le numérique au service des arts, du patrimoine, des industries culturelles et éditoriales (DS0703) 2014 []
  2. Stéphane Chaudiron, « Hommage à Dominique Cotte », ADBS. Disponible en ligne, url : <https://www.adbs.fr/groupes/adbs-site-internet/hommage-a-dominique-cotte-36666> ; « Dominique Cotte (20 janvier 1956-14 décembre 2017) », Robin Goodfellow. Disponible en ligne, url : <https://www.robingoodfellow.info/pagesfr/rubriques/Dominique_Cotte.pdf> []

Cycle « Les écrivains et la presse » : Apollinaire et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Laurence Campa, professeur à l’université Paris Nanterre et Julia Ribeiro Thomaz, doctorante.

Informations pratiques

Jeudi 22 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Incursion dans les humanités numériques du Comité d’histoire de la BnF

Pour donner à voir la profondeur historique de la Bibliothèque nationale de France, son Comité d’histoire s’est livré à une modeste incursion dans le domaine des humanités numériques en géolocalisant les différentes implantations de la bibliothèque au fil de son histoire.

Depuis la librairie du roi, bibliothèque personnelle suivant le souverain au gré de ses pérégrinations et de ses résidences successives, jusqu’à la Bibliothèque nationale de France et ses 7 sites, en passant par la Bibliothèque royale, impériale, nationale, etc., la carte employant l’API Google Maps1, permet de filtrer au moyen de calques, les différentes localisations de la bibliothèque par siècles. Un clic sur les épingles permet d’obtenir un petit résumé historique ainsi que les dates extrêmes de l’implantation dans le lieu incriminé. Le classement par dates est celui du début de l’implantation (ex. le site François-Mitterrand ayant été ouvert en 1996, il se trouve classé au 20e s.).

Cette carte intègre aussi les bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI) d’autant plus que ces établissements sont habilités à mettre en place un accès à distance aux collections du dépôt légal de l’internet de la BnF2, devenant par là des emprises de la BnF en région. Cet accès à distance aux archives de l’internet de la BnF continue de se mettre progressivement en place.

Enfin, la carte propose un calque recensant les Centres techniques et les centres de recherche et sociétés savantes hébergés.

La carte omet les localisations relevant de l’action de Julien Cain en tant qu’administrateur général de la Réunion des bibliothèques nationales (1930-1977)3 puis directeur des Bibliothèques et de la Lecture publique (1946-1974)4 puisque cela reviendrait à proposer une carte à la fois du réseau de la lecture publique et des bibliothèques universitaires…

  1. Les fervents des logiciels libres et/ou open source voudront bien nous excuser de ne pas avoir employé l’outil uMap d’OpenStreetMap mais si la clé utilisée pour le libellé des calques fonctionne en mode édition, à l’enregistrement pour publication, uMap a toujours affiché le nom du calque et non la clé souhaitée… À preuve ici : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/implantations-de-la-bibliotheque-nationale-de-fran_196714#6/51.021/2.000 []
  2. Cf. Accès à distance aux archives de l’internet dans les BDLI : mémento, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/memento_acces_distant_archives_web.pdf>. []
  3. Cf. « Réunion des bibliothèques nationales », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9union_des_biblioth%C3%A8ques_nationales>. []
  4. Les services constituant la Direction chargée des bibliothèques et de la lecture publique qui relevait du Ministère de l’Éducation nationale, depuis 1932, est passée en 1974 sous la responsabilité du Secrétariat d’État aux Universités sous le nom de Direction des bibliothèques et de la lecture publique (par décret n° 74-613 du 27 juin 1974). []

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Appel à chercheurs 2018-2019 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2018-2019. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 40.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; histoire de la Bibliothèque nationale de France ; étude de la photographie et de l’histoire de la photographie.

Turpin [inventeur et industriel français spécialisé dans les explosifs, dans son laboratoire] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Thèmes de recherche

Les axes de recherche de l’appel à chercheurs de la BnF concernent trois principaux domaines :

  • Axe 1 : Études historiques du Comité d’Histoire de la Bibliothèque nationale de France
  • Axe 2 : Études sur la photographie et l’histoire de la photographie
  • Axe 3 : Études et valorisation des collections

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org.

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : aacbnf2018@sciencesconf.org

Date limite d’envoi des candidatures : 29 avril 2017

Parution : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Le programme Catalogue des monnaies celtiques (CMC) initié dans le cadre du plan triennal de la Bibliothèque nationale de France (BnF), visait à établir un nouveau catalogue commun des collections nationales des monnaies celtiques conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (MAN).

Après la publication en 2014 du 1er volume du catalogue consacrée aux Arvernes (Centre de la Gaule), c’est désormais le deuxième volume qui est paru consacré aux monnaies à la croix.

Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

L’auteur, Eneko Hiriart1, est chargé de recherche au CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060). Il a soutenue en 2014 une thèse de doctorat en Sciences Archéologiques (Ausonius, UBM), sous la direction de K. Gruel (DR. CNRS-ENS) et de Fr. Tassaux (PR. UBM) intitulée Pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (IIIe-Ier s. a.C.).

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Cette série entend se substituer progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet2 en mettant à disposition les deux fonds nationaux les plus importants en France, pour au final constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes.

Informations pratiques

  • Description
    Broché, 356 pages, 2500 illustrations, 21 x 29,7 cm, 1510 g.
  • Date de parution
    16 novembre 2017
  • ISBN/EAN
    978-2-7177-2744-9 / 9782717727449
  • Prix
    65 €
  • Editeurs
    BnF Éditions
  • Distributeur
    BnF Éditions
  • Disponibilité
    Disponible

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. sa page personnelle sur le site de son laboratoire, url : <http://www.iramat-crp2a.cnrs.fr/spip/spip.php?article260> []
  2. Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889, 1 vol. (XXVII-327 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759384k> (version standard), <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3990745> (version interfoliée et annotée). []

Hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie, 13/2

À l’occasion de la publication de la biographie de l’historien, Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, écrite par Stefan Lemny (BnF), et publiée par les Editions Hermann, le Centre de Recherches Historiques organise une séance en hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie, ce mardi 13 février, de 15h à 17h, dans la salle Lombard, 96, Bd. Raspail.

Programme

  • Alain Guery : « Une ethnographie historique de la société française, XIVe-XVIIIe siècle »
  • Stefan Lemny : « Les défis de la biographie d’un historien »
  • Emmanuel Le Roy Ladurie : « Témoignage d’un ancien directeur du CRH »
  • La séance sera animée par Fanny Cosandey, Béatrice Delaurenti et Thomas Le Roux.

Rappelons que le Centre de recherches historiques est un laboratoire de l’EHESS et du CNRS (UMR 8558) fondé en 1949 par Fernand Braudel. Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, lui succéda au Collège de France.

Parution de l’ouvrage : « Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire »

Stefan Lemny, chargé des collections d’histoire à la Bibliothèque nationale de France et spécialiste de l’histoire culturelle du XVIIIe siècle1 s’était attelé depuis plusieurs années à la biographie de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie.


La biographie Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire est la première à montrer la personnalité de l’historien dans toute sa complexité, à partir de fonds d’archives inédits et notamment ceux de l’historien même. En effet, Stefan Lemny, a gagné au fil des ans toute la confiance d’Emmanuel Le Roy Ladurie au point que ce dernier lui ait accordé généreusement le droit de consulter ses volumineuses archives personnelles et professionnelles.

Au-delà de l’historiographie, la biographie explore la vie intellectuelle des soixante dernières années, dont Emmanuel Le Roy Ladurie fut un incontournable acteur et un précieux témoin comme en témoignent les superlatifs qui l’ont désigné : Historien de haut vol, magicien de l’histoire, historien total.

Né en 1929, auteur d’ouvrages majeurs, parmi lesquels Paysans de Languedoc (1966), Histoire du climat depuis l’an mil (1967) et Montaillou, village occitan (1975), il a marqué de sa pensée et de sa plume l’historiographie de la deuxième moitié du XXe siècle, qui a vu s’affirmer des courants novateurs comme l’École des Annales, l’histoire quantitative ou l’histoire du climat.

Cependant, si l’œuvre est essentielle, elle n’explique pas seule sa renommée exceptionnelle. Le rôle qu’il a joué dans le développement de plusieurs institutions prestigieuses – l’EHESS, le Collège de France, la BnF, l’Institut de France – n’y a pas moins contribué. À cela s’ajoutent la place particulière qu’il a occupée sur la scène médiatique, ses prises de position dans les débats de société et son combat en faveur des droits de l’homme dans les années 1970 et 1980, au plus fort du totalitarisme communiste.

Historien marqué par l’Occupation puisqu’en tant que fils de Jacques Le Roy Ladurie, secrétaire d’Etat à l’Agriculture et au Ravitaillement sous le Régime de Vichy, Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi ce que Pierre Rigoulot a nommé un enfant de l’épuration2 ce qui peut constituer pour l’historien ce qu’Éric Conan et Henry Rousso considèrent comme un passé qui ne passe pas3. On le voit (cf. la table des matières ci-dessous), la biographie d’Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi une histoire familiale, celle des Le Roy Ladurie qui l’ont précédé,  ainsi qu’une histoire intellectuelle et politique de la France depuis la montée des périls, l’engagement au sein du Parti communiste français4, l’anticolonialisme, jusqu’aux luttes contre les dérèglements climatiques.

Informations éditoriales

  • Description
    Broché, 570 pages, 15 x 23 cm
  • Date de parution
    14 février 2018
  • ISBN/EAN
    978 2 7056 9508 8
  • Prix
    28 €
  • Editeur
    Hermann
    Collection Hors collection
  • Disponibilité
    Disponible

Table des matières

Avant-propos
Abréviations utilisées

I. La saga d’une famille

Les ancêtres
Edmond Le Roy Ladurie, l’entrepreneur
Emmanuel Le Roy Ladurie, le capitaine
Gabriel Le Roy Ladurie, l’oncle énigmatique
Jacques Le Roy Ladurie, le père agriculteur et politicien

II. Une enfance normande

Villeray
Le collège catholique Sainte-Marie à Caen
Le premier voyage
Au collège Saint-Joseph
Le journal du débarquement
Le bachelier

III. Les années d’études parisiennes (1945-1953)

La khâgne

D’Henri-IV à Lakanal
Les maîtres et les camarades
La conversion idéologique

Le Normalien

1949, l’année des grandes épreuves
Les nouveaux maîtres
Le militant communiste
Le leader syndical
Du théâtre à la presse
Les études et les premières recherches
Les amitiés

IV. L’expérience languedocienne

Sous les drapeaux
« Les promesses d’un excellent professeur »
Désillusions communistes
La naissance de l’historien

L’historien « à mi-temps »
Le chercheur au CNRS
L’assistant universitaire

De nouvelles recherches politiques et militantes

L’Union rationaliste
Socialisme ou barbarie
Le Comité de défense des libertés et l’Union
de la gauche socialiste
Le Parti socialiste unifié

Les cercles de l’intimité

V. Une première décennie de vie scientifique à Paris (1963-1973)

Au Centre de recherches historiques

L’âge des grandes enquêtes
Un promoteur de la coopération internationale
L’expérience américaine
Chercheur et enseignant

Aux Annales
Le Mai 68 de l’historien
De la Sorbonne à Paris VII
Au CRH après 1973

VI. De l’histoire des paysans à l’histoire du climat

Les Paysans de Languedoc (1966) : une thèse qui fait date
L’historien du monde rural
L’historien du climat
L’historien, l’ordinateur et la plume

VII. Au Collège de France

Les étapes d’une élection
Le cours inaugural : « L’histoire immobile »
Cours, séminaires et recherches
Un militant de base FO
Dans la routine des élections
En campagne pour Roland Barthes, Gérard Genette,
François Furet, Maurice Agulhon, Marc Fumaroli
Invités de prestige
Les dernières années : Pierre Bourdieu, Daniel Roche

VIII. L’histoire d’un best-seller : Montaillou, village occitan,
de 1294 à 1324

Dans l’atelier de l’historien : naissance d’un livre
Les premières réactions
La légende du tirage : les éditions françaises
Un village français qui a conquis le monde :
les éditions étrangères
Le succès mondial : à la une de la presse écrite
Rencontres publiques, radio, télévision
De l’enseignement au tourisme
De la bande dessinée au cinéma
Dans le miroir de la critique savante
Expliquer l’inexplicable

IX. L’âge de la nouvelle histoire

Le Territoire de l’historien et la nouvelle histoire
Carnaval et révolte, amour et mort, sorcellerie
Histoire de France : L’État royal et L’Ancien Régime
Le triomphe de l’égo-histoire : Paris-Montpellier.
P.C.-P.S.U. (1945-1963)
L’historien journaliste
Parmi les historiens
L’historien au micro et à l’écran
Le devoir de mémoire

X. L’historien dans la Cité

L’historien comme chroniqueur du temps présent
L’historien face au pouvoir
« CIEL !! Mon mari… »
Dans les autres lieux du militantisme : le Centre Royaumont,
la fondation Saint-Simon, ATD Quart-monde…
Contre l’invasion de l’Afghanistan et les JO de Moscou
« Une nation fidèle à son histoire » : la Pologne
Pour la défense des droits de l’homme

Au « centre du totalitarisme » : l’URSS
Les pays de l’Est
Les « boat-people »
Le Moyen-Orient
Le totalitarisme de la « périphérie » : l’Amérique latine

L’école, l’université, l’enseignement de l’histoire
Pour l’Europe
La défense des libertés
Contre l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie
Les marginaux : « Il faut faire quelque chose
pour ces malheureux »
Un combat sur (presque) tous les fronts

XI. À la tête de la Bibliothèque nationale

Un lecteur de longue date
La nomination d’un « administrateur d’exception »
De la BN à la BnF : la gestion d’une transition

La « BN bis » d’Emmanuel Le Roy Ladurie
La BN face à la « bibliothèque d’un type
entièrement nouveau »
La BN et la Bibliothèque de France : vers la fusion (1989-1992)
1993 : la dernière année de la BN

L’agenda du dernier administrateur général de la BN

En quête d’un « modèle idéal » de bibliothèque
Vers l’apaisement des conflits sociaux
Nouvelle direction, nouveaux chantiers
Enrichir, conserver et valoriser les collections patrimoniales
« Une fenêtre sur le monde » : le rayonnement de la BN
« Que n’aurais-je fait ! Toujours pour la BN »
Voeux pour le Nouvel an et adieux

Président du conseil scientifique de la BnF
Le retour du « lecteur de base »

XII. Le retour de l’historien à plein temps

De l’Académie française à l’Académie des sciences morales et politiques

Une cérémonie riche en symboles
L’activité de l’académicien

Le défi biographique : les Platter
Saint-Simon : une approche « essentiellement systématique »
Entrer dans un nouveau millénaire
L’âge des synthèses

Histoire de France des régions
Histoire des paysans français
Histoire humaine et comparée du climat
… et le combat de l’historien du climat

Une retraite active

Bibliographie sélective
Index des noms
Remerciements

  1. en particulier de la famille princière Cantemir. Nous renvoyons à sa bibliographie recensée à l’adresse url : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/lemny-stefan. []
  2. Pierre Rigoulot, Les enfants de l’épuration, Paris : Plon, 1993, 1 vol. (532 p.). En vertu du jugement rendu le 1er juillet 1949 par la Haute Cour de Justice, Jacques Le Roy Ladurie bénéficia d’un non-lieu. Emmanuel Le Roy Ladurie s’est attaché à publier les mémoires de son père, Jacques Le Roy Ladurie, Mémoires (1902-1945), texte établi et présenté par Anthony Rowley et Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris : Flammarion, Plon, 1997. []
  3. Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, [Paris] : Pluriel, DL 2013, 1 vol. (401 p.). []
  4. passé sur lequel Emmanuel Le Roy Ladurie, avec le franc-parler et le refus des tabous qui le caractérise a évoqué dans Paris-Montpellier : P.C.-P.S.U. [Parti communiste-Parti socialiste unifié], 1945-1963, [Paris] : Gallimard, 1982,  1 vol. (261 p.). []

Cycle « Les écrivains et la presse » : Zola et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Emile Zola en couverture de Floréal : l’hebdomadaire illustré du monde du travail / directeur Paul-Boncour ; éditeur-fondateur Aristide Quillet

Par Adeline Wrona, professeur à l’université Paris-Sorbonne CELSA et Alain Pagès, professeur à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, directeur des Cahiers naturalistes et responsable de l’équipe Zola de l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS).

Informations pratiques

Jeudi 8 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour la thèse de Cécile Kubik

Dans ce carnet de recherche nous avions annoncé la soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-20151. Aujourd’hui, quelques nouvelles de la suite de son parcours.

Sa thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe siècle (1800-1870) : des sources au concert, s’est vue décerner le Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour l’année 2017, dans le cadre des Prix de la Chancellerie des Universités de Paris dont la cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre 2017 au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Les prix solennels récompensent l’excellence de la valeur universitaire et scientifique d’une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année civile précédant l’année d’attribution. Ils s’adressent à tous les étudiants franciliens en droit et sciences politiques, sciences économiques et gestion, médecine et sciences, lettres et sciences humaines et pharmacie. Sur les 15 prix en Lettres et Sciences Humaines, seul l’un d’entre eux était destiné aux arts et à l’histoire ancienne. La musicologie n’a qu’une seule fois remporté les faveurs du jury dans l’histoire des Prix de la Chancellerie.

Avec cette distinction, c’est aussi le doctorat de Musique : Recherche et Pratique (Université Paris-Sorbonne/CNSMDP), qui obtient une reconnaissance.

Comme l’écrit Gilles Pécout, recteur de la région académique Île-de-France et de l’académie de Paris, Chancelier des universités, dans le livret des lauréats 2016 :

Loin de couronner seulement la fin d’un cursus, ces prix marquent aussi le début d’un parcours prometteur, et doivent contribuer à aider tous les jeunes docteurs primés à réaliser leurs ambitions dans la poursuite de leur carrière, notamment pour ceux d’entre eux qui deviendront chercheurs ou enseignants-chercheurs. C’est une reconnaissance académique marquante de leurs talents quoi doit les encourager à continuer leurs travaux, avec la même exigence et la même liberté, dans la voie qu’ils ont commencé à tracer.

Formons le vœu que cette ancienne  musicienne-chercheuse associée puis musicienne-chercheuse invitée Pasteur Vallery-Radot à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ainsi récompensée trouve, après sa qualification aux fonctions de maître de conférences (sections 18 et 22) un poste lui permettant de faire fructifier le doctorat « Recherche et Pratique ».

On peut toutefois s’étonner qu’un tel doctorat soit mis en place sans que la question du débouché professionnel permettant à la fois de mener des activités de recherche-enseignement et une pratique musicale n’ait été imaginé car, dans les faits, les postes proposés aux docteurs-interprètes concernent soit la recherche (maître de conférences en musicologie), soit l’enseignement dans les conservatoires et pôles supérieurs de musique. Rien encore ne semble leur permettre de poursuivre leur double activité professionnellement tout en étant évalués pour cette double compétence. Cécile Kubik, qui avait rendu compte des apports mais aussi des limites de ce doctorat « Recherche et Pratique », plaidait dès 2015 pour la création d’un statut d' »enseignants-chercheurs-interprètes »2.

  1. Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015, https://bnf.hypotheses.org/1135 []
  2. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique »», Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://hermes.hypotheses.org/44> []

Projet ANR (2017-2020) : SHAKK : Syrie : conflits, déplacements, incertitudes

Le projet Syrie : conflits, déplacements, incertitudes (SHAKK), coordonné par Anna Poujeau du Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre de son appel à projets générique 2017, CE26 Innovation-travail, « Instrument de financement : Projet de Recherche Collaborative (PRC) ».

Résumé du projet

Comprendre les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 constitue un enjeu épistémologique, éthique et également réflexif tant l’engagement du chercheur est devenu quasi inévitable. Financé par l’ANR, le projet SHAKK (« incertitude » en arabe) entend se saisir de ces différents enjeux dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Associant le Centre d’études en Sciences sociales du religieux (CéSor), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), l’équipe est composée de neuf chercheurs – anthropologues, politistes, historiens et linguistes – d’un ingénieur de recherche, spécialiste des Humanités numériques, ainsi que d’un conservateur spécialiste des archives audiovisuelles. Il s’agit tout d’abord de revenir sur la genèse de la révolte et des étapes de sa mutation en conflit guerrier à partir des acteurs, des trajectoires, des actions et des récits, jusque-là peu pris en compte. Nous analyserons de manière circonstanciée et située les reconfigurations politiques, religieuses, sociales, territoriales et mémorielles propres à ce contexte d’incertitude et de violence extrême. Nos recherches seront irriguées par une réflexion sur les relations brisées, suspendues et renouvelées par la révolte puis la guerre. Ces relations seront saisies à partir des notions de déplacement et d’indétermination. Déplacement et indétermination des centres de pouvoir ; des identités ; des frontières ; du religieux et du politique ; des catégories et des paradigmes. Ces deux notions sont particulièrement heuristiques pour penser ce moment de l’entre-deux – fait de ruptures, de désordres et de désaccords – qu’est la guerre. L’équipe de SHAKK engagera également une réflexion sur les méthodes d’enquête : nous travaillerons hors du territoire national syrien tout en cherchant à réduire au maximum la distance imposée par la guerre, en réalisant des enquêtes dans les pays limitrophes de la Syrie (Liban, Jordanie, Turquie et Kurdistan irakien) et en Europe (France, Suède et Allemagne) et en conduisant des entretiens avec des personnes restées sur place par le biais des messageries en ligne (Facebook, WhatsApp et Skype). De plus, et c’est là la nouveauté de ce projet, l’espace numérique – plus spécifiquement les nombreuses vidéos postées sur YouTube par les différents protagonistes de la révolte et de la guerre – constituera non seulement un site d’enquête privilégié dont les outils de collecte, et d’analyse devront être affûtés, mais fera également l’objet d’une réflexion sur la sauvegarde de la mémoire de ces événements.

Contribution de la BnF

Avec l’appui logistique, technique et l’expertise du département de l’Audiovisuel de la BnF, l’équipe prévoit de constituer des « corpus de chercheurs » et de concevoir des outils de collecte et d’archivage afin de poser les premiers jalons pour la constitution de collections en vue d’usages (scientifiques, juridiques, mémoriaux, artistiques) futurs.

L’un des objectifs scientifiques majeurs de ce programme est la constitution et la pérennisation d’un fond d’archives audiovisuelles de la révolte et la guerre en Syrie qui sera hébergé par le département de l’Audiovisuel.

L’organisation d’une journée d’étude en avril 2018 est souhaitée à la BnF autour des enjeux techniques, méthodologiques et mémoriaux de l’archivage de sources numériques et vernaculaires dans une perspective comparative.

Partenaires

Césor :

BnF :

IFPO :

Sciences pour tous, 1850-1900

En écho à l’exposition Sciences pour tous, 1850-1900, présentée du 25 avril 2017 au 27 août 2017 sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, un site web est publié à l’adresse url : http://expositions.bnf.fr/sciencespourtous/.

Sa direction scientifique a été  assurée par Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques, Marie Boissière, chargée de collections, département Sciences et techniques et Anne Boyer, chargée de collections, département Sciences et techniques.

Très iconographique, le site propose un accès chronologique :

  • années 1850 : création de nombreuses revues qui popularisent les sciences : Cosmos (1852), La science pour tous et l’Année scientifique et industrielle (1856).
  • 1863 : Jules Verne publie son premier roman : Cinq semaines en ballonw.
  • 1864 : création par Edouard Charton de la Bibliothèque des merveilles.
  • 1873 : création de la revue La Nature par Gaston Tissandier.
  • 1879 : Camille Flammarion publie son Astronomie populaire.
  • 1889 : Exposition universelle à Paris où les visiteurs découvrent la Tour Eiffel.
  • 1890-1891 : publication de La science amusante de Tom Tit qui aura de très nombreuses éditions jusqu’en 1914.

Un accès thématique fournit des entrées (diffusion, pédagogie, nature, médecine, voyage, techniques) permettant de consulter une importante iconographie commentée et des focus.

En complément une web série de 14 vidéos est également publiée : chaque épisode porte sur différentes thématiques retraçant l’histoire de la science populaire dans la seconde moitié du XIXe siècle, de la médecine à la chimie, en passant par l’hygiène et l’aéronautique.

Sciences dans les journaux.

La féerie scientifique.

Des vulgarisateurs engagés

Mademoiselle Lili.

La science amusante.

La vie sur Mars.

L’histoire d’une bouchée de pain.

L’hygiène pour tous.

Le livre d’or de la santé.

L’invention de l’automobile.

Un triste record.

Le roman scientifique.

L’invention du cinématographe.

Le Globe Céleste.

Par ces productions, la BnF contribue à sa façon à la stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle1.
  1. Remise de la Stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle, url : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-culture-scientifique-et-technique/Remise-de-la-Strategie-nationale-de-la-culture-scientifique-technique-et-industrielle>. []

Histoire de la BnF : Bibliothèque-musée de l’Opéra

Après la création du Comité d’histoire de la BnF,  certains de ses membres s’étaient attachés à publier des notices biographiques des différents directeurs de la Bibliothèque nationale du XIVe siècle à nos jours ainsi que des biographies des directeurs de départements « historiques » de la bibliothèque, à savoir les départements des Imprimés, des Périodiques, des Manuscrits, des Monnaies, médailles et antiques (directeurs du département des Monnaies, Médailles et Antiques depuis 1719 ; intendants et gardes du Cabinet des médailles des origines à 1753), et des Estampes et photographie.

Une lacune était à noter dans ce travail de nature prosopographique, paradoxalement le plus complet, celui de la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Rappelons que la Bibliothèque-musée de l’Opéra est rattachée à la Bibliothèque nationale depuis 1935. Elle tire son origine de la bibliothèque et des archives de l’Opéra, créés en 1866, et du musée, ouvert au public en 1881.  À la création du département de la musique en 1942, la bibliothèque-musée de l’Opéra lui est rattachée. Bénéficiant auparavant d’une direction, elle est désormais un service du département de la musique dont le directeur actuel, auteur du travail prosopographique, était l’adjoint au directeur de la bibliothèque-musée de l’Opéra.

La Bibliothèque est installée dans l’ancien « Pavillon de l’Empereur » du Palais Garnier, destiné à Napoléon III. Situé dans l’aile occidentale du bâtiment, côté jardin, ce pavillon comprenait une rampe d’accès à une rotonde « à couvert » pour les voitures à chevaux. À l’étage supérieur, se trouvaient un salon et un fumoir, d’où le chef de l’État pouvait accéder à sa loge. Après la chute du Second Empire, cet espace fut cédé à la Bibliothèque-musée.

La configuration actuelle de la Bibliothèque-musée de l’Opéra date de 1991. La salle de lecture occupe le salon, les expositions temporaires la rotonde basse, et les collections permanentes du musée l’ancien fumoir.

Avec le lancement d’un nouveau site du Comité d’histoire de la BnF (http://comitehistoire.bnf.fr/), cette lacune est désormais comblée.

En sus, en guise d’addendum, nous proposons à la communauté des chercheurs, historiens et amateurs de l’histoire de la BnF, une liste des archives conservées à la BnF concernant la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BMO) et dont une partie reste conservée à la BMO.

Soutenance de thèse de doctorat sur travaux de Charlotte Denoël

Le 17 février 2018, Charlotte Denoël, cheffe du service des Manuscrits médiévaux au département des Manuscrits  de la BnF, soutiendra sa thèse de doctorat sur travaux intitulée Pour une histoire globale du manuscrit médiéval. Les manuscrits, leur décor et leur circulation aux premiers siècles du Moyen Âge.

Jury

  • Mme Pascale Bourgain, professeur émérite, École nationale des chartes
  • M. Jean-Louis Charlet, professeur émérite, Université d’Aix-Marseille (rapporteur)
  • Mme Isabelle Marchesin, maître de conférences HDR, Université de Poitiers – INHA (rapporteuse)
  • M. Philippe Plagnieux, professeur, École nationale des chartes – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. François Ploton-Nicollet, professeur, École nationale des chartes
  • Mme Anne-Orange Poilpré, maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Soutenance

Le samedi 17 février 2018 à 14h.
École nationale des chartes, 65 rue de Richelieu Paris 2e

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?