Conférence « Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine », 15/12/2017

Les établissements du quadrilatère Richelieu, à savoir la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, l’Institut national d’histoire de l’art, et leur voisin le Centre allemand d’histoire de l’art, ont lancé un ambitieux programme de recherche sur l’histoire du quartier Richelieu.

Quadrilatère Richelieu

Le Quadrilatère Richelieu, qui tient son nom d’une des rues qui le délimite, est le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Autrefois composé du Palais Mazarin, de l’hôtel Tubeuf, de la galerie Mansart et de deux édifices abritant la Bibliothèque royale, il accueille la BnF dès la première moitié du XVIIIe siècle. La Bibliothèque de l’INHA, baptisée alors Fonds Jacques-Doucet, vient s’y installer en 1992, dans la salle Ovale. Elle y restera jusqu’à la fin 2016, date à partir de laquelle elle occupe la salle Labrouste (ancienne salle de lecture de la Bibliothèque nationale) avec également la bibliothèque de l’École nationale des chartes qui oc­cupe désormais la majeure partie de l’aile située le long de la rue des Petits-Champs.

Léon de Laborde, De l’organisation des bibliothèques dans Paris, 4e lettre : Le palais Mazarin et les habitations de ville et de campagne au XVIIe siècle, Paris, A. Franck, 1845, p. 4.

Le cardinal Richelieu, en faisant construire en 1634 son Palais Cardinal (l’actuel Palais Royal), ouvre la voie à la construction des terrains alentours. L’hôtel Bautru, situé à l’angle des actuelles rue Vivienne et rue des Petits-Champs, œuvre du tout jeune Louis Le Vau, est le premier édifice de ce nouveau quartier. Il devient en 1665 l’hôtel de l’Intendant des finances et surintendant des bâtiments du Roi, Jean-Baptiste Colbert, qui lui fait apporter quelques modifications. Au fil des années, l’hôtel change plusieurs fois de fonction : il abrite les écuries de Philippe d’Orléans, devient le bureau des Domaines puis, après la Révolution, la Caisse de la dette publique.

Au XIXe siècle, le quartier se modifie : très animé grâce à ses cafés et commerces, il voit se développer les passages couverts, qui offrent aux piétons des chemins protégés, ouverts sur des vitrines, leur permettant d’éviter l’encombrement, la boue et les crevasses alors courantes. La galerie Vivienne voit le jour en 1825 ; la galerie Colbert, sa sœur jumelle, deux années plus tard, en 1827.

Histoire du quartier Richelieu

Ce projet est proposé conjointement par le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art et porte sur l’histoire du « quartier » qu’ils occupent, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources  documentaires et les services aux publics sont immenses et complémen­taires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde.

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Séminaire « Histoire du quartier »

Vendredi 15 décembre aura lieu en Salle Walter Benjamin, INHA, 10h30-12h30, la séance inaugurale du séminaire « Histoire du quartier ».

Cette séance prendra la forme d’une conférence d’Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine.

Cette séance de séminaire inaugure une série de rencontres autour de l’histoire du « quartier » qui continuera d’évoluer avec la deuxième phase des travaux du quadrilatère. En effet, sur le parcours allant du Louvre à l’Opéra, près des Arts décoratifs, du Palais-Royal et de la Comédie française, Richelieu, avec ses deux entrées rue Vivienne et rue de Richelieu, deviendra en 2020 un pas­sage dans la ville, le lieu de découverte d’un patrimoine exceptionnel, ouvert à tous, au cœur de Paris.

Enregistrer

VERSPERA : numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime

Le projet de recherche VERSPERA est un ambitieux projet de  numérisation et de modélisation des plans du château de Versailles sous l’Ancien Régime. 16 000 images numériques issues d’un corpus exceptionnel et varié seront mises à disposition du public à partir du 11 décembre 2017. Cette démarche vise à la préservation d’un fonds unique, fragile et difficilement accessible jusqu’à aujourd’hui. Elle permet également de faciliter les restitutions numériques de certains espaces disparus de l’ancienne résidence royale.

Un ambitieux projet de numérisation

Depuis 2013, le Centre de recherche du château de Versailles pilote un projet inédit de grande ampleur. Ce programme, lancé en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise / ENSEA Cergy / CNRS), reçoit le soutien financier de la Fondation des sciences du patrimoine – LabEx Patrima et du ministère de la Culture.
Il s’agit d’une vaste opération de numérisation de près de 9 000 documents graphiques relatifs à Versailles de la fin des années 1660 au début du XIXe siècle (châteaux, jardins, parc, domaine et ville). Ces plans proviennent essentiellement des Archives nationales, mais également de la Bibliothèque nationale de France et de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. Ils seront consultables par tous sur les différents sites internet des différents partenaires.
Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format,
avec un appareillage prototype.

Un corpus exceptionnel

Ce corpus documentaire, composé de plans généraux, coupes, élévations, détails d’architecture ou de décoration, est exceptionnel par son histoire et son volume. Il est principalement issu du travail des premiers architectes du roi.
De Louis Le Vau à Richard Mique, en passant par Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte ou Ange-Jacques Gabriel, tous évoquent l’excellence de l’architecture française aux XVIIeet XVIIIesiècles. Ce rassemblement constitue l’un des plus grands fonds publics d’architecture, à l’instar des collections Tessin-Cronstedt-Härleman du musée national de Stockholm. C’est également le plus vaste ensemble documentaire sur l’architecture palatiale classique française des XVIIeet XVIIIesiècles.
La reproduction en images numériques de haute qualité de ce corpus unique a nécessité une importante campagne de restauration de 750 documents fragiles et précieux et la mise en place de procédures innovantes pour faire face à des défis techniques, notamment dus aux dimensions de certains documents de très grand format (jusqu’à 3 m x 4 m) ou à la présence de nombreuses et complexes retombes de papier.
Plan de la chapelle du château de Versailles et de la sacristie 1705-1708,
2 retombes relevées.

Un logiciel de modélisation

À partir de ces plans numérisés, le laboratoire ETIS a développé un logiciel original de modélisation 3D. L’exhaustivité du corpus ainsi accessible permettra des croisements jusqu’alors difficiles, voire impossibles matériellement.
Chacun pourra alors mieux appréhender la distribution des espaces, le fonctionnement et les usages, en fonction de la topographie de la résidence royale. En effet, depuis le XVIIesiècle, le château de Versailles a connu de nombreuses évolutions architecturales qui se sont succédées ou enchevêtrées dans les bâtiments (relais de chasse, résidence de plaisance, résidence officielle de la cour et du pouvoir royal, galeries historiques, palais national). Ces différentes identités empêchent aujourd’hui une lecture suivie des différentes étapes de construction et d’aménagements de Versailles.
Si la modélisation 3D à partir de plans d’architectes est commune aujourd’hui, un travail semblable à partir de plans anciens est un défi
pour le traitement numérique des images, du fait des particularités des documents (absence de normalisation des symboles, imprécision
des traits rectilignes, etc.) et de leur numérisation (marques de pliage, parfois filigranes). Les modèles 3D ainsi créés sont édités dans un format standard et peuvent être lus sur n’importe quelle application de visualisation, permettant de les manipuler, de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du modèle. Le logiciel VERSPERA dispose également d’une fonction de parcours 3D, générant une vidéo « subjective » dans le modèle à partir d’un trajet dessiné sur le plan par celui qui l’utilise. La diffusion de ce programme sera libre de droits.
La géométrie des modèles 3D est calculée par extrusion des murs à une
hauteur d’abord fixée arbitrairement. Ici pour la Chapelle royale.

Des reconstitutions virtuelles pour aller encore plus loin

Pour certains espaces du château présentant un grand intérêt historique, des étudiants de l’université de Cergy-Pontoise (licence professionnelle « Métiers du numérique : patrimoine, visualisation et modélisation 3D ») produisent des visites virtuelles réalistes et de grande qualité technique et esthétique.
Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé
par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique
– Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy-
Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

VERSPERA en chiffres

  • 7500 dessins des Bâtiments du roi sous l’Ancien Régime aux Archives nationales
  • 1000 dessins de la collection Robert de Cotte à la Bibliothèque nationale de France
  • 200 dessins issus des collections du château de Versailles.

Une présentation VERSPERA aux Archives nationales

Sur le site de Paris des Archives nationales, un espace de présentation du projet permet au public de visionner un court documentaire, véritable « making of » du projet, et de découvrir un exemple de reconstitution d’un lieu disparu aujourd’hui reconstitué grâce à VERSPERA, la petite galerie de Mignard, à l’aide d’une paire de lunettes 3D et après avoir téléchargé une application sur téléphone portable.
À partir du 22 décembre jusqu’au 31 mars, du lundi au vendredi de 10 h à 17 h 30, samedi et dimanche de 14 h à 19 h
Archives nationales, Site de Paris
60 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Retrouvez VERSPERA

Enregistrer

Enregistrer

Journée d’études « Films de recherche en Sciences sociales » (12/12/2017)

La Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel) et l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS) organisent une journée d’études en partenariat avec l’association « Filmer le travail ».

Le film a mis du temps pour s’imposer comme un outil de la recherche en sciences humaines et sociales. Aujourd’hui, des chercheuses et chercheurs d’horizons très divers y recourent, de manière régulière ou très ponctuelle. La journée d’études vise à mettre en lumière les conditions pratiques dans lesquelles sont écrits, tournés et montés de tels films, en relation avec les enjeux de connaissance qu’ils soulèvent. Chaque session s’articule autour d’un film post-produit à la cellule audiovisuelle du laboratoire de l’IIAC. Celui-ci a récemment effectué le dépôt à la BnF de l’intégralité de ses productions à ce jour.

L’approvisionnement d’une ville : Orléans / Georges Guastavi, réal. ; Danielle Sayegh, aut. ; Hélène Aymonier, concept.

Programme

10h : ouverture par Sophie Wahnich (IIAC) et Alain Carou (BnF)

10h15-11h45 : Salle 70
Lire des pratiques

  • La canne à mesurer l’eau, de Fabienne Wateau, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (2006), 28 min.
    Dans le nord-ouest du Portugal, pour partager l’eau d’irrigation retenue dans de petits bassins-réservoirs de flancs de coteaux, les ayant-droits fabriquent et utilisent un instrument de mesure simple et original : « la cana ». Il s’agit d’une canne de roseau graduée servant à mesurer des volumes d’eau. Son utilisation implique la connaissance des principes de roulement, d’équité et de partage collectif de la ressource, ainsi qu’une organisation sociale particulière qui se resserre au plus fort de l’été. De la fabrication minutieuse de l’objet à la distribution de l’eau dans les parcelles, le film relate les relations sociales finement tissées autour de cette activité.
  • Discutants : Joyce Sebag (Centre Pierre Naville, Université Evry-Val d’Essonne), Marc-François Deligne (ancien responsable de la cellule audiovisuelle de l’IIAC), Jean-Paul Gehin (Université de Poitiers)

12h30-14h00 : Petit auditorium
Cinéma de midi

  • Pittsburgh Police, de John Marshall (1974), 15 min.
    Peu de temps après une vague d’émeutes urbaines, l’anthropologue John Marshall se livre à l’étude de terrain des interactions entre la police et la population dans la ville de Pittsburgh.
  • Travailler à domicile, de Monique Haicault (1986), 10 min.
    En 1986, la sociologue Monique Haicault dirige une série de 31 portraits sur le travail à domicile : de la kinésithérapeute à l’enfileuse de perles en prison, à l’ouvrière à domicile, au traiteur antillais, en passant par le polisseur de couteaux ou le tailleur.
  • Pourquoi tu pleures, de Michèle Fiéloux et Jacques Lombard (2007), 26 min.
    Une séance de possession consacrée à la résolution d’un conflit au sein d’une famille à Madagascar.
    Avec la participation de Jean-Paul Gehin, Alice Leroy, Jacques Lombard.

14h15-16h : Salle 70
Filmer de la parole


  • Vivre chez Rothschild, de Daniel Friedmann, CETSAH (2003), 66 min.
    Daniel Friedmann a filmé durant deux ans, les résidents de la maison de retraite et de gériatrie de la Fondation de Rothschild, la plus importante de Paris. Le film capte la mémoire de leur passé tout en questionnant le présent où le sujet se confronte à la vie en train de se défaire. Leur reste-t-il quelque espoir en une frange de futur où s’investir ?
  • Discutantes : Christina Alexopoulos (INALCO), Corinne Fortier (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS)

16h15-18h : Salle 70
Répertorier des gestes


  • Les Argentypes de Jean-Marie Fadier, de Monique et Pauline Sicard, Institut des Textes et Manuscrits modernes (2012), 15 min.
    A l’heure où se banalise l’usage des petits appareils numériques tout automatiques, où chacun devient potentiellement témoin des événements du monde, il devenait urgent de filmer les gestes des créateurs et leurs travaux de laboratoire. Par le film, en complément des textes, nous espérons atteindre la dimension anthropologique de la photographie.
  • Discutants : Jacques Lombard (anthropologue), Arghyro Paouri (IIAC)

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70 et Petit auditorium
Entrée libre
Séances en présence des réalisateurs.

Colloque : Octave Mirbeau et les États-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde

L’Université de Chicago, la Bibliothèque nationale de France et la Société Octave Mirbeau organisent un colloque international consacré à la réception critique de l’œuvre d’Octave Mirbeau dans le Nouveau Monde.

Octave Mirbeau par Dornac (1858-1941)

Argument

Aux États-Unis, l’œuvre de Mirbeau a reçu très tôt un accueil favorable. Nombreuses furent en effet outre-Atlantique les publications en français de ses romans et de ses pièces les plus célèbres à destination d’un public francophone local, mais aussi les traductions qui parurent du vivant de l’auteur et tout au long du XXe siècle. Le XXIe siècle n’a fait que confirmer cet intérêt pour les écrits mirbelliens. Ainsi, en 2015, sont parues les premières traductions américaines de Dans le ciel1 et des 21 jours d’un neurasthénique2.

Cet intérêt jamais démenti d’un lectorat américain pour l’auteur du Journal d’une femme de chambre se double encore d’une réception critique à bien des égards remarquable. Dans aucun autre pays étranger sans doute, l’œuvre de Mirbeau n’a suscité une telle production d’études et d’articles scientifiques. Dès 1966, à une époque où Mirbeau était encore largement ignoré par l’université française,  Martin Schwarz, professeur à l’Université de Virginie, publiait sa thèse Octave Mirbeau. Vie et œuvre. A partir de cette date, les travaux consacrés à Octave Mirbeau se sont multipliés outre-Atlantique notamment sous l’impulsion de Robert Ziegler, professeur à l’Université du Montana, dont les études récentes3 ont contribué, par leur approche psychanalytique, au renouvellement des études mirbelliennes.

Le colloque « Octave Mirbeau et les Etats-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde », a pour but de faire dialoguer ensemble spécialistes américains et européens d’Octave Mirbeau autour de trois thèmes centraux dans l’œuvre mirbellienne qui ont particulièrement retenu la critique américaine : nature et animalité ; la représentation de la femme à la Belle Epoque et enfin littérature et peinture.

Nature et animalité chez Mirbeau

Pourfendeur de la société bourgeoise et technicienne, critique virulent de l’idée de progrès, Octave Mirbeau fut un ardent défenseur de la nature dans la lignée de Rousseau et de Montaigne. Cependant, cette défense de l’environnement, menacé de mort par la folie du système capitaliste, et des instincts naturels, par opposition aux « besoins artificiels » et à l’hypocrisie morale créés par la société moderne, n’est pas sans paradoxe. Pour Mirbeau, en effet, la nature obéit à « la loi du meurtre ». Il sait que l’homme si civilisé qu’il se prétende, est encore bien souvent dominé par des impulsions homicides qui lui viennent de ses ancêtres, les grands singes « cruels et lubriques ». Le monde naturel et animal est donc aussi celui de la cruauté décrite avec force et précision dans le Jardin des Supplices. Quelle part l’animalité occupe-t-elle dans la réflexion d’Octave Mirbeau sur l’homme et son devenir ? Qu’est-ce que l’animal peut nous apprendre sur la place et le rôle de l’homme dans le monde ? Comment Octave Mirbeau décrit-il les rapports entre le monde des hommes et celui des animaux, notamment dans son dernier roman Dingo dont le personnage principal n’est autre qu’un chien ? C’est à ces questions entre autres que la première demi-journée du colloque souhaiterait apporter des réponses en s’appuyant, si cela est jugé pertinent, sur les travaux théoriques récents dans le domaine des Animal Studies et de l’ecocritiscism qui ont vu le jour en Amérique du Nord.

La représentation de la femme à la Belle Époque

À l’instar de Léon Daudet qui dans un article de 1936 qualifia Octave Mirbeau de « gynophobe », on a souvent considéré l’auteur du Jardin des Supplices comme un des représentants les plus emblématiques de la misogynie Fin de siècle. Emily Apter dans les travaux qu’elle a consacrés à Mirbeau a contribué à renforcer cette image de misogyne associée à l’écrivain. La deuxième demi-journée du colloque consacrée à la représentation dans la femme à la Belle Epoque souhaiterait questionner cette interprétation univoque des écrits de Mirbeau en mettant notamment  l’accent sur la critique de la condition sociale réservée aux femmes présente dans les écrits romanesques (Le Journal d’une femme de Chambre) et les œuvres théâtrales (Les affaires sont les affaires). La question de la représentation de la femme chez Mirbeau sera encore abordée à travers l’analyse des trois adaptions cinématographiques du Journal d’une femme de chambre (Renoir, Bunuel et Jacquot) et de la réception de ces films outre-Atlantique.

Littérature et peinture

Octave Mirbeau fut une des plus ardents défenseurs de l’avant garde artistique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ami de Rodin et de Monnet, grand admirateur de Pissaro et de Camille Claudel, Mirbeau n’aura de cesse pendant toute sa vie de faire reconnaître l’art des Impressionnistes. La deuxième journée du colloque privilégiera deux axes d’analyse : la contribution d’Octave Mirbeau à la critique esthétique de son temps et les relations qu’entretiennent critique esthétique et création romanesque chez Mirbeau.

Programme

Mercredi 13 décembre
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, avenue de France, salle S70

  • 18h : conférence inaugurale « Octave Mirbeau et les Etats-Unis » par Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau.

Jeudi 14 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Nature, corps et animalité dans l’œuvre mirbellienne
Présidente de séance : Françoise Meltzer (Université de Chicago)

  • 9h – 9h30 : accueil et mot de bienvenue
  • 9h30 : Samuel Lair (Vice-Président de la Société Octave Mirbeau), « Le mythe de la nature chez Mirbeau » (titre provisoire)
  • 10h : Chloe VandenBerghe (Université Libre de Bruxelles), « Dans les yeux de Dingo : l’humain en question »
  • 10h30 : Alain (Georges) Leduc (Ecole supérieure d’Art de Lorraine/ESAL), « Dingo. Croc Blanc. Deux chiens politiques »
  • 11h – 11h15  : discussion
  • 11h15 -11h30 : pause
  • 11h30 : Anita Staron (Université de Lodz), « Les jardins de Mirbeau et de Rachilde – un rêve empoisonné »
  • 12h : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg), « Les langages du corps dans L’Abbé Jules »
  • 12h30-12h45 : discussion
  • Déjeuner

Jeudi 14 décembre
Octave Mirbeau et la représentation de la femme à la Belle Epoque
Président de séance : Pierre Michel (Société Octave Mirbeau)

  • 14h : Ludivine Fustin (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Le cynisme au féminin dans l’œuvre d’Octave Mirbeau »
  • 14h30 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « De l’insuffisance à l’excès : ambiguïté du consumérisme chez la femme mirbellienne »
  • 15h – 15h15 : discussion
  • 15h15 – 15h30 : pause
  • 15h30 : Lucia Campanella (Universidad de la Republica, Uruguay), « Réception de l’oeuvre de Mirbeau au Rio de la Plata : la figure de la femme travailleuse »
  • 16h : Elizabeth Muelsch (Angelo State University), « Le journal d’une femme de chambre et le journal d’une concierge. Sur la réception de Célestine et de Renée Michel aux Etats-Unis »
  • 16h30 – 17h : discussion

Vendredi 15 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Octave Mirbeau, critique d’art

  • 9h30 : Marie-Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Mirbeau amateur d’art et collectionneur éclairé »
  • 10h : Christian Limousin (poète et critique d’art), « Octave Mirbeau et l’érotisme dans l’art »
  • 10h30 – 10h45 : discussion
  • 10h45 -11h : pause
  • 11h : Andrei Pop (Université de Chicago), « Mirbeau, ennemi de l’absolu ? »
  • 11h30 – 12h : Annamaria Laserra (Université de Salerne), « La tentation de la science dans l’experience artistique de Lucien (Dans le Ciel) »
  • Discussion

Vendredi 15 décembre
Dans le Ciel. Littérature et peinture chez Octave Mirbeau

  • 14h : Ann Sterzinger (romancière et traductrice), « Dans le Ciel, une expérience de traduction »
  • Table ronde autour de Dans le Ciel : Annamaria Laserra, Ann Sterzinger, Christian Limousin, Marie-Bernard Bat, Pierre Michel

Enregistrer

  1. traduit par Ann Sterzinger []
  2. traduit par Justin Vicari []
  3. The Nothing Machine: the Fiction of Octave Mirbeau (2007) ; Octave Mirbeau’s Fictions of the Transcendental (2015 []

Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils

Dans le cadre du projet CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France, un atelier  intitulé « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils » a eu lieu le 16 octobre matin sur le site François Mitterrand. Organisé dans une logique de partage d’expertise, de création de synergies entre les institutions patrimoniales et le milieu de la recherche, il avait pour objectif de mener une réflexion commune sur les méthodes de description et de transcription de documents, les pratiques d’organisation et de stockage des données, les possibilités d’interrogation, et la publication des données et des résultats de la recherche.

La matinée s’est articulée autour de deux tables rondes correspondant aux deux principales phases d’un projet de recherche (analyse et valorisation) et a été rythmée par six séries de questions émises majoritairement par l’équipe de recherche du GRIPIC, laboratoire travaillant sur le programme de recherche GIRANIUM , ou Girardin numérisé, naissance des industries culturelles qui a pour objectif de mieux comprendre l’apparition des premières industries culturelles et médiatiques en France à travers le prisme d’une personnalité emblématique du journalisme français du XIXème siècle : Émile de Girardin (1806-1881). L’équipe GIRANIUM, qui accompagnera la BnF en 2018 sur le projet CORPUS, s’intéresse à plusieurs milliers de lettres qui constituent une partie de la correspondance de Girardin conservée à la Bibliothèque de l’Institut de France, qu’elle souhaite confronter avec plusieurs documents (notamment des titres de presse) conservés au département Droit, Économie et Politique de la BnF. Face à l’activité « massive » de Girardin et à un corpus aussi conséquent qu’hétérogène (en termes de typologie de documents, de supports, d’indexation, de formats, de traitement, de métadonnées et de droits associés), est évoquée l’idée d’un véritable vertige qui a donné lieu au premier débat, avec la question suivante :

« Comment fait-on pour garder la main sur son matériau et ne pas se perdre dans la masse et/ou dans la complexité des objets étudiés ? »

La première démarche de l’équipe GIRANIUM a consisté à travailler sur la correspondance de Girardin en adoptant une méthode de transcription-numérisation. Une matinée par semaine, les dix chercheurs se réunissent pour saisir/transcrire et photographier/numériser les lettres en constituant une base de données avec métadonnées associées. Toutefois la gestion de la richesse des liens, en l’occurrence des entités nommées à la fois présentes dans le corpus de la correspondance et dans le corpus documentaire de presse demeure problématique.

Aller à la rencontre d’autres projets, créer des synergies avec d’autres équipes ou institutions peut être une réponse à cette difficulté de gestion de la masse. Un effort de standardisation sommé à une réflexion sur l’interopérabilité pourrait faire dialoguer les corpus et mutualiser les outils d’analyse, au-delà des clivages entre disciplines et sujets de recherches.

La BnF de son côté est également confrontée à des masses de données. L’ensemble des données bibliographiques, c’est-à-dire les données qui décrivent les ouvrages conservés à la Bibliothèque, représentent plusieurs millions de notices qui posent une question d’hétérogénéité due aux différentes strates de catalogage cumulées au fil du temps et aux différentes sources de données.

S’est posée enfin la question de savoir si la masse documentaire envisagée pouvait relever du « big data ». Ni le volume des données explorées par le projet Giranium ni celui des données conservées par la Bibliothèque nationale de France ne semblent rentrer au sens strict dans les critères de volume, vitesse, véracité, visibilité, valeur adoptés pour définir les mégadonnées ou « big data »1 ; toutefois un autre critère peut contribuer à une définition plus vaste : celui de la pénibilité ou de l’impossibilité d’appliquer des traitements manuels.

« Quelle architecture de données permet le mieux de gérer cette complexité ? »

Figure 1 Modèles d’inclusion des métadonnées dans Standards et outils XML – Pierre-Yves Bluard, Pôle Document Numérique (MRSH Caen), École d’été « Autour de la bibliothèque du Mont Saint-Michel » (Avranches, 2016), 2016, URL : <http://www.biblissima-condorcet.fr/fr/standards-outils-xml>, consulté le 16 novembre 2017

L’illustration montre les modèles les plus répandus d’interaction entre métadonnées et données. Derrière ces différents modèles d’organisation peuvent être imaginés différents formats et techniques de description.

  • Selon le schéma 1, dit externe, les interactions entre les métadonnées et les données se font par des liens. Les métadonnées sont donc séparées des données mais liées grâce à des identifiants. Un exemple de cette organisation est le catalogue de la BnF qui se lie à Gallica grâce aux identifiants ARK.
  • Selon le schéma 2, dit encapsulé, les métadonnées sont à l’intérieur d’un document mais dans une zone particulière du document : par exemple l’en-tête dans le cas d’un document HTML.
  • Selon le schéma 3, dit englobant, les métadonnées englobent le document ; les données documentaires sont donc encapsulées dans la notice descriptive. Un exemple de ce modèle est une table des matières intégrée dans une notice de catalogue de bibliothèque.
  • Selon le schéma 4, données et métadonnées sont mélangées et interagissent de manière très proche. Un exemple de ce modèle est un document encodé en XML/ TEI2.

Chaque projet de recherche est différent en termes de ressources humaines, de financement, de durée, d’objectifs scientifiques et de compétences. Pour opérer un choix d’organisation des données il convient de placer le curseur à l’endroit qui facilite, pour le chercheur la constitution des données, et pour l’ingénieur de recherche leur récupération. Pour un projet court, aux moyens limités, l’utilisation de technologies simples (par ex. un document Word stylé) peut être préférable au choix d’une ingénierie lourde (type TEI), coûteuse en termes de financements. Dans le 2e cas, une mutualisation de la réflexion mais aussi des moyens financiers entre plusieurs équipes ou projets de recherche peut représenter une solution.

Le premier schéma se prête facilement au développement de dynamiques convergentes. En séparant au maximum les données des métadonnées, en suivant des standards, en convergeant sur vocabulaires et entités nommées, en attribuant et en utilisant des identifiants, la masse semble pouvoir être gérée de manière plus fiable.

La BnF a choisi ce modèle pour gérer ses données bibliographiques. Le rôle des identifiants ARK est alors fondamental. Ils permettent de faire le lien entre les métadonnées et les documents numérisés de Gallica. Un tel système d’identifiants permet aussi de contrôler et gérer ce qui relève d’une entité plutôt que d’une autre, à travers un travail de désambiguïsation souvent manuel qui devient alors réutilisable. Une limite est pourtant à considérer : la qualité inégale des données conservées par la BnF, certaines étant issues de conversions automatiques. Seules les données exposées dans data.bnf.fr bénéficient pleinement de ce travail de désambiguïsation.

« L’historique des collections, en particulier la différence de traitement entre les objets « de recherche » et les objets plus secondaires, influe-t-elle significativement sur la méthodologie des projets ? »

Dans l’histoire de la BnF il y a eu inévitablement une inégalité de traitement des notices. Les données ont une histoire, leur définition est l’expression d’une culture et d’une discipline, elles sont parfois pénétrées de subjectivité, ce qui rend souvent l’utilisation du point de vue des chercheurs problématique. Les choix de désambiguïsation ne sont pas les seuls biais présents dans les données bibliographiques conservées par la BnF. Le rêve, sinon l’utopie de l’exhaustivité du dépôt légal et la granularité du signalement (par exemple le catalogage au niveau du périodique mais pas au niveau de l’article) constituent d’autres sources potentielles d’incompréhension pour les chercheurs. Les données peuvent-elles être objectives ? Le catalogage se base sur des variables objectives de description données par les normes, mais cette objectivité s’arrête là où le niveau conceptuel commence. L’utilisation de règles permet alors de limiter cette marge de subjectivité mais encore une fois, dans cette stratification, dans ce palimpseste de choix, il est nécessaire aussi bien pour la Bibliothèque que pour le monde de la recherche de documenter la constitution et la définition des données, de mettre en avant leurs limites, d’échanger, d’abattre les barrières disciplinaires pour essayer de converger et mieux interpréter les résultats de la recherche.

« Comment gérer le statut incertain de la propriété intellectuelle dans des projets numériques ? Par quel moyens peut-on régler la question des droits de reproductions, à fortiori s’agissant d’objets hétérogènes (manuscrits, journaux, livres…) qui peuvent invoquer des droits différents ? »

Le deuxième débat autour de la valorisation d’un projet de recherche a été lancé à partir des questions juridiques.

Afin de gérer l’hétérogénéité non seulement des objets de la recherche mais aussi des droits associés, il est fondamental de distinguer les corpus sur lesquels ne s’appliquent pas de droits de propriété intellectuelle, c’est-à-dire les corpus qui font partie du domaine public, des corpus qui sont concernés par ces droits et qui pour être exploités exigent une autorisation des ayants droit.

Dans le premier cas, il revient à la Bibliothèque d’établir sous quelle licence elle distribue ses corpus et les rend réutilisables. Dans le deuxième, les demandeurs d’un corpus sous droit doivent obtenir l’autorisation auprès des tiers titulaires des droits.

Pour l’équipe GIRANIUM, les questions juridiques se posent dès la numérisation car le droit de la propriété intellectuelle inclut un droit de reproduction qui implique une autorisation préalable de l’ayant droit. Seules les institutions patrimoniales (bibliothèques, archives et musées) bénéficient d’une exception qui permet la reproduction et la représentation de documents protégés dans leurs emprises, à des fins de conservation.

D’autres droits peuvent s’appliquer à ce type de corpus : les contraintes liées aux données personnelles ou encore le droit moral, imprescriptible et inaliénable (droit de divulgation de l’œuvre, droit au respect de l’œuvre, droit de retrait et droit à la paternité).

Dans ce cadre juridique complexe et contraignant, la présence d’un juriste dans une équipe de recherche est souhaitable pour soulager les chercheurs d’une charge de travail non négligeable et pour étudier dans la mesure du possible les pistes de travail  qui permettent d’avancer dans le respect des droits (par ex. extraction de métadonnées sur lesquelles il est possible de travailler à distance).

« Faut-il tout « publier » ? Faut-il prévoir différents niveaux d’accès pour différents publics ? Et quelles interfaces pour quel public ? »

Une distinction existe entre les interfaces destinées au monde de la recherche et les interfaces qui s’adressent à un public plus large. Dans le premier cas, on parlera plutôt d’open research. Dans le second, des compétences spécifiques dans le domaine de la médiation numérique sont nécessaires pour le développement de récits à destination du grand public.

Que cela soit pour un public de pairs ou pour un public plus large, la réalisation de toute interface prévoit les mêmes canaux de communication, les mêmes typologies de publication : sites internet, blogs et réseaux sociaux. La différence réside dans le développement d’une stratégie éditoriale, dans l’investissement et dans l’attente de retours sur investissement.

L’équipe du GRIPIC, comme d’autres groupes de recherche travaillant dans une logique d’open research, scénarise le processus de recherche à travers un site internet, une bibliothèque numérique réalisée sur Omeka et un compte Twitter.

Du côté de la BnF, une question clé se pose : comment réinjecter les résultats de la recherche dans le système d’information de la Bibliothèque pour créer une circularité de la recherche ? Le fait d’ingérer des données produites par les chercheurs implique pour la BnF d’assurer la pérennisation d’objets évolutifs et dynamiques qui demandent à être standardisés pour être préservés.

L’enjeu de pérennisation des données est différent s’agissant de travaux éditoriaux, des sites internet par exemple. Une distinction entre données primaires, structurelles, et données secondaires, publications, pourrait être opérée et demanderait deux stratégies de conservation différentes.

Dans cette perspective de circularité et durabilité, la valeur patrimoniale que la recherche peut apporter aux données conservées par des institutions est un élément à considérer.

« Comment décrire visuellement la ressource ? Quels formats et quels dispositifs employer pour rendre compte des liens entre données, textes, images, visualisations ? »

Le projet GIRANIUM prévoit de réaliser une cartographie de lieux et des réseaux de sociabilité en utilisant des outils de data visualization. Dans ce domaine, peu de normes existent, la tendance étant de développer toujours des visualisations différentes en fonction du projet. Existe-t-il des enjeux de standardisation des données derrière la représentation visuelle et la forme qu’elle prend ? Certaines visualisations, la cartographie par exemple, permettent un accès et une compréhension immédiate.

Qu’elle suive des normes ou pas, la réflexion sur l’interface, sur le rendu graphique d’un projet de recherche devrait être présente dès l’origine du processus. Cela demande, comme pour la gestion des métadonnées, une attitude en apparence paradoxale mais nécessaire pour mener un projet de recherche aujourd’hui : l’anticipation des problématiques de valorisation dès l’amont du projet.

Face à cette difficulté, une réponse peut résider dans la généralisation des outils et des méthodes ainsi que dans le partage des récits de projets de recherche antérieurs, forme d’apprentissage et d’échange importante.

L’atelier  « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils » s’est conclu sur la reconnaissance de l’apport de la mutualisation et de l’échange entre équipes de recherches et institutions pour faire progresser ces questions méthodologiques liées à l’analyse et la valorisation des corpus numériques.

Un deuxième atelier, cette fois-ci centré sur le sujet plus spécifique de la géolocalisation et de la spatialisation des documents patrimoniaux, est planifié le 30 novembre 2017.

Ces échanges constitueront un capital important qui contribuera dans le cadre du projet Corpus à la définition de services opérationnels capables de répondre aux évolutions, aux besoins et aux attentes du milieu de la recherche.

Eleonora MOIRAGHI

Enregistrer

  1. Nicole Bidoit-Tollu et Anne Doucet, La diversité des données dans Les Big Data à découvert, sous la direction de Mokrane Bouzeghoub et Rémy Mosseri, CNRS Éditions, 2017, p. 25. []
  2. TEI (Text Encoding Initiative), <http://www.tei-c.org/index.xml>, consulté le 16 novembre 2017 []

Lieux de contre-mémoire Une histoire des mémoires de l’immigration maghrébine à travers les archives du web

Cette après-midi d’étude met au centre les archives de l’internet comme source pour l’histoire des mémoires migrantes et plus largement pour l’histoire du temps présent. Si le web apparaît aujourd’hui comme étant incontournable pour analyser les formes de mise en récit du passé qu’il s’agisse de mémoires individuelles ou d’usages de l’histoire, les transformations récentes ne peuvent se comprendre sans les replacer dans l’épaisseur des temporalités, notamment en revenant sur la médiatisation des mémoires de l’immigration maghrébine durant la période qui précède l’essor du web en France. Les dispositifs mémoriels en ligne sont en effet le fruit d’une recomposition des pratiques et des modes de médiation antérieures, remontant à la seconde moitié du XXe siècle. Ces filiations rencontrent sur la Toile les problématiques propres aux années 2000 à l’image d’une lecture religieuse ou d’une interprétation post-coloniale de l’histoire de l’immigration. Dans le même temps, le web participe à la fabrique commémorative comme en témoigne le cinquantième anniversaire du 17 octobre 1961 et les trente ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Durant cette demi-journée, l’accent sera donc mis sur l’histoire de la mise en visibilité des mémoires de l’immigration maghrébine dans l’espace public, depuis les premiers ouvrages-témoignages des années 1950 jusqu’aux déploiements des récits sur le web dans les années 2000.

Le parcours guidé dans les Archives de l’internet intitulé « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur la toile (1999 – 2014) » réalisé par Sophie Gebeil, chercheuse invitée à la BnF, sera présenté à cette occasion.

Peter Stirling (BnF, service du Dépôt légal numérique)
Ceci n’est pas le web : les archives de l’internet comme source pour la recherche

Yvan Gastaut (maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis)
Mémoires de l’immigration maghrébine en France, émergences politiques et médiatiques (1981-2007)

Sophie Gebeil (maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, chercheuse invitée à la BnF)
Les mémoires de l’immigration maghrébine sur web français de 1999 à 2014, une histoire entre héritages et métamorphoses

Après-midi d’étude animée par Cristina Ion (BnF, chef du service Sciences sociales)

Informations pratiques

Mardi 5 décembre 2017 – 14h00-18h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Enregistrer

Gallica Studio, une autre expérience de Gallica

À l’occasion de la seconde édition de son Hackathon, la BnF lance Gallica Studio, un espace qui se veut à la fois terrain de jeu, boîte à outils et vitrine pour les réutilisations innovantes et créatives des contenus disponibles dans Gallica (Bibliothèque numérique de la BnF). En phase avec les nouveaux usages de Gallica apparus au fil du temps dans les différentes communautés d’utilisateurs, Gallica Studio entend placer les Gallicanautes et leurs réalisations au cœur de son dispositif.
Des tutoriels Do It Yourself au test de nouveaux outils en passant par les GIF animés, Gallica Studio est un espace pour transformer, accommoder, améliorer Gallica. Les projets collaboratifs entendent occupent une place centrale. Aussi, es chercheurs, développeurs, amateurs ayant un projet à soumettre sont invités à le faire via ce formulaire.

Parmi les projets collaboratifs mentionnés figure le projet Gallicarte, un projet de géolocalisation des résultats de recherche dans Gallica, soit le lauréat du Hackathon 2016. Ce projet consiste à afficher les résultats d’une recherche effectuée dans Gallica sur une carte. La nouvelle fonctionnalité permet de visualiser, par exemple, l’ensemble d’un fonds photographique géolocalisé sur une carte interactive en présentant les documents et leurs métadonnées issues du catalogue.

Le projet lauréat Hackathon 2017, Musiviz, qui permet de visualiser les contenus audio dans Gallica intègrera également Gallica Studio. Musiviz entend caractériser les enregistrements sonores de Gallica (longueur, catégorie : interview,  morceau de musique, etc.) afin d’en faciliter la recherche et donc l’accès.

En voici la présentation :

Et l’ensemble de l’équipe :

BnF, François Mitterrand, Hackathon, 26/11/2017

Enregistrer

Biennale d’art numérique de la BnF : contribution de la critique au Net Art

Qu’est-ce qu’une oeuvre d’art numérique ? Comment cet art s’est-il construit durant les vingt dernières années ? Comment cet objet d’étude aussi riche que complexe est-il abordé par la critique d’art ?
Autant de questions qui sont posées lors de la Biennale d’art numérique et en particulier de la journée d’étude organisée à la Bibliothèque nationale de France.
En parallèle, plusieurs oeuvres sont exposées ce même jour dans deux salles voisines.

Informations pratiques

Mercredi 6 décembre 2017 – 09h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Journée d’étude : Les Ateliers du livre : L’histoire des bibliothèques : état de la recherche (2)

« Où en est la recherche sur les bibliothèques » ?
La Bibliothèque nationale de France posait déjà cette question en 2010, dans le cadre du premier « atelier du livre » qu’elle consacrait au sujet. Sept ans après, en partenariat avec l’École des chartes et l’enssib, une nouvelle session est organisée qui se propose de faire un point d’étape et de donner à voir un « instantané » de la recherche sur l’histoire des bibliothèques au 14 décembre 2017.
En effet, dans un contexte marqué par le développement ininterrompu des nouvelles technologies, et notamment du numérique, il semble particulièrement pertinent de réfléchir à l’histoire de ces institutions millénaires et à leur continuité.
Sur un plan scientifique, l’histoire des bibliothèques peut être perçue comme une branche de l’histoire du livre, domaine pluridisciplinaire par excellence, qui évolue en élargissant sans cesse son périmètre de recherche vers d’autres thématiques. L’histoire des bibliothèques publiques et privées rencontre de plus en plus celle d’autres institutions comme les archives ou les musées. Elle étend son champ d’investigation à l’histoire de la lecture, aux transferts culturels, aux programmes architecturaux, aux pratiques professionnelles ou encore aux représentations symboliques et imaginaires auxquelles ces institutions peuvent être associées dans la mémoire collective.
Tout au long de cette journée d’étude, des chercheurs, enseignants, doctorants, des historiens et des bibliothécaires présenteront de manière synthétique le dernier état de leurs travaux.
L’année 2017 ayant été riche d’expositions consacrées aux bibliothèques, des « focus » sur certaines d’entre elles permettront également de revenir sur les actions menées et d’en dresser le bilan.

What news about the history of libraries » ? Seven years after a first workshop dedicated to this subject,  the French National Library, in partnership with the École des chartes and the enssib, has decided to take stock and to study the research conducted nowadays on the history of libraries.
Indeed, in a context marked by the development of new technologies, digitalization mainly, it seems important to think about these historical institutions and their continuity.
The history of libraries is part of the History of the book, a multidisciplinary subject that includes private and public libraries and their links with other institutions like archives or museums. Its area of research includes also the history of reading, the history of architecture, professionnal practices, social and imaginary representations.
During the whole day, students, scholars, librarians, historians, will speak about their works. The year 2017 was also rich in exhibitions about libraries : two of them will be presented.

Rayonnages de livres dans les anciens locaux de la Bibliothèque municipale, rue Lakanal, Toulouse

Programme

  • 9h30 : Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
    Yves Alix, directeur de l’enssib
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h : Introduction à la recherche sur les bibliothèques médiévales
    Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes
  • 10h10 : Les bibliothèques privées en France et en Italie à la fin du Moyen Age (fin XVe-début XVIe)
    Anne Tournieroux, chercheur associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris
  • 10h30 : Introduction à la recherche sur l’histoire des bibliothèques au XVIe siècle
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h40 : Les livres scientifiques dans les bibliothèques parisiennes au XVIe siècle
    Alissar Lévy, élève de 3e année à l’Ecole des chartes
  • 11h-11h20 : Questions et pause
  • 11h20 : Focus sur une exposition : « Une Renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène » (du 8 juillet au 22 octobre 2017, musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux, en partenariat avec la BnF)
    Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 11h50 : Livre religieux et société au Mans, des Guerres de religion au XVIIIe siècle
    Tiphaine Foucher, élève-conservateur à l’enssib
  • 12h10-12h30 : Questions
  • 14h00 : Archives en bibliothèques: pratiques bibliothécaires et savantes aux XVIIe et XVIIIe siècles
    Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université
  • 14h30 : Une histoire des bibliothèques à travers leurs décors (1627-1851)
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE
  • 15h00 : Dernières nouvelles d’Antoine-Alexandre Barbier : recherches en cours sur les bibliothèques des palais de la Couronne au XIXe siècle (1800-1870)
    Charles-Eloi Vial, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 15h30-16h00 : Questions et Pause
  • 16h00 : Focus sur une exposition : « De Genève à Reims, la collection Louis Dumur (1863-1933) » (du 16 septembre 2017 au 6 janvier 2018, Bibliothèque Carnegie de Reims)
    Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, directrice de la bibliothèque Carnegie de Reims (sous réserve)
  • 16h30 : La Bibliothèque a-t-elle un genre ? Questions de genre et de sexualité dans les systèmes d’indexation à la BnF : un espace de recherche à déployer
    Florence Salanouve, conservatrice des bibliothèques, Université de Nice Sophia Antipolis et chercheuse associée à la BnF, département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, service Sciences Sociales
  • 16h50-17h : Questions
  • 17h : Conclusion de la journée
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Program (english)

  • 9h30 : General introduction
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
    Yves Alix, directeur de l’enssib
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h : Introduction to the research on medieval libraries
    Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes
  • 10h10 : Private libraries at the end of Middle-Ages in France and Italy (end of fifteenth century – beginning of sixteenth century)
    Anne Tournieroux, chercheur associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris
  • 10h30 : Introduction to the research on the history of libraries during the sixteenth century
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h40 : Scientific books in Parisian libraries during the sixteenth century
    Alissar Lévy, élève de 3e année à l’Ecole des chartes
  • 11h-11h20 : Questions, break
  • 11h20 : A focus on an exhibition : « A Renaissance in Normandy : Georges d’Amboise, bibliophile and sponsor » (from July to October 2017, museum of Art, History and Archeology, Évreux, in partnership with the French national Library)
    Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 11h50 : Religious book and society in the city of Le Mans, from religious wars to the eighteenth century
    Tiphaine Foucher, élève-conservateur à l’enssib
  • 12h10-12h30 : Questions
  • 14h00 : Archives in libraries : professionnal practices of librarians and scholars during the seventeenth and eighteenth centuries
    Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université
  • 14h30 : A history of libraries through their decorations (1627-1851)
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE
  • 15h00 : Last news about Antoine-Alexandre Barbier : researchs on the libraries in the palaces of the French crown during the nineteenth century (1800-1870)
    Charles-Eloi Vial, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 15h30-16h00 : Questions, break
  • 16h00 : A Focus on an exhibition : « From Genève to Reims : the library of Louis Dumur (1863-1933) » (From September 2017 to January 2018, Carnegie Library, Reims)
    Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, directrice de la bibliothèque Carnegie de Reims (sous réserve)
  • 16h30 : Does the library have a gender ? Questions of gender and sexuality in the indexing systems of the French national Library : an area of research to develop
    Florence Salanouve, conservatrice des bibliothèques, Université de Nice Sophia Antipolis et chercheuse associée à la BnF, département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, service Sciences Sociales
  • 16h50-17h : Questions
  • 17h : Conclusion of the day
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Informations pratiques

Jeudi 14 décembre 2017 – 09h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Api et jeux de données de la BnF : découvrez et utilisez les données de la BnF

Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données, ce 23 novembre, la Bibliothèque nationale de France lance un nouveau portail donnant accès à ses API1 et ses jeux de données.

Le site web (http://api.bnf.fr/) a pour objectif de décrire et documenter l’ensemble des API qui permettent  d’interroger et de récupérer les métadonnées des catalogues et les collections numérisées de la BnF. Pour faciliter l’accès aux données et leur utilisation, des jeux de données (images et textes, métadonnées, statistiques) ont également été constitués et sont directement téléchargeables via le portail. Chaque API ou jeu de données y donne lieu à une présentation du contenu, une documentation technique, des précisions sur les droits d’utilisation et un accès direct aux données.

Le caractère ludique des ces données n’est pas à exclure car elles sont aussi mises à disposition pour que tout à chacun et notamment les chercheurs en humanités numériques les exploitent et inventent de nouveaux services ou fassent émerger de nouvelles problématiques liées aux données.

Vous trouverez notamment sur BnF API et jeux de données :

  • l’API d’affichage et de récupération des images de Gallica (IIIF), les API d’interrogation des métadonnées de Gallica et de BnF Catalogue général (SRU, Z39.50, OAI) et le sparql endpoint de data.bnf.fr,
  • des jeux de données qui constituent des extractions d’ensembles cohérents des catalogues (produits bibliographiques, dumps de data.bnf.fr),
  • des corpus documentaires réalisés dans le cadre de projets de recherche, par exemple les fichiers images et textes constitués dans le cadre du projet Europeana Newspapers,
  • des pages éditoriales (qui s’étofferont au fur et à mesure de l’avancée du projet) destinées à guider les utilisateurs dans la découverte et le choix des modes de récupération des données qui conviennent à leurs besoins.

Par cette publication, la BnF poursuit sa stratégie d’ouverture des données affirmée par l’adoption en 2014 de la Licence ouverte  pour l’ensemble de ses métadonnées, en structurant l’ensemble de son offre de diffusion de données. Il s’agit de simplifier ainsi l’accès à ces données et de susciter de nouveaux usages (alimentation de catalogues, création d’applications innovantes, fouille de données, datavisualisation, etc.) auprès de publics professionnels diversifiés (développeurs et développeuses, entrepreneurs et entrepreneuses, acteurs et actrices de la culture et de la chaîne du livre, chercheurs et chercheuses, digital humanists) ou tout simplement des amateurs et amatrices de culture.

Cependant, des conditions d’utilisation des données décrites et accessibles sur le portail BnF API et jeux de données sont différentes selon qu’il s’agit de métadonnées (Licence ouverte de l’Etat) ou de documents numérisés (conditions d’utilisation de Gallica). Pour certaines API et jeux de données fournis par des partenaires, des conditions d’utilisation spécifiques peuvent s’appliquer. Sur chaque page décrivant une API ou un jeu de données, la fiche technique précise la licence d’utilisation des données concernées.

L’ensemble des métadonnées décrivant les collections de la BnF (notamment les métadonnées de BnF Catalogue général, de BnF Archives et manuscrits, de Gallica, de data.bnf.fr) sont placées sous « Licence ouverte » de l’Etat.

Les métadonnées sont ainsi mises à disposition gratuitement, pour tout type de réutilisation, y compris commerciale, avec obligation de citation de la source. Il s’agit de promouvoir l’usage de données de référence et de qualité, sur le web, à des fins de mutualisation, de coopération et d’interopérabilité juridique, tout en permettant le suivi de ces réutilisations.

Les documents numérisés et accessibles sur la bibliothèque numérique Gallica sont soumis aux conditions d’utilisation de Gallica.

Ces documents sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Ces contenus sont considérés, en vertu du code des relations entre le public et l’administration, comme étant des informations publiques et leur réutilisation s’inscrit dans le cadre des dispositions prévues aux articles L. 321-1 à L. 327-1 de ce code :

  • La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF ».
  • La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l’objet d’une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

Pour en savoir plus sur les conditions d’utilisation de Gallica.

Pour tout renseignement qui ne trouverait pas sa réponse sur le portail, vous pouvez adresser un courriel à l’adresse suivante : coordination-bibliographique@bnf.fr

À vous de jouer !

  1. Application Programming Interface, https://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_de_programmation []

data.bnf.fr pour les nuls

Mis en ligne en 2011, data.bnf.fr permet de rendre les ressources de la BnF plus visibles des internautes et plus utiles sur le web. Ce site s’inscrit dans une démarche de la BnF d’ouverture des données et d’adoption des standards du web sémantique. Conçu sur le modèle FRBR, ce service permet de rassembler sur des pages web l’ensemble des ressources de la BnF sur un auteur, une œuvre ou un thème. Les données brutes de data.bnf.fr sont sous Licence ouverte de l’Etat.

data.bnf.fr couvre aujourd’hui une partie des ressources de la BnF, et poursuit son développement et son accroissement.

Dans l’univers croissant du Web de données, les chercheurs qui développent des portails documentaires ne manqueront pas d’être intéressés par les données fournies par data.bnf.fr, soit :

  • des URI pour les ressources, actionnables et pérennes ;
  • une exposition RDF en « Linked open data » pour les données de data.bnf.fr, disponible pour chaque page (par négociation de contenu) et pour toute la base ;
  • un service SPARQL endpoint pour interroger les données.

Par ce biais, la BnF s’inscrit dans l’environnement des données liées avec de nouvelles coopérations et partenariats dans et hors de la communauté des bibliothèques.

Pour tout savoir sur data.bnf.fr en 2 minutes 42, voici une vidéo :

Data BnF gathers BnF resources and external resources on pages devoted to an author, a work, a subject, a year or a place. The project intends to make the data produced by Bibliothèque nationale de France more useful on the Web, thanks to open data policy and the use of semantic web standards.

Pour les équipes de recherche qui souhaiteraient se lier à des données validées de la BnF ou mener des travaux de fouille de texte, signalons que le contenu RDF de data.bnf.fr est récupérable en totalité ou par type de ressource.

Sinon il est possible de récupérer un produit à façon via SPARQL, comme par exemple les 100 auteurs les plus étudiés. Des exemples de requêtes sont fournis dans le Guide SPARQL (en français) ou en anglais (BnF SPARQL guide).

Colloque : Conservation du patrimoine vidéoludique. Quels enjeux ? Quels acteurs ? (13/12/2017)

Le Conservatoire National du jeu Vidéo (CNJV) et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur les acteurs et les enjeux de la conservation du patrimoine vidéoludique. 

Par Marcin Wichary from San Francisco, U.S.A. — Flickr, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48423746

Argument

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme. Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV). La BnF et le CNJV s’associent dans le cadre d’un colloque pour faire un point d’étape autour de ces enjeux, partager les réflexions et les avancées techniques entre les institutions et les différents acteurs de la filière vidéoludique.

Cette rencontre s’adresse à l’ensemble des personnes concernées par ce secteur : développeurs, éditeurs, producteurs, organismes professionnels (syndicats professionnels, clusters…) et institutionnels, mais aussi étudiants et chercheurs, conservateurs et archivistes, associations impliquées dans la conservation du jeu vidéo, acteurs de la valorisation (auteurs, journalistes, initiateurs de projets d’expositions ou de musées). Des tables rondes et des communications alterneront, faisant intervenir des acteurs français et étrangers.

En fin de matinée, l’équipe du département audiovisuel de la BnF proposera des visites des coulisses où sont conservés et traités les jeux vidéo.
Places limitées. Inscription par courriel.

Programme

14h – 14h15 : Ouverture du colloque par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)

14h15 – 14h30 : Le jeu vidéo, objet culturel en cours de patrimonialisation
Benjamin Barbier (Paris 8) et Marion Coville (Paris 1)

14h30 – 15h15 : Patrimoine vidéoludique : De quoi parlons-nous ?
Louise Fauduet (BnF), Bertrand Brocard (CNJV), Isabelle Astic (MAM)

15h15 – 16h : Répertorier, référencer, donner accès
Joseph Redon (GPS – Japon), Olivier Cassou (Abandonware France), Marie-Pierre Bodez (BnF)

16h – 16h45 : Studios et éditeurs : Capitaliser sur la mémoire !
Emmanuel Martin (SELL), Julien Villedieu (SNJV), Laurant Weill (chef d’entreprise)

16h45 – 17h30 : Pause

17h30 – 18h15 : Conserver pour la recherche et la création
Alexis Blanchet (Paris 3), Colin Sidre (Paris 13), Hubert Chardot (ARFIS, )Yves Bolognini (Musée Bolo – Suisse)

18h15 – 18h45 : Supports en péril
Denis Lechevalier (spécialiste)

18h45 – 19h30 : Conserver pour rejouer ?
Philippe Dubois (MO5), Matthieu Charreyre (WDA), René Speranza (Silicium), Jean-Philippe Humblot (BnF)

19h30 – 19h40 : Une vision soutenue par l’État

Par Evan-Amos – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18363755

Informations pratiques

Mercredi 13 décembre 2017 – 14h00-20h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Adresse et transports – site François-Mitterrand
Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]
Inscription gratuite mais obligatoire via Eventbrite

 

Hackathon BnF – 2e édition : 24h autour des données musicales de la BnF

Performances, concerts, installations, ateliers, soirée remix…

Les 25 et 26 novembre 2017, à l’occasion de la deuxième édition de son Hackathon qui porte cette année sur la musique, la BnF vous convie à une grande fête du numérique. Tout le week-end des performances, concerts, installations et ateliers pour tous en accès gratuit permettront d’explorer le patrimoine et le monde numérique et musical. Sans oublier une soirée remix autour d’extraits des collections de la BnF, par Jaïs Elalouf et Manaré, pour « bouger » entre deux lignes de code !

Evénement organisé dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, une initiative nationale portée par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique.
En partenariat avec
Semaine de l’innovation publiqueLa SACEMClass’Code InaDeezerLibérationRadio NovaUsbek & RicaLes Inrockuptibles

Programme

Samedi 25 novembre 2017, de 14h à 22h
14h – Inauguration du Hackathon
14h30 – 19h – Conférences, animations et ateliers

– 14h30 – conférence « Terra Data : qu’allons nous faire des données numériques ? », par Valérie Peugeot (Orange Labs, CNIL)
Mentalista : soyez les plus concentrés pour gagner ! Un jeu qui permet de comprendre l’interaction entre le cerveau et notre environnement
Class’Code : apprenez à maîtriser l’informatique en jouant avec des objets du quotidien ! Une façon ludique de comprendre les enjeux des algorithmes et des programmes, du codage de l’information et leurs applications concrètes
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysageAteliers sur inscription via ce formulaire :
– Voyageurs du code : codez votre premier jeu vidéo !
– Lab’sus : initiez-vous à la Musique Assistée par Ordinateur (MAO) avec cet atelier interactif expérimental de détournement de son (ou sampling)
Animations pour les étudiants et les chercheurs
– Présentations de Zotero, Framasoft : les outils libres de l’étudiant et du chercheur pour préparer un mémoire ou une thèse
– Démonstrations des recherches en musicologie du CESR (Tours)
– Découverte des ressources de la BnF et de l’Ina 19h – 22h – Au cœur du Hackathon
– 19h – Présentation des projets en cours du Hackathon BnF
– 20h-22h – DJ Set – Remix des collections sonores, par Jaïs Elalouf et Manaré.
Musicien, compositeur de musique électronique, vidéaste et collectionneur d’art psychédélique, Jaïs Elalouf est un artiste multitalents qui mixe en sons et en images depuis 2003. Manaré est tout à la fois DJ, producteur, PDG de la webradio alternative « Rinse France » et créateur de la griffe de vêtements « Noir Noir ». Il est membre du label ClekClekBoom.

Dimanche 26 novembre 2017, de 15h à18h
14h – 19h – Animations
– 15h et 16h – Musique et technologies : un voyage ludique dans l’histoire de la musique enregistrée et la lutherie du XXe siècle. Animé par PV NOVA, musicien et Youtubeur
– 15h30-17h – Lectures musicales de Gallica, avec les étudiants et les professeurs de musique ancienne du Conservatoire de Paris (CNSMDP)
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage16h-17h – Remise du prix Hackathon BnF
– 16h – Présentation des projets du Hackathon BnF
– 17h – Remise du prix Hackathon BnF

Soutenance de thèse d’Arnaud Laborderie

Le 4 décembre 2017, Arnaud Laborderie, chef de projet éditorial multimédia de la BnF, soutiendra sa thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication intitulée Le Livre augmenté : de la remédiatisation à l’éditorialisation, préparée sous la direction de Ghislaine Azémard (Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis) et de Milad Doueihi (Université Paris IV-Sorbonne).

Jury

  • Rapporteur : Mme Raja FENNICHE, professeure des Universités, Université de la Manouba (Tunis)
  • Rapporteur : M. Dominique COTTE, professeur des Universités, Université Paris-IV, CELSA
  • Examinateur : M. Stéphane CHAUDIRON, professeur des Universités, Université de Lille
  • Examinateur : M. Imad SALEH, professeur des Universités, Université Paris-VIII
  • Directeurs de thèse : Mme Ghislaine Azémard, professeure des Universités, titulaire de la chaire Unesco-ITEN, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis et M. Milad Doueihi, professeur des Universités, titulaire de la chaire Humanum, Université Paris IV-Sorbonne
  • Invité : M. Henri HUDRISIER, maître de conférences HDR, Université Paris-VIII

Résumé

Cette thèse se propose d’examiner le concept de « livre augmenté » à partir d’une posture théorique articulée à une pratique de médiateur et d’éditeur multimédia exercée à la Bibliothèque nationale de France (BnF) pendant une vingtaine d’années. Notre recherche pose la question de la reconfiguration du livre dans l’espace numérique à travers les notions de remédiatisation et d’éditorialisation, c’est-à-dire du point de vue de l’évolution des formes médiatiques et des pratiques éditoriales. La conception de deux prototypes — le livre-application Candide réalisé à la BnF et le livre-web Odyssée réalisé à l’Université Paris-VIII — nous a permis d’interroger les frontières du livre et de formuler les concepts d’enrichissement et d’augmentation au regard de la clôture du livre. Nous défendons la thèse d’un objet-livre numérique nécessairement clos, enrichi par l’éditeur et le lecteur, augmenté par des extensions virtuelles sur le web ou en applications. L’expérience de lecture et la transmission des œuvres s’y trouvent renouvelées par des pratiques intermédiatiques et une nouvelle sensorialité des supports numériques.

Abstract

This thesis proposes to examine the concept of « enhanced book » from a theoretical posture articulated to a practice of mediator and multimedia editor exercised at the French National Library (BnF) during twenty years. Our research raises the question of the reconfiguration of the book in the digital environment through the notions of remediation and editorialization, that is to say, from the point of view of the media forms and editorial practices evolution. The design of two prototypes — the Candide app-book carried out at the BnF and the Odyssey web-book conducted at the University of Paris VIII — enabled us to examine the boundaries of the book and formulate the concepts of enrichment and enhancement regarding to the enclosure of the book. We defend the thesis of a digital object-book necessarily closed, enriched by the editor and the reader, enhanced by virtual extensions on the web or in applications. The experience of reading and transmitting the works are renewed by intermediate practices and a new sensoriality of digital media.

Soutenance

Le lundi 4 décembre 2017 à 10h, au Centre de Veille et d’Innovation de l’Université Paris-VIII, sis au 5e étage de la Tour Montparnasse, 55 avenue du Maine à Paris 15e.

Veuillez vous munir d’une pièce d’identité pour vous enregistrer à l’accueil de la tour et prévoir 10 minutes d’attente éventuelle au contrôle.

Enjeux et évolutions de la Bibliographie littéraire

La Société d’Histoire littéraire de la France organise une après-midi d’étude sur la Bibliographie de la Littérature française le samedi 25 novembre à la Sorbonne.

Après de longs efforts, la Bibliographie de la Littérature française1 a été mise en ligne en 2014 après avoir été longtemps un instrument de recherche uniquement imprimé, paraissant dans le hors-série annuel de la Revue d’Histoire littéraire de la France.

Programme

Ses porteurs, la Bibliothèque nationale de France, la Société d’Histoire littéraire de la France et Garnier Numérique, se proposent d’en assurer une présentation sur écrans.

La séance sera suivie d’une table ronde réunissant :

  • Frédéric BARBIER, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE
  • Claude BLUM, président de Garnier Numérique
  • Éric FEREY, conservateur à la BnF et ancien rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Romuald FONKOUA, directeur du Centre d’Études Francophones, Université Paris-Sorbonne
  • Marie GALVEZ, conservateur à la BnF et ancienne rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Istvan MONOK, directeur des bibliothèques et archives de l’Académie des Sciences de Hongrie
  • Monika PROCHNIEWICZ, conservateur à la BnF, rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française.

Modalités pratiques

En Sorbonne, bibliothèque Ascoli (escalier C, 2e étage) le samedi 25 novembre 2017 à 14 h.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Accès par le 17 rue de la Sorbonne, sur présentation du programme joint, avec une pièce d’identité.

Programme à télécharger : Table_ronde_SHLF_2017

Pour accéder à la base (sur abonnement) : https://www.classiques-garnier.com/numerique/index.php?option=com_content&view=article&id=157%3A2014-08-20-07-19-26&catid=46%3Acatalogue-bases-biblio&Itemid=30

  1. Cf. brochure de Garnier numérique, url : <https://www.classiques-garnier.com/editions-bulletins/Brochure_BLF_Fr.pdf> []

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?