Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ?

abc_de_babar_-_dessine_brunhoff_jean_btv1b10508487r
ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10508487r>.

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) et la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) organisent une journée d’étude intitulée « Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ? », le mardi 4 octobre 2016, à l’enssib – Villeurbanne (69).

Le patrimoine des livres pour l’enfance et la jeunesse fait l’objet d’un intérêt renouvelé et croissant depuis presque deux décennies, les outils numériques favorisant les redécouvertes et la médiation.
Auteurs et éditeurs qui revisitent le passé, bibliothèques qui se concertent pour conserver et numériser : au-delà d’une certaine mode du « vintage », pour quel public – érudit, nostalgique, familial, enfantin… – exhumer ces trésors ? Comment favoriser la transmission et l’appropriation de ce patrimoine ?

Programme

Programme complet en ligne : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/manifestations/2016/je-livres-jeunesse-hier-web.pdf

Modalités pratiques

Entrée libre sur inscription en ligne : http://www.enssib.fr/inscription-JE-livres-de-jeunesse-dhier-publics-daujourdhui

Renseignements : Marion Caliyannis : tél. 01.53.79.57.06 || courriel : marion.caliyannis@bnf.fr

Adresse de l’événement : Amphithéâtre de l’Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne

La science, l’information, la connaissance. 15e rencontre « Physique et interrogations fondamentales » (PIF)

affichePIFToujours polysémique et d’une précision fluctuante, la notion d’information occupe une place centrale dans la configuration contemporaine des sciences. C’est pourquoi la quinzième rencontre « Physique et interrogations fondamentales » place l’information au cœur d’un questionnement sur la science telle qu’elle se pratique aujourd’hui et la connaissance en tant qu’elle sert à comprendre l’univers et le monde social.

Au-delà d’une juxtaposition, ce qui est en jeu dans le triptyque science, information, connaissance, ce sont les diverses modalités d’articulation entre ces trois notions :

  • Dans une perspective épistémologique classique, l’information obtenue par l’observation et l’expérimentation est à la base de l’élaboration des connaissances, dont l’accumulation et l’organisation rationnelle constituent la science. Cette information en évolution constante est ainsi la source universelle des progrès de la science.
  • Après-guerre, dans le sillage de la formulation canonique de la notion d’information comme une grandeur quantifiant le contenu d’un message, naît l’espoir de saisir plus généralement et sous certaines conditions les dynamiques d’un système, que celui-ci soit physique, biologique, voire psychologique ou social. Un nouveau paradigme émerge, transitoirement incarné par la cybernétique, qui a marqué un large spectre de disciplines et produit des interfaces entre elles. La pertinence du concept d’information devient un enjeu encyclopédique.
  • Enfin, en même temps que la croissance de la puissance de calcul des ordinateurs rendaient possible un « tournant computationnel » au sein de certaines pratiques scientifiques, il s’est constitué une « science de l’information », c’est-à-dire une théorie de la démonstration qui se fonde sur les caractéristiques mêmes de l’information. Un nouveau champ problématique s’ouvre alors à la science vive.

Programme :

09h00-09h30 Accueil
09h30-09h45 Ouverture par le président de la SFP et le représentant de la BnF
09h45-10h10 Histoires du concept d’information, Jérôme Segal (Paris IV – LBIHS)  – Échanges avec le public
10h20-10h45 La question de l’information en Physique Statistique, Bernard Derrida (Collège de France)  – Échanges avec le public
10h55-11h20 De l’atome à l’information : un renouveau de la théorie quantique, Alexei Grinbaum (CEA)  – Échanges avec le public
11h30-11h45 Pause
11h45-12h10 Le défi des (méga)données en bibliothèque, Emmanuelle Bermès (BnF)  – Échanges avec le public
12h20-12h45 Évolution de l’usage des notions informationnelles en biologie, Michel Morange (ENS)  – Échanges avec le public
Déjeuner libre 12h55-14h00
14h00-14h45 Séance de dédicace de livres des intervenants
14h45-15h10 Le paradoxe de l’information en cosmologie, Alain Riazuelo (IAP) – Échanges avec le public
15h20-15h45 L’information numérique va-t-elle remplacer les lois physiques ? Gérard Berry (Collège de France) – Échanges avec le public
16h-18h Table Ronde « Extraire l’information, retrouver la connaissance » – Animée par Vincent Bontems
Intervenants : Jean-Louis Ermine (Prof Mines, gestion des connaissances), Nathalie Goedert (historienne du droit, Université Paris-Sud) et Sylvestre Huet (journaliste scientifique).

Où et quand ?

Samedi 19 novembre 2016, 9h30-18h00
Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Grand auditorium, hall est – Quai François Mauriac, 75013 Paris

Inscriptions gratuites dans la limite des places disponibles. https://www.weezevent.com/physique-et-interrogations-fondamentales-15e-edition

Journée organisée par la Société Française de Physique (SFP) et la Bibliothèque nationale de France (BnF)

« Habiter la BnF » : un projet de recherche inédit sur les publics du Haut-de-jardin

Durant 6 mois une équipe de chercheurs en sciences sociales (du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication , GRIPIC/CELSA) est allée à la rencontre des usagers du Haut-de-jardin, niveau tous publics du site François-Mitterrand de la BnF.

Qui sont-ils ? Comment habitent-ils les espaces ? Pour quelle finalité, quels projets ? Quel est leur rapport aux collections, aux bibliothécaires ? Les entretiens réalisés par Joëlle Le Marec et Judith Dehail, avec l’aide des photographies d’Igor Babou, montrent le lien très fort de ces publics à l’institution, pour la sécurité et la légitimité qu’elle leur offre.

Le rapport du projet de recherche est disponible en ligne, à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/rapport_habiter_bnf.pdf>.
Y sont publiés les éléments du rapport de Joëlle Le Marec et Judith Dehail susceptibles d’intéresser largement chercheurs en sciences sociales et acteurs des bibliothèques et des institutions culturelles.
Les préconisations concrètes, à visée d’abord interne et opérationnelle, tenaient lieu de conclusion du rapport remis à la Bibliothèque nationale de France et n’ont pas été reprises dans le document.

Par ailleurs une vidéo illustre le projet et le terrain d’étude. Elle est accessible sur la chaîne YouTube de la BnF :

Conférence du professeur Larry Schaff, Out of the Shadows : Henry Talbot, invention & historiography

[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : .
[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6939794z>.
Dans le cadre du Groupement de recherche international sur la photographie, le Centre de Recherche sur la Conservation vous invite à assister, le lundi 26 septembre à 16h au Muséum National d’Histoire Naturelle  (auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris), à la conférence du Professeur Larry Schaaf.

Cette conférence vient en écho au projet de recherche « CALOTYPE » et « RECCAL » soutenus par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Présentation donnée en anglais, sans traduction, s’inscrire à <crcc@mnhn.fr>

Out of the Shadows: Henry Talbot, invention & historiography

William Henry Fox Talbot first conceived of the art of photography in 1833 and achieved results by 1834. However, it was not until Daguerre announced his process in January 1839 that Talbot was prompted to make his method public.  The two approaches were radically different.  Daguerre produced beautifully detailed unique images on silvered sheets of copper.  Talbot’s photographs were technically inferior, but he conceived of the idea of a negative that could produce multiple prints on paper.  In the end, Talbot’s more versatile approach was to define the mainstream of photography right down to the digital age.  The resources available to the historian for these two men are also radically different.  Only a handful of Daguerre images and Daguerre letters survive and no research notebooks.  For Talbot, there are more than 10,000 letters, hundreds of notebooks and more than 25,000 negatives and prints surviving worldwide.  Around fifteen years ago Prof Schaaf made full transcriptions of the 10,000 letters available online.  However, to have put 25,000 images in a research structure with 1990s technology would have ‘broken the web’.  Today, with advanced technology, the online Catalogue Raisonné of Talbot’s photographs is being prepared for the Bodleian Library in Oxford.  Both the letters and the photographs have implications for the history of photography, conservation, and for historians in many fields.

Le professeur Larry J. Schaaf est le directeur du William Henry Fox Talbot Catalogue Raisonné (foxtalbot.bodleian.ox.ac.uk), une ressource en ligne de la bibliothèque Bodléienne. Celle-ci s’appuie sur quatre décennies de recherche sur Talbot, ce savant prolifique qui fut l’inventeur de la photographie négative-positive. L. Schaaf  est également consultant sur le fonds d’archives Talbot récemment acquis par la bibliothèque Bodléienne. Il a été professeur titulaire en  2005 de la chaire Slade des beaux-Arts. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du projet Correspondence of William Henry Fox Talbot  qui met à disposition des transcriptions entièrement consultables de plus de 10.000 lettres de Talbot en ligne: http://foxtalbot.dmu.ac.uk/. Le professeur Schaaf est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de St Andrews; sa thèse : Out of the Shadows: Herschel, Talbot & the Invention of Photography (Yale, 1992) a été publiée. Il était un photographe actif et professeur de photographie à l’Université du Texas à Austin quand autour des années 1970, il fut intrigué par la richesse de la collection Gernsheim sur la photographie. Le fonds important d’archives personnelles de Sir John Herschel détenu par l’Humanities Research Center, a immergé Schaaf dans le monde de l’édition documentaire et depuis cette époque une grande partie de ses travaux a porté sur la matérialité et l’importance des sources primaires dans la recherche. Il est particulièrement intéressé par la dite « préhistoire de la photographie » et par la photographie comme interface entre art et science. Schaaf a publié de nombreux articles de revues et de livres, plusieurs d’entre eux ont été primés et sont pionniers dans leurs catégories. Il a donné de nombreuses conférences et a été consultant sur les applications informatiques dans les sciences humaines, des collections d’archives et de l’histoire de la photographie. Une grande partie du travail de Schaaf au cours des trois dernières décennies a été menée en tant que chercheur indépendant. Son bureau est à Rock House, Baltimore, Maryland (USA).

Coline Arnaud

Histoire culturelle de la pâtisserie : facteurs et enjeux de la démocratisation du sucré entre 1870 et 1914

La pluralité des domaines d’investigation de l’histoire culturelle (Jean-Pierre Rioux ; Laurent Martin et Sylvain Venayre ; Pascal Ory) intègre depuis une vingtaine d’années l’étude de l’alimentation et plus spécifiquement du repas. Résultat d’un processus social complexe, la commensalité et ses représentations renouvellent l’analyse historique, en l’enrichissant de phénomènes ethnologiques, anthropologiques et culturels. Dans la lignée de l’Ecole des Annales théorisée par Fernand Braudel, Lucien Febvre et Marc Bloch, la gastronomie participe à une conception transdisciplinaire du fait historique. Cette réhabilitation du « manger » en tant qu’acte collectif ou individuel est issue d’une vaste réflexion impliquant un intérêt croissant pour le folklore, les usages et coutumes des civilisations occidentales dont les pratiques culinaires, les arts et les manières de tables constituent un axe fondamental, par le biais d’ouvrages fondamentaux comme Pour une histoire de l’alimentation en 1970.

Si les sciences et l’histoire de la gastronomie se sont aujourd’hui structurées dans le domaine universitaire français et font l’objet d’une reconnaissance publique et institutionnelle évidente grâce, entre autre, au classement du repas des Français au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’étude du gâteau et plus largement du dessert reste largement inexploré. Plusieurs études s’intéressent, depuis la diffusion du sucre en Occident à la Renaissance (Jean-Louis Flandrin, Jean Meyer), aux impacts sociologiques de sa consommation (Marie-Sylvie Billaux, Sidney Mintz) et témoignent des nombreux débats interrogeant ses valeurs diététiques, religieuses, mais également subversives, entre médicament et poison. Ces écrits permettent de juger de la place croissante du dessert dans les modes alimentaires, au point de dépasser le cadre institué du repas, par le plaisir coupable du grignotage solitaire, encouragé par l’essor de la confiserie, puis du goûter.

Ces temps de dégustations et les mets qui les caractérisent ne font l’objet d’aucune référence bibliographique très précise. Pourtant, une étude de ces phénomènes paraît essentielle pour comprendre la
place prépondérante attribuée à la consommation du sucre dans nos sociétés contemporaines, et expliquer ainsi des tendances actuelles fortes comme la réhabilitation des salons de thé en Europe comme en Orient, ou la popularisation croissante de la fabrication pâtissière, résultat d’une médiatisation littéraire et télévisuelle sans précédent.

Cette étude se propose donc de revenir aux origines possibles de cette démocratisation du sucré, en se concentrant sur la France, alors référence incontestée de la haute cuisine, et sur la période charnière de 1870-1914. Le début du XIXe siècle est en effet marqué par les théories ornementales de Carême, synthétisant elles-mêmes une tradition décorative du dessert depuis les pièces monumentales de la
Renaissance italienne jusqu’aux oeuvres de Gilliers et de Beauvilliers. Le travail de Carême repense les fondements du métier de pâtissier. Ce statut d’artisan évolue vers une ambition artistique et esthétique qui transforme le produit de sa création en une oeuvre architecturale ou picturale. Les pâtissiers des générations suivantes se positionnent comme des passeurs de ces thèses rénovatrices, militant pour une
reconnaissance accrue des institutions artistiques et politiques. Cette génération cultive à la fin du siècle une nostalgie de cette époque « bénie », cet « âge d’or » gastronomique où « [d]es gourmets, des appréciateurs, voilà ce qu’il y avait et ce qu’il nous faudrait pour arriver à la perfection » (Granvillier, L’art culinaire comparé, 1894). L’aristocratie déclinante est considérée alors comme le seul public capable d’apprécier la beauté pour sa seule valeur esthétique et envisager le luxe comme un art de vivre indispensable. Néanmoins, en 1870, la cohabitation de cette nostalgie avec l’avènement et l’affermissement de la IIIe République et les profonds changements économiques, provoque de nombreux débats au sein même de la profession, entraînant une modification profonde du rôle et de l’avenir du pâtissier. Ces bouleversements questionnent la survie même de la profession, et sa faculté à s’adapter aux enjeux synthétisés par le concept de « modernité » de la deuxième révolution industrielle. Les réponses proposées par la nouvelle génération de chefs, ou implicitement imposées par les contraintes du marché économique, ouvrent des perspectives inédites pour la pâtisserie du XXe siècle. Facteur principal de ce renouvellement, la démocratisation du dessert est en marche, interrogeant les rapports du métier au public, au lieu de vente et aux produits qu’il consomme.

exportDésormais productrice de ses propres modèles, la bourgeoisie instaure depuis les années 1850 de nouveaux rites sociaux déplaçant les temps de consommations du sucre vers l’après-midi et le soir par le biais du goûter et du lunch. Les femmes, symboliquement et socialement associées au sucre initient ce renouvellement, se créant ainsi de nouveaux espaces d’expression qui leur sont réservés. Consommatrices privilégiées de ces lieux de ventes et de dégustations, elles en définissent également les codes et les
tendances, dans un subtil jeu de dialogue entre l’offre et la demande. La reconnaissance progressive des droits et du statut de l’enfant contribuent également à influencer un marché économique qui désormais s’adresse à lui, tout comme aux classes ouvrières dès les années 1880.

Le produit, évolue également, sous l’influence croisée de l’essor de la biscuiterie et du patriotisme culinaire, qui oeuvre pour une réhabilitation du patrimoine gastronomiques français. L’essor des
restaurants et du dessert à l’assiette, la modernisation des moyens de production en usine comme dans l’espace domestique, redéfinissent les règles de fabrication d’un produit qui se simplifie dans le fond tout
en conservant sa spécificité décorative. Cette fonction ornementale et la dichotomie fond-forme et signifiant-signifié qu’elle suggère constituent le point central de ce processus complexe et potentiellement irrésolu de la possible et nécessaire démocratisation de la pâtisserie.

Dans le cadre d’une étude en histoire culturelle, la richesse et la diversité des fonds nécessaires à la contextualisation se doit de choisir des formes de représentations nécessairement diversifiées. Le processus de recherche se fonde donc sur le croisement des collections, permettant la création de liens inexistants entre différents départements de la BnF. La richesse des fonds retenus implique une sélection, se concentrant prioritairement sur les bornes chronologiques de 1870 à 1914, marquant l’avènement de la IIIe République jusqu’à la parenthèse historique de la 1ère Guerre Mondiale. La pâtisserie est envisagée dans son acception la plus large, c’est-à-dire en tant que produit, lieu de fabrication, mais également technique et profession. La disparition des corporations en 1791 et la législation favorisant la liberté d’entreprendre impliquent que la pâtisserie se conçoit légalement dès le début du XIXe siècle comme un métier diversifié pouvant se décliner sous les appellations de traiteur, de confiseur, de glacier ou de biscuitier. Si la fabrication du pain reste l’apanage des boulangers, la viennoiserie intègre progressivement la carte des pâtisseries et les relations conflictuelles entre ces deux métiers restent un fait à étudier, par le biais notamment d’articles de presses et d’arrêtés judiciaires.

La_Salle_à_manger_Revue_bpt6k938284nLe premier axe de ces recherches s’est construit autour de la confrontation du discours de l’élite gastronomique parisienne représentée par la Société des Cuisiniers Français avec la presse régionale professionnelle. Cette étude repose sur l’analyse d’un corpus comprenant trois revues culinaires généralistes (L’Art culinaire, Le Pot au feu et La Salle à manger), constituant une synthèse des voix, de l’élite des chefs à l’amateur éclairé, dans le domaine de la cuisine, de la pâtisserie, mais également des arts de la table et du bien recevoir entre 1883 et 1933. Par ailleurs, sur le fonds de 30 notices de périodiques spécialisés recensés au département Sciences et techniques, issus de la Chambre professionnelle des métiers de l’artisanat dès 1804, puis des chambres syndicales régionales à partir des années 1880, mon sujet se concentre sur une sélection de 15 titres.

Le_Journal_des_confiseurs_pâtissiers_bpt6k62660874Les ressources techniques de ces magazines professionnels sont complétées par une approche d’un autre fonds constitué des livres de recettes conservés conjointement aux départements Sciences et techniques et Littérature et art. Représentative des tendances éditoriales des XIXe et XXe siècles, ma période d’étude ne comprend que 12 manuels uniquement dédiés à la pâtisserie. En dépit de la revalorisation du métier par Carême en 1815 dans Le pâtissier national parisien, les ouvrages de 1870 à 1939 privilégient l’exhaustivité en abordant chaque aspect du repas. Symboles de l’économie bourgeoise et de l’avènement du rôle prépondérant de la maîtresse de maison, les ouvrages retenus s’adressent à 80% à des ménagères de petites ou moyennes conditions, comme en témoigne la réduction des formats et du prix de vente, significative entre 1870 et 1915. Les multiples rééditions de ces ouvrages écrits par des chefs parisiens, puis régionaux et enfin par des cuisinières sont complétées par une littérature professionnelle se raréfiant progressivement. Elle est composée de 8 publications luxueuses signées de professionnels issus principalement des grandes maisons aristocratiques étrangères ou de la nouvelle hôtellerie de luxe tels Urbain Dubois, Gustave Garlin, Pierre Lacam. Comprenant une abondante iconographie et de très nombreuses recettes (956 en moyenne sur une étude de 8 livres) ces éditions coûteuses sont relayées par des encyclopédies de vulgarisation scientifiques, telles que la collection Roret, qui évolue vers le manuel professionnel et commercial (1928), le dictionnaire (Larousse gastronomique de Montagné et Salles) puis vers le livre d’apprentissage, après la création du CAP pâtissier-boulanger en 1911.

Polka_des_crêpes_-_pour_Bonnamy_Émile_btv1b90763449Une première approche du fonds conservé au département de la Musique a révélé la présence de 73 notices de musique imprimée comprenant notamment des partitions et des textes de vaudeville autour de la thématique de la pâtisserie entre 1870 et 1939. Ce nombre considérable mérite une étude permettant de comprendre l’origine de cet engouement pour la figure du patronnet, le jeune apprenti pâtissier présent dans 79% des titres inventoriés, ainsi que pour la métaphore féminine du gâteau, en vogue dans la chanson populaire du début du siècle. Par ailleurs, une étude des collections de Recueils et notamment des catalogues Manufrance ou des grands magasins du Louvre ouvrira de nouvelles perspectives sur les liens certains entre ce mouvement de démocratisation et la vente par correspondance. Ces catalogues possédant une iconographie très riche permettraient également d’observer les évolutions de formes et de factures des moules, métonymie des mutations des goûts et des tendances du métier sur cette période d’étude.

Abécédaire_des_petits_gourmands_par_Dufrénoy_Adélaïde-Gillette_bpt6k5418385vEnfin, un recensement des collections conservées au département « Littérature et arts » comme des abécédaires ou des premiers magazines pour enfants permettra de mettre en valeur les liens entre les évolutions du discours diététique autour du sucre, le transfert de cible de la femme à l’enfant dans les publicités de la nouvelle industrie biscuitière française, la mode du goûter à l’anglaise puis du goûter scolaire avec cet important mouvement de popularisation de la pâtisserie au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces collections d’imprimés sont à comparer avec les fonds d’éphémères et notamment de menus détenus par le département des Estampes entre autres. Une étude est donc actuellement en cours sur les menus de la Collection Braun comprenant 30 cartons. Ces derniers sont tout particulièrement représentatifs des modes alimentaires sur la période 1870-1914, grâce à un échantillon de plus de 550 feuilles issues aussi bien de la classe politique et des voyages diplomatiques que des cérémonies sociales ou religieuses marquant la vie quotidienne du XIXe siècle.

L’analyse de ce fond prouve son exception. Il regroupe en effet des pièces uniques comme des menus présidentiels mais également des corpus de 20 pièces permettant de retracer l’évolution des plats proposés par un même restaurant sur une période de 10 à 20 ans. Cet ensemble devrait permettre de confirmer certaines tendances culinaires comme la mode du chester pudding dénotant une forte anglomanie et l’appropriation française d’un patrimoine culinaire étranger. Par ailleurs, la terminologie des mets sucrés, leur place au sein même du repas et leur nombre sont autant de facteurs reflétant la progression du dessert à l’assiette et des entremets comme l’essor du biscuit individuel. Ces premiers constats tissent de nouveaux liens entre pâtisserie et patrimonialisation du culinaire, facteur possible de l’émancipation progressive du dessert de toute considération ornementale.

Par ailleurs, afin de saisir les phénomènes sociaux et culturels évoqués dans toute leur complexité, il parait nécessaire de compléter cette étude des représentations par une analyse des objets. Dans la lignée des travaux de Daniel Roche, cette étude se propose donc de confronter les sources imprimées ou manuscrites de la BnF avec des fonds d’objets, témoins des pratiques ne relevant ni de la figuration ni de la dénotation. Le rapport à l’objet, son lien culturel et social avec l’évolution des habitudes de table permet de saisir également les progrès techniques et industriels effectués dans le domaine de la ferronnerie et de la dinanderie, comme la création de nombreuses maisons spécialisées dans la ferblanterie (Dehillerin, Gobel, Létang et fils, etc.). Le musée des Arts Décoratifs, le MUCEM et les musées de Strasbourg et de Metz, sont les détenteurs d’une importante collection de moules, et d’ustensiles de cuisine de la période étudiée. Leur comparaison permet d’esquisser une autre histoire du sucré, basée sur la symbolique du geste associé à l’usage quotidien de chaque objet.


Images :

1 : « Forteresse en biscuit » et « Panier aux oeufs de Pâques », dans Grand livre des pâtissiers et des confiseurs (4e édition) / par Urbain Dubois,…, p. 193. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494326z>.

2 : La Salle à manger. Revue de la table et de l’office. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k938284n>.

3 : Le Journal des confiseurs, pâtissiers, glaciers, fabricants de chocolats, biscuits, fruits confits, confitures, conserves, etc. : organe mensuel, technique, professionnel pour ces industries et celles qui s’y rattachent / rédacteur en chef F. Barthélemy. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62660874>.

4 : Polka des crêpes : pour piano / Emile Bonnamy ; [ill. par] Faria. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90763449>.

5 : « Beignets », dans Abécédaire des petits gourmands, par Mme Dufrénoy… Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5418385v>.

Phonurgia Nova 2016 « Sons du réel » à la BnF

phonurgia_visuel-2016-exe-hdLe haut-parleur est probablement aujourd’hui le plus grand dénominateur commun de nos vies. La vidéo, le multimédia, les automobiles, les téléphones nous modèlent une vie sonore nouvelle. Le son est partout présent, objet d’étude et de réflexion… Mais l’essentiel est encore de lui faire une place imaginative et d’encourager son écoute. Christian Leblé, Président de Phonurgia Nova

Les Prix Phonurgia Nova 2016 auront lieu les 17 et 18 septembre prochains à la Bibliothèque nationale de France.

Consacrés à l’exploration de la création radiophonique française et internationale, la manifestation réunira auteurs, auditeurs et jury, pour comparer, distinguer et récompenser une sélection d’oeuvres sonores représentative de la création sonore et radiophonique la plus pointue.

En plus des distinctions habituelles de nouveaux prix seront accordés (Prix Fiction, Prix du Field recording) . En outre la BnF accordera pour la première fois un Prix Archives de la parole1 doté de 1000 euros .

Programme

Fictions, documentaires de création, hörspiel, field recording et art acoustique seront au menu de ce grand marathon des oreilles .

Pour cette 21e édition, l’équipe Phonurgia Nova (qui fête ses 30 ans !) a reçu 199 oeuvres, venant de 17 pays.

Durant deux jours, au cours de débats ouverts et vifs, le jury va écouter, comparer, discuter, commenter en public, délibérer et distinguer les oeuvres sachant que plusieurs prix sont proposés :

  • Samedi 17 septembre10h15
    Mot d’accueil et présentation du jury10h30-12h30
    PRIX DU FIELD RECORDING
    Patrick Avakian, Ecoute la montagne, la bande son du voyage (autoproduction -France)
    Caroline Berliner et Félix Blume, Jouk Li Jou, (Arte Radio & Le bruit et la fureur – France et Belgique)
    Yannick Lemesle : Entomophonie syntonale (autoproduction – France)
    Emmanuel Mieville, Kuala Lumpur Malaisie, (autoproduction – France)
    Gabi Schaffner, Hidden places, (Deutschlandradio Kultur – Allemagne)
    discussion du jury14h-16h05
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  1
    Aurelia Balboni, Les mots de ma mère, (ACSR & Cinétroupe – Belgique)
    Théo Boulenger, Avec le vent, (autoproduction – France)
    Sarah Segura et Thibault Coeckelberghs, Les radieuses, (GSARA – Belgique)
    Laure Franques, 54 ans et 2 mois, (Arte Radio – France)
    Laure Gatelier, Derrière les yeux, (ACSR – Belgique)
    discussion du jury
    16h25 -18h30
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  2
    Thierry Lamireau : Histoire, radio, poésie : Georges Emmanuel Clancier. De Radio Limoges à Radio France (autoproduction – France)
    Péroline Barbet, La Piérotta, France, (RTBF – Belgique)
    Sarah Fautré, Eric Collard et Marc Monaco : Toxcity (une histoire de l’héroïne à Liège)
    (En coproduction avec D’une Certaine Gaité ASBL– Belgique)
    Soundwalk Collective, What we leave behing : Jean Luc Godard Archives, (Deutschlandradio Kultur, Wild Bunch et Soundwalk Collective – USA)
    Antoine Chao, Comme un bruit/Cut-up, (France Inter – France)
    discussion du jury

     18h50 -19h45
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  3
    Antje Vowinckel : Melody minus one (WDR – Allemagne)
    Laurence Huet, Les diseuses et diseurs de bonne aventure, (France Culture – France)
    discussion du jury

  • Dimanche 18 septembre11h-12h40
    PRIX FICTION FRANCOPHONE
    Florent Barat et Sébastien Schmitz, Beaux jeunes monstres, (ACSR & le collectif Wow – Belgique)
    Christophe Deleu et François Teste, Hypermnesia, (France Culture – France)
    Sébastian Dicenaire : Pamela (ACSR – Belgique)
    Daniel Martin-Borret : Total Vrac (autoproduction – France)
    discussion du jury13h00 – 14h40
    PRIX RADIO ART – 1
    Colin Black, Sonic Reflections, (Deutschlandradio Kultur, Allemagne)
    Dinah Bird : A box of 78s (La Muse en Circuit, Centre national de création musicale – France)
    Emmanuelle Gibello, L’épiderme nomade, enquête autour du rêve, (France Culture – France)
    Hannah Hartman : Törst (Deutschlandradio Kultur – Allemagne)
    discussion du jury15h -16h30
    PRIX RADIO ART – 2
    Laurent Sellier, Walking with Patti Smith, (autoproduction – France)
    Phil Smith, With Faint Dry Sound, (Falling Tree , Royaume-Uni)
    Mark Vernon et Jenn Mattinson, Circular Thinking, (autoproduction, Royaume Uni)
    Dmitry Nikolaev et Oleg Makarov : Sound and the city – Moscow Ballet (autoproduction – Russie)
    discussion du jury
    16h50-18h50
    PRIX DECOUVERTES PIERRE SCHAEFFER
    Guillaume Campion et Guillaume Cote, Archipel, (autoproduction, Canada)
    Clara Alloing, Nous sommes trop jeunes, nous ne pouvons plus attendre, (FLIM! – Belgique)
    Cabiria Chomel, L’escamoteur, (ACSR – Belgique)
    Cécile Debove, Passagère, (autoproduction – France)
    Martin Klusak, Princess in the iron mask, (autoproduction, République Tchèque)
    discussion du jury

Jury

La compositrice Chantal Dumas préside le jury. Elle est entourée de 11 « Grandes oreilles » : Kaye Mortley, Léa Minod (Radio Campus France), Aude Dassonville (Télérama), Pilar Subira (Radio Calalunya Music, UER/EBU), David Collin (Le Labo, Espace 2, RTSR), Jean-Loup Graton et François Nida (BnF), Daniel Deshays, Alexandre Plank (France France Culture), Amaury da Cunha (Le Monde) et Pascal Mouneyres (Les Inrockuptibles et Syntone).

Le jury accordera aussi des Résidences de création à plusieurs jeunes auteurs dont il souhaite accompagner les projets. Les lauréats seront désignés parmi les 17 nominés suivants :

  • Péroline Barbet (Bestiaire sonore), France
  • Sacha Bollet et Benoît Demarle (Derrière la Cymbale), France
  • Hanan Benammar (Animal Sound lab), Norvège
  • Nicolas Perret et Cédric Anglaret (Gloss), France / Allemagne
  • Alessandro Bosetti et Sebastien Roux (Vita Nova d’après Dante), Italie et France
  • Emmanuelle Gibello (Je t’accompagne), France
  • Laurence Huet (Poupées de Sông), France
  • Anne le Troter (Les mitoyennes), France
  • Péroline Barbet (Carnavas), France
  • Laurence Cuny (Barranquilla 1930), France
  • Michaël Filler (Les chasseurs de trains), France
  • Francesco Giomi (Oh Hissa !), Italie
  • Sandrine Jorand (Une enfance en Allemagne), France
  • Arnaud Leroy (Epluche mon sourire, tu trouveras mes larmes)
  • Lydie Mushamalirwa (Crier à toi), France
  • Giulia Vismara (Paraphernalia), Italie
  • Jennifer Cousin (Mode majeur de la fugue), France

Informations pratiques

Quand ?

– Samedi 17 septembre 2016 – 10h-20h
– Dimanche 18 septembre 2016 – 11h-21h

Où ?

BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium qui sera spécialement équipé d’écoutes Cabasse

Comment ?

L’entrée est libre mais sur inscription préalable à : bnf@phonurgia.org

  1. Pour en savoir un peu plus sur les Archives de la parole, nous recommandons la consultation de Gallica : <http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/archives-de-la-parole-ferdinand-brunot-1911-1914> []

Contrat doctoral proposé par le laboratoire AGORA, Université de Cergy-Pontoise

Logo FSP vertical Labex PatrimaLe laboratoire AGORA de l’Université de Cergy-Pontoise propose un contrat doctoral labellisé par la Fondation des Sciences du Patrimoine

Sujet

La genèse des musées de province au XIXe siècle au Royaume-Uni (1835-1855). Perspective croisée, Angleterre-France.

Thématique et méthodologie

La fondation des musées à Londres et à Paris dans le dernier tiers du XVIIIe siècle est parachevée au siècle suivant par l’extension nationale d’institutions patrimoniales en France et en Angleterre. En France, la constitution et la gestion des collections de province se met en place à partir de 1795 dans la foulée des réquisitions révolutionnaires. Au Royaume-Uni, c’est au milieu des années 1830 que s’ouvre le débat parlementaire sur la fondation d’institutions culturelles publiques dans tout le pays. Plusieurs lois seront adoptées et amendées entre 1845 et 1855, permettant ainsi dans la seconde moitié du siècle l’essor des musées de province. La thèse étudiera plus précisément les débats qui portent sur la constitution d’un patrimoine artistique ouvert au public au Royaume-Uni et sur l’accès aux collections patrimoniales hors de Londres entre 1835 et 1855.

Si le sujet central est celui de l’histoire institutionnelle muséale en Angleterre, la mobilisation de la méthode comparative sur un certain nombre de questions permettra d’en faire ressortir les spécificités. En effet, la Révolution française a établi un lien direct entre l’élargissement de l’accès aux œuvres d’art et la démocratisation politique de la société, à ce titre elle constitue à la fois une source d’émulation et un repoussoir pour l’Angleterre où la nécessité de démocratiser la pratique culturelle s’impose progressivement dans la foulée de la réforme du suffrage de 1832 (Reform Act).

Sur le plan méthodologique, l’approche adoptée (histoire des idées et des institutions) permettra d’inscrire les mutations institutionnelles du droit du patrimoine britannique dans le contexte des débats politiques du XIXe siècle. Au-delà des sources officielles (textes de lois, règlements administratifs, débats parlementaires et rapports officiels) et doctrinales (écrits juridiques, historiques, politistes), la presse et les rapports des sociétés savantes et les périodiques seront mobilisés.

Profil du/de la doctorant/e

Le rattachement principal de la thèse est en civilisation britannique (11e section du CNU), le rattachement secondaire en droit. Le ou la doctorant-e travaillera avec des sources bilingues (français/anglais) et devra maîtriser le contexte institutionnel.
Une formation droit français/ droit anglais (1er et/ou 2e cycle) et un intérêt spécifique pour l’histoire du patrimoine seront valorisés lors de l’examen des candidatures.

Environnement

Les laboratoires d’accueil sont Agora, Université de Cergy-Pontoise (EA 7392) et l’Institut des Sciences Sociales du Politique (UMR 7220) Ecole doctorale « droit et sciences humaines », Université de Cergy-Pontoise GDR « Mondes Britanniques ».

Contrat

D’une durée de 36 mois, le contrat doctoral à temps plein est financé par la Fondation des Sciences du Patrimoine.
Début du contrat au 1er octobre 2016.

Pour candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Emmanuelle de Champs (Agora) : edechamp@u-cergy.fr, et Marie Cornu (ISP) : Marie.CORNU@cnrs.fr. Le dossier peut être accompagné d’une lettre de recommandation du directeur ou de la directrice de M2 (facultatif).

Bibliographie indicative

– Bailkin, Jordanna (2004), The Culture of Property. The Crisis of Liberalism in Modern Britain, U. of Chicago Press.
– Bennett, Tony (1995), The Birth of the Museum : History, Theory, Politics, Routledge.
– Héritier, Annie (2003), Genèse de la notion de patrimoine culturel, 1750-1816, L’Harmattan, Coll. « Droit du patrimoine culturel et naturel ».
– Hoock, Holger (2003), The King’s Artists. The Royal Academy of Arts and the Politics of British Culture 1760-1840, Clarendon Press.
– Lewis, Geoffrey (2012), « Enabling legis lation for museums », in John M. A. Thompson, Manual of Curatorship : a guide to museum practice, 2nd edition, Routledge.
– Mandler, Peter (2006), « Art in a Cool Climate : The Cultural Policy of the British State in European Context, c. 1780 to c. 1850 », Proceedings of the British Academy, 134, p. 100-120.
– Poirrier, Philippe (2016), Les politiques de la culture en France, La Documentation Française.
– Quinn, Malcolm (2013), Utilitarianism and the Art School in Nineteenth-Century Britain, Pickering and Chatto.
– Maget, Antoinette (2009), Le collectionnisme, Collectionnisme public et conscience patrimoniale, L’Harmattan.
Les collections d’antiquités égyptiennes en Europe (2009), L’Harmattan, coll. « Droit du patrimoine culturel et naturel ».
– Poulot, Dominique (1996), ‘Surveiller et s’instruire’ : la Révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, Voltaire Foundation,
– Poulot, Dominique (1997), Musée, nation, patrimoine 1789-1815, Gallimard.
– Waterfield, Giles (2015), The People’s Galleries : art museums and exhibitions in Britain, 1800-1914, Yale UP.
– Woodson-Boulton, Amy (2012), Transformative Beauty : Art Museums in Industrial Britain, Stanford UP.

Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) aux JEP 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaPour l’édition 2016 des journées européennes du patrimoine, la Fondation des sciences du patrimoine s’installe dans les locaux de l’ancienne Manufacture des Allumettes d’Aubervilliers, aujourd’hui site de l’Institut national du patrimoine (INP).

 

 

 

A cette occasion, le public pourra découvrir les pratiques et les enjeux des sciences du patrimoine au travers de la présentation de six programmes financés par la Fondation dont un programme impliquant la Bibliothèque nationale de France, le programme CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) qui s’intéresse aux procédés des premiers négatifs papier avec une double approche de caractérisation de calotypes historiques en vue d’une classification et d’étude de calotypes contemporains réalisés selon les traités historiques en vue de mettre en place la méthodologie de caractérisation des calotypes historiques et de comprendre la structure des images de calotypes.

Céline Daher du Centre de Recherche sur la Conservation des Collections présentera le programme grâce au poster suivant :

Poster Calotype
Cliquer sur le lien suivant pour agrandir le poster

Zoom sur le poster

Le Labomobile de l’Equipex Patrimex, plate-forme mobile dédiée à l’analyse des matériaux anciens, sera stationné dans la cour de l’ancienne manufacture. Des démonstrations seront effectuées par le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

Le département des restaurateurs de l’INP ouvrira ses ateliers de formation à la restauration, son laboratoire et sa bibliothèque.

Les informations complémentaires sur cet évènement figurent dans le communiqué de presse.

Berry, Limousin, Vendée (1913-2016) : voix du passé, voix d’aujourd’hui

28/5/22, fête des Limousins à Montmartre [place du Tertre] : [photographie de presse] / [Agence Rol]. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084692z
28/5/22, fête des Limousins à Montmartre [place du Tertre] : [photographie de presse] / [Agence Rol]. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084692z
Le dimanche 18 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine, est organisé à la BnF un concert de musique traditionnelle du Berry, du Limousin et de Vendée. Les morceaux sélectionnés s’inspirent d’enregistrements sonores effectués en 1913 et en 1946 et conservés au département de l’Audiovisuel de la BnF. Cet événement est organisé dans le cadre du projet Europeana Sounds (http://www.europeanasounds.eu/fr/) qui offre, à tous, un accès en ligne au patrimoine sonore de l’Europe.

Programme

Pendant cet événement, le public pourra écouter des morceaux de musique traditionnelle enregistrés par Ferdinand Brunot, le fondateur des Archives de la Parole, à l’occasion de ses collectes en Corrèze et dans le Berry en 1913 et d’autres enregistrés lors de la collecte menée à l’initiative de Roger Dévigne, directeur de la Phonothèque nationale, en Vendée en 1946.

Pascal Cordereix, chef du service Son à la BnF, présentera ces enregistrements, les collections sonores de la BnF et leur diffusion à travers le projet Europeana Sounds.

Des interprètes contemporains monteront ensuite sur scène pour nous donner leur version de ces mêmes morceaux :

Les chanteuses Sylvie Berger, Sylvie Heintz et Solange Panis du trio vocal “Le petit voyage” interprèteront des chansons du Limousin et du Berry :

L’amoureux infidèle,
La chanson du lit et de la paillasse,
La Chanson de l’ivrogne, …

Pour la Vendée, le programme a été conçu par Jean-Pierre Bertrand qui accompagnera à la vielle les chanteurs Maurice Artus et Evelyne Rambaud, membres des groupes “Sounurs” et “Tap Dou Païe :

Entre la rivière et les bois,
Le marchand de velours,
La nonne de l’Ave Maria
, …

Informations pratiques

Dimanche 18 septembre 2016,  17h-18h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium, Quai François-Mauriac – Paris 13e. Entrée libre et gratuite.

Merci de vous munir d’une pièce d’identité pour pénétrer dans l’enceinte de la BnF.

Regards croisés sur les Calotypes (RECCAL)

En octobre 2010, la BnF inaugurait une exposition « Primitifs de la photographie. Le calotype en France (1843-1860) » qui allait faire date et marquer la renaissance d’un patrimoine souvent méconnu par le grand public en France, celui des négatifs photographiques, et spécifiquement des négatifs sur papier. Ces photographies ont une esthétique tout à fait inhabituelle par rapport aux tirages, due à l’inversion des polarités et un aspect allant de brillant, satiné à mat et plus ou moins diaphane qui en quelque sorte trouble les sens et l’appréciation, qu’elle soit artistique ou documentaire.

L’objet d’étude

Le calotype est le terme qui désigne le négatif sur papier et son tirage, technique mise au point par l’anglais William Henry Fox Talbot (1800-1877) dès 1840, presque en même temps qu’apparaît en France le daguerréotype de Daguerre. Le calotype, par la possibilité qu’il offre de multiplier les tirages à partir d’un négatif, porte en lui l’avenir de la photographie. Il se fait connaître lentement en France à partir de 1843. Mais c’est surtout entre les années 1848 et 1860 que le calotype connaît une fortune extraordinaire et d’autant plus étonnante que ce ne sera jamais un procédé commercial. La possibilité alors nouvelle de réaliser des tirages sur papier, de varier leurs teintes, de les retoucher intéresse particulièrement les peintres, les archéologues, les voyageurs, les éditeurs. De très grands photographes : Gustave Le Gray, Charles Nègre, Edouard Baldus, Henri le Secq par exemple, démontrent rapidement les possibilités esthétiques de ce procédé et entraînent à leur suite nombre d’artistes (Delacroix, Hugo, Bartholdi) ainsi que la fine fleur du monde des affaires (Aguado, Delessert, Odier), de la politique (Périer, Bassano, d’Haussonville, Bocher) qui durant quelques années deviennent des amateurs passionnés par cette nouvelle technique. L’apport esthétique du calotype dans les années 1850 est considérable, son influence sur l’art, l’architecture et l’archéologie également. C’est grâce à lui que la photographie considérée auparavant comme un objet scientifique ou commercial est acceptée définitivement par les élites intellectuelles et artistiques. La collection de calotypes détenue par la BnF est parmi les plus prestigieuses de par le nombre et la qualité des artistes qu’elle comprend.

Le projet

Quels aspects influencent notre réception de ces images, notre jugement et nos attributions ? Il est intéressant de déterminer parmi les paramètres physico-chimiques ceux qui sont pertinents dans notre processus d’analyse de ces images négatives et d’appréhension de leur état de conservation. La BnF possède une collection exceptionnelle dont il est intéressant de compléter la documentation par ce double regard, celui que porte l’historien de l’art et celui qu’acquière le physicien avec ses outils de caractérisation. A cette fin, les outils et la méthodologie développés lors d’une étude post-doctorale réalisée en 2016 et financée par la Fondation des sciences du patrimoine1 seront appliqués à un ensemble aussi large que possible de calotypes de la BnF.

Le département des Estampes et de la photographie, avec le Centre de recherche sur la conservation (CRC) et le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), a soumis avec succès un projet dans le cadre de l’appel à projets 2016 de la Fondation des sciences du patrimoine.

Les livrables

Une base de données sera établie sur ces négatifs, qui conjuguera les résultats analytiques et expérimentaux aux critères d’appréciation « psychophysiques » des historiens, et permettant ainsi de confronter, en quelque sorte, l’expertise de l’historien – sa science des artefacts et son « connoisseurship » – aux mesures physiques ou physico-chimiques. Le traitement statistique de l’ensemble de ces données conjuguera les résultats issus des sciences expérimentales aux critères d’appréciation des sciences humaines. Il s’agit ainsi de croiser les regards et les compétences du conservateur et du physicien, sur cet objet, dont on s’attache aussi à définir l’identité matérielle et dont il convient d’assurer la conservation.

Dans ce but, un deuxième aspect du travail visera à élaborer une politique d’exposition de ces œuvres réputées fragiles. Des caractérisations s’attacheront à la question des altérations et des fragilités effectives et potentielles des calotypes. Le but est de déterminer pour des œuvres ou des groupes d’œuvres les risques liés aux manipulations et expositions. L’étude s’appuiera sur un travail expérimental mené in-situ et au laboratoire en vue de déterminer la sensibilité photochimique de ces œuvres, et les risques physiques liés à la présence de constituants thermosensibles entrainant une fragilité extrême du papier dans un contexte muséographique.

Responsable scientifique :
Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie

Partenaires Labex Patrima :
Marie-Angélique Languille, Centre de recherche sur la conservation (CRC)
Anne de Mondenard, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)

Autres partenaires :
Ce projet s’insère dans une coopération internationale avec le Getty Conservation Institute et le Getty Museum.


Image de Une : [Nu féminin (Eugénie) allongé] : [photographie négative sur papier] / [A. Fays]. Source gallica.bnf.fr : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69398378>.

  1. CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860). Description disponible en ligne : <http://www.sciences-patrimoine.org/index.php/calotype.html>). Dans le cadre du projet CALOTYPE réalisé en 2016, un ensemble de négatifs papier historiques issus de collections françaises a été sélectionné. Ceux-ci provenaient d’institutions parisiennes comme la Bibliothèque nationale de France, le Musée d’Orsay, la Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, la Société Française de Photographie, la Bibliothèque des Arts Décoratifs, la Bibliothèque de l’Institut de France, l’Institut National d’Histoire de l’Art, etc. A partir de cet échantillonnage une stratégie d’analyse non destructive regroupant différents types de caractérisation a pu être mise en place. Elles regroupent d’une part des mesures physiques, comme la mesure des dimensions, de l’épaisseur, de la masse, de l’imagerie au microscope en réflexion et transmission pour caractériser les fibres du papier, la mesure de brillance et de la couleur ; et d’autre part par des mesures physico-chimiques avec la spectroscopie fibrée de réflectance dans le visible et le proche infrarouge et la spectroscopie dans le moyen infrarouge en réflectance. Ces analyses ont permis de mettre en évidence la présence de substances organiques comme la cire ou la gélatine sur une ou les deux faces des négatifs. Les charges des papiers utilisés (composés minéraux ajoutés lors de la fabrication du papier pour en modifier les propriétés optiques et/ou mécaniques) ont par ailleurs pu être identifiées par spectrométrie de fluorescence des rayons X. []

Analyse des pigments des encres et des filigranes des gravures en Clair-Obscur (CLARO)

Le présent projet porte sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640. La caractérisation des pigments est en effet une question essentielle pour mieux appréhender la nature physique et les savoir-faire des ateliers de graveurs de cette époque. Si de telles analyses scientifiques ont été récemment pratiquées en France par le C2RMF et aux Etats-Unis sur des gravures en couleurs italiennes, ce n’est pas le cas pour les estampes produites dans le nord de l’Europe. Ces analyses, menées par le C2RMF dans le cadre d’une exposition qui aura lieu au Musée du Louvre en 2018 et qui en présentera les principaux résultats, permettraient de comparer les pigments employés par les graveurs en Europe du Nord avec leurs homologues italiens, afin de mieux saisir les possibles transferts de technologie sur une longue période. Elles sont de nature à apporter de nouvelles connaissances en histoire de l’art, en permettant de mieux circonscrire l’activité de chaque foyer de production, et de contribuer à la distinction entre tirages originaux et tardifs. Elles pourront également aider à la localisation et à la datation d’estampes anonymes. Elles entendent enfin montrer tout l’intérêt scientifique que des analyses physico-chimiques revêtent dans le domaine de l’estampe, encore peu familier avec ce type d’approche et de méthode.

L’objet d’étude

L’estampe en couleur, appelée aussi gravure en clair-obscur ou en camaïeu, est expérimentée par des graveurs sur bois vers 1508-1510 jusque dans les années 1640 en Europe du Nord et du Sud. Elle est le fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression de riches nuances de teintes. A la fois imitation du dessin et objet autonome, elle connut une large diffusion et suscita un intérêt évident auprès de peintres, comme Burgkmair, Cranach, Baldung Grien, Parmigianino, Floris, Goltzius, Rubens ou Lallemand en raison de l’emploi de la couleur, mode d’expression de nature à les séduire et à rejoindre davantage leur pratique artistique que les dégradés de noir et de blanc dont usaient les graveurs pour rendre une composition.

Les estampes en couleurs sont des objets complexes, où se trouvent superposées sur une même feuille de papier plusieurs couches d’encres de couleurs qui s’entremêlent ou se trouvent juxtaposées. L’étude de ces feuilles appelle nécessairement à se poser des questions d’ordre technique, au premier chef desquelles la caractérisation des pigments employés dans les encres. Pourtant, force est de constater que ce n’est pas cette approche qui a caractérisé l’étude du corpus des gravures en couleurs, aujourd’hui relativement bien établi. Les gravures en couleurs ont été étudiées selon des méthodes classiques en l’histoire de l’art (rapprochements stylistiques, constitution d’un répertoire propre à chaque graveur ou atelier, examen des relations entre les dessins d’un artiste et les estampes réalisées d’après ses compositions) sans que la question de la nature physique des pigments ne soit jamais évoquée. Or, l’emploi d’analyses scientifiques sur les pigments semble de nature à ouvrir d’autres voies d’explorations qu’une étude reposant uniquement sur les fondamentaux du connoisseurship. En effet, il semble vraisemblable d’affirmer que chaque graveur avait sa manière d’employer les pigments dans ses encres, de les doser et de les répartir sur les bois pour produire une estampe en couleurs. L’hypothèse selon laquelle ces éléments matériels marqueraient avec autant de certitude la signature d’un artiste ou d’un atelier que des considérations stylistiques, parfois sujettes à caution dans le cas d’une estampe anonyme gravée d’après une composition existante, semble riche de possibles redécouvertes.

Le projet

A l’image de projets déjà menés par le C2RMF et aux Etats-Unis sur des estampes italiennes du XVIe siècle, les porteurs vont lancer des analyses similaires sur un corpus d’une cinquantaine de gravures en couleurs nordiques (Allemagne, Pays-Bas, France) entre 1508 et 1640, qui permettront de compléter l’état du savoir sur les pigments des gravures en couleurs en Europe.

Cette étude se conçoit comme le préalable d’une exposition sur la gravure en clair-obscur en Europe qui se tiendra au Musée du Louvre au printemps 2018, dans les nouvelles salles consacrées aux Arts Graphiques. Elle réunira une centaine de feuilles issues des collections Edmond de Rothschild du Louvre, du département des Estampes de la BnF et de la Fondation Custodia. Les gravures analysées seront prioritairement choisies dans le fonds de la collection Edmond de Rothschild mais également dans le fonds de la BnF, partenaire du projet. Ces analyses seront croisées avec le relevé systématique des filigranes présents sur les papiers.

Après l’observation minutieuse des gravures du corpus, dix à vingt gravures feront l’objet d’analyses qui vont permettre de comprendre la mise en œuvre et la composition chimique des pigments responsables des couleurs. Les techniques non invasives doivent permettre de caractériser les composés chimiques de la matière afin de révéler si possible des empreintes chimiques permettant de distinguer des ateliers de graveurs.

L’analyse des pigments sera effectuée par le C2RMF :

  • analyse par fluorescence X (système ELIO) ;
  • microspectrométrie Raman ;
  • analyses par µRaman et par spectroscopie Infrarouge à transformée de Fourier (FTIR) ;
  • spectrométrie de réflectance dans UV, le visible et le proche infrarouge par fibres optique (FORS).

Les livrables

Les analyses devront répondre à trois principales questions :

  1. Identifier des pigments des estampes allemandes, flamandes, françaises et néerlandaises :
    – établir une liste des pigments employés par les graveurs nordiques, afin de les comparer à ceux employés par les graveurs italiens à la même époque
    – comprendre si une transmission technologique a eu cours de part et d’autre des Alpes, à différentes périodes du XVIe siècles.
  2. Établir si l’emploi de certains pigments est propre à un graveur ou un atelier, pour, le cas échéant, mieux circonscrire son activité :
    – expliciter les savoirs-faire particuliers de chaque foyer producteur d’estampes en couleurs
    – distinguer des tirages originellement conçus dans un atelier d’impressions tardives.
  3. Aider à la localisation ou à la datation des estampes anonymes :
    – mieux cerner la production de certaines estampes faussement attribuées à Dürer, dont on ignore aujourd’hui dans quel cercle et à quelle période elles ont pu être réalisées.

Responsable scientifique :
Séverine Lepape, Département des Arts Graphiques, Musée du Louvre

Partenaires Labex Patrima :
– Caroline Vrand, Vanessa Selbach, Rémi Mathis, Bibliothèque nationale de France
– Eric Pagliano, Clotilde Boust, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)


Image de Une sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) : A skull (memento mori) balancing on a recessed ledge. Chiaroscuro woodcut / Andrea Andreani, 1861,0518.199, AN54964001, British Museum

Anne-Céline CALLENS, chercheur invité de la BnF soutient sa thèse

304649aAnne-Céline Callens, doctorante de l’École Doctorale Lettres Langues Linguistique Arts (ED 3LA 484) et membre du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (CIEREC) soutiendra sa thèse en esthétique et sciences de l’art le mardi 6 septembre 2016.

Intitulée Une esthétique industrielle. Le cas des Éditions Paul-Martial, la thèse était menée à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne sous la direction de Danièle Méaux.

En octobre 2014, Anne-Céline Callens avait obtenu la bourse de la Fondation Louis Roederer sur la photographie pour son travail sur le fonds Paul-Martial du département des estampes et de la photographie, mené dans le cadre de l’appel à chercheurs 2014/2015 de la BnF : « Une esthétique industrielle : échanges et influences entre travaux de commande et esthétiques des avant-gardes, à partir de l’étude du fonds Paul Martial ».

La soutenance aura lieu le 6 septembre à Université Jean Monnet de Saint-Étienne, site Tréfilerie, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, 33, rue du Onze-Novembre – 42023 Saint-Étienne cedex 2, Bâtiment G, rez-de-chaussée, salle G.05,  13h30, devant le jury composé de :

  • Christophe Génin, professeur des universités à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Olivier Lugon, historien de la photographie et professeur à l’Université de Lausanne
  • Danièle Méaux, professeur d’esthétique et sciences de l’art à l’Université de Saint-Étienne
  • Martine Mourès-Dancer, conservateur du Patrimoine au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole (MAMC)
  • Michel Rautenberg, professeur de sociologie à l’université Jean Monnet Saint Etienne
  • Dominique Versavel, conservateur au département des Estampes et de la photographie, BnF

Fondation des sciences du patrimoine : résultats de l’Appel à projets 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaLe conseil d’administration de la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima) qui s’est tenu le 16 juin dernier au Château de Versailles a arrêté la liste des projets financés dans le cadre de l’appel à projets 2015. Une enveloppe de 645 000 € a ainsi été distribuée.

Après classement par le comité scientifique de la Fondation, 12 projets ont donc été retenus pour être soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine ; 2 contrats doctoraux et 10 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche ou de grandes institutions culturelles partenaires.

A ceux-ci s’ajoutent 4 thèses labellisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin.

Les projets retenus impliquant la BnF feront prochainement l’objet d’une courte présentation individuelle dans ce Carnet de recherche :

  • PATRIMEPH : Patrimonialisation des Ephémères ;
  • CLARO : Analyse  des  pigments  des  encres  et  des  filigranes  des gravures en Clair-Obscur ;
  • RECCAL : Regards croisés sur les Calotypes (porté par Sylvie Aubenas du département des Estampes et de la photographie).

Consulter la liste de l’ensemble des projets et des contrats doctoraux retenus.

Offre de contrat d’apprentissage en alternance (1 an, à partir de septembre 2016)

Le laboratoire InVisu (L’information visuelle et textuelle en histoire de l’art, USR 3103) propose un contrat d’apprentissage en alternance à un jeune de 16 à 25 ans préparant une licence pro ou un master dans les métiers de l’information et de la documentation.

Création et mise en ligne d’un catalogue numérique de photographies

La mission de l’apprenti(e) s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche sur l’oeuvre de Beniamino Facchinelli (1829‐1895) photographe italien actif en Égypte entre 1876 et 1895, et auteur d’une remarquable production de photographies sur la topographie
monumentale du Caire historique. L’apprenti(e) contribuera à la réalisation d’une version numérique du catalogue raisonné de l’oeuvre de ce photographe et à la conception d’une exposition virtuelle (printemps 2017), en relation étroite avec les différents partenaires scientifiques.
La réalisation, la diffusion et l’éditorialisation du corpus numérique initial devra s’appuyer sur Nakalona, le pack d’outils mis à la disposition des programmes de recherche par la Très grande infrastructure de recherche Huma‐Num (CNRS). Nakalona associe l’application Omeka (édition et gestion de collections de documents numériques) et le service de partage de documents et de données interopérables Nakala.
Les activités confiées à l’apprenti(e) s’inscriront autour de 3 axes :

  1. Après s’être familiarisé(e) avec l’ensemble des outils mis à sa disposition, l’apprenti(e) proposera différents scénarios d’éditorialisation web du corpus de photographies de manière à en dériver le catalogue raisonné numérique et l’exposition virtuelle.
  2. L’apprenti(e) proposera une méthodologie de traitement, de versement et de publication des ressources numériques, en adéquation avec les exigences du travail collaboratif et le respect des recommandations institutionnelles sur l’intéropérabilité des données.
  3. L’apprenti(e) évaluera l’adéquation des outils mis à sa disposition avec la construction d’un modèle générique de catalogue raisonné. En fonction des résultats, le candidat pourra faire des propositions d’ajustement du modèle conceptuel de structuration des données de
    manière à le rendre réutilisable pour le traitement d’autres corpus numériques.

Compétences attendues

Le candidat devra avoir une forte curiosité pour l’évolution des technologies du web, plus particulièrement pour les nouvelles formes de mise à disposition numérique des contenus scientifiques.

InVisu, 2 rue Vivienne 75002 Paris
Unité mixte de service et de recherche du CNRS et de l’Institut national d’histoire de l’art, InVisu (http://invisu.inha.fr) participe au champ émergent des humanités numériques, avec un ancrage thématique dans le domaine orientaliste, à partir de recherches propres finalisées sur l’histoire de l’architecture et du patrimoine en Méditerranée aux XIXe et XXe siècles et l’expérimentation d’outils de traitement de données dispersées et multilingues. Au titre de son activité de recherche, l’unité est engagée dans la réalisation de nombreuses publications scientifiques (actes de colloques, catalogues d’exposition, monographies, revue internationale) imprimées et numérique.

CV et lettre de motivation à : communication.invisu@inha.fr


Image de Une : Piramidi : [photographie] / [Facchinelli]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10508599f>.

La recherche dans les institutions patrimoniales : sources matérielles et ressources numériques, sous la dir. de Mélanie Roustan

roustan_recherche-institution_0Le classement et la conservation des sources patrimoniales sont le fruit d’une histoire, faite de hasards et de choix politiques. L’activité de gestion des fonds implique un travail continuel de renouvellement : de leur interprétation, des techniques de recherche, de leurs modes d’accès, de leurs usages. Les méthodes d’analyse sont réactualisées : quelles relations intellectuelles, sensorielles, entretient-on avec les collections patrimoniales ? Comment les utilise-t-on ? Qu’en retire-t-on ?

Cet ouvrage est issu d’une journée d’étude organisée à la BnF en février 2013 par Anne Monjaret (DR CNRS, IIAC-LAHIC/EHESS-CNRS-MCC) et Mélanie Roustan (chercheur associée au CERLIS/CNRS-Paris Descartes), en coopération avec la BnF– site Richelieu, dans le cadre du programme de recherche « Le quadrilatère Richelieu et ses lecteurs ».

Sommaire

Préface par Sylviane Tarsot-Gillery

Introduction. Institutions patrimoniales et chercheurs face aux sources, un renouveau du rapport à la matérialité des savoirs par Anne Monjaret et Mélanie Roustan

Partie I. S’orienter parmi les sources

  • Chapitre I. Du dépouillement au dévoilement. L’historien et les archives numérisées par Philippe Artières
  • Chapitre II. Renseigner, orienter le chercheur. Expériences de service public par Julien Brault
  • Chapitre III. Le patrimoine numérisé. Nouveaux usages, nouveaux usagers ? Réflexions méthodologiques autour de Gallica par Philippe Chevallier
  • Chapitre IV. Bibliothèques numériques et recherche sur le Web par Fabrice Papy

Partie II. Construire l’offre

  • Chapitre V. Environnement numérique et accès aux originaux. Évolution de l’offre et des usages du patrimoine cartographique à la BnF par Jean-Yves Sarazin
  • Chapitre VI. Le redéploiement des Archives nationales. De l’usage institutionnel d’une transformation matérielle et immatérielle des fonds par Anne Monjaret
  • Chapitre VII. La documentation numérique des collections ou l’éthique du « hacker » appliquée à l’institution par Jean-Baptiste Clais
  • Chapitre VIII. Les enjeux de la reconstitution en ligne de corpus disséminés. L’exemple des manuscrits koutchéens par Isabelle le Masne de Chermont
  • Chapitre IX. De la politique d’accès à la coopération scientifique. Chercheurs et collections patrimoniales à la Cinémathèque française par Joël Daire

Partie III. Penser la recherche

  • Chapitre X. Ordonnancements et histoire des idées. Anciens catalogues et classifications « anciennes » à la BnF par Raymond-Josué Seckel
  • Chapitre XI. Le poids des classements et catégories antérieures sur la recherche en numismatique. Des impériales grecques aux provinciales romaines par Michel Amandry
  • Chapitre XII. La matière de l’histoire, du texte à l’objet par Etienne Anheim
  • Chapitre XIII. La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales, à partir d’une enquête dans les collections patrimoniales de la BnF par Mélanie Roustan

Conclusion. Sources matérielles et ressources numériques. Deux défis en un par Denis Bruckmann

Introduction

L’introduction est disponible sur le site de l’éditeur : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/extrait/00_b_sources-materielles_introduction_vf_v1.pdf

 Les auteurs

  • Amandry Michel

    Après des études de lettres classiques à l’Université de Strasbourg, Michel Amandry entre au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France en 1978. Il en a été le directeur de 1991 à 2013. Parallèlement, il enseigne la numismatique à l’Ecole du Louvre, soutient son habilitation à diriger des recherches devant l’université Sorbonne IV en 1994, avant de devenir directeur d’études cumulant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes IVe section en 2006. Il a présidé la Commission Internationale de Numismatique de 2003 à 2009. Il est actuellement le président de la Société Française de Numismatique.

  • Anheim Étienne

    Ancien élève de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud et de l’Ecole française de Rome, Étienne Anheim est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent principalement sur l’histoire sociale et culturelle de la fin du Moyen Âge, et sur l’épistémologie de l’histoire et l’historiographie. Il a publié récemment Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle (Publications de la Sorbonne, 2014). Il est vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine et dirige la rédaction de la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales.

  • Artières Philippe

    Philippe Artières est Historien, chargé de recherches au CNRS, spécialiste des écrits personnels de déviants et de malades, au 19e et 20e siècles. – Président du Centre Foucault, chercheur associé à l’IMEC (en 2004)

  • Brault Julien

    Julien Brault est conservateur de bibliothèque. Il a rejoint l’équipe du Projet Richelieu à la Direction des collections de la BnF en 2007 en qualité de coordonnateur programmation ; il est responsable notamment de l’ensemble des dossiers relatifs à l’accueil des lecteurs et à la modernisation des services au public. Il est, depuis le 1er mars 2013, adjoint par intérim au chef du Projet Richelieu.

  • Bruckmann Denis

    Conservateur général, Denis Bruckmann a notamment travaillé à l’établissement public de la Bibliothèque de France et pour le réseau des médiathèques françaises à l’étranger, ainsi que dans de nombreux départements de la Bibliothèque nationale puis de la BnF (Estampes et photographie, Audiovisuel, Littérature et art…) avant de devenir directeur des collections.

  • Chevallier Philippe

    Philosophe de formation, Philippe Chevallier a enseigné en école d’ingénieur puis travaillé plusieurs années dans la presse écrite. A rejoint la Bibliothèque nationale de France en 2008, où il est aujourd’hui responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche.

  • Clais Jean-Baptiste

    Jean-Baptiste Clais est conservateur du patrimoine et docteur en ethnologie. Il travaille à la Direction de la Recherche et des Collections du musée du Louvre. Il a exercé auparavant au musée des arts asiatiques Guimet sur l’art chinois et les cultures transmédia japonaises contemporaines (manga – anime – jeux vidéo) et au département des arts de l’Islam du Louvre sur les collections d’Inde moghole et d’armes islamiques. Il poursuit aujourd’hui des recherches sur l’innovation au service de la conservation du patrimoine et sur les arts décoratifs de l’empire moghol.

  • Daire Joël

    Joël Daire est directeur du patrimoine de La Cinémathèque française depuis 2007. Il a conçu l’exposition « Jean Cocteau & le cinématographe » présentée au Musée  de la Cinémathèque en 2013. En 2014, il a assuré la coordination de l’hommage à Jean Epstein auquel il a consacré une biographie (La Tour verte éditeur) et dont il assure, avec Nicole Brenez et Cyril Neyrat, l’édition des écrits complets. En 2015, en collaboration avec Lauren Benoit (Université Paris-Diderot), il a réalisé l’exposition « Dossier Scriptes » présentée au Musée de la Cinémathèque française et participé à l’édition DVD des films de Louis Delluc par Les Documents cinématographiques.

  • le Masne de Chermont Isabelle

    Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste paléographe, Isabelle Le Masne de Chermont avant de travailler à la Bibliothèque Nationale de France, a été conservatrice en chef chargée du service des bibliothèques, des archives et de la documentation générale à la direction des Musées de France. En 2012, elle a pris la suite de Thierry Delcourt comme directeur du département des Manuscrits de la BnF.

  • Monjaret Anne

    Anne Monjaret est ethnologue, sociologue, est directrice de recherche – CNRS, rattachée à l’IIAC/Équipe LAHIC (CNRS–EHESS). Elle est Présidente de la Société d’ethnologie française (SEF). Elle a été rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle s’intéresse notamment aux lieux de travail et à leur fermeture comme leur redéploiement, aux mémoires et patrimoines professionnels et urbains. Outre de nombreux articles sur ces thèmes, elle a publié MAAO. Mémoires avec Jacqueline Eidelman et Mélanie Roustan (2002, Marval) et dirigé le numéro « Fermetures : crises et reprises » de la revue Ethnologie française (2005).

  • Papy Fabrice

    Depuis 2010, Fabrice Papy est professeur des Universités  (Sciences de l’Information et de la Communication) – Université de Lorraine. 1998-2010 : Maître de conférences (Sciences de l’Information et de la Communication) : Université Paris 8 – Vincennes à Saint-Denis

  • Roustan Mélanie

    Mélanie Roustan est anthropologue, maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle. Membre de l’UMR208 Paloc, elle enseigne au sein du master de muséologie du Muséum. Ses recherches portent sur la culture matérielle et les lieux de patrimoine. Elle s’attache à une anthropologie du musée à partir de différents points de vue, de ceux qui les conçoivent à ceux qui les visitent. Ses terrains d’enquête explorent les liens entre musée et anthropologie, de l’héritage colonial aux revendications autochtones, des objets d’arts premiers aux collections vivantes des jardins zoologiques.

  • Seckel Raymond-Josué

    Raymond-Josué Seckel est conservateur, directeur du département de la Recherche bibliographique à la BnF.

Caractéristiques

  • Support : broché
  • ISBN : 979-10-91281-84-3
  • Pages : 200
  • Prix : 23,00 €
 Support : numérique
  • Format(s) : pdf
  • ISBN PDF : 979-10-91281-85-0
  • Pages : 200
  • Prix : 13,80 €

Acheter l’ouvrage

Conditions de vente

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?