Colloque « La scène parle. Voix, acoustiques et auralités en France dans la seconde moitié du XXe siècle »

affiche_colloque_echo_7_8_dec2016L’ANR ECHO organise son colloque final les mercredi 7 et jeudi 8 décembre 2016 à l’auditorium de l’INHA

L’objet du colloque est la voix dite « parlée » sur les scènes françaises de l’immédiate après-guerre à la fin des années 1990. Ce que devient cette voix dans des contextes culturels et socio-politiques inédits, marqués par la montée du visuel et l’accumulation des soupçons envers le langage et envers la langue, comment elle se transforme et s’inscrit dans les sons et les images des spectacles, comment elle parvient à se rendre audible et interroge une acoustique qui a tendance à l’oublier.

Programme

Mercredi 7 décembre

9h. Ouverture du colloque

Session 1. Une scène phonique

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Jean-Marc Larrue

  • 9h30-10h15. Helga Finter (professeur émérite d’Esthétique et d’Histoire du théâtre à l’Université Justus-Liebig de Gießen), L’épreuve de la voix : la scène primitive de la représentation
  • 10h15-10h40. Cristina De Simone (docteure en Études théâtrales de l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense), Le dernier Artaud et la naissance à Paris de la poésie-performance
  • 10h45-11h. Lecture d’un texte de Pierre Guyotat par Pascal Bongard
  • 11h20-11h45. Arnaud Rykner (professeur en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Nathalie Sarraute et l’usage de la parole
  • 11h45-12h10. Cyrielle Dodet (docteure en Études théâtrales, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3/Université de Montréal), En quête d’une performativité sonore : le théâtre de Régy dans les années 1970-1980
  • 12h10-12h40. Échanges sur la session

Session 2. Lieu théâtral et voix parlée (XXe-XXIe siècle)

Resp. Brian Katz et Sandrine Dubouilh. Modération : Marie-Madeleine Mervant-Roux

  • 14h15-15h. Brigitte Métra (architecte), Architecture et acoustique des salles
  • 15h-15h25. Johan Brulez (acousticien, conférencier en Acoustique architecturale à l’École supérieure des Arts de Mons), Conception acoustique des théâtres : usages, architecture et histoire
  • 15h25-15h50h. Sandrine Dubouilh (architecte, professeure en Études théâtrales à l’Université Bordeaux-Montaigne), Chaillot 1937-1975 : ambitions et réalités d’une recherche architecturale et acoustique
  • 16h15-16h40. Brian Katz (directeur de recherche au CNRS, responsable du groupe Audio et acoustique au LIMSI) et Bart Postma (doctorant au LIMSI), L’auralisation augmentée de la salle Louis Jouvet du Théâtre de l’Athénée. L’acoustique historique des lieux de spectacle
  • 16h40-17h05. Jeanne Bovet (professeure d’Histoire et d’Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Le microphone sur les scènes françaises (1930-1950) : bilan provisoire
  • 17h05-17h45. Éric Monin (architecte, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine et chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille – LACTH), « Les techniques pionnières des premiers spectacles son et lumière » et Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), “Nucléa” à Chaillot (1952). La “stéréophonie dirigée” de la radio à l’expérience théâtrale
  • 17h45-18h15 Échanges sur la session

Jeudi 8 décembre

Session 3. Les archives sonores du théâtre : une histoire culturelle

Resp. Joël Huthwohl et Cécile Geoffroy. Modération : Jeanne Bovet 

  • 9h30-9h55. Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), Histoire des fonds audio de la Bibliothèque nationale de France/département des Arts du spectacle
  • 9h55-10h20. Melissa Van Drie (Postdoctoral Research Fellow, Faculty of Music, University of Cambridge) [avec Luc Verrier (BnF-DAV)], Pour entendre le théâtre par ses formes auditives : matérialité, dispositif et corporéité dans l’étude de l’archive sonore du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France
  • 10h20-10h45. Daniel Deshays (réalisateur sonore, chercheur, professeur des universités), Régie et archivage au quotidien des représentations
  • 11h10-11h35. Marion Chénetier-Alev (maître de conférences en Études théâtrales, Université François-Rabelais de Tours), Les archives radiophoniques du théâtre : du théâtre pour les aveugles à un théâtre de sourds
  • 11h35-12h. Hélène Bouvier (directeur de recherche au CNRS, THALIM, équipe ARIAS), De l’usage des archives audio dans la recherche sur la mémoire des spectateurs
  • 12h-12h25. Jean-Marc Larrue (professeur d’Histoire et de Théorie du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Les archives audio de la Théâtrothèque de l’Université de Montréal
  • 12h25-13h. Échanges sur la session

Session 4. Une scène conservatoire/laboratoire de la langue

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Marion Chénetier-Alev

  • 14h30-15h30. Voix féminines en public (codes et transgressions). Table ronde avec Dominique Reymond, Cécile Coustillac, Julia Gros de Gasquet (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et la participation d’Annick Lepetit (députée de Paris), animée par Anne-Françoise Benhamou (professeure en Études théâtrales à l’École normale supérieure, membre de THALIM/ARIAS)
  • 15h35-16h25. Hélène Merlin-Kajman (professeure de Littérature française à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Langue (française) : les impasses de l’opposition “classicisme vs modernité”
  • 16h25-16h50. Pascal Lécroart (professeur en Études littéraires et musicologiques à l’Université de Franche-Comté), Le vers théâtral de Claudel à l’épreuve de la scène de Barrault à Vitez : “langage insolite” ou “langage naturel” ?
  • 16h50-17h15. Brigitte Joinnault (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Nice Sophia Antipolis), Vitez entre les langues
  • 17h35-17h50. Jeanne Bovet (professeure en Histoire et Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Diffusion et réception du français québécois sur la scène française
  • 17h50-18h15. Joëlle Deniot (professeur en Sociologie de l’art, du langage et de la culture à l’Université de Nantes), Entre liturgie et incursions scéniques. Quand la chanson prend la parole…
  • 18h15-18h45. Échanges sur la session et clôture du colloque
  • 18h45. Pot final. Présentation des deux publications réalisées par l’équipe internationale « Le son du théâtre » avant le projet ECHO : Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècle). Histoire intermédiale d’un lieu d’écoute moderne (CNRS éditions, en librairie le 23 novembre) et L’Annuaire théâtral, n° 56-57, Écouter la scène contemporaine (sorti au printemps 2016)

Organisateurs

  • Marie-Madeleine Mervant-Roux, THALIM/ARIAS
  • Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle
  • Brian Katz, LIMSI-CNRS.

Comité scientifique

  • Anne-Françoise Benhamou
  • Hélène Bouvier
  • Marion Chénetier-Alev
  • Daniel Deshays
  • Sandrine Dubouilh (études théâtrales)
  • Pascal Lécroart (études littéraires et musicologiques)
  • Joëlle Deniot (sociologie de l’art, du langage et de la culture)
  • Pascal Cordereix (Bibliothèque nationale de France, département de l’Audiovisuel)
  • Viktoria Tkaczyk (histoire des sciences, UvA)
  • Jeanne Bovet
  • Jean-Marc Larrue (littérature/histoire et théorie du théâtre, CRIalt/CRILCQ)

Enregistrer

Journée d’étude : Autour de l’exposition, La France d’Avedon. Vieux Monde, New Look

Audrey Hepburn, actrice sur le plateau de Funny Face, Paris, 1956 Photographie Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation

Journée d’étude animée par Robert M. Rubin et Marianne Le Galliard, commissaires de l’exposition La France d’Avedon
Vieux monde, New Look. Avec Quentin Bajac, MoMa (New York), Neil Selkirk, photographe de portraits, documentariste et Mark Lyon, spécialiste de la photographie.

Cette journée de rencontres et d’échanges se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension autour de l’œuvre photographique de Richard Avedon à travers sa relation avec les musées, notamment le MoMA et son rôle en tant que commissaire de ses propres expositions, collaborateur et professeur de photographie. Chaque intervention sera suivie de discussions.

Programme

10h: Introduction

10h20 : Robert M. Rubin : Avedon, le commissaire de ses propres expositions
« La France d’Avedon, Vieux monde, New Look » offre un nouveau regard sur Avedon en tant qu’éditeur de photographies, la sienne dans les magazines Harper’s Bazaar puis Egoïste et celle de Jacques Henri Lartigue dans le livre Diary of a Century. Avedon maîtrisait l’art de la mise en page, mais qu’en est-il de ses propres installations ? Sur près de quarante ans, Avedon s’évertuera à garder le contrôle sur la présentation de ses œuvres dans les institutions muséales, avec plus ou moins de succès.

11h00-12h30 : Quentin Bajac et Robert M. Rubin : Richard Avedon et le MoMA : une chronologie commentée
Quentin Bajac et Robert Rubin reviendront sur les rapports que le Museum of Modern Art de New York a entretenu avec Richard Avedon et son œuvre. La conversation évoquera les expositions, projets d’exposition, acquisitions, publications et correspondances qui ont jalonné une relation riche et parfois compliquée, de plus de cinquante ans, entamée en 1948, date de la première présentation d’une œuvre d’Avedon au MoMA.

14h-14h30 : Neil Selkirk : Richard Avedon et ses collaborations
Richard Avedon fonctionna sa vie durant sur le mode collaboratif, qu’il maîtrisait invariablement, avec une grande habileté et un certain succès. Cette présentation sera l’occasion de montrer des extraits inédits d’entretiens filmés tournés avec d’anciens collaborateurs d’Avedon et des témoignages sur sa manière de travaille en équipe.

15h-15h30 : Marianne Le Galliard : Avedon et la Famous Photographers School
Qui n’a pas rêvé de suivre des cours de photographie par correspondance donnés par Richard Avedon ? Il suffisait de s’inscrire à la Famous Photographers School au début des années soixante et tout se faisait ensuite par envoi postal. L’enseignement était complet : mode, portrait, reportage, photographies de site industriels, d’animaux… Les conseils techniques d’Avedon relayés dans les manuels d’enseignement, et accompagnés de nombreuses reproductions côtoient ceux d’Irving Penn, Alfred Eisenstaedt, Bert Stern, Philip Halsman ou encore Ezra Stoller.

16h-16h30 : Mark Lyon : Richard Avedon, le professeur : la dernière Masterclass
Un grand artiste peut-il enseigner l’art/son art ? Si oui, quelle est sa méthode et sa motivation ?La possibilité de participer à la dernière Masterclass de Richard Avedon en 1992 s’est avérée irrésistible. Je ne savais pas où cela me porterait, et ce que je pourrais découvrir de sa présence latente en moi.

16h30-17h : Discussions

Colloque international avec le soutien de la Terra Fondation for American Art et de la Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture.

Informations pratiques

Vendredi 2 décembre 2016 – 10h00-17h00

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium

Entrée libre

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Parution de l’ouvrage « Jean Zay : invention, reconnaissance, postérité »

couvallorantrectoLes Presses universitaires François-Rabelais (PUFR) font paraître les actes du colloque tenu en 2014 à Orléans et à Paris sur l’apport de l’homme d’État Jean Zay, ministre novateur de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, à la culture de son temps.

Préfacé par Pascal Ory et publié sous la direction de Pierre Allorant (POLEN), Gabriel Bergounioux (LLL) et Pascal Cordereix (BnF), l’ouvrage retrace le parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des arts et traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes.

Résumé :

Jean Zay, ministre novateur de la Troisième République, a su inventer et mettre en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations artistiques, en respectant la liberté de création, à l’opposé des censures et de l’art officiel. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines et de témoignages inédits dont celui de ses deux filles.

Il y a 80 ans, le Front populaire. 1936 : un jeune ministre radical incarne deux des plus grandes ambitions de la gauche au pouvoir : démocratiser l’Éducation nationale, donner accès à tous à la culture, sous toutes ses formes.
Détesté par Pétain, condamné à la « mort civile » comme Dreyfus, assassiné à 40 ans par la milice de l’État français après le Débarquement, Jean Zay vient d’entrer au Panthéon, tardive reconnaissance de son œuvre innovante et de son parcours républicain exceptionnel.
À côté d’ouvrages biographiques et d’histoire politique, ce livre, grâce à son approche originale, offre un regard nouveau et complémentaire sur l’apport de Jean Zay à la culture de son temps. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines. Jean Zay, homme d’État, ministre novateur de l’Éducation nationale aussi bien que des Beaux-arts, a su inventer une nouvelle façon de concevoir les relations des acteurs de la culture et des arts au pouvoir politique. Il a mis en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations, en respectant la liberté de création et l’indépendance de la fonction publique, à l’opposé des censures et de l’art officiel.
Pour la première fois, les sources familiales et les traces locales de ce « Résistant de la veille » sont revisitées grâce au témoignage inédit de ses deux filles, Catherine et Hélène.

Sommaire :

– Préface / Pascal Ory
I-Le Parcours

  • Le moment Jean Zay ou la conjugaison française de la république seconde / Olivier Loubès
  • Traces locales d’un homme d’État : Jean Zay l’Orléanais / Pierre Allorant

II-La culture

  • La difficile naissance du dépôt légal du « disque » en France (1925 – 1938) / Pascal Cordereix
  • Le théâtre en partage : Contribution à une histoire de l’intervention et du soutien de l’État aux entreprises culturelles / Léonor Delaunay
  • Histoire d’une rencontre autour du conte. Jean Zay et Célestin Freinet / Catherine Velay-Vallantin
  • La linguistique saisie par la politique : le peuple et sa langue / Gabriel Bergounioux

III-Lire et entendre

  • Écrire et lire en prison / Claude Mouchard
  • Jean Zay et la mémoire orale. Du politique au scientifique, de l’État à la ville, d’hier à aujourd’hui / Olivier Baude, Gabriel Bergounioux, Céline Dugua

IV-Témoignages

  • Témoignage de Catherine Martin-Zay et d’Hélène Mouchard-Zay / Gabriel Bergounioux
  • Témoignage du président du Cercle Jean Zay / Pierre-Louis Emery
  • Le fonds Jean Zay (667AP) aux Archives nationales / Zénaïde Romaneix

– Postface : Jean Zay au Panthéon / Pierre Allorant

ISBN : 978-2-86906-420-1
EAN : 9782869064201
ISSN : 9782869064201
Prix : 22 €

Enregistrer

Rémi Mathis

398px-remi_mathis_bnf_2011-11-07_n01
Portrait de Rémi Mathis. Photo prise sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France par Marie-Lan Nguyen

Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Rémi Mathis, chargé des estampes du XVIIème siècle au département des Estampes et de la photographie et rédacteur en chef des Nouvelles de l’Estampe.

Quel est votre parcours ?

Il est très classique pour occuper le poste qui est le mien : je suis passé par l’École des chartes (archiviste paléographe de la promotion 2007), et j’ai choisi l’enssib comme école d’application (enssib 2008 – DCB 16) afin de devenir conservateur des bibliothèques. Parallèlement au cursus en écoles et en lien avec ma thèse d’École des chartes, j’ai suivi des études d’histoire moderne à l’université, me spécialisant sur le XVIIe siècle à l’université Paris IV-Sorbonne.
Pour mon premier poste, j’ai dirigé une bibliothèque universitaire (bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris-Descartes-CNRS) et j’ai cherché à exercer le plus rapidement possible sur un poste scientifique – d’où mon arrivée au département des Estampes de la BnF en 2010.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ma thèse de l’École des chartes portait sur le personnel politique de Louis XIV, et en particulier sur Simon Arnauld de Pomponne, qui a dirigé la diplomatie française à l’apogée de sa puissance. Travailler sur un membre de la famille Arnauld amène  forcément à approfondir la question du jansénisme, sur lequel je travaille encore aujourd’hui de manière transversale.

Mais le fait de travailler comme conservateur amène surtout à se recentrer sur les fonds de bibliothèques et donc à privilégier l’histoire du livre (des stages à l’étranger m’ont amené à me passionner pour la bibliographie matérielle) et, surtout, pour moi, de l’estampe. La majeure partie de ma recherche actuelle a donc pour sujet l’estampe française du XVIIe siècle.

Ma tâche de fond en tant que chargé de collections pour le XVIIe siècle est de travailler à ce qu’on appelle l’Inventaire du fonds français. Il s’agit de réaliser un inventaire des estampes françaises du département, graveur par graveur, en les prenant systématiquement, par ordre alphabétique – mais étant donné l’incroyable richesse de la Bibliothèque nationale et le manque de recherches sur la plupart de ces œuvres, cet IFF se rapproche d’un catalogue raisonné – et souvent le premier jamais réalisé sur ces graveurs, dont il faut également rechercher les (trop rares) traces qu’ils ont laissé dans les archives – essentiellement des actes notariés – afin d’écrire leur biographie et replacer leurs créations dans le contexte de l’époque. À la fois l’IFF et le travail quotidien aux côtés des lecteurs nous amènent à voir de très nombreuses œuvres qui font jaillir des questions, nous oblige à faire des rapprochements, etc., d’où des recherches ponctuelles qui donnent lieu à des articles.

Quelles sont les applications de vos recherches ?

Il est forcément difficile de parler d’application pour de la recherche historique – qui est forcément une recherche fondamentale, très spécialisée, et sans forcément de retombées directes, ou en tout cas évidentes, pour le grand public.

Mais, d’abord, la recherche menée par un conservateur a des caractéristiques qui la différencient de celle d’un universitaire. Nous travaillons avant tout sur les fonds dont nous avons la responsabilité. Les recherches que nous menons permettent avant tout de publier des instruments de recherche donnant accès aux collections – que ce soit des catalogues publiés par les éditions de la BnF (Inventaire du fonds français…) ou les notices du catalogue général informatisé. Au-delà, quand j’écris un article de quinze pages sur un recueil d’estampes, ce n’est pas seulement parce que ça m’intéresse personnellement (même si c’est évidemment le cas !) mais parce que mon travail consiste à le mettre à disposition des lecteurs de la BnF et que cela ne peut se faire que si on comprend ce qu’est cet objet, pourquoi il a été créé, quand, par qui, en quoi il est original, ce qu’il dit. L’accès à des collections n’est pas immanent et le conservateur est là pour le faciliter – que ce soit en direction des chercheurs, d’autres institutions ou du grand public.

Le grand public sera, lui, touché par des ouvrages de diffusion que nous ne pouvons écrire que parce qu’un travail de spécialiste a été fait antérieurement. Dans mon cas, j’ai par exemple pu codiriger avec Valérie Sueur-Hermel un très joli ouvrage sur la représentation des animaux dans l’estampe1 (une question passionnante d’histoire des sociétés et des représentations, autant que d’histoire de l’art !), publier les poésies et maximes de Robert Nanteuil (l’un des meilleurs graveurs français sous Louis XIV)2 ou, dernièrement, publier un livret sur un des fleurons de notre collections : les dessins qu’un prince allemand a fait réaliser de son jardin de fleurs rares au milieu du XVIIe s3. À chaque fois, nous essayons de faire passer des connaissances qui existent ailleurs, mais que les gens n’iront pas chercher dans des revues universitaires ou des livres hors de prix écrits dans une langue rare… Il n’est pas rare non plus que nous donnions des conférences sur des sujets plus ou moins larges, dans des bibliothèques, des musées, des écoles, etc.

Nous organisons également régulièrement des expositions – qui se trouvent à la limite de la recherche, de la synthèse des recherches antérieures et de la présentation au grand public. J’ai ainsi récemment pu, avec Vanessa Selbach (BnF), Louis Marchesano (Getty) et Peter Fuhring (fondation Custodia) récemment, être le commissaire d’une exposition présentée à Los Angeles (Getty) et à la BnF (Tolbiac) qui fait le point sur près d’un siècle de recherche sur l’estampe française sous Louis XIV, qui a ainsi pu montrer à des dizaines de milliers de visiteurs des planches exceptionnelles qui ne sont habituellement consultées que par des spécialistes dans nos salles de lecture, et proposer à travers le catalogue4 une synthèse qui fera sans doute référence sur le sujet pendant quelques dizaines d’années, ouvrant ce monde de l’estampe aux étudiants, aux amateurs, et aux chercheurs non directement spécialistes du sujet.

Enfin, les applications, c’est aussi l’enseignement. Je suis chargé de cours en histoire de l’estampe à l’École des chartes et à l’École du Louvre : les cours que je prodigue se nourrissent de nos intérêts, de nos découvertes, des anecdotes, de nos curiosités récentes… Il est formidable de voir des étudiants se passionner pour de telles matières, éventuellement leur proposer des sujets, les retrouver quelques années plus tard…

Le quotidien d’un conservateur-chercheur, c’est quoi au juste ?

La recherche ne peut forcément constituer qu’une partie de notre temps. Le travail quotidien est constitué d’une multitude de petites tâches : accompagner les lecteurs et répondre à leurs questions – que ce soit sur place ou par mail ; gérer la vie du service et des collections dont nous avons la charge sous tous les aspects : restauration, numérisation, expositions (travailler aux dossiers de demandes de prêt avec le conservateur chargé de cette question, puis parfois accompagner les œuvres à paris comme à l’autre bout de la Terre après avoir rédigé un constat d’état), reproductions, acquisitions… À cela s’ajoute les questions de fonctionnement quotidien : depuis quelques mois, les travaux menés sur le site Richelieu ont une grande influence sur nos emplois du temps dans la mesure où l’ensemble de nos collections doivent être déménagés dans de nouveaux magasins, et que nos bureaux eux-mêmes vont être déplacés pour quelques années. Nous avons aussi quelques tâches transversales : en  ce qui me concerne, je suis par exemple le correspondant pour le département des Estampes du dépôt légal de l’Internet.

Une bonne partie de ces tâches sont directement liées à nos missions de service public. Comme il est difficile de trouver ce qu’on cherche dans nos collections labyrinthiques, le conservateur constitue une interface souvent mise à contribution… ce que nous faisons avec plaisir, mais qui prend beaucoup de temps. Rechercher une pièce en particulier peut en effet être compliqué : les collections sont organisées par série, comme dans des archives et non décrites pièce à pièce. À cela, une raison : nous gérons des centaines de milliers d’œuvres, souvent jamais décrites – ce qui nous interdit de nous référer à une quelconque littérature –, quand un musée en a quelques centaines, tout au plus quelques milliers.

La recherche, en particulier, celle qui permet de rédiger les inventaires, c’est donc notre tâche de fond, mais nous devons pour la mener à bien être extrêmement bien organisés, et vigilants, pour ne pas nous laisser manger par les petites urgences du quotidien.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

J’ai toujours trouvé l’activité de recherche fascinante. Mon père pratiquait la paléontologie, il était spécialiste des mammifères de l’éocène et a décrit de nouvelles espèces. La recherche est une activité qui a toujours été très mise en valeur dans mon milieu : les exemples que je recevais enfant étaient plus ceux de grands archéologues, de scientifiques ou de prix Nobel que de chefs d’entreprises ou de présentateurs de télévision ! Mais je n’ai jamais fait une fixation sur cela et, si je m’intéressais à l’histoire, j’étais tout aussi curieux de géographie ou de sciences – j’ai d’ailleurs passé un bac scientifique. Un premier choix s’est opéré quand j’ai décidé de suivre une classe préparatoire littéraire (et non scientifique) et surtout de préparer le concours de l’École des chartes – les documents historiques me fascinaient alors, et j’achetais déjà des livres anciens avec mon argent de poche de lycéen. Et il était clair pour moi en intégrant l’École des chartes que je le faisais pour les postes spécifiques. Attention, cela ne signifie pas que je méprise les postes plus administratifs ou le management, tout au contraire : je suis persuadé qu’il est de toute première instance que les équipes scientifiques puissent être dotées d’un projet stratégique clair, qu’elles soient suivies et encadrées, que des objectifs réalistes soient fixés et des comptes rendus : j’ai pu effectuer ces tâches en BU et dans la vie associative, elles sont loin de me rebuter et je suis prêt à les assumer de nouveau… si c’est dans ce milieu patrimonial où le manager est le chef d’orchestre, le maïeuticien qui aide organiser, à rendre plus efficaces et plus cohérents le travail et la recherche de son équipe.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Je ne désire pas mettre en valeur un objet en particulier : je suis assez critique envers l’habitude de starifier telle ou telle pièce, tel ou tel artiste, ce qui, les abstrayant de leur contexte,  modifie complètement leur sens, crée des anachronismes, trompe le spectateur. Notre rôle de scientifique est au contraire de remettre en contexte, de rendre représentatif, de faire comprendre des phénomènes. À cet égard, le département des Estampes et de la Photographie est un objet patrimonial à lui tout seul : il est exceptionnel d’avoir conservé à travers les siècles le cabinet des rois de France et de pouvoir encore aujourd’hui travailler sur leurs collections, au sein d’une structure qui a continué à vivre sa vie, à grandir, à travailler. Le « cabinet des estampes » est le plus complet au monde par ses collections, c’est le témoin du savoir et des interrogations de nos ancêtres, c’est une référence mondiale, et c’est une merveille patrimoniale en soi, dont je m’émerveille chaque jour en y travaillant !

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

Je crois qu’il est important de rappeler qu’un chercheur est une personne comme une autre : les physiciens ne sont pas des savants fous, les historiens ne rêvent pas de vivre à Versailles sous Louis XIV…
Mes loisirs sont donc tout à fait banals : je lis, je pratique le badminton, je jardine, je vois mes amis… même si je dois bien avouer que j’écris également des articles et ouvrages qui ne sont pas en relation avec mon travail à la BnF, les soirs et les week-ends (histoire du livre, histoire du jansénisme…)
Je suis très actif sur les réseaux sociaux et prends part à la vie citoyenne et intellectuelle de notre temps. En particulier, je suis très impliqué dans le mouvement pour la connaissance libre, dans Wikipédia (j’ai présidé Wikimedia France pendant quatre ans) : là encore, il s’agit sans doute du symptôme du fonctionnaire mais je suis extrêmement attaché à la notion de bien public. Quand on reçoit, il faut donner en échange. Et quand de l’argent est dépensé, il faut qu’il le soit efficacement en maximisant ses retombées. Internet a énormément fait à cet égard pour le partage des connaissances et des données, mais il reste encore de nombreux sujets de travail en matière d’open data, open content, voire open gov – et j’ai la chance de pouvoir œuvrer sur des projets en étant entendu. La société évolue… mais lentement, ce qui est parfois frustrant quand des évolutions sont à la fois inévitables et largement bénéfiques à moyen terme.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Là non plus, je ne veux pas donner une impression fausse de notre métier : on fait rarement des « coups » et, quand on en fait, nous travaillons sur des sujets qui semblent tellement spécialisés à l’immense majorité de la population, que cela ne peut impressionner que notre petit milieu, constitué de quelques dizaines de personnes à peine. Contrairement à ce que font souvent croire les médias, la recherche ne se nourrit pas de réussites ponctuelles et éclatantes mais d’une multitude de petites avancées.

Sans doute a-t-on tendance, en tant que spécialiste, à accorder de l’importance à des sujets qui ne toucheraient personne d’autre que nous, mais trouver une nouvelle œuvre d’un graveur sur lequel on travaille depuis des semaines est un vrai plaisir qui illumine votre journée. De même quand, aux Archives nationales, on trouve enfin le contrat de mariage ou l’inventaire après décès de l’artiste : un coup au cœur accompagne cette joie de la découverte et cet espoir d’ouvrir une nouvelle porte qui apportera de l’inédit !

Car, encore une fois, soyons conscients que nous travaillons en terra incognita : c’est justement là que réside nos plus belles réussites, dans la capacité à faire resurgir la vie de quelqu’un, à lui redonner une valeur alors que la personne est morte et oubliée depuis trois siècles. Dernièrement, dans le cadre de l’IFF, j’avais ainsi à peine quelques pièces signées d’un certain « P. Leroy ». Chercher partout où peuvent se trouver des pièces signées de lui permet de créer un petit corpus. On cherche alors un début de biographie aux Archives nationales : j’ai eu la chance de trouver à la fois son acte de mariage et son inventaire après décès – car il est mort à 32 ans à peine. Ce dernier document donne une liste d’estampes trouvées dans son atelier – ce qui permet de lancer de nouvelles recherches pour retrouver ces pièces. On regarde également ce qu’on peut trouver dans d’autres grands cabinets d’estampes : le British Museum, le Rijksmuseum, etc. Découvrant qu’il était originaire de Blois, c’est l’occasion de demander de l’aide à quelques collègues : les archives du Loir-et-Cher ont ainsi pu déterminer sa date de naissance en découvrant son acte de baptême. En quelques jours, un individu complètement oublié reprend vie, un œuvre apparaît, des hypothèses peuvent être émises pour combler les trous (son arrivée à Paris grâce à un oncle orfèvre déjà sur place, un apprentissage chez le graveur de portrait Antoine Masson, dont il réalise le portrait…). Je ne pense pas révolutionner l’histoire de l’art en faisant cela, et Pierre Le Roy demeure un graveur de troisième ordre, mais c’est très satisfaisant et donne une image de plus en plus nette de la production d’image à cette époque, de la condition d’artiste – loin de la vision faussée que l’on peut avoir quand on ne présente que les chefs d’œuvres et les mêmes noms qui reviennent sempiternellement.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La première qualité est la curiosité. On ne cherche que parce qu’on désire savoir toujours un peu plus, qu’on désire creuser, qu’on ne se satisfait pas des zones d’ombre ou des explications qui n’en sont pas. Cette curiosité, on l’a par son caractère, par son éducation, mais on la crée aussi en soi en se posant les bonnes questions.

C’est là qu’intervient la seconde qualité : l’esprit critique, la capacité à remettre en cause ce qui a été dit, ce qui n’est pas suffisant, ce qui ne va pas assez loin, ce qui n’est pas cohérent. Quand ce qui a été publié ne vous satisfait pas, on ne se contente pas de le regretter mais, dans la mesure du possible, on reprend le problème à son origine.

Après, il faut bien sûr faire preuve de rigueur, avoir une bonne culture pour remettre immédiatement en contexte ses trouvailles et leur assigner leur véritable signification, une capacité de synthèse… et beaucoup de patience, une grande capacité de travail. Toutes qualités qui peuvent être personnelles mais qui s’acquièrent : malgré les critiques que l’on entend régulièrement sur le système français, le passage en khâgne et à l’École des chartes m’a semblé une formation excellente, qui donne toutes les bases nécessaires pour permettre à notre esprit de progresser.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Elle est sans aucun doute très importante. Vous savez, on a souvent l’impression, dans la vie quotidienne, qu’on n’a jamais entendu parler d’un phénomène et que, dès qu’on en apprend l’existence, on le voit partout dans les journaux et dans les livres. Je vous donne un exemple, quand j’étais étudiant : en stage dans une bibliothèque italienne, je tire au hasard des rayonnages un livre en français. Il s’agit de l’édition de récits de voyages de Français qui se sont engagés dans la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) et qui ont donc vécu en Asie du Sud-Est (Indonésie actuelle…) au XVIIe siècle : ces récits sont rarissimes, on n’en connaît que deux. Le mois suivant, dans les archives du ministère des Affaires étrangères, je découvre dans les papiers personnels d’un commis des années 1660 un texte auquel personne n’a jusqu’alors prêté attention et qui n’a, a priori, rien d’exceptionnel : mais, en réalité, il s’agit d’un troisième récit d’un marin français de la VOC, inconnu jusqu’alors. Il est rédigé par un marin qu’on connaissait pour avoir été l’un des premiers Français du Québec, mais nous ignorions tout de sa jeunesse néerlandaise et des événements dont il parle ! C’est un texte fascinant, que je dois prochainement publier après l’avoir donné comme sujet d’étude à un étudiant de master, et que je n’aurais jamais remarqué si je n’avais pas pris ce livre au hasard un mois avant à Venise.

Il en est de même des rencontres, évidemment : je dois énormément non seulement à mes maîtres mais à de nombreux collègues que j’ai rencontrés ici et là. C’est par ces échanges que nous évoluons, approfondissons nos approches, découvrons des nouvelles questions. Lire les travaux des autres – y compris dans des disciplines pouvant paraître éloignées de la nôtre – et discuter avec de beaux esprits reste la meilleure manière de progresser soi-même !

Enregistrer

  1. NDR : Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel, Animal, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, DL 2014, 164 p. ISBN 978-2-7177-2615-2 []
  2. NDR : Robert Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016, 24 p. ISBN 979-10-96279-01-2. L’ouvrage s’acquiert par correspondance auprès de la rédaction des Nouvelles de l’estampe, dans leurs bureaux du département des Estampes de la BnF et dans une sélection de points de vente. Edition limitée à 500 exemplaires, numérotés. 8 € []
  3. Florilège : Jardin extraordinaire / choix et présentation de Rémi Mathis, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016, 48 p. []
  4. NDR : Images du Grand siècle : l’estampe française au temps de Louis XIV, 1660-1715 : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, galerie 1, 3 novembre 2015-31 janvier 2016, Los Angeles, Getty center, 16 juin-6 septembre 2015] / [organisée en collaboration avec The Getty research institute] ; [catalogue] sous la direction de Rémi Mathis, Vanessa Selbach, Louis Marchesano et Peter Fuhring, Paris : Bibliothèque nationale de France ; Los Angeles : The Getty research institute, DL 2015, 271 p. ISBN 978-2-7177-2663-3 []

Contrat post-doctoral proposé par le Labex Les passés dans le présent


Logo Labex PPDans le cadre du projet de recherche « Discipliner l’archive ? », le  Labex Les passés dans le présent
 propose un contrat postdoc d’un an ouvert à des docteurs en sociologie de l’immigration, titulaires de leur doctorat depuis au plus tard le 13 décembre 2011.

Fiche de poste

Le projet de recherche « Discipliner l’archive ? » interroge le statut de l’archive en confrontant sa conceptualisation et ses usages aux différents enjeux et méthodes propres aux approches disciplinaires au sein des sciences humaines et sociales. À travers le travail sur des fonds d’archives distincts (d’auteurs ou thématiques) et d’un séminaire de recherche en quatre séquences, le projet identifiera les problématiques disciplinaires de l’archive, à partir de contextes historiques et historiographiques variés. Développé en trois angles d’observation : « Archive et disciplines », « Archives de la recherche et fonds d’auteurs » et « Rendre publique l’archive », le projet « Discipliner l’archive ? » réalisera une analyse fine de la variété des questionnements et des usages liés à l’archive, et en interrogera l’inscription dans notre propre présent.

Activités

En plus du projet de recherche sur lequel il(elle) aura été sélectionné(e), le(la) post-doctorant(e) recruté(e) prendra part aux activités du projet « Discipliner l’archive ? » de manière transversale par rapport aux axes et aux enquêtes de celui-ci .
À concurrence de 2/3ème de son contrat, il(elle) contribuera notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, séminaires, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication, ainsi qu’à la vie de l’équipe de recherche.

Livrables

Le(la) post-doctorant(e) s’engage à rendre au moins un article (50 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche avant la fin du contrat.
Le(la) post-doctorant(e) organise, prend part et suit les séances de séminaire du projet afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

Prérequis

Cet appel s’adresse à des candidats de toutes nationalités, titulaires de doctorat. Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Profil

Le(la) candidat(e) devra avoir une spécialisation en sociologie de l’immigration (le(la) candidat(e) retenu(e) aura à travailler sur des fonds Génériques et des fonds BDIC concernant en particulier la mémoire de l’immigration contemporaine, mais également à interroger l’usage des archives en sociologie de l’immigration.

Lieu, durée et conditions salariales

Le(la) post-doctorant(e) sera rattaché(e) au laboratoire SOPHIAPOL (Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques – EA 3932) à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, porteur du projet « Discipliner l’archive ? » au sein du LabEx Les passés dans le présent.

Le contrat aura une durée de 12 mois à temps plein, à compter du 1er février 2017.

Rémunération : 2212,90€ bruts (1790€ nets) + remboursement de la moitié du passe navigo.

Référents : Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie), et Judith REVEL, Professeur des universités (Philosophie), responsables du projet Discipliner l’archive ?

Date limite de candidature au 12 décembre 2016.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature devra démontrer l’adéquation au profil du poste (missions et compétences requises)

Conditions d’éligibilité du post-doctorant

Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Composition du dossier de candidature

  • Le Projet de recherche : titre (explicite), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum) ;
  • Un Curriculum Vitae et une liste des publications ;
  • Une copie du diplôme de Doctorat (ou attestation) ;
  • Le rapport de soutenance ; ou bien pré-rapports si le(la) candidat(e) est en attente de rapport de thèse (sauf pour les candidats étrangers) ;
  • Une lettre de motivation ;
  • Une publication significative (PDF) ;
  • Une lettre de recommandation rédigée par un chercheur et une personnalité reconnue.

Les dossiers incomplets ne seront pas traités.

Dépôt du dossier

Le dossier de candidature complet, numérique ET papier, devra être envoyé au plus tard le lundi 12 décembre 2016 (cachet de la Poste faisant foi).
Pour poster vos candidatures électroniques (merci de constituer un seul fichier PDF), merci d’utiliser Dropbox et de partager votre dossier avec le labex via l’adresse : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu.
Merci de bien vouloir nommer vos dossiers de candidature selon l’exemple suivant : POSTDOCDA – NOM DE FAMILLE Prénom.pdf .
Le dossier de candidature papier devra être envoyé à l’adresse suivante :

Labex Les passés dans le présent
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maison Max Weber (Bât W) – Bureau 121
200 avenue de la République
92001 Nanterre Cedex

Un accusé de réception électronique vous sera envoyé.

Procédure de recrutement

Le recrutement sera effectué en deux temps.
Dans un premier temps, le jury sélectionnera les candidats qu’il souhaite retenir pour une audition. Dans un deuxième temps, les candidats seront auditionnés, courant janvier 2017, sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Le jury sera composé de :

  • Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie)
  • Judith Revel, Professeur des universités (Philosophie)
  • Valérie Tesnière, directrice de la BDIC
  • Deux chercheurs ou enseignants-chercheurs extérieurs au labex.

Pour tout renseignement, écrire à : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu

Date limite de candidature : le 12 décembre 2016

Le Web des années 1990 : 20 ans d’Internet Archive et 10 ans du Dépôt légal du Web en France

compo-parcours14La fondation Internet Archive, pionnière dans l’archivage du Web, fête en 2016 ses vingt ans, tandis qu’en France le dépôt légal du Web célèbre ses dix ans. Si l’archivage du Web est donc jeune, le World Wide Web l’est aussi : c’est en effet seulement cinq années après sa naissance que le souci d’archiver la Toile commence à prendre forme.

Développé au tournant de la décennie 1980-1990 au Cern, organisation européenne de recherche nucléaire située à la frontière franco-suisse, ce système fondé notamment sur l’hypertexte bénéficie de sa mise à disposition gratuite, mais aussi du développement des navigateurs, notamment le navigateur graphique Mosaic, lancé par Marc Andreessen et ses collègues de l’université d’Illinois en 1993. Le succès est au rendez-vous et, avec le Web, Internet commence à gagner le grand public. Cantonné jusque-là au milieu scientifique qui partageait la puissance de calcul des ordinateurs, échangeait des courriers électroniques ou effectuait du transfert de fichiers dès les années 1970, ou encore utilisé par les premiers adoptants des communications en réseau, Internet pénètre dans les foyers, grâce également à l’équipement croissant en informatique personnelle.

Aussi, quand l’Américain Brewster Kahle lance en 1996 ce projet un peu fou d’archiver la Toile mondiale au sein de la fondation Internet Archive, le Web a commencé sa diffusion. Toutefois l’offre de contenus en ligne est encore restreinte.

Si aujourd’hui Internet Archive peut s’enorgueillir de conserver 487 milliards de pages, son effort a été rejoint notamment par celui de bibliothèques nationales. Il y a dix ans, au sein d’un mouvement européen de plus en plus préoccupé par la conservation de ce patrimoine nativement numérique, reconnu par une charte de l’Unesco de 2003, la France se lançait officiellement à son tour. Dès le début des années 2000 elle s’est penchée sur la question, mais c’est en 2006, au sein de la loi DADVSI (loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information), que la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) se voient officiellement confier la mission de préserver et conserver le Web « français » au titre du dépôt légal : à l’Ina revient l’archivage des sites et contenus médiatiques liés au monde de l’audiovisuel, le reste est confié à la BnF.

Bien sûr il ne s’agit pas d’un archivage exhaustif : les captures des sites sont plus ou moins profondes, parfois qu’à un ou deux clics de profondeur. En outre à des collectes très régulières (les sites de presse sont par exemple archivés quotidiennement par la BnF), répondent des collectes plus ponctuelles, « collectes dites larges » qui, à la BnF, concernent en 2016 une fois par an quatre millions et demi de sites enregistrés en France ou produits par des Français.

Consultables aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France mais aussi dans plusieurs bibliothèques en région, les archives du Web de la BnF et de l’Ina gardent les traces de nos activités en ligne dans des domaines variés – personnels, professionnels, politiques, sociaux, économiques. Déjà le monde académique s’en empare, à l’instar de notre équipe de recherche, Web90, qui travaille à analyser le patrimoine, les mémoires et l’histoire du Web des années 1990 en France.

Les archives des années 1990 : des archives du Web comme les autres ?

Les archives que ce parcours a l’ambition de présenter – invitant l’internaute à parcourir une petite partie de l’histoire du Web en France dans les années 1990, partagent plusieurs particularités.

Rappelons tout d’abord que cette collection de la Bibliothèque nationale de France est constituée de fonds qui proviennent non pas d’un archivage « maison », mais d’une partie des extractions de données collectées par Internet Archive entre 1996 à 2000, dont le nombre et la qualité vont croissants au fur et à mesure que l’on s’approche de la fin de la décennie (sur les 17 300 domaines collectés de 1996 à 2000 que contiennent les archives de la BnF, 67 % des URL l’ont été en 2000).

Les captures ne sont pas régulières et certains sites français ont pu y échapper. Surtout, en raison notamment de limites techniques des outils de collecte, les archives du Web sont un univers de sources pléthoriques, mais aussi lacunaires. La collecte des archives est rarement très profonde, le chercheur se heurte à des pages non archivées, à des images manquantes et à des liens brisés. Des bizarreries apparaissent parfois au fil des pages (contenus liés l’un à l’autre qui ont pourtant plusieurs mois d’écart, sauts ou anomalies chronologiques, etc.) : si l’entrée dans la boîte noire des archives du Web permet en partie d’expliquer ces reconstructions, ouvrir celle-ci permet aussi de mieux comprendre ce qu’est le patrimoine nativement numérique et apporte des outils pour l’exploiter. Ainsi notre recherche a bénéficié, dans le cadre du projet Web Corpus 2016, de l’expérimentation du plein texte par la BnF dans le fonds. Avant, le chercheur devait connaître l’URL du site pour accéder à ces archives, ce qui impliquait de savoir précisément ce qu’il cherchait, d’avoir une idée précise du paysage global de la Toile et enfin de maîtriser les noms de domaine des sites – pour certains disparus et ayant pour d’autres changé, à l’instar du site france.diplomatie.fr devenu diplomatie.gouv.fr.

Nostalgie et spécificités du Web des années 1990

« C’était l’époque d’Internet de l’époque » chantait en 2015 le youtubeur Norman dans une vidéo devenue virale sur la Toile, évoquant les « connexions pourries », la lenteur du chargement des pages, mais aussi les sites populaires au cours de ces années – Lycos, Caramail, voila.fr ou Netscape par exemple.

Le Web des années 1990 – antérieur au tournant dit « 2.0 », qui verra se développer les blogs, Wikipedia ou encore les invitations à une participation plus soutenue des internautes, simplifiée aussi par les CMS (Content Management Systems) – est paré de caractéristiques, qualités et spécificités qui inspirent le regret et la nostalgie à certains pionniers : celle d’un club encore fermé et impliquant une certaine maîtrise technique pour produire des pages. Perçu comme un temps d’inventivité, c’est également le moment où foisonnent gifs et bandeaux « En construction » et où les pages personnelles côtoient les sites vitrines d’institutions et d’entreprises. Souvent encore peu interactifs, ces derniers se veulent informatifs ou occupent juste l’espace, enchaînant parfois les maladresses de débutants (informations non mises à jour, compteurs de visites affichant une fréquentation très faible, surcharge informative, architecture confuse, etc.). C’est aussi un design typique des années 1990 qui se révèle au fil des pages, moins formaté et standardisé qu’aujourd’hui, avec son goût des visuels tape-à-l’œil qui trouvera son plein épanouissement dans le succès de la technologie Flash au moment de la pré-bulle Internet.

Au-delà du folklore de ce Web conservé dans les pages personnelles, la Toile des années 1990 présente plusieurs caractéristiques qu’il convient d’avoir à l’esprit pour pleinement en apprécier les archives : il faudrait tout d’abord pouvoir imaginer la page en contexte, c’est-à-dire au sein d’une interface qui fut sienne et des navigateurs de l’époque (Mosaic, Netscape Navigator 3.04, Internet Explorer 4.0…). La typographie de certains sites, leur affichage en seraient différents. De même pour le terminal ou les interfaces : à l’époque vous auriez sûrement utilisé Windows 95 ou Mac OS 8 (1997). Mais il faut aussi penser un Internet plus lent, aux débits bien inférieurs à ceux d’aujourd’hui (l’ADSL ne se développe en France qu’à partir de 1999). Si le bruit du modem, les difficultés de connexions et celles de repérage dans la Toile sont une réalité des années 1990, elles s’atténuent à la fin de la décennie, tout en nous rappelant aussi que ces années sont celles des cybercafés, de la consultation limitée à quelques heures (les forfaits illimités n’apparaissent que progressivement) et de tout un apprentissage, qui passe par le Web, mais aussi par d’autres supports : presse généraliste et spécialisée (Internet Actu, Planète Internet, etc.), émissions dédiées (Cyber Flash sur Canal + ou J’m’en mail sur France 5), ou encore distribution de kits de connexion dans les grandes surfaces.

C’est aussi une période d’euphorie, qui précède l’éclatement de la bulle Internet au début des années 2000. Certains s’enflamment pour les promesses de la « Net Économie » ou de la « Nouvelle Économie », les start-ups et les stock options, alors que les médias s’émerveillent des succès rapides de quelques jeunes entrepreneurs. Tandis que l’entrée en bourse de Netscape marque au milieu des années 1990 les esprits de ceux qui font résolument l’apprentissage du Web mais aussi du commerce et de la communication en ligne, le monde professionnel s’adapte avec plus ou moins de facilité et d’inspiration à ce monde numérique en plein essor. Le discours d’Al Gore de 1993 sur les « autoroutes de l’information » est relayé rapidement en Europe et donne lieu à des réflexions au sein de la commission européenne et en France (rapport de Gérard Théry en 1995) sur les promesses attendues de ces nouveaux vecteurs puis, au début de la décennie 2000, d’une société de l’information. Mais déjà certains s’inquiètent des menaces qui pèsent sur la liberté dans laquelle se sont épanouis Internet et le Web à leurs débuts. Ce qui n’était qu’affaire d’« happy few » devient un média investi par une diversité d’acteurs et le vecteur d’ambitions et d’enjeux dont, aux côtés des entreprises, s’emparent également les politiques. À cet égard notre parcours des années 1990 en France peut être prolongé jusqu’en 2001, avec la création du Forum des droits sur Internet et les craintes que fait peser la loi LSQ (Loi sur la sécurité quotidienne).

Le contexte français

La France n’échappe ni à cette euphorie, ni à la vague de rapports commandés par le gouvernement et dédiés à Internet. Elle présente toutefois quelques spécificités au sein de l’Europe: on lui attribue tout d’abord un retard, qui désigne le Minitel comme coupable. La célèbre petite boîte beige distribuée aux Français dans les années 1980, ne voit son succès que progressivement reculer au cours de la seconde moitié de la décennie 1990. Elle a été à la fois le support et l’outil d’une première adaptation des Français aux dispositifs écran/clavier et aux services en ligne. Par sa sécurité, sa simplicité d’usage et son modèle économique stabilisé – contrairement à celui du Web, elle reste utilisée et appréciée, notamment de la part de certains fournisseurs de services.

De 100 000 en 1995, l’accès à Internet passe à 150 000 accès domestiques et 395 000 accès professionnels en 1996 et à 381 000 accès domestiques et 621 000 accès professionnels en 1997. C’est le moment du décollage en France des noms de domaine, mais Reuter estime toutefois en 1997 le nombre de sites français à seulement 21 367 contre 825 385 aux États-Unis. Si certains prennent le virage numérique avec enthousiasme et si la naissance de l’Internet Society ou encore de l’Association des utilisateurs d’Internet (AUI) réunit plusieurs de ces pionniers français, c’est seulement en 1997 à l’université de la communication d’Hourtin que le premier ministre, Lionel Jospin, se prononce avec vigueur en faveur de l’Internet et du Web. Cette prise de position aboutit l’année suivante au lancement du PAGSI – Programme d’action gouvernemental pour la société de l’information, qui définit six secteurs prioritaires parmi lesquels la culture, l’éducation ou les services publics.

Il s’agit de stimuler le Web en France, il s’agira aussi bientôt de stimuler un Web francophone. C’est d’ailleurs sur cette thématique que communique un certain nombre d’acteurs de la Toile comme Club-Internet.

Bien que le Web semble s’abstraire des frontières, il n’est toutefois pas possible de faire abstraction des réalités nationales et parfois locales. Aussi ce parcours se penche également sur des initiatives telles celles prises à Parthenay ou Issy-les-Moulineaux pour acculturer les citoyens et administrés aux possibilités du numérique, sur les politiques françaises, ou encore sur des espaces de consultation.

De spécificités il est aussi question dans les débats qui agitent la Toile des années 1990. L’affaire Monica Lewinski fortement médiatisée sur les réseaux a un célèbre prédécesseur par sa viralité en l’affaire française Gubler (il s’agit de la mise en ligne par un patron de cybercafé de Besançon du livre interdit en librairie que le médecin personnel de François Mitterrand, Claude Gubler, consacre au président décédé en 1996). Les discussions des acteurs français autour de la régulation d’Internet et de la Toile suivent des formes de protestation, rythmes et débats propres. De même les univers médiatiques développés sur la Toile, s’ils peuvent emprunter ou être directement liés à des modèles étrangers (voir les offres d’Infonie sur le modèle d’AOL ou Compuserve, le développement de Google à la fin de notre période, etc.) conservent aussi les traces de tentatives spécifiques d’innovation.

Une invitation à naviguer dans la Toile du passé

Décliné en onze thèmes invitant chacun à la découverte d’une douzaine de sites, ce parcours, s’il n’a pas vocation à l’exhaustivité et a dû renoncer à présenter certains sites dont les archives étaient trop lacunaires ou tout simplement absentes, a veillé à essayer de présenter le Web des années 1990 dans sa diversité : services publics sur la Toile, Internet commercial et espaces marchands, Web dit vernaculaire reflétant des productions des internautes via les pages personnelles, espaces militants, etc. Il a aussi cherché à problématiser ces entrées en fonction de traits saillants et souvent transversaux : approche par les architectures et le design des sites ; apprentissage du Web par les acteurs d’innovation puis par les internautes, dont témoignent les modes d’emploi et la pédagogie du Web qui se déploie sur celui-ci ; Internet et la Toile comme espace de débat et en débat. Pensant les producteurs de sites comme les utilisateurs, les pionniers et premiers adoptants comme les « newbies » (terme utilisé pour désigner les nouveaux arrivants, néophytes un peu perdus et maladroits) ce parcours se penche aussi sur les premières associations et institutions dédiées à l’Internet en France, sur la genèse des fournisseurs d’accès à Internet et des premiers hébergeurs de contenus, sur les intermédiaires. Il n’oublie pas les enjeux qui traversent la décennie : réaction du « monde du papier » et de la culture à l’arrivée de la Toile ; héritages médiatiques et télématiques ; terrain de créativité, de liberté d’expression mais aussi de tentatives de régulation et d’une gouvernance en gestation. Enfin la Toile, si elle nous parle souvent d’elle-même, est aussi le reflet d’une époque et nous parle des années 1990 et des événements qui les ont parcourues. Aussi nous vous invitons à embarquer pour une (re)découverte de ce Web du passé mais aussi des années 1990 …

Archive ouvre-toi !

Stéphanie Le Gallic, Louise Merzeau, Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer et Benjamin Thierry pour l’équipe Web90

Quelques références bibliographiques pour aller plus loin

  • Ankerson, M.S. (2015), « Read/Write the Digital Archive: Strategies for Historical Web Research », In E. Hargittai, C. Sandvig (eds.), Digital Research Confidential. The Secrets of Studying Behavior Online, Cambridge, MA : The MIT Press.
  • Aubry, S. (2010), « Introducing Web Archives as a New Library Service : the Experience of the National Library of France », Liber Quarterly, 20(2), p. 179-199. Disponible en ligne, url : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-00949993>.
  • Brügger, N. (2012), « Web History and the Web as a Historical Source », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, 9, p. 316-325. Disponible en ligne, url : <http://www.zeithistorische-forschungen.de/2-2012/id%3D4426>.
  • Cohen, E., Verlaine, J. (2013), « Le dépôt légal de l’internet français à la Bibliothèque nationale de France », Sociétés & Représentations, 1(35), p. 209-218.
  • Merzeau, L. (2012), « Faire mémoire des traces numériques. e-dossiers de l’audiovisuel « Sciences humaines et sociales et patrimoine numérique » », Ina expert. Disponible en ligne, url : <http://www.ina-expert.com/e-dossier-de-l-audiovisuel-sciences-humaines-et-sociales-et-patrimoine-numerique/faire-memoire-des-traces-numeriques.html>.
  • Merzeau, L. (2014), « Vers un Web temporel. Talk at the IIPC General Assembly. Disponible en ligne, url : <http://merzeau.net/vers-un-web-temporel/>.
  • Mussou, C. (2012), « Et le Web devint archive : enjeux et défis », Le Temps des médias, 2(19), p. 259-266.
  • Paloque-Berges, C. (2015), « L’imaginaire du « grand public » au tournant du Web (1993-1997) », Revue française des sciences de l’information et de la communication. Disponible en ligne, url : <http://rfsic.revues.org/1478>.
  • Paloque-Berges, C., Schafer, V. (2015), « Quand la communication devient patrimoine », Hermès, no 71, 2015, p. 255-262.
  • Schafer, V., Thierry, B. (2015), « L’ogre et la Toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du Web », Socio 4, p. 75-96.
  • Schafer, V., Musiani, F. et Borelli, M. (2016), « Negotiating  the Web of the Past », French Journal for Media Research, no 6, La toile négociée / Negotiating the Web. Disponible en ligne, url : <http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=952>.
  • Unesco. (2003), Charte sur la conservation du patrimoine numérique. Disponible en ligne, url : <http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=17721&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html>.

Remerciements

Ce parcours guidé n’aurait pas été possible sans le soutien, les fonds d’archives et le projet Corpus Web 2016 de la BnF. Nous remercions ici l’institution et, comme celle-ci ne peut exister sans les personnes qui la font vivre, nous remercions plus particulièrement l’équipe du dépôt légal numérique, en particulier Marie Chouleur, Annick Le Follic, Géraldine Camile, Sara Aubry, Peter Stirling, ainsi qu’Emmanuelle Bermès et tous ceux qui ont rendu possible cette idée et sa réalisation, notamment dans les coulisses techniques. Nous remercions également Pauline Mardoc, assistante de recherche à la BnF au cours de la réalisation de ce parcours, qui nous a aidés avec énergie et enthousiasme. Enfin le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) au projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01)1 nous a permis de lancer en 2014 la recherche qui trouve dans ce parcours guidé une valorisation à destination d’un public large, mais répond aussi à une ambition : celle de donner envie à ceux qui le découvriront de poursuivre leur navigation sans nous. L’archivage du Web ouvre des possibilités de recherche encore insuffisamment connues et passionnantes. Ceux qui s’aventurent dans cet océan de données y affrontent des questions scientifiques, méthodologiques, épistémologiques stimulantes et qui dépassent de loin la seule histoire du Web.

  1. Carnet de recherche du programme : <https://web90.hypotheses.org/> []

Soutenance de thèse d’Isabelle Delorme

Le lundi 12 décembre 2016, Isabelle Delorme, chercheur associé de la BnF, titulaire de la bourse de recherche Mark Pigott 2016 mention « Histoire, l’Art et l’histoire de l’art », soutient sa thèse intitulée Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée menée sous la direction de Madame Laurence Bertrand Dorléac.

prisonniers_de_guerre_laurens_jean-pierre_bpt6k96078058
Prisonniers de guerre / par Jean-Pierre Laurens. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96078058>

Thèse

Un nouveau genre est apparu en bande dessinée, le récit mémoriel historique. Il retrace la mémoire d’un individu, celle de l’auteur (Marjane Satrapi Persépolis) ou de l’un de ses proches (Art Spiegelman Maus), au sein d’un événement historique majeur des XXe et XXIe siècles. Cette création artistique, en mots et en images, repose sur la nécessité de transmettre un passé le plus souvent familial. Le caractère intime et personnel de ce type d’album induit qu’un récit mémoriel historique est, sauf exception, l’oeuvre d’un unique auteur, qui en réalise le scénario, le dessin et éventuellement, la mise en couleur. L’engagement moral de ne pas trahir la mémoire
invoquée conduit ce dernier à mener d’importantes recherches documentaires et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques.

Le récit mémoriel historique en bande dessinée est l’expression d’une mémoire individuelle, représentative de la mémoire collective. L’apparition de ce nouveau genre est à mettre en relation avec l’intérêt croissant porté à la mémoire depuis la fin du XXe siècle. Il est, en quelque sorte, un marqueur visuel et narratif de l’« activisme mémoriel » mis en lumière par Henri Rousso. Il crée une mémoire imagée, laquelle est une mémoire traumatique où l’image est prédominante ; cette dernière, dessinée voire photographique, interagit avec le texte et impressionne durablement. Ces albums sont critiques, fidèles aux évènements et conformes à l’historiographie. Leur publication influence l’image que nous nous faisons des faits historiques. Maus, seul album au monde a avoir reçu un prix Pulitzer (1992) a ainsi contribué à un profond changement du regard porté sur la Shoah.

Soutenance

La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre 2016 à 14h30 au Centre d’histoire de Sciences Po salle de réunion, 3e étage
199, boulevard Saint-Germain, Paris 7e

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Bertrand Dorléac, Professeur, Sciences Po Paris
  • M. Jacques Dürrenmatt, Professeur des universités, Université Paris Sorbonne
  • M. Mark McKinney, Professeur, Miami University, États-Unis
  • M. Denis Peschanski, Directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Colloque international : Le moment 1816 des sciences et des arts. Regards croisés franco-brésiliens

france-bresilDans le cadre du bicentenaire du voyage du botaniste Auguste de Saint-Hilaire au Brésil (1816-1822) ainsi que de l’arrivée, dans la cour de Jean V à Rio de Janeiro, d’un groupe d’artistes et architectes français (la dite « Mission Artistique Française », dénomination aujourd’hui critiquée), l’EHESS , le Centre Roland Mousnier (Sorbonne-Paris IV), l’Université de Poitiers, le Museum National d’Histoire Naturelle ainsi que la Maison d’Amérique Latine1 organisent un colloque international.

Contexte

Le thème de ce colloque s’inscrit dans un contexte de partenariat avec la Bibliothèque Nationale du Brésil, depuis que les deux bibliothèques nationales ont créé un portail numérique commun, en 2009, « La France au Brésil » . Ces rencontres permettront également de valoriser le fonds Ferdinand Denis de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, numérisé par la BnF en 2015-2016, grâce à une convention de coopération entre les deux institutions.

Thème

Consécutifs à l’ouverture du territoire brésilien aux étrangers, les voyages d’exploration des premières décennies du XIXe siècle, eurent des natures diverses, les uns ayant l’envergure d’expéditions collectives, les autres reposant sur l’initiative plus ou moins individuelle et systématique. Ces voyages s’effectuent sur fond de mutations profondes : l’apparition des États-Nations est parallèle à l’affirmation d’une nouvelle philosophie de l’histoire et d’un redécoupage entre arts, littérature et sciences sociales qui n’est plus celui du XVIIIe siècle, mais n’est pas non plus encore le nôtre. En un moment post-buffonien, les savoirs naturalistes sont eux aussi le théâtre de réaménagements fondamentaux (théories de l’évolution, taxinomie, recensement et classification des espèces…), et s’inscrivent dans des formes d’organisation et d’administration en évolution (jardins botaniques, musées naturalistes…).

Ce « moment 1816 » ne prétend donc pas seulement réparer des oublis mémoriels, il sera le carrefour propice à un brassage intellectuel fécond, à la mise en dialogue de spécialistes de tous horizons : ethnologues, historiens, spécialistes de la littérature et de l’art, botanistes et historiens des sciences, du Brésil, de France et d’ailleurs.
Mettant à profit les révisions opérées autour d’Auguste de Saint-Hilaire, mais aussi les nombreuses études sur le rôle des artistes et artisans français arrivés avec Joachim Lebreton – J-B Debret principalement – et le renouveau des travaux sur Ferdinand Denis (fonds en cours de numérisation à la BnF), ces rencontres seront l’occasion de mener une réflexion transatlantique sur les enjeux passés et contemporains des voyages entre France et Brésil : quels dispositifs savants présidèrent alors à la collecte de ces données ? dans quel contexte épistémologique ? pour quelle diffusion et quelle réception française ? avec quels héritages, de part et d’autre de l’océan ?

Il s’agit donc d’embrasser, à partir de ces expériences franco-brésiliennes, une longue durée d’évolutions et de révolutions scientifiques, politiques, artistiques, de réinterroger leurs fondements, de penser leur archéologie en dépassant les cloisonnements disciplinaires : parce que les domaines sont loin d’être étanches, que le voyage de Saint-Hilaire a aussi une valeur anthropologique, que la contribution d’un Debret ne s’arrête pas aux aléas entourant la présence artistique française, que la porosité entre géographie et littérature fait déceler des voies d’irrigation de la fiction vernienne… C’est donc aussi de circulation d’objets et de savoirs dans un contexte atlantique dont il sera question.

Programme

Vendredi 25 novembre 2016 9h30-18h

9h30 – Introduction par Claudia Damasceno (CRBC/EHESS), Laura de Mello e Souza (Université Paris-Sorbonne), Antonella Romano (CAK/EHESS)

10h – Présentation de l’ouvrage Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853). Un botaniste français au Brésil (Paris : Muséum National d’Histoire naturelle, 2016, 607 p. Coll. Archives, 22), Denis Lamy (CAK/ MNHN)

10h-15h – Première session. Le voyage : projet, réalisation, mises en écriture. Présidence : Caroline Callard (Université Paris-Sorbonne) Discutante : Marie-Noëlle Bourguet (CAK/Université Paris-Diderot)

  • Auguste de Saint-Hilaire: botanique, spécialisation et prestige, Lorelai Kury (Fondation Oswaldo Cruz)
  • Éditer le voyage, Claudia Damasceno (CRBC/EHESS) et Yasmine Marcil (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
  • Ferdinand Denis et le Brésil: le partage des savoirs, Michel Riaudel (Université de Poitiers)

12h30 – Discussion

13h – Pause déjeuner

14h – Deuxième session. Au carrefour des sciences et des arts : l’espace atlantique au lendemain du Congrès de Vienne. Présidence : Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne) Discutant : Pierre-Henri Gouyon (MNHN)

  • Une botanique moderne ? Denis Lamy (CAK/MNHN)
  • Pays, paysage: les changements de la forêt de Tijuca, Guilherme Simões (Université Pontificale Catholique, São Paulo)

15h30 – Pause

  • Où en est la dispute sur le Nouveau Monde ?, Silvia Sebastiani (CRH/EHESS)
  • Mesurer le Brésil : cartographie, statistique et pensée géographique, Iris Kantor (Université de São Paulo)

17h-18h – Discussion générale

Samedi 26 novembre 2016 9h30-18h

9h30 – Troisième session. Le « Monde Nouveau » : Un paradigme recomposé ? Présidence : Régine Piersanti (BnF). Discutant : Charlotte de Castelnau (Université Paris-Diderot)
Quand le Brésil parlait français: les carrefours des sciences et de l’exploration au 18e siècle, Neil Safier (John Carter Brown Library)
La nature dans la sphère publique au début du 19e siècle, Pietro Corsi (CAK-EHESS/Oxford University)
10h30-11h – Pause
La couleur atlantique : les arts visuels dans la racialisation de la peau autour de 1800, Anne Laffont (INHA/Université Paris Est-Marne-la-Vallée)
11h30 – Discussion générale
12h15 – Pause déjeuner
14h – Quatrième session. Appropriations et héritages. Présidence : Jean-Frédéric Schaub (CRBC/EHESS). Discutant : Jacques Leenhardt (EHSS)
Une revue des deux mondes, Sébastien Rozeaux (Framespa/Université Toulouse Jean Jaurès)
L’historiographie brésilienne et les récits de Voyage. Le cas Auguste de Saint-Hilaire, Temístocles Cezar (Université Fédérale de Rio Grande do Sul)
Une postérité inattendue: le phalanstère de Sahy et les connexions brésiliennes de Saint Hilaire (1830’s – 1840’s), Laurent Vidal (Université de La Rochelle)
15h45 – Pause
16h15 – Discussion finale ouverte par Jean-Marc Besse (E.H.GO/CNRS)
17h30 – Clôture du colloque

Infos pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Téléchargement

Programme completEnregistrer

  1. où se tient, du 20 octobre au 20 décembre, une exposition intitulée : L’atelier tropical. Jean-Baptiste Debret. Peintres, écrivains et savants français au Brésil, 1816-1850. []

Colloque : « La bande dessinée, toujours jeune ? »

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

les_tribulations_dun_chat_texte_rabier_benjamin_bpt6k376559m
Les Tribulations d’un chat, texte et illustrations de Benjamin Rabier. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9657430b>.

Argument

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre oeuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les oeuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au Japon et aux Etats-Unis.
Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Programme

– 9h00 : Accueil
– 9h15 : Ouverture
– 9h30 : Introduction / Emmanuel Guibert

Matin
Présidente de séance : Marine Planche, BnF/CNLJ
– 10h15 : Les censeurs : des pionniers de la critique de bande dessinée / Sylvain Lesage, Université de Lille
– 10h45 : échanges avec la salle et pause
– 11h00 : « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours » : les petites stratégies pédagogiques dans les illustrés franco-belges des Trente glorieuses / Jessica Kohn, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
– 11h30 : Le manga, du produit dérivé à un secteur de la bande dessinée à part entière / Bounthavy Suvilay, Université Montpellier 3

Après-midi
Président de séance : Jean-Marie Compte, BnF/département Littérature et art
– 14h00 : Frontières / Olivier Piffault, BnF/département de la Conservation
– 14h30 : De la bande dessinée au roman graphique de jeunesse : quels changements et apports pour le jeune public ? / Marcelle Délicat, Université de Saint-Etienne
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Du côté des auteurs : état de la profession / Benoît Peeters, écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée
– 15h45 : La vie des classiques : interview croisée animée par Jean-Pierre Mercier, CIBDI, Jean-Yves Ferri, Matthieu Bonhomme
– 17h00 : Clôture de la journée

Vendredi 25 novembre 2016, Médiathèque Françoise Sagan

– 9h15 : Ouverture

Matin
Président de séance : Benoît Berthou, Université Paris 13
– 9h30 : Créer les adolescents : la jeunesse adulte des comics américains / Raphaël Faon, EHESS
– 10h00 : Pourquoi les adolescents ne lisent-ils pas plus de bandes dessinées ? / Sylvain Aquatias, Université de Limoges
– 10h30 : échanges avec la salle et pause
– 10h45 : Quelles stratégies pour toucher le jeune public ? / Table ronde animée par Benoît Berthou : Florian Ferrier (Sarbacane), Pauline Mermet (Dargaud), Charlotte Moundlic (Rue de Sèvres)

Après-midi
Présidente de séance : Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise Sagan
– 14h00 : Exposer la bande dessinée : l’exemple de l’exposition Lucky Luke / Jean-Pierre Mercier
– 14h30 : Quel canon scolaire pour la BD ? Contre-enquête sur un classique du cycle 3 : Angelot du lac d’Yvan Pommaux / Hélène Raux, Lycée Montpellier
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Bande dessinée et médiation. Table ronde animée par Pierre Pulliat
– 16h30 : Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Entrée libre sur inscription auprès de : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr), Quai François – Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
    Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80

Enregistrer

Colloque « Proust et la musique » : publication des captations vidéo

Du 25 au 27 octobre dernier se tenait à la Fondation Singer-Polignac le colloque Proust et la musique organisé par l’Université de la Sorbonne-Nouvelle, l’Université Grenoble Alpes et l’ITEM.

La manifestation s’intéressait à la place de la musique dans l’œuvre de Marcel Proust. En effet, après les travaux pionniers des années 1960-1980, on assiste depuis une décennie à un véritable renouveau critique. L’univers musical de la Belle Époque est beaucoup mieux connu, qu’il s’agisse du rôle des salons et des mécènes, des grandes figures de compositeurs, des interprètes et des critiques ; Reynaldo Hahn est enfin réévalué, et on mesure mieux l’importance de son rôle aux côtés de Proust. La génétique littéraire a montré comment, prenant ses distances avec les phares de sa jeunesse (Wagner, Saint-Saëns, etc.), le romancier a conféré in extremis en 1913 une esthétique résolument moderniste à l’œuvre de Vinteuil. Les recherches musicographiques les plus récentes ont révélé l’étendue de ses lectures à travers la presse spécialisée, et suggéré combien la Recherche renouvelait le genre du « roman musical ». Réunissant musicologues et spécialistes de l’écrivain, le colloque a permis d’explorer cette « écriture de la musique » dans le salon même de Winnaretta Singer, princesse de Polignac, où le jeune Proust découvrit une partie des œuvres qui ont nourri la Recherche – Rameau, les quatuors de Beethoven, la musique du prince lui-même.

Les collections de la Bibliothèque nationale de France y ont été abondamment valorisées et les problématiques musicales traitées selon différentes méthodologies (celles de la musicologie, mais aussi de la littérature comparée, de l’histoire de l’art, de la philosophie, de l’histoire du cinéma…).

Les captations vidéo sont accessibles en ligne à l’adresse : <https://www.singer-polignac.org/fr/missions/lettres-et-arts/colloques-arts-lettres/794-proust-et-la-musique>.

Nous signalons en particulier les communications des collaborateurs de la BnF, Philippe Blay et Mathias Auclair.

philippe-blayx300Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn sur lequel il prépare une monographie (Fayard). En 2015 a paru sous sa direction un ouvrage collectif sur ce compositeur : Reynaldo Hahn, un éclectique en musique, Actes Sud, Palazzetto Bru Zane.

Sa communication s’intitulait : « Duo avec un “dieu déguisé” : Reynaldo Hahn »

auclair_mathiasMathias Auclair est le directeur du département de la musique de la Bibliothèque nationale de France. Il a été commissaire d’une quinzaine d’expositions à la Bibliothèque-musée de l’Opéra et a codirigé une dizaine de publications et catalogues d’expositions sur la musique, l’opéra ou la danse. Sa prochaine exposition, « Bakst : des Ballets russes à la haute couture » ouvrira au Palais Garnier le 22 novembre 2016. Il est l’auteur, avec Elizabeth Giuliani, d’un ouvrage sur Jean-Philippe Rameau et d’un autre, avec Pierre Provoyeur, sur le plafond de Chagall du Palais Garnier.

Sa communication porte sur « La “Walkyrie” de 1893 à l’Opéra » :

Comment relaxer des manuscrits ?

A partir de 1943, et notamment lors des combats aériens précédant le Débarquement qui opposent les Alliés aux Allemands, la ville de Chartres subit à plusieurs reprises des bombardements de l’aviation américaine visant garnisons et points stratégiques1. Le 26 mai 1944, plusieurs bombardiers B-26 prennent pour cible le terrain d’aviation de Chartres tandis que d’autres bombardiers ont pour mission de détruire des embranchements de voies ferrées.

Cependant, quelques secondes avant de larguer ses deux bombes de 900 kg, le B-26 du Lieutenant Robert N. Smith est touché par la DCA en passant au-dessus de Chartres2. Avant de s’écraser au sud-ouest de la ville, il largue en urgence ses bombes ce qui est interprété comme étant le signal de largage par ses suiveurs. 12 bombes atteignent le centre-ville de Chartres faisant 49 victimes civiles3. La place des Halles et l’Hôtel de Ville – où est installée la bibliothèque – sont touchés et subissent un incendie qui détruit les manuscrits anciens. Quand l’incendie est maîtrisé, 45 % des manuscrits sont totalement détruits, le restant présentant des états allant du manuscrit rogné aux marges par les flammes jusqu’au bloc de charbon vitrifié par la chaleur. D’autres ont été endommagés par l’eau déversée par les pompiers4. D’inestimables témoignages sur Chartres, haut lieu de la vie intellectuelle dans l’Occident des XIe-XIIe siècles ont disparu.

Restauration / conservation

Dès le 9 juin 1944 la Bibliothèque nationale joue un rôle puisque douze caisses de manuscrits rescapés sont acheminés vers l’atelier de restauration pour des traitements de près de quatre ans : les feuillets de parchemin agglutinés par l’action de la chaleur et de l’eau sont séparés par des moyens chimiques. D’après les archives conservées par la BnF, le traitement appliqué semble avoir pour l’essentiel consisté en un nettoyage des salissures à l’eau, l’emploi d’une solution formolée pour stopper la putréfaction, puis une solution tannante et un séchage des documents sous presse.

bnf_renaissance_manuscrits_medievaux_chartresSur 519 manuscrits recensés en 1890, 165 ont pu être sauvés. Cependant de nombreux fragments restent comme vitrifiés, c’est-à-dire translucides et rigides. Ayant perdu l’élasticité originelle de la feuille de parchemin, les fragments se brisent au moindre choc. La sauvegarde réalisée dans l’urgence laisse apparaître de nombreux plis qui masquent une partie de l’écriture, ce qui nuit à l’identification des textes.

Dès la restitution par la Bibliothèque nationale des manuscrits rescapés, plusieurs acteurs entreprennent le travail d’identification des textes et de reclassement des fragments et feuillets épars de manuscrits. Maurice Jusselin (1882-1964), ancien archiviste départemental, le chanoine  et archiviste diocésain Yves Delaporte (1879-1979) et la bibliothécaire Marie Guittet (1900-1959)5 s’attellent à un tâche encore en cours.

Relaxation

De 2005 à 2012, une nouvelle campagne de traitement et de numérisation des manuscrits médiévaux de Chartres est lancée par la Bibliothèque municipale de Chartres, l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes et la Bibliothèque nationale de France. En mai 2006, le Service restauration de la Bibliothèque nationale de France a prélevé des échantillons et testé deux méthodes successives pour rendre aux manuscrits « vitrifiés » par l’incendie leur souplesse originelle. Ces tests ont permis de valider une méthode de relaxation du parchemin en chambre d’humidification puis mise en tension.

Photographie Jean-Yves Sarazin © BnF
Photographie Jean-Yves Sarazin © BnF

Au centre technique de la BnF, basé à Bussy-Saint-Georges, cette  technique inédite en France est mise en oeuvre pour 29 manuscrits médiévaux : la « relaxation » des parchemins rétractés et gondolés, soit l’humidification feuille par feuille en chambre d’humidification, pour assouplir et ramollir le parchemin de sorte à le remettre en tension et faire disparaître les plis. Les feuillets séchés, la lecture du texte caché par les plis est de nouveau possible. L’opération était assortie d’une campagne de photographie et de numérisation destinée à permettre toutes sortes de manipulations sur les fichiers numériques tout en préservant les originaux. Ainsi les chercheurs de l’IRHT peuvent continuer le travail d’identification et de reconstitution des manuscrits.

La numérisation permet également la mise en ligne gratuite de ce patrimoine lié à l’histoire de la Cathédrale et des écoles de Chartres au Moyen âge.

Depuis, d’autres tentatives ont été menées notamment en 2014 avec l’imagerie multispectrale employée par l’équipe du Lazarus Project (http://www.lazarusprojectimaging.com/), pour tenter de lire des fragments, à l’image de celle employée sur des rouleaux carbonisés d’Herculanum6 qui a permis d’identifier des lettres cachées à l’intérieur d’un codex carbonisé sans avoir à dérouler le rouleau et donc le détruire.

Pour aller plus loin

  1. Plus de quarante bombardements entre les mois de septembre 1943 et d’août 1944. Cf. « Les bombardements en Eure-et-Loir », Association Forced Landing, 2003. Disponible en ligne, url : <http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/1.htm> []
  2. « Le crash de l’équipage du Lt Smith », Association Forced Landing, 2003. Disponible en ligne, url : <http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/smith.htm>. []
  3. « Chartres », Archives départementales d’Eure-et-Loir. Disponible en ligne, url : <http://www.archives28.fr/article.php?laref=169&titre=chartres>. []
  4. « Incendie de la Bibliothèque municipale de Chartres en 1944 », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie_de_la_Biblioth%C3%A8que_municipale_de_Chartres_en_1944>. []
  5. Maurice Jusselin, Mademoiselle Marie Guittet : bibliothécaire de la ville de Chartres, 1900-1959, Chartres : Tantet et Catinat, 1959, 5 p. []
  6. Vito Mocella, Emmanuel Brun, Claudio Ferrero & Daniel Delattre, « Revealing letters in rolled Herculaneum papyri by X-ray phase-contrast imaging », Nature Communications, n° 6, 20 janvier 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.nature.com/articles/ncomms6895>. []

Décès de Paulette Perec, conservateur à la BnF et veuve de Georges Perec

Saluons la mémoire de notre collègue Paulette Perec (née Pétras) décédée à l’hôpital de Chevilly-Larue (Val-de-Marne) ce samedi 5 novembre.paulette-perec

En effet, si elle a été un temps à la ville l’épouse de l’écrivain Georges Perec, elle fut professionnellement conservateur à la Bibliothèque nationale de France de 1965 à sa retraite, comme son mari fut documentaliste au CNRS de 1961 à 1978 (au laboratoire de neurophysiologie du CHU de Saint-Antoine puis à Gif-sur-Yvette) employant les fiches Flambo et Pikaboo.

Son parcours aux côtés de Georges Perec est rappelé dans l’article que lui consacre Denis Cosnard dans le Monde (http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/11/07/mort-de-paulette-perec-veuve-de-georges-perec_5026729_3382.html). Les connaisseurs de l’oeuvre de Georges Perec savent combien l’exercice d’un tel emploi n’était pas anodin pour un esprit rompu aux listes, à la classification et à la taxinomie. La publication de Penser/Classer1 vint le confirmer.

Il en fut de même pour Paulette Perec qui mit ses compétences au service de l’oeuvre de celui qui fut son mari en inventoriant2 ses archives et, entre autres, en dirigeant les Portrait(s) de Georges Perec ((Portrait(s) de Georges Perec, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2001, 238 p.)) parus aux éditions de la BnF en 2001. Elle y contribua également en proposant la « Chronique de la vie de Georges Perec : 7 mars 1936-3 mars 1982 ».

Pour ceux qui voudraient la voir et l’entendre, mentionnons sa participation à l’atelier d’écriture « écrire la ville » réalisé avec François Bon, où elle évoquait en 2008 le travail de son mari. La vidéo est consultable à l’adresse : http://classes.bnf.fr/ecrirelaville/rencontres/perec.htm.

Entrée à la BnF en 1965 au département des Périodiques, elle a intégré le département des Imprimés en 1971, où elle dirigea dans la célèbre salle des catalogues l’équipe chargée de l’intercalation des nouvelles fiches dans les fichiers (auteurs, titres, matières, etc.). Comme quoi, elle devait partager le vertige taxonomique de Georges Perec pour les fiches du Répertoire Bibliographique Universelle (RBU) de Paul Otlet…

Entre 1981 et 1985, elle est responsable des affiches et du service public au département des Estampes, avant de rejoindre la bibliothèque de l’Arsenal en 1986, où elle gère essentiellement les entrées (acquisitions, dépôt légal…). Elle contribua à plusieurs expositions toujours en lien avec la littérature. Ainsi en 1974, elle participa à l’exposition Ernest Renan et en 1987 à celle portant sur le roman feuilleton intitulée « Les mystères du rez-de-chaussée : le journal du feuilleton ». En 1991, elle devient responsable des acquisitions en antiquariat pour le département des Imprimés, où elle développe une expertise qui lui permet de remplir le même rôle au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme à partir de 1995, tout en conseillant ses homologues des autres départements thématiques, avant de s’occuper de la coordination des dons et échanges pour tous les départements thématiques.

Beaucoup la connaissaient pour son rôle dans l’Association Georges Perec, fondée dès 1982, l’année même de la mort de son époux, et pour sa présence si vive et passionnée dans tous les événements visant à promouvoir cette œuvre majeure. C’est grâce à elle que le fonds Georges Perec a pu être déposé à la bibliothèque de l’Arsenal3. Elle a pris une part capitale à l’établissement de son inventaire et à la vie de l’Association, présente chaque semaine rue de Sully.

  1. Penser, classer, [Paris] : Hachette, 1985, 184 p. []
  2. avec Ela Bienenfeld, née en 1927 et décédée le 1er février 2016 et Bianca Lamblin (1921-2011), toutes deux cousines de l’écrivain []
  3. Le fonds Georges Perec et le fonds de l’Association ont pour ainsi dire été aux prémices de la spécialisation oulipienne de l’Arsenal puisque se sont rajoutés les fonds de Jacques Jouet depuis 1999, de Noël Arnaud depuis 2003, de Jacques Bens en 2004 puis de l’Ouvroir de littérature potentielle en 2005, complétés en 2009 par ceux de François Caradec et de Paul Fournel en 2014 []

Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015

Le mardi 15 novembre, Cécile Kubik, musicien chercheur associé de la BnF soutient sa thèse du doctorat de musique Recherche et pratique, menée conjointement à l’université Paris-Sorbonne et au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP).

Avant d’évoquer la thèse, faisons un petit rappel concernant ce statut dont bénéficiait Cécile Kubik à la BnF. En 2013-2014 la BnF élargissait en effet son dispositif d’accueil de chercheurs associés aux interprètes et musiciens chercheurs en créant le statut de musicien chercheur associé. C’est cette même année que la candidature de Cécile Kubik fut retenue pour son projet intitulé De la recherche à l’interprétation : les sonates françaises pour piano et violon (1800-1870).

En 2014-2015, sur proposition d’un jury ad hoc, le Président de la BnF a attribué l’une des bourses BnF – Pasteur Vallery-Radot à Cécile Kubik. Dotées de 10.000 euros, grâce au legs de la famille Pasteur Vallery-Radot, ces bourses sont attribuées chaque année depuis 2004 aux chercheurs associés les plus méritants de la Bibliothèque et dont les travaux de recherche portent principalement sur les collections de la BnF.

Désormais, la soutenance de thèse marque une nouvelle étape dans le cursus destiné aux interprètes menant une recherche pour et à travers l’interprétation.

duo_avec_violoniste_et_pianiste_btv1b69041755
Duo avec violoniste et pianiste par Georges Desvallières. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69041755

Thèse

Menée sous la direction de Jean-Pierre Bartoli, par une double approche, musicologique d’une part et d’interprète d’autre part, la thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe sièclevise à appréhender le langage musical de différents compositeurs et leurs codes stylistiques implicites, pour les restituer au mieux. Elle propose à cet effet la sélection d’un corpus de sonates représentatives des diverses tendances au long du siècle.

La sonate française pour piano et violon connaît en effet une considérable évolution au cours du XIXe siècle, depuis les exemples méconnus de l’Empire et de la Restauration jusqu’à la fin du siècle où son renouveau apparaît clairement.

L’étude des nombreuses sources, par exemple les méthodes de violon parues à cette époque, fournit d’innombrables indications techniques éclairant les modes de jeu appropriés, tel l’usage du vibrato, du port de voix ou encore des ornements. Un important effort de contextualisation – témoignages sur les créateurs des œuvres, presse musicale, environnement artistique, politique, vient compléter le travail mené sur l’évolution des instruments, du public ou des espaces acoustiques. Ces solides éléments musicologiques étayent la mise en pratique musicale concrète, lors de concerts, sur instruments d’époque comme modernes.

Le rôle et la place de l’interprète ont été questionnés, tant aujourd’hui qu’au XIXe siècle, ainsi que les problèmes inhérents à la notion d’authenticité, pour éviter d’aboutir à un monolithique ‘style XIXe‘. L’ambition de cette recherche était d’offrir une interprétation nouvelle de ces sonates françaises, propre à en susciter une écoute renouvelée ; une lecture consciente aussi bien de la genèse des œuvres que des conditions de leur représentation contemporaine.

Comme l’écrit Cécile Kubik, la thèse « considère la double inconnue d’un répertoire et d’un jeu violonistique encore inexplorés. Elle dévoile les sonates de cette période, mais questionne aussi leur interprétation. Une étude historique est menée sur le jeu des violonistes français : base de données, inventaires inédits, analyse de sources et témoignages, notamment un vaste corpus de traités de violon et les partitions annotées du fonds Baillot de la BnF, éclairent leur pratique à la lumière de multiples paradigmes. L’ambition est de construire aujourd’hui, violon en main, une interprétation de ces sonates méconnues et, avec la création d’outils destinés aux interprètes et aux scientifiques, d’œuvrer à leur diffusion. »

young_woman_with_violin_btv1b84339354
Young woman with violin : jeune violoniste / Orazio Gentileschi. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84339354

Programme de la soutenance

S’agissant d’un doctorat d’artiste chercheur1, la soutenance allie une soutenance de type académique à un récital public.

  • Lundi 14 novembre 2016, 19h, Philharmonie 2, Paris : récital public associé à la soutenance, avec des pianos forte des collections du Musée de la musique de Paris,  aimablement mis à disposition
  • Mardi 15 octobre 2016, 14h, Salon Vinteuil du CNSMDP : soutenance académique

Le jury sera composé de personnalités universitaires autant que musicales :

  • M. Bruno Mantovani, compositeur, chef d’orchestre, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
  • M. Jean-Pierre Bartoli, Professeur à l’université Paris-Sorbonne
  • M. Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, professeur au CNSMDP
  • Mme Cécile Reynaud, conservateur en chef au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France, directeur d’études en musicologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (section Sciences historiques et philologiques)
  • M. Jean-Jacques Kantorow, violoniste, chef d’orchestre
  • M. Guy Gosselin, Professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Président de la Société française de musicologie

Entrée libre sans réservation

Mise à jour du 23 novembre 2016 : à l’issue des deux épreuves constituées d’un récital à la Philharmonie de Paris et de la soutenance académique, le jury a décerné à Cécile Kubik la mention très honorable avec les félicitations du jury. Elle revient sur cette soutenance dans son site, à la page : http://www.cecilekubik.fr/recherche/docteure/

Enregistrer

  1. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique » », Carnet de la revue Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne url : <https://hermes.hypotheses.org/44>. []

Parution de l’édition électronique du « Livre persan » de Francis Richard

Parution de l’édition électronique des conférences sur le livre persan proposées par Francis Richard dans le cadre des conférences Léopold Delisle organisées par la Bibliothèque nationale de France.

9782717720655L’auteur :

Francis Richard, conservateur de 1974 à 2003 à la division orientale du département des Manuscrits de la BnF,  puis directeur du nouveau Département des arts de l’Islam du Louvre et ensuite directeur scientifique de la BULAC jusqu’à son départ à la retraite en décembre 2014, était chargé du fonds persan et de la rédaction de son catalogue. Il a publié, en 1989, un Catalogue des manuscrits persans, I, Ancien fonds (BN) et, en 1997, un catalogue d’exposition : Splendeurs persanes. Manuscrits du XIIe au XVIIe siècle (BnF); il s’intéresse à la codicologie (ayant publié, en 1997, avec F. Déroche, à la BnF, Scribes et manuscrits du Moyen-Orient et participé à la rédaction du Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, BnF, 2000), aux manuscrits enluminés (Les Cinq Poèmes de Nezâmi. Chef-d’œuvre persan du XVIIe siècle, Paris, Anthèse, 1995) et à l’histoire de l’orientalisme (Raphaël Du Mans, missionnaire en Perse au XVIIe siècle, L’Harmattan, 1995). Il a également fait paraître de nombreux articles sur ces sujets dans diverses revues.

Le cadre :

Le cycle des conférences Léopold Delisle est organisé par la Bibliothèque nationale de France avec le soutien d’Henri Schiller, collectionneur, bibliophile.
Les conférences Léopold Delisle offrent à un public de curieux et d’amateurs éclairés des synthèses inédites, érudites et à jour sur le thème du livre et des manuscrits.

L’objet :

De 1739 à 2002, la BnF s’est enrichie d’une collection de plus de deux mille volumes manuscrits en persan, dont beaucoup sont enluminés, anciens ou contiennent des copies uniques de textes rares. La longue histoire de la constitution du fonds persan de la BnF met en scène savants, voyageurs, interprètes et collectionneurs les plus divers, militaires ou médecins, qui déposent ou vendent les collections accumulées durant leurs voyages et missions diplomatiques en Inde et en Perse. Dans ce tableau des études françaises sur la civilisation persane classique, émergent les noms prestigieux de L. M. Langlès, S. de Sacy, A. L. de Chézy, Otter, Simon de Vierville, ou encore Anquetil-Duperron. La transmission des textes persans pose le problème de la filiation des manuscrits, discipline érudite de l’histoire des textes où les arguments philologiques et stylistiques corroborent ou infirment les données de l’analyse codicologique.

Francis Richard se livre à une véritable traque des variantes, marques de relecture ou corrections et fait revivre des grands ateliers comme ceux de la ville de Chîrâz entre le XIIIe et le XVIIe siècle ; il apporte des éclairages sur le rôle du mécénat princier. À la frontière entre transmission orale et transmission écrite, l’étude du mode de survie des textes poétiques peut être illustrée, juste avant que la Perse n’adopte le chiisme comme religion officielle au début du XVIe siècle, par la vogue extraordinaire de l’œuvre de Djâmî, figure emblématique du Hérât timouride et poète adulé des Ottomans. Quelques exemples montrent de quelle manière s’est manifesté le succès de son œuvre, recopiée et illustrée à l’envi. Enfin, Francis Richard attire l’attention sur un type de décor à la fois omniprésent dans les manuscrits persans et éclipsé par la miniature qui a beaucoup plus attiré l’attention des amateurs et des spécialistes d’histoire de l’art, les frontispices initiaux ou sarlowh que l’on trouve en tête de nombre de manuscrits. Or il s’agit d’un des décors les plus classiques dans les manuscrits persans. Une certaine évolution des styles s’accompagne d’une extrême fidélité à des modèles et à un répertoire d’éléments auxquels on puise. Leur étude systématique pose de redoutables problèmes du fait de leur abondance et de leur caractère non figuratif. Rassembler systématiquement un corpus d’images est la condition préalable à une histoire véritable de ces chefs-d’œuvre qui, avec la calligraphie, sont presque emblématiques de l’art du livre persan.

Sommaire :

  • Le Supplément persan : l’acquisition de manuscrits par le département des Manuscrits de 1739 à nos jours
  • La transmission des textes dans le monde iranien : quelques pratiques liées à la culture manuscrite
  • Un cas de « succès littéraire » : la diffusion des œuvres poétiques de Djâmî de Hérât à travers tout le Proche-Orient
  • Le sarlowh ou frontispice enluminé : un décor fréquent dans les manuscrits persans

Accès en ligne sur la plateforme OpenEdition Books de la BnF : http://books.openedition.org/editionsbnf/2457

La version imprimée reste disponible à l’achat : http://editions.bnf.fr/le-livre-persan

Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914)

Du 16 au 18 mars dernier, se tenait au Collège doctoral européen de Strasbourg, le colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » organisée par l’Université de Strasbourg.

La manifestation s’intéressait aux plaques photographiques utilisées pour l’enseignement et/ou la recherche dans le cadre scolaire, les universités et autres instituts spécialisés. Par-delà le repérage et l’inventaire des collections de plaques de verre, il paraît en effet important de comprendre l’usage qui en était fait, ces collections devenant les témoins privilégiés de l’histoire de l’enseignement universitaire autant que de la recherche. Les plaques de verre ont en effet été utilisées par une grande variété de disciplines au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces objets s’avèrent donc particulièrement représentatifs d’un moment clef pour l’histoire des sciences et de leur enseignement académique. L’enseignement par l’image autant que l’image comme outil scientifique s’impose alors à des disciplines qui jusque-là n’y recourraient pas systématiquement.

A cette occasion, Olivier Loiseaux, Chef du service acquisitions et collections géographiques du département des Cartes et plans de la BnF, est intervenu pour évoquer Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914).

Son intervention a fait l’objet d’une captation vidéo publiée sur la chaîne Canal C2 de l’Université de Strasbourg (http://www.canalc2.tv/video/13812) ainsi que sur la chaîne Canal U, de la Fondation Maison des sciences de l’homme :

Contrairement à ce que l’on pourrait naturellement penser en imaginant que les collections photographiques de la Bibliothèque nationale de France sont conservées au département des Estampes et de la photographie, des trésors photographiques sont répartis dans d’autres départements dont celui des Cartes et plans qui abrite les plaques de verre de la Société de géographie. Ces dernières ont déjà fait l’objet d’opérations de valorisation comme par exemple au cours de l’exposition présentée à l’automne 2007 à la Galerie de photographie de la BnF1 et dont une version en ligne reste consultable :  Trésors photographiques de la Société de géographie, Paris : Bibliothèque nationale de France, [2007]. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/socgeo/>.

Le site de la Société de géographie décrit le Fonds photographique riche de près de 100 000 épreuves sur papier et de quelque 43 000 plaques de verre qu’elle a confié à la BnF à l’adresse url : <http://www.socgeo.org/bibliotheque/fonds-photographique/>.


Image de Une : Yucatan [Lacandons]. 27, Statue de Tlaloc. Chichen / [mission] Charnay ; [photogr.] Charnay ; [photogr. reprod. par Molténi pour la conférence donnée par] Charnay. Disponible sur Gallica, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5965161w>.

  1. Olivier Loiseaux (dir.), Trésors photographiques de la Société de géographie,>[Paris] : Bibliothèque nationale de France : Glénat, 2006, 239 p. []

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?