Archives par mot-clé : Recueils

Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent

Le lancement des commémorations de Mai 68 par le Centre Pompidou1 sont l’occasion de rappeler l’action menée par la Bibliothèque nationale pour sauvegarder les traces de l’événement et ses déclinaisons les plus contemporaines à l’heure de la dématérialisation des sources de l’histoire du temps présent.

Après les attentats qui ont marqué la ville de Paris en novembre 2015, l’action menée par les Archives de Paris pour recueillir et sauvegarder les messages anonymes laissés sur les lieux des attentats avait suscité des échos dans les médias. Cette initiative faisait suite à celle entreprise par la bibliothèque de l’université de Harvard pour les documents relatifs aux attentats de janvier 2015.

Ces actions relevant d’une institution publique, les Archives de Paris2, et d’une bibliothèque, la Bibliothèque de l’université Harvard3, font écho à la collecte des journaux, tracts, affiches manuscrites ou imprimées, banderoles, dessins, chansons… menée par les bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale de la rue de Richelieu, près de 50 ans avant, pendant les événements de Mai 68.

Si cette implication des agents de la Bibliothèque Nationale dans la collecte des sources de l’histoire immédiate est connue par la relative abondante bibliographie qui lui a été consacrée, rappelons tout de même que les chercheurs actuels la doivent en premier chef à l’initiative individuelle d’une conservatrice, Marie-Renée Morin (1925-2012)4.

Marie-Renée Morin en 2008.

Nommée en 1958 au Catalogue de l’histoire de France – qui allait devenir le Service de l’Histoire de France5, soit le service chargé  d’attribuer une cote parlante à tous les ouvrages ou documents entrant dans la division Histoire de France6 – , par Julien Cain, Marie-Renée Morin, après avoir œuvré au comblement des lacunes en collections de périodiques, tracts et affiches électoraux de la période 1900-1930 et de la Résistance, ne pouvait qu’être sensible à ce patrimoine matériel particulier, relevant parfois des éphémères et, de ce fait, exclu du périmètre de la loi sur le dépôt légal.

D’aucuns pourraient arguer que l’importante bibliographie (cf. ci-dessous) relative à cette action de la BN en mai 68 reflète son caractère à la fois inédit et exceptionnel. Comme si la BN se targuait d’avoir eu la prescience de l’importance de l’événement et ne cessait de célébrer depuis cette clairvoyance singulière. En réalité, il n’en est rien.  Comme le rappelle Marie-Renée Morin dans l’interview7 qu’elle accorda pour illustrer l’exposition Esprit(s) de mai 68. Tracts, affiches, photographies, journaux organisée par la Bibliothèque nationale de France en 2008, la collecte des tracts était une tradition :

… c’était une tradition au Service de l’histoire de France de ramasser tout ce qui était tracts, tout ce qui était [de] tendance politique, tous les papiers un peu informes et donc, toujours on ramassait…

Cette pratique déjà ancienne n’a fait que se perpétuer en mai-juin 1968. Marie-Renée Morin dit bien que la collecte s’est faite « y compris quand il y a eu les événements de Nanterre, le 22 mars », comme si cela allait de soi et que ces événements ne dérogeaient pas, sinon à la règle, du moins à une habitude inscrite dans les us et coutumes des agents du Service de l’histoire de France et de leurs collègues.

Au-delà de la BN ou de l’action d’acteurs8, une pratique équivalente menée dans d’autres villes, par exemple à Lyon – de l’initiative là encore personnelle d’un agent public, l’archiviste de la Ville de Lyon Henri Hours9 – , tend à révéler que les conservateurs des bibliothèques ou des archives, aient eu, par leur formation, un tropisme à la conservation des documents de l’histoire en train de se faire.

Cette pratique a perduré à la Bibliothèque Nationale jusqu’à la fermeture du Service de l’Histoire de France qui est intervenue lors de l’arrêt de la cotation dans la division Histoire de France. De nombreux services internes de la bibliothèque conservaient dans leurs espaces qui une bannette, qui une boîte Cauchard® – cas le plus fréquent –10 pour y stocker les tracts, affichettes voire affiches récupérés des mains mêmes des militants les distribuant, des lieux publics ou des murs. Chacun avait intégré les consignes11 stipulant qu’il convenait d’inscrire au crayon, sur le document recueilli, la date et le lieu de collecte12.

« Réformes : le Gaulle loupe encore le coche », tract manuscrit révélant l’utilité pour le collecteur d’indiquer le lieu et la date de collection, voire l’auteur.

Régulièrement, dès la boîte remplie, le contenu en était adressé au Service des Recueils13 pour tri et intégration dans les collections.

Certains agents ont tenté de maintenir cette tradition au sein du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, notamment au département de la Recherche bibliographique qui a longtemps proposé aux lecteurs de la salle X une boîte avec une étiquette « Recueils » destinée aux dons de tracts des lecteurs, lecteurs sans doute de moins en moins au fait de cette pratique et de plus en plus ignorants de la signification de cette mention.

Désormais, la disparition du Service de l’Histoire de France comme du Service des Recueils (devenu un fonds du service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.)), le renouvellement générationnel des personnels, les réformes successives du dépôt légal ainsi que la généralisation des médias numériques pour la diffusion des tracts ont fait disparaître les boîtes de « Recueils » des services internes et des salles de lecture.

Même si l’initiative de la collecte des tracts de Mai 68 est due à Marie-Renée Morin, sans doute aussi en raison de sa domiciliation dans le Quartier Latin, près de l’Odéon, le souci des archives immédiates était effectivement partagé au sein de la bibliothèque. Marie-Renée Morin nous le prouve par l’interpellation faite par « mademoiselle Kleindienst », soit la secrétaire générale de la BN, Thérèse Kliendienst qui, le 6 juin 1968, lui demandait sur un papier de brouillon utilisé au recto, comme a son habitude de femme économe – déjà éco-responsable ! –  : « Mlle Morin, avez-vous pensé à ramasser les tracts ? »14

À cette date, Marie-Renée Morin s’était déjà organisée pour mobiliser les collègues afin d’élargir la collecte en impliquant les producteurs puisqu’elle contactait le maximum de mouvements et de partis.

« Brisons les vieux engrenages », Affiche, 50,5 x 70 cm – [Atelier populaire] BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3646
Au fonds initial collecté en mai 1968 par le Service de l’Histoire de France auprès du personnel et des lecteurs de la BN, vinrent s’ajouter des tracts obtenus par échange auprès de bibliothèques ou de particuliers, ainsi que des dons et des acquisitions.
En 1986, ces différents fonds furent regroupés, microfichés, et ordonnés suivant un plan de classement.
Conservés sous la cote : [4-LB61-600 (1968), la collection des tracts des événements de mai 1968 de la BnF s’élève à 10 067, reproduits sur 391 microfiches. Le plan de classement des tracts comporte 3 parties : Paris, la région parisienne et la province, chacune étant divisée en cinq séquences :
• le monde étudiant et lycéen
• vers les travailleurs
• le monde du travail
• mouvements et partis politiques
• autres tracts
Un index par ordre alphabétique des mouvements, partis politiques, syndicats, en fin de volume permet de retrouver les tracts qui en émanent dans le corps du classement. Un guide décrit précisément la collection15.
Depuis, il forment une source de nostalgie ou d’abjection pour certains – selon les bords – et constituent désormais des objets patrimoniaux régulièrement exposés, étudiés16 et publiés dans maints ouvrages, depuis l’un des tout premiers, paru en 1968 : Atelier populaire, présenté par lui-même, 87 affiches de mai-juin 1968, Paris (2e) : Usines, universités, union, (64, rue de Richelieu), 1968, 96 p. : ill. ; 19 cm.  (Bibliothèque de mai), que l’on doit à l’Atelier populaire de l’École nationale supérieure des beaux-arts lui-même qui manifestait moins par là, une quelconque volonté d’auto-célébration ou une vaniteuse glorification, qu’un souhait de faire école :
il ne s’agit pas, en effet, d’inonder le pays à partir d’un seul point, mais de susciter la création d’Ateliers populaires partout où il y a des travailleurs en lutte afin que demeure toujours lié aux luttes du peuple, le travail d’analyse politique à partir duquel s’élaborent les affiches et leur diffusion.

La collecte des sources de l’histoire immédiate a désormais pris une autre forme, dématérialisée, puisqu’elle relève désormais pour l’essentiel du dépôt légal de l’internet. Ainsi, depuis que cette activité fait partie intégrante des missions de la BnF, des campagnes de capture et de sauvegarde de l’internet électoral sont menées17.

S’agissant des attaques dont la France fut la cible, en plus des archives physiques, déposées sur les lieux des attentats et autour de monuments, les archives numériques suscitèrent également l’intérêt des chercheurs, notamment l’équipe du projet ASAP, Archives Sauvegarde Attentats Paris (https://asap.hypotheses.org) auquel prend part la Bibliothèque nationale de France et qui vise à documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements, d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration de corpus, et de faire ressortir les premiers éléments qui peuvent émerger de ces données massives entre histoire visuelle, approche quantitative et qualitative, traitement automatique de la langue, cartographie de liens, sémiologie, ou encore médiologie, pour analyser la fabrique de l’événement en ligne.

Avec le projet ASAP, la Bibliothèque nationale de France  perpétue donc cette tradition de la collecte des traces matérielles de l’histoire en train de se faire.


Bibliographie sur le Service des recueils et la collecte des tracts

  • Vera Colmaire, « Le service des Recueils », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1978, n° 100, p. 135–138.
  • Les affiches de mai 68 ou L’imagination graphique : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 17 février-31 mars 1982] / [catalogue par Charles Perussaux] ; [préface par Alain Gourdon], Paris : Bibliothèque nationale, 1982, 1 vol. ([12] p.-70 p. de pl.) : couv. ill. ; 22 cm. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6532558s>.
  • Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>.
  • Madeleine Barnoud, « Littérature éphémère et sources de l’histoire. Les tracts à la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 3, p. 26-29. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0026-005>.
  • Madeleine Barnoud, « La société française en recueils », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2002, n° 10, p. 51–56.
  • Nathalie Varda,  Traitement et signalement des catalogues de bibliothèques du fonds de recueils de la Bibliothèque nationale de France : Projet professionnel personnel de bibliothécaire : gestion de projet : Bibliothéconomie, [Villeurbanne] : Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2004, 75 f. Disponible en ligne, url : <http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/ppp/pppvarda.pdf>.
  • Frédéric Manfrin, Annie Gay, Esprit(s) de Mai 68 : prenez vos désirs pour des réalités : [exposition virtuelle], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2008. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm>.
  • Valérie Tesnière, « Les sources de l’histoire en bibliothèque : la Bibliothèque nationale de France », in Histoire en bibliothèque, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2009, p. 121-126. Suivi, p. 130-132, d’un encadré sur le fonds des Recueils de la BnF, par Frédéric Manfrin.

Actualité

Puisque les affiches de Mai 68 ont déjà fait l’objet d’expositions de la part de la BnF lors des commémorations précédentes, la contribution de la BnF aux manifestations du 50e anniversaire consistera en une exposition sur les Icônes de mai 68 : les images ont une histoire qui reviendra sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective.
Du 17 avril au 26 août, l’exposition dont le commissariat est assuré par Dominique Versavel, conservatrice au département des Estampes et de la photographie et Audrey Leblanc, docteure en histoire et civilisations (EHESS), Université Lille 3, questionnera la construction des images photographiques iconiques de mai 68.
Comment s’est construite notre mémoire visuelle collective des événements de Mai 68 ? Selon quels processus certaines photographies, présentées comme documentaires, ont-elles atteint un statut d’icônes ? S’appuyant sur près de deux cents pièces, l’exposition présentée par la BnF fait l’histoire de certaines de ces images désormais célèbres. Elle suit leur trajectoire médiatique pour mettre en évidence les conditions de leur émergence culturelle dans la mémoire collective.
La barricade, le duel CRS / étudiants, le pavé lancé, le poing levé… depuis 50 ans, la représentation des événements de Mai 68 est associée à des motifs récurrents. L’exposition analyse le parcours sinueux de différentes photographies, depuis la planche-contact jusqu’à leur circulation dans les magazines et autres produits éditoriaux : elle revient sur l’élaboration médiatique et culturelle de la représentation de ces événements historiques.
Le portrait de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et
La Marianne de 68 de Jean-Pierre Rey constituent deux exemples caractéristiques de la fabrique des icônes. La photographie de Daniel Cohn-Bendit n’a pas immédiatement été distinguée et mise en exergue par les grands titres de la presse magazine. Pour éclairer la trajectoire de cette photographie devenue icône, l’exposition en présente des tirages originaux mais aussi de nombreuses formes éditées jusqu’en 2008.
La « Marianne de 68 » a également évolué vers un statut d’icône. Au fur et à mesure de ses publications, le cadrage se resserre, faisant perdre à la photographie son ancrage historique, et les commentaires se recentrent sur l’image elle-même faisant d’elle un symbole de Mai 68.
L’exposition interroge également la pratique de la couleur : comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue-t-elle en noir et blanc alors que les événements ont été couverts et diffusés en couleurs par la presse de l’époque ?
Des clichés couleurs ont été pris par de nombreux photographes : Janine Niépce, Georges Melet, Bruno Barbey, Claude Dityvon… D’autres récits photographiques des événements ont à l’inverse échappé à la mémoire visuelle commune. Pour finir, l’exposition interroge en creux le statut d’icône. Pourquoi la première « nuit des barricades » n’a-t-elle paradoxalement laissé aucune image persistante ?
Citer cet article : Olivier Jacquot, "Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 mars 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/2517> (consulté le 19 septembre 2018).
  1. SoixanteHuit, url : <http://soixantehuit.fr/> []
  2. Hommages aux victimes des attentats de 2015, http://archives.paris.fr/r/137/hommages-aux-victimes-des-attentats-de-2015/ []
  3. Archives Charlie à Harvard, http://cahl.io/ []
  4. Jacqueline Sclafer, « Marie-Renée Morin (1925-2012) », Bibliothèque de l’École des chartes, 2012, n°  170, p. 617-619. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2012_num_170_2_464275>. []
  5. Alice Garrigoux, « Le service de l’histoire de France à la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1965, n° 2, p. 41-46. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1965-02-0041-001>. []
  6. Division héritière du classement et du catalogue méthodique des collections mis en place par Nicolas Clément en 1682 sous le libellé de Rerum gallicarum scriptores et portant la lettre de désignation symbolique « L ». []
  7. « Souvenirs de collecte. Entretien avec Frédéric Manfrin », http://expositions.bnf.fr/mai68/rencontres/01.htm []
  8. Comme Olivier Rigoir dont la collection est conservée aux archives de la Vendée : « 211 J – Tracts et imprimés sur Mai 68, réunis par Olivier Rigoir, entre 1966 et 2008 », http://recherche-archives.vendee.fr/archive/fonds/FRAD085_211J []
  9. Françoise Blum,  Jean-Philippe Legois, Anne-Catherine Marin, « Archives, événements et « Commune étudiante » : prolonger et valoriser plusieurs collectes immédiates du mouvement social de mai-juillet 1968 », La Gazette des archives, 2011, n° 221, p. 123-140. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_221_1_4780#gazar_0016-5522_2011_num_221_1_T12_0130_0000>. []
  10. Du nom de la société Cartonnages Cauchard, https://dossier-patient-online.fr/produits/12-boites-de-conservation-en-carton-celloderme.html, fondées en 1947 par Michel Cauchard (né le 25 juin 1925 à Metz, mort le 25 décembre 2004). []
  11. Sans doute les archives administratives de la BnF conservent-elles une note ou une circulaire indiquant la procédure à suivre. []
  12. On voit là le réflexe professionnel visant à enrichir ce que l’on nomme désormais les métadonnées. Cela s’avère en effet d’autant plus précieux pour les tracts « sauvages », non issus de syndicats et mouvements clairement identifiés, imprimeurs dûment mentionnés, ni auteurs crédités. []
  13. Ce service avait la responsabilité du traitement des imprimés de type publicitaire, informatif, technique ou de propagande (prospectus, dépliants, brochures, affichettes, tracts etc.) appelés « recueils » car à la différence des monographies, ces documents ne sont pas traités à la pièce mais « recueillis » et traités en unités homogènes, les Recueils. Sur le « Traitement en recueils », on se reportera au Guide pratique du catalogueur de la Bibliothèque nationale de France, http://guideducatalogueur.bnf.fr/abn/GPC.nsf/gpc_page?openform&type_page=fiche&unid=55857196A08C26D2C12571810044FEAD []
  14. Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>. []
  15. Bibliothèque nationale de Paris, Service de l’histoire de France, Les Tracts de Mai 1968 : guide, ICD : Brill, 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.brill.com/files/brill.nl/specific/downloads/32087_Guide.pdf>. []
  16. Recensement et étude de la constitution des collections sur Mai 68 à la BnF, par Audrey Leblanc, cf. : <http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2016000219_recensement-et-etude-de-la-constitution-des-collections-sur-mai-68-a-la-bnf> []
  17. Le dépôt légal de l’internet électoral : la collecte en coopération des sites web des présidentielles et législatives de 2012, url: <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2012/a.jp_dlweb_2012.html> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts