Archives par mot-clé : Labex

Émergence de l’art vidéo en Europe (11-12 déc. 2018)

Les recherches historiographies sur l’art vidéo, de même que les discours critiques ou les théories esthétiques, restées longtemps centrées sur le continent américain, ne se sont développées que tardivement dans les pays d’Europe, qu’elles concernent les productions nationales ou, a fortiori, l’ensemble de la production continentale. Les contextes techniques, sociaux et politiques nationaux très divers qui ont vu l’avènement de l’image électronique ont également, il est vrai, largement freiné l’émergence d’une vision historique globale.

À ce jour, à l’échelle de l’Europe, une histoire de l’art vidéo demeure donc à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980)

Antoni Muntadas, Early video works

Antoni Muntadas, Arte Vida, 1974, calle comercio web

Programme

Mardi 11 décembre 2018

BnF, site François Mitterand, salle 70

Communications publiques

9h30 – Introduction et présentation du programme « Émergence »

François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

9h45 – The early days of videoart in the Netherlands, a brief history

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

10h30 –From The Museum of Memory: Video Art in the Netherlands

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

11h15 – Pause

11h30 – Early video-art in Italy. Emergences, production and exhibition practices. Access and preservation issues

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

12h15 – Pause déjeuner

13h45 – Portugal : Alternativa Zero et après

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

14h30 – A Chance to Investigate Reality. Video Art in the Workshop of the Film Form Circle

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

15h15 – Table-ronde

INHA, salle Walter Benjamin

Projection-conférence

18h – Early video works

Antoni Muntadas (Artiste vidéaste)

Mercredi 12 décembre 2018

Séminaire de recherche semestriel

Les coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe », François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault, l’ingénieure d’études, Ségolène Liautaud et les chercheurs invités Jean-François Chougnet, Lisa Parolo, Tom Van Vliet, Gaby Wijers et Tomasz Zaluski et l’artiste Antoni Muntadas feront un bilan d’étape du programme de recherche.

Mardi 11 et mercredi 12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Ce quatrième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Espagne.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo »

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :

  • Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, Labex Arts-H2H)
  • Victor Tsaconas (Stagiaire, Labex Arts-H2H)
  • Boualem Khelifati (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Collaborateurs invités :

  • Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)
  • Antoni Muntadas (Artiste-vidéaste)
  • Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)
  • Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)
  • Gaby Wijers (Directrice, LIMA)
  • Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

Informations pratiques

  • Les communications publiques du mardi 11 décembre auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
  • La projection conférence d’Antoni Muntadas du même jour se tiendra dans la salle Walter Benjamin, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.
  • Le séminaire de recherche semestriel est exclusivement réservé aux partenaires du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe ».
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation du livre : Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Le labex Les passés dans le présent, la Bibliothèque nationale de France, La contemporaine et Télécom ParisTech sont heureux de vous inviter à la présentation du livre Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Label Mission du centenaire
  • Sous la direction de Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier et Lionel Maurel
  • Contributions de Muriel Amar, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Frédéric Clavert, Arnaud Dhermy, Lionel Maurel, Zeynep Pehlivan, Agnès Sandras, Peter Stirling et Valérie Tesnière.
  • Collection « Les passés dans le présent », Presses universitaires de Paris Nanterre

Pour lointaine qu’elle soit, la guerre 14-18 a ses espaces de discussion et de publication sur le web, aussi vivants que structurés, majoritairement animés par des amateurs. Ces espaces sont des vecteurs de valorisation de recherches individuelles, mais aussi d’acquisition de compétences et d’élaborations collectives. Comment analyser ces lieux de mémoire d’un genre nouveau, alors même que le web semble trop grand pour l’œil et l’esprit humain ? En croisant démarches quantitatives et qualitatives, sociologie et sciences des données numériques, ce livre collectif, fruit d’un projet de recherche de trois ans, propose une démarche inédite et pluridisciplinaire pour appréhender le web français de la Grande Guerre. Il éclaire la manière dont les sources documentaires numérisées circulent et dont les réseaux s’organisent à partir ou autour de ces sources.

Informations pratiques

  • Lundi 10 décembre, à la BnF, site François-Mitterrand,
    Quai François-Mauriac, Paris 13e, Salle 70
  • 17h-19h
  • Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
  • Avec les interventions, entre autres, de Sarah Gensburger (CNRS-Institut des sciences sociales du politique) et Laurent Veyssière (Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale).
Logo Labex PP
Logo-BnF
Logo BnF
Logo Telecom ParisTech
Logo La contemporaine

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Architectures et espaces de la conservation (1959-2015). Archives, bibliothèques, musées

Argument

Les 10 et 11 mars 2015 s’est tenu un colloque à visée pluridisciplinaire consacré au thème « Architectures et espaces de la conservation 1959-2015. Archives, bibliothèques, musées »1, colloque coorganisé par l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles et les Archives nationales, sous l’égide de la Fondation des sciences du patrimoine et en partenariat avec l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC et DYPAC), le musée du Louvre, les Archives départementales des Yvelines et la Bibliothèque nationale de France.

Vingt-deux intervenants, architectes ou professionnels de la conservation y ont envisagé les mutations des espaces de conservation, de présentation des collections et d’accueil du public, au travers de quatre thèmes : évolutions programmatiques et ruptures architecturales ; détails et morceaux choisis ; reconversions, adaptations et trans-formations ; définition de nouveaux programmes : vers de nouvelles architectures.

Résumé

Les bâtiments des centres d’archives, des bibliothèques et des musées fonctionnent comme des espaces de conservation et de présentation des collections. Présentant une diversité de formes architecturales et de modes de fonctionnement, réalisés à différentes périodes et susceptibles de transformations régulières, ils forment un corpus difficilement saisissable. Il s’agit donc, au travers d’études de cas et d’approches comparatives, de favoriser les croisements et les échanges sur plus de cinquante ans d’architecture de la conservation en France.

L’évolution et les mutations des espaces sont interrogés dans une visée pluridisciplinaire. Les questionnements sur les pratiques, les expériences d’aménagement et de gestion des espaces, permettent de dresser un état des lieux global et de faire émerger des problématiques contemporaines, tout en dressant des pistes de réflexion communes. L’ouvrage se situe ainsi pleinement dans une actualité des politiques de la conservation et de la communication, et des pratiques d’aménagement de l’espace (architecture, urbanisme, design).

Informations pratiques

  • Description : Broché, 1 vol. (276 p.)
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720
  • Éditeur : Presses Universitaires du Septentrion
  • Prix : 24 euros
  1. Cf. le programme du colloque : http://www2.dypac.uvsq.fr/medias/fichier/programme-colloque10-11-mars2015_1424250360686-pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections (4-6/10/2018)

En coopération avec le LabEx Les passés dans le présent, le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur la Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections. Il s’inscrit dans le cadre du programme de recherche À la naissance de l’ethnologie française qui a notamment permis la publication du site À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939).

Mission Sahara-Soudan (1935). Photo mission H. Gordon et informateur. © Bibliothèque Eric de Dampierre.

Argument

La numérisation croissante des archives et des photographies ethnographiques anciennes ou contemporaines rend possible leur diffusion en ligne. Dès lors, outre la question de la gestion de la masse de données et de leur pérennité, se pose celle des formes à donner à cette valorisation numérique des archives et collections, de sa réception et des usages qui peuvent en être faits.

Le colloque a pour objectif de débattre de cette valorisation. En effet, les technologies sans cesse en progrès de l’outil numérique, qui permettent de montrer les contenus des collections différemment de l’édition imprimée et de l’exposition, et qui s’affranchissent de la base de données hiérarchique, sont susceptibles de modifier le discours scientifique produit sur elles. Archives et collections en ligne sont aussi appropriées par divers publics, notamment les artistes, y compris dans les pays à partir desquels elles ont été constituées. D’autres discours peuvent alors les enrichir et leur donner une nouvelle forme d’existence.

Programme

Jeudi 4 octobre matin : Retours d’expérience de valorisation de collections ethnographiques

  • 10h00 Ouverture du colloque par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Mot d’introduction par Ghislaine Glasson-Deschaumes, Labex Les passés dans le présent, et Sophie Blanchy, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.
  • Session 1. Valorisation des collections ethnographiques par l’édition et les expositions.
    Modératrice : Caroline Tourette
  • 10h20-10h45 Eric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains,
    Les usages éditoriaux des fiches et des photographies de terrain : l’exemple des missions Griaule.
    Cet exposé s’attachera à analyser l’évolution des usages éditoriaux des fiches et des photographies des missions Griaule des années 1930 et 1940 en prenant en compte aussi bien les publications scientifiques, littéraires et grand public des membres de ces missions que les ouvrages plus récents consacrés à ces expéditions ethnographiques.
  • 10h45-10h 55 Discussion, questions
  • 11h00-11h25 Marianne Lemaire, CNRS, Institut des mondes africains,
    Usages et édition d’archives d’ethnologues. L’exemple de la correspondance de Denise Paulme et d’un journal de mission de Michel Leiris.
    Cet exposé retracera deux expériences d’édition d’archives d’ethnologues et tentera de mettre en évidence les apports, les enjeux et les contraintes propres à chacune d’elles, notamment selon la nature de l’archive éditée : une correspondance ou un journal de mission.
  • 11h25-11h35 Discussion, questions
  • Pause 11h35-11h50
  • 11h50-12h15 Anaïs Mauuarin, Association de recherche sur l’image photographique, et Christine Barthe, Responsable de l’Unité Patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly, avec Carine Peltier, responsable de l’iconothèque du musée du quai Branly,
    Exposer les photographies, du Trocadéro au quai Branly.
    La communication portera sur quelques moments clefs de l’histoire des photographies : de la façon dont l’ethnologie a montré ses images dans le contexte du Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 30, à quelques expositions spécifiques au Musée de l’Homme dans les années 90, avant le transfert des collections au musée du quai branly. Seront évoqués différents cas de figure montrant diverses facettes d’un statut des collections en évolution.
  • 12h15-12h25 Discussion, questions
  • 12h25-12h50 Alain Carou, conservateur au département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France, Andrea Paganini, Fondation Jean Rouch, et Béatrice de Pastre, directrice des collections du Centre National du Cinéma, commissaires de l’exposition
    Retour sur l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma » (26 septembre au 26 novembre 2017).
    Les trois commissaires de l’exposition reviendront sur la mise en œuvre de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma », présentée à la Bibliothèque nationale de France du 26 septembre au 26 novembre 2017 à l’occasion du Centenaire de la naissance de Jean Rouch.
  • 12h50-13h00 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00

Jeudi 4 octobre après midi, 14h00-17h00

  • Session 2. Retour critique sur la fabrication de sites web de valorisation d’archives ou de collections
    Modératrice : Ghislaine Glasson-Deschaumes
  • 14h00-15h10 Table ronde : Sophie Blanchy, Marie Dominique Mouton, Frédéric Dubois, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Laure Carbonnel (labex Les passés dans le présent), Aurélie Méric (doctorante à l’EHESS)
    Retour sur la réalisation du site « A la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) ».
    L’équipe du projet retracera les questions théoriques et méthodologiques qui se sont posées lors de la réalisation du site (au sein du Labex Les passés dans le présent), en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac et la Bibliothèque nationale de France, depuis ses objectifs jusqu’à ses choix techniques et scientifiques.
  • 15h10-15h25 Discussion, questions
  • 15h25-15h50 Caroline Tourette, Conservateur au département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme, Bibliothèque nationale de France
    La valorisation des collections de la BnF avec Gallica : la constitution du corpus Ethnologie française.
    Les corpus Gallica sont des sélections organisées et éditorialisées de documents numérisés de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Le partenariat avec le Labex Les passés dans le présent a été l’occasion de créer un corpus Gallica destiné au grand public et complémentaire du site A la naissance de l’ethnologie française.
  • 15h50-16h00 Discussion, questions
  • 16h00-16h20 Pause
  • 16h20-16h45 Pascal Cordereix, BnF, département de l’Audiovisuel, Bibliothèque nationale de France et Aude da Cruz Lima, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-Centre de recherches en ethnomusicologie,
    “Les sources de l’ethnomusicologie” : retour d’expérience d’un projet de valorisation numérique à l’ère du web de données.
    Le projet Les Sources de l’ethnomusicologie (Labex Les passés dans le présent) porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles ethnomusicologiques conservées dans les institutions partenaires : la BnF, le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC, CNRS UPN) et le musée du quai Branly – Jacques Chirac. L’enjeu de ce projet est de faciliter, grâce à des technologies numériques novatrices, l’accès à ces fonds patrimoniaux complémentaires et dispersés.
  • 16h45-16h55 Discussion, questions

Vendredi 5 octobre à la maison Max Weber, Université Paris-Nanterre. Réception et usages des valorisations d’archives ou de collections ethnographiques

  • 10h00-13h00 Session 3. Relations entre fonds ou collections et pratiques contemporaines
    Modérateur : Eric Jolly
  • 10h00-10h25 Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Médiations numériques en domaine occitan : Entre archive et pratiques vivantes
    Dès le milieu des années 2000, l’Institut Occitan (InOc) Aquitaine, opérateur de la région Nouvelle-Aquitaine pour la valorisation de la langue et de la culture occitane, labellisé Ethnopôle [Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie] par le ministère de la Culture (DPRPS-DGPat), a abordé la transmission du patrimoine culturel immatériel par le biais de productions éditoriales en ligne, notamment le site Sondaqui.com, constituant peu à peu un environnement numérique œuvrant à la croisée de la recherche et de l’action culturelle, entre archive et pratiques vivantes ; inventaire et éducation artistique et culturelle ; appropriation des ressources par les artistes et acteurs de terrain.
  • 10h25-10h 35 Discussion, questions
  • 10h40-11h05 Judith Hannoun, Maison Asie-Pacifique / CREDO (CNRS/Aix-Marseille Université)
    Les chercheurs et leurs archives : l’exemple d’ODSAS, plateforme d’archivage, de manipulation et d’annotation des ressources numériques en sciences humaines et sociales
    Depuis plus de 10 ans, la plateforme ODSAS, https://www.odsas.net, propose aux chercheurs en sciences sociales, une autre approche dans l’appropriation de leurs données de terrains. Cette intervention propose de faire le point sur les différentes pratiques et usages des chercheurs quant à la réutilisation, l’exploitation et la valorisation de leurs archives numériques.
  • 11h05-11h15 Discussion, questions
  • 11h15-11h35 Pause
  • 11h35-12h00 Valérie Perlès, directrice du musée Albert Kahn.
    Créer les conditions de la rencontre entre les différents publics et les Archives de la planète
    Dans un contexte de rénovation et de réécriture de son projet, le musée Albert Kahn, détenteur des Archives de la planète constituées entre 1909 et 1931 par le banquier, philanthrope et pacifiste Albert Kahn (plus d’une centaine d’heures de films et près de 72 000 autochromes), s’engage dans une démarche historiographique visant à interroger la perception du monde par le photographe/cameraman, la matérialité du fonds, et entreprend un travail autour de l’histoire de ses usages et de sa réception dans différents contextes d’utilisation. Différentes modalités de diffusion et de valorisation des collections sont envisagées. Nous proposons de présenter ici deux projets emblématiques : l’open data qui permet, librement, de mettre l’ensemble des collections dématérialisées à la disposition du plus grand nombre ; le parcours permanent qui donne des clés de compréhension de ces mêmes collections à travers une « vraie » expérience de visite.
  • 12h00-12h10 Discussion, questions
  • 12h15-12h40 David Zeitlyn, Professor of Social Anthropology, University of Oxford,
    Archiving ethnography? The impossible and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t.
    Contradictory injunctions, conflicting legal, moral and ethical codes should not be much of a surprise to ethnographers (nor archivists) but surprised we often are. I consider some extreme cases and extreme reactions to them. However, for most ethnography there are mundane, working solutions also achievable without having to burn everything. (For example long embargos can solve many problems but these raise data migration issues).
  • 12h40-12h50 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00
  • Session 4. Réception et usages par les populations et les artistes Modérateur : Julien Bondaz
  • 14h00-14h25 Jessica de Largy Healy, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative
    Archives numériques aborigènes et création: exemples récents de la Terre d’Arnhem
    Depuis une quinzaine d’années, des centres d’archives aborigènes ont vu le jour dans plusieurs communautés isolées du nord de l’Australie. Bénéficiant d’une politique institutionnelle propice à la restitution numérique des collections, ce tournant archivistique aborigène génère une formidable créativité et des pratiques artistiques nouvelles dont il s’agira ici de présenter quelques exemples.
  • 14h25-14h35 Discussion, questions
  • 14h35-15h35 Table ronde : Dominique Malaquais, Imaf, (Archive (re)mix), Sarah Frioux Salgas, Responsable des archives du Musée du quai Branly, Mathieu Kleyebe Abonnenc et Pierre Michelon, réalisateur de cinéma, à propos du travail des artistes avec des archives et des collections africaines.
  • 15h35-15h55 Discussion, questions
  • 15h55-16h15 Pause
  • 16h15-16h40 Jean-Philippe Moreux, Expert scientifique Gallica, département de la Coopération, BnF.
    Les outils des humanités numériques et leur application sur les collections numériques de la BnF : retour d’expérience
    La dynamique des humanités numériques conduit les bibliothèques à réinventer leur mission et à se positionner en tant que fournisseur de services aux chercheurs travaillant sur des corpus numériques. La BnF s’inscrit dans cette dynamique depuis plusieurs années, en particulier avec son projet de recherche CORPUS, et dispose désormais d’un retour d’expérience substantiel quant à ces nouvelles formes d’interaction entre bibliothèques numériques et acteurs du monde académique.
  • 16h40 Questions et discussion finale

Samedi 6 octobre Rendez-vous au salon Kerchache, musée du quai Branly 15h00-17h00 « Quelles archives aujourd’hui pour les objets du musée du quai Branly ? L’exemple des poupées de la mission Dakar Djibouti »

Autour du film Les poupées. Archives vivantes, Sénégal, 2012-2015. Entretiens croisés sur des objets collectés au Sénégal par la mission Dakar-Djibouti en 1931 (28’). Dans le cadre d’un projet collectif d’archives vivantes et de restitution symbolique d’objets collectés en Afrique, Marie Gautheron a réalisé une série d’interviews filmées auprès d’interlocuteurs africains, face à des photographies d’un corpus d’objets de la mission Dakar Djibouti.

Avec Marie Gautheron, agrégée de lettres et historienne de l’art. Présentation de quelques poupées de la collection par Eléonore Kissel, responsable du pôle conservationrestauration. Le débat sera animé par Jessica De Largy Healy (chercheure CNRS, LESC) autour de ce cas et d’autres exemples (aborigènes d’Australie notamment) d’élaborations d’archives vivantes et des modes de restitution.

Leur dialogue portera sur ce que peut apporter à notre connaissance des objets les discours contemporains et la réception locale de ces objets.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2019

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

I. Conditions générales

Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche les plus pertinents et originaux, proposant des définitions scientifiques nouvelles, en lien avec l’une des thématiques du Labex CAP suivantes :

  • Exposer la recherche
  • Créer pour le musée
  • Avant-gardes, luttes et médias
  • Mémoire, critique, engagements
  • Médiations et remédiations
  • Outil numérique et production intellectuelle
  • Archives, documents, œuvres
  • Créer dans la sphère publique
  • Collection et production des savoirs
  • Exposition et interdisciplinarité
  • Présentation, représentation et patrimonialisation

Les candidats sont priés d’informer les responsables des institutions de rattachement souhaitées (directeur/directrice de laboratoire ou représentant-e au sein des instances du Labex, sans leur demander de lettre formelle), lors de la préparation de leurs projets, et de concevoir la rédaction de ces derniers en accord avec la politique scientifique générale du Labex CAP.

II. Conditions d’éligibilité

  • → Doctorat : thèse soutenue après le 01/09/2013.
  • → Age : ce concours s’inscrit dans la perspective des concours « jeunes chercheurs », moins de 38 ans (cela signifie 37 ans au moment du dépôt de candidature).
  • → Statut : une personne en poste (secondaire ou supérieur, France ou l’étranger) ne peut être recrutée.
  • → Candidature : il est à noter qu’un candidat qui a postulé les années précédentes, sans être auditionné, peut se représenter au concours. En revanche, un candidat qui a déjà été auditionné, ne peut resoumettre une proposition.

III.  Calendrier de recrutement

  • → Date de lancement du concours : le 29/06/2018
  • → Date de clôture du dépôt des candidatures : le 3 septembre 2018
  • → Phase d’admissibilité : le 15 octobre 2018
  • → Phase d’admission (auditions) : le 15 novembre 2018

IV. Durée du recrutement et date de prise de fonction

  • → Les contrats proposés sont d’une durée d’un an, éventuellement renouvelable une fois
  • → La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 janvier 2019

V. Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard le 3 septembre 2018 à 16h00 à l’adresse suivante : labex-cap@univ-paris1.fr

Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre candidature en un seul fichier PDF (Nom_Prénom.pdf), en les classant dans l’ordre de la liste ci-dessus. Veillez à optimiser la taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.

Le dossier comprend :

  • → page de titre : nom, prénom, titre (explicite) du projet, thématique choisie, institutions de rattachement demandées (unité d’accueil principale et unité d’accueil secondaire1, un laboratoire ou un département de musée, les deux sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe), établissement d’origine (soutenance de la thèse)
  • → le projet de recherche rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
  • → un curriculum vitae et une liste des publications
  • → le diplôme de doctorat
  • → le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
  • → une lettre de motivation
  • → une publication significative (PDF)
  • → deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs au Conseil et au Bureau du Labex. Le Conseil et le Bureau siègent en jury lors des phases d’admissibilité et d’admission. Les expertises et le contenu des délibérations ne sont pas communiquées aux candidats.

Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire

En plus du projet de recherche personnel sur lequel ils auront été sélectionnés, les jeunes chercheurs prendront part aux microprojets et aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, journées d’étude, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.

Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

VI. Résultats attendus

  • le candidat s’engage, sous peine de remboursement de l’intégralité des traitements perçus, à rendre une étude de 40 pages (60 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche au 30/12/2019. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP », revue du Labex (Editions de la Sorbonne, Paris).
  • le candidat organise, prend part et suit les séances de séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

VII.  Rémunération

Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45 euros.

VIII. Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ L’excellence scientifique du projet, son originalité, son adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandés

Contacts

  • Clélia Simon-Henry,  Gestionnaire du Labex CAP : labex-cap@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 24/07/2018, du 30/07/2018 au 31/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  • Zinaïda Polimenova, Chargée de pilotage du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 18/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  1. L’unité principale accueille le post-doctorant et assure son suivi ; l’unité secondaire doit être rapprochée dans le cadre d’une collaboration intellectuelle, à mettre en place par le post-doctorant, dont  l’objectif est de faciliter la circulation des savoirs, des pratiques, des méthodes, des perspectives scientifiques diverses au sein du Labex. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fondation des sciences du patrimoine : résultats de l’Appel à projets 2018

Le conseil d’administration de la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima) qui s’est tenu le 18 juin dernier au ministère de la Culture a arrêté la liste des projets financés dans le cadre de l’appel à projets 2018. Une enveloppe de 510 000 € a ainsi été distribuée.

Après classement par notre comité scientifique, 8 projets ont donc été retenus pour être directement soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine. Soit 2 contrats doctoraux et 6 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche, des établissements de formations ou de grandes institutions culturelles partenaires.

À ceux-ci s’ajoutent 3 thèses labellisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin.

Le projet retenu impliquant la BnF fera prochainement l’objet d’une courte présentation individuelle dans ce Carnet de recherche :

  • DALGOCOL : Fouille de Données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections : contrat doctoral avec le laboratoire David (Zoubida Kedad) de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) financé à hauteur de 115k€ par la Fondation.

Consulter la liste de l’ensemble des projets et des contrats doctoraux retenus.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence-performance : Michel Jaffrennou : ma vie, mon œuvre, mes bugs (29 juin)

En partenariat avec le Labex Arts-H2H (programme Les arts trompeurs), la Bibliothèque nationale de France organise une conférence-performance à l’occasion de l’exposition Michel Jaffrennou. Jouer avec la vidéo.

Les Totologiques (1979) Photo : Patrick Bousquet

Michel Jaffrennou, pionnier de l’art vidéo en France, retracera son parcours d’une manière ludique et toute personnelle, dans une conférence-performance émaillée de nombreuses archives.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire du C2RMF : projet CLARO

La prochaine séance du séminaire du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy (C2RMF – Site du Carrousel).

Gravure en clair-obscur de Hans Burgkmair, Amants surpris par la Mort (1510)

Programme

Kilian Laclavetine présentera le projet CLARO portant sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.

Ce projet qui associe le C2RMF, le musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France est soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine depuis 2016.

Informations pratiques

Vendredi 13 avril 2018 à 11h
C2RMF – Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy.
Palais du Louvre – Porte des Lions
14, quai François Mitterrand
75001 Paris
En raison du plan vigipirate alerte attentat, il est nécessaire de s’inscrire en envoyant un message à marie.lionnet@culture.gouv.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne du portail : À la naissance de l’ethnologie française

Le Musée du quai Branly – Jacques Chirac, la Bibliothèque nationale de France (BnF), la Bibliothèque Éric-de-Dampierre et le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (CNRS, UPO) se sont associés pour mener le programme de recherche intitulé À la naissance de l’ethnologie française : les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939). Au terme de plusieurs années, le projet financé par le LabEx Les passés dans le présent voit un aboutissement avec la mise en ligne du portail documentaire éponyme.

Réalisé par le LESC, le site internet sur les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne entre 1928 et 1939 (http://naissanceethnologie.fr/) documente une étape importante du processus de professionnalisation de l’ethnologie française. L’expérience d’un terrain lointain devient en effet pour les ethnologues un élément essentiel de la formation et un préalable indispensable à la carrière.

Page d’accueil du site http://naissanceethnologie.fr/

La complémentarité des ressources archivistiques et muséales des trois institutions partenaires, leur numérisation massive et une volonté commune de valorisation permettent de réunir virtuellement fiches, carnets, objets et photographies en créant des liens entre les fonds. Grâce aux textes illustrés dus à des spécialistes, ce site présente le déroulement de ces expéditions collectives, leurs méthodes, leurs résultats, leur contexte ainsi que leurs différents acteurs. Conçu comme un outil de recherche et de vulgarisation, il répertorie les sources bibliographiques et archivistiques en précisant leur localisation, et en donnant accès à des publications en texte intégral.

Bien que ces archives d’ethnologues soient en grande partie numérisées, le choix a été fait de ne pas mettre en ligne ces documents de façon extensive. En effet, l’un des objectifs du site, dans le respect des principes éthiques du projet, est de valoriser ces archives dans leur contexte par une sélection raisonnée de documents représentatifs des méthodes, des résultats ou des parcours biographiques.

Le souhait des porteurs du projet est de susciter et de recueillir les réactions de chercheurs, d’artistes ou d’un public plus large, en particulier issus des pays qui ont fait l’objet de ces missions. Ainsi le portail permettra d’expérimenter un mode de valorisation d’archives « sensibles » dans le respect des principes éthiques et de développer des actions de restitution, en collaboration avec divers publics.

Exemple d’une description d’une mission

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives

Les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national du patrimoine organisent un séminaire intitulé Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives avec le soutien du Labex Cap se tenant les jeudis de 16h à 18h du 15 février au 28 juin 2018.

Argument

Archives et bibliothèques constituent deux modes de conservation et de valorisation des documents écrits. Tout se passe comme si le patrimoine écrit et le patrimoine archivistique étaient deux entités parallèles s’ignorant mutuellement. Ce dispositif contradictoire est le produit d’une histoire que ce séminaire entend aborder à partir de la formation et des pratiques professionnelles, des enjeux politiques et juridiques et des fonctions assignées à la mise en archives et à la collecte des documents écrits.

Programme

15 février 2018 : Pour une histoire croisée du Patrimoine écrit, entre bibliothèques et archives

Séance d’introduction par Anne Leblay-Kinoshita, cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF), Yann Potin, chargé d’études documentaires aux Archives nationales (AN), Anne Pasquignon, adjoint au directeur des Collections pour les questions scientifiques et techniques, BnF, et Philippe Barbat, directeur de l’INP

15 mars 2018 : Histoire comparée de l’administration des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale (1790-1870)

Séance animée par Marie Galvez, archiviste paléographe, conservateur à la BnF, et Denise Ogilvie, conservateur en chef aux Archives nationales-Centre Jean Mabillon

5 avril 2018 : Enregistrer les fonds : la question des archives des entrées et des acquisitions

Séance animée par Clément Arnaud, Archives départementales de Seine-et-Marne, Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains (XIXᵉ-XXIᵉ siècles) à l’École Nationale des Chartes, Cécile Robin, chargée d’études documentaires aux AN, et Isabelle Le Masne de Chermont, directrice du département des manuscrits, BnF

3 mai 2018 : Bâtiments d’archives et de bibliothèques face à leur archives courantes et définitives

Séance animée par Jean-Luc Bichet, architecte, coordinateur bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine, AN, et Christian Hottin, directeur des études du département des conservateurs, INP

31 mai 2018 : Mémoriser la consultation et le lectorat : l’enregistrement des recherches et les archives de la communication

Séance animée par Claire Béchu, chargée de mission pour la diffusion scientifique, AN, Emmanuel Rousseau, directeur des fonds, AN, et Jacqueline Sanson, présidente de la Société française d’archéologie et ancienne directrice générale de la BnF

28 juin 2018 : Exposer le patrimoine écrit : documenter et archiver la mise en vitrine des archives et des manuscrits

Séance animée par Ariane James-Sarrazin, conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art, et Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF

Informations pratiques

Pour assister aux séminaires, l’inscription est obligatoire : formulaire d’inscription 

Le jeudi de 16 h à 18 h, à l’INP – Salle Champollion – 2 rue Vivienne – 75002 Paris

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les périodiques comme médiateurs. Periodicals In-Between, 7e colloque international d’ESPRit (European Society for Periodical Research)

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir le 7e colloque international de l’European Society for Periodical Research, du 27 au 29 juin 2018.
Société savante internationale qui promeut, encourage et diffuse la recherche sur tous les aspects des cultures périodiques européennes du 17e au 21e siècle, ESPRit tiendra son colloque annuel 2018 sur le thème : Les périodiques comme médiateurs. Les périodiques dans l’écosystème de la culture imprimée et visuelle.

Contexte

Les objectifs de la Société Européenne pour la Recherche sur les Périodiques (European Society for Periodical Research) sont résolument interdisciplinaires, son approche multilingue, et sa perspective transcende les études thématiques étroites. Centrée sur la recherche des périodiques européens, elle accueille aussi des recherches élargies à des aires culturelles collatérales (Amériques, Méditerranée orientale, Maghreb, etc.). La publication principale d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies (http://ojs.ugent.be/jeps), revue semestrielle en ligne, évaluée par les pairs, publie des articles de recherche relevant d’une vaste gamme d’approches critiques, théoriques et méthodologiques, incluant, sans s’y limiter, l’histoire culturelle, les études littéraires, l’histoire de l’art, les études de genre, les études de médias, l’histoire des sciences, et les humanités numériques. En tant que revue officielle d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies propose aux chercheurs une plate-forme de partage de la recherche et d’échange des idées par-delà les limites disciplinaires.
À l’heure actuelle ESPRit est représenté dans la plupart des pays européens ainsi qu’outre-Atlantique. Son colloque international annuel sert de point de référence. Ses 4e, 5e et 6e colloques, respectivement à Stockholm (The Nordic Museum), Liverpool (John Moores University Liverpool) et Milan (IULM – International University of Languages and Media), ont rencontré une audience de spécialistes dans les domaines des périodiques, de la culture imprimée et visuelle, et du patrimoine papier et numérique.
Organisé par Évanghélia Stead, professeure de littérature comparée et de culture de l’imprimé à l’UVSQ (laboratoire CHCSC), membre du comité exécutif d’ESPRit (European Society for Periodical Research), le colloque international sera précédé d’un atelier doctorat/master (Graduate Training School) sur sélection, accueilli en Sorbonne, et encadré par deux jeunes docteurs, spécialisés dans les périodiques, Rio Bassett (R-U) et Philipp Leu (UVSQ, docteur Patrima), ainsi que par des doctorants du réseau ESPRit en fin de thèse. La sélection d’une quinzaine de candidats, établie sur critères scientifiques, entraînera la gratuité de leur participation à la journée. L’objectif de l’atelier doctorat/master sur les périodiques est d’associer l’entraînement intellectuel et professionnel des jeunes chercheurs à l’expertise de chercheurs confirmés dans le domaine. L’atelier doctorat/master posera la question centrale des méthodes théoriques et des concepts employés dans l’approche du patrimoine périodique matériel et numérique européen, et la manière dont ils secondent et favorisent le travail de recherche. Sa tenue permettra des discussions significatives par delà les frontières linguistiques, les limites nationales et les périodes littéraires.

Appel à communications

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle. De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Les propositions pourraient inclure, sans s’y limiter:

  • Périodiques et maisons d’édition
  • Périodiques et galeries ou salons
  • Périodiques et réseaux d’imprimeurs
  • Économies des périodiques
  • Périodiques et intertextualité ; hybridation ; réinterprétation en un autre médium (remediation)
  • Parties; livraisons; suppléments; volumes annuels
  • Périodiques et estampes pour les abonnés
  • Périodiques et tirés à part
  • Périodiques et albums
  • Les périodiques comme volumes reliés/“livres”
  • Cultures périodiques quotidiennes
  • Cultures périodiques alternatives

Merci d’adresser vos propositions en français ou en anglais pour des présentations de 20 minutes (250 mots max.), des panels de trois ou quatre contributions, des ateliers d’une heure, ou d’autres formats adéquats, avec un bref CV (max. une page), à 2018ESPRit@gmail.com avant le 31 janvier 2018.

L’Atelier

L’Atelier s’adresse aux étudiants actuellement en Master ou en Doctorat qui souhaitent participer aux activités de recherche de la société. Les séances seront centrées sur : (1) différentes approches théoriques et méthodologiques des études périodiques, explorées lors de l’atelier avec les participants; et (2) la préparation des jeunes chercheurs en vue de leur implication professionnelle dans le domaine des études sur les périodiques. Les candidats sélectionnés auront l’occasion de présenter leur travail et de recevoir un retour personnalisé par les modérateurs. Les modérateurs de l’atelier incluent des chercheurs reconnus du domaine comme Laurel Brake, Anne-Rachel Hermetet, Matthew Phillpotts, Evanghelia Stead, Céline Mansanti, Hélène Védrine, etc.

L’atelier offrira aux participants l’occasion d’entrer en contact avec d’autres jeunes chercheurs à un niveau similaire d’études. Ils bénéficieront en outre du soutien et des conseils de chercheurs et d’experts du domaine plus avancés dans leur carrière et leurs travaux.

Procédure de candidature

Merci d’adresser les pièces suivantes, en français et/ou en anglais, par e-mail à l’adresse ESPRitPG2018@gmail.com au plus tard pour le  1er février 2018 :

  • une lettre de motivation expliquant les raisons de votre candidature (max. deux pages)
  • un bref CV (max. deux pages, caractères min. 11 point)
  • un résumé de votre projet de recherche principal (max. 500 mots)
  • une synthèse sur le rôle des études sur les périodiques dans votre recherche (max. 1000 mots).

ESRPit regrette de ne pouvoir prendre en charge les frais de transport, mais les candidats sélectionnés pour l’atelier bénéficieront de la gratuité des frais d’inscription au colloque Les Périodiques comme médiateurs. Les participants seront sélectionnés par un comité scientifique ad hoc en accord avec le comité de direction d’ESPRit. La décision sera communiquée aux candidats au plus tard le 15 mars 2018.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir un masterant pour identifier et quantifier les encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF.
Le projet est piloté par Stéphane Bouvet1 et Eleonora Pellizzi2 en collaboration avec Odile Fichet du laboratoire LPPI de l’Université de Cergy Pontoise et du CRCC.

Argument

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est autrement favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec le CRC et le LPPI. Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement du papier. Les dernières études issues du projet de thèse CoMPresSil (financement Patrima 2012-2015) ont notamment mis en évidence l’influence de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaitre la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Objectifs

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Il vise à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Ces derniers ont été prélevés lors de la campagne d’échantillonnage réalisée dans le cadre du projet CoMPresSil. Ils ont déjà fait l’objet de plusieurs caractérisations : pH, pourcentage et nature chimique des charges minérales, composition des fibres et présence d’azurants optiques. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel « Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

  1. Chargé d’études en physique-chimie au Service central du département de la Conservation, responsable du laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []
  2. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  un publication impliquant la Bibliothèque nationale de France va pouvoir être publiée.

Issu d’un séminaire de recherche et d’un colloque international, le volume Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission contribuera de manière substantielle (près de 30 articles de spécialistes, chercheurs et conservateurs) à l’étude matérielle  et symbolique de la bibliothèque d’écrivain, ce lieu emblématique de la patrimonialisation de la littérature. L’originalité des approches réunies tient non seulement à l’ampleur du cadrage historique et géographique (du Moyen Âge à nos jours, de la Chine à l’Europe) mais aussi au déploiement des différentes facettes de la bibliothèque, à la fois instrument de transmission culturelle qui jette un pont entre collection personnelle et institution publique, instrument de création littéraire, artistique et philosophique où la lecture s’avère indissociable de l’écriture, mais aussi espace d’échanges intertextuels et intellectuels qui dessinent une véritable circulation des idées, des discours et des mots. Autant d’axes qui sont examinés dans les différents parties de l’ouvrage et qui font de la bibliothèque d’écrivain un lieu ouvert -une aire de partages, de passages et de tissages culturels.

Le volume éclaire des processus d’institutionnalisation et de transmission qui naviguent souvent entre espace public et privé, devenant miroirs à la fois des lieux communs de la littérature et des ressources rares liées à tel parcours d’esthète. Il aborde la dimension matérielle des collections étudiées, ce qui pose la question de la conservation et du devenir des livres, documents originaux lus par les créateurs qui ont pu y laisser des traces.

La publication qui devrait paraître avant l’été 2018 dans la collection « Biblioteca du Studi Francesi » de la maison d’édition turinoise Rosenberg et Sellier, assurera une diffusion et valorisation internationales à ce volume, consacré à cet objet de la patrimonialisation littéraire et artistique : cette collection est en effet issue de l’expérience de la prestigieuse revue Studi Francesi, fondée en 1957, et qui contribue depuis au rayonnement européen de la littérature et à l’histoire culturelles françaises.

Le volume constitue pour partie les actes du colloque international « D’une bibliothèque l’autre » organisé les 27-28 novembre 2014 qui a mis en lumière le rôle des bibliothèque matérielles – instruments de la constitution du patrimoine – dans le triple espace de la création littéraire et artistique, de l’élaboration de la pensée philosophique ou scientifique, et de la circulation des idées et des cultures.

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projets aidés par la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima)

tl_files/patrima/Logos/Logo FSP vertical Labex Patrima.jpg

La Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima) a récemment publié les résultats de son appel à projets 2017 Bis, soit l’appel à projet d’automne visant à financer des masters, colloques et publications. Suite au classement effectué par le Comité scientifique de la Fondation, le Conseil d’administration a distribué une enveloppe d’aide d’un montant de 35 000€ qui bénéficie à la Bibliothèque nationale de France.

Parmi les dossiers soumis concernant la BnF, les projets suivants ont été retenus :

– 2 bourses de Master :

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

VERSPERA : numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime

Le projet de recherche VERSPERA est un ambitieux projet de  numérisation et de modélisation des plans du château de Versailles sous l’Ancien Régime. 16 000 images numériques issues d’un corpus exceptionnel et varié seront mises à disposition du public à partir du 11 décembre 2017. Cette démarche vise à la préservation d’un fonds unique, fragile et difficilement accessible jusqu’à aujourd’hui. Elle permet également de faciliter les restitutions numériques de certains espaces disparus de l’ancienne résidence royale.

Un ambitieux projet de numérisation

Depuis 2013, le Centre de recherche du château de Versailles pilote un projet inédit de grande ampleur. Ce programme, lancé en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise / ENSEA Cergy / CNRS), reçoit le soutien financier de la Fondation des sciences du patrimoine – LabEx Patrima et du ministère de la Culture.
Il s’agit d’une vaste opération de numérisation de près de 9 000 documents graphiques relatifs à Versailles de la fin des années 1660 au début du XIXe siècle (châteaux, jardins, parc, domaine et ville). Ces plans proviennent essentiellement des Archives nationales, mais également de la Bibliothèque nationale de France et de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. Ils seront consultables par tous sur les différents sites internet des différents partenaires.

Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format,
avec un appareillage prototype.

Un corpus exceptionnel

Ce corpus documentaire, composé de plans généraux, coupes, élévations, détails d’architecture ou de décoration, est exceptionnel par son histoire et son volume. Il est principalement issu du travail des premiers architectes du roi.
De Louis Le Vau à Richard Mique, en passant par Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte ou Ange-Jacques Gabriel, tous évoquent l’excellence de l’architecture française aux XVIIeet XVIIIesiècles. Ce rassemblement constitue l’un des plus grands fonds publics d’architecture, à l’instar des collections Tessin-Cronstedt-Härleman du musée national de Stockholm. C’est également le plus vaste ensemble documentaire sur l’architecture palatiale classique française des XVIIeet XVIIIesiècles.
La reproduction en images numériques de haute qualité de ce corpus unique a nécessité une importante campagne de restauration de 750 documents fragiles et précieux et la mise en place de procédures innovantes pour faire face à des défis techniques, notamment dus aux dimensions de certains documents de très grand format (jusqu’à 3 m x 4 m) ou à la présence de nombreuses et complexes retombes de papier.

Plan de la chapelle du château de Versailles et de la sacristie 1705-1708,
2 retombes relevées.

Un logiciel de modélisation

À partir de ces plans numérisés, le laboratoire ETIS a développé un logiciel original de modélisation 3D. L’exhaustivité du corpus ainsi accessible permettra des croisements jusqu’alors difficiles, voire impossibles matériellement.
Chacun pourra alors mieux appréhender la distribution des espaces, le fonctionnement et les usages, en fonction de la topographie de la résidence royale. En effet, depuis le XVIIesiècle, le château de Versailles a connu de nombreuses évolutions architecturales qui se sont succédées ou enchevêtrées dans les bâtiments (relais de chasse, résidence de plaisance, résidence officielle de la cour et du pouvoir royal, galeries historiques, palais national). Ces différentes identités empêchent aujourd’hui une lecture suivie des différentes étapes de construction et d’aménagements de Versailles.
Si la modélisation 3D à partir de plans d’architectes est commune aujourd’hui, un travail semblable à partir de plans anciens est un défi
pour le traitement numérique des images, du fait des particularités des documents (absence de normalisation des symboles, imprécision
des traits rectilignes, etc.) et de leur numérisation (marques de pliage, parfois filigranes). Les modèles 3D ainsi créés sont édités dans un format standard et peuvent être lus sur n’importe quelle application de visualisation, permettant de les manipuler, de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du modèle. Le logiciel VERSPERA dispose également d’une fonction de parcours 3D, générant une vidéo « subjective » dans le modèle à partir d’un trajet dessiné sur le plan par celui qui l’utilise. La diffusion de ce programme sera libre de droits.

La géométrie des modèles 3D est calculée par extrusion des murs à une
hauteur d’abord fixée arbitrairement. Ici pour la Chapelle royale.

Des reconstitutions virtuelles pour aller encore plus loin

Pour certains espaces du château présentant un grand intérêt historique, des étudiants de l’université de Cergy-Pontoise (licence professionnelle « Métiers du numérique : patrimoine, visualisation et modélisation 3D ») produisent des visites virtuelles réalistes et de grande qualité technique et esthétique.

Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé
par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique
– Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy-
Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

VERSPERA en chiffres

  • 7500 dessins des Bâtiments du roi sous l’Ancien Régime aux Archives nationales
  • 1000 dessins de la collection Robert de Cotte à la Bibliothèque nationale de France
  • 200 dessins issus des collections du château de Versailles.

Une présentation VERSPERA aux Archives nationales

Sur le site de Paris des Archives nationales, un espace de présentation du projet permet au public de visionner un court documentaire, véritable « making of » du projet, et de découvrir un exemple de reconstitution d’un lieu disparu aujourd’hui reconstitué grâce à VERSPERA, la petite galerie de Mignard, à l’aide d’une paire de lunettes 3D et après avoir téléchargé une application sur téléphone portable.
À partir du 22 décembre jusqu’au 31 mars, du lundi au vendredi de 10 h à 17 h 30, samedi et dimanche de 14 h à 19 h
Archives nationales, Site de Paris
60 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Retrouvez VERSPERA

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts