Archives par mot-clé : Labex

Journée d’étude : « Quels usages aujourd’hui des bibliothèques numériques ? Enseignements et perspectives à partir de Gallica »

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech

Argument

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales, archives et universités ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Cette croissance s’est accompagnée d’un élargissement des publics et des usages, facilité par la dissémination des contenus numérisés à travers le web, avec l’intervention de nouveaux médiateurs (communautés d’intérêt ou de pratique, etc.) et la possibilité d’agréger à ces contenus d’autres ressources ou de les enrichir par des dispositifs collaboratifs. Or, alors que se développent à grande vitesse les humanités numériques, les informations restent parcellaires sur les utilisateurs de ces collections, sur leur manière de les découvrir et de les utiliser, en particulier la logique d’interrogation (structurée et finalisée ou au contraire associative, voire aléatoire) et les effets de ces nouveaux usages sur la connaissance, les méthodologies et les corpus.

Faisant suite à un projet de recherche de 10 mois porté par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech, cette journée a pour but d’examiner, à travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, afin de mieux comprendre la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs. Portées par des expertises variées (sociologie, ethnographie, science des données, humanités, etc.), l’approche retenue croise des méthodes qualitatives et quantitatives. Si Gallica est un objet privilégié d’observation, compte tenu du nombre de documents qu’elle propose (4 millions) et de son audience (40 000 visites/jour), c’est bien sa place dans un réseau de ressources, en ligne mais aussi bien hors ligne, qui intéresse la présente journée.

Programme prévisionnel

Matinée (9h30-12h30) :

  • Accueil, par Arnaud Beaufort (BnF), Milad Doueihi (labex Obvil), Valérie Fernandez (Télécom ParisTech)
  • Comment les usagers deviennent acteurs de Gallica, par Sophie Bertrand et Philippe Chevallier (BnF)
  • Matérialité des pratiques studieuses à l’heure du numérique, par Marc Jahjah (Université de Haute-Alsace)
  • « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre » : une étude qualitative auprès d’utilisateurs de Gallica au service d’un dispositif d’enquête global, par Valérie Beaudouin et Isabelle Garron (Télécom ParisTech)
  • Résultats de l’enquête en ligne auprès des gallicanautes, par Jacques Bonneau (TMO régions)

Après-midi (14h30-17h30) :

  • Vidéo-ethnographie d’usagers de Gallica, par Nicolas Rollet (Télécom ParisTech)
  • Une autre approche des usages : Observation des usages au moyen de tests utilisateurs, par Nicolas Esposito (Gobelins, l’école de l’image)
  • Modélisation des comportements à partir de l’analyse des logs de Gallica, par Adrien Nouvellet (Télécom ParisTech)
  • Ce que les bibliothèques numériques font à la recherche, par Didier Alexandre (labex Obvil)

Information pratiques

Mercredi 3 mai 2017
9h30-17h30, accueil à partir de 9h
BnF, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François Mauriac, Paris 13e
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription gratuite et obligatoire : https://usages_bib_num_gallica_mai2017.eventbrite.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études du projet ANR DEF19 : « Marges et périphéries du monde du livre au XIXe siècle » (23/2)

Cette journée d’études est le deuxième événement scientifique organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle). Un premier rendez-vous, le 23 octobre 2015, intitulé « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives », a permis de confronter les expériences d’entreprises de recensements effectuées dans différents espaces géographiques.

Cette deuxième journée d’études aura pour thème les périphéries et les marges de l’activité éditoriale au XIXe siècle. À l’heure en effet où les grands éditeurs parisiens ou provinciaux ont pour beaucoup fait l’objet d’études historiques et sont donc relativement bien connus, le recensement entrepris par le projet DEF19 a pour ambition de faire sortir de l’ombre quantité de figures inconnues. Cette rencontre se propose donc de réfléchir aux enjeux historiographiques et méthodologiques de cette redécouverte des éditeurs marginaux, moins connus et/ou moins étudiés.

Programme

Jeudi 23 février : Maison de l’étudiant, Espace « Représentation »

9h00 : Accueil des participants à la maison de l’étudiant
Session 1. Images, cartes, partitions : faire l’histoire des imprimés spécifiques (prés. Jean-Charles Geslot, CHCSC)
9h30 : Dominique Lerch (CHCSC) – Pour une histoire de l’imprimerie lithographique
9h55 : Gilles Palsky (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8504 Géographie-cités) – Voir le monde. Les atlas généraux et universels dans l’édition française du XIXe siècle
10h20 : Marguerite Sablonnière (Bibliothèque nationale de France) – Recenser les éditeurs de musique au XIXe siècle : sources et instruments de travail

Session 2. Feuilles volantes, feuilles interdites : les productions marginales au prisme de la recherche (prés. Jean-Yves Mollier, CHCSC)
11h20 : Anne Urbain (CHCSC) – De rose et d’ombre : éditer et publier la littérature érotique dans la seconde moitié du XIXe siècle (France, Belgique).
11h45 : Florence Ferran (Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire AGORA, EA 7392) – Des imprimés à la marge ? Les éphémères sur l’art des Lumières et leur patrimonialisation au 19e siècle.

Session 3. Face au pouvoir et à la censure : stratégies éditoriales, stratégies de recherche (prés. Marie-Claire Bosq, CHCSC)
14h00 : Flavien Bertran de Balanda (Université de Paris IV-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle) – Nains et girafes. Contourner la censure : les stratégies de publication marginale dans la France du premier XIXème siècle (1799-1830)
14h25 : Odile Krakovitch (Archives nationales) – Les éditeurs de chansons sous le Second Empire : censure ou tolérance ?

Session 4. Richesse des archives privées et des correspondances (prés. Patricia Sorel, CHCSC)
15h30 : Vanessa Alberti (UMR LISA – Université Pascal Paoli) – L’apport des archives privées à la connaissance des éditeurs corses
15h55 : Philipp Leu (CHCSC) – La Bibliothèque artistique et littéraire. Pratiques éditoriales et enjeux économiques de la maison d’édition de La Plume

Le demi-journée sera suivie d’un cocktail à la maison de l’étudiant.

Vendredi 24 février : Bibliothèque universitaire, Auditorium

9h00 : Accueil des participants

Session 5. L’apport des archives économiques (prés. Viera Rebolledo-Dhuin, CHCSC)
9h30 : Olivier Chaïbi (ESPé-UPEC) – Les éditeurs de manuels scolaires à l’épreuve de la massification de l’enseignement. Les leçons des faillites au Tribunal du Commerce
9h55 : Louis André (Université Rennes 2) – Marchands et fabricants de papier dans le monde du livre au XIXe siècle
10h20 : Gilles Feyel (Université Paris II Panthéon-Assas, Institut Français de Presse) – Une imprimerie de province, de l’artisanat à l’industrie (1822-1914). Les archives de l’imprimerie Durand, à Chartres (Eure-et-Loir)

Session 6. Recenser les gens du livre : la genèse des dictionnaires des gens du livre (prés. Jean-Dominique Mellot, BnF)
11h20 : Corinne Bouquin (Bibliothèque nationale de France) – Le Dictionnaire des imprimeurs lithographes : genèse, structure et évolutions
11h45 : Marie-Cécile Bouju  (Centre de recherches historiques – Université Paris 8) – Un « Maitron des ouvriers du livre et du papier » : enjeux, méthodologie et perspectives d’un dictionnaire biographique du mouvement ouvrier
15h-17h : Visite du site et du musée national de Port-Royal des Champs

Informations pratiques

Maison de l’étudiant
1, allée de l’astronomie
78280 Guyancourt

Bibliothèque Universitaire
45 boulevard Vauban
78280 Guyancourt

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Le transport vers le site à partir de l’université et le retour (gare de Saint-Quentin en Yvelines) sont pris en charge.

Inscription obligatoire

Résumés des communications

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Grande Guerre sur le web : un éclairage inédit

Place de l'Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)
Place de l’Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)

« Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », projet soutenu par le labex Les passés dans le présent1, est le fruit d’une collaboration entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et Télécom ParisTech. Il vient de s’achever après trois ans de recherches interdisciplinaires (2013-2016), occasion de revenir sur quelques résultats remarquables.

Pourquoi la Grande Guerre ?

Les sources documentaires numérisées autour de la guerre 14-18 offraient un terrain favorable à l’observation des usages du patrimoine en ligne, du fait de l’intensité des activités qu’elles suscitent sur le web. Par ce projet de recherche, il s’agissait de mieux comprendre la manière dont ces sources circulent, sont utilisées et valorisées sur le web. À travers, mais également au-delà de l’objet singulier du patrimoine 14-18, ce projet de recherche a permis d’éprouver des outils d’analyse du web rigoureux et de dégager des axes forts de réflexion pour la valorisation du patrimoine en ligne.

Un choix original : la fouille des « archives du web »

L’analyse du web français de la Grande Guerre s’est appuyée, dans un premier temps, sur 500 sites collectés dans le cadre du dépôt légal d’internet. Elle a mobilisé pour ce faire des outils de cartographie et de traitement automatique de la langue, qui furent pour la première fois appliqués aux « archives du web » conservées à la BnF. Si le cadre du dépôt légal est contraignant en termes d’accès aux données (limité aux emprises de la BnF et des institutions habilitées), il permet d’offrir des collections riches et raisonnées, dont les règles de production et de conservation sont transparentes pour la recherche. Les liens entre sites étant conservés dans la collecte, ils permettent de cartographier un réseau, repérer ses nœuds, ses zones de plus ou moins forte densité, en restituer également la dynamique. Ce travail pionnier a permis d’adapter les outils existants de fouille aux formats collectés, de telle manière qu’ils puissent, à terme, être réutilisés sur d’autres corpus du dépôt légal de l’internet.

Sur la carte du web français de la Grande Guerre ainsi obtenue, la place centrale d’un forum – le « Forum pages 14-18 » -, a pu être vérifiée, tandis que les réservoirs documentaires (Gallica, Mémoire des hommes, etc.) se sont révélés un élément fortement structurant car ils assurent le contact entre deux zones qui communiquent peu entre elles : les sites institutionnels et les sites amateurs. En complément, le traitement automatique du contenu du Forum pages 14-18, incluant les liens hypertextes dans les messages, a permis d’avoir une appréciation quantitative des usages documentaires à l’intérieur de ce collectif : la place croissante qu’y tiennent les images et la prépondérance des fils de discussion sur l’histoire des soldats. Au-delà de ces informations quantitatives, des entretiens approfondis avec des acteurs du web de Grande Guerre ont permis de mieux comprendre les pratiques d’échanges, de publications, mais aussi d’apprentissage de ces communautés en ligne, dont le Forum pages 14-18 offre un témoignage majeur, par le nombre d’inscrits et de messages échangés.

Consulter le rapport en ligne de la phase 2 du projet : Valérie Beaudouin, Zeynep Pehlivan, « Cartographie de la Grande Guerre sur le web » (91 pages)

Une veille raisonnée sur la dissémination d’un corpus remarquable

En dernière phase du projet, une veille méthodique a été mise en place afin de suivre de manière raisonnée durant 14 mois les réutilisations d’un fonds remarquable, récemment mis en ligne sur la bibliothèque numérique L’Argonnaute sous licence ouverte : 110.000 photographies de la Grande Guerre conservées par la BDIC et connues sous l’appellation « Albums Valois » (service photographique de l’Armée). L’objectif était de mesurer les effets visibles de la mise en ligne de ces albums sur le web, au plus près de leurs citations et réutilisations, et d’évaluer l’impact de différentes formes de médiation.

Malgré les actions de communication et de médiation, nulle viralité n’a été observée ; plutôt une lente montée des réutilisations où, à nouveau, les usages amateurs prédominent, et que seuls les médias traditionnels (dans ce cas précis : un concours organisé par un quotidien régional) sont en mesure d’accélérer de manière notable. Cette expérimentation souligne la difficulté pour les fonds patrimoniaux numérisés d’exister sur le web : y susciter de l’appétence et de la circulation, encore plus de l’interaction.

Consulter le rapport en ligne de la phase 3 du projet : Lionel Maurel, Josselin Morvan, « Les circulations sur le web d’un corpus numérisé : l’exemple des albums Valois » (75 pages)

Ce projet fera l’objet d’un livre collectif, à paraître fin 2017, où les résultats de la recherche seront enrichis de témoignages et d’approches complémentaires.

  1. « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre » est un projet de recherche conduit par la BnF, la BDIC et Télécom ParisTech dans le cadre du Labex Les Passés dans le présent, Investissements d’avenir, réf. ANR-11-LABX-0026-01. Il a impliqué directement : Nicolas Auray, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Lionel Maurel, Josselin Morvan, Zeynep Pehlivan, Peter Stirling. []

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Contrat post-doctoral proposé par le Labex Les passés dans le présent


Logo Labex PPDans le cadre du projet de recherche « Discipliner l’archive ? », le  Labex Les passés dans le présent
 propose un contrat postdoc d’un an ouvert à des docteurs en sociologie de l’immigration, titulaires de leur doctorat depuis au plus tard le 13 décembre 2011.

Fiche de poste

Le projet de recherche « Discipliner l’archive ? » interroge le statut de l’archive en confrontant sa conceptualisation et ses usages aux différents enjeux et méthodes propres aux approches disciplinaires au sein des sciences humaines et sociales. À travers le travail sur des fonds d’archives distincts (d’auteurs ou thématiques) et d’un séminaire de recherche en quatre séquences, le projet identifiera les problématiques disciplinaires de l’archive, à partir de contextes historiques et historiographiques variés. Développé en trois angles d’observation : « Archive et disciplines », « Archives de la recherche et fonds d’auteurs » et « Rendre publique l’archive », le projet « Discipliner l’archive ? » réalisera une analyse fine de la variété des questionnements et des usages liés à l’archive, et en interrogera l’inscription dans notre propre présent.

Activités

En plus du projet de recherche sur lequel il(elle) aura été sélectionné(e), le(la) post-doctorant(e) recruté(e) prendra part aux activités du projet « Discipliner l’archive ? » de manière transversale par rapport aux axes et aux enquêtes de celui-ci .
À concurrence de 2/3ème de son contrat, il(elle) contribuera notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, séminaires, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication, ainsi qu’à la vie de l’équipe de recherche.

Livrables

Le(la) post-doctorant(e) s’engage à rendre au moins un article (50 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche avant la fin du contrat.
Le(la) post-doctorant(e) organise, prend part et suit les séances de séminaire du projet afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

Prérequis

Cet appel s’adresse à des candidats de toutes nationalités, titulaires de doctorat. Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Profil

Le(la) candidat(e) devra avoir une spécialisation en sociologie de l’immigration (le(la) candidat(e) retenu(e) aura à travailler sur des fonds Génériques et des fonds BDIC concernant en particulier la mémoire de l’immigration contemporaine, mais également à interroger l’usage des archives en sociologie de l’immigration.

Lieu, durée et conditions salariales

Le(la) post-doctorant(e) sera rattaché(e) au laboratoire SOPHIAPOL (Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques – EA 3932) à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, porteur du projet « Discipliner l’archive ? » au sein du LabEx Les passés dans le présent.

Le contrat aura une durée de 12 mois à temps plein, à compter du 1er février 2017.

Rémunération : 2212,90€ bruts (1790€ nets) + remboursement de la moitié du passe navigo.

Référents : Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie), et Judith REVEL, Professeur des universités (Philosophie), responsables du projet Discipliner l’archive ?

Date limite de candidature au 12 décembre 2016.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature devra démontrer l’adéquation au profil du poste (missions et compétences requises)

Conditions d’éligibilité du post-doctorant

Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Composition du dossier de candidature

  • Le Projet de recherche : titre (explicite), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum) ;
  • Un Curriculum Vitae et une liste des publications ;
  • Une copie du diplôme de Doctorat (ou attestation) ;
  • Le rapport de soutenance ; ou bien pré-rapports si le(la) candidat(e) est en attente de rapport de thèse (sauf pour les candidats étrangers) ;
  • Une lettre de motivation ;
  • Une publication significative (PDF) ;
  • Une lettre de recommandation rédigée par un chercheur et une personnalité reconnue.

Les dossiers incomplets ne seront pas traités.

Dépôt du dossier

Le dossier de candidature complet, numérique ET papier, devra être envoyé au plus tard le lundi 12 décembre 2016 (cachet de la Poste faisant foi).
Pour poster vos candidatures électroniques (merci de constituer un seul fichier PDF), merci d’utiliser Dropbox et de partager votre dossier avec le labex via l’adresse : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu.
Merci de bien vouloir nommer vos dossiers de candidature selon l’exemple suivant : POSTDOCDA – NOM DE FAMILLE Prénom.pdf .
Le dossier de candidature papier devra être envoyé à l’adresse suivante :

Labex Les passés dans le présent
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maison Max Weber (Bât W) – Bureau 121
200 avenue de la République
92001 Nanterre Cedex

Un accusé de réception électronique vous sera envoyé.

Procédure de recrutement

Le recrutement sera effectué en deux temps.
Dans un premier temps, le jury sélectionnera les candidats qu’il souhaite retenir pour une audition. Dans un deuxième temps, les candidats seront auditionnés, courant janvier 2017, sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Le jury sera composé de :

  • Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie)
  • Judith Revel, Professeur des universités (Philosophie)
  • Valérie Tesnière, directrice de la BDIC
  • Deux chercheurs ou enseignants-chercheurs extérieurs au labex.

Pour tout renseignement, écrire à : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu

Date limite de candidature : le 12 décembre 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Épaulez les chercheurs en humanités numériques ! Lisez et trouvez des comparaisons dans des poèmes des 19e et 20e siècles !

La BnF, spot pour les clubbers ?


p1150224L’exposition Electrosound, du lab au dancefloor qui se tient à la Fondation EDF, la parution de l’ouvrage de Laurent de Wilde, les Fous du son 1 ou encore le lancement de la  websérie La Touche Française, de Guillaume Fédou et Jean-François Tatin, diffusée sur le site Arte Creative, sont l’occasion de mentionner le rôle que joue la BnF dans la sauvegarde de ce patrimoine immatériel que constitue la musique électronique ou électroacoustique.

Dépôt légal des phonogrammes

Si le dépôt légal des documents sonores (phonogrammes) a été institué le 19 mai 1925, ce n’est qu’à partir de la création de la Phonothèque nationale, le 8 avril 1938, qu’il put être mis en œuvre. Encore fallut-il attendre la « drôle de guerre » pour que les éditeurs se décident à appliquer la loi de 1925 et commencent de déposer leur production phonographique dès janvier 1940.
Depuis, tous les documents sonores mis en location, en vente, en distribution, importés ou mis à la disposition d’un public même limité et même à titre gratuit, doivent être déposés auprès du département de l’Audiovisuel de la BnF. Gratuit et sans frais postaux, ce dépôt permet de préserver le patrimoine musical… édité.
C’est ainsi que la BnF offre à ses lecteurs les diverses éditions de musique électronique ou électroacoustique de Pierre SchaefferPierre Henry, Jean-Claude Risset, Philippe Manoury, mais aussi de Jean-Jacques Perrey, François de Roubaix ou encore Daft punk, Justice, C2C, etc.

Quelle pérennité pour la musique électronique ?

p1150231Mais le nouveau paradigme de la musique électronique, qu’elle soit mixte ou a fortiori performée en temps réel (« live electronic music »), pose la question de sa pérennité. Quelle peut être la sauvegarde patrimoniale de la musique électronique (analogique ou assistée par ordinateur) dès lors qu’elle ne fait pas l’objet d’une édition ? Quelles traces seront-elles conservées pour les générations futures ?

D’aucuns arguent que l’une des solutions pour assurer la conservation pérenne des musiques électroniques réside dans la composition et la notation effectuées en vue d’une transmission. Les établissements patrimoniaux pourraient ainsi espérer des dons et legs des supports d’enregistrement de ces notations.

Un autre espoir pourrait consister dans les supports d’enregistrement (analogiques ou numériques) adoptés par les musiciens pour conserver leurs créations. Archive de la création relevant du domaine privé, cette documentation personnelle ne relève pas du dépôt légal et la patrimonialisation de ce patrimoine, soit l’entrée dans une institution patrimoniale pour conservation pérenne, ne peut intervenir qu’en cas de don/legs, achat (direct ou en salle de vente). Une problématique similaire se pose pour les manuscrits -désormais électroniques- des écrivains. Quelles seront les études génétiques de l’avenir dès lors qu’elle ne porteront plus sur divers états de manuscrits manuscrits, dactylographiés ou imprimés mais sur des strates de fichiers informatiques, si celles-ci ont été conservées et données à des bibliothèques2 ?

Ces questions de préservation de la musique électronique en lien avec le paradigme de l’obsolescence technologique sans cesse accélérée, les artistes, programmeurs et performeurs mais aussi les réalisateurs en informatique musicale (RIM) se les posent depuis les débuts de la musique électronique, moins en relation avec les problématiques des institutions patrimoniales qu’avec celles de la transmission et de la ré-interprétation par d’autres musiciens du futurs3.

Les institutions patrimoniales se trouvent confrontées à la même problématique que celle qui affecte les jeux vidéos, les logiciels et programmes informatiques pour lesquels des programmes d’émulation sont mis en place4. Mais si l’émulation a été mise en œuvre pour certaines de ses collections, la Bibliothèque nationale de France opte plus volontiers pour la numérisation puis la migration et la duplication5 tout en conduisant des programmes de recherche sur la question6 .

Cas des archives de l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB)

Logo de l'IMEBLa Bibliothèque nationale de France traite de l’ensemble des ces problématiques avec un cas concret représenté par le don consenti le 20 septembre 2005 par l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB), héritier du Groupe de Musique Expérimentale de Bourges (GMEB) fondé en 1970 par Françoise Barrière et Christian Clozier.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, le fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Le studio historique « Charybde » de recherche  et de composition qui retraçait 40 années d’évolution technologique, a été transféré au sein de la collection Charles Cros de la BnF7, soit un véritable musée dédié aux instruments de reproduction sonore dont les fleurons sont consultables en ligne dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, à l’adresse url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/collection-charles-cros>.

Cela représente donc un ensemble complet et multimédia exceptionnel sur l’histoire de la création et de la diffusion de la musique électroacoustique. En effet, les « musiques » elles-mêmes produites et présentées aux festivals, sont particulièrement riches du fait de la nature de ces œuvres, car elles sont présentes sous forme de composants écrits, sonores, électroniques et audiovisuels (partitions et enregistrements présentés aux festivals, d’Alain Savouret, Adolfo Nunez, Jean-Claude Risset, Jorge Antunes, Kaija Saariaho, etc.). Les archives du concours (dossiers d’inscription, biographies des concurrents, avis des jurés…) dessinent un panorama précis des acteurs de la création musicale contemporaine de la seconde moitié du XXe siècle. Les archives du festival, des concerts, des tournées et autres manifestations constituent des éléments pour l’histoire de l’action culturelle du niveau local au niveau international. Les instruments, en particulier les composants du studio Charybde, et les documentations techniques renseignent quant à eux sur les prémices et l’essor de l’informatique musicale.

La pérennisation ainsi que la communicabilité du fonds sont assurées via des traitements de transferts (des cassettes audio de type Digital Audio Tape (DAT) et des CD) et de numérisation. L’IMEB puis la Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique (MISAME), qui assure désormais la gestion, le développement et la diffusion des œuvres, avaient déjà lancé des chantiers de numérisation et sauvegardaient leurs productions.

La pérennisation était au cœur des préoccupations de l’IMEB, qui avait lancé d’importants chantiers de numérisation de ses enregistrements et dossiers documentaires. Dès les premiers contacts entrepris avec la BnF, une campagne de numérisation d’une sélection d’œuvres avait été menée à bien, associant le fichier numérique de la musique et les données musicologiques. Les auteurs avaient été associés à ce chantier, envoyant leurs œuvres numérisées et leurs notes de programmes.
Afin de faciliter la recherche, des « capsules » ont été constituées pour chacune des quelques 14000 « musiques » , regroupant des fichiers son, texte, et images, ainsi qu’un listing de métadonnées techniques, musicologiques et historiques.

Pour une description précise de l’ensemble du fonds de l’IMEB géré par MISAME et de son historique, on se reportera à la présentation générale et l’inventaire disponible en ligne (url : <http://www.misame.org/wp-content/uploads/2014/09/PRESENTATION-GENERALE-du-FONDS-MISAME.pdf>).

Objet de traitements et de recherche

En 2015, dans le cadre du programme Les Arts trompeurs. Machines, Magie, Médias financé par le Labex ARTS-H2H, le fonds de l’IMEB a fait l’objet d’un chantier de traitement et de valorisation par Caroline Renouard puis Azadeh Nilchiani qui a mené l’inventaire transversal du fonds de l’IMEB de la BnF. Un compte rendu et un bilan détaillé des travaux sont disponibles en ligne à l’adresse url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/le-fonds-darchives-de-limeb>. Ses travaux ont notamment permis les communication au cours du colloque Machines. Magie. Médias8, tenu en août 2016 à Cerisy-la-Salle.

À la BnF ces œuvres, dont l’existence et la trace sont par essence électroniques, seront désormais assurées d’une conservation à long terme9, au sein d’une institution pérenne accoutumée à exercer cette mission tant dans le domaine musical sonore que dans celui des techniques numériques. Ces collections sont accessibles pour la recherche, en particulier pour le public des créateurs et des musicologues10.
Le fonds IMEB a ainsi rejoint les très importantes collections musicales de la BnF, riches de 900 000 enregistrements sonores, dont les techniques vont du cylindre de cire au DVD, et les ont enrichi de façon irremplaçable dans le domaine de la création musicale contemporaine.
Puisse cet exemple inciter d’autres institutions musicales mais aussi les artistes, compositeurs ou réalisateurs en informatique musicale à songer à pérenniser leurs œuvres par ce type de don de nature à féconder la recherche et la création.
Cependant, si la BnF a bien pour mission de collecter, cataloguer, conserver et enrichir le patrimoine national dont elle a la garde, elle se doit également d’en assurer l’accès du plus grand nombre. En ce sens, par la volumétrie et la profondeur de ses collections, elle peut aussi être qualifiée de « spot » sinon pour les « clubbers », du moins pour les mélomanes, amateurs et curieux.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “La BnF, spot pour les clubbers ?”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/904 (consulté le 30 septembre 2016).
Notes :
  1. Laurent de Wilde, Les fous du son, Paris : Bernard Grasset, 2016, 558 p. ISBN 978-2-246-85927-7 []
  2. Pierre-Marc de Biasi, « Les archives de la création à l’âge du tout numérique », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://rsl.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/rsl.314 []
  3. Comme le rappellent Antoine Vincent, Bruno Bachimont et Alain Bonard, « la communauté informatique se réfugie derrière la pérennité supposée des langages normalisés, les désignant comme nouvel invariant de représentation de l’œuvre comme l’était la partition. Or, nous ne savons actuellement que peu de choses sur la durée de vie d’un langage informatique, notamment combien de temps il restera lisible ou interprétable. De plus, il n’y a aucune certitude quant à la préservation du rendu sonore, car le même programme en langage C peut produire des sons significativement différents sur plusieurs environnements de compilation », « Modéliser les processus de création de la musique avec dispositif numérique : représenter pour rejouer et préserver les œuvres contemporaines », 23es Journées Francophones d’Ingénierie des Connaissances (IC 2012), Juin 2012, Paris, France. p. 83-98, 2012, IC 2012. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00715035> []
  4. Citons pour mémoire le programme européen KEEP, Keeping emulation environments portable, http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012000845_keep-keeping-emulation-environments-portable []
  5. Pour en savoir plus, on se reportera à la présentation : Louise Fauduet, « La conservation numérique : enjeux, risques, solutions », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/conservation_numerique.pdf> ; Dominique Théron, « Quid des collections audiovisuelles à l’heure du numérique ? », dans Mémoire numérique. Publics, ressources et bibliothèques en mutation, colloque, Saint-Cloud, Médiadix, 10 octobre 2014. Disponible en ligne, url :  <http://mediadix.u-paris10.fr/brochure/documents/3-Theron_Mediadix-URFIST_10102014.pdf> ; Vincent Berdot, « Comment la BnF préserve notre patrimoine numérique », 01 Informatique, n° 2047, 8 juillet 2010, p. 29-31.  Disponible en ligne, url :  <http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/comment-la-bnf-preserve-notre-patrimoine-numerique-525303.html> ; et à la bibliographie « La préservation numérique à la Bibliothèque nationale de France », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/preservation_numerique_bibliographie.pdf>. []
  6. Cf. le programme  « Modélisation des oeuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture » financé par le Labex Arts-H2H. []
  7. Marianne Deraze, Xavier Loyant, « La collection Charles Cros », Blog Gallica, 27 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/blog/27102015/la-collection-charles-cros> ; Romain Bigay, « Collection Charles Cros, une brève histoire des appareils d’enregistrement et de lecture », Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, 2 octobre 2013. Disponible en ligne, url : <http://www.irma.asso.fr/COLLECTION-CHARLES-CROS-UNE-BREVE> ; Martine Cohen-Hadria, « Étonnante collection Charles Cros », Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, décembre 2006, Disponible en ligne, url : <http://chroniques.bnf.fr/archives/decembre2006/numero_courant/coulisse/charles_cros.htm>. []
  8. Programme disponible en ligne, url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/machines-magie-m%C3%A9dias-cerisy-2016> []
  9. SPAR, le système de préservation numérique de la BnF, url : <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/spar_systeme_preservation_numerique.html> []
  10. A cet effet, son inventaire sera accessible dans BnF Archives et manuscrits à cette adresse url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc944176> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence du professeur Larry Schaff, Out of the Shadows : Henry Talbot, invention & historiography

[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : .
[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6939794z>.
Dans le cadre du Groupement de recherche international sur la photographie, le Centre de Recherche sur la Conservation vous invite à assister, le lundi 26 septembre à 16h au Muséum National d’Histoire Naturelle  (auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris), à la conférence du Professeur Larry Schaaf.

Cette conférence vient en écho au projet de recherche « CALOTYPE » et « RECCAL » soutenus par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Présentation donnée en anglais, sans traduction, s’inscrire à <crcc@mnhn.fr>

Out of the Shadows: Henry Talbot, invention & historiography

William Henry Fox Talbot first conceived of the art of photography in 1833 and achieved results by 1834. However, it was not until Daguerre announced his process in January 1839 that Talbot was prompted to make his method public.  The two approaches were radically different.  Daguerre produced beautifully detailed unique images on silvered sheets of copper.  Talbot’s photographs were technically inferior, but he conceived of the idea of a negative that could produce multiple prints on paper.  In the end, Talbot’s more versatile approach was to define the mainstream of photography right down to the digital age.  The resources available to the historian for these two men are also radically different.  Only a handful of Daguerre images and Daguerre letters survive and no research notebooks.  For Talbot, there are more than 10,000 letters, hundreds of notebooks and more than 25,000 negatives and prints surviving worldwide.  Around fifteen years ago Prof Schaaf made full transcriptions of the 10,000 letters available online.  However, to have put 25,000 images in a research structure with 1990s technology would have ‘broken the web’.  Today, with advanced technology, the online Catalogue Raisonné of Talbot’s photographs is being prepared for the Bodleian Library in Oxford.  Both the letters and the photographs have implications for the history of photography, conservation, and for historians in many fields.

Le professeur Larry J. Schaaf est le directeur du William Henry Fox Talbot Catalogue Raisonné (foxtalbot.bodleian.ox.ac.uk), une ressource en ligne de la bibliothèque Bodléienne. Celle-ci s’appuie sur quatre décennies de recherche sur Talbot, ce savant prolifique qui fut l’inventeur de la photographie négative-positive. L. Schaaf  est également consultant sur le fonds d’archives Talbot récemment acquis par la bibliothèque Bodléienne. Il a été professeur titulaire en  2005 de la chaire Slade des beaux-Arts. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du projet Correspondence of William Henry Fox Talbot  qui met à disposition des transcriptions entièrement consultables de plus de 10.000 lettres de Talbot en ligne: http://foxtalbot.dmu.ac.uk/. Le professeur Schaaf est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de St Andrews; sa thèse : Out of the Shadows: Herschel, Talbot & the Invention of Photography (Yale, 1992) a été publiée. Il était un photographe actif et professeur de photographie à l’Université du Texas à Austin quand autour des années 1970, il fut intrigué par la richesse de la collection Gernsheim sur la photographie. Le fonds important d’archives personnelles de Sir John Herschel détenu par l’Humanities Research Center, a immergé Schaaf dans le monde de l’édition documentaire et depuis cette époque une grande partie de ses travaux a porté sur la matérialité et l’importance des sources primaires dans la recherche. Il est particulièrement intéressé par la dite « préhistoire de la photographie » et par la photographie comme interface entre art et science. Schaaf a publié de nombreux articles de revues et de livres, plusieurs d’entre eux ont été primés et sont pionniers dans leurs catégories. Il a donné de nombreuses conférences et a été consultant sur les applications informatiques dans les sciences humaines, des collections d’archives et de l’histoire de la photographie. Une grande partie du travail de Schaaf au cours des trois dernières décennies a été menée en tant que chercheur indépendant. Son bureau est à Rock House, Baltimore, Maryland (USA).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Contrat doctoral proposé par le laboratoire AGORA, Université de Cergy-Pontoise

Logo FSP vertical Labex PatrimaLe laboratoire AGORA de l’Université de Cergy-Pontoise propose un contrat doctoral labellisé par la Fondation des Sciences du Patrimoine

Sujet

La genèse des musées de province au XIXe siècle au Royaume-Uni (1835-1855). Perspective croisée, Angleterre-France.

Thématique et méthodologie

La fondation des musées à Londres et à Paris dans le dernier tiers du XVIIIe siècle est parachevée au siècle suivant par l’extension nationale d’institutions patrimoniales en France et en Angleterre. En France, la constitution et la gestion des collections de province se met en place à partir de 1795 dans la foulée des réquisitions révolutionnaires. Au Royaume-Uni, c’est au milieu des années 1830 que s’ouvre le débat parlementaire sur la fondation d’institutions culturelles publiques dans tout le pays. Plusieurs lois seront adoptées et amendées entre 1845 et 1855, permettant ainsi dans la seconde moitié du siècle l’essor des musées de province. La thèse étudiera plus précisément les débats qui portent sur la constitution d’un patrimoine artistique ouvert au public au Royaume-Uni et sur l’accès aux collections patrimoniales hors de Londres entre 1835 et 1855.

Si le sujet central est celui de l’histoire institutionnelle muséale en Angleterre, la mobilisation de la méthode comparative sur un certain nombre de questions permettra d’en faire ressortir les spécificités. En effet, la Révolution française a établi un lien direct entre l’élargissement de l’accès aux œuvres d’art et la démocratisation politique de la société, à ce titre elle constitue à la fois une source d’émulation et un repoussoir pour l’Angleterre où la nécessité de démocratiser la pratique culturelle s’impose progressivement dans la foulée de la réforme du suffrage de 1832 (Reform Act).

Sur le plan méthodologique, l’approche adoptée (histoire des idées et des institutions) permettra d’inscrire les mutations institutionnelles du droit du patrimoine britannique dans le contexte des débats politiques du XIXe siècle. Au-delà des sources officielles (textes de lois, règlements administratifs, débats parlementaires et rapports officiels) et doctrinales (écrits juridiques, historiques, politistes), la presse et les rapports des sociétés savantes et les périodiques seront mobilisés.

Profil du/de la doctorant/e

Le rattachement principal de la thèse est en civilisation britannique (11e section du CNU), le rattachement secondaire en droit. Le ou la doctorant-e travaillera avec des sources bilingues (français/anglais) et devra maîtriser le contexte institutionnel.
Une formation droit français/ droit anglais (1er et/ou 2e cycle) et un intérêt spécifique pour l’histoire du patrimoine seront valorisés lors de l’examen des candidatures.

Environnement

Les laboratoires d’accueil sont Agora, Université de Cergy-Pontoise (EA 7392) et l’Institut des Sciences Sociales du Politique (UMR 7220) Ecole doctorale « droit et sciences humaines », Université de Cergy-Pontoise GDR « Mondes Britanniques ».

Contrat

D’une durée de 36 mois, le contrat doctoral à temps plein est financé par la Fondation des Sciences du Patrimoine.
Début du contrat au 1er octobre 2016.

Pour candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Emmanuelle de Champs (Agora) : edechamp@u-cergy.fr, et Marie Cornu (ISP) : Marie.CORNU@cnrs.fr. Le dossier peut être accompagné d’une lettre de recommandation du directeur ou de la directrice de M2 (facultatif).

Bibliographie indicative

– Bailkin, Jordanna (2004), The Culture of Property. The Crisis of Liberalism in Modern Britain, U. of Chicago Press.
– Bennett, Tony (1995), The Birth of the Museum : History, Theory, Politics, Routledge.
– Héritier, Annie (2003), Genèse de la notion de patrimoine culturel, 1750-1816, L’Harmattan, Coll. « Droit du patrimoine culturel et naturel ».
– Hoock, Holger (2003), The King’s Artists. The Royal Academy of Arts and the Politics of British Culture 1760-1840, Clarendon Press.
– Lewis, Geoffrey (2012), « Enabling legis lation for museums », in John M. A. Thompson, Manual of Curatorship : a guide to museum practice, 2nd edition, Routledge.
– Mandler, Peter (2006), « Art in a Cool Climate : The Cultural Policy of the British State in European Context, c. 1780 to c. 1850 », Proceedings of the British Academy, 134, p. 100-120.
– Poirrier, Philippe (2016), Les politiques de la culture en France, La Documentation Française.
– Quinn, Malcolm (2013), Utilitarianism and the Art School in Nineteenth-Century Britain, Pickering and Chatto.
– Maget, Antoinette (2009), Le collectionnisme, Collectionnisme public et conscience patrimoniale, L’Harmattan.
Les collections d’antiquités égyptiennes en Europe (2009), L’Harmattan, coll. « Droit du patrimoine culturel et naturel ».
– Poulot, Dominique (1996), ‘Surveiller et s’instruire’ : la Révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, Voltaire Foundation,
– Poulot, Dominique (1997), Musée, nation, patrimoine 1789-1815, Gallimard.
– Waterfield, Giles (2015), The People’s Galleries : art museums and exhibitions in Britain, 1800-1914, Yale UP.
– Woodson-Boulton, Amy (2012), Transformative Beauty : Art Museums in Industrial Britain, Stanford UP.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) aux JEP 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaPour l’édition 2016 des journées européennes du patrimoine, la Fondation des sciences du patrimoine s’installe dans les locaux de l’ancienne Manufacture des Allumettes d’Aubervilliers, aujourd’hui site de l’Institut national du patrimoine (INP).

 

 

 

A cette occasion, le public pourra découvrir les pratiques et les enjeux des sciences du patrimoine au travers de la présentation de six programmes financés par la Fondation dont un programme impliquant la Bibliothèque nationale de France, le programme CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) qui s’intéresse aux procédés des premiers négatifs papier avec une double approche de caractérisation de calotypes historiques en vue d’une classification et d’étude de calotypes contemporains réalisés selon les traités historiques en vue de mettre en place la méthodologie de caractérisation des calotypes historiques et de comprendre la structure des images de calotypes.

Céline Daher du Centre de Recherche sur la Conservation des Collections présentera le programme grâce au poster suivant :

Poster Calotype
Cliquer sur le lien suivant pour agrandir le poster

Zoom sur le poster

Le Labomobile de l’Equipex Patrimex, plate-forme mobile dédiée à l’analyse des matériaux anciens, sera stationné dans la cour de l’ancienne manufacture. Des démonstrations seront effectuées par le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

Le département des restaurateurs de l’INP ouvrira ses ateliers de formation à la restauration, son laboratoire et sa bibliothèque.

Les informations complémentaires sur cet évènement figurent dans le communiqué de presse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fondation des sciences du patrimoine : résultats de l’Appel à projets 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaLe conseil d’administration de la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima) qui s’est tenu le 16 juin dernier au Château de Versailles a arrêté la liste des projets financés dans le cadre de l’appel à projets 2015. Une enveloppe de 645 000 € a ainsi été distribuée.

Après classement par le comité scientifique de la Fondation, 12 projets ont donc été retenus pour être soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine ; 2 contrats doctoraux et 10 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche ou de grandes institutions culturelles partenaires.

A ceux-ci s’ajoutent 4 thèses labellisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin.

Les projets retenus impliquant la BnF feront prochainement l’objet d’une courte présentation individuelle dans ce Carnet de recherche :

  • PATRIMEPH : Patrimonialisation des Ephémères ;
  • CLARO : Analyse  des  pigments  des  encres  et  des  filigranes  des gravures en Clair-Obscur ;
  • RECCAL : Regards croisés sur les Calotypes (porté par Sylvie Aubenas du département des Estampes et de la photographie).

Consulter la liste de l’ensemble des projets et des contrats doctoraux retenus.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LABEX PATRIMA : Appel à candidatures : contrat post-doctoral

Logo FSP vertical Labex PatrimaDans le cadre du projet CLARO (Analyse des pigments des encres et des filigranes des gravures en Clair-Obscur), financé par le LabEx PATRIMA, le C2RMF et le musée du Louvre, en collaboration avec la BnF, proposent une allocation de recherche post-doctorale sur l’étude matérielle (encres, pigments) et technique de gravures des XVIe et XVIIe siècles.

Description du projet

Le présent projet porte sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.
Il s’attachera à montrer tout l’intérêt scientifique que des techniques optiques et d’analyses physico-chimiques revêtent dans le domaine de l’estampe, encore peu familier avec ce type d’approche et de méthode.
La recherche proposée vise non seulement à apporter une meilleure connaissance de la matérialité des gravures et des savoir-faire des ateliers de graveurs de cette époque mais aussi de mieux envisager les possibles transferts de technologie sur une longue période entre Italie [deux travaux d’étude matérielle et technique ont été réalisés sur des gravures italiennes du XVIe siècle : Linder, Duval & Guicharnaud] et Europe du nord. L’ensemble des données contribuera à mieux circonscrire l’activité de chaque foyer de production, et de contribuer à la distinction entre tirages originaux et tardifs.
Elles pourront également aider à la localisation et à la datation d’estampes anonymes.
Ce travail implique d’une part l’utilisation de méthodes optiques (imageries spectrales en UV et infrarouge, FORS) associée à diverses analyses spectroscopiques (MFX, Fluo X-2D, Raman). Ces résultats permettront de mieux comprendre la nature des matériaux employés.
Ces informations seront confrontées et discutées avec les historiens et conservateurs (Louvre, BnF, Fondation Custodia) en charge de ces gravures et partenaires du projet.

Profil souhaité

Les candidats seront titulaires d’un doctorat en science des matériaux, en physique ou en chimie, avec de bonnes notions d’analyses spectroscopiques. La connaissance des problématiques liées aux biens culturels et des capacités de dialogue et de travail à l’interface entre les sciences de l’Homme et les sciences physiques seront appréciées.
La maîtrise de l’anglais est nécessaire.

Contrat

Ce contrat est financé par la Fondation des sciences du patrimoine pour une durée de 12 mois et commencera à l’automne 2016. Le laboratoire d’accueil sera le Centre de recherche et de restauration des musées de France, associant le CNRS et le ministère de la Culture et de la communication.
La direction scientifique sera assurée par Séverine Lepape (conservateur, Louvre) et la codirection par Eric Pagliano (conservateur, C2RMF), Anne-Solenn Le Ho (ingénieur de recherche chimie, C2RMF) et Clotilde Boust (ingénieur de recherche optique, C2RMF).

Candidater

Les candidats enverront par courriel leur CV et indiqueront leur expérience en matière de recherche, leur motivation ainsi que les noms et adresses de deux référents avant le 17 septembre 2016 : Séverine Lepape (Severine.Lepape@louvre.fr) et Eric Pagliano (eric.pagliano@culture.gouv.fr).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex CAP : la BnF partenaire de 4 nouveaux micro-projets 2016-2017

En décembre 2015, après son évaluation à mi-parcours et sa reconduction, le Labex CAP lançait son quatrième appel à projet qui s’est clos le 4 février 2016.

Suite à la campagne d’évaluation des programmes, vingt-deux projets (sur trente-sept projets déposés) ont été sélectionnés par le Conseil et le bureau du LabEx, réunis en jury le 18 février et le 10 mars 2016. Ces programmes de recherche aboutiront en novembre 2017 ; l’enveloppe globale qui leur a été allouée est de 309 000 euros.

La Bibliothèque nationale de France, membre du Labex, se trouve être partenaire de quatre des nouveaux micro-projets de la période 2016-2017.

Ces projets sont inclus dans trois des quatre grands domaines de réflexion qui s’expriment par les plateformes à projets thématiques définies par le LabEx, à savoir :

  • Plateforme 1 : Création, patrimoine et politique
    Projet : Images de la justice : Nazis et collaborateurs en procès dans l’Europe libérée
  • Plateforme 2 : Original, multiple et reproduction
    Pas de projet BnF
  • Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission
    Projet : Digital Millin : L’Italie dessinée de l’Antiquité au Néoclassicisme
    Projet : Global Art & Cultural Périodicals. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles
  • Plateforme 4 : Expositions, pratiques et expériences
    Projet : Le Chantier Fantasio : Enquête sur un processus de création à l’Opéra Comique

Dans les prochains jours, chacun des projets fera l’objet d’un courte présentation.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ?

Colloque organisé par Anne-Sophie Aguilar (Paris 1, HiCSA), Eléonore Challine (ENS Cachan), Christophe Gauthier (Ecole nationale des Chartes), Marie Gispert (Paris 1, HiCSA), Gérald Kembellec (CNAM), Lucie Lachenal (Paris 1, HiCSA), Eléonore Marantz (Paris 1, HiCSA), Catherine Méneux (Paris 1, HiCSA).

Dates : 18 et 19 mai 2017
Lieu : Paris, Galerie Colbert
Date limite : 2 novembre 2016

Continuer la lecture de Appel à communication : Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ?

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

COMPRESSIL : COnservation Matérielle du papier de PRESse par les polySILoxanes

Logo FSP vertical Labex PatrimaCe projet sur lequel collabore le département de la Conservation de la BnF (Philippe VALLAS) associe le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC, coordonnateur : Anne-Laurence DUPONT) et le Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, université de Cergy : Odile FICHET) ; il a officiellement débuté en octobre 2012, pour une durée de 3 ans. Le projet était financé par la Fondation des sciences du patrimoine (Labex PATRIMA).

Résumé

Il avait pour but de développer une méthodologie de traitement novatrice qui permettra la désacidification et le renforcement simultanés de ces documents afin de proposer une solution complète viable aux documents devenus incommunicables. Pour cela, des réseaux interpénétrés de polysiloxanes à fonctionnalité alcaline, incorporés au papier, ont été développés et caractérisés physico-chimiquement à des fins d’optimisation.

Le projet a fait l’objet d’une thèse menée par Camille Piovesan (ED 417, École Doctorale Sciences et Ingénierie – Université de Cergy Pontoise) en co-tutelle entre le CRCC et le LPPI. La BnF, partenaire sur ce projet, s’est proposée pour fournir des informations concernant la composition chimique réelle des papiers de presse conservés en bibliothèque.

Contribution de la BnF

Dans ce but, un échantillonnage de papiers de presse représentatifs a été constitué à partir des collections du département Droit, économie et politique : ces papiers ont été analysés au laboratoire de la Bibliothèque nationale de France, sur le site de Bussy-Saint-Georges. Pour chaque titre de presse retenu, les prélèvements représentaient un morceau de papier de 5cm2 prélevé sur un numéro tous les deux ans de 1950 à 2010.
Les informations récoltées à partir de ces prélèvements ont permis une évaluation de la qualité des papiers de journaux nationaux, régionaux, de presse syndicale ou de presse d’outre-mer ; d’estimer les évolutions dans la fabrication des papiers de presse et d’anticiper de futures mesures de conservation.

Pour en savoir plus

  • Camille Piovesan, « Conservation matérielle du papier de presse par les polysiloxanes. Etude des réseaux interpénétrés pour le renforcement et la désacidification des papiers patrimoniaux (compressil) » : poster présenté au colloque « Les sciences de la conservation du patrimoine et le développement durable: acquis, recherche, innovation », Paris, 23, 24, 25 octobre 2013. Disponible en ligne : <http://crcc50.sciencesconf.org/conference/crcc50/pages/30_Piovesan.pdf>

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LABEX CAP : Appel à candidatures : bourses Immersion 2016

Date limite : le 1er septembre 2016

Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (LabEx CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2016-2017.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau et original à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoniales membres du Labex CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Continuer la lecture de LABEX CAP : Appel à candidatures : bourses Immersion 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts