Archives par mot-clé : Inventaire rétrospectif

Jean-Dominique Mellot

mellot_jean_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui c’est au tour de Jean-Dominique Mellot, chef du service de l’Inventaire rétrospectif.

Quel est votre parcours ?

Passionné par l’histoire depuis la petite enfance, j’ai entendu parler vers l’âge de 12 ans de l’École des chartes et des disciplines qu’on y enseignait. L’idée d’acquérir cette formation chartiste pour accéder moi-même aux sources écrites de l’histoire ne m’a pas quitté de toute mon adolescence. J’étais initialement plutôt intéressé par l’histoire médiévale. Mais après ma réussite au concours, dès ma première année d’École, j’ai découvert l’histoire du livre imprimé grâce à l’enseignement d’Henri-Jean Martin (1924-2007) et souhaité m’orienter vers ce domaine de recherche. J’ai travaillé à une thèse d’École sur l’histoire de l’édition dans ma région d’origine, la Haute-Normandie, mais qui bien sûr m’obligeait aussi à recourir massivement aux ressources parisiennes ; ç’a été pour moi une période intense de découvertes et de rencontres qui m’a conforté dans l’idée de choisir la voie des bibliothèques, afin de rester au plus près des collections imprimées ou manuscrites et en même temps d’être en relation avec un public plus large et ouvert que celui des archives — j’avais déjà l’expérience des bibliothèques en tant que lecteur, grâce à ma fréquentation de celle du Havre. En terminant ma scolarité à l’École des chartes, major de promotion, j’envisageais surtout de trouver un poste dans une grande bibliothèque normande et de maintenir le lien tissé avec la recherche historique régionale. Mais les circonstances en ont décidé autrement.

Un poste qui m’intéressait particulièrement s’offrait au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, service de l’Inventaire. Ce service, qui venait alors d’achever le Catalogue général auteurs, était en train de devenir un service expert, spécialisé dans le livre ancien, et en même temps se lançait dans l’informatisation et dans la création des notices d’autorité — dont on perçoit enfin aujourd’hui l’importance capitale, avec le référencement des données sur Internet. C’était un tournant (1985) et un chantier exaltant où j’avais beaucoup à apprendre mais aussi ma pierre à apporter et où je pouvais contribuer à une dynamique de publication. Ce qui ne m’a pas empêché de rester un chercheur — même si ce n’était hélas pas toujours bien vu à l’époque car on soupçonnait, bien à tort dans mon cas, les jeunes chercheurs de prendre sur leur temps de travail BN pour avancer leurs travaux personnels —, de mener à son terme une thèse de doctorat (1992)1, de publier des articles puis des livres tout en intervenant dans des colloques.

La reconnaissance du bien-fondé de mon double statut de conservateur de bibliothèque et de chercheur n’est venue que progressivement, avec notamment ma responsabilité de chargé de conférences à l’École pratique des Hautes Études (à partir de 1999), mes cours de formation continue ENSSIB (à partir de 2000), les conférences que l’on m’a confiées dans le cycle Histoire du livre, histoires de livres de la BnF (à partir de 2006), les invitations à l’étranger et surtout peut-être la codirection scientifique du Dictionnaire encyclopédique du livre, une entreprise de référence internationale qui s’est étalée sur 15 ans (1996-2011). Depuis 2009, je dirige le service de l’Inventaire rétrospectif qui compte une quinzaine de personnes (conservateurs et bibliothécaires) et au sein duquel je contribue, je l’espère, à entretenir la flamme de la recherche et à encourager les publications et réalisations scientifiques. Je poursuis toujours parallèlement des recherches à titre personnel, dans le peu de temps libre dont je dispose.

Quels sont vos domaines de recherche actuels ?

L’histoire sociale et institutionnelle des métiers du livre. La police et la « police du livre » aux XVIIe-XVIIIe siècles. Les pratiques de la librairie d’Ancien Régime. Colportage et « libraires forains » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le régime des permissions et privilèges et « l’état civil du livre ». Les métiers du livre et l’édition en Normandie du XVIe au XIXe siècle. L’édition française au XIXe siècle. L’histoire religieuse des XVIIe-XVIIIe siècles.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

J’en vois beaucoup, mais les périodes de thèse (École des chartes, 1982-1985, et doctorat Paris-I, 1985-1992) se détachent évidemment par leur intensité et par la somme de découvertes et de rencontres qu’elles m’ont procurée. L’entrée dans le monde du travail (Bibliothèque nationale, été 1985), dont on attend souvent beaucoup, a tenu ses promesses, et ce à tous les points de vue. Mais il faut dire que la fin de mon service militaire, au Service historique de la Marine, en 1984, m’y avait, contrairement à ce que l’on pourrait croire, fort bien préparé. À la BnF, je relèverais deux moments-clés : les débuts au service de l’Inventaire, avec la participation aux grands chantiers qui s’y ouvraient alors (voir ci-dessus question 1) ; la prise de poste en tant que chef de service, à partir de 2009, qui m’a donné une palette plus large de responsabilités, y compris humaines et relationnelles, et m’a certes amené à minuter encore davantage mon emploi du temps, mais la bonne marche d’une équipe et la conduite de ses projets sont une source de satisfactions que l’on a du mal à se figurer tant que l’on n’a pas été en situation. Hors de la BnF, je retiendrais deux phases marquantes : l’invitation de Frédéric Barbier, successeur d’Henri-Jean Martin, à intervenir comme chargé de conférences à son séminaire Histoire et civilisation du livre de l’EPHE, qui m’a permis de développer et partager mes centres d’intérêt avec un public d’auditeurs réguliers et attachants ; la grande entreprise du Dictionnaire encyclopédique du livre, lancée en 1996 par les éditions du Cercle de la Librairie à l’initiative de Pascal Fouché, dont j’ai dirigé le domaine Histoire du livre (plus de 350 contributeurs), une aventure humaine de 15 ans dont tous les protagonistes gardent un souvenir ému et qui a abouti à un instrument de travail d’une qualité rare.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien se caractérise par une grande diversité d’activités, d’autant plus lorsqu’on dirige un service où plusieurs chantiers et projets de recherche sont menés concurremment. La correspondance (interne et externe) — principalement lecture de courriels et réponses — y occupe beaucoup de place, parfois trop, mais c’est la rançon du rayonnement du service et de l’ouverture croissante (et louable) des métiers des bibliothèques. Il ne faut pas négliger non plus les contacts directs et briefings informels, avec les membres de l’équipe comme avec le public des chercheurs (à travers le service public en salle ou de façon plus personnalisée). La supervision du travail concret de l’équipe, la relecture et validation des notices rédigées, la révision des textes avant diffusion ou publication, les conseils experts prodigués au fur et à mesure des besoins sont un autre poste important de l’emploi du temps d’un conservateur-chercheur. Le travail administratif n’est pas négligeable non plus, mais variable selon les périodes (réunions et leur préparation, notes, rapports, entretiens annuels, lecture et diffusion de comptes rendus, statistiques, etc.). Quant au contact avec le livre-source comme avec le livre-objet, il reste permanent mais diffus, de même que la production scientifique proprement dite (articles, contributions, ouvrages, correction d’épreuves, préparation de supports…), qui du reste repose très largement sur le temps privé. Enfin les recherches dans des dépôts d’archives et dans d’autres bibliothèques sont des moments intenses et presque toujours fructueux mais extrêmement ciblés voire minutés.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

En fait cela s’est décidé progressivement. Enfant, j’étais fasciné par la magie qui se dégageait des documents anciens, de leur écriture, de leur langue, et il me tardait de pouvoir un jour m’y initier pour accéder à ces pans du passé, même si je ne reliais pas encore tout cela à la dynamique de la recherche historique. Au collège et au lycée jusqu’en seconde, le plus souvent l’enseignement de l’histoire était terne, frustrant, cadré et superficiel ; cela en fait aiguisait mon désir d’aller plus loin et plus en profondeur, et je pense que cette période a été décisive dans le sens où j’ai été prêt à « ronger mon frein » avant d’espérer être un jour partie prenante dans la « fabrique de l’histoire ». Un peu plus tard, en première, le censeur de mon lycée du Havre, Jacques Ducher, me sachant intéressé par l’École des chartes, m’a fait rencontrer l’un de ses amis, conservateur chartiste à la Bibliothèque Mazarine, Jean-Claude Nardin (hélas décédé en février dernier) ; j’étais accompagné de ma mère et nous avons passé tous les deux un moment de découverte et de complicité fabuleux mais bien réel parmi les collections, les imprimés rares, les reliures et les boiseries de la Mazarine, escortés par un guide savant, discret et cordial. Cette rencontre m’a conforté dans ma vocation encore en pointillé et a fait aussi pencher ma balance vers le monde des bibliothèques. Les cours d’H.-J. Martin, à partir de la première année d’École des chartes, ont fait le reste, en levant le voile sur « l’histoire du livre en train de se faire » et en communiquant l’envie d’y être associé.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

J’en vois au moins trois, en considérant la BnF au sens large et en y incluant la bibliothèque de l’Arsenal. D’abord les reliures et demi-reliures aux armes royales, présentes sur le site François-Mitterrand comme sur celui de Richelieu et même de l’Opéra. J’ai découvert leur beauté sobre, leur solidité et leur abondance — que je ne soupçonnais pas — lors de mes premiers pas de chercheur. Ensuite, plus que la salle Labrouste, dont j’appréciais l’architecture élancée et les galeries ornées de fresques mais pas du tout la lumière « zénithale », c’est le magasin central du département des Imprimés du site Richelieu qui m’a conquis par la combinaison harmonieuse de leurs qualités pratiques et esthétiques. Je m’en voudrais de ne pas mentionner aussi les boîtes d’archives de la Bastille, mine inépuisable de documents policiers sauvés de la destruction en 1789 — et dont certains portent encore des traces de la boue des fossés où ils ont été jetés le 14 juillet ; leur fréquentation, dans le cadre superbement original de l’Arsenal, me procure toujours un moment riche de découvertes et d’émotions.

En dehors de la BnF et de la recherche, quels sont vos loisirs et passions ?

La lecture bien sûr (mais pas seulement en histoire), le jogging, les promenades et visites, les rencontres amicales, les bons moments en famille, le théâtre (grâce à mes enfants), le football, certains films et émissions de télévision, le jardinage.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je ne crois pas avoir encore le recul nécessaire pour en juger et j’ignore si je l’aurai un jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité mais également une humilité au moins aussi grande, la rigueur, la persévérance, l’exigence et le souci d’une écriture claire (la moins jargonnante » possible) et élégante, le goût du partage (y compris à travers la vulgarisation et la transmission directe) et l’esprit d’équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Je dirais un « couple » de découvertes : l’agriculture et l’écriture, deux pratiques parentes aux pouvoirs quasi magiques, ont influé de façon déterminante sur l’évolution de l’humanité. En traçant des sillons dans un espace délimité, elles permettent en effet de féconder celui-ci, puis de stabiliser et de « stocker » le produit de ce « dessin fertile », et ainsi de maîtriser et élargir le temps des hommes. L’agriculture et l’écriture ont été deux préalables essentiels qui ont permis à l’être humain de transcender l’horizon de la mémoire individuelle, familiale ou groupale pour accéder au temps de l’histoire.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

De mon point de vue, cette place est capitale. À chaque moment important de nos vies ou de nos carrières, il y a des rencontres, des exemples que l’on a envie de suivre à notre façon, des paroles qui résonnent en nous. Aussi vrai que « tout ce qui est important s’enseigne de personne à personne » (Nietzsche).

Dans le travail de la recherche, même si la méthode suivie ne doit rien au hasard, le hasard des contraintes de temps et de lieu, celui des trouvailles dans des sources à côté desquelles on ne passe pas, m’apparaît essentiel. Or les découvertes — de sources et dans des sources —, c’est ce qui peut faire évoluer voire révolutionner le regard non seulement du chercheur lui-même, mais aussi de toute une communauté scientifique à qui il les fait partager. J’ai été suffisamment chanceux pour connaître à plusieurs reprises, au cours de ma carrière, ce moment où le chercheur se découvre aussi « trouveur ». L’humilité nécessaire du chercheur, c’est donc celle également qui consiste à reconnaître la part décisive de la chance dans son apport.

  1. L’édition rouennaise et ses marchés : vers 1600-vers 1730 : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris : École des Chartes, 1998 , 816 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts