Archives par mot-clé : Etude

BnF : offre d’emploi : Chargé du suivi de l’étude interne sur la presse

Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France recense, depuis son lancement, une majorité (en nombre de titres et de pages) de périodiques et de monographies. La BnF poursuit des travaux d’amélioration des fonctionnalités de recherche pour ces contenus à l’enrichissement sémantique des données et des métadonnées relatives aux corpus traités et optimiser les processus de numérisation, dont l’OCR, ainsi que les dispositifs de reconnaissance des articles de presse (OLR)1.

Pour poursuivre sa politique de numérisation de la presse2, la BnF publie une offre d’emploi pour le suivi d’une étude interne sur la presse.

OLR : principe

Missions et activités

Placé directement sous la responsabilité d’Aline Girard, directrice du département de la Coopération (Direction des services et des réseaux), le chargé de suivi réalisera une étude interne sur la presse copilotée par deux départements : le département de la Coopération (DSR) et celui du Droit, Economie, Politique (DCO). Cette étude a été confiée au mois de mai 2017 par la Directrice générale aux deux directions, qui en assureront la réalisation conjointe.

De par ce copilotage, le déroulement de la mission de l’agent sera établi par les deux directeurs de département responsables de l’étude.

A ce titre l’agent, sur la base de la méthodologie de suivi d’étude proposée par la Délégation à la Stratégie et à la Recherche, assurera l’organisation des réunions internes de suivi (comité de pilotage, comité de suivi), rédigera les compte rendus de réunion, rythmera l’avancée de l’étude avec un calendrier de suivi de projet précisant les étapes et les livrables attendus.

L’agent sera également chargé de réunir les informations disponibles sur les collections de presse de la BnF (que ce soit sous l’angle de la conservation, de la numérisation, du stockage, etc.), et autant que faire se peut sur les collections de presse conservées dans les autres bibliothèques françaises.

L’agent aura à sa charge la mise en forme des informations recueillies dans les livrables successifs et la rédaction du rapport final attendu par la direction de l’Etablissement à la fin de l’année 2017.

Domaines de compétences

  • Expérience de suivi d’étude et de gestion de projet transverse
  • Excellent relationnel et capacité à animer des groupes
  • Aisance orale et excellentes capacités rédactionnelles
  • Sens du travail en équipe
  • Rigueur et méthode, sens de l’organisation

Modalités pratiques

  • Personne à contacter pour des renseignements :
    • Aline GIRARD, Directeur du département de la coopération, tél. : 33 (0)1 53 79 40 35
  • Modalités pratiques de candidature : obligatoirement candidater en ligne. Le dossier de candidature doit réunir un CV et peut être complété d’une lettre de motivation.
  • Référence du poste : RC027
  • Sites : François-Mitterrand, Quai François-Mauriac Cedex 13, 75706 Paris
  • Catégorie : A
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Chargé de collections
  • Durée du contrat : 6 mois
  • A pourvoir à compter du : 01/09/2017
  1. Ioannis Anagnostopoulos, Pourquoi Europeana Newspapers ?. Disponible ne ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/en2014_anagnostopoulos.pdf> []
  2. Presse et revues, http://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/presse-et-revues et Journaux numérisés dans Gallica, http://presselocaleancienne.bnf.fr/html/journaux-numerises-dans-gallica []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mettre en ligne le patrimoine : évolution des usages, transformation des savoirs ?

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Qui sont les utilisateurs de ces collections ? Comment les découvrent-ils et les utilisent-ils, selon quelle logique d’interrogation avec quels effets sur la connaissance ?

Pour répondre à ces questions, un projet de recherche de 10 mois (2016-2017) a été conduit par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech : « Mettre en ligne le patrimoine : évolution des usages, transformation des savoirs ? ». À travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, il s’agissait d’analyser l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, en particulier la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs.

Portée par des expertises variées, l’approche a croisé des méthodes qualitatives et quantitatives : état de l’art, entretiens, questionnaire en ligne, vidéo-ethnographie. Ce croisement est rendu nécessaire par la grande difficulté d’observer et d’analyser, à travers un unique dispositif, des parcours de plus en plus « maillés » (multi-supports, multi-tâches, etc.) : quantifier des opinions à travers un questionnaire en ligne n’explique pas les raisons de faire des internautes, parfois infra-conscientes ; le récit d’une pratique en entretien recouvre bien souvent les mille et un gestes composant une séquence de recherche sur le web.

Vidéo-ethnographie : entretien d’autoconfrontation avec un gallicanaute (Vincent Barras) © Nicolas Rollet

L’étude qualitative menée par l’équipe de Télécom ParisTech (Beaudouin, V., Garron, I., Rollet, N. (2017). « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre». Pratiques et usages des publics de Gallica, BnF, Labex OBVIL, Télécom ParisTech). constitue le premier volet du dispositif d’enquête sur les usages de Gallica. Précédée par un état de l’art réalisé par le labex Obvil (Jahjah M. (2017). État de l’art théorique, méthodologique et critique sur les «usages» et les «pratiques», BnF, Labex OBVIL, Télécom ParisTech), elle a servi de support pour la formulation des questions dans l’enquête en ligne et a affiné la connaissance des publics en dépassant des clivages attendus entre chercheurs, étudiants et amateurs. Elle montre en particulier que, chez un même utilisateur, on peut observer tantôt des recherches ciblées (répondre à une question précise), tantôt des recherches approfondies (« creuser des filons ») ou enfin des explorations libres et ludiques ouvertes à toutes formes d’opportunités. La coexistence de ces usages hétérogènes semble être un des traits de ces utilisateurs avertis. Plus généralement, cette étude a permis de révéler l’existence de parcours utilisateurs dont l’attention oscille entre routine et découverte.

Mais la consultation de Gallica ne peut être perçue uniquement comme une activité solitaire face à l’écran, les usages relationnels sont facilités par l’environnement numérique : faire des recherches pour les autres, partager des documents, répondre à des questions posées par d’autres. Ce dernier point ouvre de nouvelles perspectives pour les enquêtes à venir.

Deuxième volet du dispositif, confié à la société TMO, l’enquête en ligne auprès de 7600 usagers de Gallica, la première depuis 2011, a permis de mesurer des évolutions remarquables en cinq ans : développement d’un public de séniors amateurs qui fait de la recherche personnelle le premier motif aujourd’hui de consultation de Gallica ; et en même temps : entrelacement croissant des motifs (professionnel / personnel ; recherche / loisir, etc.) qui rend difficile toute typologie des usagers. En particulier, les variables sociodémographiques sont de moins en moins explicatives des manières de faire, et même du niveau de maîtrise de l’interface. D’où l’importance de réinscrire ces résultats quantitatifs dans l’épaisseur de l’activité humaine, à travers une phase de vidéo-ethnographie.

L’étude vidéo-ethnographique menée par Télécom ParisTech (Rollet, N., Beaudouin, V. Garron, I. (2017). Vidéo-ethnographie des usages de Gallica : une exploration au plus près de l’activité, BnF, Labex OBVIL, Télécom ParisTech) constitue le troisième volet du dispositif d’enquête sur les usages de Gallica. L’objectif est d’observer au plus près les parcours des utilisateurs et les spécificités de leurs pratiques en ligne. La captation audiovisuelle de l’activité à l’écran est complétée par des entretiens d’autoconfrontation qui permettent de donner sens aux observations.

Deux axes d’analyse découlent des données recueillies. Le premier porte sur les phénomènes de catégorisation et d’évaluation (d’une liste de résultats, d’un document) et souligne la façon dont une idée, guidée par des motifs et dynamisée par de la sérendipité, peut émerger et se configurer dans le temps de la consultation. Le second explore la dimension écologique de l’usage de Gallica. Il met en lumière que l’utilisateur de Gallica est engagé dans de nombreuses opérations structurantes associant environnement numérique, matériel et social.

Ce projet a été suivi par un comité scientifique composé de : Didier Alexandre (labex Obvil), Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Sophie Bertrand (BnF), Laure Bourgeaux (BnF), Philippe Chevallier (BnF), Milad Doueihi (labex Obvil), Isabelle Garron (Télécom ParisTech), Aline Girard (BnF), Marc Jahjah (labex Obvil), Anne Pasquignon (BnF), Thierry Pardé (BnF), Nicolas Rollet (labex Obvil / Télécom ParisTech).

Ce projet a bénéficié des conseils et de l’expertise de Thomas Beauvisage (laboratoire SENSE, Orange), Saadi Lahlou (London School of Economics) et Ludovic Lebart (CNRS, Télécom ParisTech), qu’ils en soient tous les trois chaleureusement remerciés.

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : « Quels usages aujourd’hui des bibliothèques numériques ? Enseignements et perspectives à partir de Gallica »

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech

Argument

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales, archives et universités ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Cette croissance s’est accompagnée d’un élargissement des publics et des usages, facilité par la dissémination des contenus numérisés à travers le web, avec l’intervention de nouveaux médiateurs (communautés d’intérêt ou de pratique, etc.) et la possibilité d’agréger à ces contenus d’autres ressources ou de les enrichir par des dispositifs collaboratifs. Or, alors que se développent à grande vitesse les humanités numériques, les informations restent parcellaires sur les utilisateurs de ces collections, sur leur manière de les découvrir et de les utiliser, en particulier la logique d’interrogation (structurée et finalisée ou au contraire associative, voire aléatoire) et les effets de ces nouveaux usages sur la connaissance, les méthodologies et les corpus.

Faisant suite à un projet de recherche de 10 mois porté par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech, cette journée a pour but d’examiner, à travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, afin de mieux comprendre la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs. Portées par des expertises variées (sociologie, ethnographie, science des données, humanités, etc.), l’approche retenue croise des méthodes qualitatives et quantitatives. Si Gallica est un objet privilégié d’observation, compte tenu du nombre de documents qu’elle propose (4 millions) et de son audience (40 000 visites/jour), c’est bien sa place dans un réseau de ressources, en ligne mais aussi bien hors ligne, qui intéresse la présente journée.

Programme prévisionnel

Matinée (9h30-12h30) :

  • Accueil, par Arnaud Beaufort (BnF), Milad Doueihi (labex Obvil), Valérie Fernandez (Télécom ParisTech)
  • Comment les usagers deviennent acteurs de Gallica, par Sophie Bertrand et Philippe Chevallier (BnF)
  • Matérialité des pratiques studieuses à l’heure du numérique, par Marc Jahjah (Université de Haute-Alsace)
  • « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre » : une étude qualitative auprès d’utilisateurs de Gallica au service d’un dispositif d’enquête global, par Valérie Beaudouin et Isabelle Garron (Télécom ParisTech)
  • Résultats de l’enquête en ligne auprès des gallicanautes, par Jacques Bonneau (TMO régions)

Après-midi (14h30-17h30) :

  • Vidéo-ethnographie d’usagers de Gallica, par Nicolas Rollet (Télécom ParisTech)
  • Une autre approche des usages : Observation des usages au moyen de tests utilisateurs, par Nicolas Esposito (Gobelins, l’école de l’image)
  • Modélisation des comportements à partir de l’analyse des logs de Gallica, par Adrien Nouvellet (Télécom ParisTech)
  • Ce que les bibliothèques numériques font à la recherche, par Didier Alexandre (labex Obvil)

Information pratiques

Mercredi 3 mai 2017
9h30-17h30, accueil à partir de 9h
BnF, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François Mauriac, Paris 13e
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription gratuite et obligatoire : https://usages_bib_num_gallica_mai2017.eventbrite.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Habiter la BnF » : un projet de recherche inédit sur les publics du Haut-de-jardin

Durant 6 mois une équipe de chercheurs en sciences sociales (du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication , GRIPIC/CELSA) est allée à la rencontre des usagers du Haut-de-jardin, niveau tous publics du site François-Mitterrand de la BnF.

Qui sont-ils ? Comment habitent-ils les espaces ? Pour quelle finalité, quels projets ? Quel est leur rapport aux collections, aux bibliothécaires ? Les entretiens réalisés par Joëlle Le Marec et Judith Dehail, avec l’aide des photographies d’Igor Babou, montrent le lien très fort de ces publics à l’institution, pour la sécurité et la légitimité qu’elle leur offre.

Le rapport du projet de recherche est disponible en ligne, à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/rapport_habiter_bnf.pdf>.
Y sont publiés les éléments du rapport de Joëlle Le Marec et Judith Dehail susceptibles d’intéresser largement chercheurs en sciences sociales et acteurs des bibliothèques et des institutions culturelles.
Les préconisations concrètes, à visée d’abord interne et opérationnelle, tenaient lieu de conclusion du rapport remis à la Bibliothèque nationale de France et n’ont pas été reprises dans le document.

Par ailleurs une vidéo illustre le projet et le terrain d’étude. Elle est accessible sur la chaîne YouTube de la BnF :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La recherche dans les institutions patrimoniales : sources matérielles et ressources numériques, sous la dir. de Mélanie Roustan

roustan_recherche-institution_0Le classement et la conservation des sources patrimoniales sont le fruit d’une histoire, faite de hasards et de choix politiques. L’activité de gestion des fonds implique un travail continuel de renouvellement : de leur interprétation, des techniques de recherche, de leurs modes d’accès, de leurs usages. Les méthodes d’analyse sont réactualisées : quelles relations intellectuelles, sensorielles, entretient-on avec les collections patrimoniales ? Comment les utilise-t-on ? Qu’en retire-t-on ?

Cet ouvrage est issu d’une journée d’étude organisée à la BnF en février 2013 par Anne Monjaret (DR CNRS, IIAC-LAHIC/EHESS-CNRS-MCC) et Mélanie Roustan (chercheur associée au CERLIS/CNRS-Paris Descartes), en coopération avec la BnF– site Richelieu, dans le cadre du programme de recherche « Le quadrilatère Richelieu et ses lecteurs ».

Sommaire

Préface par Sylviane Tarsot-Gillery

Introduction. Institutions patrimoniales et chercheurs face aux sources, un renouveau du rapport à la matérialité des savoirs par Anne Monjaret et Mélanie Roustan

Partie I. S’orienter parmi les sources

  • Chapitre I. Du dépouillement au dévoilement. L’historien et les archives numérisées par Philippe Artières
  • Chapitre II. Renseigner, orienter le chercheur. Expériences de service public par Julien Brault
  • Chapitre III. Le patrimoine numérisé. Nouveaux usages, nouveaux usagers ? Réflexions méthodologiques autour de Gallica par Philippe Chevallier
  • Chapitre IV. Bibliothèques numériques et recherche sur le Web par Fabrice Papy

Partie II. Construire l’offre

  • Chapitre V. Environnement numérique et accès aux originaux. Évolution de l’offre et des usages du patrimoine cartographique à la BnF par Jean-Yves Sarazin
  • Chapitre VI. Le redéploiement des Archives nationales. De l’usage institutionnel d’une transformation matérielle et immatérielle des fonds par Anne Monjaret
  • Chapitre VII. La documentation numérique des collections ou l’éthique du « hacker » appliquée à l’institution par Jean-Baptiste Clais
  • Chapitre VIII. Les enjeux de la reconstitution en ligne de corpus disséminés. L’exemple des manuscrits koutchéens par Isabelle le Masne de Chermont
  • Chapitre IX. De la politique d’accès à la coopération scientifique. Chercheurs et collections patrimoniales à la Cinémathèque française par Joël Daire

Partie III. Penser la recherche

  • Chapitre X. Ordonnancements et histoire des idées. Anciens catalogues et classifications « anciennes » à la BnF par Raymond-Josué Seckel
  • Chapitre XI. Le poids des classements et catégories antérieures sur la recherche en numismatique. Des impériales grecques aux provinciales romaines par Michel Amandry
  • Chapitre XII. La matière de l’histoire, du texte à l’objet par Etienne Anheim
  • Chapitre XIII. La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales, à partir d’une enquête dans les collections patrimoniales de la BnF par Mélanie Roustan

Conclusion. Sources matérielles et ressources numériques. Deux défis en un par Denis Bruckmann

Introduction

L’introduction est disponible sur le site de l’éditeur : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/extrait/00_b_sources-materielles_introduction_vf_v1.pdf

 Les auteurs

  • Amandry Michel

    Après des études de lettres classiques à l’Université de Strasbourg, Michel Amandry entre au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France en 1978. Il en a été le directeur de 1991 à 2013. Parallèlement, il enseigne la numismatique à l’Ecole du Louvre, soutient son habilitation à diriger des recherches devant l’université Sorbonne IV en 1994, avant de devenir directeur d’études cumulant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes IVe section en 2006. Il a présidé la Commission Internationale de Numismatique de 2003 à 2009. Il est actuellement le président de la Société Française de Numismatique.

  • Anheim Étienne

    Ancien élève de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud et de l’Ecole française de Rome, Étienne Anheim est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent principalement sur l’histoire sociale et culturelle de la fin du Moyen Âge, et sur l’épistémologie de l’histoire et l’historiographie. Il a publié récemment Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle (Publications de la Sorbonne, 2014). Il est vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine et dirige la rédaction de la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales.

  • Artières Philippe

    Philippe Artières est Historien, chargé de recherches au CNRS, spécialiste des écrits personnels de déviants et de malades, au 19e et 20e siècles. – Président du Centre Foucault, chercheur associé à l’IMEC (en 2004)

  • Brault Julien

    Julien Brault est conservateur de bibliothèque. Il a rejoint l’équipe du Projet Richelieu à la Direction des collections de la BnF en 2007 en qualité de coordonnateur programmation ; il est responsable notamment de l’ensemble des dossiers relatifs à l’accueil des lecteurs et à la modernisation des services au public. Il est, depuis le 1er mars 2013, adjoint par intérim au chef du Projet Richelieu.

  • Bruckmann Denis

    Conservateur général, Denis Bruckmann a notamment travaillé à l’établissement public de la Bibliothèque de France et pour le réseau des médiathèques françaises à l’étranger, ainsi que dans de nombreux départements de la Bibliothèque nationale puis de la BnF (Estampes et photographie, Audiovisuel, Littérature et art…) avant de devenir directeur des collections.

  • Chevallier Philippe

    Philosophe de formation, Philippe Chevallier a enseigné en école d’ingénieur puis travaillé plusieurs années dans la presse écrite. A rejoint la Bibliothèque nationale de France en 2008, où il est aujourd’hui responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche.

  • Clais Jean-Baptiste

    Jean-Baptiste Clais est conservateur du patrimoine et docteur en ethnologie. Il travaille à la Direction de la Recherche et des Collections du musée du Louvre. Il a exercé auparavant au musée des arts asiatiques Guimet sur l’art chinois et les cultures transmédia japonaises contemporaines (manga – anime – jeux vidéo) et au département des arts de l’Islam du Louvre sur les collections d’Inde moghole et d’armes islamiques. Il poursuit aujourd’hui des recherches sur l’innovation au service de la conservation du patrimoine et sur les arts décoratifs de l’empire moghol.

  • Daire Joël

    Joël Daire est directeur du patrimoine de La Cinémathèque française depuis 2007. Il a conçu l’exposition « Jean Cocteau & le cinématographe » présentée au Musée  de la Cinémathèque en 2013. En 2014, il a assuré la coordination de l’hommage à Jean Epstein auquel il a consacré une biographie (La Tour verte éditeur) et dont il assure, avec Nicole Brenez et Cyril Neyrat, l’édition des écrits complets. En 2015, en collaboration avec Lauren Benoit (Université Paris-Diderot), il a réalisé l’exposition « Dossier Scriptes » présentée au Musée de la Cinémathèque française et participé à l’édition DVD des films de Louis Delluc par Les Documents cinématographiques.

  • le Masne de Chermont Isabelle

    Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste paléographe, Isabelle Le Masne de Chermont avant de travailler à la Bibliothèque Nationale de France, a été conservatrice en chef chargée du service des bibliothèques, des archives et de la documentation générale à la direction des Musées de France. En 2012, elle a pris la suite de Thierry Delcourt comme directeur du département des Manuscrits de la BnF.

  • Monjaret Anne

    Anne Monjaret est ethnologue, sociologue, est directrice de recherche – CNRS, rattachée à l’IIAC/Équipe LAHIC (CNRS–EHESS). Elle est Présidente de la Société d’ethnologie française (SEF). Elle a été rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle s’intéresse notamment aux lieux de travail et à leur fermeture comme leur redéploiement, aux mémoires et patrimoines professionnels et urbains. Outre de nombreux articles sur ces thèmes, elle a publié MAAO. Mémoires avec Jacqueline Eidelman et Mélanie Roustan (2002, Marval) et dirigé le numéro « Fermetures : crises et reprises » de la revue Ethnologie française (2005).

  • Papy Fabrice

    Depuis 2010, Fabrice Papy est professeur des Universités  (Sciences de l’Information et de la Communication) – Université de Lorraine. 1998-2010 : Maître de conférences (Sciences de l’Information et de la Communication) : Université Paris 8 – Vincennes à Saint-Denis

  • Roustan Mélanie

    Mélanie Roustan est anthropologue, maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle. Membre de l’UMR208 Paloc, elle enseigne au sein du master de muséologie du Muséum. Ses recherches portent sur la culture matérielle et les lieux de patrimoine. Elle s’attache à une anthropologie du musée à partir de différents points de vue, de ceux qui les conçoivent à ceux qui les visitent. Ses terrains d’enquête explorent les liens entre musée et anthropologie, de l’héritage colonial aux revendications autochtones, des objets d’arts premiers aux collections vivantes des jardins zoologiques.

  • Seckel Raymond-Josué

    Raymond-Josué Seckel est conservateur, directeur du département de la Recherche bibliographique à la BnF.

Caractéristiques

  • Support : broché
  • ISBN : 979-10-91281-84-3
  • Pages : 200
  • Prix : 23,00 €
 Support : numérique
  • Format(s) : pdf
  • ISBN PDF : 979-10-91281-85-0
  • Pages : 200
  • Prix : 13,80 €

Acheter l’ouvrage

Conditions de vente

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Bibli-Lab : un partenariat original BnF / Télécom ParisTech pour étudier les usages du patrimoine numérique des bibliothèques

paris-techLes usages en ligne du patrimoine numérisé ou nativement numérique constituent un objet d’étude important pour la BnF, soucieuse d’adapter son offre dans ce domaine et de comprendre les types d’appropriation qu’elle suscite. Dans le contexte actuel du développement des humanités numériques, la BnF se devait de donner à ce champ d’étude une forte cohérence scientifique et une vraie visibilité hors de ses murs. Pour ce faire, une convention de partenariat a été signée en janvier 2013 entre la BnF et Télécom ParisTech, école d’excellence dans le domaine des sciences et technologies de l’information, pour une durée de cinq ans. Ce partenariat se décline en conventions d’application (programmes annuels cofinancés par les parties) et en réponses à des appels à projets nationaux et internationaux.

Le Bibli-Lab représente aujourd’hui 4 programmes de recherche en cours ou achevés, impliquant 7 enseignants-chercheurs issus de 2 départements de Télécom ParisTech (Sciences économiques et sociales, Traitement du signal et de l’image), 4 post-doctorants, et le soutien de deux Labex.

  • 2016 : Mettre en ligne le patrimoine : transformation des usages, évolution des savoirs ?, avec le soutien du labex Obvil
    En cours
  • 2016-2017 : Analyse des traces d’usages de Gallica, avec le soutien du Teralab
    En cours

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts