Archives par mot-clé : Comité d’histoire

Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale : un outil au service de la recherche

Pour qui s’intéresse à l’histoire de la Bibliothèque nationale, avant la consultation des sources proprement dites que sont les archives de l’établissement conservées soit au département des Manuscrits, soit à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, soit enfin aux Archives nationales, seuls quelques ouvrages furent produits avant le XXe siècle, au final peu nombreux si l’on considère la longue histoire de cette institution 1.

Cette singularité permet de les qualifier d’ouvrages de référence. Mentionnons-les puisque l’on affirme leur rareté :

C’est pourquoi, au-delà de ces quelques ouvrages monographiques, le recours aux bibliographies rétrospectives s’avère nécessaire pour identifier la littérature consacrée à l’établissement issue des publications plus généralistes et surtout des périodiques. Hélas, là encore, le chercheur et l’historien doivent faire face à la pénurie puisque seules deux bibliographies rétrospectives sont à leur disposition.

Émile Pierret

La première de ces bibliographies est celle publiée en 1892 par Émile Pierret et fort modestement intitulé Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale ((Émile Pierret, Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Bouillon, 1892,  1 vol. (161 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k376443p>)). Bibliothécaire de la Bibliothèque nationale, également romancier et essayiste, Émile Pierret avait publié quelques années plus tôt un Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale2. Sa production bibliographique s’arrête à ces publications.

Léon Vallée

Deux années plus tard seulement, en 1894, Léon Vallée faisait paraître La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections ((Léon Vallée, La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections, Paris : É. Terquem, 1894, 1 vol. (XII-525 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6248351m>)).

Conservateur adjoint à la Bibliothèque nationale, Léon Vallée (1850-1919) est quant à lui un bibliographe qui a déjà publié un certain nombre de catalogues et de bibliographies, avec le catalogue de la Bibliothèque du Grand cercle en 1874, un Essai d’une bibliographie de la Nouvelle-Calédonie et dépendances en 1883, mais surtout, une Bibliographie des bibliographies de 1883 à 18873.

Avec ce dernier ouvrage, Léon Vallée se place dans la lignée de Francesco Tonelli, auteur de la première bibliographie des bibliographies4 et de Joseph Sabin (1821-1881)5.

Origines – 1800 : et puis vint Simone Balayé

Ces deux ouvrages ont longtemps constitué les seules bibliographies d’ensemble consacrées à la Bibliothèque. Au fil des ans, quelques travaux ont fourni des éléments bibliographiques plus récents. Ainsi, pour la période des origines à 1800, la bibliographie de l’ouvrage de Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800 (Genève : Droz, 1988) leur apporte un complément utile, encore d’actualité et toujours disponible à la vente à la date de publication de cet article.

1800 – 1850 : Jean-François Foucaud

Pour la première moitié du XIXe siècle, les chercheurs disposent de la bibliographie de la thèse de Jean-François Foucaud, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-18486, et des bibliographies beaucoup plus sommaires qui figurent à la fin des contributions de Simone Balayé, Jean-François Foucaud, Thérèse Kleindienst et Pierre-Yves Duchemin à l’Histoire des bibliothèques françaises (Paris, 1988-1992) ou dans d’autres ouvrages comme les Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst7.

20e siècle

Pour la période récente comprenant les débuts de la Bibliothèque nationale de France, l’ouvrage publié en 2001 sous la direction de Daniel Renoult et Jacqueline Sanson, La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics8 comporte une importante bibliographie.

Bibliographie historique de la BN/BnF

Après la mise en place de son Comité d’histoire, la Bibliothèque nationale de France a projeté, en mai 2000, de produire une bibliographie historique d’ensemble consacrée à l’établissement. Le XXe siècle était paradoxalement la période la moins bien répertoriée alors que les trente dernières années se caractérisaient par une véritable inflation documentaire sur l’établissement. Aussi, il a semblé préférable de commencer un travail de recensement et de rédaction d’une bibliographie à rebours et de procéder par tranches chronologiques :

  • 1975-1994 : de la fin de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique (DBLP) et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

Le projet consistait à y faire figurer :

  • tous les articles et les ouvrages consacrés à l’histoire de la BN.
  • tous les articles et les ouvrages consacrés aux bâtiments, aux services, à l’organisation et au fonctionnement de la BN.
  • une sélection d’articles consacrés aux acquisitions, aux grandes collections et aux manifestations culturelles.

En ce qui concerne la presse quotidienne, il avait été décidé de se limiter à un choix des principaux articles (articles « longs » du cédérom du quotidien Le Monde : plus de 2 colonnes et de 7000 caractères). Enfin, les rapports de « littérature grise » ne devaient être mentionnés que s’ils étaient accessibles au public dans les collections de la BN.

En revanche, cette bibliographie concernant l’histoire de la BN, par principe certaines productions ne devaient pas y figurer :

  • les publications de la BN (notamment les catalogues de fonds ou d’expositions), qui pourraient faire l’objet d’un complément ou d’une reprise de l’ouvrage très complet Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste, description, contenu, Paris : Bibliothèque Nationale, 1943, 1 vol. (204 p.) et Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste établie en 1943 suivie d’un supplément (1944-1952), Paris : Bibliothèque nationale, 1953, 1 vol. ([VII]-204-XXVII p.)9.
  • les articles et les ouvrages consacrés aux documents conservés par la Bibliothèque nationale, ainsi que ceux qui traitent de fonds particuliers recensés par ailleurs dans le cadre du Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances, dont les notices comprennent une bibliographie10. En revanche, les études générales, du type « le fonds des imprimés russes de la Bibliothèque nationale » sont retenues.
  • toutes les informations qui ne concernent que le calendrier ou les horaires réguliers de l’établissement.
  • les annonces ou les comptes rendus d’expositions qui ne reprennent que les éléments figurant dans les catalogues.
  • les articles des journaux ou des revues d’information générale de moins d’une page.

Le plan de la bibliographie s’inspirait de celui, traditionnel, des rapports annuels d’activité de l’établissement11 :

1. Histoire générale de la BN
2. Organisation et moyens
2.1. Structure et services
2.2. Personnels et vie sociale
2.3. Bâtiments et matériels (dont l’informatique)
3. Accroissement des collections
3.1. Dépôt légal
3.2. Acquisitions
3.3. Échanges et dons
4. Traitement et diffusion bibliographiques
4.1. Catalogage courant
4.2. Catalogage rétrospectif et catalogues collectifs
4.3. Travaux méthodologiques
5. Conservation des collections
5.1. Magasins
5.2. Sauvegarde
5.3. Restauration
6. Communication des collections
6.1. Information bibliographique
6.2. Communication sur place et à distance
7. Recherche et valorisation
7.1. Activités de recherche
7.2. Expositions
7.3. Autres grands événements
8. La BN et les autres bibliothèques

À l’époque de ces réflexions programmatiques, le travail de recensement avait déjà été engagé. Avec l’aide d’Isabelle Pastorelli, qui lui a fourni quelques éléments bibliographiques, Bernard Vouillot avait établi une première liste sous Excel pour la période 1975 (éclatement de la DBLP) à 1994 (création de la BnF). Le travail consistait à :

  • Dépouiller entièrement les principales revues professionnelles (Bulletin des bibliothèques de France ; Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français ; Revue de la Bibliothèque nationale ; etc.).
  • Dépouiller les principales revues professionnelles étrangères (Biblioteche Oggi ; IFLA Journal ; International Cataloguing and Bibliographic Control ; International Library Review ; Journal of Librarianship and Information Science ; LIBER Bulletin ; Zeitschrift für Bibliothekswesen und Bibliographie ; etc.).
  • Dépouiller les revues d’histoire du livre ou d’érudition :
    • françaises (Arts et métiers du livre ; BEC : Bibliothèque de l’École des chartes ; Bulletin du bibliophile ; IMEC ; Livres ; NLA : Nouvelles du livre ancien ; Revue de bibliologie ; Revue française d’histoire du livre) ;
    • étrangères (La Bibliofilia ; British library journal ; Gutenberg-Jahrbuch ; Library history ; Publishing history ; etc.).
  • Consulter les grandes bases bibliographiques (FRANCIS, LISA : Library and information science abstracts, LE MONDE, etc.).
  • Établir la liste des travaux scientifiques des agents de chaque département, en reprenant par exemple les rapports annuels.
  • Examiner les titres intéressants en recherchant par mots clefs dans le système informatique de la BnF et dans les anciens catalogues et fichiers alphabétiques de matières.

Ainsi est née la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France, produite au moyen d’un tableur Excel faisant l’objet d’exports réguliers, publiés sur le site internet de la BnF, sous forme de fichiers pdf après conversion du tableau en document Word par Nadine Férey, alors au département de recherche bibliographique (DRB). Il était en effet apparu naturel qu’un tel travail de dépouillement bibliographique courant et rétrospectif échoie à des bibliographes de ce département. Cependant, même si les initiateurs du projet soulignaient la lourdeur de l’entreprise (« outre la recherche bibliographique proprement dite, cela représente un très lourd travail de saisie dactylographique des données, puis d’uniformisation et de mise en forme sous tableur, qu’une seule personne ne peut pas poursuivre seule en supplément de toutes ses autres activités »), et envisageaient de répartir les dépouillements de revues entre plusieurs collègues12, le dépouillement et le signalement n’ont au final jamais été menés que par une seule personne, sur une base bénévole, en plus de sa charge de travail.

Au départ par voie de mutation de Nadine Férey, l’entreprise fut reprise par l’auteur de billet, à l’époque également du département de recherche bibliographique. Ce dernier entreprit un chantier de mise en ligne de la bibliographie de sorte à proposer à la communauté des utilisateurs des références disponibles dans des formats exploitables par des logiciels de gestion de références bibliographiques.

druplicon-logo

Pour ce faire, il développa un site de production et un site de consultation avec l’outil de gestion de contenu Drupal (version 7 mais installé avec une base de donnée PostgreSQL) employant notamment le module contributif Biblio13. Grâce à ce module, l’outil offre la possibilité d’importer (en contribution) et d’exporter (pour tout un chacun) les références à l’unité ou par lots aux formats  RIS ou BibTeX, standards reconnus par la plupart des logiciels de gestion de références bibliographiques comme Mendeley, EndNote, RefWorks et surtout zotero.

http://bibliographie-historique.bnf.fr/

Un site web

La Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France s’organise par tranches chronologiques, dont les deux plus récentes sont consultables dès maintenant :

  • 1975-1993 : de la fin de la Direction des Bibliothèques et de la Lecture Publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
    Après la disparition en juillet 1975 de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales, la Bibliothèque nationale passe sous la tutelle du Service des bibliothèques, au sein du Secrétariat d’État aux universités puis sous celle du ministère de la Culture en 1981. Plusieurs rapports (d’André Miquel, nouvel administrateur, en 1984, de Francis Beck en 1987) font état des difficultés de l’établissement, même si des réalisations importantes ont vu le jour (informatisation, extension des locaux). Le 14 juillet 1988, François Mitterrand lance le projet d’une nouvelle bibliothèque, bientôt surnommée « TGB », qui se concrétise par le lancement d’un concours architectural, remporté par Dominique Perrault et la création de l’Établissement public de la Bibliothèque de France. Débats et polémiques se développent alors, tant au sujet de l’architecture que des missions du nouvel établissement et de ses relations avec la Bibliothèque nationale.
  • 1994-2007 : des débuts de la Bibliothèque nationale de France à nos jours.
    L’année 1994 voit la naissance de la Bibliothèque nationale de France, issue de la fusion de la Bibliothèque nationale et de l’Établissement public de la Bibliothèque de France : elle ouvre la période qui verra l’inauguration du bâtiment de Dominique Perrault, baptisé « site François-Mitterrand », et l’ouverture au public des salles de la Bibliothèque d’étude (Haut-de-jardin) en décembre 1996, puis de celles de la Bibliothèque de recherche (Rez-de-jardin) en 1998. À partir de 2001, la BnF a trouvé son rythme de fonctionnement courant et peut mettre en œuvre de nouveaux chantiers : rénovation du site Richelieu, Bibliothèque numérique européenne, dépôt légal du web.

Dans chaque tranche chronologique, les références s’organisent selon un cadre de classement qui reste globalement le même d’une période à l’autre. Les principales différences sont la présence dans la tranche 1975-1994 d’une section consacrée au projet de la Bibliothèque de France et à l’EPBF qu’on ne retrouve pas ailleurs, et la prise en compte à partir de 1994, de l’évolution de l’organigramme de la nouvelle Bibliothèque nationale de France.

À l’intérieur des rubriques du cadre de classement, les références se présentent dans l’ordre des années de publication des documents, puis selon l’ordre alphabétique des noms d’auteurs. Seul le chapitre consacré aux polémiques autour du projet de la BdF est classé dans un ordre chronologique incluant si possible le mois de publication des articles pour permettre un meilleur suivi des débats.

Les références ne sont pas répétées et se trouvent sous une seule rubrique thématique, quand bien même elles pourraient parfois légitimement appartenir également à une autre. De façon générale, le chapitre Histoire générale sera préféré aux rubriques thématiques dans le cas de documents à caractère historique et rétrospectif : ainsi, les articles sur Labrouste figureront dans Histoire 19e siècle (tandis que les articles sur l’annexe Vivienne publiés au moment de son ouverture se trouveront sous la rubrique Architecture). De même, le chapitre Départements et collections sera privilégié dès qu’une référence se rapporte plus spécialement à un département : un article sur le supplément IV – Atlas cartes et plans de la Bibliographie nationale française sera classé sous la rubrique Département des Cartes et plans, plutôt que sous la rubrique Bibliographie nationale française.

Dans sa version pdf, la bibliographie ne disposait pas d’indexation matière, seule susceptible pourtant de permettre des recherches fines et transversales et d’atténuer la rigidité relative du plan de classement. Un index des noms de personnes, renvoyant à une page et non à une notice précise, était donc proposé. Le développement de la base de données a rendu obsolète la production d’index puisque la recherche par mots-clefs offerte par le moteur de recherche facilite la consultation de l’outil qui se révèle indispensable à toute personne s’intéressant à l’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Fréquentation et perspectives

Au-delà de son caractère spécialisé et de la rareté des travaux scientifiques portant sur l’histoire de la Bibliothèque nationale qui justifierait son emploi, l’outil souffre sans doute d’une certaine méconnaissance qui nuit à sa visibilité.

Ainsi, pour l’année 2017, la fréquentation du site totalise 1836 visites générant 3453 pages vues.

La fréquentation mensuelle fut la suivant au cours de l’année 2017 :

Malgré ce score plus que modeste, la Bibliographie continue d’être alimentée. Sans doute pourrait-elle être plus consultée si sa couverture chronologique pouvait être élargie. Plusieurs chantiers, déjà identifiés, ne requièrent que de la main d’œuvre d’agents volontaires, membres ou pas du Comité d’histoire de la BnF.

Revue de presse

L’un d’entre eux concerne la revue de presse de la BnF. La mission des archives dispose d’une collection chronologique couvrant la période 1991-1998 complétés par les versements du service de presse de la délégation à la communication. Après des abonnements de type « Argus de la presse » sur support papier, la  délégation à la communication s’est abonnée à un service de presse électronique fourni par la société Kantar Media. Si cette version est dépouillée, un chantier rétrospectif pourrait être mené concernant la période antérieure 1944-1984 dont certains articles sont annexés aux dossiers d’archives administratives en guise de documentation. Par ailleurs, il existe une collection d’articles couvrant à peu près la période 1937-1991 représentant 10 mètres linéaires non classés. La mission des archives avait envisagé de classer ces articles par département ou par thème, de les reproduire et d’adresser à chaque département spécialisé sa revue de presse rétrospective14. Le dépouillement de cette revue de presse ne manquerait pas d’enrichir notablement la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France.

Dépouillement rétrospectif

Un autre chantier pourrait consister à recenser la production des périodes :

  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

en exploitant notamment la Revue des bibliothèques pour les années 1897-1911 et 1912-1934, la Bibliothèque de l’École des chartes 1874-1985 qui a désormais le mérite d’être disponible en ligne sur Persée15, etc.

Ressources audiovisuelles

La Bibliographie historique a longtemps formé un répertoire bibliographique au sens strict ne référençant que des documents imprimés16, mais il serait d’un grand intérêt de la compléter par une liste des documents audiovisuels consacrés à la bibliothèque. D’ores et déjà, au département de l’Audiovisuel, un stagiaire a rassemblé en 2007 l’ensemble des informations existantes sur les tournages à la BnF, et inventorié les supports trouvés à la délégation à la Communication. Cela a débouché sur une liste de travail où ne figurent que les films conservés par la BnF. La liste a été enrichie des documents qui se trouvaient à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives mais elle n’a pas été actualisée avec les tournages postérieurs à 2007-2012.
Un chantier pourrait être mené autour des ressources audiovisuelles consacrées à la BN/BnF en définissant un périmètre du recensement : faire la part des « vrais » films sur la BnF et des simples tournages (sujets au journal télévisé, quelques plans limités dans un long métrage, une vidéo musicale, etc).

  1. Institution qui ne s’est pas encore lancée dans une histoire monumentale telle celle que le Musée du Louvre a fait paraître en 2016 avec ses 3 volumes de son Histoire du Louvre, http://editions.louvre.fr/fr/les-ouvrages/visiter-le-louvre/lhistoire-du-palais/histoire-du-louvre.html []
  2. Émile Pierret, Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale, Paris : Quantin, 1889, Gr. in-8°, 31 p. Tiré à part du « Livre », mai 1889. []
  3. Vallée, Léon (1850-1919), Bibliographie des bibliographies. Première partie : Catalogue des bibliographies générales et particulières, par ordre alphabétique d’auteurs avec indication complète du titre, des lieu et date de publication, du format, etc. Seconde partie : Répertoire des mêmes bibliographies, par ordre alphabétique de matières, Paris : E. Terquem, 1883-1887, 2 vol. (VI-773, 354 p.). Vol. 1 disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2209011>. []
  4. Francesco Tonelli, Bibliotheca bibliographica antica, e moderna, d’ogni classe, e d’ogni nazione, In Guastalla : nella regio-ducale stamperia, 1782-1783, 2 vol. (6-167, 8-162 p.) ; in-4°.)), de Julius Petzholdt (1812-1891) ((Neuer Anzeiger fur Bibliographie und Bibliothekwissenschaft []
  5. Sabin, Joseph (1821-1881), A Bibliography of bibliography, or a Handy book about books which relate to books. Being an alphabetical catalogue of the most important works descriptive of the literature of Great Britain and America, and more than a few relative to France and Germany, New York : J. Sabin & sons, 1877, 1 vol. (150 p.). Disponible en ligne, url : <https://catalog.hathitrust.org/Record/001166628>. []
  6. Foucaud, Jean-François (1950-….), La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848, Paris : Bibliothèque nationale, 1978, 1 vol. (211 p.). (Mémoires de la Section d’histoire moderne et contemporaine / Comité des travaux historiques et scientifiques ; 5). []
  7. Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque nationale, 1985, 1 vol. (XXIII 347 p.-VI p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k>. []
  8. La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics / sous la dir. de Daniel Renoult et Jacqueline Melet-Sanson ; avec la collab. de Marcelle Beaudiquez, Bruno Blasselle, Isabelle Boudet… [et al.] ; préf. de Jean-Pierre Angremy,…, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, cop. 2001, 1 vol. (238 p.-[12] p. de pl. en coul.). (Bibliothèques). []
  9. Cette reprise est désormais en cours d’enrichissement dans le Répertoire des catalogues accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/repertoire_catalogues_imprimes>. []
  10. Ce Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances est également accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-fonds-sp%C3%A9ciaux-principales-collections-provenances>. []
  11. Les rapports d’activité de la Bibliothèque sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. Le premier rapport conservé date de 1875, sous le mandat de Léopold Delisle. La liste des rapports, avec les liens vers leur version numérique quand elle existe, figure sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/node/4>. []
  12. Les porteurs du projet avaient même caressé l’idée qu’un correspondant puisse être désigné dans chaque département pour le dépouillement des revues spécialisées (Gazette du livre médiéval ; Nouvelles de l’Estampe ; Notes ; Revue numismatique ; etc.) et pour les publications des agents de ces départements dans diverses revues, dans les limites établies ci-dessus. La désignation d’un tel correspondant apparaissait également utile pour les notices du dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances. []
  13. Bibliography Module, https://www.drupal.org/project/biblio []
  14. Une stagiaire assistante bibliothécaire – documentaliste a consacré un mois à ce travail à titre expérimental. Seul 1/47ème de la collection a été traité. Ce projet représenterait environ quatre ans de travail pour une personne à temps complet… Il semblait donc raisonnable de reconsidérer ce projet pour proposer plutôt la reconstitution purement chronologique de cette collection qui offrirait de meilleurs délais. []
  15. Cf. https://www.persee.fr/collection/bec. Rappelons que ce périodique a longtemps constitué une sorte de bulletin officiel de la Bibliothèque nationale, annonçant les nominations, départs, décès d’agents issus de l’École des chartes. []
  16. Désormais la Bibliographie prend en compte les ressources électroniques disponibles en ligne. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bibliothèque nationale, objet-frontière

Depuis la loi Malraux1, suivie de la convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel du 16 novembre 1972,  la tendance à la patrimonialisation s’est d’abord caractérisée par la relation au réel, incarnée dans la matière, et au premier chef, le monument « classé » ou « inscrit ». Cette tendant n’a eu de cesse de s’approfondir – avec par exemple la notion de patrimoine industriel – et de s’élargir dans son périmètre – avec l’adoption en 2003 de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel2 jusqu’à inclure désormais le patrimoine légendaire – du type forêt de Brocéliande -, au point que certains, comme Marc Guillaume, ont pu parlé d’un « excès du patrimoine, menacé d’obésité »3.

Fabrique du patrimoine

Cette fabrique du patrimoine concerne également les institutions publiques conservant des objets patrimoniaux tels les musées et les bibliothèques. Réceptables du patrimoine, désormais ces lieux se « patrimonialisent » en tant qu’institutions, devenant objets d’études réflexives sur leur histoire et leur rôle dans la sauvegarde et la transmission du patrimoine. Outre une tendance de fond au sein des sociétés occidentales que le consortium PA.TER.MONDI (Patrimoine, Territoire, Mondialisation) a désigné sous le terme d’omnipatrimonialisation, des entreprises éditoriales  tels les lieux de mémoire de Pierre Nora4, ou des lieux de savoir de Christian Jacob5 y ont sans doute contribué.

Musée du Louvre

Pour revenir au cas des musées, cela s’est manifesté récemment au Musée du Louvre, qui à la faveur de sa réorganisation, a créé aussi bien un lieu d’étude et de recherche dédié à l’histoire du Louvre et des musées, le Centre Dominique-Vivant Denon6, que des salles d’exposition au Pavillon de l’Horloge « où le musée s’expose, s’explique et se raconte »7. L’exemple le plus récent à mentionner pour illustrer ce regard réflexif est donné par la monumentale entreprise éditoriale de l’Histoire du Louvre, monumentale par le nombre d’années requises à la produire et par le nombre de pages – plus de 19008.

Histoire du Louvre, ISBN 978-2-21367-111-6

Bibliothèque nationale de France

Puisque nous évoquions le cas des bibliothèques, qu’en est-il à la Bibliothèque nationale de France, la voisine du Musée du Louvre – il suffit de traverser les jardins du Palais Royal ?

Là aussi, quelques entreprises, notamment éditoriales, peuvent être évoquées, même si elles n’atteignent pas l’ampleur de celle du Louvre.

Ainsi, un an après l’Histoire du Louvre, la BnF faisait paraître un ouvrage retraçant l’histoire architecturale de son site historique avec Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris9.

Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris. ISBN 978-2-7177-2565-0

Publié à l’occasion de l’inauguration de la Salle Labrouste après plusieurs années de travaux de restauration et de réhabilitation, l’ouvrage résulte en fait de plusieurs programmes de recherche inscrits dans le cadre du plan triennal de la recherche de la BnF. Au cours des années 2010-2013 ce furent les programmes Fonds des architectes attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe-XXe siècles10 et Mise en valeur des fonds d’architectes,11 qui furent menés simultanément sur deux ensembles complémentaires de fonds. Le premier visait à mener l’étude et la numérisation du fonds de dossiers d’archives et de plans des architectes successivement attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe et XXe siècles, quand le second entendait traiter les fonds et œuvres d’architectes conservés au département des Estampes, notamment le fonds d’Henri Labrouste, architecte de la Bibliothèque nationale de 1854 à 1875.

Fonds des architectes attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe-XXe siècles

Les résultats, s’ils ne prennent pas la forme d’une monumentale publication imprimée n’en sont pas moins conséquents et plus accessibles dans la mesure où ils sont consultables en ligne. Ainsi, outre la publication évoquée, le programme Fonds des architectes attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe-XXe siècles a surtout permis de produire d’importants instruments de recherche archivistiques, accessibles dans BnF Archives et manuscrits. Le maître d’œuvre de ce travail de titan fut Anne-Sophie Haquin (19..-2016) dont l’engagement et la motivation sont à saluer comme sa mémoire.

Quand on juge par la richesse des notices accessibles sous les liens suivants et donnant souvent accès à des documents numérisés :

Mise en valeur des fonds d’architectes

Le programme Mise en valeur des fonds d’architectes a quant à lui enrichit le catalogue général de la BnF et Gallica. Entièrement classé et inventorié (dessins, manuscrits, objets, etc.), le fonds Henri Labrouste est désormais intégralement traité, catalogué et numérisé. La notice consacrée à Henri Labrouste (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb12127997d) permet de rebondir sur les documents décrits à l’unité et numérisés.

Palazzola près Albano : [dessin] : [vue pittoresque du site] / [Henri Labrouste]

Ce programme a donné lieu à deux autres déclinaisons plus traditionnelles, l’exposition Labrouste (1801-1875), architecte. La structure mise en lumière, tenue à la Cité de l’architecture & du patrimoine du 11 octobre 2012 au 7 janvier 2013 et au MoMA sous le titre Henri Labrouste: Structure Brought to Light, du 20 mars au 24 juin 2013, et la publication Labrouste, 1801-1875, architecte : la structure mise en lumière12.

Bibliothèque 1368-2015

Au cours de l’exercice 2013-2015, d’autres programmes du plan triennal illustrent l’entreprise réflexive de la BnF concernant son histoire. Citons d’abord le programme Bibliothèque 1368-201513 qui s’est donné pour objectif de décrire la bibliothèque et ses parties constitutives depuis 1368, selon au moins trois axes :

  • Les entités organisationnelles, leur contexte et leur évolution dans le temps (axe historique, hiérarchique et relationnel) ;
  • Les fonctions/missions de l’institution (ou de ses parties) ;
  • Les activités réalisées (et leurs représentations matérielles : publications ou archives).

Le résultat du programme consiste en un important dictionnaire, lui aussi accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF -sur lequel nous reviendrons -, à l’adresse  url : <http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf>.

Connaissance et valorisation de la collection Charles Cros

Un autre programme du plan triennal de la recherche 2013-2015 portait sur l’histoire de la BnF et de ses collections : Connaissance et valorisation de la collection Charles Cros : création d’un catalogue raisonné numérique qui visait à constituer un catalogue raisonné accessible en ligne de la collection Charles Cros documentant chaque appareil qui la constitue. Les résultats ont donné lieu, là aussi à un instrument de recherche détaillé publié dans BnF Archives et manuscrits14, doublé d’une numérisation d’appareils significatifs visibles dans la bibliothèque numériques Gallica15.

Dans le cadre du plan quadriennal de la recherche de la BnF courant  pour les années 2016-2020, plusieurs programmes de recherche sont consacrées à l’histoire de l’institution.

La librairie des rois Charles V et Charles VI

Résurgence d’une programme entamé dans le cadre des plans triennaux de la recherche de la BnF, le département des Manuscrits oeuvre à une édition scientifique du contenu de la Libraire de Charles V1, telle qu’elle était en 1380, à la mort du roi, et des échanges qu’elle suscita sous le règne de Charles VI, à partir des données des 13 inventaires, qui, de 1380 à 1424, recensent les livres de la tour de la Fauconnerie au Louvre (917 manuscrits) et ceux des résidences du roi, à Vincennes, Saint-Germain-en-Laye, Beaulté-sur-Marne, Melun… (114 manuscrits). Le manuscrit de la BnF, conservé sous la cote : [Français 27002 sert de base à l’édition ; il s’agit d’une copie de l’inventaire remis à Gilles Malet, garde de la Librairie, et qu’il annota.

Le programme aboutira à la publication de l’édition scientifique des inventaires en deux tomes, de 800 p. chacun, dans la collection Documents Etudes, et Répertoires, dirigée par F. Bougard, directeur de l’IRHT, consacrée à l’histoire des bibliothèques médiévales. La publication proposera l’identification textuelle des 1100 manuscrits (généralement des recueils) conservés au Louvre et dans les résidences royales et la description des 185 manuscrits subsistants.

Outre l’édition imprimée, le projet entend proposer une publication électronique de la transcription des 13 inventaires de la Librairie de Charles V et Charles VI.

650 ans de la bibliothèque

L’année 2018 marque l’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François Mitterrand de la BnF). Il a été célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Enfin, le dernier anniversaire touchant à la vie de la bibliothèque concerne les 150 ans de l’ouverture de la salle Labrouste, objet d’une récente conférence BnF-Inha-École des chartes.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et a lancé un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permet de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

HistBnF : Histoire de la BnF

Le programme HistBnF, également inscrit dans le plan quadriennal 2016-2020, entendait développer une plateforme web (http://comitehistoire.bnf.fr) à l’usage du Comité d’histoire de la BnF, proposant de fédérer la documentation éparse (sur le site institutionnel de la BnF, sur son intranet mais aussi dans les outils internes de production documentaires) concernant l’histoire de la BnF. Outil de diffusion et de valorisation des travaux du Comité, le site mis en ligne en début d’année 2018 souhaite contribuer à susciter des partenariats universitaires et dynamiser l’activité du comité.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

La publication de ce site s’accompagne de la production d’une lettre d’information pour les personnes intéressées par l’histoire de la Bibliothèque depuis ses origines.

On le voit, l’approche historique et réflexive constitue bien un aspect du travail de recherche inscrit dans les axes stratégiques de la BnF comme en témoignent, après les programmes du plan quadriennal de la recherche, les nouvelles et récentes bourses du Comité d’histoire attribuées dans le cadre de l’appel à chercheurs de la BnF pour les années 2018-201916. La Bibliothèque s’attache à encourager en interne, comme de la part de chercheurs associés, la recherche sur son passé et à favoriser la préservation de sa mémoire.  Seul regret, celui des pratiques collaboratives à développer, notamment en associant des équipes pluridisciplinaires pour enrichir ces regards rétrospectifs et comparatistes sur  l’histoire administrative, l’histoire des publics et des usages, de l’architecture, des collections, du personnel, des traitements bibliothéconomiques…

  1. Cf. le texte de la loi n° 62-903 du 4 août 1962 complétant la législation sur la protection du patrimoine historique et esthétique de la France et tendant à faciliter la restauration immobilière, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19620807&pageDebut=07813&pageFin=&pageCourante=07813>. []
  2. Cf. le texte de la convention, url : <https://ich.unesco.org/fr/convention>. []
  3. Marc Guillaume, « La politique du patrimoine … vingt ans après », Labyrinthe, 2000, n° 7. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/labyrinthe/496>; DOI : 10.4000/labyrinthe.496 []
  4. Les Lieux de mémoire / sous la dir. de Pierre Nora, [Paris] : Gallimard, 1984-1992. (Bibliothèque illustrée des histoires ; 3). []
  5. Lieux de savoir : Histoire comparée et anthropologie des pratiques savantes, url : <https://lieuxdesavoir.hypotheses.org>. []
  6. Cf.  Centre Dominique-Vivant Denon, url : <https://www.louvre.fr/departments/centre-dominique-vivant-denon>. []
  7. Pavillon de l’Horloge, Histoire du Louvre, url : <https://www.louvre.fr/pavillon-de-l-horloge/les-espaces>. []
  8. Histoire du Louvre / direction scientifique, Geneviève Bresc-Bautier, Paris : Fayard : Louvre éditions, DL 2016, 2 vol. (765, 775, 444 p.) : ill. en coul. ; 29 cm. ISBN 978-2-213-67111-6 (Fayard). – ISBN 978-2-35031-541-6 (Louvre), url : <http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45112996c> et <http://editions.louvre.fr/fr/les-ouvrages/visiter-le-louvre/lhistoire-du-palais/histoire-du-louvre.html>. []
  9. Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris / sous la direction d’Aurélien Conraux, Anne-Sophie Haquin et Christine Mengin, Paris : Bibliothèque nationale de France : Institut national d’histoire de l’art, DL 2017, 1 vol. (293 p. dont [7] p. dépl.) : ill. en coul. ; 28 cm. ISBN 978-2-7177-2565-0 (BnF). – ISBN 978-2-917902-33-2 (INHA). []
  10. Url : <http://c.bnf.fr/rYg>. []
  11. Url : <http://c.bnf.fr/rYs>. []
  12. Labrouste, 1801-1875, architecte : la structure mise en lumière : [exposition, Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 11 octobre 2012-7 janvier 2013] / [organisée en collaboration avec le Museum of modern art, New York, et la Bibliothèque nationale de France] ; sous la direction de Corinne Bélier, Barry Bergdoll & Marc Le Coeur ; [catalogue par Corinne Bélier, Barry Bergdoll, Marc Le Coeur, et al.], [Paris] : N. Chaudun : Cité de l’architecture et du patrimoine ; [New-York] : the Museum of modern art [etc.], 2012, 270 p. []
  13. Url : <http://c.bnf.fr/rYy>. []
  14. Collection Charles Cros, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc97705f>. []
  15. Collection Charles Cros, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/objets/collection-charles-cros>. []
  16. Cf. url : <https://aacbnf2018.sciencescall.org>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Incursion dans les humanités numériques du Comité d’histoire de la BnF

Pour donner à voir la profondeur historique de la Bibliothèque nationale de France, son Comité d’histoire s’est livré à une modeste incursion dans le domaine des humanités numériques en géolocalisant les différentes implantations de la bibliothèque au fil de son histoire.

Depuis la librairie du roi, bibliothèque personnelle suivant le souverain au gré de ses pérégrinations et de ses résidences successives, jusqu’à la Bibliothèque nationale de France et ses 7 sites, en passant par la Bibliothèque royale, impériale, nationale, etc., la carte employant l’API Google Maps1, permet de filtrer au moyen de calques, les différentes localisations de la bibliothèque par siècles. Un clic sur les épingles permet d’obtenir un petit résumé historique ainsi que les dates extrêmes de l’implantation dans le lieu incriminé. Le classement par dates est celui du début de l’implantation (ex. le site François-Mitterrand ayant été ouvert en 1996, il se trouve classé au 20e s.).

Cette carte intègre aussi les bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI) d’autant plus que ces établissements sont habilités à mettre en place un accès à distance aux collections du dépôt légal de l’internet de la BnF2, devenant par là des emprises de la BnF en région. Cet accès à distance aux archives de l’internet de la BnF continue de se mettre progressivement en place.

Enfin, la carte propose un calque recensant les Centres techniques et les centres de recherche et sociétés savantes hébergés.

La carte omet les localisations relevant de l’action de Julien Cain en tant qu’administrateur général de la Réunion des bibliothèques nationales (1930-1977)3 puis directeur des Bibliothèques et de la Lecture publique (1946-1974)4 puisque cela reviendrait à proposer une carte à la fois du réseau de la lecture publique et des bibliothèques universitaires…

  1. Les fervents des logiciels libres et/ou open source voudront bien nous excuser de ne pas avoir employé l’outil uMap d’OpenStreetMap mais si la clé utilisée pour le libellé des calques fonctionne en mode édition, à l’enregistrement pour publication, uMap a toujours affiché le nom du calque et non la clé souhaitée… À preuve ici : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/implantations-de-la-bibliotheque-nationale-de-fran_196714#6/51.021/2.000 []
  2. Cf. Accès à distance aux archives de l’internet dans les BDLI : mémento, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/memento_acces_distant_archives_web.pdf>. []
  3. Cf. « Réunion des bibliothèques nationales », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9union_des_biblioth%C3%A8ques_nationales>. []
  4. Les services constituant la Direction chargée des bibliothèques et de la lecture publique qui relevait du Ministère de l’Éducation nationale, depuis 1932, est passée en 1974 sous la responsabilité du Secrétariat d’État aux Universités sous le nom de Direction des bibliothèques et de la lecture publique (par décret n° 74-613 du 27 juin 1974). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire de la BnF : Bibliothèque-musée de l’Opéra

Après la création du Comité d’histoire de la BnF,  certains de ses membres s’étaient attachés à publier des notices biographiques des différents directeurs de la Bibliothèque nationale du XIVe siècle à nos jours ainsi que des biographies des directeurs de départements « historiques » de la bibliothèque, à savoir les départements des Imprimés, des Périodiques, des Manuscrits, des Monnaies, médailles et antiques (directeurs du département des Monnaies, Médailles et Antiques depuis 1719 ; intendants et gardes du Cabinet des médailles des origines à 1753), et des Estampes et photographie.

Une lacune était à noter dans ce travail de nature prosopographique, paradoxalement le plus complet, celui de la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Rappelons que la Bibliothèque-musée de l’Opéra est rattachée à la Bibliothèque nationale depuis 1935. Elle tire son origine de la bibliothèque et des archives de l’Opéra, créés en 1866, et du musée, ouvert au public en 1881.  À la création du département de la musique en 1942, la bibliothèque-musée de l’Opéra lui est rattachée. Bénéficiant auparavant d’une direction, elle est désormais un service du département de la musique dont le directeur actuel, auteur du travail prosopographique, était l’adjoint au directeur de la bibliothèque-musée de l’Opéra.

La Bibliothèque est installée dans l’ancien « Pavillon de l’Empereur » du Palais Garnier, destiné à Napoléon III. Situé dans l’aile occidentale du bâtiment, côté jardin, ce pavillon comprenait une rampe d’accès à une rotonde « à couvert » pour les voitures à chevaux. À l’étage supérieur, se trouvaient un salon et un fumoir, d’où le chef de l’État pouvait accéder à sa loge. Après la chute du Second Empire, cet espace fut cédé à la Bibliothèque-musée.

La configuration actuelle de la Bibliothèque-musée de l’Opéra date de 1991. La salle de lecture occupe le salon, les expositions temporaires la rotonde basse, et les collections permanentes du musée l’ancien fumoir.

Avec le lancement d’un nouveau site du Comité d’histoire de la BnF (http://comitehistoire.bnf.fr/), cette lacune est désormais comblée.

En sus, en guise d’addendum, nous proposons à la communauté des chercheurs, historiens et amateurs de l’histoire de la BnF, une liste des archives conservées à la BnF concernant la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BMO) et dont une partie reste conservée à la BMO.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF lance un site consacré à son histoire

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

L’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche sera notamment célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Conçue par l’architecte lui-même, Dominique Perrault, elle permettra dans une scénographie originale de revenir sur la genèse de ce bâtiment emblématique.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Développé dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2019, ce site propose des contenus sur l’histoire de l’Établissement et entend attirer les chercheurs en signalant des projets de recherche à mener.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

Développé avec l’outil de gestion de contenu Drupal par Olivier Jacquot, coordonnateur à la recherche de la délégation à la stratégie et à la recherche, en charge de la documentation et diffusion numérique au sein du bureau du Comité d’histoire de la BnF, le site propose plusieurs moteurs de recherche dédiés à l’interrogation des importants ensembles documentaires qu’il propose :

  1. Ayant été dispersée en 1435, après la mort du roi Charles VI, une continuité de l’établissement se met davantage en place avec la reconstitution de la bibliothèque royale par Louis XI (1461-1483), après la guerre de Cent Ans []
  2. Précédemment consultable uniquement en intranet par le personnel de l’établissement. []
  3. En cours d’alimentation. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts