Archives par mot-clé : 3D

VERSPERA : numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime

Le projet de recherche VERSPERA est un ambitieux projet de  numérisation et de modélisation des plans du château de Versailles sous l’Ancien Régime. 16 000 images numériques issues d’un corpus exceptionnel et varié seront mises à disposition du public à partir du 11 décembre 2017. Cette démarche vise à la préservation d’un fonds unique, fragile et difficilement accessible jusqu’à aujourd’hui. Elle permet également de faciliter les restitutions numériques de certains espaces disparus de l’ancienne résidence royale.

Un ambitieux projet de numérisation

Depuis 2013, le Centre de recherche du château de Versailles pilote un projet inédit de grande ampleur. Ce programme, lancé en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise / ENSEA Cergy / CNRS), reçoit le soutien financier de la Fondation des sciences du patrimoine – LabEx Patrima et du ministère de la Culture.
Il s’agit d’une vaste opération de numérisation de près de 9 000 documents graphiques relatifs à Versailles de la fin des années 1660 au début du XIXe siècle (châteaux, jardins, parc, domaine et ville). Ces plans proviennent essentiellement des Archives nationales, mais également de la Bibliothèque nationale de France et de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. Ils seront consultables par tous sur les différents sites internet des différents partenaires.
Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format,
avec un appareillage prototype.

Un corpus exceptionnel

Ce corpus documentaire, composé de plans généraux, coupes, élévations, détails d’architecture ou de décoration, est exceptionnel par son histoire et son volume. Il est principalement issu du travail des premiers architectes du roi.
De Louis Le Vau à Richard Mique, en passant par Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte ou Ange-Jacques Gabriel, tous évoquent l’excellence de l’architecture française aux XVIIeet XVIIIesiècles. Ce rassemblement constitue l’un des plus grands fonds publics d’architecture, à l’instar des collections Tessin-Cronstedt-Härleman du musée national de Stockholm. C’est également le plus vaste ensemble documentaire sur l’architecture palatiale classique française des XVIIeet XVIIIesiècles.
La reproduction en images numériques de haute qualité de ce corpus unique a nécessité une importante campagne de restauration de 750 documents fragiles et précieux et la mise en place de procédures innovantes pour faire face à des défis techniques, notamment dus aux dimensions de certains documents de très grand format (jusqu’à 3 m x 4 m) ou à la présence de nombreuses et complexes retombes de papier.
Plan de la chapelle du château de Versailles et de la sacristie 1705-1708,
2 retombes relevées.

Un logiciel de modélisation

À partir de ces plans numérisés, le laboratoire ETIS a développé un logiciel original de modélisation 3D. L’exhaustivité du corpus ainsi accessible permettra des croisements jusqu’alors difficiles, voire impossibles matériellement.
Chacun pourra alors mieux appréhender la distribution des espaces, le fonctionnement et les usages, en fonction de la topographie de la résidence royale. En effet, depuis le XVIIesiècle, le château de Versailles a connu de nombreuses évolutions architecturales qui se sont succédées ou enchevêtrées dans les bâtiments (relais de chasse, résidence de plaisance, résidence officielle de la cour et du pouvoir royal, galeries historiques, palais national). Ces différentes identités empêchent aujourd’hui une lecture suivie des différentes étapes de construction et d’aménagements de Versailles.
Si la modélisation 3D à partir de plans d’architectes est commune aujourd’hui, un travail semblable à partir de plans anciens est un défi
pour le traitement numérique des images, du fait des particularités des documents (absence de normalisation des symboles, imprécision
des traits rectilignes, etc.) et de leur numérisation (marques de pliage, parfois filigranes). Les modèles 3D ainsi créés sont édités dans un format standard et peuvent être lus sur n’importe quelle application de visualisation, permettant de les manipuler, de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du modèle. Le logiciel VERSPERA dispose également d’une fonction de parcours 3D, générant une vidéo « subjective » dans le modèle à partir d’un trajet dessiné sur le plan par celui qui l’utilise. La diffusion de ce programme sera libre de droits.
La géométrie des modèles 3D est calculée par extrusion des murs à une
hauteur d’abord fixée arbitrairement. Ici pour la Chapelle royale.

Des reconstitutions virtuelles pour aller encore plus loin

Pour certains espaces du château présentant un grand intérêt historique, des étudiants de l’université de Cergy-Pontoise (licence professionnelle « Métiers du numérique : patrimoine, visualisation et modélisation 3D ») produisent des visites virtuelles réalistes et de grande qualité technique et esthétique.
Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé
par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique
– Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy-
Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

VERSPERA en chiffres

  • 7500 dessins des Bâtiments du roi sous l’Ancien Régime aux Archives nationales
  • 1000 dessins de la collection Robert de Cotte à la Bibliothèque nationale de France
  • 200 dessins issus des collections du château de Versailles.

Une présentation VERSPERA aux Archives nationales

Sur le site de Paris des Archives nationales, un espace de présentation du projet permet au public de visionner un court documentaire, véritable « making of » du projet, et de découvrir un exemple de reconstitution d’un lieu disparu aujourd’hui reconstitué grâce à VERSPERA, la petite galerie de Mignard, à l’aide d’une paire de lunettes 3D et après avoir téléchargé une application sur téléphone portable.
À partir du 22 décembre jusqu’au 31 mars, du lundi au vendredi de 10 h à 17 h 30, samedi et dimanche de 14 h à 19 h
Archives nationales, Site de Paris
60 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Retrouvez VERSPERA

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les globes anciens conservés en France

Le département des Cartes et plans de la BnF conserve l’une des principales collections au monde de globes terrestres et célestes anciens, composée de plus de 200 objets datant du XIe au XIXe siècle, d’origine européenne ou arabe.

Avec le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), il possède la plus grande collection de globes en France, et sans conteste la plus exceptionnelle : il suffit de penser aux globes de Louis XIV et aux globes uniques du XVIe siècle. Aux globes montés sur pied (plus de 150), il faut ajouter les nombreux globes conservés dans des portefeuilles sous forme de fuseaux imprimés.

Un projet de recherche

Depuis 2013, un travail scientifique est en cours pour actualiser et compléter la description des globes de la BnF et de la Société de géographie1.

L’objectif principal du programme est de dresser un catalogue des globes anciens conservés dans les collections publiques françaises.

Le département dispose de l’inventaire dactylographié réalisé en 1970 à l’initiative d’Edmond Pognon, conservateur en chef du département des Cartes et Plans, et de Gabrielle Duprat, conservateur en chef de la Bibliothèque du Museum national d’histoire naturelle, dans le cadre d’un programme de recherches du CNRS  et qui recensait 231 pièces antérieures à 1850 dont 101 à Paris2, mais resté inachevé et non publié. La liste est complétée des archives que Mme Duprat a léguées au département et qui comprennent les descriptions détaillées des globes, accompagnées souvent de photographies et de quelques précisions sur l’état de conservation des globes.

Quarante ans après, la situation a beaucoup évolué : restaurations, enrichissements, changements d’affectation et de localisation, transferts de propriété, dommages, pertes et vols ont été régulièrement signalés aux directeurs successifs du département des Cartes et plans de la BnF. Une nouvelle campagne de recensement se justifie donc.

Pour faire connaître le patrimoine national des globes anciens, le programme vise aussi à développer une base de données consultable en ligne et enrichissable qui associera des images 2D et 3D, sur le modèle de la base Reliures (http://reliures.bnf.fr/) qui sera de nature à susciter et faciliter les recherches sur les globes et l’utilisation du globe comme source dans la recherche scientifique.

Numérisation 3D

En effet, parallèlement au programme de recherche, bénéficiant d’un mécénat exceptionnel de Dai Nippon Printing3, et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total, le département des Cartes et plans a engagé la numérisation en haute résolution et la modélisation en 3D de 55 globes anciens terrestres et célestes : il s’agit d’une numérisation à forte valeur ajoutée, menée pour le grand public comme pour la communauté scientifique. Le résultat est librement accessible dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF : un dossier (url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/les-globes-en-3d>) présente le projet et offre trois accès :

La mise en ligne de ces globes a été l’occasion de proposer une nouvelle fonctionnalité dans Gallica, la visualisation 3D accessible au moyen du bouton : 3D. Un clic sur le bouton active le visualiseur 3D permettant de lancer une rotation automatique ou manuelle du globe. Notons que ce visualiseur offre la fonction zoom4 habituelle de Gallica.

Volet national

Un élargissement du recensement à l’ensemble des collections de globes en France va être réalisé d’ici 2019, avec la publication d’un catalogue et la constitution de la base de données de référence, qui aura vocation à s’enrichir et à s’actualiser. Un questionnaire sera soumis aux différentes institutions susceptibles de conserver des globes : bibliothèques, musées, centres d’archives, etc. Il portera aussi bien sur les globes que les globes en fuseaux. La couverture chronologique s’étendra aux globes produits jusqu’en 1940.

Modélisation XML-TEI

Jocelyn Monchamp, conservateur stagiaire, a mené un travail de compilation et d’analyse du vocabulaire et de la structure employés par les principaux spécialistes dans les catalogues étrangers et autres publications de référence. Sur cette base, des choix ont été faits pour structurer la description des globes. Dans un second temps, un travail de comparaison des langages XML exploitables pour la description des globes a permis de distinguer le module « Description des manuscrits » de la TEI P5 (utilisée pour la base Reliures) comme le modèle le mieux adapté. Un modèle TEI-globes a pu être établi sur cette base avec des enrichissements spécifiques. Il reste désormais à décrire les collections en appliquant le modèle pour alimenter la base de données à développer.

Valorisation du programme

L’Agence France-Museum a retenu au printemps 2014 le projet d’exposition Le Monde en sphères sur les globes proposé par la département des Cartes et Plans pour l’année d’ouverture du Louvre Abu Dhabi (octobre-décembre 2017). Les commissaires en seront Jean-Yves Sarazin, François Nawrocki et Catherine Hofmann.

Du 19 février au 4 septembre 2016 l’exposition Globes in motion5, qui se tient au Dai Nippon Printing (Gotanda Building) à Tokyo, permet d’exposer 10 globes.


Image de une : Globe terrestre dit « globe vert » de Martin Waldseemüller avec la première mention du mot « America »

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Les globes anciens conservés en France”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/245 (consulté le 3 mai 2016).
  1. Cf. la description Globes et Cartes qui en est faite sur le site de la Société. Disponible sur le Web : <http://www.socgeo.org/bibliotheque/globes-et-cartes/> []
  2. DUPRAT (Gabrielle) ; [avec la collaboration de Gabrielle Duprat ; avant-propos de Edmond Pognon], Liste des globes terrestres et célestes anciens (antérieurs à 1850) conservés dans les collections publiques de France, Paris, CNRS, 1970, 42 f. Cf. : « Liste des globes terrestres et célestes anciens », in Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 2, 1971, p. 99-99. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1971-02-0099-006>. Et DUPRAT (Gabrielle), « Les globes terrestres et célestes de France », Der Globusfreund, n° 21/23, 1973, p. 198-225. Disponible sur le Web : <http://www.jstor.org/stable/41628733>. []
  3. Cf. le communiqué de presse disponible sur le Web :  <http://www.bnf.fr/documents/cp_mecenat_globes_dnp.pdf> []
  4. Cf. « Le nouveau zoom et les autres actualités de Gallica », Gallica, le blog, 9 mai 2011. Disponible sur le Web : <http://blog.bnf.fr/gallica/index.php/2011/05/09/le-nouveau-zoom-et-les-autres-actualites-de-gallica/> []
  5. Globes in motion. Disponible sur le Web : <http://www.museumlab.fr/bnf/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts