Le Codex Xolotl et le Mapa Quinatzin : méthodes d’imagerie scientifique appliquées aux manuscrits aztèques de la BnF.

Le CHSOS (Cultural Heritage Science Open Source) a récemment été sollicité pour appliquer des méthodes d’imagerie scientifique pour documenter le Codex Xolotl (Mexicain 1-10) et le Mapa Quinatzin (Mexicain 11-12) conservés au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux documents sont approximativement datés de l’an 1540. Tous les deux sont rédigés en nahuatl, langue aztèque, mais rédigés en écriture européenne. Ils portent également des corrections en écriture indigène non-alphabétique que les technologies de la photographie permettent de rendre lisible.

Le Dr Jerry Offner, conservateur associé de la Mésoamérique du Nord au Muséum d’histoire naturelle de Houston, dirige un groupe de chercheurs bénévoles répartis entre la France, l’Espagne, la Pologne et l’Allemagne qui étudie depuis près de cinq ans le document. Certains membres du groupe étudient ce type de document depuis plus de quatre décennies.

Il est entré en contact avec le CHSOS pour aller se rendre à la BnF et numériser le document avec avec des méthodes d’imagerie scientifique.

Le Codex Xolotl est le meilleur exemple que nous possédons sur l’historiographie aztèque : leurs diverses règles et méthodes d’écriture de l’histoire aztèque. Il décrit des événements du 13ème au 15ème siècle, s’achevant près d’un siècle avant le contact espagnol. Ses différentes pages ou feuillets ont été considérées comme si importantes par les Aztèques qu’elles ont été copiées au moins à partir du 15ème siècle et au début du 16ème siècle et assemblés vers 1540 dans ce que l’on nomme le Codex Xolotl.

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-CHSOS

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-4

Le Dr Offner estime que les méthodes d’imagerie scientifique appliquées à ce codex encourageront la recherche et multiplieront les publications qui bénéficieront à l’ensemble du champ des études mésoaméricaines sur les cultures indigènes du Mexique, du Guatemala, du Honduras, etc.

Le 14 et le 15 juin 2016, le CHSOS a reproduit l’ensemble du codex Xolotl Codex : onze feuillets peints et trois fragments ont été couverts. J’ai également eu le temps d’examiner le Mapa Quinatzin, généralement considéré comme le plus important et le plus beau des documents de la “deuxième ville” aztèque de Tetzcoco (la Texcoco moderne, Mexique).

Je voudrais remercier la Bibliothèque nationale de France pour avoir permis d’examiner ces documents et surtout Laurent Héricher, Chef du Service des manuscrits orientaux, Département des Manuscrits pour avoir facilité ce projet. Un grand merci aussi à John Hessler, conservateur de la Jay I. Kislak Collection à la Bibliothèque du Congrès portant sur l’archéologie et l’histoire de l’Amérique coloniale et «spécialiste en cartographie moderne et dans les systèmes d’information géographique” et Loïc Vauzelle, étudiant de troisième cycle à la Sorbonne qui nous a gentiment aidé lors de l’examen.

Le but de cette étude était de produire de l’imagerie scientifique des manuscrits en employant l’imagerie en ultraviolet et infrarouge afin de :
– augmenter la lecture des encres et des peintures fanées
– identifier les pigments et les encres
– identifier le papier du support
– différencier les encres
– évaluer et comprendre le transfert et le non-transfert des images entre les deux plus grands fragments du Codex Xolotl sur le verso de la première feuille.

Cette étude avait pour projet d’évaluer les techniques d’imagerie scientifique afin de déterminer s’il existe un moyen d’améliorer la lecture des encres et des peintures fanées sur ces types autochtones très particuliers de manuscrits. Ces documents sont en effet très différents des manuscrits européens dont les supports, le dessin et la matière picturale sont bien connus et étudiés. Ces manuscrits méso-américains ont été fabriqués au moyen des supports et des pigments disponibles localement ; aussi les informations que ces techniques d’imagerie scientifique seraient en mesure de fournir n’étaient pas a priori connues.

Les méthodes spectrales d’examen employées furent les suivantes :
– imagerie en ultraviolet (UV)
– spectroscopie infrarouge (en lumière rasante) (IR)
– spectroscopie ultraviolet-visible
– examen sous ultraviolet en réflexion (UVR)

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-1
Un microscope portable à grossissement 200-400 fois a été utilisé pour documenter les caractéristiques des manuscrits.

Ces images ont été acquises à l’aide de la gamme complète de l’appareil photo Nikon D800 et de plusieurs filtres d’imagerie scientifique.

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-3

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-6

Antonino Cosentino


– Toutes les images de cet article sont la propriété d’Antonino Cosentino que nous remercions de nous avoir permis de publier son article.
– Pour aller plus loin sur les méthodes d’imagerie scientifique appliquées au patrimoine, on pourra consulter les pages dédiées du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF).

Un nouveau parcours guidé pour les Archives de l’internet

festivals bannière

Un nouveau parcours consacré à La ronde des festivals sur le web vient d’être mis en ligne sur les postes des salles de recherche.

L’été est la saison des festivals, dont les thèmes de plus en plus variés attirent un public croissant, à la recherche de formes inédites d’échanges. Depuis la fin des années 90, les archives de l’internet accumulent des instantanés historiques sur cette effervescence. Elles contiennent des pages sur la plupart des festivals français et donnent à voir des concerts de rock, des spectacles de marionnettes, des scènes de théâtre ou encore des lectures de poésie … La diversité et l’insolite sont mis en valeur dans ce parcours qui définit le festival de façon extensive, comme un lieu de rencontres où sont célébrés le lien social et la participation du public sur place ou à distance. Le numérique offre aussi de nouveaux modes d’expression : des bandes annonces de films sont publiées en ligne tandis que l’art numérique se joue directement sur le web ; il est même des festivals qui n’existent que sur la toile.

Dans une approche chronologique, le parcours présente d’abord le point de vue des organisateurs. Les éditos des sites web montrent bien souvent leurs intentions et les enjeux : découvrir de nouveaux talents, défendre une cause, offrir des lieux de rencontres sont autant de raisons pour lancer une manifestation et attirer des publics. Il est aussi nécessaire de penser au financement, à la programmation, au choix des artistes et à la logistique. Autant de préparatifs qui restaient confidentiels avant l’apparition du web mais qui, désormais, sont mis au grand jour. La question du financement devient un sujet ouvert aux internautes, qui peuvent apporter une contribution directe en ligne à côté des subventions publiques. De façon plus pragmatique, les internautes peuvent facilement réserver leur billet en ligne ou trouver une place en covoiturage. Tout cela n’était pas envisageable avant l’apparition du web et transforme la vie quotidienne.

Les réactions des publics et la mémoire des événements ont également leur place en ligne. En contribuant à la démocratisation de la culture, les festivals suscitent débats et polémiques. Les forums, les blogs, les réseaux sociaux sont autant de formes éditoriales propres au web qui facilitent l’expression citoyenne à côté de celle de la presse. Les internautes peuvent voter en ligne pour faire pencher le choix des jurys vers telle ou telle œuvre. Enfin, nombreux sont les sites web qui archivent les programmes et les descriptifs des œuvres, pour permettre à un public plus vaste que celui qui a assisté aux festivals de partager ce plaisir artistique. Le web favorise ainsi une plus grande circulation des créations et une meilleure connaissance des artistes et contribue  à la démocratisation de la culture.

Treize parcours pour vous guider

Ce parcours guidé est le treizième mis en ligne. Les précédents portaient sur des sujets aussi divers que le web militant, les images amateurs, les journaux personnels, les carnets de voyage, la vulgarisation scientifique ou l’internet électoral, par exemple.

Tous ces parcours guidés des archives de l’internet sont des sélections parmi les très nombreux sites collectés par la BnF. Ils proposent, pour chacun des sites retenus, une centaine par parcours,  une description, une illustration et un lien direct vers une page intéressante dans les archives, à partir de laquelle il est possible de rebondir, dans le temps ou dans l’espace de la toile.

Ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais ont pour but de faire découvrir la richesse et la variété des archives. Ils ont vocation à la fois à guider les recherches dans la masse considérable de données que proposent les archives et à montrer pour chacun des domaines commentés en quoi le web change la donne et la nature des sources de recherche.

Les Archives de l’internet ont 20 ans

Les Archives de l’internet fêtent cet année un double anniversaire : les 10 ans de la loi attribuant à la BnF, en partenariat avec l’INA, la responsabilité du dépôt légal du web et les 20 ans des archives proposées. La BnF conserve en effet des archives du web qui s’étendent de 1996 à aujourd’hui, soit plus de 668 To de données et 26 milliards de fichiers.

Pour tenter de remplir au mieux sa mission de collecte des sites web, le dispositif choisi par la BnF évolue sans cesse pour tenter de suivre les évolutions très rapides du web, et repose sur une solution mixte qui mêle deux modes d’entrée : des collectes dites larges les plus automatisées possibles et des collectes ciblées beaucoup plus fines mais limitées en taille. Les collectes larges sont réalisées une fois par an à partir de la liste de tous les sites en .fr fournie par l’AFNIC et des listes de quelques autres hébergeurs, ce qui a donné environ 4,5 millions de sites lors de la dernière collecte à l’automne 2015. Ce mode de capture entièrement automatisé est la meilleure façon de collecter le tissu du web, c’est-à-dire les pages mais aussi les liens entre elles. Mais il a aussi des défauts : la profondeur de la capture est souvent insuffisante, les sites personnels et les blogs ne sont souvent pas collectés.

C’est la raison pour laquelle a été ajouté un deuxième mode d’entrée, les collectes ciblées, qui ont pour but de repérer plus précisément les sites qui pourraient échapper à la collecte large. Ce sont des collectes beaucoup plus limitées en nombre mais qui permettent de constituer des archives plus complètes, plus profondes et plus fréquentes. Elles sont lancées à partir de listes de sites repérés par des bibliothécaires spécialistes de chaque discipline, ainsi que des universitaires ou des partenaires extérieurs. À ce jour près de 39 000 sites sont ainsi archivés via les collectes ciblées, parmi lesquels de très nombreux blogs et sites personnels.

Des accès de plus en plus nombreux

Afin de protéger les auteurs et producteurs de sites et d’éviter tout risque d’utilisation non souhaitée, les Archives de l’internet ne sont pas mises en ligne, leur consultation ne peut s’effectuer qu’après accréditation dans les salles de Recherche de la BnF, à Tolbiac mais aussi à Richelieu et tous les autres sites de la BnF.

Mais vingt-six pôles associés, dans toutes les régions de France et d’outre-mer, ont également vocation désormais à les proposer dans leurs collections. La carte de ces accès distants s’étoffe au fil des mois et compte déjà onze bibliothèques ou établissements partenaires.

Les Archives de l’internet sont encore peu consultées par les chercheurs, alors même qu’elle pourraient devenir des sources principales ou complémentaires très appréciables dans des disciplines très variées.

Au-delà des parcours guidés, de nouveaux outils permettant un mode d’accès plus précis à ces sources devraient être mis en place à partir de la rentrée pour faciliter l’exploration et l’exploitation par la recherche de ce patrimoine d’un genre nouveau.

Publication d’une concordance de cotes entre la BnF et les Archives nationales

Solène de la Forest d’Armaillé, doctorante1 qui a conduit le programme de recherche “Développement d’outils d’analyse, de documentation et de conservations des chartes scellées du département des Manuscrits” du plan triennal de recherche 2013-2015 de la BnF, publie la concordance des cotes entre les moulages conservés aux Archives nationales et les sceaux originaux desquels ils sont tirés, à la BnF, dans la collection « Lorraine » uniquement.

Le document est librement offert à la consultation des chercheurs dans le carnet de recherche du programme Trésors de cire. Sceaux et actes scellés de la Bibliothèque nationale de France à la page : Concordance des cotes de Lorraine (BnF)/Curzon (Archives nationales). Disponible en ligne : <https://sceau.hypotheses.org/concordance-des-cotes-de-lorraine-bnfcurzon-archives-nationales>.

La page reprend la concordance des cotes entre les moulages conservés aux Archives nationales et les sceaux originaux conservés dans la collection « Lorraine »2, elle même intégrée à l’ensemble « Provinces françaises » du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Un tiers environ des moulages a été pris sur la collection de Lorraine de la BnF, cotes L1122-1213 .

Le fichier de base ayant servi à l’établissement du document, sans concordance à la pièce, est issu du Catalogue de la collection de moulages de sceaux dite “Collection Lorraine” établi par Henri de Curzon (1861-1942) et repris informatiquement en 2003 par Martine Lepany des Archives nationales. Ce catalogue décrit les moulages de sceaux recueillis dans divers fonds de manuscrits de la Bibliothèque nationale et, en particulier, dans la collection Lorraine (SC/L 1 à 1595).

Pour compléter cette importante ressource de nature à faciliter les recherche dans les collections sigillographiques de la BnF, Solène de la Forest d’Armaillé oeuvre à la transcription des différents tomes de l’Inventaire des sceaux de la collection des pièces originales du Cabinet des titres à la Bibliothèque nationale de Joseph Roman (1840-1924). Pour mémoire seul le premier volume est paru en 1909, (V-943p.), les volumes II (notices Nade à Ruault) et le volume III (Ruault à Zoboly) étant restés inédits et manuscrits.


Image de Une : ACTES DES ROIS DE FRANCE ou relatifs à leurs règnes (1195-1559). I. 51 Lettres des représentants du roi de France, Gilles, archevêque de Narbonne, Pierre, évêque d’Auxerre, Louis, comte d’Évreux, Robert, duc de Bourgogne, Amé, comte de Savoie, Jean, comte de Dreux, agréant les propositions, faites par les représentants des Flamands. 29 février 1304. Avec six sceaux.

  1. Croire dans les actes royaux français. Sémio-technologie et diplomatique des signes de validation modernes (1461-1610). Description disponible en ligne, url : <http://www.theses.fr/s92361> []
  2. Collection de Lorraine. Description []

Appel à communication : Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ?

Colloque organisé par Anne-Sophie Aguilar (Paris 1, HiCSA), Eléonore Challine (ENS Cachan), Christophe Gauthier (Ecole nationale des Chartes), Marie Gispert (Paris 1, HiCSA), Gérald Kembellec (CNAM), Lucie Lachenal (Paris 1, HiCSA), Eléonore Marantz (Paris 1, HiCSA), Catherine Méneux (Paris 1, HiCSA).

Dates : 18 et 19 mai 2017
Lieu : Paris, Galerie Colbert
Date limite : 2 novembre 2016

Continuer la lecture de Appel à communication : Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ?

Profession Culture

“Profession Culture” est un programme d’accueil en France de professionnels étrangers travaillant dans des institutions culturelles. Il a été mis en place en 2003 par le ministère français de la culture et de la communication.

Public concerné

Les “pensionnaires” de la BnF sont des chercheurs, des créateurs ou des professionnels dont le thème d’étude est en relation avec les collections et services de la BnF, ses travaux scientifiques, ses programmes culturels, ses modes de gestion et ses projets de développement. Les “pensionnaires” doivent proposer un projet solide basé sur l’échange de connaissances et de savoir-faire, dont le résultat peut contribuer à renforcer durablement les liens culturels entre la Bibliothèque et le pays de provenance.

Les collections de la Bibliothèque, constituées depuis le XVe siècle, remontent aux débuts de l’écriture et sont enrichies quotidiennement : par le dépôt légal, qui leur confère un caractère d’exhaustivité pour les publications françaises, et par une politique constante d’acquisitions qui aboutit à la constitution de fonds étrangers particulièrement remarquables. Elles sont de nature encyclopédique : histoire, philosophie, sciences de l’homme, littérature et arts, sciences et techniques, droit, économie et politique, musique et arts du spectacle ; tous les supports sont concernés : imprimés, manuscrits, cartes et plans, estampes, photographies et affiches, monnaies et médailles, globes et atlas, partitions, documents audiovisuels et électroniques.

L’éventail des travaux scientifiques et professionnels menés par les équipes de la BnF est particulièrement vaste : définitions et mise en oeuvre de la politique documentaire, services au public -accueil et communication de documents, sur place et à distance (bibliothèque numérique Galica), élaboration de catalogues de référence, chantiers de conservation. Une action majeure concerne les nouvelles technologies et leur mise au service de la captation, de la préservation à long terme et de la diffusion de l’information.

L’action culturelle de la Bibliothèque construite autour de l’idée-clef de valorisation des collections, se décline en expositions, conférences, éditions et produits pédagogiques. Enfin, la Bibliothèque est engagée dans un processus de modernisation de ses modes de gestion, de conduite stratégique de son évolution et de sa politique de communication, ainsi que de sa coopération nationale et internationale.

L’éventail s’avère donc large pour que des professionnels étrangers de la culture puissent se consacrer à l’étude d’un thème, d’un fonds ou d’un projet en lien avec les activités de la bibliothèque.

Participer au programme

Les « pensionnaires » doivent proposer un projet solide basé sur l’échange de connaissances et de savoir-faire dans le cadre défini, et dont le résultat peut contribuer à renforcer les liens culturels entre la Bibliothèque et le pays de provenance.

Les principaux éléments considérés au moment de la sélection des pensionnaires sont les suivants, ils concernent tous la réciprocité des échanges :

  • l’intérêt pour les départements de la BnF du projet proposé ;
  • le rayonnement potentiel du travail du pensionnaire une fois retourné dans son pays d’origine et ses propositions de rendu (publications, événements…) ;
  • l’appartenance du candidat à un établissement avec lequel la BnF a ou projette d’avoir une coopération approfondie ;
  • l’appartenance du candidat à un pays qui constitue une priorité de la politique extérieure de la France et de la BnF.

Conditions de séjour

Les séjours durent de 1 à 3 mois.

Le pensionnaire est accueilli dans un département de la BnF et suivi par un « tuteur », spécialiste du domaine concerné.

Le logement est assuré par la BnF au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets.

Une indemnité de séjour est allouée par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Les frais de transport sont à la charge des candidats ; ils pourront être financés par leur établissement ou bénéficier de toute autre forme d’aide.

Processus de sélection des candidats

Le choix des pensionnaires est un processus attentif et minutieux. Dans le but de garantir au programme l’ouverture nécessaire à l’expression de projets originaux la BnF privilégie les propositions de sujets d’étude faites par le candidat.

Le dossier de candidature

Il doit comporter :

  • nom et âge du candidat, formation, indication des langues de travail et du niveau de français, parcours professionnel, fonctions actuelles ;
  • le projet : présentation argumentée du thème d’étude proposé par le candidat dans le cadre de son séjour à la BnF (20 lignes minimum) ;
  • les formes de rendu envisagées (publication, actions, production…), qui devront être consignées en fin de séjour dans une communication écrite ;
  • indication de la période de séjour envisagée.

Sélection

Les services culturels des Ambassades de France reçoivent l’information sur le programme « Profession Culture », la diffusent auprès des établissements professionnels concernés, recueillent les candidatures et procèdent à une première instruction des dossiers. Des candidatures peuvent parvenir directement à la Bibliothèque, voire être sollicitées par celle-ci.

Les dossiers de candidature sont transmis à la délégation aux Relations internationales. Elle en complète l’instruction en recueillant des suppléments d’information. Elle contextualise le dossier en fonction des relations que la BnF entretient avec l’établissement ou le pays d’origine des candidats.

Les dossiers des candidats sont ensuite communiqués aux directions et départements concernés. Ils évaluent l’étude proposée par le candidat ou son établissement en fonction de leur intérêt pour le sujet, de leur disponibilité et de leurs compétences.

Une commission, composée du ministère de la Culture et de la communication, de la direction de la BnF avec des représentants de la direction des Collections, de la direction des Services et réseaux, de la délégation aux Relations internationales procède à l’examen des dossiers instruits et sélectionne les candidats appelés désormais « pensionnaires ».

Contact

Délégation aux relations internationales
Téléphone : 33(0) 1 53 79 59 10
Fax : 33 (0)1 53 79 47 37
Courriel : relations[point]internationales[arobase]bnf[point]fr


Image de Une : Cosmographie universelle (détail) / Guillaume Le Testu, Le Havre, 1556. Manuscrit enluminé sur papier (118 p. dont 57 pl.), 53 x 36 cm. Vincennes, Service historique de la Défense, Bibliothèque, D.1.Z.14, f. 49v

COMPRESSIL : COnservation Matérielle du papier de PRESse par les polySILoxanes

Logo FSP vertical Labex PatrimaCe projet sur lequel collabore le département de la Conservation de la BnF (Philippe VALLAS) associe le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC, coordonnateur : Anne-Laurence DUPONT) et le Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, université de Cergy : Odile FICHET) ; il a officiellement débuté en octobre 2012, pour une durée de 3 ans. Le projet était financé par la Fondation des sciences du patrimoine (Labex PATRIMA).

Résumé

Il avait pour but de développer une méthodologie de traitement novatrice qui permettra la désacidification et le renforcement simultanés de ces documents afin de proposer une solution complète viable aux documents devenus incommunicables. Pour cela, des réseaux interpénétrés de polysiloxanes à fonctionnalité alcaline, incorporés au papier, ont été développés et caractérisés physico-chimiquement à des fins d’optimisation.

Le projet a fait l’objet d’une thèse menée par Camille Piovesan (ED 417, École Doctorale Sciences et Ingénierie – Université de Cergy Pontoise) en co-tutelle entre le CRCC et le LPPI. La BnF, partenaire sur ce projet, s’est proposée pour fournir des informations concernant la composition chimique réelle des papiers de presse conservés en bibliothèque.

Contribution de la BnF

Dans ce but, un échantillonnage de papiers de presse représentatifs a été constitué à partir des collections du département Droit, économie et politique : ces papiers ont été analysés au laboratoire de la Bibliothèque nationale de France, sur le site de Bussy-Saint-Georges. Pour chaque titre de presse retenu, les prélèvements représentaient un morceau de papier de 5cm2 prélevé sur un numéro tous les deux ans de 1950 à 2010.
Les informations récoltées à partir de ces prélèvements ont permis une évaluation de la qualité des papiers de journaux nationaux, régionaux, de presse syndicale ou de presse d’outre-mer ; d’estimer les évolutions dans la fabrication des papiers de presse et d’anticiper de futures mesures de conservation.

Pour en savoir plus

  • Camille Piovesan, “Conservation matérielle du papier de presse par les polysiloxanes. Etude des réseaux interpénétrés pour le renforcement et la désacidification des papiers patrimoniaux (compressil)” : poster présenté au colloque “Les sciences de la conservation du patrimoine et le développement durable: acquis, recherche, innovation”, Paris, 23, 24, 25 octobre 2013. Disponible en ligne : <http://crcc50.sciencesconf.org/conference/crcc50/pages/30_Piovesan.pdf>

LABEX CAP : Appel à candidatures : bourses Immersion 2016

Date limite : le 1er septembre 2016

Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (LabEx CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2016-2017.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau et original à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoniales membres du Labex CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Continuer la lecture de LABEX CAP : Appel à candidatures : bourses Immersion 2016

LABEX CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2016-2017

Date limite : le 1er septembre 2016

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

Continuer la lecture de LABEX CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2016-2017

ANR HEMEF : histoire de l’enseignement musical public en France au XIXe siècle (1795-1914)

anrL’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a accepté le projet HEMEF (histoire de l’enseignement musical public en France au XIXe siècle, 1795-1914) dans le cadre de son appel à projets CULT 2013.

 

 

Consortium

Les partenaires du projet sont :

Résumé

Le projet se situe dans le cadre de la recherche fondamentale en musicologie : il se propose d’étudier un pan de l’histoire de l’enseignement de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914) en centrant ses intérêts sur le Conservatoire national de musique, fondé en 1795 : il s’agit de montrer, par l’étude du fonctionnement de cette institution et sa comparaison avec d’autres établissements contemporains, comment sa création a pu avoir un retentissement sur l’ensemble de la vie musicale française, par l’élaboration de normes techniques et esthétiques qui ont donné une nouvelle forme aux pratiques musicales – qu’il s’agisse du concert public, de l’exécution ou de l’écriture musicales. À cette vie musicale nouvelle correspond une nouvelle catégorie de musiciens, le statut du musicien professionnel et de l’amateur s’éloignant définitivement l’un de l’autre.

Les outils de recherche dont ce projet envisage l’élaboration (base de données prosopographique des élèves du Conservatoire, numérisation et édition en ligne des méthodes du Conservatoire, élaboration d’un Guide des sources pour l’histoire de l’enseignement de la musique au XIXe siècle en France, prennent pour objet le fonctionnement du Conservatoire, en commençant par les parcours et les carrières de ses élèves, les contenus de son enseignement, le répertoire qu’il suscite et qui nourrit sa pédagogie. L’exploitation scientifique de ces outils suivra un double axe : l’un, principal, constitué par l’étude du fonctionnement interne du Conservatoire, et servant de point de référence au second, traité lors du séminaire et des journées d’étude – la comparaison du Conservatoire avec d’autres institutions d’enseignement contemporaines.

Les archives du Conservatoire national et la bibliothèque constituée au XIXe siècle, rattachée à la Bibliothèque nationale dès 1935, sont conservées et recensées dans deux institutions publiques – Archives nationales et Bibliothèque nationale de France – qui mettent ces fonds à disposition des chercheurs et permettent l’élaboration des outils de recherche nécessaires à ce projet. Le cas du Conservatoire, institution publique, servira donc d’étude de référence pour élaborer une réflexion sur l’enseignement de la musique en France au XIXe siècle.

Durée

La durée prévue du projet, débuté en janvier 2014, est de 42 mois.

Aide

L’aide de l’ANR s’élève à 337 000 euros.

Programme ANR

Le projet ANR-13-CULT-0007 s’inscrit dans le cadre du programme Emergences et évolutions des cultures et des phénomènes culturels (CULT) 2013 de l’ANR.

Pour en savoir plus

Présentation des axes de recherche et des actions menées dans le cadre du projet sur le site de l’équipe SAPRAT.


Image de Une : Solfège ou Nouvelle Méthode de musique divisée en 2 parties

ANR DOREMUS : données en réutilisation dans le domaine de la musique en fonction des usages

anrL’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a accepté le projet DOREMUS (Données en réutilisation dans le domaine de la musique en fonction des usages).

 

 

La musique est partout, jouée, enregistrée, diffusée, écoutée, vendue, offerte, louée. Les fichiers de musique enregistrée sont partout, stockés, streamés, échangés, vendus. Mais rien n’est plus difficile aujourd’hui que de trouver sur le web l’histoire d’une œuvre musicale, son compositeur, son origine culturelle, ses paroliers, ses influences, ses reprises, ses interprétations… Pourtant ces connaissances existent et sont décrites finement dans les systèmes d’information de quelques institutions culturelles et média dans le monde.

Consortium

Les partenaires du projet sont :

Résumé

Le premier objectif du projet DOREMUS est de permettre aux institutions culturelles, aux éditeurs et distributeurs, ainsi qu’aux communautés de passionnés de disposer de modèles de connaissances communs (ontologies), de référentiels partagés et multilingues ainsi que de méthodes pour publier, partager, connecter, contextualiser, enrichir les catalogues d’œuvres et d’événements musicaux dans le web des données.
Le projet s’appuie sur l’expertise de catalogage des œuvres musicales de Radio France, de la BnF, de la Cité de la musique, du projet collaboratif Discotheka de la société Meaning Engines et sur un corpus de modèles préexistants, en particulier FRBRoo. Les extensions et spécialisations d’ontologies et les vocabulaires qui résulteront du projet devront permettre de décrire les œuvres et événements musicaux, de la musique traditionnelle à la musique classique, leurs relations avec les créateurs, leur environnement culturel, les événements liés à leur création, leurs interprétations, leur fonction sociale, les instruments, les genres musicaux… tout en s’inscrivant dans la continuité des catalogues d’œuvres existants.

La description des œuvres musicales ne prend de sens que si elle est mise à disposition des publics comme élément d’éducation et de culture, utilisée comme outils facilitant la programmation d’émissions et d’événements musicaux, permettant de suggérer de nouvelles interprétations ou servant de source d’inspiration pour d’autres œuvres.

Le second objectif du projet est en effet de construire un outil d’assistance à la sélection d’œuvres musicales. L’outil doit pouvoir suggérer une programmation musicale originale pour une radio spécialisée, choisir des œuvres ou des interprétations particulières pour illustrer la biographie d’un artiste, une période historique, une culture ou un genre musical. Les publics visés par la Cité de la musique, Radio France, la BnF ou le projet Discotheka sont très diversifiés. Ils vont de l’enfant construisant sa culture musicale au mélomane averti en passant au par le curieux découvrant l’univers de la musique à travers son identité culturelle. Le projet dispose de ressources très riches pour mettre au point ce service : historique des programmations musicales d’émissions de radio, historiques de concerts, œuvres sélectionnées pour des disques, playlists.

Le troisième objectif du projet est de construire et valider les outils pédagogiques qui permettront le déploiement des standards, référentiels et technologies dans les institutions culturelles. Le consortium se donne un objectif fort de formation et de dissémination de compétences avec de nombreuses communications dans les conférences internationales, une interaction constante avec les groupes de travail internationaux travaillant sur ces ontologies et référentiels, des échanges avec Europeana, la Library of Congress et la BBC qui soutiennent le projet.

Le projet intègre une équipe de trois doctorants. Le projet produira des résultats concrets, réutilisables et produits pour une diffusion et utilisation internationale : modèles et référentiels pour les œuvres musicales, jeux de données, méthodes et outils pour la connexion des jeux de données, système de recommandation adapté aux oeuvres musicales, typologie des usages et publics pour ces outils, documents pédagogiques. L’ensemble des résultats sera publié avec des licences ouvertes.

Durée

La durée prévue du projet, débuté en octobre 2014, est de 48 mois.

Contribution BnF

La BnF participe aux travaux de modélisation et de liaison avec les organismes de normalisation internationale.

Aide

L’aide de l’ANR s’élève à 993 249 euros.

Programme ANR

Le projet ANR-14-CE24-0020 s’inscrit dans le cadre du programme Le numérique au service des arts, du patrimoine, des industries culturelles et éditoriales (DS0703) 2014 de l’ANR.

Pour en savoir plus

ANR DEF19 : dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle

anrL’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a accepté le projet DEF19 (dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) dans le cadre de son appel à projets 2014, défi “Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives”.

Consortium

Résumé

Le projet DEF19 a pour objectif principal de combler un manque dans le champ de l’histoire de l’édition, en élaborant un dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle.

Un tel outil n’existe pas à ce jour pour cette période, contrairement à l’époque moderne qui en possède plusieurs – ou à d’autres pays comme l’Italie ou l’Autriche, qui se sont déjà dotés de tels répertoires. Toutes ces réalisations ont nettement fait la preuve de leur utilité. Il s’agira donc de constituer un dictionnaire à la fois traditionnel, sous forme de livre imprimé – afin de satisfaire les préférences de nombres d’amateurs et de spécialistes attachés au format classique des supports de lecture et d’information – et en même temps innovant, avec une base de données consultable en ligne et participative et un carnet de recherche, conçus comme des outils d’échange avec la communauté des chercheurs.

Ce projet réunit des compétences diverses, tant celles de chercheurs, jeunes ou expérimentés, dans le domaine de l’histoire du livre et de l’édition (autour d’une équipe issue des universités de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines et Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, tous membres du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines) que de professionnels de la documentation et des archives qui pourront mettre au service du projet à la fois leurs collections (celles de la Bibliothèque nationale de France, des Archives nationales, du CHCSC), leur pratique quotidienne de tels outils et leur expertise dans le domaine de la réalisation de répertoires, de dictionnaires, et de bases de données.

Le projet, prévu pour quatre ans, sera jalonné par des manifestations scientifiques indispensables à sa bonne marche et à l’élaboration d’un cadre méthodologique rigoureux, tant pour la collecte des données que pour la constitution et l’édition de la base de données et du dictionnaire papier. Elles permettront également de mettre en avant les pistes de recherche originales que la réalisation d’une telle enquête, qui se veut la plus exhaustive possible sur un champ balisé de façon encore partielle, sera à même de faire émerger. Entreprise biographique – c’est l’objet même d’un dictionnaire de ce type – le projet DEF19 se veut aussi prosopographique et permettra de faire progresser notre connaissance de l’histoire sociale, économique et culturelle du XIXe siècle, ainsi que des conditions d’émergence et de perpétuation du système culturel moderne dans lequel évolue toujours notre société, celui de la culture de masse et de la civilisation de l’imprimé dans lesquelles les éditeurs ont joué et jouent toujours un rôle central.

Contribution de la BnF

Pour alimenter la base de données qui est au coeur du projet DEF19, la BnF met à disposition du programme les données de son catalogue en ligne, ses notices d’autorités « éditeurs », le Répertoire d’imprimeurs-libraires et le Dictionnaire des imprimeurs lithographes du XIXe siècle de Corinne Bouquin.

Durée

La durée prévue du projet, débuté en octobre 2014, est de 60 mois.

Aide

L’aide de l’ANR s’élève à 192 334 euros.

Programme ANR

Le projet ANR-14-CE31-0008 s’inscrit dans le cadre du programme Création, cultures et patrimoines (DS0804) 2014 de l’ANR.

Pour en savoir plus

Le programme publie son carnet de recherches, DEF19. Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle, disponible en ligne : <https://def19.hypotheses.org/>.

ANR Saint-Simonisme 18-21

anr
L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a accepté le projet SAINT-SIMONISME 18-21 (« Le saint-simonisme : une utopie innovante à revisiter ») dans le cadre de son appel à projets générique de 2015.

 

Le projet, coordonné par Michel Bellet (Groupe d’analyse et de théorie économique Lyon St Etienne (GATE), Université Jean Monnet), s’inscrit dans l’axe 1 (« Rapport au risque et innovation sociale ») du Défi n° 8 (« Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives »).

Consortium

Les partenaires du projet sont :

Résumé

Le projet SAINT-SIMONISME 18-21 consiste en la redécouverte pluridisciplinaire de la plus grande utopie du XIXème siècle élaborée et développée sous une forme pratique entre 1810 et 1880. Cette utopie a produit des innovations intellectuelles et pratiques pour faire face aux incertitudes et risques créés par la mutation d’un monde. Elle est interrogée sous deux formes interdépendantes.

La première renvoie à une volonté réinterprétative fondée sur des aller-et-retour rétrospectifs entre siècles (18-21), à partir des grandes questions affrontées par le système de pensée saint simonien : nouveaux modes d’organisation et de production, justice sociale, égalité des sexes et de la famille, fin des idéologies et retour du religieux, rejet d’une discipline économique autonome…

La seconde renvoie à une volonté de se fonder sur un retour aux textes (souvent difficiles d’accès), avec leur traitement moderne, pour mettre en valeur leur potentiel d’actualité par éditions critiques multi-supports.

Durée

La durée prévue du projet, débuté en octobre 2015, est de 36 mois.

Le projet donne lieu, entre autres, à un séminaire mensuel d’études saint-simoniennes accueilli par la Bibliothèque de l’Arsenal, connue pour son Fonds Enfantin ou fonds saint-simonien.

Aide

L’aide de l’ANR s’élève à 251 004 euros.

Programme ANR

Le projet ANR-15-CE27-0003 s’inscrit dans le cadre du programme Cultures, patrimoines, création (DS0805) 2015 de l’ANR.

Pour en savoir plus

La Librairie des rois Charles V et Charles VI

La Librairie que le roi Charles V avait organisée au Louvre et dans ses différentes résidences parisiennes comptait environ 1100 manuscrits, un chiffre exceptionnel pour une bibliothèque princière, en majeure partie en français. Du fait de son importance numérique et intellectuelle, elle se trouvait être le pendant aristocratique, en langue vernaculaire de ce qu’était, à la même époque la Bibliothèque du collège de Sorbonne, en latin, pour le monde universitaire. Première bibliothèque royale française, son rôle comme fondement de l’autorité monarchique et source d’une culture commune en langue vernaculaire pour l’aristocratie fut essentiel.

Édition scientifique

Dans le cadre du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le département des Manuscrits oeuvre à une édition scientifique du contenu de la Libraire de Charles V1, telle qu’elle était en 1380, à la mort du roi, et des échanges qu’elle suscita sous le règne de Charles VI, à partir des données des 13 inventaires, qui, de 1380 à 1424, recensent les livres de la tour de la Fauconnerie au Louvre (917 manuscrits) et ceux des résidences du roi, à Vincennes, Saint-Germain-en-Laye, Beaulté-sur-Marne, Melun… (114 manuscrits). Le manuscrit BnF, Français 27002 sert de base à l’édition ; il s’agit d’une copie de l’inventaire remis à Gilles Malet, garde de la Librairie, et qu’il annota.

Le programme aboutira à la publication de l’édition scientifique des inventaires en deux tomes, de 800 p. chacun, dans la collection Documents Etudes, et Répertoires, dirigée par F. Bougard, directeur de l’IRHT, consacrée à l’histoire des bibliothèques médiévales. La publication proposera l’identification textuelle des 1100 manuscrits (généralement des recueils) conservés au Louvre et dans les résidences royales et la description des 185 manuscrits subsistants.

Outre l’édition imprimée, le projet entend proposer une publication électronique de la transcription des 13 inventaires de la Librairie de Charles V et Charles VI.

Apports

Le projet apportera un éclairage original sur la manière dont s’est constituée la première bibliothèque royale et, à travers la « première » dispersion de ses manuscrits, sur les éléments qui ont présidé à la formation de la culture française dans la seconde moitié du XIVe siècle et au début du XVe siècle, ferment d’une identité aristocratique commune au XVe siècle.

Pour la première fois, le contenu intellectuel et l’organisation matérielle d’une bibliothèque royale médiévale sera ainsi appréhendée. Cette recherche met l’accent sur la constitution de la bibliothèque royale à partir de réseaux familiaux princiers et sur sa dispersion, au gré des pérégrinations de ses manuscrits dans les collections européennes d’Ancien Régime, pour aboutir finalement à la BnF et dans les bibliothèques publiques d’Europe du Nord et des États-Unis.

La publication est appelée à remplacer les Recherches sur la Librairie de Charles V3 que publia en 1907, en 2 volumes, Léopold Delisle, et à compléter les données de l’exposition La Librairie de Charles V, organisé à la BN en 1968, dont le maître d’œuvre était François Avril.

Ce projet bénéficiera des résultats obtenus à la suite de différents programmes de recherche menés sur la Librairie de Charles V et Charles VI comme le programme européen EUROPEANA REGIA  qui comprenait la numérisation des 80 manuscrits de Charles V4.

Partenariat

Piloté par Marie-Hélène Tesnière, conservateur général au département des Manuscrits, ce programme est le résultat d’une collaboration entre la BnF et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) : Monique Peyrafort-Huin et Françoise Féry-Hue.


Pour en savoir plus : Marie-Hélène Tesnière, Ann Kelders et Yann Sordet, La reconstitution virtuelle d’une bibliothèque perdue : la librairie de Charles V, in Numérisation du patrimoine écrit. Du projet scientifique à sa mise en oeuvre : l‘exemple d'”Europeana Regia”, Colloque des 30 et 31 mars 2010. Disponible en ligne : <http://www.inp.fr/Mediatheque-numerique/Colloques/La-numerisation-du-patrimoine-ecrit.-Du-projet-scientifique-a-sa-mise-en-oeuvre-l-exemple-d-Europeana-Regia/La-reconstitution-virtuelle-d-une-bibliotheque-perdue-la-librairie-de-Charles-V>.

Image de Une : Le Duc de Bourbon rend hommage au Roi Charles V.

  1. La librairie de Charles V (1364-1380) : fiche pédagogique. Disponible en ligne : <http://classes.bnf.fr/rendezvous/pdf/fiche_livre3.pdf> []
  2. Inventaire des « livres de tres souverain et tres excellent prince roy Charles le Quint,… l’an de grace.MCCCLXXIII… par… GILET MALET, son varlet de chambre ». Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9009689x> []
  3. Recherches sur la librairie de Charles V, Paris : H. Champion, 1907. Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k131727p> []
  4. “La Librairie de Charles V et sa famille. La reconstitution d’un modèle des bibliothèques princières”, europeana Regia. Disponible en ligne : <http://www.europeanaregia.eu/fr/collections-historiques/librairie-charles-v-famille> []

Journée d’étude : Histoire de l’enregistrement de la musique baroque

C’est à partir des années 1970, avec la révolution dite des «baroqueux», que la musique baroque a connu une médiatisation importante, accrue par un certain nombre de polémiques sur la manière d’interpréter les partitions de cette période. Des musiciens comme Nikolaus Harnoncourt, Gustav Leonhardt ou Jean-Claude Malgoire ont en effet beaucoup œuvré pour faire entendre ce genre, en particulier les œuvres tombées dans l’oubli. Le disque a joué un rôle majeur dans sa démocratisation et reste un vecteur essentiel, d’un point de vue culturel et pédagogique. Mais les premières heures de l’enregistrement baroque sont bien antérieures aux années 1970 : les œuvres de Bach, Händel, Monteverdi ou Lully ont été gravées dès les débuts de l’ère phonographique, et en particulier dans les années 1930-40.
La journée d’étude organisée à la BnF permettra de montrer à quel point le disque a été essentiel dans la diffusion du répertoire baroque, et ce très tôt dans le XXe siècle. Autour des fonds discographiques et musicaux, mais aussi des archives conservées à la bibliothèque, musicologues, chercheurs, éditeurs et interprètes s’attacheront à faire revivre ce pan de l’histoire de la musique et de l’interprétation vécue comme une histoire culturelle.

Programme

9h30 : introduction
9h45-10h30 : Bruno Sébald, Les labels discographiques pionniers
10h30-11h : Gilles Saint-Arroman, Le cas Vincent d’Indy
11h30-12h : Laurence Decobert, Claude Crussard (1893-1947) : une vie pour la musique ancienne
12h-12h30 : Dominique Hausfater, Les organistes

14h30-15h : Elizabeth Giuliani, La discographie Rameau
15h-15h30 : Laurent Slaars, D’Arnold Dolmetsch à Noah Greenberg : pionniers du Nouveau et de l’Ancien monde
15h30-16h : Gaetan Naulleau, La notice musicale : relire Harnoncourt
16h30-17h : Jean-Marc Berns, Le cas d’un éditeur : Harmonia Mundi
17h-18h : Entretien avec Frédérick Haas, claveciniste, animé par Elizabeth Giuliani

Date et lieu

Mercredi 15 juin 2016 – 09h30-17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e
Adresse et transports – site François-Mitterrand
Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]


Image de Une : D’amor sul’ali : air anonyme du XVIIIe siècle / réalisation Claude Crussard

Anne Weddigen

DSCN6250Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Anne Weddigen, chargée de recherches documentaires au service des Manuscrits orientaux, évoque son quotidien.

Pouvez-vous vous présenter ?

Normalienne et agrégée de lettres Classiques, actuellement doctorante à l’Université de Reims sous la direction de Didier Marcotte. J’occupe un poste de CRD à la BnF au département des manuscrits grecs, où je rédige les notices de catalogue pour les manuscrits grecs 2430 à 2549 de l’ancien fonds, et assure une charge d’enseignement à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE).

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Je travaille sur la musique grecque antique, et plus précisément sur les traités scientifiques sur la musique, l’harmonie étant une des quatre disciplines mathématiques. Je prépare1 l’édition des Harmoniques de Manuel Bryenne, un mathématicien-astronome qui a écrit autour de 1300, à partir d’une collection de textes beaucoup plus anciens allant du IVè siècle av. J.-C. (Aristoxène de Tarente) au IIè siècle ap. J.-C. (Ptolémée).

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Le poste de CRD est une opportunité particulièrement enrichissante à la condition que le fonds documentaire traité soit en lien avec, voire partie intégrante du travail de thèse. Dans mon cas, le travail de catalogage me permet de me familiariser avec les manuscrits médiévaux dans le contact quotidien, ce qu’aucun séminaire de recherche ne pourrait transmettre. Non seulement j’ai accès directement aux manuscrits nécessaires à mon travail d’édition, mais je dois aussi étudier d’autres manuscrits dont les particularités  ouvrent des pistes de recherche ou de réflexion précieuses pour le travail de thèse.

Par ailleurs, la mission de rédaction des notices me forme aux outils bibliographiques spécifiques, et me donne peu à peu une connaissance fine et précise des collections de la BnF.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Dans mon cas, la séparation est très nette entre ces deux activités. Les heures d’enseignement étant fixées dès le début de l’année, j’organise mon emploi du temps hebdomadaire de sorte à venir deux jours par semaine en moyenne à la BnF. Ce temps est alors entièrement consacré à la mission du CRD, et non à l’enseignement. En revanche, il peut m’arriver d’utiliser en cours des exemples de manuscrits que j’ai eu à cataloguer à la BnF. Mais cela n’est pas très fréquent, car j’enseigne le grec ancien pour débutants, et non la paléographie.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Affirmer mon orientation de recherche dans la mesure des opportunités professionnelles qui s’offriront alors. Je souhaite pouvoir continuer une carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche, malgré la pénurie de postes qui s’intensifie en sciences humaines. Il est impossible de prévoir aujourd’hui quelle forme cela pourra prendre d’ici la fin de mon doctorat.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Je donnerais deux conseils contradictoires et complémentaires. Le premier : ne pas se censurer, ne pas éliminer cette option par principe. Le second : être sûr que ce poste correspond à son profil.

La charge de travail pour un CRD est nettement plus élevée que celle d’un doctorant contractuel avec monitorat. En échange, ce contrat et mieux rémunéré, plus intéressant, et bénéficie d’une année supplémentaire. Je déconseille ce choix à toute personne qui ne construirait qu’un lien factice entre son sujet de thèse et le projet sur fonds documentaire, car le CRD est chronophage, et n’est un formidable outil de travail que si le travail effectué apporte aussi un bénéfice à la recherche de thèse.

Le CRD a l’avantage de n’être pas prédéfini : c’est au candidat de réunir dans un projet commun un organisme documentaire et une institution d’enseignement supérieur. C’est donc un projet que l’on peut façonner pour qu’il nous soit le plus bénéfique possible. Il vaut la peine de le construire plusieurs mois à l’avance en concertation avec les différentes parties, notamment avec l’organisme documentaire. Cela permet d’élaborer et de définir en commun la mission de recherche, afin qu’elle soit véritablement complémentaire de la thèse et, pourquoi pas, de la charge d’enseignement.

  1. Édition, traduction et commentaire du traité des Harmoniques de Manuel Bryenne. Présentation disponible en ligne : <http://www.theses.fr/s153263> []

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?